Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Jeu 25 Fév - 0:15

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . . »
Le temps
n'attend pas.


En lieu et place du temple du Capricorne, il n'y avait plus qu'un croisement de chemins envahis par les ronces, avec au centre un étrange autel couvert de bas-reliefs certes abîmés par le temps, mais toujours lisibles. Sur l'une des sculptures, un immense serpent semblait tournoyer autour de la terre. Sur l'autre, il sortait de ses abîmes océaniques pour attaquer la terre et affronter son ennemi de toujours, Thor, le dieu au marteau invincible.

Quatre armures d'un ton pourpre entouraient cet autel : le lion, le scorpion, la balance et le capricorne. Elles avaient rejoint l'autel et désormais, elles ne bougeaient plus. Seul un spectateur averti savait qu'elles étaient en train de se vider de leurs forces au profit d'une présence souterraine aussi effrayante qu'elle était invisible. Déjà des fissures parcouraient les pièces métalliques des sombres protections. Leurs morts ou plutôt leur entière absorption par le vampire n'était plus qu'une question de minutes.

Faibles, mais pourtant encore alertes, elles se tenaient prêtes à attaquer quiconque approcherait.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Maître des fessées déculotées
Maître des fessées déculotées
avatar


Messages : 87
Date d'inscription : 07/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
15/50  (15/50)
Faction: berzerkers

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Jeu 25 Fév - 1:06

« Nous faisons tous partie d'une pièce de théâtre et sommes des marionnettes entre les mains des Dieux »
Le Grand final !



Arès attendit pour pouvoir passer la maison du sagittaire et rejoindre les racines du mal dans la maison du capricorne. Ce qui était bien avec la reproduction que Loki avait faite du sanctuaire, était que tous les détails étaient représentés, Arès avait donc le temps de pouvoir étudier le plan du sanctuaire à taille réelle.

Il resta dans l'ombre de la maison du capricorne regardant se qui se tramait, les armures qui ressemblaient à présent à des surplis. Il entra le premier dans la maison et demanda la présence de Loki.

« Loki... Alors quel est ton plan ? Entre dieu nous pouvons parler même si je ne t'estime pas comme un vrai et grand dieu en comparaison à Odin... Mais je sens que tes dessins peuvent être fortement intéressants. Et tu ne pourras pas me tromper et tu le sais. Et puis il n'y a pas encore les saints d'Athéna... »


Le Dieu de la guerre caressa du bout de la paume de ses mains les armures d'or qui ne brillaient plus. Il pu ressentir le combat intérieur que subissait ces âmes.



Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


HRP a écrit:
Je me suis permis de m'incruster ici. Si tu ne veux pas de mon intervention Mp et je retire ce petit morceau d'ici ^^ (pareillement pour Kanon si ça ne vous convient pas ou ce n'est pas dans vos plans n'hésitez pas à me le dire ! Je préfère que ce soit dit plutôt que de me laisser faire et ensuite que ça ne vous plaise pas ^^)
P.S. : Il vient pas pour combattre Loki pour le coup, mais comprendre se qui se passe etc etc comme Arès est sur terre depuis peu de temps Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Jeu 25 Fév - 20:30

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . . »
Le temps
n'attend pas.


Le dieu de la guerre avait suivi le sbire envoûté de Loki comme une ombre, ne se souciant pas du danger qu'il faisait courir à sa forme incarnée. Loki n'en était pas tellement étonné, car il avait eu l'occasion de côtoyer l'atler-ego du dieu de la guerre, Thor, cet être tellement téméraire et stupide à la fois. Arès n'y était pas allé par quatre chemins et ne s'embarassait pas de diplomatie : il avait avoué qu'il n'était pas l'allié d'Athéna, et qu'il n'estimait pas son interlocuteur. Sur les lèvres du guerrier divin possédé par Loki se dessina un petit sourire narquois.

" Je suis surpris de voir qu'un grand guerrier tel que toi s'intéresse à un champ de bataille aussi modeste que celui-ci. Je ne suis cependant pas d'accord avec ta façon de voir les choses : à t'entendre la grandeur des dieux est quelque chose d'immuable. Mais il en est comme beaucoup de choses dans ce monde : leur grandeur peut toujours croître mais finit par dépérir. Tu ne me crois pas ? Pense à tes ancêtres, les protogones et les titans. Qui s'en soucie aujourd'hui ? "

" Odin est sur le déclin, il est devenu silencieux et inutile. J'ai l'intention d'accélérer la succession. "


Il avait lancé cette déclaration avec autant de naturel que s'il avait parlé d'aller faire un pique-nique.

Sur l'autel, l'animal de compagnie de Loki, une couleuvre d'une taille gigantesque mais d'apparence assez inoffensive, était montée et se lovait en cercles paresseux. Une expression satisfaite flottait sur le visage de Loki. Il était désormais pratiquement certain de sa victoire. Les saints n'étaient pas loin, mais le temps leur manquait, et il n'était pas sûr qu'ils aient l'énergie suffisante pour réussir à détruire les armures avant qu'elles ne soient absorbées par le serpent. D'ailleurs, ils tenaient tellement à ces fétiches que l'idée ne leur viendrait même pas à l'esprit.

Bien sûr, sur les douze armures, il n'avait réussi qu'à en pervertir quatre. Mais pour ce qu'il avait à faire, après toute l'énergie qu'il avait volée ici et là, c'était plus que suffisant. L'animal une fois réveillé était un challenge pour un dieu.

" Le serpent cosmique Jörmungand est sur le point de se réveiller, nourri par les armures d'or que j'ai converties à ma cause. Je pourrais le contrôler et lancer un assaut sur le palais de Polaris et prendre ainsi le pouvoir sur ce Royaume. Tu veux la fin de l'armée d'Athéna ? Regarde comme leurs armures vont se sacrifier pour ma cause, et comment Jörmungand ne fera qu'une bouchée des naïfs qui ont cru pouvoir m'arrêter. "

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Maître des fessées déculotées
Maître des fessées déculotées
avatar


Messages : 87
Date d'inscription : 07/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
15/50  (15/50)
Faction: berzerkers

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Ven 26 Fév - 0:13

« Nous faisons tous partie d'une pièce de théâtre et sommes des marionnettes entre les mains des Dieux »
This is the end !


Alors qu'Arès écoutait les belles paroles de Loki et feint de les boires comme une bible pour des moines alors qu'il continuait de toucher les pauvres armures qui souffraient.

« Tu as fais un beau travail en tout cas... Et pour répondre à ton affirmation, la grandeur d'un Dieu se mesure par ses actes et sa manière de les faire. Regarde par exemple les Dieux comme Zeus ou bien Odin. Ils sont peux présent sur Terre, mais ils sont adorés, adulés, priés. Pourquoi ? La raison est simple, ce sont des dieux justes, des dieux respectueux, des dieux aimant. »

Il fallait croire que le dieu de la guerre aimait les monologues et parler avec Loki était intéressant, même si irritant.

Un magnifique sourire colgate s'afficha sur la figure d'Arès alors que son adrénaline commençait à remonter. Son souffle s'intensifia au point que ses narines étaient dilatées au maximum. Arès riait alors qu'il regardait le guerrier divin dont Loki avait prit le contrôle pour lui répondre.

« Et bla bla bla et bla bla bla... Ce qui m'énerve chez vous les divinité de second rang c'est cette manie à toujours penser que vous allez réussir à gagner... Alors que non vous perdez. Et je vais te dire pourquoi car là tu dois te dire ''Mais qu'est-ce qu'il raconte le résidu de merde devant moi le Dieu Loki ! Dieu des bâtards et des enculés''. Donc garde tes oreilles grandes ouvertes car même si je ne suis pas du tout en adéquation avec les méthodes de ma petite sœur... J'ai le même idéal, et toi tu gâche cet idéal, alors arrête de faire ta poule mouillée et montre toi au lieu de te cacher Loki, dieu des couards. »


Il savait que son corps humain ne pourrait pas résister correctement à un combat contre un Dieu il fallait donc gagner du temps et mettre en rogne Loki pour qu'il se montre.

« Hey et si je te disais que là, tout de suite, maintenant je vais m'allier aux troupes de ma sœur pour te voir toi regretter tous tes plans. Car bon tu es un Dieu très intelligent, fourbe, malin, donc un couard de premier ordre... hum … je crois que je radote ?! Allez montre moi ta frimousse. Si tu veux être le dieu dont tu parles, ce ne sera pas en restant cacher derrière un guerrier divin de pacotille... »


Sur ces mots il mit un magistral coup de lance dans le guerrier divin... illusion ou réalité ? En tout cas se qui permettait à Loki de parler était tout simplement disloqué par la puissance de l'arme.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanon
Pastille pour lave-linge, Kanon.
Pastille pour lave-linge, Kanon.
avatar


Messages : 673
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 35
Localisation : En enfer <3

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
42/50  (42/50)
Faction: saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Ven 26 Fév - 12:52

Spoiler:
 

L’armure d’or du sagittaire avait été réduite en poussière. Il n’y avait plus rien dans son champ de vision.Tout autour de lui, les murs perdaient leur caractère grecque et se recouvraient d'ornements nordique. Loki cessait enfin ses simagrées et laissait apparaitre la réalité. Kanon rebaissa la tête et regarda le sol où les fissures des dalles laissait apparaitre les ronces brulées qui avaient drainé l’énergie du sagittaire. Le chevalier ne pouvait pas bouger. Tous ses muscles étaient tétanisés. Il se concentrait sur chaque respiration pour qu’elle soit suffisamment efficace afin qu’il puisse absorber assez d’oxygène. Oublier sa souffrance, respirer bouger, aller de l’avant… oublier, respirer, bouger, aller. Il répétait sans cesse ces mots pour garder un objectif. Petit à petit il effectuait chacune des étapes nécessaires pour remettre son organisme en mouvement.

Il ruminait les dernières paroles du sagittaire. Évidement, il savait qu’il n’était pas quelqu’un que l’on aurait définit comme fondamentalement « bon ». Mais qui pouvait l’être au final ? Tout le monde commettait un jour au l’autre une action qui blessait et faisait du mal à un autre être vivant. Même l’ordre naturel des choses était cruel. A partir de là, pouvait-on vraiment se préoccuper de l’intérêt d’une notion de bien ou de mal ? Et pourtant Athéna en était si persuadée. Même si ses guerres avaient provoqué tant de tristesse et de mort, à chaque fois elles avaient permit à des millions de personnes de continuer à vivre dans le bonheur et l’insouciance et à garder une chance d’être heureux. Il avait peut-être trahi de nombreuse fois mais aujourd’hui il était prêt à mettre sa vie en jeu pour aider sa déesse dans son combat sans fin pour protéger les hommes. Après tout c’était le devoir des puissants de se sacrifier plus que les autres pour faire tourner le monde. Sinon il n’y avait pas d’intérêt à avoir du pouvoir. L’espace d’un instant il ressenti à nouveau la sensation d’extase lorsqu’il avait saisi le trident de Poseidon… Et pourtant développer sa puissance personnelle était aussi tellement agréable.

Alors qu’il reprenait ses esprits, il senti vaguement un cosmos l’effleurer, qui passait tout proche. Un cosmos écrasant de puissance, sauvage emplit de fierté et de désir de sang et de combat. Il tourna la tête vers l’entrée du temple mais l’entité était déjà loin et échappa à son champ de vision. Ce cosmos lui rappelait quelque chose, en plus d’être extrêmement inquiétant de par sa présence.

Le chevalier secoua la tête, grimaçant sous le mécontentement de ses muscles. Avancer, toujours et encore, il n’était plus temps de rester statique. N’ayant aucun moyen de se soigner sur place, il préféra laisser les flèches qui le transperçaient où elles étaient plutôt que de les retirer et de risquer l’hémorragie. De plus il préférait éviter de donner d’avantage de son sang à son armure maudite. Elle le démangeait étrangement au niveau de ses blessures. Il regarda son épaule et ce qu’il vit le laissa perplexe. Des filaments de métal tentaient de s’incruster dans la blessure comme autant de petits tentacules, pour aller se gorger de son sang. Les filament tapotaient doucement autour de la plaie et tentaient de s’incruster entre la peau et la flèche absorbant toute goutte de sang au passage. Kanon était plus intrigué que choqué par le phénomène, trouvant amusant la soif de l’armure pour le fluide qui parcourait ses veines. Il se demandait bien ce que Myrdhinn pourrait en dire si elle l’étudiait un jour.

Cessant son observation, il força son corps à avancer. Ses nerfs semblèrent exploser sous l’impact de son pied avec le sol. Choisissant de ne pas réagir à la douleur, Kanon décida de rester positif. Après tout ce qui le faisait tant souffrir n’était que quelques signaux électriques envoyés par son faible corps pour protester contre son utilisation intempestive. Le principal s’était qu’il pouvait bouger, voir semblait-il, marcher. Se dirigeant à la vitesse d’un escargot bourré, le saint se dirigea vers les escaliers à la suite du cosmos qu’il avait suivit. De toute façon redescendre était hors de question. La réponse avait toujours attendue les chevaliers au sommet du sanctuaire.

Spoiler:
 

Alors qu’il sortait de la salle principale du sanctuaire, une petite voix murmura dans sa tête :

" Nos âmes sont immortelles ... Ne laissez pas le mal les absorber vivantes. "

C’était si faible ! Tout d’abord il pensa avoir été victime d’une hallucination auditive, avec la forme physique qu’il avait encore aujourd’hui, il n’aurait pas été étonné si tout le sanctuaire lui avait soudain hurlé dans les oreilles. Mais en regardant autour de lui, il vit poser sur son épaulette une seule et unique plume d’or. Le chevalier la saisie entre ses doigts et observa les détails finalement ciselés. Puis sans répondre à sa supplique, il la coinça dans son armure, tout contre son cœur.

