Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 Sanctuary Journey [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sanctuary Journey [Libre]   Jeu 10 Déc - 21:53


L’ombre de la nuit planait au-dessus de moi, je me tordais dans mon sommeil au proie d’un rêve peu agréable. Je revivais un combat avec pour décor le puit des âmes où se jette sans cesses ce qui reste des personnes qui sont morte récemment. Je pouvais voir les lieux avec toute la puissance que mon subconscient apportait à cette toile où un combat se déroulait, un combat contre le chevalier du Cancer Akuma, ce dernier avait les mêmes cheveux rouges que lors de notre rencontre, le même regard intense qui invitait à une bataille. Une bataille qui se voulait s’en précèdent entre nous. Pourtant j’avais beau élever mon cosmos, me lancer dans l’action je ne pouvais l’atteindre. Les flammes bleues du Seki shiki dévorait mon âme, jusqu’à ce que toute trace de mon existence disparaisse.

C’est sur cette fin que je me réveillai en sursaut ruisselant de sueur et le souffle court, je rabattais les draps surs moi, dehors une tempête de neige faisait trembler les carreaux de ma maison. Je pouvais voir les flocons s’écraser avec force contre le verre. Je m’assis et poussais un long soupir. Le sommeil m’avait surement quitté, pas moyen de le retrouver à nouveau et même je craignais de faire encore un autre rêve. Je regardais mon corps. Aucune blessure n’était là pour attester du combat titanesque qui avait eu lieu plus tôt. Non les blessures que j’avais reçu n’était pas physique. C’est mon âme qui avait subi les assauts du gold saint du Cancer. Je les ressentais encore et ces rêves devenait de plus en présent au fil des nuits, voilà quelques semaines que l’affrontement avait eu lieu. Akuma … Un grand guerrier ce combat m’avait rappelé pourquoi j’étais un guerrier divin et pourquoi je me battais, il avait fallu cette explosion cosmique pour que je me réveille enfin. La victoire n’appartenait à personne c’était sur un match nul que c’était terminé cette éruption de notre statut de combattant. Tout en regardant la neige tombé dehors dans le froid d’Asgard, je me demandais s’il portait encore sur son corps les cicatrices que je lui avais infligées comme moi mon âme était recouverte des sienne. Pour un guerrier du nord une cicatrice signifie beaucoup elle est la marque du combattant de celui qui à affronter le champ de bataille, défié la mort, danser avec elle, s’entaillant le cœur et le corps sur sa robe de ronces ardente. Je me souvenais aussi de son dernier message écrit de son sang même qu’il avait laissé sur mon armure m’invitant à le rejoindre au sanctuaire lieu de vie des saints protégeant Athéna se situant en Grèce. A l’instant alors que je levais mes yeux au couleur du saphir sur le feu qui ronronnait doucement dans la cheminé ma décision était prise, j’allais me rendre au sanctuaire, il fallait que je parle au chevalier, que je vois ce qu’il restait en lui de notre duel aux enfers.

Je me levais, marchant jusqu’au grand bureau qui se trouve lui aussi dans ma chambre, fait du bois que l’on trouve le plus dans ces contrées enneigées, du sapin, le bois est doux et sa couleur est très claire, je m’assoie posant mon doigt sur la mèche d’une bougie qui repose ici, la flamme s’allume d’elle-même animé par une petite goute de mon cosmos. La lumière éclaire la surface devant moi projetant mon ombre sur le mur en face. D’un tiroir je sors du papier, une feuille d’une couleur blanche un peu vieillie, voilà longtemps que je n’avais pas écrit de lettre. Du même placard je sors également un encrier dont la couleur du contenu rappel parfois celle de mes yeux et une immense plume blanche. Je laisse alors mes doigts filés sur le papier avec la même dextérité que lorsque je brûle mon cosmos en plein combat. D’une écriture courbée, dont les mots ce termine par une longues barre d’encre j’écris, je cherche un prétexte pour mon rendre au sanctuaire, ce n’est pas difficile ici à Asgard la situation empire de jour en jour et les chevaliers d’Athéna ont longtemps été nos allier même si parfois nous nous somme affronté dans le passé, nous œuvrons tous dans un seul et même but protéger la paix de cette terre qui nous ai si cher.

« Représentant d’Athéna, déesse de la sagesse et de la guerre, protectrice de la terre. Moi l’auteur de cette missive, Hakon Wodan, Guerrier Divin du Sköll compte me rendre en Grèce au sanctuaire, ici à Asgard la situation est au plus bas. Une guerre civil fait rage entre Loki, Odin et Freyja, de plus Yggdrasil se meurt, j’aimerai vous rencontrer et discuter des derniers évènements avec vous, nos camps ont toujours été alliés et peut-être pourrons nous ensemble faire avancer un temps sois peu la situation, je me pose ici, peut-être à tort comme la voix du peuple d’Asgard envers vous et je vous prie de bien vouloir recevoir cette lettre comme une invitation à la coopération et à l’entente. Je devrais arriver quelque temps après cette lettre, avec tout l’espoir que nous arriverons à trouver un terrain d’entente.

Hakon Wodan »


Je signe la lettre, la remplis sur elle-même avant de la mettre dans un tube de bois que je scelle avec mon cosmos, si c’est bien le représentant d’Athéna qui la reçoit je suis certain qu’il arrivera à l’ouvrir. Il est maintenant temps de leurs envoyer. Je m’habille, pas vraiment chaudement, juste de quoi me couvrir le corps, grâce à mon cosmos le froid de terres nordique ne m’a jamais atteint. Le seul vêtement atypique que j’ajoute à ma collection est une protection sur mon bras droit qui me servira plus tard. Je sors, la tempête de neige a cessé et l’on voit derrière les montagnes apparaitre les premiers rayons du soleil, donnant aux nuages une étrange couleurs douce et rosé, celle de l’aurore qui viens de naitre. Je marche un peu, puis une fois arriver près des montagnes que j’ai citées plus haut, je mets mes doigts près de mes lèvres et je siffle longtemps laissant le sang se propagé de mont en mont, d’écho en écho. Puis j’attends en fermant les yeux et levant le bras recouvert d’une protection. Quand soudain un autre sifflement se fait entendre bien plus perçant que le mien j’ouvre les yeux sur une ombre qui fonce sur moi depuis les cieux, l’ombre se transformant en une masse de plume qui pose ses serre sur mon bras et l’oiseau me regarde de ses yeux rempli d’intelligence et d’attente. J’admire ce magnifique faucon qui niche plus haut dans les montagnes, cet oiseau que j’ai trouvé et que j’ai élevé. Je lui flatte doucement la tête et ce dernier me mordille les doigts joyeusement de son bec. Il est parfait pour la missions que je vais lui confier, d’un geste adroit j’attache la lettre à sa patte droite, bien solidement pour qu’elle ne tombe pas pendant le voyage.

« Arne, toi mon fidèle oiseau, porte cette lettre au sanctuaire en Grèce, va et reviens ensuite vers moi ! »

J’élance le bras et le faucon prend son envol, il grimpe dans les cieux d’un battement d’aile rapide et puissant, ses plumes brunes à la couleur du cuivre fendent les airs avec une grâce incroyable, jamais je ne me lasserai de le voir volé, j’ai recueilli cette oiseau quand j’étais jeune, je ne pensais plus jamais le revoir lorsque je me suis fait enlever par des fanatique religieux, mais un jour il est revenu vers moi ce posant sur le toit de ma maison, ce fut l’une de mes plus grande joie depuis ma renaissance en tant que guerrier divin et la seule chose qu’il me reste de mon ancienne vie. Bien il ne me restait plus qu’une seule chose à faire avant de partir en direction du sanctuaire, je bouge encore jusqu’à la taverne que je fréquente souvent, les lettres se détache toujours de la même couleur dorée où l’on peut lire « Fire and Fury » le nom de ces lieux. Je frappe à la porte réveillant les personnes qui ce trouve surement endormi, la gérantes une femmes un peu plus vielle que moi aux forme généreuse et aux longs cheveux ailes de corbeaux m’ouvre la porte, souriant en voyant mon visage je lui offre ce même sourire bien que le mien ne monta pas jusqu’à mes oreilles. Je lui parle d’une voix douce celle qu’on utilise pour s’excuser de déranger les gens à une heure si matinale.

« Je dois partir en voyage sous peu, j’aimerai t’acheter un tonneau de bière, oui celle que je bois d’habitude … oui le plus gros que tu possède. »

J’entre et vois ledit tonneau, de la même hauteur que moi et beaucoup plus large, à l’intérieur danse doucement un liquide à la riche couleur de l’ambre, cette bière est selon moi la meilleur que l’on trouve dans tout Asgard, je ferme le récipient, donnant une somme d’argent considérable à la gérante, peut-être un peu trop, mais ce n’est pas grave, c’est un dédommagement pour la gêne occasionné. J’attache les deux anses du tonneau dans mon dos et me voilà maintenant près à partir pour le sanctuaire. Je me retourne une dernière fois et contemple ma patrie, je reviendrai vite, mon devoir est de la protéger même si je dois pour cela perdre la vie.



