Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Sam 23 Jan - 22:10

Je marchais dans les rue de Rodorio, juste avant mon départ du sanctuaire. J’aurai voulu partir plus vite, retrouver ma patrie, m’informer de la situation, des agissements de Loki, maintenant que ma mission au sanctuaire était terminée c’est le chemin que j’aurai dû prendre, traverser à nouveau les chaînes montagneuses des Alpes, puis continuer vers le nord, suivre toujours l’étoiles polaire. Véritable point de repère indiquant la direction du royaume glacé d’Asgard qui était si cher à mon cœur. Ici, tout était complètement différent. La verdure était luxuriante et le soleil se reflétait d’une douce couleur émeraude sur les feuilles d’oliviers qui dansait dans une douce brise printanière. Tout l’inverse des neiges éternels dont j’allais fouler le pied à mon retour. Pour une fois je vivais dans une température normale et j’avais chaud. De la sueur dégoulinait sur mon front. Si je n’étais pas parti c’était pour une raison simple. A mon arriver j’avais dû affronter un mystérieux chevalier renégat du sagittaire et ce combat avait laisser des marques sur mon corps qui prenait du temps à disparaitre. Je sentais les cicatrices tiré ma peau à chaque mouvement que je faisais, comme si on avait réduit la surface de la carnation qui protégeait le reste de mon corps. Une douleur perçante me parcourait à chaque respiration, je savais que l’un de mes poumons avaient été transpercer, mais je ne pensais pas que j’allais ressentir des séquelles si fortes. Les médecins du sanctuaire m’avait dit que c’était à cause d’une des flèches lancer par l’homme et qui avait affaibli mon cosmos naturel, qu’il fallait que je me repose. Le seul hic étant que je détestais rester allongé sans rien, je m’étais donc lever en cachette, avait piquer quelques fringues à Akuma et était descendu au village.
Le visage était beau. Tout de pierre et de toit qui lui donnait un aspect très pittoresque. De petits bosquets de fleur venait orner les murets en dessous des fenêtres, de petites fleurs bleues, blanches ou jaunes à l’aspect douce et fragile. De tels fleurs ne pourrait même pas espérer survivre à Asgard le froid les auraient tuées à la racine. Je trouvais cela un peu triste, mais en même temps j’étais heureux de pouvoir profité de ses quelques jours aux sanctuaire. J’essuyais encore une fois la sueur sur mon front et continuait d’avancer, un peu moins vite que tout à l’heure. Diantre ce combat m’avait vraiment retourné. Je commençais à regretter d’être sorti, mais bon quand on fait quelque chose il faut aller jusqu’au bout. Il faisait très chaud d’un seul coup, pourtant jamais je n’avais souffert de la chaleur ou du froid, ma nature de chevalier devait normalement me protéger des températures, j’avais l’impression que le soleil tapait et cognait sur ma tête comme le marteau de Thor sur l’enclume des forges d’Héphaïstos, je titubais un peu et des taches noires dansaient devant mes yeux. A ce niveau je savais que j’étais mal, dans mon esprit mon cerveau était entrain de me dire « OOh les jolies petites étoiles ». J’avançais encore, avec la seule idée en tête de finir ma promenade même au bout de la mort. Je vous avais dit que j’étais une véritable tête de mule ? Non et bah maintenant je pense que vous êtes tous aux courants.
Ma vision périphérique ce brouillait de plus en plus, je ne voyais plus où je marchais et la sensation d’être enveloppé dans une immense masse de coton gluante se faisait de plus en plus forte, j’arrivais sur une place de marché, il y avait du bruit et du mouvement. Tout cela raisonnait en moi comme un son et lumière confus. Je sentais mes jambes se dérober sous moi, je tombais en priant pour que le sol soit assez de bonne humeur pour m’offrir la pitié de ne pas me casser le nez. Je tombais et pourtant pas de douleur. Ma dernière pensée fut « Oh des cheveux verts … étrange » et « Oh mon nez ne sera pas cassé génial ». J’eu la gentillesse de murmuré une « désolé » à la personne qui m’avait empêcher de m’étaler par terre avant que le noir ne se referme sur moi et que je perde connaissance me lançant bercé par cette nuit qui c’était installée de force dans mon esprit. je lâchais un dernier murmure à l'intention de mon sauveur. Avant le blackout total.

-Il fait beau aujourd'hui
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Mar 26 Jan - 22:12

Spoiler:
 

Peu après être revenu au Sanctuaire, le Saint d'Andromède se demandait quel serait le but de ce nouveau départ, lui qui pensait ne jamais revenir des Enfers, y laissait sa jeune vie tout comme les valeureux guerriers dorés. Il faut croire que les Dieux ne voulaient toujours pas de lui, ni de ses compagnons. Qui avaient disparu. Certes, Shun n'était pas rentré depuis longtemps, mais il ne s'attendait pas à n'avoir aucune nouvelle de ses amis et de son frère. Ce retour en Grèce avait été quelque peu précipité. À peine les anciens Gold Saints décédés, déjà fallait-il les remplacer et ainsi, de nouveaux Chevaliers d'or étaient arrivés. Tout comme des bronzes et des argents. Même le Grand Pope avait dû très rapidement remplacé, par cette demoiselle, Elyne, arrivant de nulle part et ne possédant aucun pouvoir de guerrier à proprement parlé. Shun avait à peine eu le temps d'avoir l'avis d'Athéna sur la question. Tout s'était enchaîné trop vite, tous deux revenaient juste d'Elysion après avoir vu mourir beaucoup trop de leurs amis, et aussitôt tout devait se remettre en place comme avant. Athéna avait repris les reines du Sanctuaire, sans vraiment prendre le temps de décompresser et de faire une pause de toutes ces aventures. Au contraire même, la déesse si protectrice et bienveillante, à peine revenue sur Terre, n'avait pas reçu que des cadeaux. Et malgré toutes les horreurs qu'elle avait dû subir, ajoutées à cela les insultes et les reproches, la pauvre jeune femme devait bien être épuisée.
En ce jour paisible et ensoleillé, Shun eut une pensée pour Saori. Il s'était mis en tête de vouloir lui remonter un tant soit peu le moral, après tout l'absence de Seiya était un fort coup dur pour elle. En fin de compte il était le seul plus fidèle restant. Il craignait également que sans ses amis autour de lui, il n'aurait plus la force de combattre. Au fond de lui, le jeune garçon pria très fort pour que ces guerres incessantes ne perdurent plus. Un peu plus tôt dans la matinée, Shun avait été pris de nouveau par une affreuse migraine. Toujours la même chose depuis qu'il était rentré d'Elysion et il se sentait quelque peu différent. Sans savoir l'expliquer. Mais ces maux de tête récurrents le préoccupait un peu. Il n'en avait parlé à personne pour le moment, après tout ce problème ne devait pas être très important à côté de toutes les autres affaires du Sanctuaire. Et il n'en avait pas l'intention, quelques cachets et ça passerait tout seul. Rien ne l'empêcherait de consulter un médecin de Rodorio si vraiment cela devenait trop insupportable.
En attendant, afin de s'occuper l'esprit autrement, le Saint d'Andromède adopta une tenue décontractée pour aujourd'hui, sa fidèle chemise chocolat et son pantalon à bretelles, puis partit pour le village de Rodorio, juste à proximité du Sanctuaire. Il s'était dit qu'il n'avait jamais vraiment eu l'occasion de se promener dans les alentours. Leurs virées au Sanctuaire n'étaient toujours que furtives. Il n'avait rien d'autre à faire de toute façon. Et il comptait bien se vider la tête, et ramener un petit cadeau à Saori pour remonter son moral également.
Spoiler:
 

Le village de Rodorio se trouvait être exactement comme Shun se l'imaginait. Typiquement grec et sans doute que le mode de vie des habitants était bien loin de celui des habitants des grandes villes de Grèce, telle Athènes. Du moins, c'était une supposition du jeune garçon qui ne connaissait que le mode de vie japonais. Il était donc peut-être temps d'en apprendre d'avantage sur cette culture qui dominait ce pays, son très probable pays de résidence. Shun craignait de devoir rester au Sanctuaire pour un long moment, étant le seul restant des anciens Saints de bronze. Il avait réussi à se procurer de l'argent, mais leurs euros étaient bien étranges par rapport aux yens. Enfin, de l'argent est de l'argent. L'ambiance du village ressemblait de près à celle des centres villes asgardiens. Avec plus de chaleur, une architecture et une langue parlée différentes. Ici, les habitants connaissaient bien l'existence des Saints. Quelques gardes de bas rang et quelques Bronze patrouillaient régulièrement dans le village, car celui-ci restait le dernier rempart à franchir avant de pouvoir atteindre le Sanctuaire des Saints. Shun savait que le Grand Pope et Athéna étaient vénérés. Lui-même ne passa pas inaperçu, et cela rien à voir avec sa couleur de cheveux, mais parce que certains habitants avaient déjà entendu parler des exploits et épreuves traversées par Seiya et sa troupe.
Mais Andromède restait on ne peut plus modeste, et se contenter de sourire et de saluer en retour ceux qui le croisaient. C'était tout de même plaisant d'être ainsi apprécié. Traversant la place du marché, le jeune garçon fut interpellé par une bande de joyeux Bronze Saints qui patrouillaient sans trop de pression, s'adonnant à de ridicules histoires et blagues. Malgré tout, Shun sourit pour lui-même. Il aurait donné n'importe quoi être aux côtés de ses amis bronzes, rire aux railleries de Hyoga envers Seiya, regarder Shiryu se frapper le front avec sa main...mais non, Andromède eut droit à tout autre chose. Drôle de coïncidence que l'homme qui venait de s'étaler de tout son poids sur lui. Shun laissa échapper un petit cri de surprise, et se rattrapa rapidement pour soutenir l'homme qui avait flanché. Le soutenant par l'épaule, le Saint murmura :

"Jeune homme ? Oh hé, jeune homme ! Ça ne va pas ?"