Plus le saint marchait vers là où aurait dût se situer le temple du capricorne plus les ronces venaient entraver son chemin. Un peu plus et Aphrodite aurait été jaloux de la profusion végétal qui n’était pas sans rappeler ses propres chemins couverts de roses. Le chevalier arrivait sur un espace dégagé au centre duquel se trouvait un autel couvert de bas reliefs semblant venté les mérites d’un gigantesque serpent. Mais quelque chose intéressa bien d’avantage Kanon. Autour de l’autel lévitaient quatre armures d’or complètement imprégnées du pouvoir de Loki. Elles étaient craquelées mais raisonnaient de malveillance et de vigilance. Et à côté d’elle se tenait Cephée… Enfin celui qui s’était fait passer pour le chevalier aux chaînes. Au vu de son discours, on ne pouvait pas s’y tromper. Arès était venu leur rendre une petite visite. D’ailleurs il racontait plein de choses très intéressantes. Apparemment la couardise de Loki ne plaisait guère à au dieu de la guerre. Il n’avait pas l’air d’apprécier grandement Athéna aussi mais apparemment n’avaient pas l’intension d’entraver leur route. C’était la seule chose qui importait au gémeau pour l’instant.
Kanon se redressa. Il fit attention à relâcher ses muscles et de se mettre dans une position qui ne laissait pas supposer les multiples blessures par lesquelles il avait été frappé. Après tout il était lui aussi un maître pour jouer la comédie et créer des illusions. Il posa donc un sourire satisfait sur ses lèvres et pénétra au cœur de la pièce.

« Navré d’interrompre vos discussions au sommet mais j’ai quelques armures à détruire ici.
Écarte-toi d’elles dieu de la guerre ! »
Contre sa poitrine, la plume d’or se réchauffa pour quelques instants en guise d’acquiescement.

Le gémeau s’approcha de l’autel observant chaque détail des armures. Quand il ne fût plus qu’à une dizaine de mètres cependant, ces dernières se remirent en mouvement. Elles s’écartèrent de l’autel et vinrent se placer en rand d’oignon entre la pierre et le chevalier d’Athéna.

« Quatre pour moi, ce n’est que trop d’honneur. Mais ça ne me dérange pas de vous prendre toutes en même temps les filles. »

Des voix chuintantes s’élevèrent du métal.

« Le traitre, c’est le traitre, tuons le, tuons le »

Un tourbillon d’énergie se forma autour d’elles et elles se divisèrent en leurs différentes parties dans une explosion pour venir recouvrir le corps d’un ombre sombre qui avait la silhouette de leurs derniers porteurs. L’ombre portant l’armure du lion pointa Kanon du doigt avant de hurler :

« Retourne en enfer traitre ! »

Hé bien on y était. Pour venir à bout de tout ce beau monde il allait une nouvelle fois falloir que le gémeau utilise sa pleine puissance. Il serra le point. Dans l’état actuel des choses, il était fort peu probable qu’il y survive… Mais il repensa à la douceur d’Athéna qui l’avait effleurée quelques minutes au paravent. Finalement il s’en fichait. Plongeant dans l’univers, Kanon fit bruler son cosmos à son paroxysme. Alors que l’armure de némésis se réveillait une nouvelle fois, il vit devant lui les ombres prendre une position qu’il connaissait bien. Le capricorne et le scorpion entouraient le lion. La balance, elle se tenait derrière eux mais semblait prête à communiquer sa puissance à leur attaque. Kanon éclata de rire et s’apprêta à recevoir l’Athéna exclamation des armures maudites de plein fouet. Une belle fin pour un renégat, tué par une attaque renégate faite par des armures maudites. Tandis que la puissance de l’univers se concentrait autour d’eux, il sentit son corps trembler de toute part. Il était à un point ou il ne ressentait même plus la douleur, prêt à donner tout ce qu’il avait dans cette attaque. Enfin il se senti prêt et vit qu’il en était de même pour ses opposants.

« GALAXIAN EXPLOSION !! »


« ATHENA EXCLAMATION !!»


Les deux traits de lumières restèrent suspendus dans un immense rayon blanc entre le groupe et le Saint. Les secondes passèrent, insoutenables mais bientôt les forces de Kanon arrivèrent à leur ultime limite. Dans un flash aveuglant, sa conscience lui échappa et il tomba dans les ténèbres.

HRP : Ceci étant fait, voici venue l’heure des consignes :

Myrdh toujours out chez la vierge, tu ne peux participer à cette partie du scénario

Hakon, je laisse Loki te dire quand tu pourras intégrer cette partie de l’event

Arès tu n’as pas le droit de participer à la défense ni à l’attaque contre les armures maudites jusqu’à avis contraire des MJ

Camus et Almas vous passez par le ‘temple’ du capricorne juste à l’instant où Kanon et les armures lancent leur attaques. A vous de voir si vous aidez Kanon ou le laissez se démerder. Dans tous les cas, il recevra les dégâts de l’attaque des armures maudites de façon plus ou moins violente selon votre participation et ne pourra vous aider pour votre combat. Vous bénéficiez de l’effet de surprise sur les armures maudites grâce à son action. Après leur Athéna exclamation, celles-ci se tournent vers vous et vous attaquent avec les capacités de leurs anciens porteurs. Leur puissance est un peu moins importante ceci dit et elles sont dans un état de dégradation avancée.

Je rappel que Camus ne peut pas attaquer à ce tour. Rien n’empêche qu’il défende par contre.

Vous avez deux tours pour venir à bout des armures maudites.
Ordre de poste après Kanon : Almas / Camus / Ares / MJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Sam 27 Fév - 8:48


Nous arrivons désormais au temple du Capricorne après avoir descendu les quelques marches nous séparant du temple du Verseau. Je m'étais placée en première ligne pour permettre à Camus de continuer à reprendre des forces. En ayant franchis les dernières marches, j'eu un mauvais pré-sentiment qui m'envahi et qui me fit frisonner. Je n'arrivais pas à croire ce qui se passait, j'étais prise par la stupeur de la situation. Les cosmos grondaient tellement en ce lieux, il y avait tellement d'inconnus. Les seuls cosmos que je connaissais ou qu'il m'était possible de reconnaître sans trop d'hésitation furent ceux de Loki, Arès ? ce puissant cosmos maléfique mais guerrier, et surtout... Kanon ! Et puis en nous enfonçant plus profondément dans le temple, je me suis stoppée nette dans mon élan en profitant pour mettre un bras pour arrêter Camus dans le même temps tendant mon doigt pour montrer un autel trônant en plein milieu du temple, des ronces étrangement grosses jonchaient le sol et entouraient l'autel.

"Je sais pas toi mais moi je le sens pas...je n'ai dût mal à reconnaître qu'un cosmos, peut-être est-ce celui d'Arès ? Cela me semble logique..."

Mon regard se figea sur une créature placée sur l'une des statues à proximité de l'autel du capricorne, des frissons traversèrent mon corps tout entier. Levant mes prunelles vers le serpent géant, mon visage se crispa presque en une minute. Je fis un sourire béat au serpent lorsque soudainement il y eut une grande force cosmique qui s'entrechoquai, je sentais que Kanon n'était pas loin. Il semblait très affaibli lui aussi ! Les quatre armures restantes semblaient avoir changées, la magnifique couleur dorée avait laissée place à un ton pourpre, attristant mon regard. Quelque chose, une dose de cosmos, une pression dans l'atmosphère, je fis soudainement brûler mon cosmos au dernier moment en sentant tout ça se rapprocher dangereusement de Camus et de moi. Je voulais créer une barrière de parfum qui s'éleva peu à peu dans la pièce. Faisant signe à Camus de ne pas respirer un bref instant, levant les bras devant nous, j'essayai de limiter les dégâts des explosions de cosmos, et bientôt une barrière vint m'entourer.

Pourtant, la décharge cosmique que l'on recevait était immense, phénoménale. On aurait dit une énergie du vide, une énergie éternelle, qui refusait de céder. Une énergie condensée qui faisait écho en un seul point. Moi par contre je sentais que cette énergie déferlée dans toute la pièce me faisait reculée, heureusement que j'avais une protection Gold restaurée avec mon propre sang, désormais j'aurai littéralement été balayée à l'autre bout du temple dans le cas contraire. Là, je fus juste projetée un peu beaucoup, genre une vingtaine de mètres derrière Camus, je ne pus même pas me mouvoir durant ma valse pour retomber correctement. Tout mon corps souffrit presque immédiatement. Un filet de sang sortie de ma bouche, et de mes épaules. Je toussais prenant appuie sur mes genoux et mains pour essayer de me relever, ayant du mal à me remettre de cette adrénaline de cosmos. Quatre cosmos si profondément ténébreux, franchement je ne savais pas comment m'y prendre là.

Je n'aurai jamais cru qu'un jour, les armures d'or se retourneraient contre nous. La tension et la pression atmosphérique sembla se reposer petit à petit. Pourtant, les quatre armures d'or étaient toujours là, des silhouettes que je connaissais pas, dont je ne connaissais pas la puissance semblaient avoir écrasée Kanon. Mon cosmos se remit à brûler, et jailli tout autour de moi, dans une vague de parfum dorée,  j'observais les armures, et elles semblaient avoir un ordre précis. J'arrivais à reconnaître certaines armures :

"Capricorne... Lion ?... l'avant dernière et la dernière ?... par contre... tu as une idée Camus ?" Fis-je faiblement vers le saint du Verseau tentant d'analyser la situation qui n'était clairement pas à notre avantage. "Camus ?" répétais-je inquiète, j'espérai qu'il allait bien.

La dernière armure tout comme l'avant dernière, je ne les connaissaient tout simplement pas, cela pouvait sembler bizarre pour un gold saint, mais je venais juste d'être promue, et je n'avais jamais rencontré les précédents porteurs, Aphrodite ne m'avait pas vraiment donné de cours dessus, Shiva quant à lui avait essayé de m'expliquer leurs formes en détails, mais j'avais dût sauter une étape ce jour-là. Il y eut un flash aveuglant, le réflexe que j'eu fut de fermer les yeux. Mon armure était plus lourde qu'avant, surement parce que j'étais encore engourdie, par la puissance qui fut dégagée par les deux puissances. Ma vision se troublai, le sang coulait entre les points sensible de mon armure.

Néanmoins, je profitais de l'effet de surprise pour encore brûler mon cosmos, essayant de faire en sorte qu'il n'empiète pas dans l'espace vital de Camus, même si cela m'était un peu difficile de contrôler ce poison.

"Royal Demon Rose !"

J'avais quand même essayé d'envoyer une dizaine de roses volèrent vers les armures qui arrivèrent comme des petits faisceaux lumineux comme pour contrer leurs attaques, cependant, elles furent toutes renvoyés vers le sol dont certaines vers moi, je réussi à les esquiver même si une dernière parvint à me toucher. Cela n'avait aucune importance, mais là... je tourne la tête vers le saint du verseau, je ne savais pas quoi faire, ré-attaquer encore ? Rester dans cette position de défense que je venais de prendre pour esquiver à temps les attaques de nos chères armures ? Je secouais la tête. Je devais me battre, alors je m'avançais à vive allure vers les armures, je voulais voir ce que nous pouvions faire, je ne m'attendais pas à grand-chose, en fait mais essayer valait mieux que rien non ?

Ses ombres qui étaient là, ne me disaient rien de bon, de plus je n'arrivai pas à percevoir l'endroit ou se trouvait Kanon.

"Je m'occupe de ces armures, sauf si tu te sens capable de m'aider, j'aimerai bien savoir ce qu'il est arrivé à Kanon aussi ! tu voudrais pas aller voir ?" Fis-je en hurlant dans sa direction tout en continuant ma course vers les armures.  
Revenir en haut Aller en bas
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Sam 27 Fév - 15:19

Une heure, cela faisait bien une heure que Camus avait commencé à se reposer. Même si c'était surement loin d'être suffisant pour être totalement remis, il avait au moins repris quelques forces, et pour un chevalier d'or, quelques forces pouvaient changer la donne pour remporter une bataille. Seiya et les autres avaient grimpé sans relâche toutes les marches du Sanctuaire avant d'affronter Saga et ils s'en étaient sortis sans avoir vraiment pris de repos, alors pour les chevaliers d'or, il fallait espérer qu'ils seraient à la hauteur de la jeune génération.

Marchant aux côtés d'Almas sans être trop proche non plus à cause du poison qu'elle pouvait dégager, il se concentrait sur le cosmos, ou plutôt les cosmos qui grandissaient dans le temple du Capricorne

«Il y a déjà du monde dans ce temple... et ce ne sont pas des illusions.» les cosmos étaient trop puissants pour ça... il reconnaissait celui de Loki qu'il avait brièvement perçu en arrivant, il ne connaissait pas l'autre bien qu'il lui était quelque peu familier sans savoir d'où ça lui venait, mais peu importe, le dernier cosmos qui lui paraissait réel était celui de Kanon, et celui-ci paraissait être aussi faible que le sien.

Au moment où ils arrivèrent, un étrange spectacle se dessinait devant eux. Si Almas avança rapidement pour dégager son poison, lui resta en retrait pour bien analyser la situation. Un serpent géant, les armures particulièrement mal en point, surement sur le point de se briser si l'on ne faisait rien... ces armures étaient portées par des ombres, mais les filaments pourpres, comme ceux qui avaient tenté de consumer sa propre armure, étaient encore là, preuve que Kanon n'avait pas eu le temps de s'en défaire avant que les ombres ne prennent possession des armures pour s'attaquer à lui.

Il s'écarta pour ne pas être dans le champs d'action des Poissons, trois armures avaient adopté une posture qu'il connaissait bien pour l'avoir lui-même adoptée quelques années plus tôt, et même s'il était probable que Loki ne puisse reproduire exactement l'Athena Exclamation dans toute sa puissance, vu son état, il était peu probable que Kanon s'en sorte indemne!

Au moment où le chevalier des Gémeaux lança sa propre attaque pour contrer celle des ombres, Camus concentra tout le cosmos dont il disposait pour dresser un mur de glace juste devant le frère maudit, dans le but d'encaisser le plus de dégâts possibles! Il aurait surement du dresser ce mur devant lui, car le souffle de l'explosion les projeta tous les deux, Almas et lui, bien en arrière, contre les murs du temples! Heureusement qu'ils avaient récupéré des armures presque intactes grace à leur propre sang versé, les dégâts auraient pu être bien plus graves!

Le jeune homme avait failli perdre conscience mais se redressa, ramenant une main sur sa tête, la blessure à sa tempe s'était réouverte sous le choc, il usa de son cosmos gelé pour la refermer, ce qui allait surement créer une cicatrice un peu plus visible mais tant pis... son visage gardait les traces du sang qu'il ne pouvait voir, la question était surtout de savoir si Kanon s'en était sorti... il fallait maintenant briser le lien qui reliait les armures à... aux ronces? au serpent? difficile à dire vu d'ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Maître des fessées déculotées
Maître des fessées déculotées
avatar


Messages : 87
Date d'inscription : 07/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
15/50  (15/50)
Faction: berzerkers

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Dim 28 Fév - 1:02

« Nous faisons tous partie d'une pièce de théâtre et sommes des marionnettes entre les mains des Dieux »
Le Grand final !

