Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 Un repos bien mérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Dim 20 Mar - 21:38

Se laissant soigner sans rien dire, Camus essayait de voir un peu l'ambiance que ça devait être au Sanctuaire. Sauf que la jeune fille était dans le coma à ce moment là, et elle ne savait donc même pas que Dohko avait été nommé Grand Pope après la bataille du Sanctuaire. Enfin, il n'était pas nécessaire de s'étendre sur le sujet, ils verraient bien une fois de retour sur place - s'il en restait quelque chose... dans les souvenirs de Camus, les lieux avaient été bien amochés par les deux Athéna Exclamations envoyées l'une sur l'autre!

Bref... maintenant qu'elle s'était occupée de lui, il s'inquiétait un peu pour elle, notamment pour cette histoire d'armure d'or. C'était une lourde responsabilité, et de ce qu'il avait entendu avec la conversation des armures, elle n'était pas trop emballée? Mais de toute évidence, elle avait fait le choix de supporter ce fardeau, preuve qu'elle n'avait pas fait que grandir physiquement.

Il s'était redressé et lui avait alors proposé de s'occuper d'elle à son tour après qu'elle ait commandé à manger. Il tenait le bol dans ses mains et but quelques gorgées de soupe bien chaude, sur le coup, elle semblait surprise, ou du moins, elle réfléchissait à la question, mais il précisa bien qu'elle pouvait aller se mettre au moins un drap si elle le souhaitait, mais sachant qu'il n'était pas homme à profiter de la situation, elle se délesta de l'armure d'or pour se retrouver dans le plus simple appareil.

Il termina son bol rapidement pour ne pas qu'elle attrape froid et vint se placer derrière elle, récupérant l'arnica et les autres baumes qu'elle avait utilisés sur lui pour pouvoir la soigner à son tour. Par la même occasion, il se renseigna pour savoir ce qu'elle avait subit pendant cette aventure, et visiblement, ça n'avait pas été triste.

«Heureusement qu'Arès était là pour Taurus, avec sa force, tu aurais pu être sérieusement blessée.» il passait doucement ses doigts le long de sa colonne vertébrale pour vérifier ses vertèbres si elle n'avait rien de déplacé... il finit d'ailleurs par sentir qu'effectivement, elle avait quelque chose qui clochait, il prit rapidement le morceau de pain qu'elle lui tendait et le mit dans sa bouche avant de passer son bras sous l'aisselle de la jeune fille

«Pose ton bol, je vais réaligner tes vertèbres et tu dois te détendre.» il attendit qu'elle soit prête puis plaqua plus ou moins le dos de Myrdhinn contre son torse «attention, je dois poser ma main sous ton sein, dis moi si je te fais mal.» il prit appui puis la fit pivoter une fois vers la droite, une fois vers la gauche avant de la redresser d'un coup sec, il y eut une succession de petits "cracs", preuve qu'il avait réussi à tout réaligner. Il retira ses mains et vérifia de nouveau sa colonne vertébrale, ça semblait aller mieux.

«Bon, c'est déjà mieux.» il continuait d'écouter ce qu'elle pouvait dire à propos de son combat dans la maison de la Vierge, il n'appréciait pas le fait qu'elle ait ainsi risqué sa vie pour une armure, mais il savait qu'elle était comme ça, toujours prête à tout pour les armures... il prit de l'arnica et en appliqua sur ses hématomes, elle avait aussi quelques coupures ici et là, mais le plus inquiétant, c'était les probables déchirures musculaires qu'elle avait à cause de sa poussée de croissance...

«Tu vas avoir besoin d'anti-inflammatoires... tiens.» il fouilla dans la boîte à pharmacie et lui prit deux cachets qu'il lui tendit pendant qu'elle finissait son repas. Il prit ensuite le draps du lit et le lui posa sur les épaules, il ressentit une drôle de sensation tout de même au niveau du cœur, même s'il la considérait surtout comme une sœur, la voir désormais avoir presque le même âge que lui était perturbant... certes, sur le papier, il avait 24 ans maintenant, mais quand on était mort pendant 4 ans, on pouvait dire qu'il jugeait en avoir encore 20... bref.

Elle s'inquiétait à présent pour Kanon, il n'était sur de rien le concernant.

«Il était avec nous pour affronter Jormungand. Mais lorsque le serpent a disparu, je ne sais pas où il est passé... il faut dire qu'entre temps, j'étais dans l'estomac de la bête. Malgré tout, j'ai ressenti son cosmos, je pense qu'il doit être dans le même état que moi, mais qu'il est bien vivant.» autrement dit, bien blessé, si ce n'est beaucoup plus que lui avec tout ce qu'il avait pris avant qu'il n'arrive!

Ayant terminé ses soins, Myrdhinn vint prendre sa main et y déposa un baiser pour le remercier, il soupira et se plaça aux côtés de la jeune femme, une question lui vint à l'esprit

«Il y a une question que je me posais, vu que tu as connu la précédente génération, tu as peut être la réponse, car je ne l'ai jamais trouvée dans un aucun livre... cette histoire de masque, pour les femmes chevaliers. Quel est l'intérêt de les obliger à aimer celui qui verra leur visage dans la mesure où les relations entre chevaliers sont interdites?» était-ce une forme de punition? Devoir aimer un homme qu'elles n'auront de toute manière pas le droit d'avoir? C'était la conclusion à laquelle il était arrivé, mais en même temps, c'était peut être aussi une manière délicate de faire comprendre à Myrdhinn que malgré les sentiments qu'elle pouvait avoir pour lui, même si elle avait grandi et qu'un jour "peut être" il pourrait les partager, ça ne changerait pas grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Lun 21 Mar - 11:51

"Oui, heureusement qu'il était là, je déteste les zombies, et il y en avait plein. Mais ce qui m'inquiète bien plus... c'est ce qu'Arès demandera en contrepartie pour son aide."
La jeune femme fit une drôle de moue, bon, elle ne se serait pas frottée aux cadavres, et s'était juste téléportée pour bien les éviter. En cet instant, il était si doux d'être jamirien.
"Je ne suis pas connue pour être la sainte la plus forte physiquement du Sanctuaire."