Il eut pour seule réponse qu'il faisait beau aujourd'hui. Andromède haussa un sourcil, puis passa le bras du jeune homme par dessus son épaule pour le tirer vers le banc le plus proche. Il avait perdu connaissance. Les gens commençaient à s'agiter autour d'eux, certains se demandaient si ils devaient appeler une ambulance, d'autres paniquaient. Shun s'efforça de calmer la foule sans trop de succès et réclama simplement un peu d'eau fraîche et du sucre. Allongeant le jeune homme inconscient sur le banc, le Saint lui maintint alors les jambes légèrement surélevées tandis qu'une jeune femme lui tapotait la joue. Une chance que Shun s'était renseigné sur les soins de premier secours quand il était plus jeune, ayant toujours eu une vocation de soignant et prendre soin d'autrui...
Finalement, le jeune homme finit par reprendre connaissance et Andromède soupira de soulagement, avant de l'aider à s'asseoir. La jeune femme qui avait aidé disposa, elle aussi soulagée. Shun attendit quelques instants que le garçon reprenne ses esprits, avant de tenter de lui parler :

"Co...Comment vous sentez-vous ?...Tenez, prenez ça, vous vous sentirez peut-être mieux." Shun n'était pas vraiment sûr de lui sur ce coup-là, n'étant pas médecin et ignorant quant à la nature de l'homme. Mais il lui tendit la bouteille d'eau et le sucre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Mer 27 Jan - 18:45

Je me berçais dans le noir, je voyais autour de moi l’univers. La galaxie tout entière, des millier d’étoiles brillante, dansante devant mes yeux comme une valse orchestrée par un million de lucioles, je voyais les couleurs de l’espaces, des explosions de matière stellaires, des supernovæ, des étoiles confrontant leurs masses dans un jeu de gravité mortel et au milieu de tout cela, au centre de ce chaos organisé, une nébuleuse, d’un pourpre chatoyant, une couleur douce et envoutante. J’ouvrais les yeux, la flamme de la vie se réinstallant peu à peu en moi, j’étais aveuglé par le soleil, sa lumière assaillant mes pupilles sans aucune délicatesse. Je clignais deux trois fois des yeux avant qu’une ombre ne vienne à ma rescousse.
J’eu encore besoin de quelque minute pour retrouver la vue, ma vision s’ajusta sur des cheveux verts. Je me souvenais vaguement dans avoir vu un peu plus tôt dans la journée, puis je me souvins que je m’étais évanoui, si j’en avais eu la force j’aurai frappé très fort le plat de ma main contre ma tête, mais j’évite de me rendre ridicule devant des gens qui viennent de me sauver. De plus que j’avais encore la tête qui tournais légèrement et que ma bouche était aussi sèche que le désert de Gobi. Je pris avec joie l’eau qu’on m’offrait, vidant la bouteille d’un seul trait, laissant le liquide clair s’écouler doucement au fond de ma gorge. Le sucre ne lui donnait pas vraiment un bon gout, mais ma pomme d’Adam jouait tout de même les yoyos comme si je n’avais pas bu depuis des années. Une fois ceci finit je me sentais un peu mieux. Je pu enfin soupiré de soulagement et sourire à mon sauveur. Un grand sourire qui ne monta pas jusqu’à mes oreilles qu’à cause du fait que je dormais dans un état comateux il y a quelques minutes.

« Oui, je me sens beaucoup mieux maintenant. »


Je pris enfin un peu plus de temps pour détailler se superman providentiel. Il avait de grand yeux très doux et semblait visiblement inquiet. Il n’était pas habillé comme les personnes d’ici, c’était des vêtements beaucoup plus modernes qu’il portait et j’avais capter un peu d’accent dans ses paroles, ils était donc étranger tout comme moi, mais pour venir ici il devais faire partie du sanctuaire, c’était donc un chevalier d’Athéna … mais il me disais quelque chose … je n’arrivais pas à mettre le doigts dessus et cela me fit froncer les sourcils, j’avais conscience que je le dévisageais peut-être avec un peu trop d’insistance alors je ferma les yeux lui offrant alors un autre sourire, plongeant mes yeux aux couleurs du saphirs dans les siens.

« Merci de m’avoir sauvé, je viens d’Asgards et je ne dois pas être habitué à la chaleur des alentours. »


Bien sûr c’était un gros mensonge. La vérité était que je n’avais que faire de la chaleur, mais que j’avais été blessé et que j’avais voulu trop en faire plutôt que de me reposer gentiment comme me l’avait ordonné les médecins. Je vous avais déjà dit que j’étais un chieur ? Non ? Et bien maintenant vous êtes prévenu. De plus cette phrase me permettait de faire d’une pierre, deux coups, s’ils connaissaient Asgard alors il était forcément un chevalier au service de la déesse Athéna. C’était un peu manipulateur comme technique, mais je ne me voyais pas le harceler de question sans aucune raison que d’assouvir ma propre curiosité. La curiosité est une flamme dévorante. Parfois elle peut vous dévorer. On dit qu’elle tue le chat, j’espère qu’elle ne fait pas de même pour le guerrier divin.
Puis, je me souvins. Je savais où j’avais déjà entendu parler de quelqu’un comme ça « Un chevalier aux cheveux verts et aux yeux d’une douceur admirable. » Je l’avais lu dans les récits récents de notre contrée. C’est homme c’était donc Shun ? L’un des saint d’Athéna qui avait participé à l’attaque lorsque notre prêtresse avait été manipulé par Poséidon. Ils étaient très connus chez nous et par ailleurs, souvent hais par les gens qui ne prenait pas le temps de réfléchir, moi je savais, je savais qu’il avait fait ça pour protéger le monde entier. Je souri, il fallait que je sois sûr de qui il était. Je me relevais, une lueur amusante dans le regard, je vacillais un peu, mais esquissa un geste de révérence en direction de l’homme, les yeux pétillant d’un éclat joueur.

« Je m’appelle Hakon Wodan ! Je viens d’un pays lointain et froid et … je ne connais pas du tout les lieux … vous me ferriez visiter ? »

Encore un mensonge, mais au moins ça me donnais une raison pour rester avec lui et mener ma petite enquête et puis, si je tombais encore une fois dans les pommes, je n’étais pas contre l’idée de garder un sauveur sous la main.
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Jeu 28 Jan - 21:55

Spoiler:
 

Shun venait à présent d'accomplir une nouvelle mission de protecteur de la veuve et de l'orphelin. Bien qu'il n'avait que très peu de bases en matière de premiers soins d'urgence, il avait quand même réussi à redonner de l'énergie à l'homme qui s'était évanoui sur lui. Enfin, pour le Saint, il n'avait pas accompli grand chose à vrai dire. Juste un soutien, et de l'eau sucrée. Rien à voir avec des pouvoirs de guerrier. Un garçon tout ce qu'il y a de plus normal...qui fut bien rassuré lorsque l'inconnu reprit ses esprits. Shun avait entendu dire que si une personne, après être tombé dans les paumes ne reprenait pas connaissance au bout de maximum dix minutes, il fallait l'emmener aux urgences ou appeler une ambulance. Et Shun était bien content de ne pas en arriver là. D'ailleurs, cet inconnu semblait avoir reprit du poil de la bête bien rapidement pour un homme "normal". Son accoutrement n'avait rien non plus d'une tenue locale. Mais le Saint de bronze ne fit aucun commentaire et se contentait de rester assis à côté de lui, lui adressant un signe de tête ainsi qu'un sourire lorsque l'homme le remercia de l'avoir sauvé. Oh, "sauvé" est un bien grand mot selon Shun, qui pensait qu'il n'avait vraiment pas fait grand chose. Après tout, cet évanouissement avait fait réagir bon nombre de personnes autour d'eux, si le garçon aux cheveux verts n'avait pas été présent, d'autres gens se seraient occupés de l'homme. Bien que tous n'étaient pas aussi bienveillants.

