Derniers sujets
» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

» [FB] Le Soleil a Rendez-vous avec la Lune [PV Eden]
par Eden Mer 22 Mar - 9:37

» Catleya - "Dévorons nos ailes, nous nous échouerons dans ce bras d'Océan"
par Catleya Sam 18 Mar - 19:45

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Catleya Ven 17 Mar - 23:10

Logo

Partagez | .
 

 Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Ven 4 Déc - 19:06

Une fois que mes compagnons eurent réglé tous leurs problème personnel dû à la testostérone qui voulait absolument les faires joués à qui pisse le plus loin, la marche commença. Notre guide était la Walkyrie et je dois avouer qu’elle se débrouillait très bien dans ce rôle, elle semblait ne pas avoir de problème pour trouver sa direction malgré les paysages blancs qui s’étendaient et se répétaient à perte de vue. Il ne faut pas croire que se déplacer est une chose facile ici, on se perd avec une facilité incroyable en pleine montagne surtout dans la neige, la monotonie et l’uniformité du paysage à tendance à faire tomber nos repères et au final on peut marcher des heures et des heures dans la mauvaise direction, on ne compte plus le nombre de voyageurs qui finissent par mourir de froid en ces lieux.

Enfin le froid n’est un problème pour moi, je ne l’ai plus ressenti une seule fois depuis que j’ai obtenu mon armure et que je suis devenu un guerrier divin. Le cosmos en moi me protège, il me garde de la morsure du froid tenant éloigné cette bête rageuse et jamais rassasié. Cette une armure de chaleur, le vent ce réchauffe avant de toucher ma peau, la neige elle fond, comme si j’étais un soleil miniature et que sur ma route la froideur d’Asgard reculait un peu. Kori la très bien remarqué et il se place à côté de moi, je recule un peu et me décale pour qu’il soit à ma gauche. Ce n’est rien de personnel, mais je ne laisse personne de mon côté droit, c’est mon bras directeur, je fais toujours en sorte que rien ne le gêne, si quelque chose nous tombait dessus et que quelqu’un se trouvait dans mon mouvement je pourrai perdre de précieuse seconde et mettez ça sur le compte de la paranoïa si vous le voulez, mais personne ne me ferra dérogé à cette règle. Le voyage est long et je me surprends à engager la conversation avec le guerrier divin, je peux le voir à sa carrure, il est imposant, il doit faire beaucoup d’exercices, à moins que cela soit juste un coup de la génétique, c’est comme ça, certaine personne peuvent soulever de la fonte à en perdre haleine, ils n’atteindront jamais la même forme musculaire que celle du chevalier en face de moi, j’y connais quelque chose, je suis de ce côté de la palissade. Mais ce n’est pas la seule chose qui rend quelqu’un dangereux ou non, je sentais également le cosmos de l’homme à mes côtés, sous la forme d’une vague de puissance qui pulsais par son être et qui attendait juste d’être relâcher comme un dragon voudrait prendre son envol. Je souri, je pourrai lui faire confiance pour surveiller mes arrières en cas de besoin.

Les sujets de conversations commençaient à se tarir quand le paysage changea enfin, de la neige et la montagne au doux couvert blanc, une forêt émergea, des épicéas s’élevait dans les airs, ainsi que de grandes pierres aux couleurs violines qui lançait leurs lumières aux alentour assombrissant les lieux et donnant un aspect mystique a la nature environnante. Dans les bloque d’améthystes étaient parfois piégé des squelettes comme des insectes dans l’ambres.

-Très réussi le look forêt de conte de fée glauque.