Myrdhinn se laissa faire à son tour, esquissant de temps une grimace. Elle avait plus subit qu'elle ne le pensait, et son corps le lui disait douloureusement. Si elle avait parfois envie de crier, elle se retint tant bien que mal, sa fierté mal placée la poussait à agir de la sortes.
Camus lui demanda de poser son bol, ce qu'elle fit avec une moue, car Myrdhinn était de celles qui aiment manger, et attendit... quelques secondes.
Il passa un bras sous ses aisselles, puis une main sur son sein ce qui la fit lever un sourcil pour regarder la main en question.
"Hou dis donc, on devient plus qu'intimes là" finit-elle par dire avec une pointe d'humour qui lui servait plus à dédramatiser la situation un peu gênante dans laquelle elle se trouvait. Et d'un geste sec accompagné d'un crack, remis en plus ce qui ne l'était plus, provoquant un "ouille" de la part de la demoiselle. C'était pour cela qu'elle détestait se battre, à chaque fois elle devait subir ce genre de choses douloureuses et pas très agréables.

Sans broncher, elle prit les cachets qu'elle goba avant de reprendre son bol et de continuer à manger.
"Oui, grandir est douloureux, j'ai mal aux genoux, je sens mes articulations sensibles... c'est en partie pour cela que mon pouvoir était pratique." Myrdhinn sourit doucement, mais n'en dit pas plus, alors qu'un drap vint se poser sur ses épaules.
Elle finit son repas, qui était plutôt fadasse, et manquait de fromage.
La jeune femme adorait le fromage, elle soupira.

Apprendre que Kanon s'en était sortit la soulagement visiblement, car elle détendit ses épaules. Elle aurait juste souhaité qu'il soit parmi eux, mais se dit qu'elle le retrouverait au Sanctuaire. Son inquiétude se calma un tant soit peu, et elle sourit plus franchement.
"J'espère qu'il va bien... je n'aimerai pas perdre mon meilleur ami."

Finalement, il semblait encore agacé, et elle ne comprit pas vraiment pourquoi. La jeune femme s'enroula un peu plus dans le drap, et regarda un peu fixement ses doigts, ne sachant pas trop comment interpréter la réaction de Camus. Et c'était bien la première fois qu'elle s'en souciait par ailleurs.
Vivre en tant que Sainte était un réel sacerdoce, une souffrance, et elle se maudissait intérieurement d'avoir accepté le fardeau. La question du chevalier à ses côtés ne fit qu'amplifier ce sentiment de détresse qu'elle ressentait à cet instant.
Malgré tout, elle prit sur elle de ne laisser rien paraître, esquivant les yeux du chevalier des glaces.
"Les déesses ont cette tendance à jalouser très fortement les autres femmes." Elle soupira.
"Beaucoup de gens voient en cela une action sadique, égoïste, mais c'est bien mal connaître notre déesse."
Athena ne jouissait pas vraiment de l'affection de grand monde à vrai dire, mais Myrdhinn avait appris à l'aimer pour ce qu'elle était, et à comprendre au fils du temps le pourquoi de ses actions.
"En vérité, ses lois ont un sens qui peut avoir plusieurs degrés de lectures, et il serait bien stupide que de se contenter d'une interprétation en surface.
La loi sur les masques était une manière de protéger la vertu de ses guerrières, dans un temps où la femme se devait d'être chaste et vertueuse. C'était une façon d'ériger une barrière entre sa vie de femme et sa vie de sainte. "

Myrdhinn détestait cette idée de porter un masque, par pur esprit de rébellion, elle s'était accoutumée enfant à le refuser, et finalement, avait gardé cette lubie tout au long de sa longue vie.
Elle se tourna enfin vers Camus et laissa échapper un rire amusé:

"Mais, mon cher, les hommes nous les obtenons à la finale. C'est juste que vous n'avez pas vécu assez vieux pour le voir. Comment pensez-vous que les compétences et le cosmos puisse se transmettre? "


Myrdhinn leva son index juste tout près du nez du jeune homme et d'un air amusé continua:
"En vérité, selon Athéna, l'amour, le véritable amour ne peut grandir et s'épanouir que dans l'adversité.
Comment savoir si on aime réellement si tout est offert sur un plateau d'argent? Si l'on vie une vie amoureuse facile? Nous ne serions que des humains comme les autres, nous verrions des disputes, des divorces, des histoires rocambolesques de tromperies. C’est justement cet interdit qui génère ce sentiment très fort entre chevaliers, les liens sont alors indestructibles, les enfants issus de telles unions sont d'excellents chevaliers, nés et élevés dans une sorte de triade d'amour.
J'ai connu nombre de saintes et leur descendance, je peux t'assurer qu'Athena n'a jamais interdit l'amour, mais ne laissera jamais une union se faire sur un coup de tête. "

En haussant les épaules, la petite jamirienne continua :
"Elle est la déesse de la sagesse, elle fait accepte ou refuse les unions selon ce qu'elle pense être le mieux pour nous. C'est pour cela qu'il faut lui faire confiance, et savoir lire entre les lignes. Je pense que cette histoire de masque a énormément plu à son coeur profondément romantique, cela créait de belles histoires d'amour. Personnellement, je ne l'ai jamais porté car... je n'aime pas me sentir enfermée de la sortes, on y respire bien mal là dessous."

Enfin, elle fixa ses yeux bruns sur Camus et conclut:
"D'ordinaire, une sainte doit raccrocher l'armure après son mariage. Mais les temps changent, qui sait si il n'y aura pas des congés parentaux à l'avenir au Sanctuaire. "
Malgré son âge réel, la jeune femme faisait preuve d'une manière de penser progressiste, moderne même, elle eu le sentiment désagréable que tous ne partageaient pas ses vues, aussi, décida-t-elle d'aller voir Athena à la première occasion pour lui reparler de ces petits point de loi, et avec le grand pope tiens... parce que bon, il leur fallait évoluer un tant soit peu aussi.

Malgré tout, elle sentait son coeur se serrer, il ne l'aimerait probablement jamais, tout comme Degel avant lui, à croire que la jeune femme était maudite, elle ne savait plus si elle devait en rire ou en pleurer.
Cachant au fin fond de son être ses pensées assez désagréables, elle le poussa doucement du coude:
"Il y a des choses qu'on ne contrôle pas, et quand bien même, je ne souhaiterai pas changer ce que je ressens... et ce quoiqu'il advienne.
Je me sens vivre."

