Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 [FB] Retour au bercail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 14:25

Fin Août, suite à la quête pour récupérer les armures d'or
===============================
Il fallut plusieurs jours à Camus pour rejoindre le Sanctuaire. D'une part, le trajet n'était pas forcément facile depuis Asgard, et d'autre part, il avait pris avec lui l'armure du Capricorne afin de la ramener en son temple. Les chevaliers présents s'étaient répartis les différentes armures pour qu'elles puissent retourner là où elles auraient du toujours être, et il avait donc pris l'armure du temple précédant le sien, naturellement. En chemin, il était passé par le temple du Scorpion, celui-ci était vide et l'armure d'or n'avait pas été trouvée en Asgard, ce qui avait laissé le Verseau assez perplexe avec la perspective que son ami pouvait être quelque part.

Du moins, il supposait pour le moment que Milo n'était pas encore de retour parmi eux, mais il gardait tout de même un mince espoir à ce sujet.
Il était épuisé, même s'il ne le montrait pas, son armure avait récupéré son âme et il se sentait enfin en accord avec elle et pleinement entier, sur son dos, la boîte de pandore du capricorne qu'il ne tenait que d'une seule bretelle alors qu'il montait les nombreuses marches du Sanctuaire.

Peu de chevaliers présents pour l'empêcher de passer, soit les maîtres des lieux n'étaient pas encore revenus au Sanctuaire après l'épreuve, soit ils étaient en mission ailleurs, ou les temples étaient simplement vides. Il arriva donc rapidement dans la maison du Capricorne où il déposa la boîte au centre de la grande salle principale.

«Te voilà de retour chez toi.» dit-il avec ce qui aurait pu être un sourire. Il posa la main sur la boîte et celle-ci éclata pour laisser apparaître l'armure du Capricorne. Elle avait été également abîmée par son combat dans le faux temple d'Asgard, il faudrait que Myrdhinn l'examine.

L'armure de Camus aussi portait des stigmates de ce combat, tout autant que le chevalier d'or, mais il ne s'en souciait pas vraiment. Il était de retour au Sanctuaire et aurait donc tout le loisir de se reposer ces prochains jours.

Fermant les yeux, il recula pour admirer l'armure de son ami, enfin il pouvait éventuellement considérer Shura comme son ami après ce qu'ils avaient vécu dans la peau de sbires d'Hadès, peu importe où il pouvait se trouver à présent. Il pensa encore à Milo et au vide qu'il laissait derrière lui, le lien entre le chevalier du Scorpion et celui du Verseau remontait à bien des générations, difficile de savoir pourquoi. Peut être leurs ressemblances physiques qui leur donnaient un sentiment presque fraternel? Difficile à dire, autant pour ses prédécesseurs, le lien s'était tissé car Degel était le seul apte à soigner la maladie de cœur de Kardia, mais concernant Camus et Milo, il n'en était rien, cela s'était fait naturellement.

Il sentit un cosmos en approche, derrière lui. Son visage affichait déjà un certain dépit en reconnaissant l'Horloge... il était épuisé et ne savait pas trop s'il pourrait surmonter les excentricités de la petite Myrdhinn, mais d'un autre côté, elle aussi devait être inquiète. Il commençait à la connaître à présent, avec ce que les armures venaient de vivre, elle était la seule à même de s'en occuper.


Dernière édition par Aquarius Camus le Mer 17 Fév - 8:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 14:51

Comme à son habitude, Myrdhinn furetait par ci par là. Lui interdire l’accès à certains endroits était une tâche très compliquée tant elle avait passé de temps entre ces murs. Il lui semblait même qu’à force, elle faisait comme partie du paysage, partie de l’endroit même. Elle ne pouvait franchir les portes des maisons sans qu’un souvenir ne vienne agrémenter sa traversée, souvent un souvenir agréable mais qui la rendait si mélancolique. Elle pouvait passer alors des heures à juste regarder une colonne, un lieu, le regard perdu dans le vague, regrettant ce cher temps passé.
Elle était comme ces vieilles pierres, immuable dans une solitude qu’elle cherchait en vain à combler d’être qui seraient, finalement, si éphémères.
Pincement au cœur.

Le voyage s’était déroulé dans un silence lourd, un de ces silences dont elle était avare, caressant les yeux perdus, le métal d'un de ces instruments légués par son père.
Elle avait fini par suivre, un peu machinalement Camus, et se retrouvait donc chez le capricorne. Ce fut un lourd silence qui accueillit son arrivée, et elle resta un instant coincée, à regarder en direction de la porte qui menait aux appartements du très fougueux Capricorne.
Mais très vite, la petite jamirienne reporta son attention sur Camus et les deux armures en présence. Elle reprit son sourire habituel, et s’apprêta, comme le ferait un chaton, à s’élancer sur le chevalier des Verseaux.

Elle s’arrêta subitement.

Fit le tour de son compagnon d’armes, avec une moue sur le visage.
« Ba zut alors, te voilà bien amoché. Ça te rend d’autant plus mignon. »
Elle se planta devant lui avec un regard qu’elle réservait à ses proches : entre inquiétude et tendresse, entre angoisse et affection. Il n’était pas rare qu’elle soit celle que l’on doive retaper, ramasser, ou encore rattraper les bêtises, mais il lui arrivait aussi, lorsque ses amis se mettaient en danger, de se montrer particulièrement attentive, protectrice presque.

« C’est bien toi ça, de partir sans dire un mot, et de souffrir en silence… » Elle posa une main sur l’avant-bras du jeune homme souriant : « Enfin… c’est bien vous. »

Puis, elle se pencha sur le capricorne et l’entoura de ses bras, avec une douceur qu’on ne lui connaissait que peu… elle était si gauche en temps normal.
«Qu’est-ce que tu attends ? A poil ! Je vais m’occuper de vous trois. «  
Un sourire de renarde s’étira sur ses lèvres alors qu’elle posait son sac à terre et relevait ses manches.

« Pour cette fois, je te dispense de me donner de ton sang. »
Myrdhinn s’accroupi, sorti ses instruments et une sorte de paquet, qu’elle tendit à Camus.
« Manges, tu en as besoin. »
Un sourire se fit jour de nouveau sur le visage candide de la demoiselle alors qu’elle tendait, fièrement, son paquet.


Dernière édition par Myrdhinn le Jeu 11 Fév - 15:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 15:06

Étrange, pour une fois, la miss ne lui avait pas sauté au cou. C'était dans l'un de ces rares cas où elle montrait être bien plus âgée que ne le laissait transparaître son apparence, et c'était surement parce qu'il lui arrivait de se comporter ainsi que Camus éprouvait une certaine forme d'affection pour elle.

Machinalement, il porta la main à sa joue, là où il devait porter un léger hématome suite à ses actions en Asgard, rien de bien méchant cependant, le plus gros de ses blessures était surtout sous son armure, ou simplement musculaire. Il baissa les yeux lorsqu'elle posa sa main sur son bras, son regard ne trahissait guère d'expression, contrairement à la jeune fille.

«Se plaindre de la douleur n'aide pas à guérir. Et je n'aime guère voir de l'inquiétude dans ton regard à mon égard, tu en as bien assez à t'inquiéter des armures» dit-il d'une voix assez neutre avant d'attendre qu'elle ne s'inquiète plutôt pour l'armure du Capricorne.

Comme à son habitude, elle reprit son franc parler dès lors qu'il s'agissait de s'occuper des armures. Il quitta celle du Verseau à sa demande, bien qu'il n'était pas nu en dessous évidemment. Il portait un pantalon beige et un haut bleu clair élimé et déchiré même par endroit. Des traces rouges marquaient les coups qu'il avait pu recevoir, ou l'effet de la glace sur sa peau lorsqu'il avait un peu trop intensifié son cosmos. On n'avait pas idée de chercher à atteindre le zéro absolu sans avoir une armure sur soi, mais ça avait été un mal nécessaire pour essayer de libérer l'armure d'or du Verseau de l'emprise de Loki. Du moins, il le voyait ainsi.

À l'idée qu'il n'ait pas à donner son sang pour réparer les protections, que ce soit la sienne ou celle du Capricorne, Camus ne put s'empêcher de froncer légèrement les sourcils

«J'ose espérer que tu ne comptes pas donner le tien, et que les réparations ne nécessitent simplement aucun sacrifice. Il serait inconvenant que le sang d'un chevalier de bronze abreuve une armure d'or.» certes, elle n'était pas n'importe quel chevalier de bronze, mais il ne pouvait tolérer qu'elle se sacrifie à sa place.

Elle lui avait tendu à manger, mais il refusa d'un geste de la main

«Je n'ai pas faim. Je me restaurerai une fois dans ma maison, quand tu auras fini.» et voyant qu'elle se mettait déjà à l'ouvrage, il la contourna pour observer la manière dont elle travaillait «tu es la bienvenue pour le dîner évidemment.» de toute manière, il était probable que s'il ne lui avait pas proposé, qu'elle se serait incrustée. Il était rare qu'elle le lâche aussi facilement, sauf si quelqu'un revenait au Sanctuaire avec une autre armure... mais il était peu probable que les autres arrivent dans les heures qui allaient suivre.

«N'en fais pas trop. Tu es toute aussi épuisée que moi.» probablement plus même, puisqu'elle n'était pas aussi solide que lui, mais c'était pour éviter de la vexer. Elle pouvait être très pénible quand elle boudait.


Dernière édition par Aquarius Camus le Jeu 11 Fév - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 15:48

Myrdhinn s’était agenouillée devant l’armure des Verseaux, qu’elle caressait des deux mains, cherchant de ses doigts agiles les endroits à réparer, les yeux un peu perdus dans le vide.
Elle laissa échapper un rire amusé lorsque son compagnon du moment lui reprocha son inquiétude.

« Tu pourras pas m’empêcher de m’inquiéter pour vous ! »
Puis tournant son regard souriant vers lui ajouta : « J’ai déjà beaucoup trop perdu pour ne pas m’inquiéter. »
La petite demoiselle se remis au travail, murmurant des choses incompréhensibles, par moment.

Le silence s’installa de nouveau, à peine troublé par les murmures de la jamirienne.

Enfin, lorsque Camus le brisa, ce qui n’était pas à son habitude, elle s’arrêta, le considérant avec un air mi-figue mi- poire. Si elle avait eu des sourcils, ils se seraient levés.
« Tu te moques de moi là ? Déjà, et d’une, tu devrais te regarder dans une glace, t’es tout blessé. Et de deux, je te signale que mon sang est probablement le meilleur qui soit ! »
Elle prenait un air affecté, puis réfléchis.
« Tu ne le sais pas, mais en vrai, mon sang est si efficace qu’il permet au porteur de l’armure d’utiliser un de mes pouvoirs en combat, que veux-tu, je suis balèze comme ça »  Elle gonfla la poitrine d’un air très fier, elle omit allègrement sa santé fragile, parce que de toutes les façons, elle ne se sentait pas fragile. Haaaa, le complexe du york shire !

Elle commençait clairement à bouder, son visage se marquait peu à peu des signes perceptibles prédisant une bouderie longue et pénible, lorsqu’il ajouta son invitation à dîner. Myrdhinn cligna des yeux une fois, deux fois, puis ses yeux se remplirent d’étoiles, ses joues devinrent roses, elle vivait un rêve éveillé : des armures, Camus et un repas, que demander de plus ?

« OUiiiiiiiiii ! Je suis tellement côtenteeeee ! »

Elle allait se jeter dans ses bras mais son attention sembla de nouveau attirée par l’armure du Verseau.
Myrdhinn commença à l’inspecter de nouveau. Puis, passa au Capricorn qui sortit de sa boîte à son contact.
« Oui-oui,je sais ce que je fais... oui-oui... oui-oui... » Elle jeta un coup d’œil rapide à Camus, lui sourit d'un air un peu bête.
Elle avait tiqué, se mordit les lèvres un instant, comme pour retenir quelque chose, mais se reprit rapidement. Elle donna une tape sur la tête de l’animal en métal doré.
« Chut on a dit ! »

Le Capricorne et elle, s'était toute une histoire. Elle passait son temps à les harceler pour qu'ils rendent Excalibur à Avalon, et eux passaient leur temps à dire non.

Prenant son couteau d’or aux insignes du bélier, commença à chercher une veine.

« Tu proposes quoi alors ? De toutes les façons, il en faudra aussi pour le Biquet. » Elle désigna l’armure en question avec la lame de son couteau. « Elles ont toutes souffert.  Aquarius peut être un peu plus, mais il dit jamais rien. »

Elle avait l’habitude, comme tous les maîtres de Jamir, de se saigner pour redonner vie, et quand bien même le porteur donnait de sa personne pour cela, elle avait pour habitude d’y ajouter de son sang, facilitant la réparation et renforçant un tant soit peu les défenses de ses précieuses.