Musique:
 

Le Dieu de la guerre lançait toujours son regard remplit de violence sur le morceau de viande qu'était l'humain qui parlait au nom de Loki. Il n'y eut aucune réaction jusqu’au moment où le dénommé Kanon vint interrompre se qui ressemblait plus à un monologue qu'une discutions. Il donna même l'ordre au Dieu de la guerre de s'écarter. Ce dernier était surprit par la détermination du saint et en même temps cela lui plaisait et promettait un beau combat. Il fit une tape sur l'épaule du gold et avec un sourire en coin et satisfait de se qui allait se passer se mit aux première loges pour regarder le spectacle.

Mais tout ne se passa pas vraiment comme prévu et le combat tourna très rapidement à l'avantage de se qui pouvait plus ressembler à des surplis qu'à des armures d'or. Kanon s'écroula et le dieu repéra dans l'armure du saint comme une différence, en effet cette dernière drainait l'énergie cosmique du saint comme une sangsue pour se réparer, normalement s'était le sang qui pouvait les réparer et même Héphaïstos, son frère avait fait en sorte que les gold cloths soient assez résistantes pour se régénérer en grande partie toute seule. L'énergie qu'avait dégagé les deux attaques en même temps avaient ébranlés la structure créé par Loki pour la petite fête et Arès profita d'un moment d'accalmie alors que d'autres cosmos d'orées venaient dans leur direction pour aller récupérer Kanon sur le champ de bataille.

Il alla prendre le corps inerte sur ses épaules, il pouvait sentir sa respiration même si ses blessures devaient être profondes et multiples. Pourtant le sang ne coulait pas des articulations de l'armure. Elle drainait tant de chose cette armure des gémeaux ? Se dit il alors qu'il emmenait le corps hors combat. Même si le Dieu de la guerre ne pouvait pas supporter sa sœur même en photo il rendait hommage et honneur à tout guerrier se battant dignement.

Se qu'Arès n'avait pas remarqué c'était l'apparition des deux autres golds alors qu'il avait Kanon sur l'épaule comme un sac à patates. D'ailleurs ils étaient tout autant en mauvais état. Les yeux rouges d'Arès roulèrent et un soupir d’exaspération se fit entendre. Dans l'Athéna Exclamation, ou enfin se qui y ressemblait, il n'avait pas remarqué les cosmos des deux et encore moins leurs techniques. Une erreur qu'il jugea impardonnable et qu'il savait dangereuse si s'était lui en plein combat.

Il posa alors Kanon vers ses camarades et se retourna pour applaudir, ses mains frappèrent lourdement et lentement une dans l'autre.

« Eh bien... les soldats de ma sœurette bien aimée -on sentait toute l'ironie- sont bien faiblards... Même si je dois admettre qu'ils sont très courageux... »

Il se posa contre un colonnade fit tourner sa lance comme un amusement avant de frapper trois fois le sol avec le cul de la lance. Trois déflagrations de cosmos vinrent terminer le travail qu'avait entamé sûrement inconsciemment les golds saint, de détruire l'illusion de Loki. En effet toute l'énergie libérée avait quasi fait disparaître l'illusion du temple le Dieu fini le travail pour voir de ses yeux Loki.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Dim 28 Fév - 14:48

Post des MJs



A la suite dans l'ordre : Kanon, Almas, Camus, Arès, MJ



MJisation de la part de Loki à l'adresse d'Arèssounet

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . .  »
Le temps
n'attend pas.
La carcasse interte du guerrier divin était tombée dans les débris du temple. Il semblait mort, et le contraire aurait été étonnant après le coup de lance qui l'avait transpercé de part en part. Une chance pour lui, il n'avait pas été le témoin de cette technique maudite et dévastatrice qu'est l'Athena Exclamation, que les dieux auraient été miséricordieux pour le salut des mortels de sceller à tout jamais.

Pourtant, alors que Arès se tournait vers les chevaliers qui intervenaient et se battaient à nouveau contre les armures, malgré leurs blessures et leur état d'épuisement alarmant, l'étincelle de vie qui subsistait encore dans la poitrine du guerrier divin se ralluma silencieusement comme la flamme d'une bougie qui semblait s'être éteint et qui se remet à brûler. Une main convulsivement placée sur sa plaie béante, une traînée de sang noir coulant du coin de ses lèvres, le guerrier divin s'était relevé malgré la souffrance inhumaine, et prêtait son corps à son dieu, pour la toute dernière fois. Sa voix était trop faible pour qu'il s'en serve, alors c'est la voix du divin illusionniste, sa véritable voix, qui éclata de sa bouche.

" ARES ! DIEU DE LA NAÎVETE ET DE LA BRUTALITE STUPIDE ! Que s'est-il donc passé dans ce crâne épais qui abrite le peu de matière grise que tu possèdes ? ! Tu as failli tuer mon hôte ! "

La voix du dieu, en plus d'avoir un timbre horrible bien assorti à sa nature démoniaque, tirait dans les notes aigües, comme s'il était en pleine crise de nerfs. C'était bien le cas et Loki avait toutes les raisons d'être furieux : non seulement ce bellâtre prétentieux lui avait manqué de respect en massacrant son envoyé, mais en plus, il lui avait fait un mal de chien ! Cela faisait des siècles que Loki n'avait plus fait l'expérience horrible de se trouver par possession dans la peau d'un humain qui fait l'expérience brutale et traumatisante de la mort. Il allait en être malade pendant des semaines.

Le corps du guerrier divin se mouveait tantôt mollement, tantôt par saccades, comme manipulé par un marionnettiste ivre. Au-dessus de lui se dessina la présence de Loki dans une image fantômatique. Ses yeux pourpres louchaient sur le dieu de la guerre comme deux braises ardentes, sa bouche grimaçante tordait son visage de goupil famélique. Le doigt du guerrier divin désigna d'un geste accusateur son ennemi.

" Tu décides toi aussi de t'opposer à moi ? Très bien ! Alors tu payeras avec les chevaliers d'or ! Pourquoi crois-tu que je ne suis pas présent auprès de cet autel ? Parce que le seul risque  que j'y encours est de taille : si les saints parviennent à détruire les armures avant que Jörmungand se réveille, je n'aurais aucun contrôle sur lui. "

" Si tu avais pris la peine de te renseigner sur les fléaux nordiques décrits dans les prophéties, tu saurais qu'ils sont plus féroces et plus dangereux que les dieux. Mais vous êtes tous morts ! Quoiqu'il arrive, Jörmungand va tous vous dévorer sur son passage et prolongera son festin à travers le monde jusqu'à ce qu'il n'ait plus d'appétit. Et voilà quelle sera votre récompense pour avoir voulu défendre ces prétendus Amour et Justice, fous que vous êtes ! "


Et le dieu partit d'un rire hystérique avant de concentrer son pouvoir dans les yeux blancs de son hôte à l'agonie où se distingua l'espace d'un instant le cercle rouge d'une éclipse. L'image d'Arès s'y reflèta capturée, et le dieu se retrouva ligoté par l'attaque psychique. Avec une haine bestiale, Loki tentait de l'étrangler. A travers les nerfs du guerrier divin à l'agonie, il souffrait le martyr, mais sa colère était telle qu'il lui était impossible de renoncer à la vengeance.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia



Spoiler:
 

HRP : Allez Arès, tu as le droit ce tour-ci de combattre pour te libérer du regard noir, et d'achever le guerrier possédé par Loki ou de donner un coup de main aux saints qui sont un peu au bout du rouleau là.    Wink

________

MJisation de la part d'Athéna pour ses deux goldies chéris


Lorsqu’elles virent les deux Gold Saint entrer dans la place les silhouettes portant les armures maudites reprirent immédiatement leur garde. Elles se placèrent les unes à côté des autres en rang serré. L’armure de la balance c’était placée au centre du groupe, à côté d’elle se tenait le lion. Elles étaient toutes deux encadrées par le scorpion et le capricorne. Les quatre ombres eurent tout d’abord un mouvement de recul comme surprises par la vision de deux nouveaux protagonistes. Mais ceux-ci ne les ayant pas directement attaqués, elles reprirent bien vite une posture plus agressive. Le dieu de la guerre ne s’était pas opposé à elle-même s’il avait écarté leur dernière victime. Il semblait se satisfaire de regarder ce qui arrangeait très bien les armures maudites. Elles commençaient à s’effriter, d’autant que l’Athéna exclamation leur avait demandé une grande quantité de cosmos. Mais leur haine des chevaliers d’Athéna, leur désespoir face à cet univers dans lequel combat, tristesse et malheur n’était qu’une répétition sans fin leur donnait une force qui les maintenait debout.

Elles avaient soif du sang des chevaliers et non seulement en tant qu’armure mais pour rependre leurs tripes au sol et se venger avec délectation de l’esclavage forcé auquel elles avaient été soumises. Alors que les chevaliers semblaient se concerter avec le dieu au dessus du corps inanimé de leur compagnon, les silhouettes recouvertes du métal rutilant d’un beau bordeaux foncé s’avancèrent ensemble vers le petit groupe.

A ce moment, celle qui portait l’armure du poisson, cette traitresse qui n’avait même pas succombée au poison de leur nouveau maître,  releva la tête et couru vers elles comme une furie. Bougeant comme une seule entité, les armures maudites ouvrirent leur rang pour accueillir la Gold Saint au cœur d’un cercle qui se referma autour de la jeune femme. Elles entourèrent Almas et se mirent à tourner autour d’elle comme un prédateur autour de leur proie. Elles se délectaient déjà des tourments aux quels elles allaient soumettre la jeune femme. Les autres Saints ? Les armures maudites les avaient  déjà oubliées, elles avaient leur cible. Du plus le dieu n’était pas contre elles, et les deux autres gold étaient tellement amochés qu’ils ne risquaient pas de se mettre sur leur chemin.  Petit à petit elles resserrent leur cercle autour du chevalier du poisson.

« Que penses-tu pouvoir faire contre 4 armures d’or éveillées par la volonté d’un dieu petite Sainte ? » L’armure de la balance parla et s’avança ensuite pour balancer un coup de poing dans le visage de la jeune femme.

«Les chevalier d’Athéna n’ont jamais su quand il était bon pour eux d’arrêter de jouer aux héro ! L’ancien abruti qui me portait en était le parfait exemple ! »
L’armure du scorpion attaqua dans le dos d’Almas, lui balançant un coup de coude entre les omoplates.

« Par mon tranchant je vais te purifier gamine. » D’une voix froide, l’armure du capricorne annonça cette phrase tout en essayant de faucher les jambes de le la sainte.

« AH AH AH AH Sent le désespoir et la peur enfler en toi petite fillette ! »
L’ombre portant l’armure du lion éclata de rire, s’avança vers Almas et lui plaça un uppercut d’une puissance impressionnante dans l’estomac.

« Assez jouer, finissons en avec elle. Pour la gloire de Loki, le dieu qui nous as délivré de nos chaines. »
 Dit la balance.

« Pour la gloire de notre dieu Loki ! »


répétèrent en cœur les armures maudites.


« Rozan Hyaku Ryû Ha »




« Scarlet Needle »




“Excalibur”




“Lightening Bolt”




Les quatre attaques fondirent des quatre directions cardinales sur la sainte du poisson.

HRP : Bien ! N’ayant pas attaqués les armures au tour précédent vous avez perdu l’effet de surprise. Almas tu gères tes esquives, parades ou dégâts des 3 attaques au corps à corps de la balance, scorpion et capricorne. Par contre tu as droit à l’uppercut du lion dans tous les cas. Bon courage pour me faire un joli rp pour tout ça et survivre à l’attaque combinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanon
Pastille pour lave-linge, Kanon.
Pastille pour lave-linge, Kanon.
avatar


Messages : 673
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 35
Localisation : En enfer <3

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
42/50  (42/50)
Faction: saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Dim 28 Fév - 18:23

Spoiler:
 

Kanon reprit conscience quand le dieu de la guerre le posa à terre. Il inspira une goulée d’air qui resta bloquée dans sa gorge quand son dos entra en contact avec le sol de pierre. La flèche qu’il avait fichée au dessus de ses reins se brisa sous son poids. Il eu l’impression qu’on avait engouffré un tourne vis à l’intérieur de son corps. Ses yeux papillonnèrent tendis qu’ils se rouvraient sur un plafond qui se perdait dans les ténèbres. Il avait froid, et chaud. Ses muscles étaient agités de spasmes. Au dessus de lui, il pu voir ses compagnons qui s’activaient. La main de Camus brilla alors qu’il la porta à sa tempe. Ce souffle glacé qui s’était placé entre lui et l’attaque des armures maudites, ça ne pouvait être que lui. Il avait vu le mur de glace exploser sous la puissance de l’énergie dégagée mais il avait arrêté une partie des dégâts. Il était certain que le verseau venait en ce jour de lui sauver la vie. Avec classe et son flegme habituel, le saint ne lui lançait même pas un regard alors qu’il se concentrait sur le combat à venir. Ainsi il semblait qu’il avait une dette de plus envers les chevaliers d’Athéna, chose que Kanon n’appréciait pas vraiment. Mais peut-être était ce ça que d’avoir des allier et des gens sur qui on peut s’appuyer et compter.

Il toussa et essaya de retrouver son souffle quand un pic de souffrance lui déchira la poitrine. Un filet de sang coula sur le côté de sa bouche. Ça n’en ferait qu’un peu plus pour son armure qui s’était déjà réparée malgré les dégâts qu’elle venait de subir à cause de l’Athéna exclamation. Mais à quoi cela pouvait-il bien lui servir puisqu’il ne pouvait plus bouger un orteil sans luter contre le coma qui voulait l’emporter entre ses griffes ?

Impuissant il vit du coin de l’œil la forme d’Almas s’élancer vers l’autel et les armures maudites. Almas ? Elle portait pourtant une armure aux reflets dorés. Mais il avait reconnu son cosmos, il n’avait pas à s’y tromper. Que s’était-il passé ?