On oubliait souvent qu'avec 200 ans de vie, l'humain avait tendance à devenir de plus en plus blasé, perdre peu à peu ses émotions et ce qui faisait de lui un être aussi vivant et merveilleux.
Les spectres eux même étaient confrontés à ce phénomène, et tombaient peu à peu dans une sorte de décrépitude grotesque, une caricature d'humain sans queue ni tête.
Ses sentiments, Myrdhinn s'y était raccrochée envers et contre tout, préférant la souffrance à la chute difficile dans un gouffre de néant.

"Et toi? qu'en penses-tu de tout ceci? Je sais que je te mets dans une situation délicate,je ne suis pas assez naïve pour ne pas le voir, mais que souhaites-tu?"






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Lun 21 Mar - 15:48

Maintenant que Camus était plus ou moins rassuré sur l'état de Myrdhinn, ils pouvaient vraiment se reposer. Il s'était installé à côté d'elle, prenant parfois un morceau de pain pour poursuivre son repas alors qu'elle finissait de manger aussi, visiblement, son plat n'était pas trop à son goût, mais Asgard n'était pas vraiment un terrain propice aux cultures, les fruits et légumes n'étaient pas toujours de la meilleure qualité, du moins ça dépendait desquels. Bref, toujours est-il que l'ambiance était un peu pesante lorsqu'il était question de Kanon, et Camus espérait avoir pu rassurer la jeune femme sur la santé de celui qu'elle appelait son meilleur ami.

Il resta quelques secondes à la regarder, observant surtout ses nouveaux traits. Le fait qu'elle ait grandi lui donnait une apparence nouvelle à laquelle il devait s'habituer. Passer de la Myrdhinn enfant à l'adulte était assez déstabilisant, surtout en sachant les sentiments qu'elle pouvait éprouver pour lui. S'il avait été suffisamment aveugle - ou naïf - pour les ignorer jusqu'à présent, elle avait été bien assez explicite dans ses derniers propos. Et cette fois, il ne pouvait même plus vraiment le mettre sur le compte d'une petite amourette d'adolescente, et vu la détermination dont elle semblait faire preuve vis à vis de ses sentiments, il commençait un peu à s'inquiéter pour elle, d'où sa curiosité par rapport aux masques.

Il avait une certaine théorie à ce sujet, et il se rendit vite compte que Myrdhinn en avait une beaucoup plus détaillée, preuve qu'elle y avait longuement réfléchie durant sa longue vie et qu'elle avait surement rencontré des gens pouvant appuyer ses théories.

«Tu supposes donc qu'Athéna impose le masque afin que les chevaliers soient prêts à braver sa loi par amour pour prouver qu'il est sincère et véritable, et que dans ce cas seulement elle accepte leur union?» d'une certaine manière, il pouvait comprendre ce cas de figure. N'avait-il pas, lui-même, bravé un interdit en usant de l'Athéna Exclamation sur Shaka pour atteindre Athéna lors de la lutte contre Hadès? Il ramena sa main sur son cœur, cette pensée lui était encore douloureuse, et il en venait à se demander pour quelle raison avait-il encore le droit de porter son armure d'or aujourd'hui. N'aurait-il pas du être renié pour cet acte? Des actuels chevaliers qui semblent être revenus du mur des lamentations, il est le seul à avoir exécuté l'Athéna Exclamation. Mû, Aiolia, Milo... Saga et Shura, aucun d'eux n'était visiblement revenu. Il avait plus ou moins eu confirmation en voyant la manière dont les armures avaient disparu après la défaite de Jormungand.

Il détourna les yeux, quelques secondes, écoutant encore ce que Myrdhinn avait à dire sur le sujet. Mais il comprenait tout de même ce qu'elle voulait dire. C'était effectivement le genre d'Athéna de mettre les gens à l'épreuve, et prouver leur amour, celui avec un grand A, avec l'épreuve du masque à traverser. Malgré tout, il trouvait cette épreuve.. étrange. Après tout, une fois qu'une femme avait dévoiler son visage, l'obliger à aimer l'homme qui l'a vue, était-ce vraiment une manière de tester l'amour? Il avait du mal à y croire, même si on ne pouvait pas dire qu'il soit très connaisseur du domaine.

Il haussa cependant un sourcil et se tourna vers Myrdhinn lorsqu'elle mentionna les congés parentaux... la belle affaire.

«Crois-tu vraiment que tu pourrais rester sans rien faire si Athéna venait à être menacée, pendant que tu serais enceinte?» voilà pourquoi les femmes chevaliers ne pouvaient conserver leur armure une fois qu'elles étaient mariées. L'idée qu'elles aient à choisir entre Athéna et leur enfant était bien trop cruel, la déesse s'y refuserait. Malgré tout, il trouvait la décision difficile, une femme chevalier devait renoncer à son devoir envers la divinité pour porter la vie, c'était... on va dire que c'était le genre de choses qu'il avait du mal à concevoir.

Elle vint le pousser un peu en parlant de ce qu'elle pouvait ressentir, il lui fallut quelques secondes pour tilter qu'elle parlait de lui, et il soupira en ramenant une main sur son visage, allant ensuite ramener ses cheveux en arrière pour fixer le plafond. Jamais il n'avait eu ce genre de conversation par le passé, c'était plutôt difficile pour lui de s'exprimer là dessus.

«Je ne suis pas le mieux placé pour me faire une idée là dessus. Pour ma part, obliger une femme à aimer un homme juste parce qu'il a vu son visage, je n'appelle pas vraiment ça une épreuve pour tester l'amour, mais plutôt une forme de punition pour avoir osé être faible. Les femmes chevaliers se doivent d'être aussi fortes que les hommes, et si elles ne sont pas capables de tuer leur ennemi, elles doivent l'aimer. J'ai du mal à y voir une preuve d'amour là dedans.»

Il prit appui sur ses genoux et finit par se lever, se tournant pour faire face à Myrdhinn. Même si elle portait un drap sur ses épaules, elle était encore partiellement dénudée, mais ça ne le dérangeait pas outre mesure.