Cependant, le regard de l'inconnu sur le Saint d'Andromède commencer à devenir un peu trop insistant, et de ce fait un peu gênant. L'avait-il lui aussi reconnu ? Pourtant il n'avait vraiment pas l'air d'être originaire de Rodorio. Shun eut soudain comme une ampoule qui venait de s'allumer dans son cerveau lorsque l'inconnu évoqua Asgard. Ce fut au tour du Saint d'avoir un regard insistant, les yeux légèrement écarquillés. Serait-il un guerrier divin ? Que ferait-il si proche du Sanctuaire si il était un simple habitant de ces lointaines contrées gelées ? Même la prêtresse Hilda de Polaris ne quittait jamais ces terres. Shun doutait fortement que la perte de connaissance était due à la chaleur. Il s'agissait probablement d'un guerrier divin, et ce n'était pas dans leurs habitudes de ne pas résister à la chaleur, qui cela dit n'était même pas si étouffante que ça. Et ce guerrier, à en juger par les regards insistants sur son sauveur, avait sûrement dû reconnaître un Saint d'Athéna. Ou bien était-ce une simple hésitation.

Shun eut un pincement au cœur. L'évocation d'Asgard lui fit remonter de douloureux souvenirs. Ceux de tout ce sang versé pour une guerre inutile, les noms de sept valeureux guerriers divins disparus, mort pour leur patrie qu'ils chérissaient tant. Pour rien. Andromède avait aussi participé à cette horreur et gâché de jeunes vies. Même si leur cause était juste, Asgard ne méritait pas ça. Et de nombreux habitants devaient probablement haïr les Saints. Shun hésita. Il ignorait si il devait se présenter comme un Chevalier d'Athéna. Et si l'homme qu'il avait sauvé se mettait à le haïr alors qu'il n'avait rien demandé ? Il se présenta d'ailleurs. Le dénommé Hakon Wodan n'avait pas l'air d'être quelqu'un de haineux. Sa présence était même plutôt chaleureuse, le jeune garçon pouvait aisément le remarquer à sa manière enjouée de parler. Après tout, la hache de guerre était enterrée depuis longtemps avec Asgard, qui était devenu un allié à présent. Shun ne prenait probablement pas de risques avec cet homme. Il le gratifia d'un nouveau sourire.

"Ravi de vous rencontrer, Hakon. Je n'ai pas fait grand chose à vrai dire, mais je suis rassuré de vous revoir sur pieds. Je m'appelle Shun. Bienvenue ici !"

L'Asgardien se leva alors du banc en chancelant légèrement, le Saint de bronze eut un geste immédiat vers l'avant, s'apprêtant à le rattraper une nouvelle fois. Mais il n'en fut rien. Shun se leva à son tour et se tint face à lui.

"À vrai dire je ne connais pas vraiment ce village...mais on peut toujours le visiter ensemble. J'aime la compagnie, et la vôtre me semble plutôt sympathique ! Mais vous êtes sûr que ça va aller ? Vous êtes encore un peu pâle..."

Et pour cause, il venait de reprendre connaissance et déjà voulait-il repartir en exploration. Hakon n'avait pas l'air de vouloir rester à se reposer, alors Andromède acquiesça et tous deux partirent faire le tour du village. Shun n'osait pas parler d'Asgard pour le moment. Si seulement il était sûr qu'Hakon soit vraiment un guerrier divin, il aurait pu avouer qu'il était un Saint d'Athéna et entamer dix milles excuses pour se faire pardonner d'avoir contribué à décimer une grande partie de leur armée. Le jeune garçon entama une conversation un peu plus amicale une fois qu'ils avaient dépassé la place du marché, s'engouffrant dans l'une des dizaines de petites ruelles charmantes et typiquement grecques.

"En fait je suis venu pour acheter un cadeau. Mais je ne sais pas quoi. Il me faudrait un petit quelque chose qui fasse plaisir à une fille. Seulement je...je n'y connais pas grand chose >.< vous sauriez me conseiller ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Ven 29 Jan - 15:14

Je me retenais de sauter de joie et crier un Youpi en exécutant un petit pas de danse. Bien sûr je me contins. Premièrement sa aurai gâché mon plan parfaitement orchestré et ensuite j’aurai eu l’air parfaitement ridicule et j’évite d’avoir l’air parfaitement ridicule devant les gens que je viens de rencontrer et encore plus quand j’en ai profité pour m’évanouir dans leurs girons, question de principe. Enfin, mon plan avait réussi, j’étais donc bien devant Shun, le chevalier qui était désigné sous la constellation d’Andromède. Une jeune femme qui a été enchaîner à un rocher attendant un monstre qui devait venir la dévorer et tout cela seulement pour lever une malédiction qui pesait sur sa famille. C’est l’exemple parfait du sacrifice de soi et de ce que j’avais entendu le jeune homme devant moi était parfaitement correspondant au dessin céleste qui représentait son pouvoir.
Il était vraiment qu’on ressentait une véritable gentillesse émaner de lui, il me demanda encore une fois si j’allais bien, utilisant la pâleur de mon visage comme argument. Je lui souris, un sourire qui grimpas jusqu’à mes oreilles et qui dévoilais mes dents. Je me sentais mieux maintenant, visiblement l’intérêt que provoquais ce garçon pour moi était beaucoup plus intense que la douleur en elle-même. J’étais surement pâle c’est vrai, mais j’étais quelqu’un d’assez peu bronzé habituellement, vivre à Asgard à cet avantage qu’il y est véritablement difficile d’attraper un coup de soleil. Oh bien sur j’étais peut-être encore un peu faible, mais je me sentais près à arpenté le village, surtout qu’il me proposait. Un autre sourire apparut sur mon visage. J’appréciait que quelqu’un ce souci de moi. Je n’avais pas réellement eu d’interaction avec des gens qui voulait m’aider et me protéger depuis que j’avais perdu mes parents, ma famille. Je me souvenais parfaitement, le grand pilonne de bois en forme de croix, la paille en dessous. Mon père, mon frère et ma mère, les trois attachés. Puis l’homme qui avait organisé notre capture. D’âge mur, des cheveux blancs, ils étaient blonds avant, on pouvait le voir à cause de leurs couleurs un peu jaunis, celle qui ne fait pas belle et renforce généralement l’aspect appauvrie d’une vielle personne. Puis l’étincelle et la flamme, les cris de ma mère et de mon frère et le regard résigné de mon père, acceptant son destin … le confiant aux dieu Odin qui l’attendait au Walhalla. Puis l’homme qui s’approchait de moi, me prenant le menton, un sourire au lèvre qui me hantera surement pendant tout le reste de ma vie. Il se pencha vers moi et me murmura d’une voix chevrotante lié à son vielle âge.

-Tes parents vont maintenant rejoindre Dieu et devant lui, ils se repentirons. Il les jugera pour avoir cru en ses ancien dieux qui nous ont abandonné … Tu as encore une chance, converti toi au seul et unique dieu … tu es jeune, il sera dommage de gâché ta vie maintenant. Tu pourras nous être tellement plus utile.

Mes bras et mes jambes étaient encerclé par de lourd fers, je ne pouvais bouger, je ne pouvais le frapper alors que l’envie en moi en était forte, tellement forte que j’en avais mal dans tous mes muscles. Une longue veine saillante était visible sur mon cou, des larmes avait noyer mes yeux alors que dans le dos de l’homme des cendres se consumaient doucement, je ne voyais que des couleurs, de l’orange et de l’ombre, l’homme lui était une éclipse vivante en sois me cachant une partie de la scène. Je fis alors la seule chose que je pouvais faire, je relevais la tête, plongeant mon regard dans le siens, d’un bleu délaver, le même que celui d’un t-shirt bleu, vieux et usé qui aurai trop passer à la machine à laver. Je lui crachais dessus, deux fois. Fronçant les sourcils et essuyant bien vite mon crachat il me frappa, une fois, deux fois, trois fois. Dans le ventre et au visage. Ma tête me tournait et j’avais l’impression d’avoir fait un séjour dans une cloche entrain de sonner. Je me sentais lourd, la douleur était fulgurante à tel point que je me recroquevillais sur moi-même protégeant mon ventre et baissant la tête pour protéger mon visage.

-Vous n’êtes qu’un vieux fou ! Je crois en Odin, ils ne nous ont pas abandonné, c’est vous qui vous abandonné vous-même !