Je riais à ma plaisanterie, parfois l’humour est la seule chose qui vous empêche de tomber dans la folie, j’avais compté au moins une dizaine de cadavre depuis notre entré dans la forêt, rien de bien joyeux et le manoir qui se détachait derrière la végétation avait cet air sinistre que développe rapidement les maisons qui n’avaient pas été habité depuis longtemps. Je sentais quelque chose de lourd dans l’atmosphère qui me prenait presque à la gorge et un long filet de sueur froid qui s’élançait de ma nuque sur toute ma colonne vertébrale. Je crois que c’est ça que l’on appelle un mauvais pressentiment. Je m’approchais de la porte, doucement, faisant signe à mes compagnons de reculer derrière moi. Je m’accroupi, si quelqu’un voulait attaquer à travers la porte, il le ferra à hauteur d’homme, dans cette position j’avais plus de chance d’évité en cas de besoin, je ressemblais surement à un imbécile, mais je préfère ça plutôt qu’avoir l’air d’un mec cool dont le cadavre est entrain de refroidir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Dim 6 Déc - 15:03


Marchant à travers les montagnes sans se presser, et sans se traîner. Après tout, nous arriverons à l'heure avec un certain professionnalisme, mais sans aucun enthousiasme qui n'aurait pu qu'être hypocrite de toute manière au vu de la situation. Car, préoccuper intérieurement par ces derniers mois infernaux, et par la traque récente des partisans d'Odin et Loki à laquelle je n'ai pas participé. Tout cela ne semble pas connaitre de fin dans une courte échéance. Tous ces morts parmi les civils, est-ce que les forces d'Odin et de Loki ont cela sur la conscience ? Il est navrant que notre pays en soi proie à cette guerre civile, car la guerre ce n'ait vraiment pas fait pour les gens qui s'aiment. Elle est trop cruelle pour ceux qui partent comme pour ceux qui restent. Mais mes nombreux voyages à travers le pays d'Asgard m'a démontrée que c'est comme ça que ça marche ! Lorsqu'un peuple est assit sur quelque chose que l'on convoite, on en fait un ennemi ! Et ça justifie le pillage, et la guerre. Et avec le temps, comme pour me sortir de mes sombres pensées, mon regard se dirige sur mes acolytes, comme pour jauger leurs comportements sur l'instant. Mes lèvres s'ourlent d'un sourire éphémère, lorsque enfin, nous apercevons dans le lointain paysage, la forêt de Delta.

Accélérant brièvement le pas, j'avale la distance qui me sépare de notre objectif en quelques minutes. La forêt paraît luxuriante, comme jadis, et de plus loin encore. Mais rien ne vit en elle, mais pourtant la vie l'habite. Le malaise serre la poitrine de tous ceux qui pénètrent dans son enceinte et ce sentiment ne fait que s'accroître au fur et à mesure que l'on s'y enfonce pour découvrir les énormes cristaux plantés dans le sol de toutes parts. Car cette forêt n'en est plus une, transformée en vaste cimetière par le seul qui s'y sent dans son élément et peut y circuler sans sourciller. La vue des squelettes prisonniers de ces cercueils à base de pierre précieuse n'est en rien rassurant. Mais quand les malheureux se rendront compte de l'erreur qu'ils ont faite en entrant ici il sera déjà trop tard pour s'en échapper. Et ce, pour une bonne et simple raison ; la forêt elle-même est contre tout ennemi foulant son sol. Pour autant, seul Hakon semble mal à l'aise vis-à-vis de cette atmosphère lugubre et repoussante. Et il s'en faudrait de peu pour que je lui rétribue une réplique sanglante, mais il n'est pas de bon ton que nous nous chamaillons pour de vaines répliques. Mais quand Hakkon nous fait signe de reculer derrière lui, j'obtempère. Comme si l'étrangeté de la situation, se muer soudainement en une situation pouvant se prêter à rire.

Je recule, non sans être amusé par le nouveau comportement d'Hakkon. Et comme pour témoigner de mon amusement à cette situation, ma voix s'élance à travers les lieux. Sans discrétion aucune.

- Ma foi, s'il paraît que vite faire les choses c'est mal les faire, logiquement lentement les faire c'est bien les faire. Mais tu n'es point observateur Hakkon.

De quelques pas, je me retrouve près de lui. Pour finalement me baisser, et me permettre de frotter le sol, et d'y chasser les nombreuses feuilles tombés sur le sol. Scrutant avec minutie le sol, à chaque passage ou j'y chasse la couverture de feuilles. J'utilise mon cosmos autour de ma main droite, pour y caresser le sol, et espérer desceller d'éventuelles pistes. Puis, me redressant de toute ma hauteur, je m'avance vers la porte, non sans inviter hakkon d'un geste simple de ma main gauche, à s'éloigner. Je jauge de ma hauteur, la dite porte, en y dénichant d'éventuelles traces de Cosmos. Ou à moindre mesure, de quelconque trace. Et après quelques secondes de minutieuse recherche, je baisse mon bras, le long de mon buste. Et tout en me retournant, mon regard se plante dans celui de mes acolytes, pendant que ma voix s'élève.