«Je sais que pour beaucoup de chevaliers, et surtout pour Athéna, l'amour est l'arme absolue. Mais tu sais que de mon point de vue, les sentiments sont davantage un obstacle qu'une aide. Tes propres sentiments ont failli te coûter la vie aujourd'hui, tu as donné l'ensemble de tes forces pour des armures. Nous avons tous ce sentiment d'être prêt à donner notre vie pour notre cause. Mais si ça doit être le cas pour sauver Athéna et ce en quoi elle croit, je ne peux admettre qu'on soit prêt à donner sa vie pour sauver celle d'une seule personne, juste parce qu'elle nous est chère. L'amour a tendance à nous obliger à sauver une personne plutôt que le plus grand nombre, et c'est ce que je ne peux admettre.»

Il finit alors par s'approcher d'elle et posa un genou à terre pour plonger son regard dans le sien
«Comprends moi bien, Myrdhinn. Malgré toute l'affection que je te porte, je ne peux me permettre de te laisser passer avant mon devoir.» d'une certaine manière, ce n'était pas vraiment un non catégorique sur la possibilité qu'il puisse ou non avoir un jour des sentiments pour elle, mais juste une profonde conviction que ses sentiments ne pourraient jamais passer avant son devoir envers Athéna. Il espérait qu'elle le comprendrait ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Lun 21 Mar - 18:09

La jeune femme finit par fouiller dans son sac et en tira un paquet de petits bombons qu'elle avait dégotté sur sa route, le sucre lui redonnerait de l'énergie, le sucre c'était la vie!
Elle croqua tranquillement l'une de ces petites violettes glacées et en proposa à son compagnon de route. 

"Le sucre, ça aide pour retrouver un peu d'énergie." Commenta-t-elle avec simplicité. 
Elle réfléchit néanmoins aux paroles de Camus, grignotant avec attention son petit bonbon. 
"Hum..."  Certes, sa théorie paraissait capilotractée, mais à vrai dire, elle avait appris au court de sa vie que les Dieux pouvaient se montrer facétieux, et rien ne pouvait être interprété simplement. 
"Il suffira de lui demander, la prochaine fois où nous la verrons." Myrdhinn sourit simplement en réajustant son drap. Elle n'avait jamais put rencontrer Athena en chair et en os, mais avait entretenu, il y a fort longtemps, une correspondance passionnante avec l'une de ses réincarnations, et elle avait découvert quelle personnalité passionnante avait leur déesse, bien loin de l'image de cruche que véhiculaient les autres dieux. 

La conversation sembla tourner à la gêne générale. Elle n'en connaissait pas les raisons, car elle n'était pas encore éveillée à ce moment là, mais la jeune femme se douta très vite que le jeune homme avait vécut des choses difficiles. 
Myrdhinn le fixa avec son air grave, comme si elle essayait de le décortiquer. Elle allait ouvrir la bouche pour poser une question, mais se retint, comprenant sans doutes que ressasser ces souvenirs allait le mettre mal à l'aise. 
Elle garda ses yeux fixés sur lui, puis finit par chuchoter:
"Si un jour tu souhaites en parler...je t'écouterai." 

En son fort intérieur, la jeune femme se maudit, encore une fois. Elle était parfois si maladroite, mais comment soutenir quelqu'un qui ne le souhaitait peut être pas ?

Parler de grossesse sembla la mettre légèrement mal à l'aise, elle dodelina sur place, légèrement, comme pour se réinstaller plus confortablement. 
"Hum... tu oublies une chose,  je suis celte. Et les femmes celtes ne sont pas connues pour jouer les princesses alors qu'elles sont grosses. Il est fort probable que tu ne le vois même pas si cela devait m'arriver un jour. "

Sa mère, elle-même avait caché sa grossesse, accouché seule au milieu des bois, sacrifié sa vie pour son dieu. De cette femme, elle ne gardait qu'un souvenir doux, de moments passés dans ses bras, bercée par ses chants, elle avait put se faire une image d'elle en correspondant avec son grand-père, mais aussi des cousins l'ayant connue de son vivant. 
Les femmes d'Avalon utilisaient une certaine technique pour réussir à cacher leur grossesse, considérée comme un moment de faiblesse, le Dieu pourvoirait à la protection des plus fortes, celles qui méritaient de connaître leur descendance. 

"Quant au principe des orphelins, et bien... nous le sommes tous bien avant de commencer notre entraînement, que cela soit de père, de mère. Le Sanctuaire est notre famille, quand bien même nous aimons profondément nos parents." 

Myrdhinn reprit une violette sucrée qu'elle commença à manger tranquillement. 
"Et bien entendu que je ne resterai pas les bras croisés! Quelle idée! Je râle énormément mais je finis toujours par faire ce qu'il faut non? Protéger notre déesse, c'est aussi protéger l'avenir de nos enfants, alors oui, je suis prête à me mettre en danger pour cela, je ne pourrais jamais me regarder dans une glace si jamais je fuis pour un sentiment égoïste comme "rester avec ma progéniture alors que le monde part en flammes"." 

La jeune femme semblait encore une fois déterminée. N'avait-elle pas déjà énormément sacrifié au Sanctuaire? Son enfance? Son corps? Sa jeunesse? sa famille, ses amis? Malgré tout, elle était toujours là, tentant de faire face, comme elle le pouvait et avec ses moyens qui paraissaient parfois dérisoires. 

Elle fronça les sourcils, annonçant avec une certaine candeur mais détermination sourde:
"L'amour est l'arme absolue! C'est parce qu'Athena nous aime profondément que nous sommes capables de miracles. Athena a pour nous un amour tel que nous ne pouvons nous l'imaginer.
Car à cause de lui, nous souffrons, à cause de lui nous nous sacrifions. C'est parce que j'aime le monde que j'accepte les blessures que me causent les pertes de tous les êtres chers dont la vie a défilé sous mes yeux, sans que je ne puisse la retenir. 
Chaque vie perdue est gravée ici...chaque souvenir, chaque nom, chaque sourire, chaque larme."

