Derniers sujets
» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

» [FB] Le Soleil a Rendez-vous avec la Lune [PV Eden]
par Eden Mer 22 Mar - 9:37

» Catleya - "Dévorons nos ailes, nous nous échouerons dans ce bras d'Océan"
par Catleya Sam 18 Mar - 19:45

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Catleya Ven 17 Mar - 23:10

Logo

Partagez | .
 

 Le retour du Poisson d'Or.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Le retour du Poisson d'Or.   Jeu 30 Juin - 15:21

Assis dans l'herbe aux abords d'un sentier Valérian fixait depuis un moment les panaches de fumée qui s'élevaient à l'horizon. Cela faisait quelques heures qu'il avait quitté toutes traces de civilisations, s'aventurant par les sentiers de forêt jusqu'à arriver dans ce petit bosquet.
A ses cotés l'urne dorée était emballée de manière à éviter d'attirer l'attention bien que cela fussent inutile dans le dernier village qu'il avait traversé tant sa grande stature et ses cheveux qui tiraient sur le rouge l'avait fait sortir du lot.

Le regard de Valérian se ferma tandis qu'il porta à nouveau les yeux vers l'horizon. Des souvenirs qui lui étaient revenus de ses vies antérieures il savait qu'il y avait un village au portes du sanctuaire qu'il devrait avoir rejoint d'ici la tombée de la nuit si il ne trainait pas en route. Lorsqu'il avait distingué pour la première fois la fumée il avait simplement pensé que les paysans avaient mis le feu aux friches pour laisser la terre se reposer comme il avait pu le voir faire dans les champs proches de la maison familiale, mais cela faisait maintenant des heures que le feu aurait du s'éteindre de lui-même. Au lieu de ça il eut parfois l'impression que les colonnes s'épaississaient par moment, comme si on alimentait le foyer à intervalles réguliers. Même une petite ondée passagère n'avait pu éteindre le feu.

Le jeune homme se releva et frotta son pantalon avant de s'étirer. Il prit ensuite sa pandora box par une sangle et la jeta sur son épaule. Il était à chaque fois surpris du poids de cette armure, cette sensation de légèreté et cette douce chaleur qui en émanait. Se tournant vers sa destination il reprit la route, bien décidé à couvrir la distance restante aussi vite que possible pour arriver au village peu après le couché du soleil.

---------------------------------
---------------------------------

La route fut plus simple qu'il ne l'avait initialement prévu. Les murailles du village commençaient à apparaître au dessus des frondaisons. Il avait déposé quelques fermettes abandonnées dont certaines en particulièrement mauvais état. Du peu qu'il avait vu il ne s'agissait pas des ravages du temps mais plus d'actes volontaires. Il crut même voir du coin de l'œil du bétail s'enfuir dans la forêt l'aperçurent.
Il y avait définitivement quelque chose d'anormal dans les environs. Préférant faire primer la prudence Valérian prit le parti se s'enfoncer de quelques mètres dans le bois pour ne pas rester sur le chemin. De là il serait à couvert et aurait une vue suffisante sur les alentours direct. Voir sans être vu, la base du camouflage.

Quelques centaines de mètres plus loin il repéra une ombre passer d'un coté à l'autre du chemin, traversant l'orée d'un coté pour rejoindre l'autre non sans s'accrocher à tous les branchages bas qu'elle croisa. Quelques secondes plus tard ce furent des cris et le bruit du bois qui casse qui attirèrent son attention dans la direction d'où venait l'ombre puis une volée d'ombres grouillantes et sautantes qui sans le voir, visiblement à la poursuite de la première ombre.

