Derniers sujets
» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

» [FB] Le Soleil a Rendez-vous avec la Lune [PV Eden]
par Eden Mer 22 Mar - 9:37

» Catleya - "Dévorons nos ailes, nous nous échouerons dans ce bras d'Océan"
par Catleya Sam 18 Mar - 19:45

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Catleya Ven 17 Mar - 23:10

Logo

Partagez | .
 

 FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).    Lun 4 Avr - 20:42

« In the dark, And I'm right on the middle mark, I'm just in the tier of everything that rides below the surface, And I watch from a distance seventeen, And I'm short of the others dreams of being golden and on top, It's not what you painted in my head, There's so much there instead of all the colors that I saw »
In the eyes of a teenage crystallized

Flashback: Fin Août début Septembre 1990 ~ Juste après la fin de la mission Asgard et Avant la guerre avec Ares.

La diligence me délivrait dans la capitale Oslo comme convenue. Nous quittèrent Asgard dès que je fus descendue de l'auberge ou je me trouvais avec Camus et Myrdhinn. Un premier trajet en solitaire, bien qu'une jeune femme conduisait celle-ci. Nous étions toutes les deux habillées de façon nordique, à la différence que moi je ne portais pas de polaire. Juste un manteau cape et des gants noirs. Je devais faire peur avec ma chevelure brune et mes prunelles d'un éclat rougeâtre flamboyant. Un parfait contraste entre cette poudre blanche et moi.  

La jeune femme avait tenté de me poser quelques questions sur le chemin de l'aéroport, sur ma destination, le ciel, le temps autant de petits sujets pouvant néanmoins amener à de grandes conversations. Sauf que j'étais encore un peu secouée par ce qui m'arrivais et ce que j'avais vécue il y a à peine deux jours. La bataille contre Jörmungand le serpent géant de la mythologie nordique. A l'occasion j'avais demandé à mon chauffeur si je pouvais lui emprunter des livres sur les populations du nord et leurs croyances. Elle me donna ainsi l'adresse d'une petite librairie ou je pourrais trouver mon bonheur.

Nous y fîmes une petite hâte car je fus pressée, je devais attraper l'avion pour le vol Olslo-New Dehli. Je savais que le futur choque thermique entre les températures de l'Inde et d'Asgard allait me plier un bon moment mais heureusement pour moi, j'avais préparé mon esprit en achetant des habits locaux. Repartir dans le chaud quand on revient d'une grande épopée dans la neige et la glace... cela pouvait vraiment beaucoup affecter le corps. Je profitais de mes derniers instants dans cet immense royaume du nord. En traversant l'aéroport d'Oslo si lumineux grâce à son système de fenêtre assez impressionnant.

La couleur dominante était le beige et puis il y avait aussi ce gris métallisé. Je marchais avec les yeux émerveillés, ma Pandora Box sur le dos mais restant visible, il me servait de bagage avec un petit sac en bandoulière que j'avais acheté. Je cherchais l'endroit pour embarquer tandis que je fis une pause pour me détendre et me rafraîchir un peu les idées avec un jus et un croissant. En profitant pour lire le journal que je m'étais également fournis par la jeune femme de la diligence qui m'avait accompagnée jusqu'ici afin de me servir de guide après avoir retiré mon billet à l'accueil et bravée l'interminable file d'attente pour le lieu d'embarquement.

Elle me serra la main surement en signe d'amitié puis me salua m'indiquant qu'elle ne pouvait aller plus loin car la route était détournée après par une route rocheuse rendue impraticable par une forte couche de glace et de neige.  La remerciant en lui adressant un dernier signe de main avant de sortir de la diligence ancienne. Mon cosmos se mit légèrement à brûler montant en flèche au fur et à mesure qu'il augmentait, je pris mon élan, et sauta à la vitesse de la lumière. Une gigantesque lumière envahit les lieux, libérant un parfum de rose qui lorsqu'il disparut ne laissait plus personne à part la petite cheffe. J'étais en route pour retourner au pays... enfin ! Après tout ce temps passé éloigné au sanctuaire. Je pourrais me sentir chez moi ? J'avais un doute... Tellement de souvenirs me revenaient en moi lorsque j’eu posée les pieds sur le sol indien.