Le voyage fut long, même pour moi qui peut se déplacer très vite à pied, j’en profite pour admirer les paysages, je traverse la mer déchainée en bateau, j’admire les remous et l’étendue bleue qui s’étend à perte de vue, je traverse également les plaines européennes qui brilles de leurs calmes et de leurs simplicités, les grandes villes, dédale verticales de gratte-ciel et de métal. Je retrouve dans les monts Alpins quelque paysages qui me rappel Asgard et enfin j’arrive en territoire grecque aux porte d’Athènes cette immense ville ou ce mêle culture antique et modernité. Je ne suis pas habitué à ce genre de lieux, le village de Rodorio lui me semble un peu plus famille, les gens s’exclame lorsqu’ils me regardent passer vêtu de ma God Robe du Sköll. Ils doivent être habitué à cohabiter avec les différents chevalier du sanctuaire, je monte en direction des douzes temples dont l’ombre ce détache sur la montagne en espérant que ma lettre ai été reçu je ne suis pas ici pour me battre et un combat serai véritablement mal venu pour une visite diplomatique, j’arrive devant le premier des temples, je m’agenouille, pour montrer que je ne suis pas ici dans un but agressif, je parle d’une voix forte, pas à quelqu’un en particulier, mais à qui pourra m’entendre.

« Je suis le Guerrier Divin du Sköll, envoyé d’Asgard au sanctuaire, je suis ici en mission diplomatique. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Sam 12 Déc - 22:38


Il y a décidément beaucoup à faire ces derniers temps pour le bien du sanctuaire, beaucoup de choses à faire qui ne pouvaient et peuvent que rarement attendre. Et depuis que je suis arrivée dans le prestigieux rang des chevaliers d'or. J'ai toujours agi de mon mieux pour faire ce qui soit bon pour les opprimés. Et malheureusement, le peuple a besoin que l'on fasse beaucoup, pas malheureusement, car je ne veux pas faire, mais malheureusement, car je ne suis pas sûr que malgré toute la bonne volonté du monde cela suffise. Enfin autant ne pas désespérer, et faire les choses au mieux. Après tout cela sera toujours mieux que de ne rien faire. Puis, les chevaliers d'Athéna sont la flamme d'un espoir, sévèrement mise à mal par les récents événements ! Car il me fallut qu'une poignée de jours pour m'être renseignée sur l'état du sanctuaire, et ces renseignements me furent sommairement soumis. L'échec ou la réussite, la rédemption ou la déchéance, le destin aviserait de mon sort durant ma visite au sanctuaire de ma divine. Et les jours à venir vont me montrer si certaine de mes informations s'avèrent avérées, ou inexactes.

Ainsi tourmentée par mes devoirs et mes envies, mon approche vers les premiers temples zodiacaux se font discret. Bien à l'abri des regards indiscrets. La démarche altière, le pas assuré, je marche néanmoins avec empressement vers le premier temple zodiacal, hâtif d'en découdre avec les soldats en garnison en ce lieu. Il me connaitre les autres chevaliers d'Athéna, pour y confronter mes informations que je possède. Toutefois, une tout autre rencontre se profile ici. Car, occupée à accélérer le rythme de mes pas, et perdue dans mes fugaces pensées. Le regard perdu au loin, fixant cette limite floue constituant les limites du premier temple zodiacal, je reste debout, les pieds en butée sur la rambarde de pierre. Et plaçant mes bras croisés, chacun enfouis dans une des amples manches de ma robe. L'esprit vagabondant dans des pensées nébuleuses.

Ma vue est concentrée à ne rien perdre de ce qui se trouve face à moi, mes sens aux aguets, comme s'ils ne l'avaient pas été suffisamment jusqu'alors. Je décide de m'avancer, pour me révéler au grand jour. Parer d'une tenue, révélant ma classe bourgeoise. Je ne cache pas pour autant, ma nature magique. À savoir que l'inconnu n'aura aucun mal à cet instant précis de ressentir chez moi, une once de mon Cosmos. Puis, stoppant ma marche, me permettant d'être nettement en retrait, mais visible de quiconque ici présent. J'effectue un salut, d'égal à égal, ainsi qu'en témoigne mon poing droit fermé soutenant ma paume gauche, de même que la légère inclinaison de mon bassin. Me redressant de toute ma hauteur, je fixe avec un regard parfaitement neutre, celui qui est à cet nstant, étranger à mes yeux. Puis, brisant l'atmosphère, mon regard insiste davantage sur l'homme, d'une nature que je ne parviens pas à distinguer. Mais ces brêves paroles m'aiguille sur le titre et le rang de l'individu. Alors, survient mes mots, sonnant là, comme un doux écho aux propos du guerrier d'Odin.

Ma foi, je n'aurais pas soupçonné qu'un guerrier divin rende visite au sanctuaire de sitôt.

Laissant s'inhiber un silence glacial et volontaire. Mes lèvres s'ourlent d'un sourire épris de malice à l'égard de l'homme, situer à quelques mètre. Puisqu'il est toujours aussi curieux de constater que c'est souvent dans les moments où l'on s'y attend le moins que l'on nous cherche. Et à peine ai-je terminé ma première phrase qu'il me portera, une plus juste attention. Observant d'un œil amical, détaillant les traits ainsi que la silhouette de l'élu d'Odin. Je marche, de façon à effectuer un quart de cercle dans le temple du Bélier, tout en gardant une vive attention envers le guerrier Divin du Sköll. Puis, stoppant une deuxième fois mes pas, je m'exclame d'une voix monocorde.

Mon nom est Morrigan, et je suis porteuse de l'armure d'or du Serpentaire. Et quelle est la nature exacte de votre mission diplomatique ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Lun 14 Déc - 18:13


C'est péniblement mais surement que le soleil traversa mes paupières, avec comme message qu'il était temps de se dégager des bras de Morphée. Douloureusement, je m'assis sur mon lit, contemplant l'horizon par la fenêtre, avec pour pour décor un magnifique ciel bleu sans aucun nuage en vue. Passant mes mains le long de mes bras pour me réchauffer de la légère brise de passage, je pouvais sentir les marques de brûlure laissé par un puissant adversaire des terres lointaines et gelées d'Asgard, le Guerrier divin du Sköll, Hakon Wodan. Les cicatrices me remémorais ce combat d'une grande intensité ayant meurtri mon corps, le puits des âmes et l'âme du Guerrier. Je n'avais jamais combattu comme ça et ne pensais pas avoir à le faire si vite. Mais cela me permis de tisser un lien avec un homme aussi puissant que moi et sans doute un compagnon sur qui on pouvait compter. Je lui avais d'ailleurs laissé un message lui demandant de passer me voir à l'occasion, il y a plusieurs semaines de ça maintenant.

Voyant le temps défiler, je pris mon courage à deux mains, rabattis la couverture et me leva de mon lit, aussi confortable soit-il. Une fois debout une grande question se posait, qu'est-ce que j'allais faire aujourd'hui ? Retourner au temple du Cancer me paraissais une bonne idée pour le moment. Ouvrant le placard ou était rangé ou presque toutes mes affaires pour ne pas devenir exhibitionniste, je sélectionna une tenue au hasard et m'habilla avec. Juste le temps de faire un brin de toilette, prendre mon armure et direction le sanctuaire.

Pourtant un fait étrange allait changer un peu ma journée. Un cosmos bien connu mais pas du Sanctuaire venait de faire son apparition. Serait-ce..? Mais oui, c'est bien le cosmos du Guerrier d'Asgard que je venais de sentir. Il était situé près des temples, plus précisément celui du Bélier. J'espère qu'il avait apporté la boisson sinon il retournera faire l'aller-retour. Même en connaissance de sa présence, je pris quand même mon temps pour aller à sa rencontre, en prenant de quoi déjeuner au passage car même un Chevalier doit bien se nourrir. Mais je n'allais pas au Sanctuaire seul, une petite lumière bleu azur m'accompagnait partout ou je me rendais, une âme d'un être proche qui me donnait le courage de continuer à avancer malgré les difficultés.

Proche de la maison du Bélier, j'entendis des brides de conversation. Décidé de voir qui discutait avec Hakon, je pris un peu de hauteur sur les pierres longeant le premier des douze temples. La silhouette distingué autre que celle du Guerrier de Sköll était celle du Serpentaire, qui semblait plutôt méfiante envers le combattant d'Asgard.