Discrètement Valérian leur emboita le pas, vaillant à ne pas se faire repérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 2 Juil - 22:29

La survie.
Maître Isaak m'en avait parlé maintes fois lors de nos entraînements sportifs, c'était sa raison d'être, la raison pour laquelle il portait maintenant fièrement l'écaille du Kraken. C'est ce qui faisait sa force et franchement pour l'avoir vu dans l'action, je peux avouer qu'il n'existe pas de façon plus agressive et sur de venir rapidement à bout d'un combat.
C'est à mon tour d'appliquer les fruits de mon entraînement et du temps passé avec lui, en dépit de toutes les mauvaisetés que j'avais pu lui balancer le jour ou je devais partir en mission, j'éprouvais toujours quelque part la peur de ne plus le revoir. Peut être parce que c'était du à la frustration? A moins que ce ne soit la conscience? J'avais tellement été injuste!

En même temps, j'ai treize ans, je suis une adolescente en parfaite effervescence et mes crises, d'autorité ou d'hormones me jouent constamment les tours. Oui je devrais garder la tete froide, comme mon cosmos! On me l'a déjà dit et ordonné! On m'a même suggérer de vivre comme ça afin de générer une protection contre les autres Chevaliers manipulant le cosmos.
Bon, en même temps je fais un mètre cinquante et la facheuse tendance à chercher les noises ou à tomber dessus sans le vouloir donc j'aurais en effet peut être du adopter ce style de vie.

J'étais en train de dévaler la pente de la maison du bélier en courant comme une damnée, si je vous racontais tout cela, ce n'était pas pour rien.
J'avais tenté vainement de remonter jusqu'à la maison su sagittaire, j'avais comment dire... une amie? Une maître d'art martiaux? Qui devait m'y attendre, seulement j'ai eu quelque complication appelé Berz...

Je me penchais en avant, sautant par-dessus le cadavre d'un cheval mort, affaissé sur le flan et d'une chariote percée, crevée par des coups de lames tranchantes, avant de me réceptionner et rapidement tourner le visage derrière moi, la sueur coulait de mon visage blafard, blêmit par les effort insoutenable de cette longue journée.
J'entendais leurs pas précipités, leurs bottes, leur armures trainant derrière leur pas lourds et sur d'eux, leur rires gras et mesquins, les battements de mon cœur s'accélérait tandis que machinalement je me remettais à courir comme une furie vers Rodorio et la sortie de ce sanctuaire de malades!

La survie.
Je courrais, fuyai, il n'y avait pas d'autres échappatoire, je n'avais plus énormément d'énergie cosmique, mon corps n'en pouvait plus et mon mentale était bloqué sur la fuite, la course pour le salut. La dernière chose que j'avais vu avant de sauter ce chariot et pour laquelle j'avais décidé de fuir au lieu de persévérer vers la maison du sagittaire hantait mon esprit et troublait ma vision d'une voile sensible de larmes effrayées.

Deux femmes, le premier corps étendu, l'autre vivants tordu et contorsionné, des berz, elle agenouillée et salies de toutes les manières les plus déloyales au monde. je n'avais pas pu les aider, Impuissante j'avais hurlé puis avait fuit, ils les avaient peut être laissé pour se précipiter sur moi? A moins qu'ils aient reconnus leur ennemi? C'est vrai que mon armure à l'allure argenté d'un ours polaire n'avait rien à voir avec une scale de bronze de base. Les scale servant le pilier nord avaient toutes cette particularité d'avoir des reflets d'argent, blanchit par l'eau la plus pure. Sans doute grâce à la distribution de leur role de garder et protéger les étendues gelées du Nord?

Soudain les portes rouillées et avachies de Rodorio s'affichèrent devant moi, larmoyante, je me précipitai, préservant mes dernières forces pour foncer en sprint vers la forêt alentours, j'allais peut être pouvoir les semer! Mais c'était sans compter que j'étais grandement affaiblie et qu'ils étaient plus rapide que moi, étaient-ils d'une caste supérieur?
Alors tout pour le tout, je redoublait d'ardeur et m'enfonçai plus loin vers la forêt jusqu'à ce qu'une certaine présence me fit légèrement bifurquer en sa direction. Etait-ce un Marinas? Un collègue? Obscurdia? Isaak? Je priai pour que ce soit lui!