Il me frappa encore une fois, un coup de pied. Puis un nouveau sourire éclaira son visage d’une lumière obscure. Je ne cèderai pas, jamais. Mon père m’avait raconté les histoires, il m’avait parler d’Odin et de notre devoir de protéger les glaces éternelles pour sauver le monde de la destruction, d’une rapide et fulgurante monté des eaux qui engloutirai tout le monde. J’étais fier de ça et même si j’avais peur, même si j’avais en moi une tristesse horrible de savoir mes parents morts à présent, même si je pensais être victime d’un cauchemar et que je ne souhaitais que me réveiller. Je ne céderai pas.

-Bien, si tu ne veux pas croire, alors la religion viendra à toi … tenez le bien fermement.

Les autres autour de moi m’attrapaient, me tenant de sorte à ce que je ne puisse pas faire le moindre mouvement. Ils me faisaient mal et je pouvais voir le prêtre devant moi sortir une grosse croix en argent qu’il portait autour du cou. Il la tenait maintenant par la chaîne la laissant pendre dans le feu jusqu’à ce que le métal clair de l’artefact religieux devienne rougeoient. Il avait à présent la couleur d’une étoiles géante, rouge et chaude comme l’enfer. Il s’approchait de moi alors que ses serviteurs enlevaient mon t-shirt je me débâtais alors qu’il approchait, craignant le pire. Je hurlais, hurlais de ne pas m’approcher, demandais en vain ce qu’il allait faire. Quand il fut près de moi je ne vis que son sourire et son regard fou avant qu’il ne pose l’objet de métal bouillonnant sur mon torse, la brûlure me dévorant la peau, brûlant ma chair, laissant à jamais une marque de croix. Quelqu’un hurlait et je mis quelque seconde avant de réaliser que la source de se hurlement bestial n’était autre que moi. Je garde de ce moment une cicatrice sur mon torse et j’ai également perdu une partie de moi, une partie de ma joie et de mon innocence. Parfois ce n’est pas de savoir si nous allons perdre un morceau de notre âme ou non qui importe, mais seulement de savoir lequel. Je n’ai pas abandonné, j’ai continué à croire et un jour Odin et venu me sauver m’offrant une nouvelle vie sur les cendre de l’ancienne.

Je secouais la tête, revenant à la réalité, plus douce, avec Shun devant moi. Souriant, je lui offris également un sourire en retour. Oui je pouvais être reconnaissant au seigneur Odin d’avoir fait de moi l’un de ses guerriers.

-Je vais très bien ! Nous pouvons continuer.

Nous avons continué à avancer un peu dans l’allé. Une grande et belle allé, qui se muât peu à peu en petite rue typique de la Grèce, un peu tortueuse, mais magnifique et calme, j’avais entamer la conversation avec le chevalier d’Andromède, une conversation amicale sur le ton de l’insouciance. Le jeune garçon était pour moi une véritable brise, remplie d’une fraicheur étonnante et apaisante. Il me questionnait sur un cadeau qu’il voulait offrir à une amie. Je n’aimais pas vraiment les femmes, mais j’étais une personne douée pour trouver des cadeaux et de plus j’aimais beaucoup ça, c’est vrai que d’habitude je connaissais la personne pour qui je cherchais un cadeau, mais j’allais considérer ceci comme un défi à relever et j’adorais relever des défis. Je me pris le menton, dans une attitude de réflexion. Qu’est-ce qu’aimait une femme, les bijoux, les vêtements ? Peut-être que sur le marcher nous pourrions trouver quelque chose d’intéressant ? Je souri à mon nouvel ami.

-Et bien peut-être que tu trouveras ton bonheur sur le marché de tout à l’heure ? Qu’est-ce qu’aime ton amie ? Elle a une couleur préférée ? Une fleur préférer ? Une passion en particulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Dim 31 Jan - 23:17

Spoiler:
 


Tandis qu'ils marchaient ensemble en arpentant les ruelles du village grec, Shun fut ravi de constater que le guerrier divin semblait à son aise. Et beaucoup mieux. Étonnant d'ailleurs pour quelqu'un qui venait à peine de perdre connaissance, du moins pour un être humain normal. Raison de plus pour croire que le jeune homme était plus qu'un simple humain. Ceci dit, Shun ne lui avait encore pas posé la question directement, tout comme Hakon ne lui avait pas directement demandé si il s'agissait d'un Saint d'Athéna. Malheureusement, l'identité d'Andromède, de part son nom et son allure androgyne, n'était plus un secret pour personne ici. Il se doutait donc bien que son homologue asgardien avait dû le reconnaître. Cette seule pensée lui fit échapper un léger soupire qu'Hakon n'aurait sans doute pas relevé, ou peut-être que si. Shun n'avait jamais demandé à être un jour connu, ni à devenir un Saint légendaire. Son statut de Saint de bronze lui suffisait amplement et il se sentait bien comme ça. Et puis, sans ses amis, il n'était pas grand chose et n'osait jamais développer son pouvoir en leur absence. Pourtant, si ils ne revenaient pas, il allait bien falloir qu'il le fasse...Enfin, Andromède espérait ne pas avoir à combattre pendant un petit bout de temps. Après tout, la relève des Saints était déjà quasiment achevée.

Hakon semblait être parti un peu ailleurs pendant quelques instants. Mais il confirma avec certitude qu'il allait mieux grâce au remède non inventé de Shun. Celui-ci lui avait demandé des conseils sur quel cadeau pouvait apporter un peu de réconfort à une fille. Mais attention, ce n'était pas n'importe quelle fille non plus. Même si ils avaient probablement une relation plus profonde qu'avec les autres Saints, elle avait quand même été élevée comme une princesse. Voire même une Reine ! Tandis que Shun et ses amis l'avaient été comme de simples chiens galeux destinés à l'abattoir. Quand bien même Saori avait changé, elle ne se contenterait peut-être pas d'une simple babiole. Hakon proposa de retourner sur le marché, le Saint de bronze restait un peu sceptique sur le fait de trouver quelque chose de bien. De plus, il n'avait pas spécialement envie de se mêler à la foule. Seulement, pour ne pas risquer de contrarier l'asgardien, il acquiesça et accepta de retourner sur le marché. Les mains gracieusement rentrées dans ses poches, Shun le suivit en souriant. Le jeune homme à côté de lui, lui demanda la couleur préférée et les passions de la fille en question. Andromède se renfrogna légèrement, se sentant soudainement un peu idiot car il n'en avait strictement aucune idée. Quel mauvais ami il faisait. Gêné, il se mît à gratter nerveusement l'arrière de son crâne, bredouillant :

"En fait, je....Je ne suis pas sûr. Je dirais...le blanc et le violet. Peut-être."

De plus en plus ridicule. Il avait dit ça uniquement parce que Saori portait habituellement une robe blanche et avait les cheveux violet, ce qui était tout à fait ridicule comme raisonnement puisque lui avait les cheveux verts et une armure rose, mais sa couleur préférée était le bleu. Bref. Quant à ses passions...le jeune garçon fit mine de réfléchir en regardant nerveusement un peu partout autour de lui. Il ne voulait pas paraître trop ridicule devant son nouvel ami plus longtemps. Son regard crédule s'attarde alors quelques instants sur deux joyeux bambins qui couraient non loin de là, se faufilant entre les gens, visiblement décidés à semer leur pauvre mère qui les poursuivait, passablement agacée. Cette vision fit échapper un petit rire enfantin à Shun, qui se rappela un souvenir de jeunesse. Le jour où ses amis et lui cherchaient à faire une blague à la petite garce de Saori gamine, pour se venger des humiliations qu'elle leur faisait subir. Bien sûr, le petit Shun n'était pas pour, mais il suivait la bande sans grande conviction. Seulement voilà, ils avaient surpris la petite peste accroupie devant un arbre, qui discutait avec un écureuil. Seiya et Ikki avaient trouvé ça d'un ridicule ! Cette fille avait si peu d'amis qu'elle parlait avec les animaux qui ne devaient sûrement pas la comprendre. En fin de compte, les enfants avaient renoncé à lui faire une blague après avoir vu ça, cela les avait satisfait et Shun en était plutôt rassuré. Bref, il eut une illumination et se retourna vers Hakon, claquant des doigts en signe de victoire.

"Les animaux ! Elle aime les animaux. Hmm...je ne trouverais probablement rien en lien avec ça ici. Continuons la visite, ça ne fait rien !"