- Tu n'a pas à te méfier de lui, c'est moi qui lui est dit de venir au Sanctuaire.

C'est du haut de la roche que je prononça ses mots, en les perfectionnant de mon sourire presque moqueur si on ne me connais pas. C'est sans me presser que je descendais alors à leur rencontre, en me plaçant bien entre les deux personnages. Jetant une rapide coup d’œil dans les deux direction, j'ai remarqué un tonneau dans le dos d'Hakon. C'est avec le même sourire que je lui ai adressé ses mots.

- J'espère que c'est ce que je pense dans ce fût, depuis le temps que je t'attend. Mais tu parlais d'une mission diplomatique nan ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Lun 14 Déc - 21:40


Décidément les chevaliers d’ors ne sont pas vraiment là pour plaisanter, je sentais son cosmos vibré autour de moi, envoutant, pesant et en même temps d’une légère fugacité, un petit quelque chose que l’on ne peut attraper, un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je contemple la femme chevalier qui me domine de toute la hauteur des marches du premier des temples zodiacaux, je la détaille gravant son visage et ses trais dans mon esprit, j’en retiens surtout ses cheveux qui cascade en boucle autour de sa tête et de ses vêtement qui montre une certaine richesse rehaussant l’impression de grandeur qu’elle dégageait déjà.  
Elle me salut, ce qui ne fait qu’agrandir mon sourire. Je sais que tous les chevaliers ont un caractère différent et que certain sont plus belliqueux que d’autre, je garde encore des traces très forte de mon dernier combat face à l’un d’eux et même si elles ne sont pas visibles à l’œil, je les sens, comme des brûlures sur mon âme même, elles sont là en permanence comme une morsure, les crocs d’un loup en permanence refermer sur moi. Ce n’est pas une sensation aisée à décrire, je ne peux que mettre des mots dessus en fonction de mes sentiments propre, je suis quasiment certain que si une autre personne vivait ceci en cet instant elle choisira une autre façon de décrire cette souffrance, mais je suis moi-même et c’est pour cela que je suis ici, il va falloir faire attention à chaque mot que je prononce, le sanctuaire n’est pas au meilleur de sa forme et la méfiance règne dans ce genre de situation. Il est alors facile de semer le chaos et de commencer une bataille. La paix elle, se trouve être une voie beaucoup plus complexe, mais il est bien rare que la voie la plus facile et la bonne voie sois les mêmes. C’est un autre combat que j’allais mener aujourd’hui, un combat de mot et d’apparence, mais aussi de sincérité, il est inutile de mentir et parfois donner quelque vérité permet de gagner la confiance de l’autre. Je me relevais, plongeant mon regard bleu saphir faisant écho à celui que je portais à la ceinture dans celui de la gold saint, presque un défi, je ne me suis toujours pas défait de mon sourire, un sourire professionnel, celui que vous offrez à un client quand vous êtes avocat ou alors un médecin qui doit annoncer une nouvelle grave en douceur. Je m’apprête à parler d’une voix forte, énoncer les raisons qui m’ont mené moi, un guerrier divin, un protecteur des terres gelé du nord, sous le soleil du sanctuaire en Grèce. Oui, je dois faire résonner en ces lieux la détresse du peuple qui subit une guerre civile de plus en plus intense, un combat entre les Dieux qui laisse les humains sans aucune échappatoire et qui accroit chaque jour le nombre de victime innocente, je dois aussi leur parler de la mort d’Yggrasil, notre arbre-monde, celui sur lequel repose tous nos dieux et toutes nos croyances. Si ce dernier venait à périr alors sa serai la fin de notre royaume et avec lui du représentant d’Odin qui a pour rôle de contenir la fonte des glaces par des prières incessantes. S’il venait à disparaitre alors ce n’est pas seulement Asgard qui en subirait les conséquences, mais bien le monde entier qui se retrouverait englouti sous les hauts, des déluges, des inondations, des vagues titanesques emportant les villes que j’ai parcouru et leurs habitants.

-Je …

Un simple souffle eu le temps de franchir mes lèvres qu’une autre voix s’éleva dans les cieux brisant, le début de ma tirade avant-même qu’elle ne naisse. Je reconnais l’individu qui ma interrompu avant même de le voir seulement grâce à cette voix, forte et puissante contenant une pointe de malice s’en échappant constamment. Akuma, le chevalier d’or du cancer. Il nous surplombe, là-haut perché sur des rochers. Il n’a pas changé, je reconnais le corps qui à subit l’assaut de mes flammes et à ce souvenir les blessures de mon âme s’éveille un peu plus mordant mon dos et mes avant-bras, pourtant un grand sourire s’affiche sur mon visage, ce n’est plus le sourire professionnel que j’abordait tout à l’heure pour discuter avec le serpentaire, non, c’était un véritable sourire répondant à l’air moqueur de celui du chevalier par le même air moqueur, avec une pointe de défi. Il descend de son perchoir assurant que c’est lui qui m’a invité, c’est vrai, mais je ne pouvais pas venir sans bonne raison, c’est ce qui m’a poussé à me lancer dans cette mission diplomatique, mon sourire s’élargie alors qu’il me pose la question en regardant le tonneau que je porte sur mes épaules. Dans son message, il me demandait de lui apporter de la bière et les guerrier divin n’ont qu’une seule parole. Je le fusille presque de mes yeux bleus, de peur qu’il ne gâche ma mission pourtant je ne peux m’empêcher de lui répondre d’une voix moqueuse.

-C’est en effet bien la bière que la mort écarlate m’a demandé, considérer sa comme un présent de la part des terres d’Asgard et aussi comme un remerciement pour ce combat que tu m’as offert.

Tout de suite, je reprends mon sérieux, mes yeux s’assombrissant de deux teintes de bleu alors qu’un nuage de passages au-dessus de nos têtes nous caches les rayons du soleil. Je n’oublie pas ma mission, je n’aime pas être loin d’Asgard, je ne peux arrêter de me demander si ma présence là-bas en ce moment même ne pourrais pas faire une quelconque différence. Si des civils se faisait tuer à cause de mon absence ? Non, l’aide du sanctuaire nous sera précieuse, c’est à moi de les convaincre. Il le faut, c’est en s’alliant qu’on réussira à ouvrir un passage vers un monde de lumière et de paix. Je ferme les yeux me remémorant quelques secondes le discourt que j’avais prévu plutôt, mes mains commencent à danser dans l’air pour l’étayer, pour appuyer mes propos, ce sont des gestes naturels que je ne pourrai restreindre qu’avec beaucoup d’entrainement, mais je ne cherche pas à le faire.

-Le sanctuaire n’est pas le seul à avoir subi de lourdes pertes, nous aussi guerrier divin, protecteur d’Asgard connaissons une période difficile. Une guerre civile fait rage, poussant des gens qui s’aimait à s’entretuer, frère contre frère, père contre enfant. Le dieu Loki à décider de s’opposer à Odin et à commencer à rassembler une armée, notre dieu absent nous éprouvons tout le mal possible à le contenir, nous ne sommes pas assez à nous être éveiller, beaucoup des nôtres sont mort pendant la bataille que Poséidon à créer en nous opposant au sanctuaire. Mais encore, cette guerre n’est pas la chose la plus inquiétante, notre arbre-monde, la source de nos pouvoirs Yggdrasil se meurt, il décline de jours en jours, s’il venait à disparaitre, alors Asgard ne serait plus et avec sa mort la fonte des glaciers recommencera engloutissant toute la planète sous les eaux.

Je marque une pause, regardant tour à tour le cancer et le serpentaire, essayant de faire transparaitre toute la gravité de la situation par mes yeux en plus que par ma parole et mes gestes, il faut que j’arrive à les convaincre à tout prix.

-Je viens donc querir l’aide du sanctuaire, ensemble nous seront plus fort, notre but n’est-il pas de protéger cette terre qui nous à vu naitre ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Sam 19 Déc - 18:38


Comment résumait la chose ? Alors que je regarde la scène avec un certain calme digne des hommes qui affrontent la mort avec sérénité, ou en tout cas, cette possibilité ! J'écoute les paroles du saint, tout en l'observant d'un regard curieux. Fidèle à moi-même, j'attends patiemment que vienne mon heure. Discrète, comme invisible, loin des préoccupations plus immédiates. Se faire oublier est un art que je maîtrise à la perfection et pour cause, de mes pairs. D'aucuns des chevaliers d'Athéna, furent en connaissance de la treizième armure d'or. L’histoire de mon armure est depuis jadis, une légende. Une légende qui devinrent un mythe. Pendant des siècles, plus personne n’entendit parler de l'armure d'or du serpentaire. Jusqu’à ce que par hasard, je devienne la nouvelle porteuse de cette ancestrale armure. Nier l'évidence est une faiblesse, un défaut, une imperfection typiquement mortelle et dont seuls les esprits supérieurs et divins peuvent s'affranchir sans le moindre effort. Mais en cet instant, l'ignorance est un adage que moi seule détient.