Sauf qu'au moment ou j'allais refaire demi-tour vers cette personne, mon armure butta une ronce épineuse, perdant l'équilibre je m'étalais de toute ma longueur contre le sol, ma chevelure immaculée, un coté rasé, l'autre aussi longue que brillante, s'étalait tout autours de moi.
Allais-je mourir? Je fermais mes poings et les yeux en attendant que ce salle moment passe, j'étais totalement impuissante.
" - Bordel de merde!"

Finissais-je par soupirer entre mes lèvres collées au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 3 Juil - 16:29

Elle s'était stoppée. Cette première présence que j'avais ressenti d'abord fuir puis sembler se diriger vers moi venait subitement de se stopper. Avait-elle choisi de faire face? Même si ce que je ressentais de ses poursuivants n'était pas impressionnant au sens propre il arrive souvent que le nombre puisse faire la différence et vu l'état pitoyable de ce cosmos que je ressens cette personne ne fera pas long feu. Je n'ai pas prêté le moindre serment mais l'armure n'est pas apparue pour rien, ni ces souvenirs qui me reviennent par moment. Je raffermi ma prise ses les sangles de ma pandora box et j'accélère le pas pour rejoindre ce cosmos faiblissant. Plus je me rapproche et plus leurs rires se font clairs...ainsi que leurs paroles.

- Et alors raclure, on se sent pousser des ailes hein? commença un maigrichon en tenue d'entrainement.

- Ce morveux a dû avoir peur de ta gueule, ajouta un second bâti comme une montagne avant de partir d'un rire guttural en s'approchant de sa victime.

- Taisez-vous idiots, les coupa un troisième, visiblement plus censé que ses compagnons mais visiblement tout aussi décidé à faire passer à sa victime un long et douloureux moment. Vous semblez oublier les ordres, le Seigneur Arès ne veut pas le moindre rescapé. Alors arrachez lui son armure et ses boyaux et qu'on en finisse.


Une armure? Un chevalier. Plus je m'approche et mieux que je le distingue. De petite taille, dans une armure abîmée et qui laisse voir de multiples blessures. C'est un miracle qu'il aie tenu jusqu'ici. Probablement un disciple fraichement promu, vu la faiblesse de son cosmos c'est assez compliqué à dire.

- Allez viens ici toi, lança la montagne en approchant sa main énorme du coup de sa victime.

Sans réfléchir une rose quitta ma main et alla se planter dans le poignet de la montagne qui recula sous la surprise et la douleur tandis que j’atterrissais souplement entre le jeune chevalier et les assaillants.

Je ne saurais que trop vous conseiller de vous abstenir de toute violence inutile messieurs.

Une nouvelle rose était apparue entre mes doigts, prête à être lancée au moindre signe de leur part.
A ma grande surprise les assaillants n'étaient pas vraiment troublés de me voir. Ils se moquaient plus de la blessure de leur camarade que de l'assaut que j'avais lancé en lui-même. Derrière eux d'autres arrivaient encore. Les avais-je attiré malgré moi?

Sans baisser mon attention je me tourne vers le jeune chevalier. Son armure est dans un état pire que ce que je ne pensais et ses blessures saignaient. Vu son état ce pauvre gosse devait avoir quelques os brisés.

Ca va gamin?

Il me regarde incrédule. Malgré son état il semblait aller bien.

- Dis donc princesse, t'en as marre de vivre pour oser te dresser entre une meute et leur proie? avança celui qui m'avait semblé le plus "humain".

- Ouais, tu cherches le chemin le plus direct vers la tombe? ajouta la montagne soutenu par ses camarades et tenant toujours son poignet percé par ma rose.


Je ne répondis pas. Mon attention était d'avantage portée sur leur nombre. Durant les quelques secondes de cet échange verbal ils étaient à présent une quinzaine rassemblés autour de nous. Quinze bêtes aux sourires carnassiers et aux regards sombres.
La tension était palpable. Ils étaient en surnombre et plein de confiance malgré ma petite démonstration. Ils allaient me donner du fil à retordre et je ne pense pas que ce gamin soit capable de se battre ou même de courir.