Dernière édition par Myrdhinn le Jeu 11 Fév - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 16:42

C'était prévisible, Myrdhinn prit la mouche lorsque Camus mentionna qu'il ne souhaitait pas vraiment qu'elle use de son sang pour réparer son armure ou celle du Capricorne. Certes, ce n'était pas pour la dénigrer à proprement parler, mais plutôt une tentative maladroite de ne pas la faire saigner alors qu'elle n'était pas en état de se sacrifier ainsi.

Quant à l'idée qu'elle puisse transmettre ses pouvoirs au porteur, contrairement à ce qu'elle pensait, il l'avait plus ou moins remarqué

«J'ai constaté que depuis que tu as utilisé ton sang sur mon armure étant enfant, je ressens davantage les émotions qu'elle peut dégager, bien que je doute pouvoir communiquer avec elle comme tu le fais.» c'était d'ailleurs pour ça qu'il avait su que quelque chose clochait lorsqu'il s'était réveillé dans les contrées d'Asgard, ce manque, ce vide en lui. Il n'avait pas forcément fait le rapprochement avec les pouvoirs de Myrdhinn, mais cela avait été l'une de ses hypothèses malgré tout.

Toujours est-il qu'il avait rattrapé le coup en l'invitant à dîner, elle semblait au bord des larmes et prête à se jeter à son cou, ce qui l'avait instinctivement incité à se redresser pour se reculer légèrement. Mais elle se contint et pour cause, elle était visiblement partie dans une discussion avec les deux armures. Il savait que dans ces cas là, il valait mieux la laisser tranquille, aussi il attendit simplement, le dos droit, les mains dans le dos, à attendre qu'elle finisse son petit manège.

Puis elle attrapa un couteau, il savait ce que cela voulait dire bien que lui-même n'en avait pas besoin. Il s'approcha de l'armure du Capricorne, une part de lui préférait s'occuper de son confrère.

«Occupe toi de mon armure, je me charge de celle de Shura.» ou de son successeur. Le Capricorne avait eu plusieurs disciples au Sanctuaire, mais l'apprentissage pour devenir chevalier d'or était toujours difficile, surtout face à une telle constellation. On ne pouvait obtenir Excalibur aussi facilement, tout comme on ne pouvait pas atteindre le zéro absolu en claquant des doigts. D'ailleurs, le dernier à avoir eu possession d'Excalibur était Shinryu, il ignorait si Shura avait réussi à la transmettre à d'autres. Alors qu'il s'apprêtait à réparer l'armure du Capricorne, à son regard, on pouvait percevoir une certaine inquiétude, et malgré lui, il se mit à murmurer «Je me demande où se trouve l'armure de Milo...». c'était tout de même une énigme à part entière, et il allait devoir chercher à la résoudre probablement.

D'un geste vif, à l'aide du bout des doigts de sa main droite, il trancha les veines du poignet gauche et tendit son bras au-dessus de l'armure du Capricorne. Il observait par la même occasion Myrdhinn, suivant attentivement si elle n'en faisait pas trop, et attendant également son signal pour cesser d'abreuver l'armure. Il était affaibli, et affamé aussi bien qu'il ne laissait rien paraître. Il aurait surement pu attendre un peu avant de se vider de son sang, mais quitte à se reposer ces prochains jours, autant que ce soit pour une bonne raison.


«Tu n'es donc jamais lasse de subir tout ça? Ces souffrances que tu ressens de la part de chaque armure, son passé et son présent qui t'imprègnent? D'autant qu'aujourd'hui, tu es la seule à pouvoir les réparer, sauf peut être... qu'est-il advenu de Kiki?» maintenant qu'il y pensait, Mû avait un disciple qui était formé à la réparation des armures. Était-il devenu chevalier? Que lui était-il arrivé depuis sa précédente mort? Il était pourtant bien présent lorsqu'il était revenu en tant que chevalier d'Hadès...


Dernière édition par Aquarius Camus le Jeu 11 Fév - 15:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 18:30

Elle fit une tête de grumpy cat face aux révélations de Camus. Ha oui, c'était vrai, elle avait presque failli l'oublier: Camus était intelligent, et ne manquait pas de sagacité.
Zut.
Mais elle adorait ça.
Presque.

Elle lui tira la langue en souriant, puis son attention toute entière fut focalisée sur le sang qui coulait sur le Capricorne. La petite jamirienne fouilla dans son sac et sortit un rouleau de bandage.
"C'est bon, merci" Sans lui laisser le loisir de rétorquer quoique ce soit, elle banda doucement, mais fermement le bras du chevalier d'or. Sa pâleur l'inquiétait, et si cela se voyait dans ses attitudes, elle n'ajouta pas un mot concernant ces dernières. Enfin, la gamine plus si gamine releva ses yeux vers lui:
"Tu sais... Milo... il ne reviendra pas... enfin, c'est ce qu'elles pensent...je ne comprends pas pourquoi."
Elle aurait préféré dire cela de façon plus... enrobée, le ménager... mais elle n'avait pas réussit, sa franchise avait pris le dessus et l'entendre parler de son ami lui brisait le coeur... que de tristesses, que de souffrances...

Myrdhinn se détourna, et commença à réparer l'armure due Bikounet. Son cosmos s'était intensifié,  et ses mains bougeaient rapidement sur le métal doré qui semblait frémir à chacun de ses mouvements. Puis, elle attrapa des morceau de métal iridescent, étrange qu'elle mêla au sang tout en usant de son marteau.
Le manège dura plusieurs longues minutes qui semblaient s'étirer à l'infini, et au bout du processus, l'armure semblait briller de nouveau, pleine de santé.
"De rien vous tous!" lança-t-elle à la cantonade, d'un air joyeux enfin revenu, avant de se tourner vers le Verseau, cachant une fatigue qui commençait à se faire jour.

Elle avait consciemment attendu pour répondre à la dernière question de Camus, tout simplement car elle ne s'y attendait pas. Déstabilisée, elle qui trouvait toujours à rétorquer quelque chose dû réfléchir avant de répondre/  Elle était étonnée qu'il comprenne ce qu'elle vivait, c'était un sentiment étrange, oui étrange... surtout qu'elle cachait le plus possible les désagréments de sa condition.
Elle avait envie de pleurer et son visage marquait clairement les sentiments divers qui traversaient son esprit, enfin, elle finit par répondre, les joues roses:
"Et vous? Combien de souffrances endurez-vous pour protéger Athéna et notre Terre? Je ne combat peut être pas, mais je le sais... et mon coeur saigne de vous voir parfois si seuls, enfermés dans un destin que vous n'avez pas forcément choisi.  " Un large sourire candide s'afficha sur ses lèvres. "Comme D le dit si bien: il faut vivre, même à en souffrir. " Elle caressait l'épaule d'Aquarius, puis d'un geste sec, s'entailla les veines.

Laissant couler son sang, elle entama son travail, intensifiant son cosmos de nouveau. Cette fois§ci, il semblait que le temps s'arrêtait, et des présences commencèrent à se faire jour, diffuses mais bel et bien présentes. Il n'en demeura qu'une seule, plus affirmée que les autres, et elle, continuait son manège, rajoutant des bouts de métal, le mélangeant à son sang.
Elle relevait de temps en temps les yeux vers l'ombre pâle qui la surplombait. "Non, pas encore."
Puis, elle reprenait son œuvre, inlassablement, avec un sourire heureux.
Il fallut qu'une sorte d'écho, un "arrête!" sec, autoritaire, lancé dans l'air, pour l'arrêter.

Et en un instant, tout s'évanouit, la forme, l'impression de temps arrêté, pour ne laisser la place qu'à un silence tout à fait normal.
L'armure avait retrouvé de sa superbe, provocant un sourire heureux à la demoiselle.

Elle avait pâlit dangereusement, les épreuves sur son corps avaient achevé de l'épuiser. Elle se bandait, lentement, quelque peu maladroitement son poignet, cachant tant bien que mal les tremblement de ses mains.
Tournant une tête boudeuse, elle prit un air de gamine boudeuse, gonflant ses joues:
"J'ai faim Camus!j'espère que tu as du fromage!"

Une véritable gamine pourrie gâtée, qui malgré son état, trouvait le moyen de réclamer.

Bonus de l'armure du Verseau:
 


Dernière édition par Myrdhinn le Jeu 11 Fév - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 19:41

La nouvelle concernant Milo n'était pas pour lui faire plaisir, pour sûr. Si quelqu'un pouvait le savoir, c'était bien Myrdhinn, même s'il n'avait jamais su comment elle faisait... surement que les autres armures le lui avaient dit...
«Je présume que tu as raison. Mais j'ai l'impression que ces derniers temps, les dieux se montrent bien capricieux, qui sait ce que l'on nous réserve encore. À défaut qu'il revienne, je veux que son armure soit prête à soutenir son successeur.» c'était le principe de tout chevalier d'Athéna, garder espoir. C'était ce qui leur permettait de soulever des montagnes et de traverser toutes les épreuves.

Il se tut pour la suite, la laissant travailler afin de ne pas la déranger, d'autant que le sang s'écoulant de son poignet le fatiguait davantage qu'il ne l'était déjà, et il n'avait guère envie de s'évanouir avant qu'elle n'ait fini. Lorsqu'elle lui fit signe, il usa de son cosmos pour stopper l'hémorragie, le bandage était inutile, mais il savait qu'elle y tenait et la laissa donc faire. Puis elle se mit sérieusement au travail, mêlant le sang aux ingrédients dont elle disposait, frappant, sculptant, soudant, il admirait la dextérité avec laquelle elle pouvait agir, bien que tout cela l'intriguait.

Elle n'avait pas répondu tout de suite à sa question, mais il ne s'en montrait pas offensé. Elle était en plein travail et il savait que ce n'était pas son genre de le snobber. Elle lui répondrait en temps voulu.
Temps qui vint lorsqu'elle eut fini de s'occuper de l'armure du Capricorne. Elle semblait perdue et triste à la fois, déchirée entre la joie de pouvoir partager le passé et le présent de chaque armure comme une amie fidèle et dévouée, et la peine de ressentir leur souffrance. Elle alla même jusqu'à comparer à ce qu'il pouvait vivre, mais leurs points de vue divergeaient un peu de ce sens là.


«Je présume que chacun le ressent différemment. Mais la douleur physique n'est pas grand chose face à ce que l'on ressent à suivre la voie qu'on s'est choisie. Je présume qu'aucune vie n'est simple, même à différents degrés.» de son côté, il fallait reconnaître qu'il n'avait jamais eu le sentiment d'avoir grand chose à perdre, c'est surement pour ça qu'il avait adopté ce mode de vie, à se tenir éloigné de l'affection des autres et ne pas avoir d'attaches, c'est ainsi plus simple de se concentrer sur le combat, et sans faire de favoritisme pour protéger tout un chacun.

Elle se coupa les veines pour pouvoir nourrir l'armure du Verseau. Il ne pouvait voir ce qu'elle voyait, il ne pouvait sentir ce qu'elle ressentait, mais il observait son visage, ses traits, ses yeux. De temps en temps, elle semblait fixer un point au-delà de l'armure, il ignorait si elle voyait vraiment quelque chose ou si elle écoutait, de là, c'était difficile, mais il sentait que son armure reprenait des forces. Même sans la porter, il pouvait ressentir cette connexion entre elle et lui, et lorsque la gamine eut terminé, il s'approcha pour l'aider à faire son bandage


«Il n'est jamais simple de se bander soi-même le poignet. Laisse moi faire.» de là, il revêtit l'armure du Verseau et prit la jeune fille dans ses bras, telle une princesse pour qu'elle s'accroche à son cou. «je doute fort avoir du fromage dans mes appartements, ou alors il doit être moisi depuis quatre ans que je n'ai mis les pieds dans mon temple. Je doute qu'il y ait eu qui que ce soit pour remplir le frigo.»

À vrai dire, il se trompait. Un message avait été envoyé pour signaler le retour des chevaliers, et tous les jeunes apprentis et servants avaient donc fait le nécessaire pour entretenir les temples de ceux qui revenaient. Chacun allait donc trouver ses draps propres, les temples dépoussiérés et les garde-mangers remplis.
Il porta Myrdhinn jusqu'à son temple et fut effectivement surpris de le trouver aussi propre.


«Quelqu'un est venu en mon absence.» il n'aimait guère cette idée. Il posa doucement Myrdhinn avant que son armure ne quitte de nouveau son corps pour se placer au centre de la salle principale, gardienne du temple pendant qu'il irait se reposer. Il conduisit la jeune fille jusqu'à ses quartiers privés, et effectivement, tout avait été remis en ordre. Même sa cave était remplie de vins français, bien qu'il notait quelques fautes de goût que seul quelqu'un ne s'y connaissant pas en vin pouvait faire. On ne pouvait pas tout avoir.