La jeune jamirienne posa une main sur son coeur. Elle avait souffert et souffrait encore de l'absence de ses amis, de leur perte, mais elle pouvait encore les voir, leur parler de temps à autre, chaque présence, chaque porteur marque à jamais l'armure de sa trace, et l'armure devient alors une sorte de lien entre les vivants et les morts. 

"Tu ne l'as pas sentit? Tu ne l'as pas remarqué encore? Nos chers disparus sont encore là, ils nous observent." Myrdhinn sourit heureuse. "Un jour, je te montrerai."

Les dernières paroles du jeune homme la firent froncer les sourcils, et se redressant à son tour, douloureusement, elle se posta devant lui et secoua son index avec un petit air furibond. 
"T'ai-je jamais demandé quelque chose de la sortes? Je préfères encore mourir que te voir abandonner nos compagnons et notre déesse pour moi, parce que je me suis mise dans une situation difficile, ou bien que je n'ai pas réussis! Je ne suis pas lâche et égoïste à ce point, et je suis bien capable de me sortir d'ennuis toute seule... enfin presque, suffit de me soigner et s'occuper un peu de moi. ça oui, j'aime beaucoup!"
Elle n'était pas la plus résistante du sanctuaire, mais savait gérer ses faiblesses, et se sortait, par on ne savait quel miracle, de situations périlleuses dans lesquelles elle se mettait bien souvent par excès de confiance. On pouvait dire qu'elle avait hérité d'un don merveilleux: survivante envers et contre tout. 
Oui, bon, c'était souvent en mauvais état qu'elle revenait, râlait tout ce qu'elle pouvait, mais elle revenait, inlassablement. Elle avait même survécut à la folie de l'horloge, de son état, du temps qui passait, les saisons passaient, les êtres chers disparaissaient, mais elle demeurait inchangée. 
Et puis, ensuite on s 'occupait un peu d'elle, elle pouvait faire le petit chat, et elle aimait cela.


"Et si je devais mourir un jour, j'espère bien que cela sera pour une raison, une cause que je défendrai. Tout ce que je demanderai, à ce moment là, c'est qu'on se souvienne de moi, un peu." 
Elle haussa les épaules souriante avec un air tranquille, puis, releva ses yeux vers Camus.
"Je ne te demande même pas de m'aimer en retour. J'ai fais l'erreur une fois, et... ce n'est pas un véritable amour que d'imposer le sien à quelqu'un qui ne le souhaite pas. Je..."

Myrdhinn était de ces personnes qui apprécient la vie juste comme elle vient. Elle finit par chuchotter en soupirant tristement:
"Moi, je veux vivre, même à en mourir, et ne rien regretter."
Elle le fixa de nouveau en lui attrapant le bout de son nez d'un air taquin:
"Et je veux rencontrer Athena, lui parler. Et toi? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Lun 21 Mar - 19:23

Autant le dire, les deux jeunes gens n'étaient pas trop sur la même longueur d'onde concernant l'amour. Myrdhinn semblait rejoindre l'avis d'Athéna et de bon nombre de chevaliers d'Athéna alors que lui... oui, il était plutôt un cas à part. Et il le savait. Après, il est vrai que les armures portaient les traces de leur ancien porteur, mais de là à dire que c'était l'amour qui les liait ainsi, il n'en était pas sûr. De son point de vue, c'était surtout la foi et la dévotion envers Athéna qui maintenait les âmes auprès d'elle par le biais des armures.

Enfin... la vie n'était pas toujours simple, mais cette histoire de masque, de couple avait de quoi intriguer n'importe qui, et Camus était quelqu'un de curieux qui aimait avoir des réponses aux questions qu'il se posait, peu importe lesquelles, peu importe les sujets. Et Myrdhinn était une source de savoir assez intéressante de par son passé et son vécu. C'est aussi pour cela qu'il était attaché à elle et qu'il se plaisait à discuter avec elle depuis tout petit. L'idée qu'une femme chevalier puisse se battre alors qu'elle était enceinte était plutôt délicat, mais effectivement, il avait oublié que le peuple celte était de ceux qui ne s'arrêtaient pas à ce genre de choses. Les femmes celtes étaient tout aussi redoutables que les hommes, et telles les lionnes, probablement pires encore lorsqu'on s'attaquait à leurs petits! Au final, même s'il avait du mal à imaginer Myrdhinn enceinte un jour, il supposait que si elle vivait assez longtemps pour cela, elle ferait surement une très bonne mère.

Mais la situation était tout de même compliquée... surtout pour lui. Il n'était pas de ceux qui croyaient en l'amour et ses vertus, il voyait davantage cela comme un poids et un fardeau. Il craignait que Myrdhinn se fasse de fausses idées sur ses intentions et la manière dont il pourrait voir leur relation. Mais elle se leva, l'air presque offusquée qu'il ait pu avoir une idée pareille et eut presque peur lorsqu'elle s'approcha de lui avec cet air de poissonnière dont on aurait critiqué la marchandise!

Il écouta sa tirade, décidément, elle ne cessait jamais de le surprendre, même si au fond, il avait de quoi s'attendre à une telle réaction. Il aurait pu poser sa main sur sa tête si elle n'était pas si grande à présent! Et puis, elle n'était plus une enfant non plus...

«Je vois... désolé de t'avoir offusquée» il posa finalement sa main sur son épaule et attendit qu'elle lève la tête pour croiser son regard «et je suis sur que tu resteras longtemps dans les mémoires. Tu sais que les chevaliers du Verseau tiennent toujours un journal sur leur vie au Sanctuaire, Degel y parle de toi, et je parle également de toi...» elle ne risquait donc pas d'être oubliée, il y aurait toujours au moins les futurs chevaliers du Verseau pour connaître son existence et une partie de son histoire... «et aucune armure ne pourra t'oublier non plus, je pense.»

Il prit une profonde inspiration, mais elle reprit la parole par rapport à ses sentiments, ses paroles demeuraient pleines de sagesse, bien qu'un peu triste
«Même si tu me le demandais, je ne pourrais te donner satisfaction. Les sentiments ne se commandent pas, et pour quelqu'un comme moi qui refuse d'en éprouver, ce sera d'autant plus difficile de gagner mon cœur. Mais malgré tout ce que je peux dire ou croire, je crains que je ne sois pas non plus en mesure de décider de ce que je pourrai ou non ressentir un jour. Mais on va dire qu'il faudrait surtout que je vive assez longtemps pour éprouver le besoin d'avoir une vie et fonder une famille. À mon âge et dans ma situation actuelle, ce n'est guère ma priorité.»