Puisque les paroles du chevalier d’Athéna résonne en mon esprit, en faisant naître dans celui-ci, une curiosité palpable. Et à cela, mon attention se porte brièvement sur le visiteur d'Asgard, éblouissant de vie. Sa voix, lorsqu'il parla, sonna tel un glas, chacune des nuances de son timbre s'accordant parfaitement à la tristesse qui émaille de lui. Il expose très clairement la raison de sa visite, en espérant trouver une issue à son pays, et des solutions qu'il ne semble plus trouver au sein même de son ordre. D'ailleurs il est m'est aisé de comprendre, que sa visite émane de sa propre initiative, et non celle de ses seigneurs. Alors, émanant de mon regard, un scintillement mystérieux, ma voix s'élève, faisant écho à l'intérieur des murs du temple du bélier.

Je comprends vos craintes guerrier divin, et j'admire la beauté autant que la pureté de l'amour qui vous lie à votre pays. Et en dépit de tout ce que vous et vos semblables ont pu traverser, votre seule inquiétude ne vous mènera à rien. Mais vous venais de démontrer d'être capable d'aller bien au-delà de l'égoïsme imbécile de certains mortels. Et si ce n'est pas là la preuve d'une certaine forme de sagesse pour décider de vos propres destins, que faudra-t-il pour y parvenir ?

Le silence qui suit ma tirade est probablement la plus éloquente réponse qu'on put jamais imaginer, aussi ramenais-je mon attention vers mon comparse.

Il ne nous appartient pas de juger de la pertinence de l'aide du sanctuaire, à Asgard. Seul notre dirigeant peut exercer ce droit, en optant pour les nécessités, que conduirait un soutien de notre armée, à Asgard. Mais il est à nous, de conduire notre visiteur, vers le grand pope, lorsque nous aurons conversé entre nous. Mais je clame, ici, haut et fort que mon aide est résolument tourné vers vous, guerrier d'Asgard.

Ma voix se mourut lentement sur ses derniers mots, comme si cette phrase devait à elle seule achever de convaincre de l’urgence, exposée par le guerrier du nord. Une nouvelle fois, mon attention dévia vers les deux hommes, puis se figea. Pendant que mes lèvres s'ourlent délicatement.

Car c'est ainsi que cela doit être. Le cycle. L'équilibre. L'harmonie. Ils ne peuvent être rompus. Tout est lié, tous les éléments de la création interagissent les uns avec les autres dans un ballet dont beaucoup de mortels ignorent l’ampleur et l’importance. Tout élément subordonne un autre et est subordonné à un autre. Tel est le cycle. Tel est l’équilibre. Telle est l’harmonie.

À ces mots, j'écarte mes bras, pour que ceux-ci viennent épouser mon corps, et d'une dernière parole, destinée aux deux guerriers, ma voix se veut détacher, mais autoritaire.

Mais avant de parlementer davantage, permettez moi de connaitre vos identités, autre que vos titres respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Mer 6 Jan - 0:25

Écoutant attentivement le guerrier du nord dans son discours rapportant le malheur d'Asgard, je me dis qu'en effet, un peu d'aide pour ses terres désolé ne peut être que bénéfique, d'autant plus qu'Asgard est quand même un allié au départ. Mais j'étais à mille lieux de la politique, je laissais ça au pope, parce que si j'avais été diplomate on aurait pus me décorer pour sabotage de relation entre les nations. Enfin là n'était pas le sujet. Puis ce fut au tour de serpentaire de parler. faisant un long discours l'équilibre ou quelque chose du genre, je n'ai pas très bien saisi où elle voulait en venir et puis pour être honnête j'avais vite décroché. Jusqu'au moment ou elle nous demanda quelques présentations. Ça aurait été avec plaisir mais... La mort est une chose que même nous chevalier d'or ne pouvons fuir. Je ne vous cache pas que j'ai été relativement choqué par la scène qui suivit, en me levant ce matin je n'aurais pas penser que la journée ce déroulerait ainsi.

Une flèche d'or, une flèche entièrement teinté d'or traversa alors la poitrine du treizième Chevalier d'or. La vie quitta littéralement son corps, celui ci s'écroula par terre et répandis son sang sur les dalles sacrées du Sanctuaire. Alors éclaboussé de sang d'une soeur d'arme, en pleine confusion suite à ce violent assassinat, je regardais en direction d'arrivé de la flèche. Encore un élément portant à confusion. Un homme ornée d'une armure d'or ce tenait un peu plus loin, encore l'arc à la main. Une chevalier d'or, celui du sagittaire était devant nous. Deux question se sont posé dans ma tête. Premièrement, pourquoi il à fait ça ? c'était son compagnon d'arme. Et ensuite, depuis quand on avait un chevalier d'or du sagittaire ? Il n'était pas des nôtre, ses yeux exprimais une autre volonté que de protéger la terre, plutôt celle de semer la mort.

Voyant le corps inanimé du serpentaire gisant  à nos pieds, je regardais Hakon, le regard brûlant d'une forte volonté de vengeance.

- Cet homme, n'est pas un chevalier d'Athéna. Cet homme doit MOURIR !

Bien que je ne connaissais pas personnellement la défunte, je ne pardonnerais aucune traîtrise au Sanctuaire. Je me lança alors en direction du meurtrier, le poing fermé et bien décidé à le transformer en tartare saignant. Hakon me suivi, encore légèrement hébété, mais on parlait de défoncé quelqu'un et il n'était pas contre de bonne baffes à donner.

Mais le traître doré préféra la fuite au combat, sauta au dessus de nous et prît la fuite en direction du Sud. Je ne pouvais laisser passer un telle acte, produit juste devant mes yeux. Le poing encore fermé et brûlant de venger son compagnon, je me tourna vers Hakon, l'air déterminé.

- On part en chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Mer 6 Jan - 11:57


Visiblement tout se passait bien, j’avais réussi à conquérir le cœur des foules, enfin des foules, si les deux chevaliers d’ors qui se trouvaient devant moi pouvait être considérés comme une foule. Je souriais aux mots de Morrigan qui venait de me prêter son soutient personnel dans cette affaire. Je n’avais pas besoin de regarder Akuma pour savoir que lui aussi serai de mon côté et pas par devoir envers le sanctuaire, mais parce qu’il était mon ami. Si tout se passait bien, dans quelque heure, peut-être moins, je serai entrain de déguster une bonne bière avec lui sous le soleil de la Grèce, voilà une pensé réconfortante.

Je regardais Akuma, près à l’entendre se présenter quand je fus surpris par son regard choqué, je me retournais bien vite vers la source de ce choc qui avait fait pâlir le visage du crabe d’or. Le corps du chevalier du serpentaire, qui il y a un instant nous tenait un long discourt, forte et sûre d’elle-même était transpercé, éventré par une flèche d’or le métal contrastant étrangement avec la peau blanche de son ventre dévoilé par l’armure ainsi qu’avec le liquide pourpre qui commençait à s’en écouler doucement alors qu’elle tombait sur les dalles du sanctuaire tel une fleur fanée. Qui avait bien pu faire ça ? Abattre un chevalier d’or, d’un seul coup. Je me tournais encore une fois posant mes yeux bleus sur l’archer qui avait mis fins au jours du serpentaire. Un homme vêtu d’or lui aussi, une armure avec deux grandes ailes dans le dos, celle du sagittaire. Mon regard croisa le siens, des yeux perçant, d’un vert tirant presque sur le jaune dans la lumière du soleil, perçant, comme s’ils pouvaient voir à l’intérieur même de nous. Pourquoi ce chevalier avait-t ’il tuer sa camarade ? Un traitre ? Je me poserai ses questions après, pour l’instant, je restais sur mes gardes, près à attaquer où à me défendre, je pouvais presque sentir les intentions meurtrières de l’hommes aux cheveux de jais, mi- long et tenu par une serre-tête rouge.
A mon côté un homme fulminait de rage, presque aussi palpable que les envies de tuer de l’archer d’or. La rage d’Akuma à cette instant aurait pu enflammer la terre et le ciel jusqu’à tout réduire en cendre. J’eu un mouvement de recul alors qu’il me confirmait que l’homme en face de nous était un traitre au sanctuaire, je sentais à présent une certaine colère monter également en moi, chaude et bouillonnante dans mon dos et dans la paume de mes mains. Je détestais la traitrise par-dessus tout. Je me remémorais les batailles que j’avais vécu à Asgard, contre les partisans de Loki qui eux avait choisi de vendre leurs âmes à se dieu des mensonges et de l’illusion, qui lui obéissait, bafouent les lois d’Odin et tuant des innocents qui n’avaient rien à voir avec cette guerre. Alors que l’inconnu fuyait je pris la résolution de le retrouver coute que coute et de lui faire payer ce meurtre de sa vie. Je suivis donc Akuma à la recherche de se lâche. Il m’avait proposé une chasse, jadis, j’aimais chasser avec mon père avant que ma famille ne soit tuer, c’est toute une stratégie, qui ne va pas forcément avec mon caractère impatient, mais que je maîtrisais plutôt bien. Nous nous lancions alors ensemble sur les traces de l’homme parcourant les montagnes qui bordaient le sanctuaire au pas de course, sautant de rocher en rocher dans l’espoir de le rattraper. Le tonneau de bière ce trouvait toujours sur mes épaules et j’espérais qu’il n’allait pas être endommager dans la bataille qui allait suivre. Enfin avant la bataille il fallait subir la traque, la traque de cet assassin qui à attaquer sans même s’annoncer, comme un lâche, un pauvre couard qui a peur de faire face à ses adversaires.