En réalité, le jeune garçon avait plutôt hâte de quitter l'ambiance du marché, passablement pesante pour lui. Tous ces regards furtifs qu'il sentait sur lui le mettait mal à l'aise. Il n'était quand même pas une star nom d'une pipe ! Avant de partir, Andromède acheta quelque chose à boire qui ressemblait à du thé glacé grec, pour lui et Hakon. Il lui tendit la canette en souriant, et tous deux repartirent en visite. Au bout d'un petit moment, Shun s'arrêta en chemin. L'ambiance était déjà plus calme. Il voulait en profiter pour essayer d'en apprendre un peu plus sur Hakon. Et réciproquement, probablement. Le jeune garçon s'assit sur le seul banc de la ruelle disponible, et prit une gorgée de sa boissons. Puis il se tourna vers l'asgardien.

"Ainsi donc vous venez d'Asgard. Ce n'est pas courant de croiser des gens de là-bas dans les environs. Pourquoi êtes-vous venu au Sanctuaire ? C'est bien pour ça que vous êtes là, non ? Vous êtes un guerrier divin n'est-ce pas ?"

Shun se rendit compte qu'il avait possiblement posé trop de questions d'un coup. Il rougit très légèrement et baissa la tête, en bafouillant :

"Désolé, désolé je pose trop de questions. C'est juste que...bon, j'avais pensé que les asgardiens nous...enfin, haïssaient les Saints. Mais vous, euh toi, tu sembles bien différent."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Mar 2 Fév - 12:10

Spoiler:
 

Au fur et à mesure que nous avancions déambulant sous le soleil de la Grèce, sous ce magnifique ciel bleu qui semblait englober et coloré toute choses j’écoutais attentivement les paroles de mon ami, tout en faisant attention à ses mimiques, à la façon dont les traits de son visage se déplaçait pour former tour à tour de toutes nouvelles expressions. Un intense réflexion de prime abord, suite à mes questions sur la fille à laquelle il voulait offrir un cadeau, puis quelque chose qui ressemblait à de la déception. Je m’en voulu un peu d’avoir posé la question. Avais-je réussi à mettre mal à l’aise mon sauveur après seulement quelque minute ? Je me félicitais mentalement avec une ironie affutée comme la lame d’un sabre, bravo Hakon, bravo. Tu te fais un ami et tu arrives à le rendre nerveux en si peu de temps, franchement si tu continues, je ne m’étonnerai même pas que les vielle dames essaye de t’agresser à coup de sac à main. Je fis métaphoriquement un geste obscène à cette petite voix assise sur la banquette arrière de mon esprit. Je n’y peux rien si je suis un sociopathe. Pendant ce temps, le garçon aux cheveux vert réfléchissais toujours et moi je regardais à droite et à gauche, épiant la foule en souriant. Des gamins courait çà et là, leur mère essayant dans un geste désespéré de rattraper les petits garnements. Je souri à cette vision. J’aimais beaucoup cet endroit, il était plein de vie, plein de couleur, je trouvais incroyable le fait qu’autant de gens pouvais venir ici, échangé avec d’autre même si ce n’était que pour un instant futile, que pour un sourire qui s’efface la seconde d’après. Je crois que cette ambiance me mettait de bonne humeur, vu que le léger sourire qui monta sur mes lèvres ne redescendit pas.
Je fus surpris quand le chevalier d’Andromède sorti de son intense réflexion, sursautant un peu en entendant le son de sa voix. Je n’étais pas habituée à avoir de simple discussion, je savais me battre, je savais défendre un territoire, une personne, je pouvais parler stratégie et devoir. Je pouvais également rire autour d’une rasade de bière entouré d’une nué d’inconnu, mais cette intimité que l’on créer avec quelqu’un quand on devient amis, quand on commence à vouloir connaitre l’autre, à vouloir aussi échanger son passé avec lui, semblait à mes yeux être une bien étrange bulle un peu effrayante. J’avais peur d’être maladroit et de dire quelque chose de travers ou même de faire quelque chose de travers. Je me concentrais sur les nouvelles informations que je recevais. Les animaux, c’était vraiment vaste comme sujet, mais peut-être que sa nous permettrait de trouver quelque chose. Dans tous les cas, Shun semblait bien décider à quitter le marché, j’avais remarqué tous les regards, parfois furtif et discret, parfois non que lui lançais les habitant. S’il était vraiment le chevalier d’Andromède c’était quelque chose de compréhensif que les gens l’admirent, même moi j’avais entendu parler de ses exploits depuis Asgard. Pourtant cette notoriété semblait le gêné. Je le laissais donc m’entraîner hors de la grande place, gardant mes mains dans mes poches, essayant aussi vainement de protester lorsqu’il m’offrit un thé grec, je ne voulais pas qu’il dépense d’argent pour moi après tout il m’avait déjà aidé lors de mon évanouissement un peu plus tôt. Je finis tout de même par accepter, me laissant dompter par un sourire, mais en me faisant la promesse de tout faire pour l’aider à trouver le cadeau qu’il recherchait.
Notre errance vagabonde finit par nous conduire dans une petite ruelle ensoleillée, mais qui profitant de l’ombre de quelques arbres dont je ne connaissais pas, mais qui correspondaient parfaitement à l’emplacement des bancs qui parsemait le chemin. Le brouhaha du marché semblait bien loin maintenant et seul les doux murmures des oiseaux permettaient au monde de rompre le silence, créant un bruit de fond agréable et se prêtant à la détente. Je souri à Shun alors que ce dernier c’était assis, moi étant resté toujours debout. J’allais m’assoir quand je fus désarçonnée par la question posé. Il avait évidemment compris que j’étais un guerrier divin quand j’avais mentionner Asgard, je fus bombarder de question et ça ne me dérangeai pas. Nous avions une alliance avec le sanctuaire et j’avais le sentiment de pouvoir faire confiance à l’homme devant moi, ce qui me surpris le plus fut ses excuses. Il pensait que les Asgardiens les haïssait ? Je fermais les yeux comptant d’abord mentalement jusqu’à dix pour faire le point intérieurement. Il est vrai que mon peuple ne porte pas les chevaliers dans leur cœur. A cause de la bataille qu’il y a eu entre nous et les cinq saints de bronze dont Shun faisait partie. Nous avions perdu tous nos guerriers divins de l’époque dans ce combat acharné. Tout cela à cause d’une manipulation de Poséidon, qui était lui-même manipulé par Kanon, l’un des hommes d’Athéna ayant été chassé du sanctuaire. Il est vrai que beaucoup chez nous blâmait les saints et Athéna elle-même pour cela, mais pas moi. Pas moi qui avait longuement réfléchi à ces combats, j’avais avant de venir au sanctuaire posé plein de question, lu des livres même qui comptais ses batailles qui avait été effroyable. Ouvrant les yeux à nouveau et plantant ses deux saphirs incruster dans mes orbites sur Shun, je lui souris. Un sourire doux et gentil. Je n’aimais pas qu’il se sente coupable, je n’aimais pas qu’il pense que je pouvais le haïr ou que mon peuple le faisait parfois … tu parles d’un sociopathe.
Je m’assis à côté de lui, buvant une gorgé de thé grec, vivifiant et très rafraichissant, je profitais des saveurs causer par la boisson avant de répondre au chevalier d’Andromède d’une voix calme et posé.

-Oui, je suis bien l’un des guerriers divins, je suis venu au sanctuaire pour conclure une alliance entre nos deux factions. Ce qui n’est pas vrai en revanche, c’est que nous vous haïssons. Tu es bien le représentant d’Andromède n’est-ce pas ? Je sais en effet que vous avez dû vous battre contre les guerriers divins et que beaucoup son mort. Mais je ne vous blâme pas. Nous vous avons attaquer et nous avons mis le monde en péril, c’est plutôt à moi qu’il revient de m’excuser. C’est pour ça que je suis ici, je ne veux plus de bataille inutile comme celle-ci, je trouve qu’Asgard ne dois pas se replier sur elle-même, mais s’ouvrir au monde et à ses amis.