Si Shion a pu avoir une famille, c'est peut être aussi parce qu'il avait un ou deux siècles à tuer sans qu'il n'y ait la moindre guerre sainte. Ce temps de paix était propice à ce genre de vie, et on ne pouvait pas dire que la situation s'y prêtait à l'heure actuelle. Athéna disparue, de nouveaux dieux à leur porte, Loki, notamment... et aucune idée de ceux qui pourraient également être prêts à attaquer. C'est alors que Myrdhinn vint lui pincer le nez et il leva les yeux au ciel en repoussant doucement son poignet, le regard sombre.

«Il faudrait que j'aille à sa rencontre, oui. La dernière fois que je l'ai vue...» c'était pour la voir se trancher la gorge afin de gagner les enfers. Ce souvenir n'était pas des plus agréables. Elle avait fait cela pour leur éviter la peine et la douleur de le faire eux-mêmes... ils avaient pourtant tout sacrifié pour en arriver là, jusqu'à la statue d'Athéna, y verser son sang afin qu'elle ait son armure! Mais elle n'avait eu qu'une partie de l'histoire et était partie trop tôt, trop vite, ne réalisant pas qu'il n'était pas seulement question de lui ôter la vie afin qu'elle lutte corps et âme contre Hadès, mais aussi pour ressusciter son armure... tout cela lui laissait un goût amer en bouche, un goût d'inachevé et d'échec.

«Je dois lui demander pardon pour mes fautes et m'assurer que ma place est bel et bien encore au sein de la chevalerie. J'ai accompli à deux reprises un acte tabou, je ne suis normalement plus digne de porter mon armure.» c'est peut être pour cela qu'il ne souhaitait plus la porter, maintenant qu'elle avait retrouvé toute son âme et tout son potentiel. Il l'avait portée pour lutter contre Jormungand, cela aurait été du suicide que d'y aller sans armure, mais à présent... il se devait d'attendre, de savoir s'il pouvait encore la porter. L'armure elle-même ne semblait pas le rejeter, mais qu'en était-il d'Athéna?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Lun 21 Mar - 20:58

Ils n'étaient pas d'accords, c'était une évidence, mais bien loin de s'en retrouver offusquée, la jeune femme ne réussissait qu'à le trouver d'autant plus intéressant... Zut... c'était pas ainsi qu'elle guérirait de cela... 
Souhaitait-elle seulement en guérir? 
Egoïstement, elle ne le souhaitait pas, elle savait qu'il ne répondrait jamais à ses sentiments, pourquoi le ferait-il? 
Effacer ses sentiments, et devenir une sorte de petit robot serait parfois plus confortable, mois douloureux, mais pourrait-elle ressentir les autres choses de nouveau? C'était comme si, en plusieurs décennies, peu à peu, son corps et son esprit d'étaient engourdis, et elle avait l'impression désagréable de se vider peu à peu. 
Aussi, c'était comme une désespérée qu'elle se raccrochait à ces sentiments, espérant ne pas tomber dans un néant profond. 
Le néant la terrifiait. 

Le contact de sa main froide la fit relever les yeux, des yeux inquiets qu'elle fixa de nouveau dans les prunelles froides du chevalier. Il y avait un mélange de choses dans ce regard, de la peur, de la tendresse, de la douleur, des questions. 
Il lui fallut faire un effort sur elle-même pour ne pas pleurer, et ravaler les pensées négatives qui l'assaillirent en cet instant. Bon sang, elle était pire que Jean qui rit, Jean qui pleure.
Elle respira profondément, avant de répondre:

"Degel ne m'aimait pas... il préférait cette...cette... " Elle prit sa respiration et lui tourna le dos pour essayer de reprendre un peu de contenance. Myrdhinn avait eu envie de la tuer, de les tuer tous les deux, elle était passée par une série de sentiments douloureux, et avait finit par se consoler entre d'autres bras. 
"Enfin... et toi... " Elle aurait adoré lire ce journal, mais ce n'était matériellement pas possible. "... je me demande bien ce que tu as pu écrire sur moi." 
La petite jamirienne botta en touche, elle allait dire autre chose, mais se ravisa. Elle se tourna légèrement, pour le considérer de nouveau. Myrdhinn avait une sorte de regard assez étrange, son regard était souvent très fixe, et marquait une sorte de gravité mélancolique. 
La jeune femme se mordit la lèvre inférieure. 
"Pourquoi tu te justifies?"
La demoiselle avait posé cette question sans penser à mal, c'était juste sortit comme cela.  Il se justifiait de ne pas l'aimer? c'était une étrange façon de faire tout de même, comme s'il cherchait à se dédouaner de quelque chose. 
Elle plissa les yeux, comme si eux-même demandaient une réponse, en silence. 


Malgré tout, la jeune femme pouvait sentir une sorte de brisure en Camus, quelque chose en lui avait changé, elle le sentait plus sombre. Qu'avait-il vécut pendant son sommeil? qu'avait-il put voir? Faire? Milo avait disparut, et malgré tout, il restait la personne la plus proche du chevalier du Verseau,la blessure devait être encore là. 


"Camus..." murmura la demoiselle du bélier en se rapprochant de nouveau de lui. Elle n'osait pas demander les raisons de ce trouble, elle n'osa pas car elle sentait son coeur battre fort, à lui rompre la cage thoracique. 
Elle aurait aimé le prendre dans ses bras, mais comment réagirait-il? 
Myrdhinn le regarda un instant, puis, se mettant sur la pointe des pieds face à lui, posa une mains sur sa tête:
"Je ne sais pas ce que tu as fait, je ne sais pas pourquoi tu l'as fais, mais je pense qu'il devait y avoir une raison..." Elle esquissa un léger sourire, chuchotant doucement. " J'aimerai te dire que remonter le temps pour changer les choses est possible...j'aimerai te dire que tu ne souffriras plus, mais ce serait te mentir. 
Tu as fais des erreurs, sans doutes graves... tout comme moi...Et pourtant, Athena semble nous faire encore confiance. Tu as été pardonné Camus."
La demoiselle détourna les yeux pour regarder Aquarius. 
"Tu sais, les armures sont très liées à Athena. Si notre déesse ne t'avait pas pardonné, tu ne serais plus là, mais chez les spectres, et Aquarius se refuserait à toi." 