Les choses vont s'accélérer malheureusement.

Je me tourne à nouveau vers le gamin blessé tout en me positionnant pour faire écran.

Reste là petit. Ca va aller.

Fixant mes adversaires du jour je me préparais à leur assaut tout en restant aussi détendu que possible comme lors de mes combats d'escrime. La rose pointée vers leurs pieds, les bras le long du corps.
Qu'ils approchent donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mar 5 Juil - 15:21

Ma respiration me faisais tellement mal que je devais ouvrir la bouche pour essayer d’atténuer cette sensation de pincement dans ma poitrine, le problème c'est que plus je respirai, plus la terre rentrait dans la bouche, c'était dégueulasse! J'abatais violemment un poing sur le sol, même avachie de cette manière, telle une merde fraîchement moulue, je n'avais pas dis mon dernier mot! J'étais morte, cuite et ne pouvais pas faire grand chose! Même respiré pour survivre m'était pénible!
J'étais rebelle malgré moi et j'ai passé toute ma vie à encaisser! alors ce n'était pas une course poursuite qui allait m'arrêter!

J'essayais de lever un bras pour ramper vers la caillasse, mais mon bras retombait aussi rapidement dans le vide, sans énergie. J'avais l'envie et la conviction d'aller plus loin et j'enrageais intérieurement d'un feu qui rongeait à chaque instant la culpabilité de mon impuissance.
Évidemment les gros balourds derrière me rattrapaient bien vite et cernée, j'étais encore en train de grommeler... Et cette armure, cette écaille de l'ours polaire, finalement si je devais mourir aujourd’hui... A quoi m'aurait-elle servit? Et Isaak? Et les autres? je leur auraient fais perdre un temps précieux pour me former et me faire confiance... Je pouvais pas m'arrêter là, c'est trop bête!
" - C'est tellement con..."

Puis faisant comme volte-face, mon visage et mon corps se retournant péniblement vers l'arrière, ayant sentit de nouveau ce cosmos à la puissance subtile mais féroce à la fois, ma gorge faillit se faire prendre en étaux entre les doigts de ce gros bourrin de Berzerker.
Cependant j'écarquillais les yeux.
Stupéfaite, ronds comme des billes, mes yeux s'agrandirent tout autant qu'ils le pouvaient! Allongée j'avais levée un bras comme pour me défendre dans un geste plutôt du à un bon réflexe, le type devant moi lâcha un hurlement de surprise tout en tenant sa main blessée avec son autre bras. Un jolie petite rose toute mignonne lui avait transpercée le poignée et lui avait apparemment sectionné le nerf et une bonne partie de sa main dont il ne pouvait plus à présent se servir.

J'étais à la fois horrifiée et hypnotisée par ce qui venait de se passé, je n'avais absolument rien compris, tout était allé trop vite pour moi! D'ou venait cette attaque?
Battant plusieurs fois des yeux, j'essayai tant bien que mal de ramper sur les fesses, histoire de continuer de voir ce qu'il se passait tout en continuant de fuir, puis, je m'arrêtais d'office, bouche bée, paralysée par la beauté de ce nouveau paysage.

* Un cheva... bordel! Un putain de cheval... Oh bordel de nouille!*

Je ne savais pas si je devais carrément fuir pour le coup, afin d'éviter de nouveau de rentrer dans la guerre sainte du sanctuaire ou alors, de rester pour l'aider à combattre ces berzerkers.
Pour l'aider?
Mes yeux s'attardèrent quelques instants sur la silhouette sublime de ce chevalier à l'armure d'or, il dégageait une aura surnaturelle et j'étais à la fois pétrifiée et déstabilisée par la beauté et la douceur qu'imprégnait chacune des paroles, faits et gestes, c'était comme s'il venait d'un autre monde.
C'était la première fois de ma vie que je rencontrai un Goldsaint d'Athéna. Je n'étais pas déçue de ma rencontre, tant la puissance dégagée par ce dernier m’embarrassait. Ainsi donc, maître Isaak avait été entraîné par l'un des leurs? Je comprenais mieux ses intérêt et ses façons chevaleresque et parfois suicidaire d'agir parfois.