Tout en finissant ma phrase j’écartais les bras comme pour englober un planisphère invisible, visualisant Asgard s’entendant avec les pays alentour, échangeant avec eux dans une paix prospère. C’était peut-être un rêve que nous n’atteindrions jamais, mais je voulais me battre pour ça.
Je souri à la personne en face de moi, un véritable sourire qui monta jusqu’à mes oreilles et dévoila mes dents. J’étais vraiment heureux d’avoir fait ce voyage j’avais vu des paysages magnifique découvert beaucoup de chose et fait la connaissance de plein de personnes qui méritait d’être connu. J’eu un peu de regret quand je me souvins avoir oublier le carnet que j’utilise pour dessiner dans ma demeure à Asgard, j’aurai beaucoup aimer en faire quelques un pour garder un souvenir de mon voyage. Il était sûr que je m’en souviendrai longtemps. Nous les guerriers qui nous battront sans cesse pour nos divinités n’avons pas beaucoup de moment de repos et de joie comme celui-ci. Il fallait en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Sam 6 Fév - 10:55

Spoiler:
 

Bien que le guerrier divin avait refusé au départ que Shun lui paye un thé glacé grec, ils avaient tout de même fini par s'asseoir sur un banc et discutaient tranquillement. Le Saint sentait cependant une pointe au cœur, parlant ainsi d'Asgard. Mais tel était-il, toujours obligé de faire ressurgir des vieilles histoires et se laisser envahir par le regret. Si il le pouvait, Shun s'excuserait au monde entier malgré lui. Ainsi, le dénommé Hakon avait donc bien deviné qu'il avait en face de lui le représentant d'Andromède, l'un de ceux dont on parlait beaucoup et sans doute le seul à penser qu'il était loin de mériter tout ce qui se disait sur les exploits de ses amis et lui. De plus, il était seul maintenant et il avait la sensation de n'être pas grand chose sans ses anciens amis. Le guerrier divin ne le haïssait pas, du reste. Shun devait arrêter de penser qu'il était mal aimé par tous les peuples. Mais, bien qu'il ait contribué à sauver le monde à plusieurs reprises, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait causé beaucoup de mal à cause de tous les valeureux guerriers tombés au combat.

Bref. De quelle alliance Hakon voulait-il parler ? Shun s'arrêta de boire et fixait à présent le jeune homme dans les yeux, l'écoutant parler.

"Vous avez bien deviné, oui. Désolé, même si notre cause était juste, je me sentirais coupable. Comme toujours. Trop de combats et de morts, pour rien."

Quel idiot il faisait. Il le savait très bien. Il allait finir par passer pour une victime persécutée aux yeux d'Hakon. En plus, d'un autre côté, il n'en voulait même pas à ses amis ayant combattu à ses côtés ou à Athéna pour l'avoir suivie. Ils n'avaient fait que préserver l'équilibre naturel du monde en ramenant Asgard à la raison, terres importantes pour maintenir cet équilibre justement. Shun serra les poings et plissa les paupières, oubliant presque qu'il tenait un verre de thé glacé dans sa main qui faillit bien exploser. Mais il se retint. Hakon avait l'air si heureux par rapport à lui. Sans doute ne portait-il pas un lourd fardeau sur les épaules, même si le Saint ne le connaissait pas, le guerrier divin avait l'air d'être le genre de personne enthousiaste de la vie. Toujours le sourire aux lèvres. Shun esquissa finalement un petit sourire. Cela lui faisait chaud au cœur de voir ça.

"Qu'est-ce qui vous rend si heureux ? Ça fait plaisir à voir en tout cas. Vous parlez d'alliance, vous êtes sûrement plus informé que moi. J'ignore combien de temps je suis resté aux Enfers, mais j'imagine qu'il a dû s'en passer des choses, ici. Peut-être qu'Hadès n'était pas notre véritable ennemi après tout. Vous savez des choses, Hakon ? Pensez-vous que nous allons vers...une autre Guerre ?"

Andromède avait prononcé cette dernière phrase sur un ton plus bas, la voix presqu'emplie de tristesse. Il avait une mauvaise impression et n'était pas sûr d'entendre la réponse du guerrier divin. Il ne voulait plus se battre ou blesser quelqu'un, il en avait assez de tout ça. Et pourtant...il songeait qu'il n'était pas revenu sur Terre juste pour prendre le thé et dorer au soleil. Bien sûr, du bon temps il fallait en prendre. Mais Shun savait que cela ne durerait pas éternellement et que tôt ou tard, il devrait endosser à nouveau son armure d'Andromède. Il aurait tant aimé que son frère aîné soit là pour le rassurer, comme il avait toujours été. Mais ce n'était pas le cas, et le jeune garçon allait devoir se prendre en main tout seul. Il fallait bien qu'il arrête de se torturer l'esprit avec tout ça, sinon il allait finir par s'agacer et se déclencher une nouvelle migraine. Elyne était certes parvenue à lui faire passer la douleur une fois, mais là elle n'était pas là et Shun sentait que ces maux de tête ne venaient pas d'une simple maladie. Quelque chose de plus impressionnant se cachait là-dessous, mais il n'en savait rien et ne voulait en parler à personne. Il finit par lâcher un petit soupire.

"Quoiqu'il en soit...Je suis malheureusement convaincu que l'heure n'est toujours pas a la paix. À peine les anciens Gold Saints partis, d'autres sont arrivés immédiatement pour les remplacer, comme si leur mort n'était qu'une banalité dans le cycle de..." Shun marqua une pause, conscient qu'il commençait à s'énerver. Hakon n'en avait sûrement que faire de ses jérémiades. "Bref..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Dim 7 Fév - 14:27

Je m’étais assis sur le banc et j’écoutais patiemment l’homme en face de moi. Quand vous écoutez quelqu’un, je veux dire que vous l’écoutez vraiment, ce n’est pas seulement à ses paroles qu’il faut faire attention, mais aussi à d’autres choses comme le ton de sa voix, son visage, ses gestes. Et pour ce qui était de Shun, le saint d’Andromède qui accaparait en ce moment même toute mon attention, il n’en ressortait qu’une émotion principale. « De la culpabilité ». Je n’aimais pas voir ça. Je me surpris à penser que ce n’était pas une émotion qui sciais au visage doux du jeune homme. Voilà qui me faisait un peu de peine. Je le comprenais, les guerres saintes ont toujours apporté leurs lots de morts, le plus souvent injustes, mais la mort n’était pas la pire chose qu’elles avaient apporté à mes yeux non loin de là. Le pire était que ces guerres souillaient le cœur d’innocent, les forçant à prendre les armes et à se battre … malgré-eux. Personne ne nait pour être un guerrier, je suis convaincu de ça, toute ses batailles finissent par nous changer, certain accepte ça. Certain en viennent même à aimer ça, mais pour une petite poigner, cela reste toujours une souffrance de devoir blesser une autre personne et je comprenais parfaitement ce sentiment.
Je haussais un sourcil quand Shun me posa la prochaine question. Pourquoi était-je si heureux ? C’était bien la première fois qu’on me posais cette question et je n’y avait jamais vraiment réfléchi. Je levais les yeux au ciel cherchant une réponse à donner à mon nouvel ami, me perdant un instant dans la contemplation du bleu céleste et des quelques nuages blancs qui se promenait ici et là. Puis je souris en me rendant compte que rien que le fait de pouvoir regarder ce ciel assis sur un banc avec un ami et partageant une boisson toute nouvelle pour moi me rendais heureux. Je reportais mon regard vers Shun, je n’aimais pas le voir comme ça, ce garçon qui m’avais aidé alors que j’étais un parfait inconnu, alors qu’il aura juste pu déléguer le boulot à quelqu’un d’autre. J’aurai voulu effacer les épreuves qu’ils avaient subi, mais ça ne marchais pas de cette façon. On n’efface pas son passé, ni celui des autres, la seule chose qu’on peut faire à la rigueur c’est leur tenir la main pendant qu’ils affrontent leurs démons, jusqu’à ce qu’ils arrivent à les vaincre et utilisé le corps de leurs démons personnels comme essence pour éclairer leur chemin. Je fis donc la seule chose que je pouvais. Je posais ma main sur l’épaule du chevalier, plongeant mes yeux dans les siens, je ne souriais plus et mon visage comme une statue de marbre qu’on aurai pu attribuer à Michel-Ange exprimait un sérieux palpable.

-Je pense qu’effectivement … nous courront droit vers une nouvelle guerre … une guerre sans précédent. A Asgard la situation est au plus bas … Loki est éveillé et nous avons affaire à une véritable guerre civile qu’il à créer au seins de mon peuple … parents contre enfants, amis contre amis et frère contre frère. De plus notre arbre-monde Yggdrassil se meurt lentement et avec lui, le cosmos d’Asgard lui-même, si jamais le pire arrivait alors il n’y aurait plus personne pour empêcher la fonte des glaciers et c’est la terre entière qui périrais sous les eaux …

Je marquais une pose dans mon récit, il semblait bien fataliste et je ne pensais pas qu’il allait aider le moral de mon ami à remonter, mais il m’avait posé la question et je ne voulais pas la lui cacher, il n’était pas un enfant et je ne pouvais pas non plus ménager ses sentiments … pourtant, je n’avais pas fini et je voulais lui montrer que même si la situation était dramatique il ne fallait pas perdre espoir. Je soupirais, répondant au soupir de mon ami.