Myrdhinn retira sa main, pour le prendre rapidement dans ses bras et le serra quelques courtes secondes dans un élan de candeur:
"Tu fais des erreurs, Camus, car tu es humain. "
Elle le lâcha très vite et se rassit sur le lit, se roulant de nouveau dans le drap. 
"Mais si tu as besoin de l'entendre de sa bouche, et bien nous la retrouverons, nous la ramènerons au Sanctuaire et elle pourra répondre à tes interrogations." 
La jeune femme se mordit de nouveau la lèvre inférieure et finit par ajouter:
"Sauf si ma présence te gêne."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Mar 22 Mar - 15:03

Les sentiments de Degel pour Seraphina étaient aujourd'hui seulement connus de Camus et Myrdhinn... le premier pour l'avoir lu dans le journal de l'intéressé, la seconde pour avoir vécu à l'époque où il avait connu la jeune femme. Malgré tout, le destin avait été plutôt tragique pour la jeune femme, mais même enfermée dans un cercueil de glace, l'ancien chevalier du Verseau n'avait jamais renoncé à elle... et il n'en avait probablement pas eu le temps, comme bon nombre de chevaliers d'or, sa vie avait été bien trop courte pour qu'il puisse faire son deuil.

Mais Degel avait écrit à propos de Myrdhinn aussi, à l'époque déjà elle avait un côté doux et attachant et le chevalier du Verseau y avait noté son affection, même si elle ne pouvait être aussi forte que ce qu'il éprouvait pour son amie d'enfance.. mais si on y regardait de plus près, Camus et Myrdhinn avaient une relation bien plus proche de ce que Degel avait vécu avec Seraphina qu'elle ne pouvait le croire...

«Degel t'aimait beaucoup, mais pas à la manière dont tu l'aimais...» quant à ce que lui avait écrit, il y en avait probablement bien plus qu'elle ne le pensait. Il sourit doucement en posant sa main sur l'épaule de la jeune femme, il voyait bien qu'elle ne voulait pas parler de lui, pour cela qu'elle détourna le sujet pour parler de ce que lui aurait pu mentionner dans son journal

«Tu es une amie d'enfance, Myrdhinn... j'ai passé presque toute ma jeunesse du Sanctuaire en ta compagnie, il y a bien des choses qui sont couchées sur le papier vis à vis de ce que nous avons vécus ensembles. Et je vais avoir bien des choses à y ajouter encore.» malgré tout, il ne la voyait pas vraiment autrement que comme une amie d'enfance, bien que si l'on se fiait à Degel, les sentiments qu'il éprouvait pour Séraphina avaient évolué au fil du temps... mais Camus s'était éloigné du Sanctuaire par la suite pour entraîner ses disciples, et Myrdhinn avait sombré dans le coma. Ils s'étaient perdus de vue, et cela avait peut être contribué au fait que les sentiments du jeune homme n'avaient pas évolué.

Pourquoi il se justifiait? n'était-ce pas évident?

«Je n'aime pas te savoir malheureuse. Et l'idée que j'en sois responsable m'est pénible.» il n'y avait qu'à voir la façon dont elle réagissait à l'idée que Degel en aime une autre. Que se passerait-il si lui-même venait à rencontrer quelqu'un qui réussisse à le faire fondre? Honnêtement, tout ça le dépassait un peu, et il se félicitait intérieurement de refuser tout sentiment. C'était beaucoup plus simple comme ça.

Malgré tout, un doute subsistait dans son cœur à l'idée de rencontrer Athéna. La dernière fois qu'il l'avait vue, il avait accompli des actes impardonnables avec Saga et Shura... il avait encore du mal à admettre que l'armure du Verseau l'accepte encore en tant que chevalier, il fallait qu'il aille à la rencontre d'Athéna pour demander son pardon et assumer les conséquences de ses actes.

Myrdhinn faisait de son mieux pour le rassurer, il était étrange qu'elle soit apte maintenant à mettre sa main sur sa tête! Les rôles étaient un peu inversés visiblement, mais Camus n'était pas trop d'humeur à en rire.

«Nous verrons. Aquarius m'a peut être accepté temporairement parce que la situation l'exigeait. L'urgence l'a peut être contraint à m'accepter le temps de lui rendre son âme.» il préférait se tenir prêt à toute éventualité.

C'est alors que Myrdhinn vint se blottir contre lui, il ramena simplement ses bras autour d'elle, mine de rien, avoir quelqu'un qui vous fait confiance est toujours rassurant lorsque vous doutez de vous-même et de votre aptitude à remplir votre devoir.

«Tu es un chevalier d'or à présent. Un compagnon d'armes, ta présence ne peut pas être une gêne.» et puis bon, elle voulait retrouver Athéna elle aussi, mais ils ne pourraient surement pas partir dès maintenant «prenons encore cette journée de repos. Nous pourrons tenter de rejoindre le Sanctuaire dans la soirée afin d'en apprendre plus sur sa disparition... je me demande dans quel état il va être. La dernière fois que j'y ai été, une grande majorité des temples avait été détruite.»