Il voulu crier quelque chose mais les mots s’étouffèrent dans sa gorge. Sa langue était pâteuse et il n’arrivait pas à faire fonctionner ses cordes vocales. Seul un gargouillement indistinct sorti de ses lèvres accompagné d’une bulle de sang. Quand il vit que Camus allait lui aussi bouger, Kanon utilisa toute sa volonté pour forcer son bras à se mouvoir et à refermer sa main dans une poigne de fer sur la cheville du saint. Ce simple mouvement lui fit tourner la tête et voir 36 chandelles. Il ouvrit à nouveau la bouche et ânonna :

« Armures…souillées…Détruire…, il faut les détruire. »


Plissant les yeux, il inspira.

« Le sagittaire, sa volonté. »

Puis il relâcha l’étreinte autour de la cheville de Camus, eu la tête qui parti en arrière et mobilisa ses forces pour rester éveillé et ne pas sombrer dans le néant. Un combat gigantesque se déroulait peut-être autour de lui, mais le siens, celui qu’il allait mener pour rester en vie et forcer son cœur à battre temps après temps serait certainement aussi difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Dim 28 Fév - 21:24


Je continuais la course que j'avais élancée vers les armures, plus je les observaient, plus elles semblaient à des surplis, mais encore plus mortes. Elles semblaient abîmées et longées dans un profond désespoir. Je fis un sourire en sentant l'atmosphère se refroidir sous le cosmos du Verseau, Camus avait aidé Kanon en créant un immense mur de glace entre lui, Arès et les armures de ténèbres. Minute ? Arès ? Arès avait aidé Kanon ? j'avais du mal à y croire, la situation devenait compliquée à comprendre. Arès qui nous narguait, alors ça, fallait le voir pour le croire.  

Ouai, sauf que là, non, là non ! Je me vis très vite encerclée, les quatre armures tournoyaient autour de moi augmentant dangereusement leurs cosmos négatif. J'étais dans la merde ! De toute façon, je le sentais mal depuis le départ cette mission ! Elles se placèrent les uns à côté des autres en forme de cercle tout autour de moi. Elles m'avaient attrapées, j'étais prise au piège entre la Balance, Le Capricorne, Le Scorpion et le Lion ! Je me mise en position de défense sans réfléchir prête à encaisser les coups. Pendant que celles-ci ruminaient après la déesse de la sagesse et de ces guerres, je les observaient, elles semblaient de moins en moins résistantes, comme si on aspirait leurs énergies vitales.

Pourtant... elles vinrent très vites me démontrer le contraire ! Mais elles étaient pas sensées être de nôtre côté ? Elles avaient l'air tellement perverties ! J'avais tellement de mal à croire que je me faisais attaquer par les ombres des anciens. Je ne vis que trop tard, le cercle de sang qui venait de se renfermer autour de moi. Je ne quittais pas des yeux les armures, mais j'étais inquiète pour Camus et Kanon, mes camarades. Je ne pouvais vraiment rien faire à part supporter leurs fardeaux ? En voulaient-elles à mon armure de ne pas avoir écoutée Loki ? Ou m'en voulaient-elles à moi de ne pas les avoir aidées ? Je pris une grande inspiration, et répondi droit dans les yeux des quatre ombres autour de moi qui me tenait dans cette sorte de prison de sang.

"Vous étiez toutes de fières armures aux côtés d'Athéna ! Pourquoi avoir cédé sous l'emprise de Loki ? ou y'a-t-il quelque chose qui s'est passé durant l'ancienne génération qui ne vous as pas plus ?!" Demandai-je avec une voix qui ne demandait qu'une chose, que cela s'arrête. La pression des cosmos négatifs et ténébreux exercés sur moi était démentielle. Elles semblaient me rire au né, elles n'avaient rien à me dire. Elles se rapprochaient trop près de moi ! Pourtant, je sentais mon corps céder petit à petit. Mon cosmos lui augmentait, il brûlait encore, et m'entourait de sa vague de parfum dorée.

"je vous ferai changer ! je vous ramènerai ou je vous détruirai ! quitte à y laisser la vie !" Et comme pour me signifier que j'avais tord de parler ainsi, elles commencèrent chacune à m'attaquer. Ha... Haa.. je l'avais senti passer celui-là, mes omoplates en avaient pris un coup au niveau de mon coude gauche. Le scorpion devait sans doute être l'une des plus haineuses, pour traiter son ancien porteur d'abruti. Mon corps trembla et céda sous la suite me permettant de me rouler au sol à l'opposé du capricorne, évitant ainsi de peu à mes jambes d'y passer, bien que je vis mon armure égratigner. Heureusement que j'avais pu la régénérer avant le combat !

Je fis un immense crie de douleur, je tremblai de tout mon être, crachant du sang sur le sol. Je trouvai quand même le moyen de me relever en appuyant sur mes coudes et sur la pointe de mes talons dorés. Les poissons devint soudain une armure lourde, j'avais l'impression qu'elle se fissurait sous les coups combinés. Mon sang coulait un peu avant mes chevilles entraver l'armure et se rependait silencieusement sur le sol. Mon poison se répandait dans le même temps, et bouillonnait me faisant également très souffrir à l’intérieur de mon corps. Je n'eu pas le temps de dire ouf et de me redresser que le lion me percuta de plein fouet après avoir rigolé, et s'être moquer de son propre camp et frères d'armes ! Me tenant le ventre délicatement, je tentais avec tant bien que mal bien qu'étant recroquevillé sur moi-même, de regarder le lion dans les yeux.

Alors c'était ça... les attaques de ses confrères ? Pas mal en puissance ! Même si elles n'étaient plus à leurs pleines puissances, je ne pouvais plus bouger, j'étais entièrement paralysée par la douleur de l'uppercut du lion. Je ne pouvais qu'observer les attaques arriver sur moi et se déchaîner. J'étais complètement à leur merci grâce au lion. Ce fut ensuite le maître de la Balance qui commença, des dizaines de Dragons s’élancèrent vers moi, qui vinrent se scinder pour en créer toujours plus ! Je tentais de me protéger en activant mon parfum et sa barrière de protection, mais elle allait mettre du temps à agir et surtout à se former autour de moi, je risquais d'être clouée au sol un bon bout de temps à subir les effets. Les uns à la suite des autres.

J'avais l'impression que les dragons dévoraient ma chair, et forçaient mon armure à se rétracter. Poussant mon cosmos, je vis ma vision faiblir, secouant la tête tendis qu'ils allaient revenir à la charge je pris la force de relancer des roses. Je me sentais prendre mon envole, me faire repousser vers l'attaque de l'aiguille écarlate. Je sentis une dizaine de petits coups violent venir se planter sur mes points vitaux. La douleur des poisons qui se mélangeaient était juste horrible à supporter, mon regard pouvait laisser penser que je vacillais. Mais en réalité j'essayai par tout les moyens possible de me protéger comme je le pouvais ! Les ombres ricanaient, elles devaient se délecter de cette souffrance faite à la nouvelle génération.

Une vengeance qu'on ne soupçonnait même pas prenait place dans le cœur des armures. C'était ce que je ressentais en subissant les effets des attaques. Les douloureuses piqûres dAntarès firent verser encore plus de mon sang sur mon armure, et ma nouvelle cape blanche vint bientôt se tinter d'un puissant rouge écarlate. une odeur de sang parcourait la pièce, une odeur de sang mélanger avec de la rose, j'espérai que personne ne respire cela. Je m'en voudrai énormément si Camus, Kanon, y succomberaient vu leurs états à tout les deux, j'allais bientôt finir comme eux si je ne réagissais pas plus et que je ne réussissais pas à me lever avant de me re-prendre une attaque du lion !

Merde ! Je fis un saut après m'être rouler, mais je n'avais pas réussi à éviter cette Excalibur là ! Ha...ha.... ha.... mon armure était entailler d'une plaie qui avait brisé la petite pierre bleue se trouvant à mon cou et qui caractérisait l'armure des poissons. Me battre contre quatre armure... c'était du suicide ! mais je n'avais pas le choix, je devais résister, si ça se trouve, sa laisserait le temps aux autres d'aller à l'autel pour le détruire ? Après tout, elles avaient graviter autour de ces ronces géantes tout à l'heure, ce détail m'était revenu. Je touchais ma blessure faite à mon cou et mon sang qui coulait sur mon armure et mes épaules. J'arrivai à peine à respirer, mon cœur battait si vite ! C'était mon premier combat en tant que véritable Gold, et je devais bien avouer, que ce n'était pas très beau à voir.

Je fis brûler mon cosmos en même temps que celui du lion, puis je me mise à réciter une incantation dans ma langue natale. C'est à dire en Indien donc. Le décor changea presque instantanément, cette technique pouvait rappeler celle de la vierge mais en moindre. Une paume de bouddha géante apparu autour du cercle de sang dans laquelle les armures et ombres tournaient et attaquaient. L'attaque du lion atterrie de plein fouet sur mes mains qui brûlèrent toute les deux à cause de la chaleur, et devinrent électriques. Une rose se dessina derrière moi, des tableaux faisaient désormais offices de tapisserie et semblaient avoir re-dessiner le temple.


"je ne vous laisserai pas me tuer sans réagir ! sa doit vous rappeler quelque chose n'est-ce pas ? C'est bien de l'indien ! et je vais vous ramener à la raison ! ce n'est pas parce que vous haïssez les anciens porteurs, que vous devez vous laissez envahir par votre désir de vengeance ! Vous êtes nos protections, vous êtes nos armes, on ne devrais pas avoir à s’entre tuer ! Loki vous plait-il tellement ?! Vous dîtes qu'il vous auraient libérés, mais ne vous a-t-ils  pas  plutôt manipulées et asservies encore plus qu'Athéna par son pouvoir ?! Orbes of Buddha's wisdom"
Hurlais-je à l'intention des ombres qui continuaient leurs attaques combinées vers moi en voulant me faire plier d'avantage ma volonté.

Je ne devais pas céder sous la pression, je devais réaliser cette attaque ! Coûte que coûte ! quitte à y perdre mon sang ! Ce n'était rien par rapport à toutes les batailles livrées par l'ancienne, par les gardes du corps d'Athéna, par Athéna elle-même ! Je devais reprendre le dessus ! Je devais le faire, on comptait sur moi. Je ne devais pas faillir ! Des orbes se créèrent autour de moi, réagissant à mon cosmos, un décors étrangé venait d'envahir la pièce du temple capricorne nordique. Je dirigeais les orbes vers le Lightening Bolt d'Aiolia qui eut comme un effet de confrontation cosmique. Cependant, si ça continuait comme ça il était pas dit que mes membres, mes muscles allaient lâcher, d'ailleurs on pouvait sentir mon cosmos qui était perturbé, qui souffrait et avait bien du mal à résister aux attaques. Il commençait à faiblir ainsi que la lumière qui m'entourait encore pourtant vivement mais mon corps avait lui tellement de mal à suivre... Athéna... mes amis... Shaka... Dealor... aider moi... je vais tomber...
=====================

HS : voici l'attaque utilisée par Almas en contrant la dernière D'aiolia :
Spoiler:
 


Dernière édition par Almas le Lun 29 Fév - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Lun 29 Fév - 11:08

Spoiler:
 

Ces armures d'or étaient étranges, dévorées par une force inconnue alors que l'étrange serpent en présence paraissait grandir de plus en plus. Camus n'était pas sur de pouvoir y voir un lien dans la mesure où il préférait avoir tous les éléments en main avant de tirer la moindre conclusion. Aussi, il parait au plus pressé à l'heure actuelle: sauver Kanon. Il s'était éloigné d'Almas qui usait de son pouvoir de poison, poison qui pouvait être autant dangereux pour lui que pour les armures qu'elle attaquait, donc autant ne pas rester dans ses pattes et s'affairer à protéger le chevalier des Gémeaux. Il concentra son cosmos et créa un mur de glace, le plus épais possible en fonction de ses capacités qui étaient amoindries vu son état de fatigue, mais probablement suffisant pour que l'attaque des armures ne soit pas mortelle pour son frère d'armes..

La déflagration les repoussa tous les deux plusieurs mètres en arrière, Kanon était à bout, et honnêtement, Camus n'était pas spécialement mieux loti. Mais n'ayant pas été en première ligne, il semblait quand même un peu plus apte à se relever. Les armures avaient changé de cible, Loki ne semblait pas content et fulminait après l'autre personne présente... le Verseau avait la vue brouillée et avait du mal à suivre le fil de la conversation, d'autant qu'il se passait trop de choses à la fois pour qu'il soit à même de tout suivre dans son état.

Les armures entouraient désormais Almas et se préparaient à attaquer, criant leur haine envers leurs précédents porteurs, et celle du Scorpion lui arracha un léger frisson le long de sa colonne vertébrale, entendre ainsi parler de Milo n'était pas pour lui plaire, mais il en fallait plus pour qu'il perde son sang froid. Il avança d'un pas, voulant se placer de telle sorte qu'il pourrait attaquer sans blesser Almas, mais quelque chose le retint, il baissa les yeux et vit que Kanon lui tenait la cheville en lui parlant avec faiblesse...

Détruire les armures? Il était sérieux? S'il le faisait, Myrdhinn ne le lui pardonnerait jamais!

«Connais-tu le prix à payer pour ressusciter des armures?» mais le regard de Kanon en disait long sur la gravité de la situation, Camus n'avait pas le loisir de vraiment réfléchir, Almas venait d'être gravement blessée et utilisait une technique qui semblait être un étrange mélange entre les capacités de Shaka et d'Aphrodite, de quoi perturber n'importe qui. Mais la jeune femme avait réussi à paralyser les armures, bien qu'elle semblait devoir demeurer immobile pour pouvoir maintenir son attaque... prenant une profonde inspiration, il allait devoir tenter le tout pour le tout, un contrôle parfait de sa technique afin d'attaquer les armures sans blesser la jeune femme... décidément, cette mission devenait vraiment compliquée!

Levant les mains au-dessus de lui en prenant la forme d'une jarre, il fixait principalement Almas, puis il intensifia son cosmos à son maximum, sentant chacun de ses muscles hurler de douleur sans que ça ne transparaisse sur son visage, à part peut être en observant sa mâchoire sur le point d'exploser tant il devait serrer les dents pour contenir la douleur. Puis il déversa le flot sur les armures, sauf qu'au lieu de filer en ligne droite comme son attaque était censée être, elle partit sur le côté en un tourbillon, telle une vague déferlante qui contournait ainsi Almas pour frapper les armures l'une après l'autre... la première subirait forcément l'attaque de plein fouet et les dégâts seraient de moins en moins importants, mais tant qu'elle ne bougeait pas de là, il ne pouvait pas faire mieux!