-C’est pour cela que je suis venu au sanctuaire, pour chercher votre aide. Pour vous apporter le nôtre, dans des temps d’obscurité, il faut savoir faire preuve de camaraderie, être des millions de mains sur des millions d’épaule. Je ne peux pas te dire quel est notre véritable ennemi, je pense que seul le temps nous le dira. Tu te trompes, aucune mort n’est vaine … du moins, pour nous … même si le monde se fiche de qui meurt et qui vive … que quoi qu’il arrive la terre continue de tourner et que nous ne pouvons que tourner avec elle où nous assoir au bord de la route et s’apitoyer sur notre sort. C’est notre devoir de ne pas oublier les autres et de faire en sorte que leur mort ai servie à quelque chose.

Puis je fis quelque chose qui venait uniquement de l’instant et qui était bien éloigné de toute pensés réfléchis ; je pris Shun dans mes bras, le serrant contre moi. Je n’avais pas l’habitude d’être si tactile envers les autres, mais cette fois je faisais une exception. Je voulais montrer au saint à la chaîne que tout n’était pas perdu et qu’il restait encore des raisons de sourire malgré le fait que tout semblait aller contre nous et qu’une guerre catastrophique se préparait.
J’avais passé mes bras autour de lui, les nouant dans son dos, j’avais également posé ma tête sur son épaule, la penchant un peu sur le côté mêlant mes cheveux dont la couleur aile de corbeaux contrastaient avec ses cheveux verts. Je fermais les yeux et laissait filer mes paroles.

-Il y a parfois des temps obscures … et nous, nous somme piéger au milieu. Quand j’étais jeune ma famille a été kidnappé par une secte religieuse, des hommes qui pensait que le dieu unique allait supplanter Odin qui nous avait abandonné, ils ont brûlé mes parents et mon frère sur un bûcher … je serai surement mort si le maître des Ases ne m’avait pas porté secours. C’est pour cela que je continu de sourire, j’ai eu la chance de continuer à vivre, de pouvoir me battre pour que personne d’autre ne subisse ça, si je n’avais pas été sauver par exemple je n’aurai jamais pu venir ici, voir tant de paysage, gouter ce thé grec. Ou par exemple rencontré une personne aussi gentille que toi. Il faut seulement créer notre propre lumière.

Je m’écartais de Shun, souriant à nouveau. J’espérais que mon discourt allait lui redonner la force de continuer d’avancer. Je ne pouvais pas lui promettre que tout irai bien, mais seulement que je pourrai faire de mon mieux pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Mer 10 Fév - 21:02

Spoiler:
 

Shun se sentait comme un incorrigible idiot, à ainsi poser toutes ces questions à un jeune homme qui n'avait probablement pas envie de parler de ça. Mais Andromède n'avait pas pu s'en empêcher. Il avait tellement essayé de se persuader que leurs combats étaient terminés qu'il avait faillit s'énerver. Et cela ne présageait rien de bon. Fort heureusement le jeune Saint su se contenir et s'arrêter, laissant le guerrier d'Asgard le rassurer. Le rassurer...Voilà autre chose. Depuis quand est-ce que Shun venait chercher du réconfort auprès d'un inconnu ? C'était bien la première fois qu'il se risquait à ça. À vrai dire, il n'avait pas vraiment demandé ça, mais cela paraissait naturel chez Hakon. Andromède pensait vraiment qu'il pouvait lui faire confiance. En revanche, jamais il n'aurait soupçonné que les terres d'Asgard couraient un tel danger. Le jeune garçon avait naïvement que lorsque ses amis et lui avaient délivré la princesse Hilda du maléfice de l'Anneau des Nibelungen, le mal en Asgard s'était dissipé. Il était bien loin de la vérité. Tandis qu'il combattait Poséidon, puis Hadès, le Sanctuaire n'était pas le seul courant un danger. Alors, Shun se sentit presque égoïste à présent. Et dire qu'il avait songé un instant de ne plus jamais endosser l'armure d'Andromède, pensant être débarrassé des forces du mal...Comment pouvait-il songer à abandonner alors que tant de populations étaient encore en danger ? Ikki, son frère aîné. Ses amis, Athéna. Qu'allaient-ils tous pensé de cette attitude lâche ? Voyons Shun ressaisis-toi mon vieux ! Élyne avait raison, il n'était pas qu'un simple Saint de Bronze à présent. Et il avait connu suffisamment de combats et de guerres pour ne plus en avoir peur, ayant même gagné en maturité sur un champs de bataille.
Hakon était donc venu au Sanctuaire dans le but de demander de l'aide...mais quelle aide pouvaient-ils vraiment leur fournir alors que tous les Saints n'étaient même pas encore présents, qu'Athéna non plus et que le Grand Pope avait été pour le moment remplacé par une jeune fille, très gentille au passage, certes, mais incapable de se battre ? Shun ne voulait pas le vexer, alors il s'apprêtait à baisser la tête. Mais le guerrier divin le prit alors tendrement dans ses bras, et le jeune Saint, bien qu'au début un peu surpris, se laissa aller et se blottit contre Hakon. Un peu de chaleur humaine ne fait pas de mal parfois, cela faisait si longtemps que Shun n'avait pas reçu de câlin ! Il en oublierait presque ce que cela faisait. Le gardant ainsi contre lui, l'asgardien se mît à conter son histoire. Fermant un instant les yeux, le Saint de bronze prit une profonde inspiration en l'écoutant. Voilà une histoire bien triste...le jeune garçon ne pu s'empêcher de penser à Mime de Benetnasch, à Syd de Mizard et leur affrontement...Eux aussi n'avaient pas eu un passé très chaleureux. Shun et ses compagnons, par rapport à eux, étaient nés avec une petite cuillère en argent dans la bouche. Hakon n'échappait pas à la règle des guerriers divins au passé triste. Andromède le serra donc un peu plus fort, jusqu'à ce que leur étreinte prit fin. Il regarda un petit moment son interlocuteur, avant de retrouver son habituel sourire doux, et de prendre la parole.

"C'est une belle leçon de vie, Hakon. Et c'est toi qui as raison. Merci pour tout...Smile"

Et pour cause, le guerrier divin lui avait bien remonté le moral. Shun et lui n'étaient pas si différents au final. Ils auraient pu être frères, dans une autre vie. Voire même jumeaux de pensée. Les paroles du jeune homme donnaient envie au Saint de retrouver son état d'esprit positif et défenseur de la paix et de l'Humanité. La présence d'Hakon l'aiderait sûrement beaucoup à retrouver cet état d'esprit. Comme quoi, malgré toutes les misères du monde, il y avait toujours des gens optimistes. L'asgardien serait sans aucun doute un excellent coéquipier. Son allure n'avait certes pas l'air belliqueuse, mais Shun était bien placé pour savoir que l'apparence douce dissimulait souvent une grande force, et une hargne de vaincre, quand bien même si les ennemis étaient plus fort encore que les spectres d'Hadès.

"Je vais t'avouer quelque chose, quand je suis revenu ici, j'avais égoïstement songé à ne plus jamais revêtir l'armure d'Andromède. Mais, je ne me doutais pas que la situation était si grave...Nous ferons tout pour essayer de sauver Asgard. Je sais que pas mal de Saints y sont allés. Je ne sais pas encore si ils sont revenus, mais je n'ai pas vraiment de nouvelles. Tu y étais ? Tu les as croisés ?"

Depuis le peu de temps que Shun était rentré au Sanctuaire, il avait eu vent que les Saints étaient partis en Asgard en même temps que les jeunes Saints de bronze soient entrés à Elysion. Peut-être qu'Hakon pourrait le renseigner sur ce qu'il s'est passé à Asgard. À l'en croire, Loki répandait ses maléfices sur ces terres et semait le chaos. Cela n'était pas vraiment rassurant pour les Saints qui étaient encore là bas, si il y en avait. Shun n'avait croisé que trop peu de Saints sur son chemin pour déterminer si ceux partis en mission étaient revenus. En tout cas, le jeune garçon termina sa canette d'une traite et se leva du banc, affichant un air déterminé.

"Quoiqu'il en soit, Hakon. Je serais heureux et honoré de vous aider, de combattre à vos côtés."

Il semblerait que le Saint d'Andromède avait décidé de reprendre du service. Était-il seulement encore capable de déployer autant de force que lors des combats déicides, sans ses amis et son frère pour l'encourager ? Hakon était là, certes, mais cela sera-t-il suffisant...l'avenir le lui dira. Shun se dit aussi qu'il serait temps de cesser les redondances respectueuses. Son interlocuteur ne se privait pas, alors ce serait ridicule que le bronze continue à faire de même. Il avait donc décidé de le tutoyer, à présent.