- Peu de civils osent s'aventurer, même par ces temps de guerre civile, jusqu'à cette forêt damnée. Mais pour m'assurer que nous ne tombions pas dans une embuscade. J'ai utilisé l'une de mes capacités, puisque hormis mes talents de guerrière. Je suis aussi une chasseuse hors pair. Et je suis très douée pour pister des traces, même infimes. Et je ne suis pas parvenu à desceller une trace de Cosmos, même faible. Mais je ne peux qu'insister sur notre méfiance.

Après une longue et interminable poignée de seconde, personne ne semble répondre, y compris dans la demeure de la famille Albérick. Alors, affichant un visage glaçant et tournant mon regard vers la principale porte d’entrée, je scrute ensuite travers les fenêtres, comme pour espérer voir apparaître une silhouette. Puis, survient l'instant, ou ouvrant la principale porte d'accès à la demeure. Je m'avance d'un premier, puis d'un second pas. Et jetant un premier regard à l'intérieur de la battisse. Je n'ai, plus à cet instant. Une once de considération pour les guerriers d'Odin. S'ils veulent couvrir mes arrières, qu'ils le fassent. S'ils souhaitent me suivre, ou fuir. Grand bien m'en fasse. Quant à la suite, elle ne dépend plus que de moi ...

Une fois à l’intérieur, plus question de reculer, nous sommes ici pour récolter des informations, et je ne partirais pas. Non sans avoir déniché quoi que ce soit de formel. Alors, m’avançant dans le vestibule puis vers ma gauche. Au terme de quelque mètre, je m'affranchis d'une autre porte. Et longeant une nouvelle pièce, je ralentis le rythme de mes pas, pour finalement stopper mon ascension. Je me retourne, pour m'assurer de la position de mes acolytes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Mar 29 Déc - 12:54

Tandis que Miria s’aventurait à l'intérieur de l'antique bâtisse, je jetait un regard à Hakon, lui sourit et haussa les épaules. Je n'avais pas tant voyagé dans le but de rebrousser chemin maintenant. Je suis donc donc la Valkyrie qui s'avance lentement dans le manoir. De mon index je racle la poussière sur le mur, tâchant de réaliser combien de temps à passer depuis l'abandon des lieux.

"Je me fais peux être des idées, mais l'absence de cosmos rends les lieux encore plus glauque, vous-ne trouvez pas? Je suis curieux de voir ce que la suite nous réserve."

Nous avançons dans le vestibule, puis Miria nous fait prendre à gauche. Tandis qu'elle traverse une autre porte, je m'arrête pour regarder un tableau sur le mur. Ancien, Il représentait le fondateur de la famille Albérich, dans une attitude noble et altière. L'art nous permet d'atteindre l'immortalité. Que notre mémoire ne disparaisse jamais. Mais je n'ai jamais eu de patience pour ses choses là, ni le temps. Je suis un guerrier, et se sont mes exploits qui me feront entrer dans la légende.

C'est alors que je ressens une secousse. Infime, presque imperceptible, provenant de la maison elle même. Une bourrasque de vent glacé s'ensuit depuis l'intérieur du manoir, comme si les lieux me sommaient de partir. Je regarde mes compagnons, afin de voir si nous avons tous partagé cette expérience, ou si j'ai halluciné. Si le but était de me faire fuir, c'est bien raté. La seule chose qui aurait pu me faire rebrousser chemin était l'ennui. Là, ma curiosité grandissait. Râvi, je donne une tape amicale dans le dos de Hakon, et je m'avance jusqu'à Miria.

"Mes Amis, ce Manoir me plait drôlement. Je sens qu'il va s'y passer quelque chose. Quoi? je n'en sais rien, mais à nous de le découvrir. Et si quelque chose se terre, nous le débusquerons."