«Par l'exécution de l'Aurore!»

===============================

Action Camus: Exécution de l'Aurore sur les 4 armures, l'attaque est portée de manière à attaquer chaque armure l'une après l'autre et ainsi éviter Almas: dans l'ordre: Balance, Scorpion, Capricorne, Lion. L'attaque perdra donc en puissance à chaque armure touchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Maître des fessées déculotées
Maître des fessées déculotées
avatar


Messages : 87
Date d'inscription : 07/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
15/50  (15/50)
Faction: berzerkers

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Lun 29 Fév - 13:41

« Nous faisons tous partie d'une pièce de théâtre et sommes des marionnettes entre les mains des Dieux »
En avant chevaliers !


Ça y est Loki était enfin là, ou en tout cas son âme. Il avait prit le contrôle de se qui ressemblait maintenant qu'à un morceau de viande contrôlé par un Dieu qui ne se contrôlait plus au vue de sa colère monstrueuse qu'il pouvait avoir envers son adversaire.

Arès pu voir son image rouge dans les yeux du guerrier divin, et une tension se fit ressentir sur tous ses membres et son cou, sa nuque. Toute cette énergie qu'employait le Dieu fourbe pour tuer celui de la guerre, enfin son enveloppe charnelle. Arès commençait à suffoquer lentement, résistant tant bien que mal. L'éveil du Dieu rouge n'était pas encore maximal et il ne pouvait pas utiliser sa toute puissance pour contrer l'attaque.

Ce dernier perdit connaissance un instant. Une image vint. On pouvait voir l'un en face de l'autre en tenue d'Adam, le Dieu et l'humain. Une discutions entre les deux s'engagea.

« Alors comme ça on a du mal et on veut pas utiliser toute la puissance que je t'accorde ? »

« Tu le sais Arès que si nous faisons ça, des milliers de vies risques de disparaitres d'un coup et... »

« Et alors ? Tu crois qu'on gagne une guerre qu'avec de simples mots ? De simples paroles ? Sombre idiot ! Je suis Arès dieu de la guerre ! Alors si tu le désires je peux quitter ton corps et à se compte là tu seras mort... »

« Je sais que tu ne ferais jamais ça, je peux gagner contre Loki, même sans ta puissance, je le sais ! »

« C'est un Dieu que tu as en face de toi, même l’entraînement que je t'ai donné ne pourrait rien faire contre lui ! Tu es juste capable d'affronter un seul chevalier d'or en 1 contre 1 sans moi »

« Bon... alors... Comment fais-ton ? »

« Je vais te montrer... »

L'image se dissipa et le Dieu reprit connaissance. Quelque chose avait changé dans son regard, la détermination d'un guerrier éteint depuis des siècles venait de ressurgir. La bête, le Dieu qui dormait en cet être humain était réveillé et prêt à combattre.

Alors que l'emprise de Loki continuait l'étranglement sur le corps, on pouvait voir comme les traces des doigts qui pliaient le cou d'Arès. La lance du Dieu s'enflamma d'un bleu roi magistral et magnifique, qui respirait la puissance divine alors qu'en contraste tous le cosmos d'Arès emmenait de son corps tels des gerbes de flammes rouge et orange.

La crispation faciale changea en un large sourire alors que ce dernier fit exploser son cosmos pour se libérer de l'étreinte mortelle. Le guerrier divin fit un pas en arrière alors que le cosmos du Dieu devenait tout bonnement énormissime. Les pierres au sol se mirent à voler et virevolter sous la puissance du cosmos rouge divin. Il prit une position d'attaque et cette fois ci ne rata pas l'occasion de planter, empaler son ennemi en plein crâne pour être sur qu'il ne se relève jamais.
Une voix grave et puissante sorti de la bouche du Dieu de la guerre.
« Je n'ai peut-être rien dans le crâne mais toi tu n'as plus de tête »

C'est alors qu'il la retira de se qui pouvait rester de la tête de son ennemi. Maintenant c'était au tour des pauvres armures possédés par Loki. Sa bestiole ne faisait plus l'ombre d'une peur depuis que le cosmos divin s'était éveillé à sa puissance quasi maximale, même si le Dieu de la guerre ne pouvait pas utiliser son attaque dit « Big will » encore, car son cosmos n'était pas à 100% régénéré.
Il regardait les armures attaquer les autres et s'effondrer au combat, une larme coula sur la joue du Dieu. Ce n'était pas une larme de tristesse mais plutôt de jubilation, en effet le Dieu était heureux de combattre et de voir combattre. Il se dit même que les chevaliers de sa sœur étaient de valeureux combattants.

C'est ainsi qu'il prit son bouclier, d'une manière plus que classe en frappant le sol de son pied, ce dernier poussé par le choc sauta et le Dieu le rattrapa au vol avant de le lancer, le bas du bouclier en avant, les deux extrémités en forme de pointes vers l'armure du scorpion immobilisé par Almas. Le bouclier pénétra dans le plastron de l'armure qui fut projeté contre un mur qui était toujours debout.

Dans un second temps La lance fut empoignée tel un javelot et lancé contre l'armure de la balance. Cette dernière mit son bouclier noirci devant elle pour se protéger mais rien n'y fait, la lance empala contre le sol l'armure en traversant du bouclier au heaume l'armure sainte.

Maintenant le Dieu concentra encore son cosmos et fit appel à nouveau à son armée de spartiates. Le temps de concentration fut quelque peu longue alors que les guerrier apparurent un à un autour du Dieu. Le Dieu lança un cri dévastateur reprit par ses hommes.


Les troupes spartiates, les 300 hommes se mirent en formation devant le Dieu et les saints mis à terre pour contrer les deux armures d'or encore debout. Alors qu'Arès regardait en arrière pour voir les chevaliers d'or à bout de souffle il eut un large sourire et cria : « Debout Chevaliers ! Faites les fierté des Dieux et de la divinité que vous chérissez ! Debout ! »

Le cosmos du Dieu de la guerre vint alors se mêler aux cosmos des golds saints pour ainsi pouvoir les aider. Le Dieu savait que c'était les destriers de sa sœur et ennemie jurée mais il savait aussi que battre Loki seul et surtout la bête qu'il avait engendré serait tout bonnement impossible. Il prêta alors des parties de son cosmos aux trois golds.

« Sachez messieurs et madame que je vous honore, vous qui avez si bien combattu jusque ici. Relevez vous, chevaliers ! »

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanon
Pastille pour lave-linge, Kanon.
Pastille pour lave-linge, Kanon.
avatar


Messages : 673
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 35
Localisation : En enfer <3

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
42/50  (42/50)
Faction: saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Mer 2 Mar - 3:04

Spoiler:
 

HRP : Ceci est à la fois un post joueur pour Kanon et MJ. Soyez attentif Wink

Il prit une gorgée d’air. Le gaz glissa dans ses poumons pénétrant dans ses bronches comme du métal brulant et s’infiltra dans ses alvéoles pulmonaires les forçant à se gonfler sous la pression exercée. Cela ne fonctionnait cependant que pour son poumon gauche. Le droit restait crispé, tétanisé par la flèche qui s’était enfoncée en lui. L’homme papillonna des yeux, le monde tournait autour de lui. Les voix de ses camarades lui parvenaient à la fois assourdies et assourdissantes.

Que se passait-il autour de lui ? Des formes bougeaient tournoyaient, des flashes de lumière l’aveuglaient. Des hurlements se faisaient entendre, des cris, du fracas d’arme, des explosions. Un parfum étrange flottait dans l’air. Un parfum dérangeant qui lui piquait la gorge, à la fois exquis et insupportable. Vivait-il encore ? Etait-il seulement de ce monde ? La question n’était pas stupide tant son état était critique. Plus sa peur de quitter ce monde grandissait, plus il sentait son armure s’amuser de cette peur. Elle resplendissait de santé et de joie, le réchauffait, le berçait presque dans cette chaleur malsaine. Etait-ce une illusion ? Ou bien la réalité ? Comment dissocier les sensations réelles de celles qu’il s’imaginait dans cet univers de ténèbres et de douleur.

Il ne voulait pas mourir. Il se raccrochait de toutes ses forces à cette idée à cette notion, garder conscience, ne pas se laisser emporter, gardez conscience. Pourvu que Camus et Almas parviennent à détruire ces armures. Quelque chose le brulait au niveau de sa poitrine. Qu’est ce que cela pouvait être ? Il ne se rappelait plus mais il était réconforté par cette chaleur. Pourtant, dans ses divagations, un sentiment d’urgence le pressait. Un grand malheur arrivait. S’il se sentait aussi mal, s’il tremblait de tout ses membres si sa respiration restait bloquée dans sa gorge, peut-être que tout cela n’était pas seulement dût à ses blessures ou à la malédiction que l’armure de Némésis faisait planer sur lui. Une peur encore plus profonde de celle que le lui inspirait l’idée de mourir le rongeait. La peur de perdre un être cher le dévorait de l’intérieur. Et minute après minute alors que le temps reprenait son cours autour de lui, inconsciemment Kanon en sentait les effets.

Cherchant à échapper à cette sensation qui se glissait sournoisement dans chaque parcelle de son corps, il se força à rouler sur le côté, celui qui n’avait pas été atteint par une flèche bien heureusement. Là il pouvait bien mieux voir la scène qui se déroulait devant ses yeux.

Les armures avaient envoyées leur attaques sur Almas, celle-ci résistait tant bien que mal à leur coups mais son état commençait à être déplorable et surtout ses forces déclinaient, cela pouvait se voir d’ici. La jeune fille pliait sous les coups combinés que les armures maudites lui assénaient tout en continuant à sauter follement autour d’elle et à la rabaisser de tous les moyens possibles. Kanon plissa les yeux, sa vue était trouble. Il ne voyait pas distinctement ce qui se passait et son esprit voulait qu’il se laisse aller et lâche enfin prise sur ce corps à bout de force. Une seule solution : Se concentrer sur ce qui se passait devant lui, prier sa déesse de les aider lui et ses amis, de les inspirer de sa puissance. Mais maintenant, penser à elle devenait difficile tant s’en était effrayant.

Devant lui Almas lança enfin une attaque. Les armures stoppèrent un instant. Elles furent soudain immobiles et silencieuses. Depuis quand la gamine dégageait-elle une telle puissance et un cosmos si développé ? Mais ce ne fût pas suffisant. Si les armures avaient ralenti leur course, elles se remirent à grincer et à se mouvoir comme si leurs rouages n’avaient pas été huilés depuis des siècles mais à se mouvoir tout de même.

« Allez petite, tu peux faire mieux que ça ! Gamine immature ! Chochote chochote personne n’a jamais voulu de toi, rebut ! »

C’est alors qu’un jet de glace vint les frapper, tournoyant autour d’Almas sans la blesser. Le tourbillon traversa les armures les unes après les autres. Le métal tinta sous la glace comme si les armures venaient de recevoir une rafale de grêle. Leur surface se recouvrit de bosses, de trous et de givre et elles frémirent sous l’impact.

Et puis Arès qui avait jusqu’à l’instant parlé à une forme que Kanon n’avait pas pu identifier passa lui aussi à l’action. Il se mit à tournoyer dans des mouvements qui échappaient totalement au gémeau et à anéantir les une après les autres les ombres portants les armures d’or maudites. Lorsque l’armure du scorpion s’effondra, la silhouette qui la portait tourna son visage perdu dans les ombres vers Camus et murmura :

« Mon ami… »

Puis l’ombre disparu et il ne resta plus que les morceaux de l’armure enchevêtrés les uns sur les autres.

Celle de la balance s’effondra au sol sans autre bruit que le métal sur la pierre.
Alors le dieu de la guerre fit quelque chose qui estomaqua le gémeau. Comment cela était il possible ? Il invoqua une armée ! L’instant d’après c’était 300 hommes qui étaient présents dans la pièce et brandissaient leurs armes contre le lion et le capricorne, les acculant contre l’autel de pierre. Ils ne faisaient absolument pas attention aux Golds Saints, les malmenant dans tout les sens trop prompt à obéir aux ordres du dieu rouge. Kanon faillit se faire piétiner et eu tout juste le temps de rouler en arrière avant de se faire écharper par la horde déchainée. Heureusement, il pût éviter le danger mais les autres flèches qui étaient plantées dans son corps furent brisées sous son poids. Il crispa les mâchoires pour ne pas hurler.

Maintenant sa vue était bouchée par la masse d’homme en marche. Cependant, voici ce qu’il arriva à distinguer en se relevant sur un coude :

Les armures étaient acculées et supportaient les coups des toute l’armée. Des fissures et des trous perçaient leurs blindages et elles essayaient de se protéger de leurs mains et de leurs bras. Et puis elles explosèrent en morceaux. L’onde de choc propulsa et tua plusieurs dizaines de soldats d’Arès. Les pièces des armures s’élevèrent dans les airs et celles du scorpion et de la balance firent de même. Pensant apparemment la victoire comme acquise, le dieu de la guerre choisi ce moment pour leur faire un discours visant à les revigorer et leur accorda un peu de son cosmos. Kanon senti courir en lui les forces nouvelles que le dieu de la guerre lui avait octroyées. Mais ce cosmos si différent de celui doux d’Athéna lui laissa une impression très désagréable. Péniblement, il se mit à genoux.

A ce moment il pût l’entendre. Un chant lui parvenait, d’abord lointain plus de plus en plus puissant. Sa déesse chantait, c’était elle, il en était persuadé.

Il contempla de ses yeux médusés les pièces d’armures qui venaient de se réunir en un trident gigantesque au milieu de la pièce. Une fois le trident formé, sans crier gare, celui-ci fondit sur Arès et lui transperça le torse. Il empala le dieu et ressorti de l’autre côté ruisselant d’ichor divin. Puis le trident fût instantanément réduit en poussières. Et là le chevalier sût que les armures étaient mortes. Mais elles n’étaient pas les seules ! Le sentiment de perte le frappa en plein cœur. Elle n’était plus. Elle venait de disparaitre de la surface de la terre, Athéna, déesse de la paix et de la justice était morte.