Par sa faute. Et encore, il ignorait le drame qu'il s'y passait à l'heure actuelle et l'état dans lequel ils allaient vraiment le retrouver. Il lâcha Myrdhinn et s'approcha de la corbeille de fruits qui était toujours là, avant de s'asseoir sur le lit et grignoter un peu. Il était inutile de se précipiter de toute manière, il valait mieux se reposer avant de reprendre la route...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrdhinn
Forgeron et chieuse à domicile
Forgeron et chieuse à domicile
avatar


Messages : 381
Date d'inscription : 15/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
8/50  (8/50)
Faction: saints

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Mar 22 Mar - 21:20

C'était bien gentil de sa part d'essayer de la rassurer, et cela la fit sourire, doucement. 
Camus semblait froid, distant, mais elle savait qu'il était profondément bon, et attentif à ses proches. S'en rendait-il compte? probablement préférait-il passer outre et ne pas relever cet état de fait. 
Elle l'avait écouté sans dire un mot, le fixant avec un air grave mais doux. Quelque part, il lui semblait qu'il se contredisait, mais elle chassa très vite cette idée, se disant qu'elle ne devait pas se faire des idées, et juste, juste profiter de sa présence et du contact qu'il lui permettait de temps à autres. 
Elle sourit lorsqu'il répondit en l'entourant de ses mains, ho oui, tant qu'il continuerait à lui donner de l'affection par des gestes aussi anodins, elle serait heureuse. Myrdhinn était de celles qui apprécient le contact physique avec les êtres qui lui sont chers, et les câlins la contentaient sans doutes autant que... les contacts de la chair.

Malgré tout, ce qui la tira de son petit moment de bonheur, c'est ce sentiment étrange que son compagnon se rongeait de l'intérieur... son regard semblait plus fuyant que la dernière fois qu'il l'avait vu. Elle l'observa s'assoir sur le lit, et maladroitement, alla se coucher sur le lit à côté de lui, toujours enroulée dans son drap. 

"Tu sais, tu devrais prendre ton retour comme une chance." Myrdhinn bougea un peu dans le lit, pour s'installer confortablement sur le ventre. "Pas pratique ça..." râla-t-elle alors, parlant probablement de sa poitrine. 
"Une chance de pouvoir racheter tes péchés." Tout comme elle. Elle se retrouvait à porter une armure d'or, à devoir occuper une place en première ligne pleine de responsabilités, chose qu'elle avait toujours fuit comme la peste. 
Elle lui tapota le dos de la main légèrement. 
"Comme moi. Tu vois, on se ressemble plus que tu ne pouvais le penser." 
Tentative d'humour un peu maladroite, mais qui avait le mérite d'exister. 

"Nous repartirons lorsque tu jugeras cela bon. Tu es mon aîné après tout.En attendant, j'aimerai que tu te reposes, je vais, de mon côté voir l'état des troupes." 
Myrdhinn avait une idée en tête, elle garda le silence, tentant de contacter les camarades avec sa télépathie, pour certains, elle ne reçut rien à part un silence lourd, si lourd. Pour d'autres, la situation lui semblait aussi difficile que pour eux, et les voix lui semblaient si lointaines. 
Myrdhinn resta concentrée pendant une bonne partie de la journée, visiblement concentrée sur ce qu'elle faisait, parfois, elle esquissait une grimace, parfois une sorte de sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camus
Mister Freeze d'Athéna
Mister Freeze d'Athéna
avatar


Messages : 605
Date d'inscription : 30/01/2016

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
18/50  (18/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Mer 23 Mar - 18:56

Être chevalier d'Athéna quand on avait accompli l'acte qui devait normalement vous radier de la chevalerie. Difficile d'être optimiste dans ces cas là, et il fallait le reconnaître, Camus était toujours de ceux qui envisageaient plutôt le pire pour y être toujours préparé. D'autant qu'il était aussi de ceux qui suivaient scrupuleusement les règles, et savoir qu'il les avait bafouées, même pour une bonne raison... ça ne lui plaisait pas.

De lui-même, il pourrait démissionner s'il n'était pas inquiet pour Athéna et que son sens du devoir et la loyauté envers sa divinité le poussaient à s'assurer qu'elle allait bien avant de songer à un simple rang. Au final, il ne cherchait pas à demeurer chevalier d'or, mais au moins s'assurer qu'Athéna allait bien. Avec la moitié des chevaliers d'or décimée, ce n'était pas le bon moment pour s'en aller. Elle avait probablement besoin de tout le monde.

Myrdhinn de son côté voyait davantage une forme de rédemption. Il ne savait pas s'il la méritait vraiment.

«Je présume qu'Aquarius demeurera à mes côtés jusqu'à ce que je trouve un successeur.» d'une certaine manière, c'était souvent comme ça que ça fonctionnait. Il fallait trouver un nouveau chevalier d'or pour prendre sa place et ainsi s'assurer qu'Athéna soit toujours protégée.

Assis sur le lit, Myrdhinn s'était allongée à côté de lui un moment avant de se décider à chercher les autres chevaliers. De son côté, il essayait de faire un récapitulatif de ce qu'il avait compris suite à la mission d'Asgard...

«À l'heure actuelle... je suis presque sur que les armures du Capricorne, du Scorpion et du Sagittaire n'ont plus de porteurs.. contrairement aux autres, elles ne sont pas parties quelque part pour rejoindre leur hôte, elles se sont comme évaporées dans les ténèbres... j'ignore ce que cela signifie, je me dis qu'au pire des cas, elles auraient normalement du simplement rejoindre le Sanctuaire...»

La Vierge avait disparu vers le sol, comme si elle s'était dirigée vers les Enfers, les autres armures avaient soit rejoint leur porteur s'il était à proximité, soit elles avaient pris la direction du Sanctuaire. Il finit par s'allonger à son tour, à côté de Myrdhinn. Les mains sur le ventre, il fixait le plafond pour la laisser se concentrer. Par moment, il fermait les yeux pour se reposer et essayer de se vider l'esprit.

Malheureusement, les nouvelles du Sanctuaire n'allaient pas être bonnes. Il leur faudrait partir au plus vite en espérant ne pas arriver trop tard pour aider leurs compagnons! Il ignorait qui pouvait être leur ennemi, mais il avait choisi le bon moment pour attaquer! Athéna disparue, les chevaliers d'or en Asgard ou en mission extérieure... ils semblaient bien peu nombreux à protéger les lieux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Destiny
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 26
Localisation : rouen

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Divinité

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   Sam 9 Avr - 0:00

Z'êtes choux!
20 xp Camus
20 xp Myrdhinn
10 xp Almas
distribué
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintseiyagoldenhope.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un repos bien mérité   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un repos bien mérité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un repos bien mérité [NEUTRE]
» Un repos bien mérité
» Du repos bien mérité (13.03 - 13h37)
» [Libre] - Un repos bien mérité
» Repos bien mérité dans une taverne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Village de Néophrem :: • Le marché de Midgard-