"Enfin...à tes côtés."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Mer 17 Fév - 20:00


J’avais osé prendre le saint dans mes bras et pendant quelque secondes j’eu peur de sa réaction, il pouvait ne pas apprécier le contact physique après tout. J’avais au cours de mes années passées à Asgard remarquer que la plupart des hommes qui passaient leurs temps à se battre n’aiment pas ça, peut-être à cause d’une overdose d’égo masculin ? Ou bien une bonne dose de paranoïa essentiel à la survie en temps de guerre. Enfin passons, je me détendis un peu quand il accepta mon étreinte. Il m’écouta aussi ce qui fut une joie pour moi. J’avais à cœur de lui remonter le moral, lui redonner courage et vigueur. Même si pour cela j’avais dû l’exposé une partie de mon cœur, mettant à nu un morceau de mon histoire. Je pense que Shun faisait cet effet, il devait avoir le don de mettre en confiance ses interlocuteur, je l’aurai plutôt vu à un poste diplomatique qu’a celui de combattant aux services des dieux. La guerre gâchait une grande partie de la personne qu’il pourrait être.
Un acte égoïste ? Il était tout à fait légitime d’avoir pensé ça, qui n’a jamais eu envie de tout laisser tomber et d’abandonner la guerre ? Laisser derrières sois les combats et la mort ? Moi aussi j’en avais parfois envie, d’envoyer tout le monde balader et de leurs dire de se débrouiller tout seul, que s’il ne comprenait pas que des combats ne mènerait à rien alors il était inutile d’essayer de leurs faire entendre raison. La suite de la phrase me fit sourire. Oui le sanctuaire allait nous aider. J’avais confiance en eux. De tous ceux que j’avais rencontré venant du lieu divin d’Athéna tous m’avaient fait une bonne impression. L’un d’eux était même devenu mon meilleur ami. Le chevalier du cancer avec qui j’avais partagé beaucoup de bon moment et de combat depuis notre rencontre à Asgard. C’était d’ailleurs assez ironique quand je pense que c’est justement toute ses guerres qui m’avait rencontré les gens important pour moi et qui me donnait envie de me battre pour rétablir la paix dans le monde et faire cesser les combats.

-Oui, je reviens d'Asgard, j’y ai croisé le chevalier des Gemeaux et du Verseau ainsi que le chevalier de bronze de l’horloge et même beaucoup d'autres… je dois retourner à Asgard, le plus vite possible, je suis inquiet pour mon pays. Je repartirais surement ce soir ou demain matin. Si je les croise je leurs apporteraient mon soutient.

Oui, j’avais hâte de retourner dans mes terres glacé … oh bien sur j’aimais beaucoup le sanctuaire et le soleil qui éclairaient les lieux, le contraste de cette légère brise qui venait faire danser les boucles noires de mes cheveux. J’aimais ses habitants pleins de vie et serviable, le village de Rodorio, calme et paisible, mais il y avait chez moi des gens menacer par les sombres desseins de Loki et ma présence la bas était nécessaire pour la protection des habitants. Je ne pouvais pas blâmer Shun, il fallait dire que moi aussi j’avais été tenter d’abandonner ma patrie et de rester ici à profiter de la lumière du soleil et de la nature florissante de ce pays.
Je souris à Shun quand il me tutoya enfin. C’est vrai que je n’avais pas été très protocolaire, mais pour ma défense dans les terres nordiques ont n’a pas vraiment tendance à vouvoyer les autres guerriers, pour nous ils sont nos frères, nous risquons nos vies et notre sang pour la même cause, avec la même intensité. Mais en cet instant l’heure n’est pas à la guerre.

-J’ai peut-être une idée pour ton cadeau !

Car oui, c’était notre but principal et puis il fallait bien changer les idées de Shun, profiter de cet instant de paix où nous pouvions être de simple personnes sans combats, sans faire couler de sang, affronter des problèmes normaux quoi … ouais parfois ce genre de problème que vous être lambda pouvez trouver lassant, nous ont les aimes, sa veux dire que nous pouvons nous détendre et laisser notre vraie personnalité s’exprimer.

-je dessine plutôt bien, si tu me trouve de quoi dessiné on pourraient peut-être offrir quelque dessins animalier à la fille dont tu m’a parlé.
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
Le dés chaine né sous la protection de la cruche
avatar


Messages : 200
Date d'inscription : 21/12/2015

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
49/50  (49/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   Jeu 25 Fév - 19:52

Ainsi Hakon avait réellement croisé quelques Saints en Asgard. Ses frères d'arme devaient sans doute mener une dure bataille là-bas. Shun aurait presque pu culpabiliser d'être tranquillement ici tandis que d'autres risquaient leurs vies. En fait, il culpabilisait vraiment. Un léger voile passa sur le visage juvénile du garçon, arborant un air maussade. Pourquoi était-il si sensible ? Sans doute parce que l'ancienne génération de Chevaliers d'Or avaient placé tous leurs espoirs en Shun et ses autres compagnons de bronze pour arrêter l'ultime éclipse et Hadès, mais...c'était à présent chose faite et rien n'avait changé. Les guerres reprenaient, de valeureux guerriers allaient encore perdre leur jeune et précieuse vie...Pourquoi donc s'était-il embrigadé dans tout ça ? Et dire qu'au commencement de cette histoire, Shun n'avait voulu ramener l'armure d'Andromède uniquement pour revoir son grand frère ! Qui maintenant n'était pas revenu d'ailleurs. Cette pensée-là aussi contribuait à le rendre maussade.

Mais cette légère mauvaise passe ne dura pas. Le câlin d'Hakon et la discussion actuelle avaient redonné de la joie au cœur et de l'espoir au jeune garçon né sous la protection d'Andromède. D'ordinaire, c'était plutôt lui qui avait toujours été là pour rassurer les troupes et leur transmettre son optimisme et sa joie de vivre. Mais cela n'avait duré qu'un temps, du moins Shun avait toujours eu tendance à toujours faire en sorte d'être là pour les autres même si ce n'était pas réciproque. Depuis son retour des Enfers, il ne se sentait plus le même. Peut-être avait-il gagné en maturité ? Possiblement. Sauf qu'il y avait autre chose, et il ne pouvait mettre de mot dessus. Heureusement qu'il avait rencontré Hakon et que ce dernier venait apporter un peu de lumière dans ce monde de ténèbres. Shun se sentait étrangement bien avec lui et sentait qu'il pouvait lui faire confiance, et se confier à lui. Il était un peu soulagé aussi que le guerrier divin ait aperçu le Gémeaux et le Verseau. S'agissaient-ils de Saga et Camus ? Après tout, Shaka était vivant. Peut-être que eux aussi ! Cette pensée réchauffa le cœur d'Andromède. En revanche, il ne connaissait pas l'horloge.

Toutefois, le Saint de bronze ne répondit pas et se contenta d'acquiescer. Ainsi Hakon Wodan partir sur un autre sujet de conversation et ce n'était pas pour déplaire à Shun, qui avait complètement oublié la raison première de sa venue à Rodorio : trouver quelque chose qui ferait plaisir à Saori pour son retour. Elle serait probablement très occupée à gérer la nouvelle guerre de ce monde. Quelle idée...pourtant l'idée de l'asgardien était très sympathique. Shun esquissa un sourire et lui répondit un peu mollement :

"Oh, c'est très mignon, oui...Pourquoi pas ! Je ne pensais pas que tu pourrais dessiner ! J'aurais bien aimé posséder un talent artistique, mais je crois que c'est fichu pour moi !" Fit il en riant.

Le jeune garçon aimerait bien ne plus avoir de pensée sombre à l'esprit et le meilleur moyen était de rester aux côtés d'Hakon. Par contre il ignorait superbement où est-ce qu'il pourrait trouver du matériel de dessin.

"Hmm par contre je ne sais pas si on trouvera ça ici, à Rodorio...C'est un très petit village. On trouverait sans doute à Athènes, mais...C'est loin. Enfin, je crois. Je ne sais même pas comment y aller en fait, je n'y ai jamais mis les pieds."

Après, cela ne coûtait rien de finir le tour du village voir si l'une des enseignes pouvait vendre ce genre de matériel. De quoi avait-il besoin ? Des feuilles et des crayons, rien de plus ? Peut-être qu'ils réussiraient à trouver. Tandis qu'ils continuaient de se promener, une interrogation trottait dans la tête du jeune Saint, qui se triturait les doigts et les lèvres. Au bout d'un moment il passa outre sa timidité et décida de se lancer dans les confessions.

"Dis, Hakon...Tu as déjà eu la sensation de ne plus te reconnaître toi-même ?..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]   

Revenir en haut Aller en bas
 

la nébuleuse et le cœur de flammes [PV Shun]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» CODEX : NÉBULEUSE DE LA TÊTE DE CHEVAL
» CODEX : NÉBULEUSE DE PYLOS
» Photographies du ciel
» La première leçon du sorcier
» Une promenade pour une perdue de minuit (PV Nébuleuse Terminer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Au Centre de la Grèce :: Le Sanctuaire des Saints :: • Le village Rodorio-