Je regardais ce chevalier-là incrédule, mon coeur ne cessait de battre la chamade et je faillit en perdre un battement tant cet instant était irréel, je voulais à tout jamais graver cette image dans ma mémoire et ne plus jamais m'en séparer.
Les saints sont supposés être nos ennemis jurés et pourtant ce dernier ne rechignait pas à m'aider, quel coeur et quelle leçon devrai-je en tirer? J'étais encore trop impressionnée et paralysée par sa puissance et la rapidité de son intervention pour répondre quoi que ce soit à sa demande.
restant donc plantée là comme une stupide bécasse, enfin ourson en peluche plutôt, je regardais, anéantie et bouche bée le spectacle, il prenait ma défense!

Se mettant bien à l'évidence entre moi et les berzerkers d'Arès, il fit office de rempart en essayant de me rassurer, j'étais à moitié en train de mourir de honte et à la fois d'honneur, j'avais qu'une envie c'était de me laisser tomber dans les pommes, pour ne plus rien voir ni entendre. Mais j'étais surtout trop curieuse et admirative, secrètement admirative et de tout coeur avec ce saint.
Serrant les dents je regardais mon état, j'avais du sang partout c'était dégueulasse! C'était donc pour cela qu'ils me prenaient tous pour un gosse?
Vous me diriez, après ce que j'ai vu de là-haut... Valait mieux se laisser être un garçon dans ce genre de situation plutôt que d'affirmer son sexe, non?

Puis le gros retira d'une traite la rose de sa main comme s'il ne s'était rien passé, je rageai intérieurement tandis que les autres guerriers d'Arès se mirent à hurler de rire, car même si la personne devant moi portait une armure d'or, il était tout de même face à pas moins de quinze chevaliers! Vous me diriez, cela doit être le quotidien pour un goldsaint non?

J'en avais marre de rester là sans bouger et même si je sentais que ma jambe blessée et rompue, celle qui avait buttée le tronc d'arbre, refuserait de me laisser me mettre debout. Je me mis donc assise sur les fesses, correctement non sans gémir et grogner avant d'essayer de me mettre à genou. Oui j'essayai de me mettre debout malgré tout, j'étais rebelle dans l'âme et surtout, même si je n'avais plus de cosmos, je pouvais encore résister à une attaque ou deux pour aider ce chevalier à vaincre. Sauf que je n'y arrivai pas.
Je fusillais les berzerker de mon regard de glace avant de grogner à nouveau de mécontentement à la façon d'un animal sauvage.

" - Faites attention, ils sont entraînés et sans merci. Ils ont... ... se sont... s'en sont prit à une chevalier d'argent quand je me suis mise à fuir depuis la maison du sagittaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mar 5 Juil - 21:12

Je les toisais, mon regard se posant sur chacun d'entre-eux, essayant de distinguer ceux qui sont dangereux de ceux qui...sont encore plus dangereux. Certains sont probablement de simples brutes aux manières immondes mais ce gosse dit qu'ils sont entraînés.
A voir leur formation ils le sont très probablement. Les malabars sur le devant, le blessé s'est déjà replié sous les rires de ses compagnons tandis que les moins menaçants physiquement se sont mis derrière, probablement en attente d'une opportunité que les autres ne manqueront pas de tenter de leur fournir.

" - Faites attention, ils sont entraînés et sans merci. Ils ont... ... se sont... s'en sont prit à une chevalier d'argent quand je me suis mise à fuir depuis la maison du sagittaire."

Mes yeux se portèrent sur ce jeune chevalier étalé dans la boue puis revient tout aussi vite sur l'ennemi. Je sens que le regard que je leur lance est chargé de défi. Presque sans le vouloir je sens une énergie en moi qui s'étend et sort par mes pores pour emplir l'air. Je rechigne à me servir de violence surtout en voyant l'état du bras de la montagne après une simple robe. Dire que cette simple rose peut être si puissante.