«Il faut croire que l'on voulait que je sois bien accueilli chez moi.» bon, et bien il était temps de voir un peu ce qu'il y avait là et de préparer quelque chose à manger.


Dernière édition par Aquarius Camus le Jeu 11 Fév - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Mer 10 Fév - 21:01

Myrdhinn n'était pas forcément une idiote, elle savait que la nouvelle de la mort de Milo n'allait pas enchanter son compagnon, mais sa franchise avait pris le dessus, et elle le regrettait maintenant.
Même si le dernier scorpion d'or aimait se jouer d'elle, elle l'appréciait pour son caractère entier, assez proche du sien. Il y avait moyen de bien se marrer avec Milo dans les parages.

"Je suis désolée, j'aurai dû réfléchir avant de dire ça. "
Puis, elle murmura plus bas. " Un jour, je les ramènerai...."

Quelle ne fut pas sa surprise de le voir venir l'aider et ses joues devinrent de nouveau roses de bonheur alors qu'elle le regardait faire avec un regard digne d'un veau. Oui, bon, il n'est jamais aisé de garder le contrôle sur soit, encore moins lorsqu'on avait du mal à tout comprendre des relations humaines, comme elle. Toujours est-il que son coeur battait la chamade, mais elle sut quoi répondre, comme toujours, enjouée et franche:

"C'est pour ça que je t'aime, t'es gentil" Un sourire enfantin s'était dessiné sur ses lèvres, et son air d'imbécile heureuse ne fit que s'accroître quand il la pris dans ses bras. Elle était rouge tomate, avec un air clairement enchanté d'enfant qui venait de rencontrer le père Noël. C'était le plus beau jour de sa vie!
Elle aurait put tirer partit du moment pour poser ses joues contre son torse, et se laisser bercer, mais voilà, elle profitait de l'instant avec une innocence et une candeur terrible.

"Je suis contente, Aquarius murmure de nouveau, comment la sens-tu? s'il y a besoin d'ajustements, n'hésite pas, je peux encore travailler"
ou pas. Elle était toute flagada, et sous la rougeur de son contentement, on pouvait deviner une peau pâle, très pâle.
Parler de nourriture pendant le trajet apporta à la jeune fille encore plus de joie, et elle murmura:

"J'ai faim, j'ai hâte manger"
Arrivés dans le temple du Verseau, elle sentit l'atmosphère se refroidir, ce qu'elle accueillit avec un sourire un peu béat. Elle laissa échapper un rire amusé alors qu'il la reposait à terre, et le suivit, tant bien que mal.
La jeune fille donc, manqua de finir à terre plus d'une fois, mais se pris le rebord de la porte tant ses pas étaient peu assurés. Elle n'eut comme réaction qu'un rire, tout en se massant le nez.

"C'est toujours comme ça après de longues réparations"
Elle entrepris d'ausculter la pièce, malgré son état de faiblesse, elle continuait à s'agiter, curieuse.
Myrdhinn était contente, juste heureuse de reparler la langue de sa mère, et surtout de passer du temps avec Camus et l'armure du Verseau.

"Tu sais cuisiner? tu t'y connais en vins? moi j'y connais rien, par contre, j'aime beaucoup le Chouchen. Au fait... merci d'avoir gardé la bibliothèque de D... je veux dire Degel. Et... je suis très contente que tu ne sois pas mort, finalement. Et j'aimerai beaucoup... beaucoup que les autres reviennent..." Elle s'assit là où elle se trouvait, pour tromper sa tête qui tournait, et entoura ses jambes de ses bras. "ça me manque, tu sais, le bon vieux temps. Mais quelque part, je me dis que ce n'est rien... ce n'est rien par rapport à ce qu'Athéna endure... imagines.. elle nait, dans le corps d'une humaine, grandit auprès de nous, voit ses amis, ses proches mourir un à un sous ses ordres, finit pas s'éteindre elle-même, seule, et tout recommence, encore et encore.."

Mais rapidement, elle reprit sa bonne humeur habituelle, et se redressant comme elle pouvait, tituba allègrement vers lui et le pris dans ses bras:
"Est-ce que tu es content de me revoir? parce que moi je suis très très très très très contente! après tout je t'aime!" Son visage était éclairé par un sourire si candide et innocent, qu'on pouvait se demander si elle comprenait seulement le sens des mots qu'elle prononçait sans retenue.
Par moment, il lui arrivait de tenir des propos très censés, parfois même de philosopher, signe que son éducation avait, malgré tout, été soignée. Mais la plupart du temps, elle préférait s'en tenir à ses élans d'innocence. Le temps s'était arrêté pour elle.

"Tu as du fils et une aiguille, s'il te plait?"
Finit)elle par dire d'une petite voix enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 9:11

Pour le moment, la seule chose qu'il ressentait, c'était que son armure "allait mieux". C'était difficile à expliquer, il n'était pas aussi doué que Myrdhinn pour communiquer avec son armure, mais chaque fois qu'elle travaillait dessus, il avait l'impression qu'elle améliorait cette symbiose entre lui et le Verseau. Il n'avait pas remarqué qu'elle lui avait légué un nouveau pouvoir, il s'en rendrait probablement compte au moment où il en aurait besoin... mais pour le moment, tous deux étaient épuisés, tant par les épreuves traversées que par le sang versé.

Il fit abstraction de ses paroles déplacées sur les sentiments qu'elle pouvait éprouver à son égard, Myrdhinn avait toujours eu cette faculté de dire "je t'aime" un peu trop facilement, ce qui laissait penser à Camus que ce n'étaient que des paroles en l'air qu'elle ne maîtrisait pas vraiment, et il préférait donc ne pas en accorder crédit. De toute manière, même si ce devait être vrai, cela ne changerait pas grand chose à ses yeux, il n'était pas dans ses habitudes de s'en soucier.

Il la porta jusqu'au temple du Verseau, temple qu'il s'attendait à trouver dans un piètre état après ce qu'il s'était passé quand il portait un surplis, mais non. Il ignorait encore qui était le présent Grand Pope, mais celui-ci semblait avoir bien tenu le Sanctuaire depuis le départ de pratiquement tous les chevaliers d'or, d'argent et de bronze. Le temple petit et circulaire avait été réparé, à l'identique, le ménage avait été fait, la chambre de Camus était prête avec son lit fait et des draps propres, la minuscule cuisine avait été réaménagée avec le minimum d'électroménager pour pouvoir se préparer à manger, frigo plein et garde-manger remplis.

Le temple du Verseau était le plus petit du Sanctuaire, mais plutôt bien aménagé, bien que les murs circulaires ne rendaient pas toujours facile de disposer les différents meubles. La cuisine faisait office de salle à manger avec une table ronde près de la grande ouverture vitrée donnant sur un petit jardin peu entretenu. S'ensuivait un couloir qui longeait la paroi circulaire du temple et qui donnait vers les quartiers privés de Camus, la grande bibliothèque des Verseaux qui s'étendait sur toute la hauteur du temple et sur une bonne longueur, puis la chambre et la salle de bain du chevalier. Il n'avait pas vraiment de quoi accueillir des invités pour la nuit, sauf s'ils acceptaient de dormir dans le fauteuil de la bibliothèque ou sur le petit canapé de la salle à manger.

Il installa justement Myrdhinn sur ce canapé pendant qu'il inspectait la cuisine pour voir ce qu'il pouvait préparer à manger. Il avait effectivement du fromage, de brebis comme on peut en trouver beaucoup en Grèce, malheureusement, il était probable que ceux qui s'étaient occupés de son ravitaillement ne savaient pas si l'occupant à venir serait français, car non, en dehors du vin qui venait parfois de son pays natal, il n'y avait rien pour faire l'affaire. Il devrait passer commande. Quant à Myrdhinn, elle essayait de ne pas trop montrer sa fatigue en observant les lieux et commentant comme elle put

«Ce n'est pas vraiment la bibliothèque de Dégel, c'est la bibliothèque des Verseaux. Il n'est pas le seul à avoir contribué à ce qu'elle est aujourd'hui.»

Lui-même avait ajouté plusieurs livres de sa collection, sur l'Histoire de ce monde qui s'est écoulée ces 250 dernières années... chaque chevalier du Verseau a ajouté ses pièces au fil des siècles, on trouve des manuscrits écrits en grec ancien sur des rouleaux de parchemin, bien qu'avec le temps, ceux-ci n'étaient plus très lisibles malgré le soin apporté par chaque chevalier.

Il trouva des œufs, du lard, de la crème, de quoi faire une bonne omelette. On lui avait également mis quelques crudités, il pourrait donc faire une salade et y mettre ce fromage de brebis grec qu'il n'aimait pas trop, mais qui se mariait bien de cette manière. Il était en train de casser les œufs, ignorant un peu la remarque au sujet d'Athéna, s'il y avait bien quelqu'un qu'il se refusait de plaindre, c'était elle. Il savait qu'elle ne voudrait pas qu'on ait ce genre de pensée à son égard, elle ne faisait que ce qu'elle croyait juste, et se donnait à fond dans ce qu'elle faisait, corps et âme, entraînant ses chevaliers dans sa croisade de justice. Est-ce qu'elle pouvait se tromper? Difficile à dire, Camus avait du mal à y croire, mais n'avait jamais écarté cette possibilité. D'un autre côté, il n'avait pas encore vraiment eu l'occasion de lutter à ses côtés, tout ce qu'il avait pu faire, c'était la voir mourir sous ses yeux, la gorge tranchée lorsqu'ils avaient été amenés avec Saga et Shura devant elle... bref.

Il avait fini la préparation et mit l'omelette à cuire dans la poêle, il se préparait à préparer la salade lorsqu'elle se mit à poser des questions plus personnelles...

«On va dire qu'il est rassurant de retrouver une connaissance. J'ai l'impression que nous sommes peu nombreux à être revenus des Enfers, et je me demande pourquoi. Autant, que Shaka ait pu revenir ne m'étonne guère, il n'est pas de ceux que l'on peut maintenir aux Enfers facilement, tout comme Kanon qui, par sa constellation, peut se déplacer assez librement d'une dimension à une autre, mais moi? Et les autres?» il découpait les tomates en quartiers avant de les mettre dans un petit saladier, il fallait reconnaître qu'il n'avait rien de particulier pour justifier son retour, sauf peut être le fait que les armures avaient été appelées en Asgard, et que son lien avec cet endroit lui avait peut être permis de s'y rattacher.

Il n'avait pas vraiment répondu à la question de Myrdhinn, mais ce n'était pas son genre d'étaler ses sentiments de toute manière, tout comme ce n'était pas trop son genre d'en éprouver tout court. Il aimait bien Myrdhinn, il ne pouvait le nier, même si parfois elle était pénible, bruyante et fatigante, elle était tout de même attachante et amenait un peu de vie dans son existence monotone. Même si cela lui convenait la plupart du temps.


«Et je suis tout de même soulagé que tu sois encore parmi nous. Mon armure aurait surement été triste si tu n'étais plus là pour lui parler.» bon, il usait du stratagème de l'armure pour justifier que lui-même aurait surement été triste tout de même si elle n'était plus là. Il aurait surement eu l'impression d'échouer dans la mission que lui avait plus ou moins confiée Shion avant qu'il ne se fasse assassiner par Saga. Le Grand Pope avait compris que Camus n'était pas des plus qualifiés pour s'occuper de Myrdhinn de par son comportement peu social, mais il n'avait jamais pu empêcher la petite de se coller à lui, aussi Camus s'était toujours promis intérieurement de veiller sur elle. Ça avait surtout commencé quand il était plus jeune, à une époque où Myrdhinn apparaissait davantage comme une camarade de son âge, avant qu'il ne continue de vieillir et non elle.

Le repas était presque prêt, il retourna l'omelette avant de baisser le feu, si elle voulait du fil et une aiguille, c'était dans sa chambre, aussi il la laissa quelques minutes avant de revenir avec un petit nécessaire à couture.

«Tiens...» de là, il mit la table, remplit une carafe d'eau et sortit une bouteille de vin, pas l'une des meilleures, mais pas l'une des pires non plus. Cela faisait une éternité qu'il n'avait pas bu de vin, ces derniers temps, il avait surtout bu de la vodka en Asgard...