Ce sol qui m'avait vue grandir, qui avait vu mes parents se rencontrer, s'aimer, et se trahir mutuellement. Ce sol qui m'avait fait rencontrer Shiva du Paon. En plein mois d'été, la chaleur était intenable ! Il me fallait vite mettre quelque chose de plus largement adapté ! Et de préférence qui était lège et laisserait l'air passer ! Nan parce que là j'étouffais sous cette tenue nordique qui attirait en plus tous les regards. J'avais atterrie sur le toit d'une maison de bois à l'écart de la grande ville d'Amritsar.

Amritsar... Capitale du Penjab, connue pour son bassin creusé dans la terre, région très peuplée, ou la religion est sacrée. Bien qu'aujourd'hui, il reste très peu d'adeptes de la communauté sikh. Les principales activités économiques comptent le tourisme, l'industrie textile et la fabrication de tapis, la production agricole, l'artisanat que l'on peut retrouver dans le centre-ville et le quartier dédié. La ville du temple-d'Or... en un sens, je ne savais pas grand-chose de la vie de mes parents ici. Sur cette promesse faîte en obtenant mon armure, je m'étais promis de revenir et me voilà. Le bidon-ville qui m'avait vu grandir était à l'opposé derrière l’aéroport international situé dans le village de Raja Sansi.

Je flânais parmi les étendus de commerce à la recherche de tenue traditionnelles dans les tons qui me plaisait. Le rouge, rose, bleu, vert et orange. Je n'en pouvais plus, il fallait vite que je choisisse, pas trop féminin mais pas trop garçon non plus... de toute manière on était en territoire neutre ici. Donc si un ennemi arrivait et devait se pointer, j'aurais le temps de jouer à cache et d'enfiler mon armure qui cacherait mes formes. Donc au pire des cas... je m'en foutais ! Je n'étais ni au sanctuaire ni en terre ennemi. Ni en terre inconnus quand même ! De plus, il semblerait que j'ai bien choisis mon jour tiens ! Il y en avait bien du monde !

Alors lorsque je choppais un passant pour lui demander ce qu'il se passait, eh bien, il me répondit que c'était jour de fête du Penjab. J'appris que nous fêtions la fête nommée Ganesh Chaturthi en l'honneur du Seigneur Ganesh, fils de Shiva et de Pârvatî, est vénéré. La fête pourrait apparemment durée onze à treize jours. Eh bien, il y allait avoir de l'occupation pour tout le monde. Finissant mon achat, je remerciais le patient avec un signe de signe et de main posées les unes contre les autres. Vue que la fête semblait à peine commencée, je rangeais mes habits nordiques sauf mes gants dans un coin de ma Pandora Box. Le manteau alourdi légèrement celle-ci. Puis je partis me purifier dans le bassin du temple d'Or.   Ce geste était pour moi plus que symbolique, c'était vraiment un honneur.  

Ce festival... me plongeait dans mon enfance. Une dure et stricte dans des conditions... plus ou moins difficiles. Cependant, je ne m'attendais pas à rencontrer cette personne à ce moment-là. Cette aura...Cette femme... imposait le respect quand on la voyait. Les cheveux encore mouillés, je pousse sur mes jambes pour m'obliger à sortir du bassin en faisant attention de ne rentrer dans aucunes statuettes ni personnes. Je pris mon appui sur le bord droit du bassin en espérant qu'elle ne m'est pas remarqué, puis je récupérais ma Pandora Box cachée dans un panier.