Cette fois-ci c'est ma propre main que je regarde. Ma main est dorée... En fait c'est tout mon corps qui est protégé par l'armure d'or. Je n'avais même pas prêté attention au fait qu'elle avait réagit aussi vite que moi à se porter au secours du jeune chevalier. Elle et moi ne faisons qu'un pour de bon.

Les guerriers reculèrent, probablement inconsciemment lorsqu'un sourire s'étira sur mon visage. J'étais plein de confiance et ça faisait un bien fou, j'étais capable de tout. NOUS étions capable de tout.

Le gosse avait aussi un regard interrogateur. J'avais peut-être l'air un brin doux dingue malgré mon apparente retenue mais sincèrement je n'en avais rien à faire.

- Je vous demanderai de bien vouloir nous libérer le passage.


- Tu...tu nous demandes de bien vouloir? s'esclaffa celui que j'avais pris pour le chef. T'es sérieux là?

Ses hommes suivirent son rire gras et bientôt toute la petite troupe était morte de rire.

- S'il vous plait.

Ces simples petits mots ne firent qu'augmenter l'hilarité générale. Il va falloir leur faire comprendre qu'il faut me prendre au sérieux. Tant pis pour la diplomatie donc.

Je laissais mon cosmos s'étendre sans plus le retenir. Autant qu'ils comprennent par eux-même ce que mon premier assaut et mes paroles n'avaient pu faire.

Inconsciemment je ferme les yeux pour mieux ressentir les hommes que j'englobe dans mon cosmos. Je les sens tous reculer, surpris pour certains, clairement apeurés pour d'autres. Il n'y a que le gosse qui est différent. Son cosmos affaibli n'a pas peur... son corps est blessé mais sa volonté est entière. Je ne sais pas pourquoi mais je l'aime bien. Peut-être parce que c'est le premier chevalier que je croise, peut-être pas mais quoi qu'il en soit une fois que tout ça sera terminé il faudra que je le soigne. Pour l'heure ils concentraient leurs propres cosmos. Belliqueux, violent, rageur,... mortel et ils avancent...

Mon bras se tend vers eux pour leur présenter une rose noire magnifique aux reflets mauve.
Les plus proches de moi sont déjà trop avancés pour reculer. Hésiter serait suicidaire. Ce qu'ils ne savent pas apparemment c'est que continuer d'avancer le sera tout autant.

Piranhan Roses !!!

Un torrent de roses noires et de pétales balaye littéralement les premiers assaillants et ce qu'il reste d'eux disparaît sans vraiment laisser de traces. La seconde vague ne doit son salut qu'au bouclier humain offert par leurs camarades mais leurs armures ont souffert de l'impact malgré tout et certains sont probablement plus proche du domaine des morts que de celui des vivants.
A l'arrière certains reculent mais pour le moment aucun ne semble vouloir fuir le combat. L'engagement n'est pas encore terminé et je ne voudrais pas prendre le risque de blesser le gosse.

- Tu peux marcher? lui demandais-je sans quitter les autres du regard alors qu'ils se déplaçaient de manière à couper une éventuelle retraite.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 9 Juil - 20:01

Spoiler:
 

J'avais beau avoir avertis le Goldsaint des attentions belliqueuses de nos ennemis, il n'en était pas moins qu'il en restait de marbre, véritable statue statut vivante dont rien ne pouvait l'atteindre. J'en perdais mes mots et mon honneur dans ce combat sans queue ni tête, même si Poséidon avait décidé d'anéantir Athéna et les saints, dont faisait partit l'homme qui venait de me sauver la vie, je ne pouvais me résoudre à combattre un Homme de sa trempe. Il y avait une douce puissance refoulée chez cet personne et aussi loin que je m'en souvienne, à par Isaak, aucun de mes lieutenants, généraux ou marinas, pas même ma prêtresse n'était capable d'un tel rayonnement de chaleur. son cosmos me pétrifiait tout en me donnant confiance c'était vraiment une sensation bizarre, étant donné que je n'avais plus grand chose à quoi m'accrocher.