«Tu peux venir manger...» pour le dessert par contre, ils n'auraient que des fruits, raisins et clémentines principalement, il faudrait vraiment qu'il fasse ses propres courses pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 10:12

Encore une fois, il bottait en touche, et elle n’était pas suffisamment stupide pour ne pas l’avoir remarqué. La petite demoiselle plissa les yeux souriant toujours, car la situation lui apportait grand amusement, et surtout satisfaction. Il y avait, dans les rapports qu’elle entretenait avec les autres, comme une sorte d’électricité, de tension qu’elle mettait. Si elle avait dû expliquer ses raisons, elle aurait probablement dit « qu’il s’agissait d’un moyen sûr et honnête qu’on se souvienne d’elle ».

Myrdhinn n’avait pas pour habitude d’énoncer des sentiments qu’elle ne ressentait pas, mais une capacité extraordinaire à les montrer, avec une exubérance toute enfantine. Elle pensait sincèrement qu’il valait mieux dire ce qu’elle pensait, ressentait, surtout s’il s’agissait de son amour qu’elle prodiguait souvent sans arrière-pensée, sans forcément en demander en retour.
Installée sur le canapé, finalement, elle se tint un peu plus tranquille, regardant partout avec un air vraisemblablement ravi.

« Je peux pas m’empêcher de rapporter cette bibliothèque à D. Il y passait tellement temps. »

Elle sortit les lunettes de ce dernier qu’elle avait trouvé, on ne sait comment, et les mis sur ses yeux en riant : « L’est myope comme une taupe, mais qu’est-ce qu’il était amusant ! Un peu plus expressif que toi, mais bon, j’aime vos différences comme vos ressemblances ! »
Elle ne pouvait s’empêcher de les comparer, tous les uns avec les autres, c’était avec un certain amusement qu’elle accueillait leur ressemblance, mais s’appliquait à trouver des différences, car, pour elle, chaque être était unique.
Malgré tout, la dernière jamirienne se remit à s’agiter, et, à genoux sur le canapé, commença à sortir des livres avec un air gourmand.
Si Myrdhinn était une personne expansive et souvent en mouvement, elle avait aussi un côté hérité de son lointain ancêtre Myrdhinn, une soif de savoir tout sur tout qui parfois, était de bon alois : on pouvait donc être certain de trouver un peu de calme en la laissant vagabonder de livres en livres.

Ouahhh ! Camus avait presque fait un monologue, qui la fit se dandiner sur le canapé tant elle trouvait cela sympathique. Elle était toujours ravie de faire parler les gens qui étaient accoutumés à ne pas parler, une sorte de lubie, car selon elle, il fallait que les choses sortent, que les mots coulent pour éviter une blessure trop profonde du cœur.
Aussi, prit-elle le soin de le laisser finir, car malgré son enthousiasme, elle essayait de ne jamais couper la parole à qui que ce soit.
« Shaka c’est comme de la mauvaise herbe, il est increvable ce bonhomme » Elle riait. Ses rapports avec la vierge étaient souvent électriques, nombre de personnes pensaient qu’elle le détestait, mais il n’y avait rien de plus faux. Elle aimait juste l’embêter, un petit jeux entre eux qui consistait, pour l’un, à déstabiliser l’autre, pour l’autre à le faire sortir de sa réserve naturelle.
« Mais je suis contente qu’il soit revenu aussi. Comme Kanon, je pensais jamais vous revoir, je me sentais bien triste et seule ! »
Vérité, pure vérité. Elle avait eu cette angoisse terrible de devoir encore rester seule, à attendre que son chagrin ne se dissipe.
Il ne dissipait jamais tout à fait.

« Hum… pour répondre à ta question, j’ai senti du changement. Je ne puis affirmer cela encore totalement, mais certains ne souhaitaient pas revenir, et ont préféré passer la main à d’autres… comme Saga… et puis, je ne sais pas pourquoi, je sens comme une sorte de perturbation. Je ne saurai l’expliquer, je n’ai jamais ressentis cela… Une chose est certaine, les armures sont plutôt nerveuses en ce moment, et leurs anciens porteurs n’ont pas su me dire pourquoi. »

Ce qu’il dit ensuite, lui fit le plus grand plaisir qui soit.
Elle se sentait aimée, entourée, protégée presque par ces amies de métal mais aussi par les esprits de leurs anciens porteurs, il ne fallait pas qu’elle soit triste, non, car, même si elle ne mourrait jamais, elle pourrait les avoir auprès d’elle pour toujours.
Un réconfort qu’elle accueillit avec une joie non dissimulée :

« Je suis tellement contente que tu me dises ça, finalement, tu sais me remonter le moral toi ! »
Bon, elle avait tendance à prêter aux autres des qualités dont ils ne jouissaient pas forcément, mais c’était toujours avec une sincérité assez désarmante.
Elle voyait au-delà de l’armure de glace que Camus portait sans cesses, au-delà de la maladresse qu’il présentait parfois dans ses relations avec les autres, il était gentil, et c’était ce qui comptait.

Elle eut même la délicatesse de laisser le chevalier préparer à manger sans le molester, sans même poser une question, trop occupée à chercher LE livre qu’elle pourrait insidieusement emprunter. Mais malgré tout, lorsqu’il réapparut, elle avait le poignet en l’air, faisant de son mieux pour ne pas tâcher les ouvrages.

« Ha super, merci bien ! » Se guérir avec son cosmos, c’était bien joli, bien pratique même, mais elle n’en avait plus du tout en réserve, ce qui lui restait servait à la maintenir éveillée, et le tic-tac qui l’accompagnait sans cesses était presque inaudible.
Elle s’assit à la table et commença à se recoudre le poignet, sans vraiment ciller ou exprimer la moindre douleur. Elle se sentait bien trop heureuse et épuisée pour cela.
Une fois qu’elle eut finit, elle reposa le tout et commença à contempler la table avec une gourmandise non dissimulée.

« Hooo, tu sais cuisiner ! Après les autres vont croire que tout ce qui a du sang français vient équipé du module cuisine comme un chef 5 étoiles, ce n’est pas drôle ! »
Elle en riait, car elle-même ne savait pas cuisiner… et s’évertuait donc, à squatter le repas des autres sans vergogne aucune. Le plat qu’il avait servis embaumait la pièce, redonnant vie à l’endroit. Elle mangea sans retenue aucune, goûta même au vin et fit une grimace de petite fille qui trouve cela plutôt amer : « Préfère le chouchen moi ! » .
Comme elle ne tenait pas l’alcool, et qu’elle sentait des couleurs lui monter aux joues, sa tête lui tourner, elle se dit qu’il valait mieux se contenter de l’eau.
« C’est fort bon, merci. »

Puis, passant du coq à l’âne comme à son habitude, elle se rappela qu’il avait posé une question plus tôt et entrepris de lui répondre :
« Kiki ? je ne sais… la dernière fois que je l’ai croisé, il était encore minot. D’après l’armure du bélier, il n’est plus de ce monde. Ou bien le contact a été complètement rompu, ou bien il est décédé lui aussi. Je me suis rendue à Jamir, et tout ce que j’ai pu y constater, c’était le vide et la désolation du lieu. Il n’y a plus personne. »

Rebondissant, comme à son habitude, elle afficha un sourire immense :
« Mais pas de panique ! je suis là moi !Je ne sais pas si je peux avoir des beybeys, mais au moins ma malédiction est comme une bénédiction pour Athéna, je serai toujours là pour l’accueillir et veiller sur les précieuses ! »
Elle leva son pouce d’un air victorieux, contre mauvaise fortune il fallait faire bonne figure.

« Et toi ? Que penses-tu de la situation actuelle ? Les choses sont devenues biens complexes, je souhaiterai entendre ton avis sur la question. »
Encore une fois, elle passait du coq à l’âne, et si elle avait tendance à jouer les gourdes idiotes, elle, parfois, quand la lubie et l’envie lui prenait, tenir des conversations un peu plus spirituelles que ses divagations habituelles.
Myrdhinn tenait énormément de son père, mais aussi de son ancêtre, (la cruauté en moins) qui, en son temps, avait été surnommé 'Myrdhinn le Fol'. Lui-même était à la fois facétieux, passant d’une facette à l’autre de sa personnalité aussi rapidement que le clignement d’un œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 11:53

Dans la mesure où elle était venue au monde lors de la précédente guerre sainte, il était surement normal qu'elle associe cette bibliothèque à Dégel qui était le chevalier du Verseau à cette époque. Malgré tout, même elle pouvait se rendre compte qu'il n'aurait pas pu avoir une telle quantité de livres dans une seule vie. En revanche, cette histoire de lunettes l'intriguait

«D'après ce que je sais, il n'était pas myope.... ces lunettes sont un cadeau d'une enfant qu'il a aidée lorsqu'il était allé en France dans le manoir de la Vouivre. Ces lunettes appartenaient au père de la jeune fille. Il les mettait en mémoire de cet homme» c'était ce qui était inscrit dans le journal du chevalier d'or. Chaque chevalier se devait d'en tenir un pour informer les générations futures de ce qu'il avait vécu. Lui-même en tenait un, bien qu'il y aurait forcément un trou de quatre ans pendant lesquels il était mort, mais voilà.

Enfin après, peut être qu'à force de lire sans relâche, Degel s'était fatigué les yeux et qu'il avait donc vraiment besoin de ces lunettes, c'était le genre de détail qu'il ne pouvait connaître, alors que Myrdhinn, oui.

Alors qu'il finissait de préparer le repas, la conversation tournait sur leurs retrouvailles et par la même occasion, une petite mise au point sur les chevaliers présents. Shaka et Kanon semblaient être les seuls de la précédente génération à l'heure actuelle, mais Myrdhinn semblait s'interroger aussi sur la possibilité que d'autres réapparaissent. Pourtant, n'avait-elle pas dit que Milo ne reviendrait pas? Camus préférait ne pas soulever.

Il lui avait apporté un nécessaire à couture, sur le coup, il n'avait pas réalisé que c'était pour recoudre sa blessure, mais peu importe, ça ferait l'affaire, elle pourrait utiliser le feu de la plaque de cuisson pour désinfecter l'aiguille. Entre temps, elle avait visiblement chipé quelques ouvrages de la bibliothèque, une vraie petite souris à se faufiler partout en peu de temps celle la! Mais au moins, il savait qu'elle prenait soin des livres, c'est pourquoi il l'autorisait à en emprunter quand elle le souhaitait.

Ils s'installèrent ensuite à table, il ne répondit pas vraiment au fait qu'il savait cuisiner. Il avait toujours choisi de savoir se débrouiller par lui-même, et cuisiner n'était pas bien difficile si tant est qu'on savait ouvrir un livre, il savait également coudre, bricoler et même tricoter, bien qu'il évitait de le dire.
Il lui servit une part de l'omelette ainsi que de la salade, puis il se servit lui-même, et ils purent commencer à manger. La jeune fille sauta sur l'occasion pour revenir à Kiki - la faculté avec laquelle elle pouvait passer d'un sujet à un autre pouvait être déstabilisant parfois, même pour Camus - et il dut faire un léger travail de mémoire pour comprendre pourquoi elle en venait là, la fatigue n'aidait pas.

Il haussa un sourcil à l'évocation des "beybeys", il lui avait fallu aussi un certain effort de réflexion pour comprendre ce dont elle parlait avant de faire le rapprochement entre le fait qu'elle soit surement l'une des dernières muïennes encore en vie.

«Il est vrai que ta particularité temporelle peut permettre à ta race de perdurer, mais que tu aies un héritier serait surement une bonne chose. Je sais que le Grand Pope aurait aimé que tu puisses enfanter. Mais si Kiki est encore de ce monde, il pourrait prendre également cette tâche à son actif. Dans ta condition, il est plus simple pour un mâle d'enfanter, une femme chevalier aura plus de mal à être mère par les temps qui courent.»

Termes un peu crus, mais d'un autre côté, Camus était le genre à dire les choses telles quelles.

Ils continuèrent de manger alors qu'elle s'interrogeait désormais sur la situation actuelle... honnêtement, il ne savait pas trop, et le pire était qu'il y avait encore bien des choses qu'il ignorait, comme par exemple cette histoire de Némésis et de miroir...

«Je ne sais pas encore. Il faudrait que je me renseigne sur la situation réelle. Tout ce que je sais, c'est que les armures d'or avaient été appelées à Asgard par Loki pour ses desseins personnels, quoi qu'il en dise. Je présume que j'ai été aspiré par la même occasion lorsqu'il a cherché à récupérer l'armure du Verseau. Mais pour le reste, je n'ai pas vraiment pu savoir ce qu'il se passait. J'ignore ce qu'il en est vraiment de la présence d'Athéna en ce monde, les dieux qui peuvent être nos alliés ou nos ennemis. De ce que je sais, Odin n'est pas encore revenu bien que ses guerriers protègent Asgard des agissements de Loki. Mais pour le reste...»