Sa grouillait de monde, zut, je n’arrivais pas à la suivre. Une blonde parmi nous, ce n'était franchement pas commun. J'essayais aussi de réduire mon cosmos au maximum. De toute façon, pour l'instant je l'avais... complètement perdue ! Je fis un soupire désespéré... que faire ? Ha mais oui ou avait-je la tête, il me fallait une petite statue, mais vraiment minime parce que j'étais entrain de me mettre pleins de charges sur le dos... comme si je n'en avais pas assez pour bien faire tiens ! Tant pis, je m'adapterais et ferais le tri plus tard, bon on ne peut pas dire que j'ai beaucoup de choses dans mon sac en bandoulière... mais quand même le poids sur les épaules avec l'armure, la box, et le manteau, aie aie aie.

Bon ou en était-je… ha oui ! La femme aux cheveux blonds… me rappelait quelqu’un… mais je devais surement faire erreur.  De toute façon… il ne pouvait être ici. Cette présence m’intriguait, mais du moment qu’elle ne me gênait pas. Je m’en fichais. Je devais me rendre dans le bidonville maintenant. En essayant de ne pas me faire remarquer…
 

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


Dernière édition par Almas le Jeu 5 Mai - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).    Mer 13 Avr - 21:33


Si tu fermes les yeux et songes au Monde, que vois-tu ?


Enfin un jour de repos pour la commandante qui n’avait pas vraiment l’habitude de cela. Faut dire qu’Arès lui laissait très peu de moment de répit. Alors cette fois, elle avait son congé et comptait bien en profiter et comme il se doit ! Personne n’allait gâcher sa journée. Elle s’était arrangée pour que Kanda, son meilleur ami et son bras-droit s’occupe de l’entraînement des troupes pour qu’elle n’ait rien à faire ou surveiller. Elle lâcha un soupir de soulagement à cette idée là et ne put empêcher un micro-sourire apparaître sur ses lèvres.

Voilà notre jolie commandante en train de se balader dans les marchés. Il y avait vraiment beaucoup de personnes et la commandante devait même parfois pousser les gens à son tour pour passer. Certains râlaient mais quand c’était eux qui poussaient, ils ne disaient rien, pas une excuse. Alors les râleurs avaient le droit à un regard glacial qui avait tendance à bien les calmer généralement. Le marché était très grand et les vendeurs avec leurs produits étaient abondants. Immédiatement celle-ci pensa à acheter quelque chose à Kanda. C’est vrai qu’elle ne lui avait jamais rien offert et pour une fois qu’elle avait envie de faire un cadeau à quelqu’un qu’elle avait appréciait, elle devait en profiter.

Il faut avouer que Xenia ne sait pas manipuler les sentiments, contrôler les émotions. Elle a tendance à les ignorer car une fois pris en compte, elle devient hors de contrôle et peut faire des ravages sans s’en rendre compte. Apprendre ce qu’est une émotion, comment la contenir sans exploser, comment l’exprimer, tout ça elle ne savait pas. C’est pour cela qu’elle ne se sentait pas humaine et bien à sa place aux côtés d’Arès. Sans émotion ni sentiment elle était une véritable machine de guerre. Incontrôlable. Que personne ne pouvait arrêter. Seul Kanda arrivait à lui faire sentir des émotions positives comme le plaisir de voir quelqu’un réussir, être fier de lui, vouloir être proche de lui. Mais ça, elle ne savait pas comment le dire ou le montrer, ce qui explique pourquoi Xenia reste toujours sans rien montrer. Ne rien montrer ne veut pas dire que son cœur ne bat pas.

Un verre brisé dans ses mains et un vendeur en train de râler. Perdue dans ses pensées, elle ne s’était pas rendu compte qu’elle n’avait pas déposé l’objet sur la table et qu’elle saignait. Celui-ci râlait car elle n’avait pas payé et que du coup c’était toujours son bien à lui. La commandante lâcha l’objet brisé et avec son autre main, donna une somme d’argent au vendeur sans compter. Au moins, il finit par se taire, enfin. Le vendeur passa le relai à son collègue et demanda à Xenia de venir près de lui. Elle s’approcha avec énormément de méfiance alors qu’il lui tendit un tabouret pour qu’elle puisse s’asseoir. Elle s’assit en silence alors que le vendeur soignait sa plaie au niveau de la paume de sa main.