Roulant des mécaniques, je dépasse Miria de plusieurs mètres avant de m'arrêter. Je me retourne, l'air gêné, rit et dit alors:

"C'est vrai, j'ai oublié, nous avons parmi nous des gens qui savent par où commencer les recherche, et je n'en fait pas parti."

Je laisse mes compagnons repasser devant moi, en jetant malgré tout un dernier regard à nos arrières, afin de m'assurer que nous ne sommes pas suivis...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Mar 29 Déc - 21:13

Le manoir, visiblement personne n’avait penser à venir l’entretenir, le bois craquait sous mes pieds avec un bruit sinistre, dans l’air de la poussière dansais doucement comme un millier de petites choses. Je regardais aux alentour, tout était mort, froid et abandonner, j’imaginais cinq seconde à quoi devait ressembler cette demeure pleine de vie, avec un feu qui ronronnait dans la cheminée, des couleurs aux murs, une odeur de propre flottant dans les environs, peut-être même celle d’un repas sortant des cuisines. Mais je n’étais pas dupe, même du temps où elle était habitée cette maison ne devait surement pas receler en elle une telle ambiance chaleureuse, non, de ce que j’avais appris sur le dernier des ainés de cette famille, il ne devait rien y avoir de très joyeux ici, je sentais presque de la tension s’échapper des murs, comme si les murs avaient gardé en eux la personnalité de la dernière personne à l’avoir habité. Je ne crois pas au maison hanté, enfin je n’en ai encore jamais vu, certain aime à penser que l’énergie d’une personne s’incruste dans le lieu qui l’hébergé et si celui-ci avait de violente émotions ses dernières ressorte parfois. En résumé on appelle ça un poltergeist, cette pensée n’était pas vraiment rassurante. Je me tournais vers Kori qui était l’une des seules sources de bruits et de sons ici. Lui il était vivant, c’était rassurant.

-C’est sûr qu’il ne manque que le thème de Dracula prince des ténèbres pour que le lieu soit parfait pour une fête d’Halloween.


On continuait d’avancer lentement, promenant nos yeux sur chaque couloir, la luminosité semblait baisser peu à peu, où alors ce n’était qu’une impression était-je en train de devenir claustrophobe ? Peut-être bien. Je hoquetais et me retrouva quelque peu désarçonner par une bourrasque de vent, du vent ici ? Pas possible. J’avais un mauvais pressentiment, il valait mieux rester sur mes gardes, nous n’étions pas les bienvenus ici. Kori lui semblait excité par l’atmosphère du lieu, j’étais presque sûr qu’il était le genre de personne à aller voir des films d’horreur et à se plaindre parce que le loup-garou ne faisait pas assez réel. Je soupirais et cette pensée m’arracha un sourire, décidément qu’elle belle équipe nous formions tous les trois. Je pris la tête de la marche après tout, c’était mon idée, donc si quelque chose devait nous tomber dessus, j’en prenais la responsabilité. Franchement qu’elle idée j’ai eu d’avoir un sens de l’honneur moi ? Levant ma main droite, une flamme apparut sur cette dernière d’un orange vive, brillant dans la pénombre et dansant doucement dans une variante de couleurs chaude. Bien maintenant nous pouvions avancer jusqu’au tréfonds du manoir passant une porte qui s’ouvrait difficilement ronger par les effets du temps. Enfin voilà la pièce que je cherchais la bibliothèque, aussi grande que celle que je rêvais d’avoir, des livres montaient jusqu’au plafond surement accumuler par la famille au fil des siècles. Au milieu de la pièce, un énorme bureau en ébène se confondait avec la pénombre, le sourire sur mon visage grandit encore. Malgré le froid et le sentiment de mal être qui m’habitait ici, la vue de tous ces livres me faisait le plus grand bien, j’avais toujours aimer lire. Je transmis la flamme dans ma main à l’un des chandeliers posés sur le bureau. Le genre de chandelier avec plusieurs bougies, j’en tandis un à Kori et un à la walkyrie, nos recherches allaient vraiment commencer.