Je n'avais à vrai dire rien qui valait la peine que je me batte ou que je meurs, mais ce cosmos me remplissait d'un certain espoir qui me faisais presque immédiatement porter mon menton volontaire vers le ciel. J'étais fière d'être humaine et de servir Poséidon, mais encore plus d'être aux cotés de ce saint, même si je ne connaissais ni le nom ni les origines. Il aurait pu être le tueur de mes parents et l'auteur du massacre de mon auberge, en l'instant présent, il représentait tout à mes yeux et je ne voulais pour rien au monde le laisser se faire massacrer même s'il avait l'air de s'en sortir très bien.

J'étais toujours par terre quand il brûla son cosmos avec plus de vigueur, de même qu'en regardant ces hommes reculer, je crachais par terre une giclée de sang, ma bouche endoloris tout comme mon corps, ce cosmos étincelant me redonnait des forces, à moins que...
Je commençai à recouvrer des forces d'origines qui m'étaient presque inconnues, assise, tandis que ce chevalier déployait ses forces féroces et d'une intensité rare. Des roses d'un noir de jais aux reflets pourpres se lancèrent instantanément vers les ennemis, les rendant dans un état lamentable, épouvantable, leur armures devenaient poussières et leur corps, n'étaient plus qu'une vulgaire tache d'un encre carmin sur les dalles étincelantes de Rodorio.

J'avais encore une fois retenue ma bouche de s'ouvrir, mais mes yeux écarquillés indiquaient clairement ma surprise face à autant de puissance, était-ce réel?
Toujours assise, le cul au sol, je tenais mon bras dans ma première main alors qu'il recommençai à me parler, les autres berzerkers avaient l'air de préféré fuir plutôt que d'affronter l'inconnu qui avait jaillis de nulle part.
Mais les Berzerkers n'étaient-ils pas supposés vivre de rivalité dans des combats acharnés, les menant jusqu'à la mort si situation exige?
Le doute me palpa un instant tandis que je puisais au fond de moi une prière vers Poséidon afin qu'il m'aide, doucement mes forces et mon cosmos me répondaient et mon armure ruisselait d'une lueur d'argent épurée, glacée, acerbe.

Spoiler:
 
Doucement mais certainement, certains de mes blessures furent résorbées, ma volonté se raffermissait, pourquoi Poséidon m'avait-il donné des forces sachant qu'un saint m'avait aidé et que j'étais sur le point d'en faire de même?

Plus au loin, vers la maison du sagittaire, un énorme bruit de bombe éclatait et mes yeux se figèrent un instant dans l'espace, inquiète mais toujours aussi pleine de bonne volonté... Je venais d'avoir ma réponse. Je déglutissais bruyemment...
" - Je..."

J'allais répondre que oui je pouvais marcher et que de toute manière j'allais pas me laisser porter par un saint même de son envergure! J'avais quand même ma part de jeunesse et de rébellion à mener contre ces saints! Eteignant mon cosmos, j'avais retrouvé quelques forces suffisante pour tout de même attaquer, riposter ou servir de bouclier humain, mais certainement pas grand chose de plus. Gémissante en me levant, un léger sourire fendant sur mes lèvres, je me mettais dos à ce chevalier d'or pour mieux observer le sanctuaire et la légère fumée qui sortait du temple du sagittaire... Mais bon dioux, qu'avais fait Obscurdia? Je serrais les poings, étais-je assez forte pour la rejoindre et lui casser la figure?
" - Je crois oui, merci pour tout. J'ai une énième chose à vous demander, monsieur... "

Dailleur il s'appelait comment? Retournant mon visage ensué remplit de giclures de mon liquide vitale, je lui lançai un regard doux, compatissant et idolatre. Mon dieu qu'il était beau gosse! Oui bon nous sommes en guerre! Mais ça ne m'empêchera pas de le penser, et mes lèvres s'étirer en un sourire totalement incontrôlé, béat.