« Faites attention la prochaine fois, ça pourrait s’infecter. »

Elle ne sut quoi répondre. La guerrière était troublée. Pourquoi est-ce qu’il l’a soignait alors qu’elle venait de casser une marchandise à lui. Elle ne put s’empêcher de baisser la tête, les joues légèrement rosées. Elle n’avait pas l’habitude que quelqu’un prenne soin d’elle de cette façon. Celui-ci lui laissa son numéro pour qu’elle l’appelle en cas de besoin. Il s’appelait Aleïev. Elle se présenta à son tour et partit après l’avoir remercié pour les soins.

Xenia avait besoin de souffler, de se détendre et le meilleur remède pour ça était les sources chaudes. La commandante ne pouvait pas s’en passer. Nue dans les sources, la serviette pas trop loin d’elle, la guerrière se mit sur le côté et ferma les yeux pour se reposer. Quelques secondes. Quelques minutes. Juste le temps d’un instant. Elle n’était pas seule dans ces sources et cela la dérangeait. Celle-ci avait l’habitude de ses sources privées à elle. De ce fait, après s’être reposée une petite vingtaine de minutes, elle sortit, saluant rapidement la propriétaire des lieux.

Une fois sortie, la commandante sentit que quelqu’un la suivait. Elle avait beau réduire son cosmos, prendre plusieurs chemins sans queues ni têtes possibles, cette personne était là. Alors, au bout d’un certain moment, celle-ci réussi à la semer et trouva la stalkeuse. C’était une jeune adolescente, plutôt petite à côté de Xenia. Celle-ci s’approcha par derrière et la tira rapidement par le bras, elle l’emmena dans la ruelle la plus proche, collant l’adolescente au mur. Elle approcha son visage, fronçant les sourcils pour montrer son mécontentement.

«  Pourquoi tu me suis ? »

Il n’y avait pas plus court comme question. Xenia dit cela avec un ton très agressif, contenant sa colère.
(c) Alyss (Kanade A. J. Rye)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).    Sam 16 Avr - 23:08

« In the dark, And I'm right on the middle mark, I'm just in the tier of everything that rides below the surface, And I watch from a distance seventeen, And I'm short of the others dreams of being golden and on top, It's not what you painted in my head, There's so much there instead of all the colors that I saw »
In the eyes of a teenage crystallized

Flashback: Fin Août début Septembre 1990 ~ Juste après la fin de la mission Asgard et Avant la guerre avec Ares.

Alors que le festival battait son plein, je regardais autour de moi, cherchant un peu partout une tête blonde qui me faisait étrangement penser à Shaka. Mais l'aura était largement très différente. Je me rendais vers mon "chez moi". Enfin, mon ancien chez moi. Je voulais absolument tenir ma promesse. Je devais retrouver la tombe de ma mère et m'y présenter. En chemin, chaque coin de rue, chaque sensation me rappelait un souvenir particulier. Les balades avec mon frère et ma sœur, comme nos ennuis. Nos entraides lorsqu'on allait travailler pour ramener un peu d'argent. Nous étions pauvres mais heureux je crois bien. Malgré l'absence d'un père. Au début, on aurait pu croire que tout était simple et facile.

Je me souviens qu'après le travail, on aimait traîner dehors. C'était notre récompense, on allait admirer le soleil couchant et on revenait avant la nuit au bidonville. Je regardais la petite statuette que j'avais acheté un peu plus tôt. Je fis un sourire, puis la remis dans mon sac en bandoulière. Je me souviens que j'en avais une petite dans ma chambre. Enfin, notre chambre, que je sortais discrètement en priant avant de manger.  C'était le bon temps, avant que tout ne change. Que notre père ne délaisse notre mère, et que notre mère ne sombre dans la folie. La solitude l'avait emporté. En y réfléchissant bien, je ne savais pas grand-chose d'elle. Qu'avait-elle vécu au Tibet avant d'arriver en Inde ? et de rencontrer mon père ?