Les doigts du chevalier s’écartèrent, et il se mit à hurler vers le ciel. Tout à sa détresse, il ne vit pas qu’un maillon de chaine, un dard, une griffe et une corne d’or étaient venus se placer sur ses genoux. Il hurlait sa peine et sa trahison à la face du monde jusqu’à ce que sa voix ne s’épuise et qu’il reste silencieux le regard dans le vide.


Poste MJ de Loki

Spoiler:
 


Une colonne de feu s'embrasa sur l'autel où sommeillait le serpent de Loki, et il en sortit une énorme silhouette pourpre de la taille d'un temple. Jörmungand se réveillait. Les écailles du reptile étaient noires et laissaient transparaître une chair faite d'un brasier surnaturel. Il était comme la lave des volcans devenue être vivant. C'est lorsqu'il se dressa d'une taille déjà colossale devant les témoins de la scène, égalant désormais la hauteur de la statue d'Athéna qui s'était évanouie avec les illusions de Loki, et alors seulement que chacun put comprendre à quel point l'ambition de Loki était folle et mortifère.

Comment ce dieu avait-il pû croire un instant qu'il pourrait maîtriser un tel fléau ? Etait-il seulement conscient de la puissance de cette bête ? Après tout, il avait sous-estimé Arès. Aveuglé par sa colère, il n'avait pas sû voir le dieu de la guerre se reprendre, se dégager de l'emprise du regard noir. La lance du frère d'Athéna avait emporté la tête de l'hôte du démon comme une faux fait tomber une tête. Le cosmos de l'illusionniste avait disparu. Avait-il survécu, lâchement dissimulé dans son réseau d'illusions, ou avait-il été terrassé ? Hélas, si seulement les protagonistes de la scène avaient eu seulement le loisir de se poser la question.

Jörmungand s'imposait par sa terrible présence. Le serpent n'était pas l'une de ces créatures légendaires que les dieux terrassent au prix de longs efforts, c'était une créature cosmogonique contenant en elle les germes de la destruction du monde, un monstre des origines qui aurait dû rester scellé jusqu'à la fin des temps. Une pluie de flèches et de lances s'abattirent sur le corps du reptile. Les guerriers d'Arès avaient réalisé qu'ils étaient parmi ceux qui constituaient le dernier rempart entre ce fléau et la Terre, dont le monstre respirait les délicieuses effluves de vie par ses narines frémissantes.

Les projectiles brûlèrent vif au contact du corps embrasé du serpent, ils ne semblaient pas avoir eu le moindre effet. Jörmungand fut à nouveau entouré d'un tourbillon de flammes, devint rouge incandescent et grandit à nouveau. Il était en train de faire une nouvelle mûe. Sa croissance ne semblait pas avoir de fin, mais elle se stabilisait néanmoins car il n'avait pas pû se nourrir complètement de la puissance des armures d'or. Il aurait certainement grandi plus vite pour pouvoir enserrer un continent entier dans ses anneaux si les chevaliers n'avaient bataillé tout le jour. Pourtant, tel qu'il était désormais, on pouvait sans doute le voir et sentir son souffle ardent depuis le palais de Polaris. Quoiqu' Arès ait pû faire, d'un simple rugissement, le monstre renvoya ses trois cent guerriers d'où il venaient.

Toute résistance semblait inutile. Il n'y avait plus qu'à attendre que Jörmungand fasse un carnage sur l'un ou l'autre continent du monde qui connaîtrait une petite apocalypse avant de pouvoir panser misérablement ses blessures. La seule chose que les chevaliers de l'espoir et Arès leur allié de fortune pouvaient faire était sans doute de fuir pour survivre loin de ce déchaînement aveugle de destruction. Ou bien allaient-ils tenter de le retenir ? Mais était-ce encore bien la peine de protéger la Terre, alors qu'Athéna, la protectrice de l'Amour et de la Justice n'était plus ?

Une seule chose pouvait détruire la forme physique de Jörmungand et le renvoyer à son sommeil millénaire : l'objet qui était à l'origine de sa nourriture. Mais il échappait aux chevaliers. L'arc de Pâris avait été caché par Loki, peut-être ne le retrouverait-on jamais ? Il aurait suffit d'une flèche, une seule, dans le gosier enflammé de Jörmungand pour stopper le destin. Depuis le bas du Sanctuaire arrivait un jeune homme revêtu d'une armure dorée. A son cou brillait un pendentif qui recelait une puissance forte et bienveillante qui l'avait accepté, et il tenait dans sa main un arc finement ciselé.

[HRP] Tour de post : Almas, Camus, Arès, Hakon Vous n'avez qu'un seul tour ici. Donnez tout ce que vous avez^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Ven 4 Mar - 19:53


Alors que j'étais sur le point de succomber, je pris sur moi poussant sur mes jambes pour me relever, j'avais réussi un temps soi peu, au dernier moment, à paralyser les armures. Ce qui nous permit avec tant bien que mal de reprendre le dessus en un court instant. Le froid gagna la salle, puis gagna les armures, je savais que cela venait de l'aide de Camus, alors je me suis reculée un peu dans la mesure du possible. Le verseau avait décidé de passer à l'action, faisant attention à ne pas me toucher. Ce fut d'abord la Balance, puis le Scorpion, le Capricorne, et enfin le Lion. Je sentais mes forces me quitter au fur et à mesure que j'avais maintenu mon attaque d'égale avec le Lion, jusqu'à ce que l'armure se retrouve gelée comme les autres suite à l'Aurora exécution de notre Camus.

Ce fut ensuite de nouveau à Arès d'entrer en scène grâce à l'effet de son attaque vers les armures d'or. Abasourdie, on pouvait lire sur mon visage tendu la peur de perdre les précieuses de Myrdhinn. Nos précieuses, nos armures, nos protections, nos armes, nos compagnons. Malheureusement... Ce qui devait arriver, arriva... Ainsi, je vis un bouclier filé droit sur le scorpion. Je mis ma main vers l'armure presque instinctivement comme pour la rattraper. Ce n'était pas possible ! Non ! Pas ça ! J'eus juste le temps de voir la lance enflammée d'Arès se diriger vers l'armure d'or de la balance et d'esquiver d'un saut sur le côté. Et puis, la douleur me reprit sauf que cette fois-ci, je sentais que quelque chose de différent ornait mon cœur et mes pensées.

Les deux furent envoyées valser jusqu'aux murs lorsque je pris la peine de tourner la tête vers le coupable. Le fixant de mes prunelles nouvellement rougeâtres. Elles avaient pris la couleur de mon sang empoisonné comme certains endroits de ma propre cloth. Et puis, la douleur me reprit sauf que cette fois-ci, je sentais que quelque chose de différent ornait mon cœur et mes pensées. Aie, j'avais presque oublié un instant la plaie qui s'était ouverte à mon cou et celles au-dessus de mes chevilles faites par Excalibur. Je souffrais, et voir les armures souffrir autant que nous me faisait mal au cœur, mais il n'y avait pas que cela, quelque chose me dérangeait, je secouais la tête comme si je ne voulais pas admettre cette dure réalité.

Et puis là, tout commença à s'accélérer. Comme si on ne contrôlait plus rien. Une armée apparut, celle d'Arès le dieu de la guerre. Ce dieu nous prêtait main forte, car il nous estimait à notre juste valeur, en tant que gardiens d'Athéna, chevalier de l'espoir. Nous ne pouvions pas renoncer ! Que deviendrait alors notre planète bleue ? Les hommes, les animaux ? Les milliers de vies qui n'avaient rien à voir avec notre combat ? Je devais absolument retrouver mon calme, comme à l'entraînement, cette fois-là où j'avais réussi à toucher mon maître... Je devais me relever ! Coûte que coûte ! Peut importe la mort, je croyais en la réincarnation de l'âme et de la vie après la mort. La mort n'était qu'une étape à franchir pour avancer. La vie était faîte de combats, et nous devions créer des miracles, car après tout n'est-ce pas les miracles qui faisaient naître les légendes ? J'étais complètement perdue, assommée par ce qu'il se passait et la douleur.

Pourtant, j'arrivais encore à croire. Encore à espérer. Je me disais qu'il n'était pas question de renoncer, il fallait stopper cette folie meurtrière qui s'emparait de ce faux temple du capricorne. Arès avait raison ! Nous devions unir nos forces. C'était le seul moyen pour stopper cette catastrophe qui se profilait à l'horizon. La brève méditation m'avait ressourcée, c'est poussé par la détermination du cosmos d'Arès, que je vins moi-même me pousser dans mes derniers retranchements comme un sursaut d'orgueil. À ce moment-là, le lion et le capricorne furent-elles envoyés contre l'autel de pierre au fond de la pièce. Mais elles résistèrent, bien que grièvement atteintes, leurs soifs de vengeance les poussaient à accumuler les dégâts et à se rassembler. Pour espérer contrer Arès, elles finirent par former une sorte de trident, ce qui me fit sur le coup un peu peur, je devais bien le reconnaître.

Je pris la peine d'avancer, profitant de la faille ouverte par le dieu de la guerre et des spartiates qui ne faisaient pas vraiment attention à nous. Durant ma course, des sons parvenaient à mes oreilles, comme une douce et fine mélodie qui s'en allait et voguait au loin... Athéna chantait. Elle avait chanté pour nous redonner courage une dernière fois avant de complètement disparaître. Enfin, c'est ce que je pensais. Les larmes coulèrent mes joues, et péniblement, je levais le regard vers le ciel.

Une sensation désagréable, mon corps ne voulait plus avancer, mon armure devint de nouveau lourde et capricieuse, mais mon esprit lui voulait encore avancer, il voulait encore aller de l'avant malgré les larmes qui coulaient sur mes joues rouges et égratignées. Une pluie de sentiments mélangeant tristesse, amertume, impuissance s'abattait sur mon cœur déjà rongé par les remords suite au combat contre ma mère. Je fis un sourire et en profitais pour faire brûler mon cosmos qui grimpait en flèche. Une vague dorée marron flottait tout autour de moi.

Signe que j'acceptais les nouvelles forces données par Arès. Mon corps tout entier souffrait d'autant plus que mon propre poison n'avait pas fini d'éradiquer complètement celui de l'aiguille écarlate du scorpion. Je n'arrivais pas à arrêter mes larmes de perler. Quelque chose me disait que la situation de notre déesse s'était compliquée et l'avait fait disparaître dans le néant. Un cri perçant de rage se fit entendre, c'était Kanon qui criait son désespoir... Je n'arrivais pas à croire qu'Athéna n'était plus de ce monde. Mais pourtant, quelque chose au fond de moi voulait me faire admettre cette mort tragique fatalement. Je pris une forte voix, comme pour leur redonner courage alors que ma propre volonté divaguait à droite à gauche.

Mon cœur venait de se refermer totalement face à la situation qui nous échappait. C'était étrange comme sensation, et cela se ressentait dans mon discours, et je ne savais même plus si mon sourire actuel dirigé vers Camus et Kanon était véritable ou faux. Puis je me perdis dans mes pensées, en avançant de nouveau vers l'autel péniblement. C'était surement plus facile à dire qu'à faire pour eux, mais ils ne fallait pas qu'ils sombrent. J'avais besoin d'eux, nous devions continuer. N'avaient-ils pas plus d'expérience que moi ? Nous savions tous les trois, que nous ne pouvions rester ici plus longtemps. Et surtout qu'il fallait agir, j'avais un mauvais pressentiment.

Oui... Même si son cosmos avait quitté ses lieux, même si un jour, nous devions perdre notre déesse bien-aimée, nous devions continuer à avancer ! Il fallait aller de l'avant ! Nous n'avions pas le choix ! C'est pour faire respecter son idéologie à laquelle je crois, ses valeurs, que je suis devenue sainte, que je me suis battue pour en arriver à ce rang ! J'y croirais autant de fois que je pourrais encore respirer ! Autant de fois que mon sang me permettra de me relever. Les larmes perlaient encore et encore sur mes joues, déjà humides et fatiguées, appuyant sur mes jambes tremblantes pour avancer. Avancer. Encore, et encore. Brûler mon cosmos jusqu'à son paroxysme. Même si cet espoir était maigre, et que la chance était faible. Il ne fallait pas sombrer.

C'est pour faire respecter son idéologie à laquelle je crois, ses valeurs, que je suis devenue sainte, que je me suis battue pour en arriver à ce rang ! Vivre comme on l'entendait. Cette énième pensée me permettait d'avancer, la vue de mes camarades mourants me donnait également la force de poursuivre mon ascension. Les flammes jaillirent de l'autel du capricorne comme un incendie qui se déclarait sans prévenir. Un rugissement silencieux suivit l'apparition de cette silhouette pourpre qui semblait fondre dans le serpent de Loki. La chaleur dégagée par les flammes me fit stopper et fit fléchir mes jambes pour me faire retomber lourdement au sol. Une immense créature venait de nous rejoindre, le serpent géant soutenant les neufs mondes venait de se réveiller. Je me protégeai la tête lorsque je vis une déferlante de flèche s'abattre sur le corps fluctuant du serpent qui nous entourait désormais par la queue.

Nous étions complètement à sa merci. Je pris mon souffle et le retins avant de me recroqueviller une nouvelle fois sur moi-même ; les flèches venaient de s'embraser. Je me protégeais de justesse en activant mon parfum qui diffusa le poison de mes blessures avec le parfum de mon cosmos dans l'atmosphère tout autour de moi pour en faire un champ protecteur agissant comme un bouclier. Les 300 soldats furent renvoyés d'ou ils venaient, me trouvant désormais seule en face-à-face avec la bête, comme une idiote alors que serpent finit de prendre sa forme initiale. Je tendis mes deux mains devant moi, essayant de réguler le stresse qui montait, ainsi que la sueur et la peur de ne rien pouvoir faire montait encore plus d'un niveau. Pourtant, une partie de moi-même, mon caractère impulsif reprenait le dessus, pour une dernière fois, ah ah. La bonne blague. Sérieusement. Autant tenter une dernière chose... Même si cela ne changerait surement rien à la situation.