Camus n'était pas le genre à faire des conclusions sans avoir toutes les cartes en main. Il prit une gorgée de vin, il avait bien parlé, un peu trop même, et la fatigue n'aidait pas vraiment. Il avait terminé son omelette et picorait quelques tranches de tomates avant d'attendre que Myrdhinn finisse de manger. Il débarrassa ensuite, il ferait la vaisselle le lendemain, et porta la coupe de fruits pour la déposer sur la table.
«Est-ce que tu as toujours une chambre dans le quartier des bronzes, ou bien tu as investi le temple du Bélier?» la route lui serait longue pour aller autant vers l'un que vers l'autre. Au pire, elle pourrait dormir ici. Le canapé était confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 13:29

Il était intervenu pour rectifier ses propos, ce qui l’amusa grandement car elle minauda un petit peut, les lunettes de Dégel entre les doigts qu’elle replaça sur son nez :

«C’est fort chevaleresque de sa part, je sais, mais à force de se forcer, à n’en point douter qu’il s’est abîmé la vue. »

Et mince ! voilà qu’elle recommençait à parler « comme avant » , le vin lui avait étourdit l’esprit bien plus qu’elle ne l’aurait imaginé.

Elle se leva d’un bout et sautilla joyeusement vers Camus. Myrdhinn avait une taille assez haute, surtout comparé aux femmes de son temps et aux femmes élevées au Sanctuaire, elle n’avait, contrairement à ces dernières, jamais subit de privations, et son sang français lui avait permis d’être parmi les demoiselles les plus grandes. Malgré tout, à côté des hommes, elle devait lever la tête, fort heureusement, le jeune homme était encore assis. Se penchant vers lui, avec un sourire qui ne présageait rien de bon, puis, posa d’un air victorieux les lunettes sur le nez de son ami d’enfance pas si enfance.
L’adolescente se recula et sembla ravie.
« Vous auriez pu être frères ! »
Mais très vite, comme un trésor à la valeur incomparable, elle les récupéra et les rangea avec soin dans une boîte.
« Je suis pas folle hein, je les garde parce qu’il ya une raison que je les garde, sinon, je ne les garderai pas, tu te doutes bien ! »
Et il était vrai qu’elle n’était pas connue pour son matérialisme.
« Un jour, tu le rencontreras » Conclut-elle avec un sourire large et des yeux brillants.

Le sujet de l’héritier la fit rire. Ho oui! son cher papa aurait adoré pouvoir connaître un ou deux petits-enfants, il avait des projets assez arrêtés sur la question et la simple idée de la revoir lui faire tout un discours là-dessus, la lança dans un rire aux teintes enfantines.
« Papa me gênait quand on en parlait, le pis dans tout cela, c’est que bon… il m’a jamais vraiment expliqué comment faire ! » Et elle ne savait pas comment faire, à vrai dire. La biologie ne l’intéressait que peu, et elle préférait de loin les ouvrages de géologie, de forge, d’histoire. De plus, son père s’ingéniait à éviter le sujet, espérant bien, en sont fort intérieur de père trop protecteur, qu’elle restât toujours enfant.

Aussi, avec un tel paradoxe, n’avait-elle finalement jamais su le fin mot de l’histoire.
« Je voudrai vraiment retrouver ce petit enquiquineur de Kiki, j’aimais bien l’embêter, lui faire la misère, ça me manque tout de même. Et puis, si un jour j’ai un héritier, et bien je ferai comme papa ! C’est aussi simple que ça ! » et naïf.

Il exposa ensuite ce qu’il savait, et Myrdhinn écouta avec attention, épluchant une mandarine avec les mêmes gestes précis qu’elle usait pour les armures.
Ce n’était pas grand-chose, mais c’était un début. Elle aurait tout loisir de faire sa petite enquête par la suite et trouver des réponses adéquates.
« Je ne t’ai pas demandé de tirer des conclusions hâtives, mais de donner ton ressentis ; enfin, la politique n’a jamais été mon fort, mais j’irai me renseigner, après tout, j’aimerai comprendre pourquoi les armures sont si nerveuses. Si ça continue, elles vont finir par se disputer les unes avec les autres, et rien de bon ne pourra en découler. »
Sans comprendre ce qu'il se tramait, elle avait pu ressentir que quelque chose était en passe de changer, mais quoi?

Elle planta ses yeux dans ceux, glaciaux, du chevalier du Verseau : « Tu l’as ressentis non ? » Il y avait toujours dans ses questions, l’envie profonde qu’on puisse la comprendre, qu’on puisse la rassurer sur ce qu’elle percevait.

La dernière question de Camus la fit sourire, avec un air de défit clairement affiché.
« Tu n’oses quand pas même imaginé que je puisse dormir dans le quartier des ‘bronzes’ avec tous ces gens ? Je n’ai jamais eu de place dans les appartements des bronzes, je dormais ou bien avec papa, ou bien ici, ou bien chez le Bélier, selon mon humeur. »

Et c’était un fait, on ne l’avait jamais vue s’entraîner avec les autres bronzes, jamais fréquenter les mêmes endroits qu’eux. Elle était considérée comme une sorte d’aristocrate privilégiée, qui avait ses entrées, aussi, pendant longtemps, a-t-on cru qu’elle serait elle-même chevalier d’or.
Mais non, la surprise fut générale lorsqu’elle fut choisie par l’armure de l’Horologe, une armure difficile et capricieuse, qui n’avait connu que peu de porteur mais surtout…. Une armure de bronze.
La demoiselle passa ses bras autour de son cou, se mettant légèrement sur la pointe des pieds pour se mettre à sa hauteur, souriant :
« Je ne te l’apprend pas quand même… » Elle murmurait à son oreille, comme pour lui dire un secret. « Les armures ont un rang, Athéna l’a voulu ainsi, et elle a fait bien les choses. Mais c’est l’harmonie entre elle, l’armure et son porteur qui transcende tout, ainsi que la loyauté sans limites pour Athéna. »
Elle claqua des doigts en souriant : « Elle pourrait la retirer comme ça, paff, en un claquement de doigt, et si je suis encore en vie. »

Myrdhinn lui déposa un baiser sur la joue, les joues légèrement roses. Elle n’avait pour ainsi dire jamais embrassé quelqu’un au-delà de l’innocent baiser sur la joue, son père avait si bien œuvré pour lui épargner les vicissitudes de la chair, qu’il en avait fait une personne incapable de la moindre pensée qui pût sembler inconvenante.
Elle se détourna de lui comme une enfant effarouchée par son acte et aussi pour cacher sa rougeur et son enthousiasme à avoir accompli un tel acte.
« Je peux dormir avec toi ? :3 » Finit-elle par demander avec son petit air innocent de chaton ravi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 14:18

La soirée se terminait de façon plutôt sérieuse, notamment en ce qui concernait l'éventuelle descendance de Myrdhinn.. de toute manière, il y avait un faire particulier auquel il fallait tenir compte avant même de songer à la faire enfanter
«Avant de songer à avoir un héritier, il faudrait que tu aies un corps adapté. Dans ton état actuel, je pense qu'enfanter serait dangereux. Il te faudrait développer ton apparence physique pour pouvoir supporter une grossesse.» certes, il existait des jeunes filles capables de mettre au monde des enfants dès leur puberté, mais ce n'était probablement pas une bonne chose, et puis, ça donnait surement un bon argument pour remettre cet état de fait à plus tard.

Ils finirent leur repas en discutant politique, mais Camus préférait ne pas aborder ce sujet, n'ayant que trop peu de cartes en mains.

«Un ressenti n'est qu'une émotion sans valeur. Ce que je ressens n'a pas d'importance par rapport aux faits. Il est inutile de donner une opinion si je n'ai pas toutes les cartes en main.» sujet clos d'une certaine manière, même s'il comprenait en écoutant Myrdhinn que les armures souffraient bien plus qu'il ne l'avait imaginé de cette situation. À la question de savoir s'il avait ressenti lui-même que l'armure du Verseau était étrange, il hocha de la tête à la négative.

«Je te rappelle que depuis ma résurrection, mon armure n'était pas elle-même. Je viens à peine de la récupérer, elle était blessée, il faudrait que je lui laisse du temps pour pouvoir ressentir à nouveau ce qu'elle ressent. Et encore, je n'ai pas ton niveau.» autrement dit, à part qu'il sentait désormais l'âme de l'armure, le reste n'était pas trop de ses compétences.

Il débarrassa et amena quelques fruits sur la table, même s'il connaissait la réponse à sa question, il l'avait posée surtout pour savoir où elle comptait dormir cette nuit. Le canapé lui serait confortable, ou au pire elle prendrait sa chambre et lui dormirait sur le canapé ou dans le fauteuil de la bibliothèque. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle demande à dormir avec lui.


«Mon lit n'est adapté que pour une personne. Tu peux le prendre si tu le souhaites, je dormirai ici. De toute manière, si tu dormais avec moi, tu attraperais froid bien vite.» il avait toujours eu pour habitude de maintenir son cosmos à une certaine température, et si elle était donc près de lui à ce moment là, elle allait geler.

Il n'avait pas réagi à son baiser, bien qu'il aurait préféré qu'elle s'abstienne. Il n'appréciait pas vraiment ce genre de démonstration d'affection, ni le fait qu'elle le compare trop souvent à Degel. Certes, ils se ressemblaient un peu, mais pas autant qu'il ne ressemblait lui-même à Milo par exemple. Bref. Il se leva et posa sa main sur sa tête avec une certaine affection.


«Tu devrais prendre garde, Myrdhinn. Ce genre de comportement pourrait t'attirer des problèmes face à un homme ayant peu de scrupule. Tu restes une jolie jeune fille qui pourrait attirer certaines convoitises malgré toi.» il lui sourit doucement avant de poser sa main dans son dos pour la guider jusqu'à la salle de bain «tu devrais prendre un bain, ça te ferait du bien vu ton état. Et je présume qu'il est inutile de te dire que je ne viendrai pas avec toi. Je serai dans la bibliothèque.» elle avait des serviettes de toilette, mais pour le linge propre, elle devrait se débrouiller soit en chipant un t-shirt à Camus - il en avait des longs qui lui feraient office de chemise de nuit - soit en gardant ses propres vêtements. De son côté, il se rendit à la bibliothèque et prit son journal, il avait des choses à y écrire par rapport à la Guerre Sainte qui venait de se terminer... et à celle qui commençait peut être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 15:53

La première réponse du chevalier, la fit bouder. Et lui tournant le dos, elle croisa ses bras et dit, avec une voix tout aussi boudeuse :
« J’ai essayé, qu’est-ce que tu crois ! J’ai essayé et ça n’a pas marché, ça a mis en danger le Sanctuaire, j’ai bien faillis tous vous tuer… C’est facile à dire ça, pour vous, mais moi, comment je dois vivre tout ça ? Comment je fais ? »

Oui bon, elle se perdait elle-même, ne sachant plus trop quel était son âge réel. Le temps s’était bel et bien détraqué pour elle, à tel point que 10 ans ne lui en paraissait qu’un, ce qui pouvait expliquer parfois son instabilité comportementale.
Malgré tout, elle essayait de ne pas trop s’en plaindre, elle avait réellement la volonté de retrouver ses amis, et espérait réaliser ce souhait.
Bon, la politique, elle décida de laisser cela pour une autre fois, de toutes les façons, ce qu’il dit ensuite la fit tiquer à nouveau. Elle pointa son index vers lui, avec un air sérieux sur le visage :

« C’est déjà pas mal, un jour, je te montrerai ce que je vois, et tu comprendras… peut être…Personnellement, depuis mon réveil je sens toutes les armures, j’ai l’impression qu’elles murmurent paniquées, et j’ai vraiment vraiment mal à la tête »
Elle avait en effet les yeux rougis, sans doutes un début de fièvre dû à ses péripéties. A vrai dire, elle n’avait pas pu dormir convenablement depuis qu’elle était sortie de son coma. Les murmurent des armures couplés au tic-tac de son armure n’aidaient guère à retrouver une paix intérieur nécessaire à son rétablissement, sans parler de la quantité de cosmos et de sang qu’elle avait versé….bref, en cet instant, elle avait le joli minois d’un zombie fraîchement transformé depuis trois semaines… l’odeur en moins.

« Pas peur du froid ! » finit-elle par dire sur un ton d’enfant courroucé. « T’inquiètes po, je vais dormir avec Aquarius et D. L’habitude moi… »

Mais ce qu’il dit ensuite lui redonna le sourire :
« Vrai ? vrai ? tu me trouves jolie ? » Ses yeux brillants, et rouges grands ouverts malgré les cernes qui les ourlaient. Elle sentait son coeur tout guilleret, et des petits pipillons dedans le ventre.
"C'est la première fois, à part papa, qu'on me le dit! Merci!"
Vrai, elle ne l'avait que peu entendu.