-Bien on cherche tout ce qui touche à l’arbre-monde, regarder dans les index, c’est ce qu’il y a de plus rapide et attention vu leurs âges, les livres peuvent êtres fragiles.

Je m’approchais des livres laissant aller ma main sur le dos de leurs couvertures enlevant quelques toiles d’araignées au passages approchant un peu les flammes je pu lire l’écriture cursive en lettre dorée qui l’ornais « Journal de la familles Alberich ; Tome 1 ». Peut-être que le premier nous dirais quelque chose, où les autres, il y avait-il déjà eu un cas similaire au notre à Asgard, si c’était le cas alors le problème avait été résolu, enfin jusqu’à ce que nous ayons à le résoudre nous. Je pris le livre dans ma main m’apprêtant à l’ouvrir quand une autre bourrasque d’air froid parcouru le manoir, soulevant quelques boucles de mes cheveux et provocant un long frisson dans mon dos qui monta jusqu’à ma nuque. Un rire sembla s’élever dans le vent, léger et rieur, mais qui sonnait tellement terrifiant. Je me retournais, plaçant le livre sous mon bras dans une position de combat, j’avais réellement entendu se rire n’est-ce pas ? Il n’y avait personne. Je fronçais les sourcils scrutant chaque recoins d’ombres.

-Qui est là ?! Dévoilez-vous !?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Sam 16 Jan - 21:19

Personne ne répondit à Hakon, mais le vent continuait a souffler fort. Tandis que je m'approche du guerrier de Sköll, le livre que je m'apprêtais à prendre s'envola, comme propulsé, pour aller s'écraser contre le mur d'en face. Une moue agacée apparue alors sur mon visage :

« Bon, il semblerait qu'on ne soit pas seuls. N'est-ce pas les gars ? »

Me tournant vers mes compagnons, je vois Miria s'enfuir, déterminée. Elle semble avoir pris quelque chose dans la salle, mais je n'en suis pas sûr. Le poing crispé, je me lance à la poursuite de la Walkyrie :

« Et merde... »

Un simple moment de relachement de ma part, et la guerrière repart vers son but originel, oubliant les accords passés ensemble. Tandis que j'arrive à la porte de la salle, une silhouette me bloque le chemin :

« Vous ne pensez tout de même pas que je vais vous laisser faire ce que vous voulez chez moi ? »

La voix était glaciale. Un homme semble se tenir devant moi. Roux, portant l'armure de Delta. Pourtant, je vois à travers lui. C'est troublant. Un fantôme ? Ou une illusion ? Illusion à travers  laquelle je vois la Walkyrie s'enfuir ! Je m'apprête a dépasser la silhouette, quand un sourire satisfait apparaît sur ses lèvres, et il disparaît. Suis-je le seul à l'avoir vu ? En tout cas, je crois être le seul a sentir le sol se dérober sous mes pieds, tandis que la dalle sur laquelle je me tenais disparais.

« Génial... »

Je tends le bras pour me raccrocher à une dalle tandis que je chute dans le vide, mais ma main passe au travers de celle-ci. C'est que les choses commencent à être intéressantes dans ce château ! Ne pouvant m'empêcher cette remarque, tout en chutant, je lance à l'attention d'Hakon :

« Trouve l'objet de notre quête ! Je trouverais la sortie ! »

La chute est longue... Je concentre dans mes poings, et frappe la paroi, transperçant la roche et stoppant ma chute. Regardant sous mes pieds, je vois qu'il reste encore cinq mètre sous mes pieds. Je lève les yeux, et vois dix fois cette distance.

« Bon allez, bouge toi un peu Kori, tu as des choses à faire... »

Et sur ces paroles, je me laisse tombé sur le restant de la distance, et retombe sur mes pieds, arrivant dans une salle sombre au seul son d'un ruisseau qui coule...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   Dim 24 Jan - 17:10