"Crimson Thorn !!!!" Hurlais-je à m'en casser la voix, et en finissant d'augmenter mon cosmos et d'infuser mon sang à celui-ci pour le monter à son paroxysme, une multitude d'aiguilles se formèrent ainsi et quittèrent mes deux mains en direction du serpent long. Ma vue se brouillait, mais ma volonté, mon envie de remporter cette bataille ne me faisait pas lâcher, même si ma puissance diminuait et que mon corps se vidait petit à petit de ses forces, et de son énergie vitale... "mes amis... " murmurai-je avant de sentir mon corps cédé sous la fatigue de la perte de mon sang, pourtant mes mains restaient elles levées contre cette chose. Entourée par mon parfum qui me protégeait tendis que je sombrais paradoxalement moi-même petit à petit...
=================================

Hs : voilà pour moi ^^
Techniques utilisées :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Sam 5 Mar - 9:12

Comment en étaient-ils arrivés là? Il fallait reconnaître qu'aucun d'entre eux n'était préparé à ce qui leur arrivait à cet instant. Kanon était à terre, transpercé par de nombreuses flèches qui devaient lui faire souffrir le martyre, Arès avait choisi de les rejoindre, temporairement du moins. Camus avait vu juste au départ, à défaut d'être leur allié, il n'était pas leur ennemi... bien qu'il s'était trompé sur les motivations, il devait reconnaître qu'il n'aurait jamais imaginé qu'il puisse voir en eux des guerriers de valeur, même s'ils en étaient bel et bien, les points de vue des dieux étaient toujours un peu difficiles à déterminer! C'était tout de même un véritable honneur d'être vu comme tel de la part du Dieu de la guerre lui-même.

Malgré la douleur, les blessures, la fatigue, sans oublier l'inquiétude à l'égard de Myrdhinn qui ne venait plus lui parler dans sa tête, preuve qu'elle devait être au bout du rouleau, Camus se tenait droit et observait calmement la situation. Almas était aux prises avec quatre armures en même temps et prouvait qu'elle méritait sa place au sein des chevaliers d'or, il devait lui prêter main forte sans la blesser... Kanon était à terre, mais encore conscient, et les armures s'étant désintéressées de lui, le Verseau pouvait s'éloigner de lui.

Il avait levé les mains et déploya son exécution de l'Aurore dans un mouvement auquel il n'était pas habitué, réduisant sa puissance au fur et à mesure que la glace frappait chaque armure l'une après l'autre au lieu de les attaquer toutes en même temps... puis Arès s'éleva dans les airs et vint les frapper pour les achever, ou du moins pour pulvériser les ombres qui les portaient... Camus jura voir l'aura du Scorpion se tourner vers lui et lui parler, mais il mit cela sur le compte de la fatigue et de la douleur, bien qu'une petite aiguille acérée semblait s'être plantée dans son cœur à cet instant.

L'armée d'Arès était impressionnante, Camus était le seul à tenir encore debout et ne se fit donc pas piétiner par les hommes bien qu'il fut bousculé... il ramena une main sur son cœur alors que le Dieu de la Guerre lui rendait son énergie, tout comme Kanon, il ressentait un léger malaise à ce cosmos, mais il admettait qu'il en avait besoin et ne montra pas ce désagrément... de toute manière, il entendait le chant d'Athéna, et rien qu'à cette douce mélodie, une aura dorée entoura progressivement le chevalier du Verseau qui faisait exprès de ne pas bouger pour récupérer le plus de forces possibles...

C'est alors que les armures d'or prirent la forme d'un trident pour aller frapper Arès, plissant les yeux un instant, se demandant si cela pouvait vraiment vaincre un dieu, il ressentit une vive douleur au niveau de son cœur lorsque le cosmos d'Athéna disparut, il en perdit même l'équilibre et mit un genou à terre... il avait du mal à respirer, comme si son torse était compressé dans un étau, serrant les dents pour ne pas montrer la douleur et la peine qui étaient désormais bien plus grandes que tout ce qu'il avait ressenti jusque là. Il n'avait pas réalisé à quel point le cosmos d'Athéna était présent depuis le début, il s'en rendait compte maintenant qu'il avait disparu.

Poussant sur sa main, il se redressa pour voir le serpent géant déployer peu à peu toute sa taille et sa puissance, légèrement de profil, il observa la bête alors qu'Almas se relevait aussi. Kanon était à terre pour le moment, malgré l'énergie donnée par Arès, le choc de la perte d'Athéna semblait l'avoir sonné... mais pour l'heure, il n'avait pas la possibilité de lui remonter le moral, ils avaient vraiment un autre problème à résoudre! Almas semblait prête à en découdre, mais avant qu'elle ne déploie son poison, Camus souhaitait la mettre en garde


«Prends garde, Almas... dans la mythologie, Jormungand est réputé pour disposer d'un venin capable de tuer les dieux eux-mêmes... seul Thor serait parvenu à le vaincre, avant de mourir lui-même, tué par le poison. Tu disposes peut être d'une immunité grace à ton armure, mais il n'est pas dit que tu puisses survivre à ça.» l'érudit avait parlé, en soit, il était évident que de tous, elle était celle qui pouvait résister le plus longtemps au serpent géant, mais seul un dieu, voire même plusieurs, pourrait vaincre un tel monstre!

Lorsque le chevalier des Poissons déploya son poison, Camus intensifia son cosmos au maximum, puisant dans les forces nouvelles qu'Arès lui avait octroyé pour édifier progressivement un mur de glace tout autour du serpent géant

«À défaut de le vaincre, nous pouvons essayer de l'emprisonner...» difficile de savoir si le poison d'Almas pouvait affaiblir le serpent divin, mais s'il pouvait l'immobiliser, Kanon pourrait peut être essayer de l'envoyer dans une autre dimension le temps qu'Arès se remette! Seul un dieu pouvait vaincre une telle entité, ou un artefact divin peut être, mais Camus n'avait pas vraiment le temps de se souvenir de tout ce qu'il avait lu pour le moment!

========================

Camus utilise son mur de glace pour tenter d'emprisonner le serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Maître des fessées déculotées
Maître des fessées déculotées
avatar


Messages : 87
Date d'inscription : 07/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
15/50  (15/50)
Faction: berzerkers

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Sam 5 Mar - 10:40

« Nous faisons tous partie d'une pièce de théâtre et sommes des marionnettes entre les mains des Dieux »
Le Grand final !


Musique:
 

Alors que je prêtais mon cosmos aux chevaliers d'or je pu entendre la voix douce de ma sœur. Je ne pouvais supporter cette voix, trop de douceur, trop... trop ! C'est alors que je n'eus le temps d’apercevoir les armures se regrouper en un trident d'énergie qui me traversa de part en part. L'énergie noire de Loki se déversa en moi, ce poison... Je crachais du sang à terre. Ce liquide rouge dont les humains ont besoin pour vivre... celui dont j'avais décidé d'en faire mon réceptacle. Mon visage était crispé de colère alors qu'une petite traînée de sang était perçue le long de mes lèvres.

La colère qui crispait mon visage m'envahit alors que ma vision était trouble. Mes soldats furent happés, tous sans aucune exception. Mon rang divin m'avait protégé tout comme mon armure qui avait absorbé en partie les dégâts du trident et de l'aspiration. Une douleur se lançait au niveau de mon bassin, mais peut importe maintenant la bête de Loki était bel et bien là, lui qui ne pouvait plus rien contrôler à ce moment, ce dieu allait détruire le monde si personne ne faisait rien. Je voyais là une opportunité à saisir pour redorer mon blason.

Je me relevais péniblement devant Jormungand... Le serpent tueur de dieux. Il fallait que je m'en méfie. Je me tenais le bassin d'une main et concentra mon cosmos alors que le poison du chevalier des poissons attaqua le monstre emprisonné dans un mur de glace. Ça me laissait du temps pour ainsi pouvoir concentrer mon cosmos et préparer une attaque dévastatrice.

Le serpent continuait de se débattre et commençait à fracturer le mur de glace. Que pouvaient bien faire des humains, même animés par des énergies divines contre un monstre capable de tuer des dieux franchement ? Il fut un temps où moi même je réfléchissais trop, maintenant il n'y a que l'action qui prime et malgrè la douleur qui se lançait pendant que je levais les bras au ciel. Mon cosmos se concentra entre créant une boule d'énergie plus rouge que Mars.

La concentration de cosmos était telle que le mur de glace se mettait même à fondre à cause de la chaleur créée par cette boule de cosmos. La durée de concentration était assez importante, heureusement que le serpent était retenu. Et c'est là ! C'est là que je fini par lancer l'attaque à sa puissance maximale, cette attaque divine, ce cosmos resplendissant. Dans un magistral « World Destroyer » que je cria en lançant les bras en avant. Oui j'aimais les noms qui envoyaient du lourd ! La boule cosmique se déplaça en direction du serpent c'est alors que mes forces me quittèrent brutalement. Je mis genou à terre et du sang se mit à couler de ma lèvre, mon corps humain ne pouvais en supporter d'avantage sans avoir de soins, l'entrainement n'était pas complet et il faudrait encore des années avant que celui ci ne le soit. Je lançais un message aux télékinésistes spartiates. Je n'avais pas assez de force pour me déplacer rapidement seul et je n'étais pas Hermès non plus. Je fut ensuite téléporté par les télé-kinésistes spartiates.
Je regardais ma boule d'énergie se dirigeant sur le serpent et je fit un large sourire ponctué par un « On se reverra plus vite que vous le croyez saints d'Athéna ! » en direction de mes alliés du jour.
Juste avant je lâchait un au revoir aux guerriers de ma sœur un grand sourire et je fut happé par l'énergie concentrée des mages de Sparte qui me téléportaient

A peine le sol de mes terres foulés que je mis genou à terre, mes hommes savaient le combat que j'avais vécu et m'acclamèrent, me ramenant à mon château. Les meilleurs médecins spartiate se mirent à l’œuvre alors que mes informateurs me mettaient au courant de se qui se passait au sanctuaire. Alors comme ça les petits bonhommes asgardiens attaquaient le sanctuaire d'Athéna... Loki était encore plus fourbe que je pensais, mais c'était très intelligent de sa part, rapprocher l'ennemi de lui pour pouvoir mieux lui planter un coup de poignard dans le dos.
Une occasion à prendre alors que les quelques sous fifres d’Athéna étaient coincés à Asgard.

Alors que les premiers soins arrivèrent je donnais mes premiers ordres de bataille et ordonna la préparation des Titanium pour la Guerre ! La Grande Guerre ! Un sourire satisfait se dessina sur mon visage rude alors que toute la médecine possible et imaginable de Sparte était avec moi pour me remettre totalement de mes blessures. Cela prendrait quelques jours pour guérir et préparer mon armée.

 


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Technique:
 


Dernière édition par Arès le Dim 6 Mar - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Mer 9 Mar - 22:17


Sortir des enfers de son propres chef était une impression vraiment étrange. J’étais entouré d’une lumière à l’éclat violet, elle me soulevait et me trainait comme à travers les dimensions, à travers l’espace et le temps elles me faisaient passer de la mort à la vie. L’amure du cancer était toujours sur mon corps y diffusant une douce chaleur qui rappelait celles des flammes que j’utilisais pour me battre. Le voyage fut rapide et une fois arriver sur terre, je les oublierai surement bien vite. J’étais bien de retour parmis les vivant, laissant derrière moi Hel, les âmes des morts et le souvenir de mon affrontement contre Sigmund gravé dans la glace des enfers. Je serai l’arc de Paris contre moi, fruit de ma victoire. La scène était complètement différente de quand je les avais quittés, la maison du capricorne avait remplacer celle du cancer. Je n’étais plus seul et une grande agitation semblait parcourir l’assemblé. Je pus apercevoir le dieu Arès lancer une attaque d’une puissance titanesque sur un monstre, un serpent, un serpent que je connaissais bien. Jormungand... Le serpent tueur de dieux. Il faisait partie de nos mythes les plus anciens et je compris tout de suite que c’était Loki qui l’avait employé à ses services … un serpent voilà un animal qui lui convenait bien après tout à lui le fourbe, celui qui aimait tromper les autres. Visiblement l’attaque du dieu de la guerre ne lui avait pas fait grand-chose et en voyant ça on pouvait parfaitement comprendre pourquoi on le surnommait le tueur de divinité, il était à présent libre de ses mouvements et il ondulait d’une façon menaçante, son corps emplissant presque toute la salle. C’est à ce moment que je choisi pour me montrer, je grimpais sur une colonne que les batailles précédentes avaient en partie détruite enflant mon cosmos et ma voix de ma manière à ce que tout le monde me remarque. Ma première idée était de distraire le monstre.

-Tueur de divinité, viens et affronte Hakon du cancer ! … j’ai toujours rêver de dire ça …

Je me tenais sur la colonne brillant de mon cosmos qui se mêlait toujours à celui de l’armure du cancer. Combien de temps encore me donnerait-elle sont soutient ? Et surtout, comment pouvais-je vaincre se monstre devant moi, il me pénétrait avec son regard comme s’il lisait dans mon âme même, mais je ne pouvais pas me laisser décontenancer, il en allait de la survie de toutes les personnes qui se trouvait en ses lieux, de celle d’Asgard et même du monde. Je ne pouvais laisser une telle créature arpenter la terre. Dans mon esprit Odin chantait encore, un chant guerrier qui me poussait à me battre, un chant que je connaissais et qui invitait au courage et à l’espoir, je sus presque d’instinct ce que je devais faire. Je pris l’arc de Paris et je le bandais, de toutes mes forces, je posais mes doigts sur la corde et la tirais jusqu’à la commissure de mes lèvres, encochant une flèche, me rappelant avec une certaine puissance certains souvenir où mon père m’emmenait chasser à l’arc dans les forêts non loin de la maison, je savais comment viser, il ne fallait pas que je rate mon coup. Mon cosmos s’embrasait de la lumière de la vie et du froid de la tombe apporter par le cancer, Athéna et Odin, les deux divinités, ce coup allait représenter leur alliance dans un même but, protéger le monde de ceux qui essayent de le détruire, mettre la lumière sur les mensonges, montrer le pouvoir brulant de la vie et des hommes qui même dans des terres gelées comme celle d’Asgard pouvait encore montrer, joies, bonté, honneur et courage. Je sentais le cosmos d’Athéna émanant de l’armure que je portais ainsi que du pendentif qu’elle m’avait donné et celui d’Odin brillant depuis les tréfonds de mon âme. Le bout de la flèche s’emplit de flammes, mes flammes avant que celle-ci ne prenne une couleur dorée, comme l’or, comme celle du soleil qui éclaire les plus profond des ténèbres. Le serpent me surplombait de toute sa taille, les crocs découverts, près à frapper cette lumière qui le dérangeait, moi j’arrêtais ma respiration, je sentais les battements de mon cœur résonner dans tous mon corps. Je focalisais mon regard sur le point que je voulais viser. La gueule du monstre puis brulant mon cosmos une dernière fois, je décochais la flèche qui fila, trait d’or et de flamme dans l’espace qui me séparait du tueur de dieux. Dans le même instant j’exclama la phrase suivante.