« Mais de quoi tu parles ? il ne peut rien m’arriver voyons » Elle en riait, avec une certaine naïveté, incapable d’imaginer ce à quoi le Verseau pensait.

Pour le bain, elle était partante, ça oui. Par contre, elle rougit subitement quand il dit qu’il n’irait pas avec elle. QUOI ? non… non… non… mais… elle n’était pas ce genre de personne, ça non ! Elle ne se montrait pas toute nue comme ça, cela ne se faisait pas !
Pourpre comme la cape d’un cardinal, elle ajouta déstabilisée (pour la première fois depuis le début de la soirée) :
« Je… je… NON ! Mais… tu as de drôles idées sur moi ! je… je ne te demanderai jamais ça ! je veux dire…je veux dire être nu face à un autre c’est… c’est… je ne suis pas ... je ne suis pas ce genre... de ... de personne!... je...» Elle ne finit pas sa phrase, visiblement perdue dans le fils de ses pensées et claqua la porte de la salle de bain. Elle passait de la joie la plus intense, à une sorte de choc.

Une fois lavée, et surtout calmée, elle sortit la tête, timidement, puis, patoum patoum, marcha vers le canapé et attrapa un coussin et une couverture qui traînait, une moue boudeuse sur le visage.
« Je voulais juste pas être seule… j’ aime pas être seule… » En vérité, elle angoissait. Puis, sans demander son reste, alla se lover tel un petit chat contre l’armure des verseaux. Enroulée dans sa couverture en poils de yack jamirien, elle n’avait pas froid, son front touchant le métal froid de l’armure lui apportait une sorte de soulagement à ses maux de tête terrible. Elle pouvait espérer dormir quelques heures ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 16:49

Spoiler:
 

«Je sais que tu as essayé, ce n'était pas un reproche, juste un constat. Je pense que tant que tu ne résous pas ce problème, il ne sert à rien de songer à avoir un héritier. Ce serait te mettre en danger toi et ton enfant plus qu'autre chose» il posa doucement sa main sur la tête de la petite avant de lui faire comprendre qu'il ne serait pas très convenable qu'ils dorment ensembles, et surtout peu pratique.

Malgré tout, elle semblait insister, il se doutait que la concernant, il n'y avait pas vraiment d'arrière pensée même s'il se montrait assez méfiant à ce sujet. Mais pour l'heure, elle devait se laver, il avait encore un peu de temps pour y réfléchir.
Il la conduisit à la salle de bain, lui rappelant qu'il était hors de question qu'il l'accompagne, et il fut surpris de sa réaction.

«Je ne te savais pas pudique. Il faut croire que ton père a tout de même réussi à t'inculquer quelque chose d'utile en dehors du savoir des armures.» de son côté, ce n'était pas le cas. De son point de vue, le corps humain est un tout, s'il n'y a nulle honte à montrer son bras, il n'est guère plus honteux de montrer autre chose. Certes, il comprenait tout de même le sens des convenances et n'irait pas se balader nu en lieu publique, mais si l'on venait à le trouver dans le plus simple appareil par accident, il n'en ferait pas toute une montagne.

Bref, Myrdhinn claqua la porte et il alla dans la bibliothèque afin de rédiger son journal. Lorsqu'elle revint, propre et sèche, il vit juste passer sa tête par la porte avant qu'elle n'aille se jeter sur le canapé. Soupirant, il se leva et se rendit à son tour dans la salle de bain. Se souvenant donc de la pudeur de l'enfant, il ne sortit pas torse nu, sa tenue de nuit, mais avec un t-shirt et un pantalon blancs. Il revint dans le petit salon où elle semblait sur le point de s'endormir, mais elle paraissait si malheureuse qu'il leva les yeux au ciel, s'avançant, il la souleva délicatement

«Allez viens, mais ne te plains pas si tu attrapes froid!»

Il la souleva comme il l'avait fait dans le temple du Capricorne et la conduisit dans sa chambre, le lit était petit, mais de toute manière, il n'était pas du genre à bouger beaucoup. Il s'installa le premier et la laissa se caler comme elle le voulait. il s'attendait à ce qu'elle se pelotonne contre lui comme un doudou, il n'était pas dit qu'il passe une bonne nuit, mais finalement, il était tellement épuisé que peu importe comment elle s'était installée, il s'endormit, son cosmos irradiant doucement dans la chambre, comme une climatisation intégrée! Au final, c'était pas plus mal, car en cette période de l'année, les nuits étaient plutôt chaudes...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 17:58

Hrp:
 


"Boui, surtout que bon, à 15ans, normalement, on est considéré comme adulte, on va au combat et tout..."
Elle n'avait pas tord, mais surtout, elle n'avait pas idée qu'en 1990, les jeunes filles de son âge étaient considérées comme des enfants, au mieux des adolescentes.

Pudique? non, elle ne l'était pas, enfin, elle n'avait pas l'impression de l'être, juste... juste qu'elle n'était pas de ces filles à se déshabiller aussi facilement, son père lui avait surtout appris le respect d’elle-même.
Elle sortit la tête de la salle de bain: "j'suis pas pudique! juste... je me respecte, un petit peu quand même pour pas me déshabiller aussi facilement!"
Et elle disparut dans la salle de bain.

Elle avait cru se rendre dans la salle principale du temple, mais non, quand elle rouvrit les yeux comatant légèrement, elle était sur le canapé... mais quel échec! décidément, elle ne faisait rien comme il fallait, pas étonnant qu'on la prenait encore pour une enfant!
Elle ronchonnait dans son fort intérieur, retournant sa couverture entre ses mains quand, finalement, alors qu'elle avait abandonné l'idée, il céda.
La jamirienne ouvrit de grands yeux pleins de larmes qu'elle essuya d'un geste rapide.

"Merci...t'es gentil" Finalement, elle s'installa à la manière d'un chat, en boule, collant son front contre son épaule. Elle s'était fait une petite place, et  ne bougea pas non plus pendant son sommeil, la fraîcheur ambiante lui faisait plus de bien qu'autre chose. Et c'est assez étonnée qu'elle se réveilla plutôt reposée, ayant probablement dormit plus longtemps que lors de ses deux derniers jours. Myrdhinn supportait mal les fortes chaleurs grecques, c'est donc assez naturellement qu'elle esquivait les maisons les plus chaudes pour privilégier celles qui étaient climatisées.

C'est donc engourdie, complètement dans les vapes qu'elle se redressa doucement, avant de manquer de tomber du lit: elle avait oublié qu'elle n'avait pas dormit seule. Fort heureusement, elle se retint, et c'est très doucement qu'elle s'extirpa pour aller lire dans la bibliothèque.... et commander à manger... oui parce qu'elle ne savait pas cuisiner.
Son esprit facétieux demandait de sauter sur le pauvre Camus endormit, mais son coeur lui disait que non, il avait besoin de repos, après toutes ces souffrances... Elle dodelina sur place, en le considérant avec gravité, puis sortit de la chambre doucement. Elle était très fière d'elle.

Parce qu'elle était accoutumée à la vie au sanctuaire, elle fit appeler pour que l'on apporte de quoi manger. Elle ne prit pas la peine de relever les regards de travers que sa présence, décoiffée, à peine réveillée,  faisait là. On avait pensé rétorquer quelque chose, mais son ton certains ne laissait souffrir aucune forme de protestation, aussi, ne sachant vraiment pas sur quel pied danser, on s’exécuta.

C'est donc, confortablement installée sur le canapé, entourée de livres, qu'elle attendit, bien sagement, que son ami se réveille. Elle ne toucha pas à son carnet néanmoins.
Parfois, elle pouvait être discrète. Parfois.

Elle était si contente d'elle, qu'elle chantonnait doucement, remuant ses pieds en rythme.

"
E korn va c'halon 'zo ur gleizhenn
'Baoe va yaouankiz he dougan
Rak, siwazh, an hini a garen
Ne gare ket pezh a garan.
Eñ na gare nemet ar c'hêriou,
Ar morioù don, ar broioù pell,
Ha ne garen 'met ar maezioù,
Maezioù ken kaer va Breizh-Izel."

Chanson donc:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 18:18

Il était difficile de refuser quoi que ce soit à Myrdhinn. Camus savait les souffrances qu'elle endurait chaque jour, chaque minute, même s'il ne pouvait en saisir l'importance réelle, n'étant pas dans sa tête et n'ayant jamais vraiment posé la question. Mais il le savait, malgré les efforts de la petite pour le cacher, sa souffrance et son désarroi pouvaient se lire dans ses yeux parfois.

Il était donc allé la chercher, la perspective de la laisser toute seule alors qu'elle en serait visiblement malheureuse ne lui plaisait pas, et il savait qu'il pourrait toujours contenir ses actes tumultueux si elle venait à vouloir en faire trop dans ses délires. Mais elle était trop épuisée pour jouer à ça, il la sentit s'endormir alors que lui-même sombrait rapidement, dégageant par habitude son cosmos frais et agréable en cette saison.

Le lendemain matin, il la sentit se lever, mais son corps était encore épuisé et ne voulait pas se lever. Il avait des courbatures un peu partout et le manque de sang ralentissait sa vitesse de récupération. Il finit malgré tout par sentir une présence en approche, des gardes du Sanctuaire surement, mais il se refusait à prendre le moindre risque. Certes, son armure défendait le temple, mais on va dire qu'elle aussi était convalescente! Bref, il grimaça en ramenant une main à sa nuque, la douleur dans son dos lorsqu'il avait été projeté contre le pilier de son temple imaginaire en Asgard se rappelait à son bon souvenir, il avait surement une ou deux vertèbres déplacées, mais un peu de relaxation et d'étirements suffiraient à tout remettre en place.

Il se leva et enfila une robe de chambre qui ressemblait davantage à un manteau, d'un bleu presque blanc, les manches étaient si longues et larges qu'elles se fondaient presque avec le reste, comme s'il portait une immense cape.

Il trouva Myrdhinn dans le petit salon, entouré de livres et il croisa les bras en regardant le bazar, ne se laissant pas plus perturber que ça par la chanson qu'elle chantait en langage celtique

«J'ose espérer que tu te souviens où tu les as pris?» son regard était plus dur que la veille, on va dire qu'il lui faudrait un peu de temps pour se faire de nouveau attendrir par les caprices de la petite. La présence qu'il avait ressentie plus tôt grandit et se rapprochait, il alla à l'entrée de son temple et tomba nez à nez avec des gardes qui apportaient une cafetière, une théière, et ce qui devait être du chocolat chaud, deux tasses et des viennoiseries...

«Je... Seigneur Camus, Mademoiselle Myrdhinn a demandé...»
«Je vois. Merci.»
il prit le manteau d'une main et chassa le garde de l'autre qui fila sans demander son reste, le chevalier regarda son armure en passant, elle trônait toujours au centre de la pièce, visiblement reposée aussi. Il ne savait pas de quels tourments parlait Myrdhinn à son sujet, il ne pouvait ressentir ce genre de choses...

Il revint dans le petit salon pour déposer le plateau

«J'aurais pu préparer le petit déjeuner. Je n'aime guère des intrusions inutiles dans mon temple.» il aurait pu remercier la petite pour son attention, mais au lieu de ça, il lui montra l'une des tasses avant de se tourner vers elle «que veux-tu boire?»

En fait, c'était surement de voir tous les livres par terre qui l'agaçait. Il y tenait beaucoup à ces ouvrages et en avait toujours pris grand soin. Il n'aimait pas les voir ainsi éparpillés, il en prenait toujours un à la fois et les rangeait toujours au fur et à mesure... Myrdhinn avait beaucoup de chance qu'il la porte en affection, car sinon il l'aurait surement fichue dehors après lui avoir imposé de ranger tout ça.

«En revanche, pour manger, tu viendras t'asseoir à table. Et fais attention à ne pas faire tomber les livres au sol.» bon, ben elle allait avoir du boulot pour le rendre de nouveau un poil sociable. Il grimaça légèrement en s'asseyant, ses douleurs revenaient en prime à son bon souvenir, la journée ne commençait pas très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 19:03

C'est avec un sourire ravi qu'elle l’accueilli et un "Bonjour" lancé à la cantonade. Elle s'était arrêtée de chanter, et avait entrepris de ranger son fatras, en chantonnant toujours.
"Non, t'inquiètes pas, je connais bien, et j'ai plutôt bonne mémoire"
Elle garda néanmoins trois ouvrages qu'elle laissa sur le canapé, les considérant avec un amour sans bornes. Elle se voyait déjà les lire, tranquillement, en boulottant des petites choses au chocolat comme on lui avaient emmené quelque fois.
Bref, lorsqu'il revint avec un plateau, elle l'accueillit toute guillerette, et les livres avaient été rangés.