Peut-être que j'aurais des indices sur leurs anciennes vies en retournant à la maison, s'ils avaient laissé des indices, évidemment. Sauf que voilà, là je fus traînée par le bras dans une ruelle, sans m'en rendre compte au départ, je fus surprise de retrouvée celle que je suivais avant. Et visiblement, elle n'avait pas l'air très contente. À la vue du regard noir qu'elle me jeta. Il me fallait vite trouver une excuse sous peine que je me fasse trucider sur place. Je ne pouvais pas non plus dévoiler mon identité à chaque fois que je me sentais menacée ou que je le l'étais en terre "étrangère". Je commençais à faire des gestes de mains assez étrange pour elle, de gauche à droite, haut en bas, j'adoptais une attitude de gêne.

« heu... désolléééé ! je vous est prise pour quelqu'un que je connaissais, c'est rare de voir des personnes avec votre couleur de cheveux, par ici vous savez ! »

Excuse bidon, mais sincère. Il fallait que je me sorte de là. "et toi ? que viens-tu faire par ici ? tu ne sembles pas du coin ? je me trompe ?" fis-je en esquissant un sourire.

« Pour ma part, je viens rendre visite à de la famille alors bon, je ne sais pas ce que tu comptes faire de moi, mais je m'excuse si tu te sentais épier, ta présence m'intriguait juste ! On appelle ça, de la curiosité si tu veux savoir »

Je fis un grand sourire, en prenant ses mains et en les enlevant de mon corps. La repoussant gentiment sans signes d’agressivité envers cette personne. Je la sentais très puissante, au moins son cosmos devait être bien supérieur au mien. Je préférais éviter une confrontation directe avec elle et donc pour briser la glace, je me présentais :

« Au fait, moi c’est Almas, je suis originaire de la région, et vous ? vous êtes en balade ? je suppose ? » Fis-je avec un clin d’œil attendant une vive réaction ou non, de mon interlocutrice.

Je ne savais pas trop quoi faire, là du coup. Si je la plantais maintenant elle risquait de mal le prendre, et de me le faire payer cher. Très cher. En tout cas, la situation me faisait rire intérieurement car elle me rappelait une dispute que j’avais pu avoir avec mon frère, un jour de pluie ou notre sœur était tombée malade. Avec une forte fièvre et qu’on n’avait pas assez de roupies pour payer un médecin. On avait travaillé sans relâche et même dut voler un peu pour elle. Je lève les yeux au ciel, tellement de souvenirs remontaient. Ce petit retour aux sources me faisait le plus grand bien. Il me permettait une revitalisation impressionnante. Bon par contre, j’espérais qu’elle n’en rajoute pas…

« tu sais je ne voulais pas te brusquer ! » fis-je tout haut sans le faire exprès.
 

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Saga
Dealer pour Schizophrènes
Dealer pour Schizophrènes
avatar


Messages : 777
Date d'inscription : 09/11/2015
Age : 22
Localisation : Dans le restau "Aux Gemini"

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
11/50  (11/50)
Faction: Saint

MessageSujet: Re: FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).    Jeu 26 Mai - 11:22

Rp clos 10 xp distribué à Almas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).    

Revenir en haut Aller en bas
 

FB : "Si tu fermes les yeux et songes au Monde, Que vois-tu ?" (PV SOLO).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (#19) - C'est quoi Dieu ? - Tu vois quand tu fermes les yeux et que tu désires un truc très fort. Et bah Dieu c’est le mec qui en a rien à foutre. [ feat. Savannah ]
» Allya Eärwen • Tu vois quand tu fermes les yeux et que tu désires un truc très fort. Et bah Dieu c’est le mec qui en a rien à foutre. (OVER)
» Milo a crevé les yeux de tout le monde ♥
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!
» Aux yeux du souvenir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Zone RP Hors Temps :: Lieux hors temps :: • le Reflet du passé-