-C’est impossible qu’il est réussi à nous semer … où peut-il bien être.


Je me posais la question à voix haute alors que nous prenions quelques secondes pour nous reposer après voilà maintenant une heure de chasse. Nous aurions déjà dû le rattraper, il n’aura pas dû avoir le temps de prendre autant d’avance. Je fermais les yeux pour réfléchir, le principe de la chasse est d’épuisé la proie, la faire courir jusqu’à ce qu’elle n’est plus de force et se résigne à affronter son destin, qu’elle commette une erreur.  Mais le problème est que nous ne trouvions pas notre proie. Puis soudain, une idée me vint à l’esprit, comme quand l’on se coupe avec une feuille, on ne la voit pas forcément sur le coup, mais peu après survient une vive douleur.

-Et si c’était nous qui étions la proie …

Je regardais aux alentour, personne. Pourtant maintenant, je me sentais observer, je sentais un regard posé sur moi, comme une pointe de flèche qui chatouillait ma nuque. Puis je regardais en l’air, mais oui, l’armure du sagittaire avait des ailes ! J’eu le bon réflexe en apercevant la lumière dorée descendre du ciel, j’eu juste le temps de poussé Akuma et de m’écarter moi-même dans le même mouvement tandis que la flèche se plantait dans le sol avec un jeu de son et lumière éblouissant. Je me relevais bien vite foudroyant du regard le faux chevalier qui se trouve devant nous. Il avait essayé de nous prendre en traitre. Je ne l’aimais pas, rien qu’a sa façon de se battre on pouvait deviner quel genre de type il était. Un être repoussant dont l’âme est souillée par le mal.

-Qui est tu et pourquoi à tu …

Je n’eu même pas le temps de finir ma phrase qu’un bolide rouge et or, juste une tache floue sur ma rétine à cause de la vitesse ce dirigeais un poing rageur vers l’homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Mer 6 Jan - 13:14



Alors que je revoyais la mort d'un compagnon d'arme, du chevalier d'or du serpentaire, je fus tiré de cette vision par Hakon qui me projeta sur le coté. Chose que si il n'avait pas faite, m'aurais destiné à finir en surimi en brochette. L'ennemie tireur de flèche ce trouvait fasse à nous, après de longue minutes à nous avoir fait tourner en rond. La colère me rongeait, je n'avais qu'une seule envie à présent : LE TUER. Le Guerrier d'Asgard tentait de savoir qui il était et pourquoi il faisait ça. C'était une perte de temps si vous voulez mon avis. Et je lui fis bien comprendre.

Avant qu'il ne termina sa question, je me rua à une vitesse fulgurante sur l'archer doré. A chaque pas, le sol se fissurais sous mon armure, et c'est le poing fermé et plein de rage que je l'enfonçais dans le buste du pseudo chevalier, l'envoyant voler quelques mètres plus loin. Mais je comptais pas m’arrêter là. Le poing encore fumant, je plia alors mes genoux afin de mieux prendre de la puissance lors de mon saut. Le sol explosa à l'impulsion de mes jambes sur celui ci, et je bondis à très grande vitesse afin d'arrivé au dessus du meurtrier d'or. Me redressant dans les air, presque de manière artistique, j'allais le transformer en météore. Je lui asséna un violent coup au niveau de l'estomac, un coup puissant unissant mes deux pieds au même endroit afin de lui faire traverser le sol à son arrivé. Je sentais presque mes pieds s'enfoncer dans son armure et entendis comme un craquement sourd. Le sagittaire se fit propulser au sol et s’écrasa, retournant la terre dans une grosse déflagration.

Mais pas le temps de se reposer, à présent la cible, c'était moi. A peine arrivé redescendu qu'un gros projectile arrivait dans ma direction. Dans tous les cas je me le prenais, plus qu'à décider où. Je n'avais qu'une demi seconde pour tenter ne serais-ce qu'une esquive ou me protéger les points vitaux. Dans un réflexe de survie, je me decalla légèrement  sur le coté, et me fît traverser l'épaule gauche de part en part. Mon sang se répandait sur mon armure et aussi au sol. Genoux à terre, je cherchais éventuellement un moyen de le combattre sans causer de dégâts collatéraux. Ça avait beau être un meurtrier, c'était un adversaire très puissant et se retenir nous aiderait pas à le vaincre. Surtout qu'Hakon à besoin d'espace pour libéré toute sa puissance. Puis une idée arriva, une idée qui je suis sur allait ravir le Guerrier divin. Je tourna donc un regard dans sa direction, un sourire presque sadique aux lèvres.

- Aller mon ami, on y retourne !

Sans lui laisser le temps de répondre, une énergie azur sortit de mon index, pointer vers le ciel, pour envelopper l'assaillant et le nordique, arrachant aux deux leur âmes respective, les dirigeants vers le puits des âmes. Comme la dernière fois je pris soin de cacher le corps vide de vie d'Hakon, et dieu sais qu'à un bras c'est compliqué. Aller, direction les enfers !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Jeu 7 Jan - 21:58


Le pire avait été évité, maintenant, c’était à notre tour de jouer et Akuma n’avait même pas attendu un peu pour se jeter dans bataille. On ressentait sa colère s’exprimer dans chacun de ses coups, fulgurant, écrasant. Heureusement qu’il ne m’avait pas combattu avec la même haine dans le regard, je n’y aurai certainement pas survécu.
L’homme à l’arc dorée se faisait vaincre par le démon pourpre, tout allait pour le mieux, mais je ne voulais pas manquer ma part du combat, le problème était que mes pouvoirs et mes techniques de combats n’était pas faite pour les lieux exigus, je regardais autour de moi pour voir une forêt luxuriante, d’un vert émeraude étincellent et dont les nuances appelaient aux calme et à l’apaisement. Si jamais j’utilisais mes attaques de flammes ici tout disparaitrait, les quelques oiseaux qui s’envolaient à cause du combat qui faisait rage, je grinçais des dents, serrant les poings, je me contenais, je mourrais d’envie d’aller aider mon ami et de moi aussi frapper dans ce sagittaire qui venait de tuer quelqu’un prendre une vie sans une once de regret, je ne pouvais pas tolérer un tel geste, il venait de détruire une histoire, tout un cheminement de pensées, d’idées, de faits, d’actes. La chaleur autour de moi augmentait et je le savais, je fermais les yeux contenant mon cosmos pour ne pas que les flammes envahissent l’atmosphère. Puis le chevalier du cancer se tourna dans ma direction, une étrange lueur dans les yeux, sournoises et pleine de malin desseins.
Je savais parfaitement ce qu’il avait en tête, presque comme si l’idée était née dans mon propre cerveau, il connaissait un endroit où nous pourrions déchainer notre puissance sans aucune limite. Je n’aimais pas cette endroit, j’y avais des souvenir douloureux, à cette pensée je pouvais presque sentir les cicatrices oniriques sur mon corps s’enflammer encore et brûler. Puis j’atterrie sur le sol des enfers. Me rattrapant de la hauteur à la quel je tombais, mais pourquoi diable Akuma ne pouvait-il pas nous faire arriver sur le sol pour une fois, je ne suis pas un oiseau, je suis un loup et les loups ne voles pas à ce que je sache.

-Bien, en attendant qu’Akuma arrive, je vais te poser quelques questions.