Néanmoins, elle semblait un peu étonnée de la réaction froide du chevalier, à qui elle adressa un regard d'incompréhension:

"J'ai fais quelque chose de mal? j'ai rien touché, j'ai juste appelé pour avoir à manger...comme je sais pas cuisiner, je me suis dite qu'un petit déjeuner t'économiserai un peu de temps et d'énergie"


Elle pencha sa tête sur le côté, et au lieu de s'assoir, alla derrière lui et avec un doigt appuya légèrement sur les muscles trapèzes.
Il avait grimacé en s'asseyant, elle se doutait que sa mauvaise humeur venait de là.

"Tu aurais pu dormir plus. Je ne voulais pas te réveiller.... "
Puis, elle alla s'assoir, regardant la plateau avec attention.
"Je bois du thé, habitude prise à Jamir" Un sourire s'étira sur ses lèvres alors qu'elle prenait une sorte de petit pain entre ses mains "Rhaaan, le beurre salé me manque..."

Elle mangea en silence, attendant sans doutes qu'il soit un peu mieux réveillé. Myrdhinn était plongée dans ses pensées, elle hésita à un instant à lui poser une question, puis, se ravisa. Non, il fallait qu'elle la pose la seule personne qui la conseillait depuis plusieurs années: Kanon.
La jamirienne sourit, ne sachant pas trop ce qu'elle pouvait avoir fait pour le mettre d'une humeur aussi... mauvaise. A l'évidence, c'était de sa faute, car Camus, d'humeur toujours égale, n'était pas le genre d'homme à se laisser emporter de la sortes.
Elle regarda autour d'elle, se leva une fois encore et alla remettre les trois livres qu'elle s'était gardé de côté. Puis, avec un sourire, remis sa chaise correctement et annonça avec un air désolé:

"Je suis désolée, je t'ai fais de la peine, et je ne sais pas comment faire pour arranger ça...Je voulais te remercier pour...hier soir, j'ai pu dormir et me reposer, je me sens mieux. Je... je vais te laisser manger, et te reposer, je vais voir comment vont les armures..."
Sa maladresse avec les autres était d'une évidence... elle se faisait honte parfois, et comprenait finalement, dans un élan de lucidité, qu'elle était une sorte de poids pour les autres.
Mais il fallait se reprendre, ne pas laisser ses pensées vilaines la parasiter trop longtemps, et elle savait que voir les précieuses lui remonterait le moral.
Myrdhinn espérait aussi que cela aide Camus à se sentir un peu mieux. C'est donc tout naturellement et avec un entrain joyeux qu'elle commença marcher vers l'entrée principale du temple.

Elle s'inquiétait de savoir où pouvaient être les armures manquantes, elle s'inquiétait de savoir où étaient les autres, elle s'inquiétait de savoir son ami qui avait fait autant d'efforts pour elle si renfrogné.
Tout irait bien, elle le savait, mais quand bien même...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Jeu 11 Fév - 19:19

Au final, le garde avait apporté certaines boissons pour rien. Lui aussi buvait du thé, mais davantage parce que sa mère en buvait que pour une question d'origine ou autre. Son père préférait le café par exemple, mais en soit, Camus n'était pas difficile et aurait pu boire ce qu'on lui apportait sans se plaindre. Alors que Myrdhinn s'inquiétait de son humeur, le chevalier conserva son ton froid et un poil distant
«Tu n'as rien fait de mal, je n'ai juste pas l'habitude de trouver quelqu'un dans mon temple à mon réveil. Je préfère être seul.» ce n'était pas contre elle en particulier, mais Camus était un solitaire, et après les récents événements en Asgard, il avait plus que jamais besoin de se retrouver seul.

Il but une gorgée de thé, puis il la suivit du regard alors qu'elle passait derrière lui et touchait un point sensible dans son dos, il grimaça et se crispa un peu, oh ben oui, voilà qui allait l'aider à améliorer son humeur tiens!

«Je n'avais pas besoin de dormir plus. Le sommeil est une perte de temps bien que nécessaire. Il est inutile de dormir au-delà de ce dont on a besoin.» il prit une viennoiserie, il est vrai qu'elles étaient loin d'être aussi bonnes que leurs cousines françaises, mais comme dit plus haut, Camus n'était pas du genre difficile, contrairement à Myrdhinn qui semblait regretter le beurre salé que l'on ne trouvait qu'en Bretagne ou dans le Nord de la France pour la plupart.

«Trouver ce genre d'ingrédient est plus dur par ici. Tu devrais songer à demander une mission en France pour quelques jours.» ce n'était même pas une plaisanterie. Avec ce qu'il se passait en ce moment, on devait bien avoir à envoyer des Saints un peu partout, alors pourquoi pas en France?

Enfin, peu importe; Il poursuivit son petit déjeuner alors qu'elle se levait pour finir de ranger les livres. Il était alors un chouilla plus détendu, même si ça ne se voyait pas forcément. Elle s'excusa alors, se croyant visiblement de trop dans ce temple, et c'était probablement le cas. Camus n'était pas un modèle de gentillesse et de chaleur humaine, il ne dit pas un mot alors qu'elle s'excusait et se levait de table sans avoir mangé grand chose.


«Tu ne devrais pas t'excuser sans savoir si tu as fait quelque chose de mal. C'est la première fois que tu me vois au réveil, comment sais-tu si je ne me réveille pas toujours ainsi?» malgré tout, il ne l'empêcha pas de partir, c'était un peu comme un dernier conseil avant qu'elle ne parte. Pour sa part, il termina le petit déjeuner, ignorant ce qu'il allait bien pouvoir faire du lait et du café, il appela les gardes pour qu'ils viennent chercher le plateau. De là, il alla s'habiller et se rendit ensuite dans la bibliothèque, laissant Myrdhinn faire mumuse avec son armure si elle le souhaitait.

De son côté, il avait besoin de se renseigner un peu sur la situation réelle au Sanctuaire, et pour ça, il se disait qu'il devait peut être rencontrer le Grand Pope... problème, de ce côté là aussi, la situation semblait compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Sam 13 Fév - 9:49

Face à l'armure, son esprit était en ébullition. Des questions arrivaient çà et là, et elle ne savait trop quoi penser.
Ho, certes, les réponses viendraient en leur temps, mais quand bien mieux, c'était plutôt ennuyant que d'avoir ainsi la tête pleine de choses qui n'étaient pas aussi amusantes...
Finalement, les paroles du chevalier revinrent à elle, elle sourit, légèrement, pensant qu'il était bien trop gentil avec elle. Puis, son côté puéril revenait au galop, disant que c'était tout à fait normal, quelque part.
Il devait être ronchon à chaque réveil, c'était une sorte de vieil ours polaire.
C'était donc après une discussion avec Aquarius qu'elle reprit son sourire chaleureux habituel, ses amies de métal savaient si bien lui remonter le moral.

Elle finit par se lever, et rejoignit Camus, apparaissant à ses côtés.
D'abord, elle ne dit rien, préférant garder le silence et surtout profiter de sa présence avec une innocence toute empreinte de candeur.
Enfin, elle posa ses yeux bruns sur lui, et souriante, lui demanda:

"Dis vois C, comment on devient une vraie femme?"

Ni l'armure, ni D, ni C n'avaient accepté de lui répondre, et cette question avait provoqué une sorte de silence gêné. Pourquoi? après tout, il se pouvait aussi qu'elle ne soit jamais plantureuse comme Athéna, aussi, il devait y avoir une autre façon de devenir femme sans forcément toucher à son corps. Ba oui, elle était peut être plus plate que la moyenne, mais quand bien même, elle n'était pas non plus pourvue d'un corps d'enfant de 11ans. Y penser était presque vexant.
Elle sentait monter en elle une sorte de sentiment qu'elle ne connaissait pas: elles se sentait complexée et jalouse des autres demoiselles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Sam 13 Fév - 14:31

Spoiler:
 

Lire des livres était assez... apaisant. Camus avait retiré sa robe de chambre et demeurait donc habillé de son débardeur blanc et du pantalon gris qu'il avait mis pour dormir, il irait s'habiller plus tard. De toute manière, il devait se reposer pour aujourd'hui, et à moins qu'on ne vienne attaquer le Sanctuaire ou qu'une haute personnalité ne débarque, il n'avait pas besoin de se mettre sur son trente et un.

Myrdhinn était dans la grande salle avec son armure, surement qu'elle "discutait" avec elle, mais il pouvait sentir sa présence encore dans le temple, et heureusement, elle était la seule.
Camus n'était probablement pas le plus apprécié au Sanctuaire, il n'était pas de ceux avec qui on pouvait passer une soirée endiablée à discuter de tout et de rien. Il préférait être seul, c'était ainsi. Cependant, il avait beau consulter toutes les archives, il ne trouvait nulle trace du Grand Pope actuel.

Certes, il était fait mention d'un individu du nom de Jonas qui avait pris les rênes du Sanctuaire ces derniers temps, mais il avait comme disparu de la circulation? C'était surement lui qui lui avait donné l'ordre de se rendre en Asgard chercher les armures, mais depuis? Est-ce que cela signifiait que le Sanctuaire se retrouvait sans Grand Pope?

C'était problématique... parmi les chevaliers encore présents au Sanctuaire, lesquels pouvaient être amenés à tenir ce rôle? Shaka pouvait probablement être le mieux placé, il était le plus sage, le plus calme et le plus posé de tous. Et il avait l'habitude de demeurer au Sanctuaire aussi, il n'avait pas vraiment la bougeotte... après, il fallait aussi savoir ce qu'il advenait d'Athéna.

Tant de questions sans réponse, il leva les yeux vers Myrdhinn qui était revenue, il s'apprêtait à poser son livre lorsqu'elle lui posa une question... des plus saugrenues! Haussant un sourcil, le jeune homme la regarda sans réussir à masquer sa surprise - ce qui était rare!

«Qu'appelles-tu devenir une vraie femme? Je peux éventuellement t'apprendre à te comporter en société comme une dame, savoir te tenir, manger, danser, parler... mais j'ignore si c'est ce que tu sous-entendais.»

Devenir une femme élégante et raffinée, il pouvait lui apprendre. Sa mère était une femme distinguée et raffinée, il avait également côtoyé de belles dames par le passé au cours de ses missions diplomatiques, mais était-ce vraiment ce qu'elle voulait? Il existait des femmes qui n'étaient pas raffinées pour un sou au comportement limite masculin, et pourtant, pouvait-on dire pour autant qu'elles n'étaient pas de vraies femmes? Au final, tout était une question de maturité, et c'était surement ça, le plus gros problème de Myrdhinn. Elle demeurait une enfant, qu'elle le veuille ou non... jusqu'à présent du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Sam 13 Fév - 20:31

Hrp::
 

Finalement, il lisait, installé convenablement sur le canapé.
Elle prit la peine de le regarder, avec de grands yeux, réfléchissait. elle avait vraiment espérer qu'il puisse lui répondre, lui donner une véritable réponse, une sorte de formule magique.
Mais non.

Par contre, elle fut particulièrement ravie de le voir étonné, et, dans un instant de gloire intense leva les bras victorieuse:
"VICTORY! une expression!"

Enfin, il finit par répondre à sa question... et aucune formule magique n'arriva... mince alors.
Elle le considéra un instant puis, avec une légère moue, ajouta:
"J'ai reçue une bonne éducation, je sais me tenir si les circonstances l'exigent, tu crois quand même pas que je sois complètement sotte ou ignorante hein? "
Myrdhinn s'assit à côté de lui et croisa les bras.
"Je sais pas danser, papa n'a jamais jugé cela utile"

Durant le silence qui s'installa alors, elle put le détailler du regard. Il ne sentait pas le sable chaud mais c'était tout comme.
Elle soupira, devenir une vraie femme allait demander plus de recherche et de travail qu'elle ne l'avait imaginé.

"Vraiment... dis moi, pourquoi tu me traites comme si j'avais encore 5ans? j'ai quand même grandit, non? je suis peut être exubérante mais avoue que ça t'apporte un peu de printemps dans ton hiver "

Elle souriait, amusée, remuant légèrement ses épaules.

"Est-ce que tu penses que si je deviens une femme, je pourrais vous rattraper? et être comme vous? "
Ses yeux étaient fixés sur lui, graves et clairs. Elle n'avait pas pour habitude de cacher ses sentiments, et ces yeux bruns étaient comme des livres ouverts. Ce qu'on pouvait y lire?
Tout simplement une peur profonde d'être encore laissée de côté.