Génial, je venais de rendre l’expression « se prendre un vent » on ne peut plus réel ! Et part un fantôme en plus de ça, décidément ce n’était pas du ma journée aujourd’hui. J’aurai mieux fait de rester bien au chaud dans mon lit ce matin, mais bon je fais partie des gentils et les gentils ne font pas ça, ils se lèves pour aller botter le cul des méchants. Un vent puissant c’était mis à souffler pour répondre à ma question faisant volé quelques les quelques boucles noires de mes cheveux qui dépassaient du casque de mon armure. Je mis mon bras devant mon visage pour protéger mes yeux de la poussière qu’emportait cette bourrasque. Un livre en fut même propulser contre un mur, je fronçais les sourcils, je n’aimais pas du tout qu’on abime une œuvre littéraire, même si la personne qui fait ça est morte depuis des années. Je me tournais vers Kori qui ne semblait pas plus surpris que moi par les évènements, juste quelque peu agacé … ouais quand on passe son temps à combattre des divinités et des créature mythologique une simple apparition fantomatique finit par être juste une simple source d’agacement …. Blasé nous ? Non pas du tout !
Un sourire mi-figue mi-raisin apparu sur mon visage. J’avais déjà vu bien pire et même s’il semblait évident que faire le ventilateur ne serait pas le seul pouvoir de notre nouvel ami spectral sa m’était au moins un peu d’action dans ce manoir, joyeux halloween les amis. Huum avec un peu de chance le fantôme ne nous demanderait que des bonbons ? Non aucune chance hein.

« Ouais, je crois bien qu’on a un invité de plus à notre petite sauterie »

Je n’ai même pas le temps de rire à ma propre plaisanterie que Miria, la Walkyrie qui nous accompagnait s’enfuyait à tire d’ailes, métaphoriquement parlant en dérobant un objet dans la pièce, je lâche une envolé de jurons très lyric avant de m’élancer à sa poursuite très vite stopper par un nouveau retournement de situation. Vous connaissez la loi de Murphy ? En résumé elle dit « Tout ce qui est susceptible de mal tourner, tournera nécessairement mal ». Ou encore « S'il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu'au moins l'une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu'un quelque part pour emprunter cette voie. » Pour vous donner un exemple imaginez que vous conduisez en dépassant les limites de vitesse, il y aura forcément des policiers au quoi de la rue pour vous verbalisé alors que comme par hasard si vous aviez conduit correctement ils n’auraient pas été. On appelle aussi cette loi, la loi de l’emmerdement maximum.
Enfin bref revenons-en à nous moutons ectoplasmique ! Alors que la traitresse fuyait toujours une ombre avait bloquer le chemin de Kori. Un jeune homme dont les cheveux couleur flamboyante contrastait avec l’amure de Delta qu’il portait, j’écarquillais les yeux quelque seconds reconnaissant Alberich, l’ancien propriétaire de la demeure que j’avais aperçu en photo dans l’un des livres que j’avais feuilleté pendant nos recherches. Je fus surpris deux seconde avant de me dire que c’était normal qu’il hante les lieux … enfin si c’était normal de hanter un lieu. A travers lui on pouvait voir la jeune femme s’enfuir, je la maudissais, je n’aurai jamais dû lui faire confiance, ça m’apprendra à faire preuve de compassion envers les dames de Freyja. Je pensais que la situation ne pouvait pas empirer quand soudain le mort disparu, puis Kori aussi, une seconde il était là et l’autre il ne l’était plus. Quoi Kori était lui aussi un fantôme ? Non pensé stupide, je m’approchais de l’endroit où il se tenait plus tôt pour voir une trappe dans le sol, super, en plus le manoir était piégé, je soupirai, décidément les gens qui avaient bâti cette endroit étaient tous des tarés.
J’entends la voix de Kori, elle semblait distance, mais combien de mètres ce trou pouvait bien faire ? Enfin il m’incite à trouver l’objet de la quête, m’indiquant qu’il trouvera la sortie. Je lui faisais confiance pour ça, je savais qu’il était capable s’il le voulait de se créer un chemin à travers la terre à la simple force de ses poings. Je souri et élève à mon tour la voix pour être sûr qu’il m’entende.

-Ta bien intérêt à la trouvée ! Le dernier rentré paye la tournée de bière !