Je me tournais vers l’homme en armure d’or qui se relevait déjà après la raclé qu’il a pris, il était encore un peu sonné, mais après sa personne ne serait ressorti frais et prêt à aller faire la fête. Je le dardais de mes yeux aux couleurs du saphir détaillant son visage et le gravant dans ma mémoire, fin et angulais, ses cheveux noirs comme les plumes d’une corneille tombait lâchement et contrastait avec l’or de son armure.  Ses yeux verts brillaient à la manière de deux aigues-marines qui auraient été incruster dans des orbites un peu trop prononcer, sa bouche s’étirait en un sourire sadique alors qu’il bandait son arc dans ma direction. Je me préparais à esquiver, je sentais la pointe de sa flèche, presque comme s’il l’avait déjà tiré, il visait mon cœur, mais j’étais prêt à répondre et à lui arracher le sien avant de le réduire en cendre s’il le fallait. Il parla, sa voix résonnant dans le Mekai, comme un marteau sur l’enclume d’un forgerons d’Asgard.

-Je ne répondrais à aucunes questions, les réponses ne servent à rien aux morts.

Aux morts ? Il vendait un peu l’armure du guerrier divin avant de l’avoir tué. Je n’allais pas me laisser faire, maintenant que je me trouvais dans le monde désoler des enfer ou seul règne les pierres et les âmes défuntes je pouvais laisser ma puissance s’exprimer autant qu’elle le voulait, je sentais mon cosmos augmenter au creux de mon cœur, la chaleur autour de moi s’étendre comme une bouffer d’air chaud et brûlant, de ceux qui viennent vous chercher en été quand le soleil est à son zénith et qui vous prennent à la gorge comme s’ils voulaient vous étrangler. Le combattant en face de moi brûlait son cosmos lui aussi, il brillait dans la froideur du monde des morts comme une étoile, mais les étoiles sont symboles d’espoir tout comme lui chevalier d’Athéna, lui ne dégageais qu’un lueur mortifère et maléfique, vous savez qu’avec la distance entre la terre et certaines étoiles il arrive parfois que nous recevions la lumière d’étoiles mortes depuis des milliers d’années ? Et bien c’est parfaitement ce qu’était cet homme. Une étoile morte qui essayait de se frayer un chemin parmi les vivants. Je me préparais, levant mes bras en l’air, les mains croisées et la paume tendu vers l’extérieur faisant monté la puissance en eux, toute la chaleur, celle du soleil, celle de ma rage et de ma volonté transformer en énergie et en cosmos brulant. Il ne restait plus que moi et mon ennemi, le monde autour de moi c’était réduit à cette petite fenêtre, je le tuerai si besoin, je bloquais ma respiration et dans mon esprit je ne pensais plus, il n’y avait plus qu’un bruit de fond, comme un bruit blanc quand un silence parfait se fait parfois. Puis j’abbatiat les mains devant moi, tandis que le sagittaire en face levait ses bras.

-Que le Muspellheim Solar Breath t’emporte !
- Kheiron's Light Impulse !

Un immense jet de lumière rencontra mes flammes les deux s’affrontant dans un combat qui n’étaient autre que celui de nos volontés, un soleil miniature se formant entre nous deux aveuglant, brûlant et menaçant à tout moment d’exploser si l’on rompait l’équilibre fragile qui se maintenant dans cet affrontement. C’est à cet instant précis que choisi le chevalier du cancer pour arriver, il en avait mis du temps pour cacher mon corps, enfin avec un bras en moins, la tache avait dû lui être un tantinet compliqué. Je failli être déconcentrer, mais je repris vite le ryhtme brûlant mon cosmos alors que des gouttes de sueur dû à l’effort commençait à poindre sur mon visage. C’est d’une voix un quelque peu tendu que je demandais à Akuma un peu d’aide.

-Sa serai sympa de me donner un coup de main, la situation est quelque peu … bloquer entre ce type est moi.

Je trouvais encore le temps de faire de l’humour, un léger sourire orna mes lèvres. Le combat allait être difficile ce type en face de nous avait bel et bien le niveau pour être un chevalier d’or et je sentais pulser son cosmos à travers l’orbe de puissance maintenu entre nous deux, pourtant je gardais confiance, nous étions deux face à lui et il payerai de sa traîtrise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Jeu 7 Jan - 22:51



Bien, une fois le corps d'Hakon caché sous les grands arbres, à l'ombre pour éviter les coup de soleils, il était temps d'y aller. Parce que je pense pas qu'il le voit souvent le soleil alors il risquerait de finir en grillade, pour un guerrier qui utilise le feu ça serait triste quand même. Enfin je m'égare. Contemplant une dernière fois les étendues vertes émeraude, j'adressais une dernière pensée à mon défunt compagnon, avant de rejoindre le guerrier du nord pour victimiser un meurtrier. Ouvrant le passage pour moi, j'arrivais au puits des âmes comme si je passais une porte, marchant dans le plus des calmes en direction de l'action.

Mais en arrivant je fus éblouit. Une forte lumière blanche agressa mes yeux comme si elle voulait les transformer en amuse bouche bien griller pour l'apéritif. Dans une lutte acharné pour garder intact mes yeux, je finis par distingué mon ami nordique, contenant à la fois une jet de flammes plutôt intense et une énergie lumineuse, formant une boule de puissance relativement instable. Je pouvais sentir deux puissant cosmos s'affronter. Le sol se mit à trembler et du vent partait dans toutes les directions mélangeant courant chaud et froid. Oui il y du vent au puits des âmes, et celui la risque de me faire attraper une grippe si ça continue ainsi. Hakon jeta un oeil dans ma direction. Il avait sentis que j'étais arrivé et me demanda une coup de pouce pour faire avancer le combat. Une énergie instable ? Risque d'explosion ? Tout ça me plaisais beaucoup et je risquais souvent ma vie dans les combats contre de tel adversaire, comme celui avec le Guerrier Divin. Une idée me traversa l'esprit, je croisa le regard de l'Asgardien qui pouvait persevoir j'en suis sur une grande malice dans mes yeux, ainsi qu'une pointe de dangerosité. A son regard blasé on pouvait comprendre qu'il n'aimait pas mon regard, en même temps, l'idée que j'avais était risque et un peu idiote je dois bien l'avouer. Je ponctua le tout d'un sourire joueur.

J'ouvra la paume de ma main, une énergie bleu azur tourna autour de celle ci. Mon cosmos se mit à brûler autant qu'un barbecue en pleine période estival l'été. Je l'intensifia à chaque seconde qui passait et me lança dans une cours effréné en direction de la masse d'énergie. Elle était à porté de paume, lorsque je puis rendre sourd Hakon en m'exclamant :

- Seiki Shiki...KISOOOEEEEEEN !

Une énorme colonne de flamme bleu saphir percuta de plein fois la masse d'énergie suspendu entre les deux camps, la rendant encore plus instable et dangereuse. Je vous l'avais dit que c'était une idée à la noix. Cela dit un bon guerrier à aussi de la chance, et j'en ai eu. La sphère lumineuse commençait à partir en direction du sagittaire, commençant à le déstabilisé. C'était le moment ! Un seul regard fit compris à Hakon qu'il fallait mettre le paquet. Nos cosmos se sont unis et on brûler comme ils l'ont fait lors de notre première rencontre. Nos attaque s'intensifia, le lumière passa lentement du blanc au violet, laissant parler nos flammes de leur volonté de combattre. Maintenant, il était temps d'envoyer le sagittaire voler un peu. La masse énergétique était plus loin de nous et quasiment entre les mains du meurtrier, elle pouvait donc exploser sans nous tuer. J'intensifia mon cosmos jusqu'à atteindre le septième sens et afficha alors un grand sourire non sans sadisme bien visible.

- Seiki Shiki Konso Ha !

Une conséquente explosion naquis de la masse d'énergie précédemment violette vira au bleu azur. Comment j'ai procédé pour la faire exploser ? C'est très simple en faite. En lançant l'attaque précédente, j'ai fait introduire quelques âmes dans la boule de lumière, ne craignant pas les attaques physique, elle allait juste attendre que le temps passe. Je les ai alors faite exploser pour que notre cher ami le sagittaire puisse connaitre un décollage forcé, le faisait s'implanter dans les roche infernal. Je fit un High five à Hakon et lui adressa ces paroles.