-Que les lumières d’Asgard et du sanctuaire t’emporte !!

La flèche atteint son but, la gueule du suppôt invoqué par Loki semblait comblée par la lumière comme si cette dernière avait rempli l’intérieur même de notre adversaire, il hurla, un cri de serpent effroyable qui aurait pu faire frémir même les dieux, un cri d’agonie alors que les flammes dorées le consumait de l’intérieur on pouvait voir sa peau s’effacer remplacer par un éclat incroyable qui m’aveugla un instant, tous mes sens était remplie par les sons, les lumières, l’odeur de la peau serpentine qui devenait peu à peu cendre. Puis le silence complet. La créature n’était plus dévorée par mon attaque où c’était ajouter la puissance de deux divinités et celle de l’arc de Paris. L’armure du Cancer me quitta allant s’assembler sous forme de totem un peu plus loin. Je laissais mes jambes arrêter de me porter, tombant à genoux alors qu’un sourire ornait mon visage et que mes yeux aux couleurs du saphirs balayait la salle désormais vide de toute adversaire, le monde était hors de danger et mon devoir en tant que guerrier divin était accompli. Je laissais maintenant aux autres le soin de faire le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   Jeu 10 Mar - 19:53

MJisation à deux  : d'abord Loki puis Kanon

Après ce coup qui avait renvoyé les trois cent panser leurs blessures de leur précédent combat contre l'armée des morts, Jörmungand pointait désormais son museau triangulaire en direction du Sud. Il sentait encore les vibrations de quelques présences, mais si affaiblies que la bête les considérait comme négligeables. Et même si ces petits êtres avaient encore pû se défendre, Jörmungand obéissait à son instinct : il avait faim de forêts à embraser de son souffle ardent, il avait faim de fleuves poissonneux à engloutir dans sa gueule monstrueuse, et surtout faim de ces villes nouvelles où la vie grouillait plus que jamais.

Les gigantesques anneaux du fléau cosmique glissaient l'un sur l'autre dans un bruissement à donner la chair de poule. Une aura cosmique ardente entourait Jörmungand, il commençait à léviter, prêt à s'envoler pour d'autres horizons. Sans leurs armures, les chevaliers auraient sans doute eu du mal à rester seulement en sa présence. Mais ils tenaient bon. Le premier à réagir fut le chevalier du poisson, qui fit pleuvoir sur le monstre une pluie d'épines empoisonnées.

Quelle folie avait poussé la jeune femme à utiliser une telle technique ? N'avait-elle pas vu que les armes des guerriers d'Arès n'avaient eu aucun effet sur la cuirasse ardente du serpent cosmique ? Son geste n'avait eu pour d'autre conséquence que d'attirer l'attention du fléau qui renonça un instant à son départ pour se venger par une contre-attaque féroce. Alors même que Camus prévenait le chevalier des Poissons à propos du venin, Jörmungand vomissait par sa gueule grande ouverte un flot de vapeurs toxiques pourpres. Almas eut à peine le temps de s'entourer de son propre poison qu'elle était submergée par la quantité de gaz corrosif.

Le Verseau passa à son tour à l'attaque et utilisa sa maîtrise de la glace dans l'espoir de capturer ou au moins d'engourdir le reptile. Des cristaux de glace se propagèrent dans la fournaise et certains ceinturèrent le corps interminable du serpent qui se tordit sur lui-même. Un souffle rauque s'échappa de la gueule infernale, comme si le serpent luttait pour ne pas s'endormir. Camus avait-il cherché à atteindre le zéro absolu dans cet ultime assaut ? Miraculeusement, sa technique semblait fonctionner. Jusqu'à ce que l'on déchante : à peine quelques instant plus tard, la respiration de Jörmungand reprenait, puissante, comme s'il était sur le point de réaliser un gros effort. La prison de gel craquela, et éclata en poudre de diamant. Et le serpent à peine libéré se précipita sur son ennemi du froid et le goba d'un coup, dévorant même le sol sur lequel Camus se trouvait debout !

C'est alors qu'une boule d'énergie rouge attira l'attention de la bête. C'était un dieu, Jörmungand le sentait ! A peine sorti de sa prison de glace, encore entravé par le cosmos du chevalier des Poissons, le serpent cosmique se redressa néanmoins et de sa gueule béante, il montra à Arès un avant-goût de l'entrée du Tartare. L'explosion d'Arès se concentra au milieu du corps de Jörmungand qui se déchira en lambeaux cendreux, tandis que le cri strident de la bête s'élevait jusqu'aux nuages.  Arès disparut, Jörmungand semblait de toutes façons à l'agonie.

La plaie mortelle du serpent tombait en ruines. D'entre les flocons de braises et de poussières noires émergea une silhouette familière revêtue de son armure d'or. Camus était à moitié asphyxié, mais bien vivant. Almas aussi avait survécu : maintenant que le souffle empoisonné de Jörmungand s'était dissipé, il s'avérait que son nuage de poison avait formé comme un cocon protecteur autour d'elle. La tempête était-elle sur le point de se calmer ? Quoiqu'il en soit, ce fut le moment que choisit Kanon pour ramper plutôt qu'il ne se faufila auprès de l'autel. Non sans mal, le chevalier des Gémeaux utilisa ses dernières forces pour y déposer une plume d’or, un maillon de chaîne, un dard de scorpion, une griffe de lion et une corne d’or ...

Malheureusement, la bataille n'était pas terminée. A nouveau, le corps de Jörmungand devint aussi brûlant et brillant que le soleil. Lorsque la clarté se dissipa et que les témoins de la scène purent voir ce qu'il en était ils pouvaient constater que leur ennemi s'était complètement régénéré ! Ce combat n'aurait-il donc pas de fin, ne pouvait-il pas être gagné ? Rageur, Jörmungand fit trembler le sol et ses anneaux s'animèrent pour écorcher de leurs écailles ses ennemis. La queue du serpent s'agita en ll'air et frappa Kanon de plein fouet. L'instant d'après, le chevalier des Gémeaux avait disparu.

C'est alors qu'un cosmos se fit sentir, à la fois familier et différent. Il évoquait à la fois un ami et une déesse que l'on avait cru disparue. La voix joyeuse de Hakon se fit entendre aux oreilles de tous, et avec intrépidité, le guerrier divin couvert de l'armure du Cancer qui le défia. Le serpent cosmique se méfiait, il sentait une odeur, des vibrations cosmiques familières. L'objet, l'objet qui lui avait donné la vie et qui pouvait la lui reprendre ! Il allait l'avaler tout rond, et ainsi devenir immortel. La gueule grande ouverte, le serpent d'Apocalypse s'apprêta à engloutir Hakon, mais celui-ci était protégé par un cosmos ... non, deux cosmos divins !

Cette hésitation fut fatale à Jörmungand qui avala la flèche et la puissance des deux divinités mêlées au cosmos de Hakon. Il poussa un hurlement qui fit trembler toute la ville de Jötunheim. Par l'action de cette simple flèche, le fléau tomba alors petit à petit en déliquescence, comme de fragiles feuilles de papyrus vieilli qui se fragmente au contact de l'air. Le serpent cosmique était renvoyé à son sommeil millénaire, pour quelques siècles au moins ...

***

Quand le serpent terre fût réduit en poussière, une belle lumière chatoyante envahit la pièce. Cela reposait le cœur des blessés, atténuait votre tristesse. Une multitude de grains de poussière dorée se mirent à tomber de Jörmungand. C’était comme si la vie avait prit une forme physique. A chaque fois qu’une poussière vous touchait, vous sentiez votre corps se revigorer. Toute l’energie que le serpent avait volé aux douze armures d’or, l’énergie du soleil, retombait et était libérée par la mort de la bête. Sur l’autel, les pièces de métal dorées que Kanon avait disposé se mirent à briller. Elles s’élevèrent en cercle dans les airs et se mirent à tourner lentement. La poussière d’or s’agglutina autour d’elles et bientôt vous purent voir que les armures d’or qui avaient été détruites reprenaient leur forme originale.

Les armures du Lion, de la balance, du capricorne, du scorpion et du sagittaire étaient de nouveaux entières. 7 rayons de lumière surgirent alors de différent endroit dans le palais de Loki. Les armures d’or manquantes se joignirent à l’appel et à la résurrection de leurs sœurs. Même le verseau et le poisson quittèrent un instant leurs propriétaires. Le cancer s'éleva comme une caresse du corps du guerrier nordique qui avait fait honneur à son maître. Étrangement, l’armure du bélier portait la silhouette d’une jeune fille que vous connaissiez bien, endormie sur son dos. Elle oscilla sur le côté pour déposer son fardeau au sol sous la nuée de poussière d’or puis s’éleva à son tour pour rejoindre le cercle des armures du zodiaque. Sous la pluie de vie qui tombait de la carcasse de la bête les armures d’or resplendissaient et étincelaient comme d’autant de petits soleils miniatures. Cela vous blessait les yeux mais en même temps, il était difficile de détacher le regard d’un spectacle aussi grandiose.

Certaine d’entre elles cependant, semblaient se fondre d’avantage dans la nuit. Par transparence on pouvait voir les étoiles briller à travers elles. Ces armures n’avaient en réalité que leur âme présente dans cette réalité car leur corps physique était soit prisonnier d’une autre dimension, soit porté par leur chevaliers à l’instant même. Seule l’essence de ces golds cloths avaient pu répondre au cosmos de Lyfia corrompu en celui d’Athéna lorsqu’elle les avait appelées dans le sanctuaire illusoire de Loki.

Après une dernière ronde ensemble, comme un au revoir, les armures se dispersèrent. Les premières à partirent furent celles dont il ne restait que l’esprit. L’armure de la vierge fondit soudainement vers le sol, celle du cancer et du gémeau partirent dans un éclair doré vers d’autres destinations. Et puis celles du scorpion et du sagittaire clignotèrent, comme si elles partaient à regret puis disparurent hors de ce monde. L’armure de la balance rutila un instant comme si quelque chose l’appelait soudain. Puis elle aussi s’envola vers son destin, suivant la trace de l’âme du gémeau. Les armures du verseau et des poissons vinrent se poser devant leurs chevaliers dans leur pandora box prêtes à répondre à leur attente. Celle du bélier qui n’était pas dans une box, vint se poster à quelque distance de l’horloge. Elle n’était pas prête encore à répondre à l’appel de la bronze saint mais sentait comme une affinité envers elle. Il s’agissait de voir comment cette affinité allait tourner.

Les armures restantes, celle du taureau, du capricorne et du lion tournèrent un instant sur elles-mêmes comme indécises. Et puis elles aussi partirent toute trois dans la même direction, vers l’Est.

Les armures d’or étaient toutes parties retrouver leurs propriétaires ou attendre leurs futurs porteurs. Vous les avez sauvées ainsi que le monde de la destruction totale. Comme en récompense de vos actions, un cosmos qui vous était bien connu se fit ressentir. Il n’y avait pas d’erreur, Athéna était revenue du néant. Même si son appel ne dura qu’un instant, vous l’entendirent clairement et toute votre tristesse s’envola. L’espoir renaissait, votre déesse était en vie. Sur la poitrine d’Hakon Wodan, le guerrier divin qui, grâce à votre aide, était venu à bout du serpent monde, le pendentif se mit à pulser doucement.

Kanon a écrit:

HRP : Merci à tous d’avoir participé à cette aventure. Vous avez tenu bon malgré les retards et les aléas de la vie. Voici plus de deux mois que nous nous sommes embarqués dans cette mission et vous en êtes venus à bout avec brio. Je remercie aussi mon collègue MJ Loki qui, avec ses bonnes idées et sa patience a pu faire ce cette petite mission quelque chose d’épique.

Maintenant vous êtes libres ! Retour dans le présent, le temps a repris son cours normalement, nous somme en plein milieu de l’attaque sur le sanctuaire. Aurez-vous le temps de rejoindre le sanctuaire à temps ? (Je ne sais pas à voir avec le mj du sanctuaire). Irez vous errer dans les tréfonds d’Asgard ? A vous de voir !

Almas et Camus vous avez donc récupéré votre armure d’or mais un petit chek-up entre les pattes de Myrdhinn serait bienvenu.

Myrdhinn tu as été soignée par l’énergie du serpent monde et tu es simplement endormie.

Hakon, tu as gagné un pendentif avec du cosmos d’Athéna (à voir si les admin te laisseront le garder ou pas comme récompense rp) et heu Lyfia qui traine dans un coin. (Au pire tu peux la laisser, elle se débrouillera toute seule au bout d’un moment.)

Kanon a disparu et ne peut être retrouvé.

Tatsumi sera très étonné en voyant trois armures d’or débarquer au manoir Kido. Mais il est le seul au courant de cette affaire et se dépêchera de les cacher.

Merci à vous et à plush pour de nouvelles aventures !

Loki a écrit:
Merci à vous tous d'avoir pris le temps de faire cette mission ! Pour moi c'était un peu comme l'inauguration du camp de Loki. Il reviendra sans doute, pour se venger ! Razz  En attendant, vous êtes libres de continuer chacun votre chemin personnel, en espérant que vous vous êtes autant amusés que moi. Un grand merci à Kanon qui a plusieurs fois sauvé cette mission grâce à sa présence d'esprit. Ce point final est la preuve dont j'avais besoin qu'avec de la coopération et de la confiance, on peut faire des choses intéressantes en rp, même sans rivalités, même sans l'artifice des statistiques. Il faudra peut-être perfectionner certaines choses dans la mjisation, n'hésitez pas à donner vos avis par mp.  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)
» [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)
» [Mission armures d'Or] Armure du Verseau (PV Camus)
» [Mission armures d'or] En avant, chevaliers ! (PV)
» [Mission de rang C] Le Temple aux crocodiles (Solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Ruines anciennes :: • Quartiers de Jörmungand-