Rien de tel pour motivé les troupes. Moi je retournais à notre quête, m’intéressant d’abord au livres que le vent avait envoyé balader. Quelque chose me disait que l’esprit ne nous en avait pas éloigné pour rien. Je m’approchais du livre avec une démarche féline, il semblait vieux de plus près, sur la couverture un Yggdrasill dorée ce détachait. Oui j’avais surement trouver ce que nous étions venu chercher. Je me penchais pour le ramasser quand une voix m’arrêta … évidemment sa aurai été trop simple sinon.

-Que pense-tu faire ? N’ai-je pas dit que je n’allais pas vous laisser faire ce que vous voulez dans ma demeure ?

Je me retournais pour contemplé une nouvelle fois le fantôme du maître des lieux, toujours vêtu de l’armure divine de delta qui brillait d’un semble violet, toujours translucide, un sourire ardent au lèvre. Je lui répondis par le même sourire joueur et effronté, honnêtement j’aurai du avoir peur et j’avais peur et c’était justement ça qui me faisait sourire. La peur n’est pas une mauvaise chose. On devient plus adroits, plus agile, notre cerveau nous aide à nous focaliser sur l’important, on n’est pas distrait. Oui, une fois domestiqué, la peur est quelque chose de très précieux ;

-Et je suppose que tu ne me laisseras pas non plus sortir d’ici vivant.

Un autre sourire.

-Bien sûr que non … Nature Unity !

Après qu’il est hurler le nom de sa technique des arbres ont brisées les fenêtres, des branches qui semblaient douées de vie. Comme des tentacules arboricoles démoniaque elles se mouvaient jusqu’à moi enserrant mes bras, mes jambes et mon tronc. Je me retrouvais donc piéger à au moins 30 centimètre au-dessus du sol. Si je m’attendais à ça … me faire attaquer par des arbres, la nature n’était-elle pas sensé être de notre côté non ? … Visiblement cette dernière préférait obéir à un homme mort depuis quelque temps plutôt qu’au type qui tentait désespérément de sauver Asgard, si on m’avait dit que même les plantes me cracheraient dessus quand je deviendrais un héros, j’y aurai réfléchi a deux fois au moins. Bien, il était temps de me sortir de cette situation, de récupérer le livre qui se trouvait à présent dans les mains fantôme d’Alberich et à sortir de ce manoir infernal. Je concentrai mon cosmos, je brûlais cette galaxie intérieure au fond de moi-même. Je le faisais grossir et éclater comme une étoile à neutron, comme une étoile on fin de vie deviendrai une nova étincelante. Un aura rouge et étoilé entourait mon corps et la chaleur de la pièce continuait à augmenter, j’essayais de calmer se pouvoir, ne pas faire tout flamber, j’aurai pris le risque de brûler le livre qui contenait de précieuse information. C’est parfois difficile, le pouvoir est comme un muscle. Un poing que je devais maintenir fermer pour ne pas qu’il s’échappe. J’allais devoir lutter contre mon ennemi, mais aussi contre moi-même. Mes ongles poussaient au bouts de mes doigts prenant une couleur noire et s’effilant pour prendre la forme de griffe le feu les recouvrant peu après.

-Sunlight Sköll Clow !

Les flammes s’intensifiant d’un seul coup, je déchirais les branches, ces dernières impuissante faces aux griffes enflammées tranchantes et brûlantes, elles tombaient à terre où elles se transformaient immédiatement en bois mort. A la vitesse de la lumière je me précipitais vers l’homme en face de moi dont le sourire avait disparu, j’attrapais le livre dans ses mains et le traversait et alors lui aussi disparut. Je regardais tout autour de moi, je ne pouvais pas croire que le combat était déjà fini, je mis en vitesse le livre, objet le plus précieux du monde à mes yeux en cet instant restant sur le qui-vive, j’allais baisser ma garde quand un autre cri retenti et que l’éclat du fantôme réapparu dans la nuit qui entourait le manoir notre seul source de lumière étant les flammes qui consumaient doucement les branches mortes à nos pieds.

-Nature Unity !