- Il est temps d'en finir !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Ven 8 Jan - 0:28


Le combat battait son plein, les énergies en courses se battait comme deux loups qui veulent contrôler une meute, le premier qui cèderai, qui se déconcentrerai donnerai la victoire de ce duel à l’ennemi. Je sentais battre mon sang dans mes tempes, mon cœur battait également à plein régime drainant le fluide vital dans chaque partie de mon corps. Jusqu’à l’intervention d’Akuma qui failli me glacer le sang, je le connaissais bien. On pouvait voir tout un monde d’idée saugrenu, il me donnait l’impression d’être un diable aux cheveux rouge sang tout juste sorti de sa boite. J’avais compris ce qu’il voulait faire, c’était parfaitement son genre et je n’étais pas du tout d’accord avec ça, je suis contre le suicide, enfin là je n’avais pas le choix ni même mon mot à dire. En effet, je devais rester concentré et ne serai ce que parler aurai pu me faire perdre le combat. Je peux pourtant sentir le cosmos du crabe doré s’élever dans le monde des morts, comme une torche que l’on aura soudainement allumée pour éclairer les ténèbres. Je l’entendis courir, les pas se rapprochant de moi à la vitesse d’un cheval au galop, je n’eus même pas le temps de penser que déjà la voix du chevalier me perça les tympans et que je senti son cosmos si reconnaissable mélangent le froid de la tombe et la chaleur des flammes de la vie rejoindre le soleil miniature que le choc de mon attaque précédente avait créer lorsqu’elle avait rencontré celle du traitre de sagittaire.  Je craignais le pire alors que son énergie envahissait la boule d’énergie, j’eu pendant quelque seconde peur, peur qu’elle explose et nous réduise tous en cendre pourtant il se passa ce que l’on pourra appeler un miracle. Au lieu de s’ajouter à toute les énergies présentent et déstabiliser l’orbe de feu et de lumière, elle s’ajoute seulement à la mienne, je ressenti un grand frisson me parcourant toute la colonne vertébrale et un immense sourire vint orner mon visage. Je connaissais cette sensation, je l’avais ressenti lors de notre combat dont les images me revenaient à l’esprit comme si je revivais cet instant au moment même, nous deux l’un contre l’autre brûlant de cosmos confrontent nos deux plus puissante technique ses dernières se mélangeant pour créer une explosion violacée qui secoua entièrement le monde des morts et ici le même phénomène se répétait une nouvelle fois. Ma puissance et celle de la mort écarlate ne cherchaient pas à lutter entre elle, elle s’acceptait et fonctionnait ensemble comme deux pièce d’un puzzle qui venait de s’assembler. Le sourire sur mon visage grandit alors que l’orbe blanche pris une couleur violette se reflétant dans la nuit éternelle du Mekai. Maintenant c’était à mon tour de jouer, je rassemblais mes forces, brûlant mon cosmos et l’air autour de moi, je décollais du sol sous la puissance de l’attaque. Derrière moi un loup géant, le Sköll apparu, les crocs tout dehors un regard fou et bouillonnant d’envie de se battre, de montrer qu’il était l’alpha et que l’autre devait s’écraser devant sa puissance et implorer son pardon. L’orbe résultant de la fusion de nos deux cosmos avança vers l’homme ailé, le touchant presque, d’un cheveu, d’un rien, d’un souffle sur un miroir. Et c’est mon camarade qui apporta le petit rien qui manquait, l’étincelle qui allait allumer le feu de forêt. L’explosion fut intense, projetant lumières, sons, pierre et poussière.  Le bleu azur ce collant à ma rétine pendant quelque seconde.

-Voilà ce que c’est un travail vrai d’équipe.

Le sourire aux lèvres je tapais dans la main que me tendait l’ami en face de moi, j’étais fier de cette attaque qui aurai désarçonnais n’importe quel être vivant sur cette terre, mais Akuma avait raison, il était t’en d’en finir et d’abréger la vie de cet homme, si jamais il avait survécu à une telle technique bien sûr. Je me tournais en direction du fumé qui s’élevait encore dans les airs, je ne ressentais plus le cosmos de l’autre homme il était mort ? J’en doutais, j’avais pu ressentir sa puissance lors de notre affrontement.
Puis soudain un éclair me fit cligner des yeux, un jet de lumière s’éleva dans les cieux à une vitesse fulgurante avant d’exploser en l’air dans une détonation assourdissante qui projeta des centaines de traits de lumière vers le sol, je n’eus pas le temps de cligner des yeux que déjà les jets dorés me transperçaient le corps, j’eut par contre le temps de penser que je devais ressembler à un hérisson ainsi avant que la douleur ne m’assaillisse. Violente, je comptais 6 points d’impact, deux dans mon bras droit trois sur mon épaule gauche et un dans mon abdomen, je sentais quelque chose me brûler la gorge quelque instant après du sang s’échappait de ma bouche suivit d’un juron. Je regardais devant moi pour voir l’homme avancé, menaçant. Le regard dur, visiblement énerver par notre petite attaque d’il y a un instant. Il avait presque l’air intact, un peu de sang coulait de son front, m’empêchant de voir l’un de ses yeux caché sous un tapis de liquide rouge, son armure était intacte sauf une aile en partie brisé. Il souriait visiblement près à nous achever, mais ça n’allait pas se passer de cette manière, j’essayais de me relever alors qu’il approchait encore et je pu entendre sa voix.

-Vous avez osé ! je vais vous faire payer très cher cette attaque, vous les êtres de ce monde, vous êtes voué à la mort.

De quoi parlait-t-il était-il fou ? « De ce monde » il semblait vouloir dire qu’il en existait d’autre, je n’arrivais pas à comprendre et je n’en avais de toute façon pas le temps, il armait son poing faisant brûler son cosmos. Préparant la prochaine attaque.

-Atomic thunder !

Même pas en rêve, je devais le prendre de vitesse, Akuma allait souffrir de ma contre-attaque, mais je ne pouvais pas le laisser nous toucher de front, l’attaque nous aurait tuer. Je fis brûler mon cosmos au maximum transformant toute cette énergie en chaleur d’un seul coup. Autour de moi l’air devint irrespirable et les rocher fondait sous mes pieds comme de simple glace sur une plage. L’aura rouge qui m’enveloppe habituellement semblait se disperser dans l’air. Notre ennemi fut désarçonné par mon pouvoir cherchant à reprendre sa respiration pour finir sa phrase et ne trouvant que de l’air brûlant, je souriais légèrement. Préparant moi ma prochaine attaque l’adrénaline m’aidant a surmonté ma douleur des griffes enflammer apparurent sur mes doigts, je fonçais sur l’ennemi abatant ses lames enflammer sur son corps à la vitesse de la lumière.  Puis je me tournais vers lui de nouveau une fois mon attaque terminée, il était mal en point mais toujours debout, mon poing se dirigea vers son visage, ce dernier esquivant l’attaque et s’envolant en plein ciel. Je bondis pour le suivre lui attrapant la jambe et le propulsant vers le sol tandis que moi je montant en plein ciel. Je recroisais à nouveau mes bras au-dessus de ma tête préparant mon attaque en brûlant mon cosmos à un niveau proche du paroxysme.

-Saute Akuma ! Muspellheim Solar Breath !

La vague de flamme s’écrasa sur le sol, enflammant tous les environ comme la dernière fois lorsque j’avais créé un enfer chaleureux dans ce morne pays. Les flammes grandissaient remplissant tout l’espace, la roche déjà bien entamer fondait encore un peu, le sagittaire lui devait se trouver en bas, en proie à cette mer de flammes. Je pensais que nous en avions finit quand une flèche partie de cette océan chassant le feu autour d’elle et me transperçant la poitrine avec une violence rare qui me fit stopper pendant quelque minute ma chute vers le tapis infernal que j’avais créé, je n’eut que le temps de me tourner vers Akuma qui avait lui aussi sauté en l’air avant de commencer une chute incontrôlé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Ven 8 Jan - 1:56



Après l'explosion tout s'enchaîna assez rapidement : le vole du sagittaire, le High five avec Hakon, moi répandant mon sang par terre... attendez, quoi ? Mon sang ? par terre ? Je vais vous expliquer.
Après la destruction d'une partie du terrain de bataille où l'ont se trouvait, on pensait l'avoir fait assez de dégât pour pas qu'il se relève. On s'était méchamment trompé.

Alors que j'apercevais une aile dorée s'envolé, je me suis aperçut mais trop tard d'une attaque que mon ami et moi allions certainement subir de plein fouet. Une rafale, non, une pluie de faisceau lumineux se ruaient sur nous à une vitesse rendant toute esquive impossible. J'ai pus entendre les cris de douleur de mon compagnon ainsi que le bruit des flèches d'énergie me pénétrant le corps avec force et violence. Je fus percé à plusieurs point mais non vital heureusement. Deux des flèche on transpercé ma jambe droite et une autre au bras gauche. Je me retrouva genoux à terre, répandant mon sang sur les roches noir de ce monde privé de vie. Je releva la tête pour voir l'état de du guerrier du nord, et il était en piètre état comparé à moi. Il avait 6 impacts de visible. A cette allure, on allait finir criblé de flèche, et moi en surimis à déguster. Je ne me laisserais jamais manger en salade ! Le sagittaire avança à pas sur en notre direction, avec une forte envie de nous réduire en purée. Je crois qu'on l'avait un peux vexé en réduisant son armure à n'avoir qu'une seule aile et de l'avoir un peu défiguré. Mais ça va c'était pas si grave il ne faisait que cracher un peu de sang et avait pas mal de blessure au bras et au visage. Vous trouvez ça grave ? Ah... reprenons. Dans ses yeux on pouvais lire la colère et la haine qu'il vouait au gens qui lui tenait tête et le combattais comme nous. Il n'était définitevement pas un chevalier.