Elle n'était plus sûre de son âge, son esprit se perdait bien souvent en conjectures... finalement, elle agissait avec légèreté, n'en faisant qu'à sa tête tout simplement parce que son cerveau ne savait plus son âge réel. Mais quelque part, elle sentait que ce n'était pas normal, qu'il fallait évoluer, seulement... comment faire? C'était comme si tout chez elle s'était gelé.
Gelé... à cette pensée, elle considéra de nouveau son interlocuteur, puis se dit que ce ne serait peut être pas lui qui aurait une solution pour dégeler tout ça... Puis, un sourire s'afficha de nouveau sur ses lèvres, qui sait, peut être que - par - donnerait plus. Et c'ets donc pleine d'espoir qu'elle attendit qu'il se décide à répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Dim 14 Fév - 9:11

Au final, ce n'était pas la réponse qu'elle demandait. Bien que Camus avait levé les yeux au ciel lorsqu'elle s'était félicitée de lui avoir fait exprimer une émotion par la surprise! Faut dire qu'elle avait vraiment un don pour pousser quelqu'un dans ses derniers retranchements, peu importe le domaine. Mais là, elle se demandait pourquoi il la considérait comme une gamine de cinq ans? Là par contre, il pouvait lui répondre.

«C'est une question de maturité, Myrdhinn. Tu te comportes comme une enfant, tu parles trop, de façon trop rapide et avec des mots d'enfants. Ta vie semble être un jeu perpétuel, c'est l'une des caractéristiques des enfants. Les adultes ont davantage de retenue, ne parlent que pour dire ce qu'ils doivent dire sans s'étendre sur le sujet. Et même si l'on peut garder une âme d'enfants dans certaines circonstances, ça doit rester optionnel et non permanent.»

Car bon, il se souvenait de Milo qui n'était pas vraiment un modèle de maturité. Il n'était pas le seul d'ailleurs, bon nombre d'adultes se comportent comme des enfants. Mais là, elle voulait savoir ce qu'il fallait qu'elle fasse pour avoir l'air d'une adulte, il fallait donc qu'elle se débarrasse de certaines attitudes enfantines.
«Tu as une responsabilité envers les armures. Tu les considères comme tes amies, mais tu te comportes avec elles davantage comme si tu étais leur petite sœur. Quand je t'entends leur parler, tu plaisantes et tu joues. Si tu veux avoir l'air d'une vraie femme, tu dois essayer de les considérer comme tes enfants. Les éduquer, les discipliner. Rien ne t'empêche de temps en temps de jouer avec elles, mais pas trop souvent sinon le lien entre vous ne pourra pas changer.»

Il ramena sa main à sa gorge, il avait bien parlé. Mais d'un autre côté, le rôle du maître et du disciple, c'était le rare cas où il lui arrivait de parler beaucoup. Quand il entraînait Hyoga et Isaac, il lui arrivait de parler ainsi pendant longtemps pour leur faire comprendre la manière de développer leur cosmos, et au final ici, c'était un peu la même chose.

Il se leva, il s'apprêtait à poser sa main sur la tête de la petite, mais le fit sur son épaule pour éviter qu'elle voit encore qu'il la prenait pour une enfant

«Tu n'as pas à être comme moi pour avoir l'air d'une adulte. Je suis probablement trop sérieux et ce n'est pas forcément la preuve que je suis adulte. Tu peux rester toi-même, mais il te faut évoluer  progressivement pour apprendre à te contrôler un peu mieux, contrôler tes émotions. Il y a un temps pour le jeu, un temps pour penser et se poser. Tu dois juste trouver l'équilibre entre ces façons d'être, et tu grandiras.»

Il s'avança alors et déposa un baiser sur son front, il n'était pas du genre affectueux, mais il voulait se montrer encourageant à son encontre. Honnêtement, il aimerait bien qu'elle devienne un peu plus adulte, car s'il tolérait son comportement de gamine surexcitée à courir partout en souriant tout le temps et en sautant dans tous les sens, c'était seulement à petites doses. Il ne pourrait pas la supporter en permanence ainsi. Si elle se calmait, pour sûr qu'il accepterait de passer davantage de temps avec elle...

«Et si tu veux, je t'apprendrai à danser. Ça pourrait te permettre de contrôler un peu ton énergie.» car la valse, c'est une danse qui doit se maîtriser.


Dernière édition par Aquarius Camus le Dim 14 Fév - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Dim 14 Fév - 14:51

Myrdhinn le fixait, mais ne disait rien, pour le moment. Il parlait plutôt beaucoup et elle ne souhaitait, en aucun cas, le casser dans son élan.
Elle semblait réfléchir, et ses yeux trahissaient le petit combat intérieur qu'elle menait en ce moment.
Changer? En plusieurs années, elle n'avait jamais réussit, et sa façon d'agir puérile était une façon simple pour ne pas avoir l'air d'une dépressive tout le temps.
C'était en s'amusant qu'elle trouvait finalement le carburant nécessaire pour continuer.

"Mais, je ne suis pas leur mère, aux armures, je ne les ai pas conçues, je m'occupe juste d'elles." Elle avait froncé les sourcils, car il lui paraissait bien folle cette idée qu'elle ait pu les concevoir (bien qu'elle aurait adoré)

Il marqua un temps d'arrêt, porta une main à sa gorge, sans doutes signe qu'il n'était guère accoutumé à parler autant, et elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en le voyant faire. Malgré tout, il allait poser sa main sur sa tête, et par réflexe, elle avait fermé les yeux. On allait encore la prendre pour un petit chat à patouiller, une habitude qu'avaient nombre de chevaliers. Elle attendit un court moment, mais aucune grande main vint se poser sur sa tête, mais plutôt son épaule.
Ha tiens? ça avait changé? Elle cligna des yeux, considéra la main présente là, puis releva ses yeux sur Camus avec un air mi-figue, mi-raisin: ça voulait dire quoi ça?

*Tu te considères donc encore comme un enfant? mais... c'est dans ta nature d'être aussi calme, tu étais déjà ainsi petit.*

Myrdhinn avait pris sur elle de ne pas parler, mais de lui transmettre par télépathie ce qu'elle avait à lui dire, les yeux toujours fixés sur lui. Elle avait une manière très étrange de garder son regard fixe, avec une certaine gravité, bien que ses lèvres esquissaient un léger sourire.

*Pour toi, je veux bien essayer* Elle ferma les yeux, un court instant, essayant de se faire une image mentale plus stable. Après tout, si les gens normaux arrivaient à devenir plus adultes en 20 ans, pourquoi n'y réussirait-elle pas après 150ans?
Et puis, l'idée de faire plaisir à une personne qu'elle appréciait beaucoup beaucoup la motivait d'autant plus.
Si elle réussissait à devenir un peu plus adulte.... Et.. elle bloqua complètement lorsqu'il lui fit un baiser sur le front. Il fallut un instant à son cerveau pour comprendre ce qu'il venait de se passer, et lorsqu'enfin il reçu l'information, elle rougit, les yeux grands ouverts d'étonnement.
Pourquoi il faisait ça? Youhou c'était trop bien! Contente! Qu'est ce qu'elle avait fait pour mériter une telle attention? Joie! Bonheur! Noël! c'était le plus beau jour de sa vie! Oui mais quand bien même, c'était... c'était... YOUHOUHOUUUU!
C'est donc dans un marasme mental terrible qu'elle se retrouva coincée, entre sa raison qui cherchait des explications censées et son côté candide qui s'extasiait, voulant sauter un peu partout.
Enfin, après une bonne minute ainsi, elle ferma les yeux, tentant de reprendre contenance . Ce n'était pas grand chose, juste un baiser... son père lui en avait donné bon nombres, elle en avait même reçu un, un jour, de la part de Kanon, pas de quoi en faire un plat. Mais là, c'était différent, la sensation n'était pas la même. Tais-toi mon coeur! je ne te reconnais pas!
Vite, reprendre une composition avant que Camus ne la prenne vraiment pour une débile mentale, ou pire... PIRE!

Myrdhinn s’éclaircit la voix, tritura ses mains un instant, la tête baissée, puis, avec un grand effort de volonté, releva la tête vers lui, souriante.
Elle fit une légère révérence, comme le lui avait appris son maître dans le temps, et lui tendit la main.

"Entendu, apprends moi à danser comme une personne doit savoir. A vrai dire, hum... je ne connais que le quadrille, et encore... cela doit faire des ... décennies que je ne m'y suis plus essayée. "

Cette fois-ci, elle avait fait un gros effort pour moduler sa voix, pour ne pas partir dans l’exclamation ou l'enthousiasme qui lui triturait le ventre. C'était comme si peur et impatience se mêlaient. Elle n'avait jamais, jamais dansé de valse, et appréhendait la chose... Déjà qu'elle était gauche, si elle se montrait tel un petit baleineau, il finirait par se moquer d'elle.
Elle devait finalement se rendre compte que ce qu'elle prenait pour un battement de cil pouvait se révéler des dizaine d'années....
Son coeur se serra, mais elle continuait à sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   Dim 14 Fév - 19:51

Un léger frisson lui parcourut la nuque lorsque Myrdhinn vint parler dans sa tête. Il avait toujours eu du mal avec les messages télépathiques, même lorsque c'était Mû qui le faisait. Elle l'avait connu enfant, ils avaient plus ou moins grandi ensembles dans la mesure où elle était passée d'une apparence d'une dizaine d'années à la quinzaine sans qu'il ne s'en rende vraiment compte... mais il est vrai qu'il avait passé pas mal de temps loin du Sanctuaire à une certaine période aussi et ils s'étaient moins vus.

Elle avait été une sorte de grande sœur au départ, il n'avait pas compris à l'époque pourquoi elle lui avait limite sauté dessus quand il avait obtenu l'armure du Verseau, il ignorait à ce moment là que c'était une sorte de projection des sentiments qu'elle éprouvait pour Degel sur lui. Mais le résultat était qu'elle était une vraie pot de colle, et que de son point de vue, il avait fini par la voir d'abord comme une grande sœur, puis lorsqu'il avait commencé à paraître plus vieux qu'elle, comme une petite sœur. Et aujourd'hui, c'était encore un peu le cas.


«Ne parle pas dans ma tête, s'il te plaît. Je n'aime guère cela et tu le sais.» il recula doucement après l'avoir embrassé sur le front, puis il s'approcha de la bibliothèque, l'air songeur et ignorant un peu l'effet qu'il lui avait fait en l'embrassant ainsi.

«Tu sais... je pense que voir les armures comme tes enfants pourrait t'aider à grandir et mûrir. Au final, on devient adulte lorsqu'on devient responsable de quelqu'un, que celui-ci a besoin de nous. J'ai du devenir adulte lorsque j'ai eu mes disciples, pourtant je n'étais encore qu'un adolescent.»

Il se tourna alors vers elle, ignorant si elle comprendrait le sens de ses paroles
«La plupart d'entre nous gagnent en maturité ainsi. Transmettre notre savoir, voir que l'avenir de nos disciples dépend de nous et de ce qu'on leur enseigne. Ça te force à grandir. Je doute que tu puisses avoir un disciple, mais si tu vois les armures comme tes enfants que tu dois protéger et éduquer, ça peut t'aider... mais il te faudra dresser une barrière entre elles et toi pour changer ce lien entre vous... tu ne pourras plus vraiment jouer et t'amuser comme tu le faisais jusque là... j'ignore si cela te conviendrait vraiment.»

Mais au final, être adulte n'était pas toujours drôle, et c'était surement pour ça qu'elle avait du mal à grandir.
Vu qu'il avait enlevé sa robe de chambres et qu'il portait un débardeur, on pouvait voir les nombreux hématomes dans son dos à cause du combat en Asgard, ce n'était surement pas le moment de lui apprendre à danser...


«Je t'apprendrai à danser d'ici quelques jours. Là, j'ai besoin de repos.» il se tourna vers elle et planta son regard de glace dans le sien.

«Mais pourquoi veux-tu devenir adulte? J'ai le sentiment que tu es bien telle que tu es, non? Tu as la chance de pouvoir rester une éternelle adolescente, je pense que bien des gens aimeraient être à ta place.» pas lui, comme elle l'avait dit dans sa tête, il avait toujours été plutôt adulte au final, mais il imaginait bien Milo s'amuser dans la peau d'un ado pour le restant de ses jours! Enfin.. quand il était en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FB] Retour au bercail   

Revenir en haut Aller en bas
 

[FB] Retour au bercail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour au bercail
» Retour au bercail
» Retour au bercail...
» Retour au bercail [PV Grenaak]
» .xXx.Retour au bercail.xXx.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Au Centre de la Grèce :: Le Sanctuaire des Saints :: • Les douze Temples du Zodiaque-