Et de nouveau le même spectacle que tout à l’heure, les branches d’arbres passants de nouveaux par les fenêtres, lançant par la même occasion de véritable pieux de bois de part tous les côtés, sa aurai été très efficace contre des vampires, mais beaucoup moins sur moi, j’esquivait les pointes acérer et les branches aussi bien que je le pouvais. J’avais presque l’impression d’être agresser par une horde de moustiques pas très amicaux, des moustiques dopés aux stéroïdes, je regardais le fantôme m’étonnant de ne plus pouvoir voir à travers, il semblait plus consistant et même plus vivant qu’il y a quelques minutes, je fronçais les sourcils à cette constatation.

-C’est moi où tu viens de passer à la machine avec une bonne dose de blanchissant spéciale fantôme ?

Un sourire apparut sur le visage d’Alberich, un grand sourire mauvais qui voulait dire « Continu de fanfaronner ça ne me donne que plus envie de te botter les fesses ». Je lui répondis par un sourire ravageur qui aurai pu faire tomber une foule de fan en délire, mais qui visiblement le laissa de marbre, enfin d’améthyste.

-Plus tu utilises ton cosmos ici plus je deviens vivant et puissant ! Tu finiras bientôt dans un cercueil d’améthyste et je me nourrirai de ton énergie vitale pour renaitre à nouveau.


Bien Hakon tu à réussi à trouver un fantôme mégalo avec des projets de renaissance et qui semblait vraiment déterminé à le réaliser. Plus j’utilisais mon cosmos plus il devenait fort alors. Je compris très vite que j’étais mal barré, mais tout de même pas assez vite. Des branches m’entouraient les jambes et je me retrouvais à l’envers, pendus par les pieds, un juron s’échappa de mes lèvres. J’étais véritablement mal. Cette fois je ne pourrai pas me libérer facilement, il faudrait que je trouve une solution, si j’utilisais mon cosmos il deviendrait encore plus dur à battre, mais comment le battre sans utiliser mon cosmos ? Pourquoi c’était toujours sur moi que ce genre de situation tombais ? J’en venais presque à envier Kori qui était entrain de pourrir dans le sous-sol. Très bien. Pour apparaitre il avait dû utiliser du cosmos déjà… qui avait utiliser du cosmos ici ? Miria avant d’entrer et moi pour nous éclairer ensuite ? Oui il me semblait que c’était quelque-chose comme ça.
Mais à cet instant le fantôme n’était pas là et pourquoi ne nous avait-t ’il pas attaquer dès notre entrer dans la forêt ? Là-bas aussi j’avais utilisé mon cosmos pour nous réchauffer … j’en déduis que notre hôte ne pouvait aspirer le cosmos que dans le manoir … sa collais avec ce que j’avais pensé en entrant. Les poltergeist. Oui ! Un grand sourire éclaira mon visage, un sourire inverser en vue de ma position, mais un sourire quand même, je me retenais de crier un bon vieux Eureka ! Je venais de découvrir ce qui se passait ici.

-Désolé mon petit Alberich, mais ce que je vais faire ne va pas te plaire du tout.

C’était à mon tour d’avoir un sourire mauvais, je levais les bras, croisant mes mains en dessous de ma tête, les paumes vers l’extérieur, je concentrais mon cosmos au maximum, de la chaleur, et de la lumière dorée et rouge entouraient mes mains, je sentais en moi les galaxies brûler, exploser comme un millions d’atomes en fusions. La lumière et la puissance du soleil résonnait entre mes paumes comme le battement d’un second cœur. Puis quand mon cosmos eu atteint son paroxysme j’abattis mes mains vers le sol libérer toute la puissance d’une explosion atomique miniature.

- Muspellheim Solar Breath !!

Une explosion de lumière et de flammes, transformant vite les alentours en enfer sur terre. Déjà les flammes consumaient les murs et le sol, détruisant par la même occasion la source qui alimentait l’énergie du chevalier divin mort. Ce dernier disparaissait en hurlant tandis que moi je courais dehors le plus vite possible pour m’éloigner de cet endroit, m’éloigner de ce manoir horrible. J’eu juste une pensée pour Kori en espérant qu’il ne périsse pas dans mes flammes. J’avais eu le livre. C’était l’important, j’étais sûr qu’il regorgeait d’informations importante.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Albérich Curse & Co ~ Welcome [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Forêt d'Améthyste :: • Le manoir d'Albérich-