Derniers sujets
» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

» [FB] Le Soleil a Rendez-vous avec la Lune [PV Eden]
par Eden Mer 22 Mar - 9:37

» Catleya - "Dévorons nos ailes, nous nous échouerons dans ce bras d'Océan"
par Catleya Sam 18 Mar - 19:45

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Catleya Ven 17 Mar - 23:10

Logo

Partagez | .
 

 Vingt Quatre Heures de Libertée (PV Hakon).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vingt Quatre Heures de Libertée (PV Hakon).    Mar 15 Mar - 18:15

La fin de la bataille se finit sur une magnifique pluie de poussières dorée, c'était un peu comme une récompense, un énorme cris perça l'espace et le temps, le serpent se débattait de la mort et finit par disparaître sans laisser la moindre trace. Mon cosmos s'apaisait petit à petit et retombait, le gaz toxique lui m'avait cependant fait énormément tousser et souffrir. Toutes les toxines de mon corps se lancèrent à lasso contre ce fléau. J'étais comme paralysée, à terre, les jambes étendues, les bras le long de mon corps soutenaient mon buste. La seule chose qui me consolait était la lumière qu'on aurait put croire comme divine qui balayait la pièce de part en part.

Les armures d'or retrouvaient petit à petit leurs éclats d'entant. Les âmes semblaient revenir à elles et les faire revivre. Toutes les armures d'or se mirent à tournoyer lentement autour de l'autel, ce spectacle était juste magnifique. Cela eut pour effet de m'apaiser quelques instants, 7 rayons de lumières vinrent se joindre aux armures du lion, de la balance, du scorpion, du capricorne, même celle du sagittaire.  On aurait presque dit que le temps qui s'était arrêté reprenait sa place. On pouvait presque comparer cela à un feu d'artifice. Le poisson me quitta pour rejoindre les autres comme celle du Verseau et du Cancer. Un appel, avoir l'occasion de voir ça dans sa vie de saint, cela faisait quelque chose qui ne laissait pas indifférent.

Je voulus me relever avec tant bien que mal, en poussant sur mes jambes, lorsque je vis la silhouette de la jeune Myrdhinn apparaître.  Mes forces me revenaient petit à petit, comme si je guérissais de la plupart de mes blessures. Les autres semblaient aller bien eux aussi ! Kanon, Hakon, Camus. Arès avait disparut et s'en était allé comme il était venu. Finalement, je n'avais toujours pas compris son rôle dans cette histoire. Mais qu'importe, la bataille était finit. D'ailleurs, je fus surprise de voir certaine quand même se fondre dans la nuit et disparaître. Un sentiment d'espoir naissait en moi encore plus d'avant.

Puis je repensais à notre déesse, rien qu'en pensant à elle, toute ma douleur disparaissait, ou presque. Puisque le gaz toxique bouillonnait encore en moi malgré la disparition du poison.  J'esquissais un sourire vers l'armure de la Vierge et celle des Gémeaux me demandant ce que devenaient Shaka et Déalor. Ils me manquaient, et je me demandais comment ils réagiront tout les deux en me voyant avec cette armure d'Or que j'avais tellement désirée. Je venais de remarquer que toutes les armures prirent un chemin différent qui me rappelait étrangement le sanctuaire et l'Est. Je caressais mon armure lorsqu'elle revint se poser près de moi dans sa pandora box. Un manteau cape abîmé sur mes épaules couvrant mon corps meurtri par ce combat. J'avais encore mes protections mais plus pour longtemps, je devrais surement en racheter avant de retourner au sanctuaire.

Je fis quelque pas le cœur serré me relevant prenant ma pandora box qui était légèrement plus lourde que ma précédente. Je marchais lentement vers Myrdhinn pour finir par entendre Camus qui l'avait récupéré. Un soupire de soulagement, je fis un oui de la tête pour lui dire que je le savais bien, que j'étais désormais l'un des derniers remparts du sanctuaire. Je ne savais pas quoi faire maintenant, peut-être... récupérer Hakon ? et allez me reposer un peu ? Surtout que si notre déesse était bien de retour, le sanctuaire ne risquait "rien". Je vis quelque chose briller intensément, une sorte de pendentif. Et puis rien. Ce fut le néant totale. Le brouillard.  

========

Le faux sanctuaire était désormais retombé en neige et en flocons, parmi les ruines de l'ancien quartier. Tout était redevenue calme depuis sa disparition ainsi que l'anéantissement du serpent de la mythologie nordique. Le soir approchait, je me sentais recroquevillée sur moi-même, comme si je dormais quelque part. Doucement les rayons du soleil-couchant vinrent faire de l'ombre dans la pièce ou je me trouvais puis bercer mon rêve et mon visage. D'un brusque mouvement je me suis réveillée en sursaut, en sueur, comme si je venais de me rendre compte de quelque chose. J'étais encore un peu sonnée. Vraiment fatiguée, je ne sentais plus mon corps, je regardais de gauche à droite, je n'avais plus mon armure !

Je savais bien qu'il me manquait quelque chose ! Comme pour répondre à mon inquiétude la Pandora box finit par laisser sortir l'armure des poissons sur son socle. Je fis un sourire rapide, repris doucement ma respiration qui me faisait encore mal, calmant mon cosmos, je me mis en position de méditation. J'inspirais, expirais, de façon continuelle, relâchant la pression de mes muscles, le miroir en face de moi montrait un corps meurtrie avec pleins de pansements partout. Quand je regardais mon armure, j'avais eu de la chance de l'avoir avec moi ! Finissant ma méditation, je prenais appuie sur mes pieds pour pousser mes jambes et ainsi quitter le lit.

Je n'avais sur moi qu'un simple haut indien déchiré, et un bas en aussi piteux état. Je me demandais ce qu'était devenu Hakon ? M'avait-il ramené chez lui ? heu, je devais bien avouer que là je me sentais un peu paumée. En tout cas, la maison semblait simpliste, marchant les mains devant moi jusqu'à la pièce principale, ou je n'osais pas entrer. Demandant avec perplexité :

"Heuuu, y'a quelqu'un ? s'il vous plait ?"
Revenir en haut Aller en bas
 

Vingt Quatre Heures de Libertée (PV Hakon).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toi, Elles, Moi et les Livres (Satoshi)
» Fort-Liberté, une potentialité touristique
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Ruines anciennes :: • Quartiers de Hlidskjalf-