Ai-je bien entendu ? " de notre monde " ? Qui s'amuse encore avec les dimensions ? Qu'il se dénonce ! Donc il venait d'ailleurs ? Bien, cela expliquerait l'armure et ses pouvoirs alors qu'il n'est pas du Sanctuaire. En revanche je pouvais sentir un immense cosmos s'élever en même temps que sa colère. Le sagittaire préparait quelque chose, quelque chose d'encore plus violent. Alors que je regardais l'homme approché en réfléchissant à une option pour en venir à bout, il s'élança sur nous, le poing fermé et les yeux brûlant d'une envie de tuer. La chaleur monta, l'air se réchauffa et devint presque irrespirable en quelque seconde. Pas besoin de savoir de qui ça venait. Hakon s'était relevé et embrasa son cosmos à en faire fondre la roche. Avant que quoi que se soit ne vienne du sagittaire, il avait en tête de riposter. Le guerrier du nord amplifia son cosmos, il brûlait à son paroxysme, je pouvais le sentir, cette force de volonté qui ne veux que protéger.

-Saute Akuma ! Muspellheim Solar Breath !

C'est difficilement mais par instinct de survis que mon corps obéit. Je fis un bond assez conséquent et monta sur un rocher sur les hauteurs. Le temps de baisser la tête en bas et je vis un tapis de flamme se former autour du Guerrier du Sköll. La roche fondait à vue d'oeil et des bourrasque de vents chauds parcourait l’éther. La pierre fondait aussi sous mes pieds, se qu'il me valus de glisser et entamer une chute. Mon oreille distingua une bruit de craquement et de perforation. J'en revenais pas, Hakon avait été transpercer d'une flèche d'or comme celle qui abattu le serpentaire au Sanctuaire. Et la prochaine cible ? Moi, en chute libre. Je pris la flèche d'or avec violence, elle perça mon armure, mon corps, et la roche derrière moi.

La situation était critique, Hakon était au sol, presque sans vie. C'est une âme me direz vous, alors comment à t-il pris des dégâts ? Le cosmos pur peux frapper les âmes, toutes les attaques du sagittaire en était recouverte. Il avait bien calculer son coup. Le sol était encore chaud, mon corps devenais froid en revanche. La fin du combat approchait, je devais donner tout se que j'avais. Dans un sursaut de volonté, j'intensifia mon cosmos à son ultime limite. Ce n'est pas mes muscles, mais mon cosmos qui me releva. Une flamme brûlait en moi, celle d'éradiquer le mal sur Terre, et il en faisait parti. Me voyant me relever il me fonça dessus et me cribla de coup de poings plus violent les uns des autres. Je ne devais pas céder, sinon on était mort et le Sanctuaire était menacé. La riposte était de mise. J'avais été propulsé en arrière dû à son violent assaut. C'était maintenant à mon tour de frapper fort. Je me rua sur lui et lui asséna un violent coup de pied au niveau de l'estomac, et ça il le sentit passer. Je saisi alors son poings droit, puis son avant bras gauche. Mon regard devint alors sérieux et mon sourire disparut, laissant place à la froideur que pourrait vous provoquer une vision de la mort

- J'espère que tu t'es amusé, maintenant tu vas souffrir !

Ma phrase se ponctua du craquement de ses os de la main, pour ensuite enchaîner sur un coup sec sur son avant bras pour le briser et briser ma main gauche en même temps. Une armure d'or c'est solide après tout. C'était la fin, il était temps pour lui de mourir. Le sol se fissura sous la chute de ses genoux sur celui ci. Je posa alors ma main sur son visage afin d'en saisir sa globalité.

- Il est temps pour toi de mourir traître. Seki Shiki Kisoen !

Une flamme s'alluma sur son visage, une flamme azur qui ne tarda pas à embraser la totalité de son corps. Ses hurlements de douleurs était assez insupportable mais à la fois assez doux à l'oreille. Je lui tourna le dos pour rejoindre l'âme de mon ami presque mort. Une fois l'âme du sagittaire consumer, il était temps de revenir au monde des vivants. La bière qui était avec le corps d'Hakon nous soignera bien j'en suis sur...ou pas !


Dernière édition par Akuma Kenta le Ven 8 Jan - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   Ven 8 Jan - 11:04


J’étais tomber au sol, les flammes qui m’entourait et me léchaient le corps ne me gênait pas, ça voulait dire que je n’étais pas encore mort, si sa avait été le cas, elle m’aura brûlé et consumé jusqu’à ce qu’il ne reste de moi qu’un petit tas de cendres fumants. Enfin si j’étais mort, je ne me soucierai de toute façon plus de ça. Je me retournais difficilement sur le dos, le trou de la flèche dans ma poitrine, masse noir béante bouillonnante de sang faisait écho au ciel du monde des morts.  J’espérais bien que ma vie n’allait pas sa terminé maintenant. Pas après ce combat, il fallait absolument qu’Akuma gagne, je fermais les yeux en essayant de ressentir le cosmos de l’écarlate, celui-ci très faible il y a quelque instant s’enflamma d’un seul coup, ce qui me fit sourire, ce qui me fit mal, ouais je vous jure qu’esquisser un sourire avait réussi à me faire sursauté de douleur, ça me laissait un peu inquiet sur l’état dans lequel je me trouvait maintenant, je continuais à perdre du sang et le monde tournait légèrement autour de moi, comme si une caméra effectuait un traveling rotatif au-dessus de moi exécuté par un maître du 7ème art. Une âme peut-elle mourir d’une hémorragie ? J’en doutais après tout, mon corps n’était pas ici, mais dans une autre dimension, carrément un autre monde non ? Il faudrait que je pose la question à mon ami si je m’en sort vivant. Je tournais un peu la tête pour assister à la fin du combat épic, la victoire ne faisait plus aucun doute le crabe d’or écarlate était à califourchon au-dessus de l’ennemi brûlant son visage d’une flamme bleu azur. Malgré la vision un peu horrible de la chose j’étais heureux, nous avions gagné et venger notre compagnon qui avait été tuer lâchement par ce monstre sans cœur, il méritait de mourir et franchement ça ne me faisait absolument rien qu’il souffre dans les flammes. Ce qui me faisait un peu culpabiliser.  Oui je ne culpabilisais pas qu’il souffre, mais je culpabilisais de ne pas culpabiliser à propos de ça, sois tous les dégâts que j’avais pris m’avaient sacrément ravager le cerveau soit, j’étais en train de devenir un sociopathe de première classe avec la carte de membre V.I.P du club des petits tueur en séries beaux gosses.

Soudain le monde changea, se distordant doucement et éjectant mon âme du mekai, de retour sur notre bonne vieille terre, j’ouvrais les yeux sur une tonsure rouge qui me tombait dessus, je n’eus pas le temps, ni la force de bouger et le poids du chevalier du cancer vint chasser l’air de mes poumons, je compris pendant que j’essayais de reprendre mon souffle. Le chevalier avait dû perdre connaissance juste après nous avoir fait revenir des enfers et il avait décidé consciemment ou non d’amortir sa chute avec mon corps.

-Aïe ….

Je grognais et jurais tandis que je le poussais sur le côté pour arriver à me relever, bien que l’entreprise soit difficile je réussi à passer de la position horizontale à la position assise. Une fois ceci fait, je fermais les yeux et profitait de la chaleur du soleil sur mon visage et du bruis des quelques oiseaux qui gassouillaient paisiblement bien loin de tout le chaos du combat que je venais de mener. Décidément si à chaque fois que je voyais Akuma je finissais dans cet état, je ne donnais pas très cher de ma peau, déjà que mon espérance de vie devait avoir bien réduite. Je soupirai en regardant mon ami évanoui devant moi, un air blasé et consterné sur le visage, puis avec un nouveau soupire, je me relevais, le passage à la position vertical fut un peu dure, mais j’étais content de tenir sur mes deux pieds. Bien maintenant il fallait retourner au sanctuaire, je me baissais, passant les bras sous le corps inerte du cancer et le soulevait en tirant sur les muscles de mon dos. Il pèse lourd bordel, si jamais j’arrive à rentrer comme ça il m’en devra une bonne, il ramènerait le bière la prochaine fois qu’il viendrai à Asgard. C’est ainsi qu’un gold saint dans les bras, un tonneau plein de bière dans le dos je me dirigeais vers le sanctuaire dans le soleil qui se couchais lentement sur les terres de la Grèce.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sanctuary Journey [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sanctuary Journey [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Au Centre de la Grèce :: Le Sanctuaire des Saints :: • Les douze Temples du Zodiaque-