" - Ce serait de m'aider à atteindre la maison du sagittaire, s'il vous plais. "

Comment allait-il réagir? On non par les joues qui rougissent! visiblement gênée, je tournais la tête de nouveau vers le sanctuaire tandis que je me sentais rougir et mes joues s'empourprer, devenir si brulante! C'est tellement horrible à ressentir, c'est gênant! Perturbant! Je du tousser une nouvelle fois pour cacher tout ca, revenir au calme. Du sang froid, m'aurait dit Isaak, du sang froid...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 10 Juil - 14:34

Le cosmos que ce jeune chevalier venait de déployer était différent de ce à quoi je m'attendais. Je m'étais trompé en pensant qu'il était un Saint comme moi mais cela ne changeait rien au fait qu'il était dans le pétrin avant que je n'arrive et que contrairement aux hommes qui nous font face son cosmos n'est pas agressif envers moi. C'était mon seul allié actuellement et le fait qu'il se relève pour protéger mes arrières en était la preuve.

- D'accord, dis-je tout bas. Il faut qu'on se tire d'ici. Si il en vient plus ça pourrait devenir dangereux et... je n'ai pas encore le contrôle total de mes capacités.

Autour de nous l'ennemi se rassemble, les échanges de regards en disent très long. Ils nous sentent acculés et malgré la perte de quelques uns de leurs hommes ils n'ont plus vraiment peur. L'effet de meute probablement.
Je tiens fermement la tige de ma rose noire entre mes doigts. Ils savent ce qu'elle peut faire et ça les fait réfléchir quelques secondes.

- Tu veux traverser les Maisons du Zodiaque? C'est de la folie furieuse, ne sens-tu pas les cosmos qui en émanent? Et ne t'attends pas à ce que je te guide à travers le Sanctuaire maintenant.

Ils allaient attaquer, l'heure n'était plus à la discussion.

Le groupe se scinda en deux, certains sautant pour nous attaquer par le haut, les autres chargeant directement au corps à corps. J'intensifiais mon cosmos à son maximum et ma rose noire vire lentement au blanc le plus pur.

Bloody Rose !!!

Spoiler:
 

Mes ennemis se stoppent net lorsque les traits de lumière les traverse sans douleurs. Ils sont interdits, s'attendant visiblement à une pluie de coup mais cette technique est chirurgicale, précise et mortelle.

- Et alors tapette c'est tout ce que tu as? Faudra autre chose pour battre des guerriers d'Arès !!!

Il eut à peine le temps de terminer sa phrase qu'il se mit à cracher des gerbes de sang pour finir par s'effondrer au sol, aussi mort que ses camarades.

Dans mon dos le combat se terminait aussi. Le gosse avait eut à faire à trois guerriers "seulement" mais vu son état je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse en gérer bien plus.

Ils étaient là, debout mais morts... Leurs armures de cuir étaient déchiquetées, comme mâchées par de puissantes mâchoires et le sang qui avait coulé de leurs plaies semblait cristallisé.

Le gosse avait puisé dans ses réserves pour sortir un coup pareil. Je le pris par la taille et nous prîmes la direction de la forêt. Autant se mettre à l'abri pour le moment. Il voulait que je l'aide à atteindre la Maison Sagittaire et c'était sur ma route mais la résistance que nous venions de rencontrer n'allait pas nous rendre la vie facile, surtout dans son état.

------------------------------
Quelques heures plus tard.
------------------------------

Nous avions pu nous éloigner aussi vite que possible de Rodorio pour nous enfoncer dans les bois environnants. Mon jeune camarade était très mal en point et même si ses blessures s'étaient miraculeusement soignées il subissait le contrecoup de la fatigue physique et mentale. Il ne fallut pas longtemps avant qu'il ne sombre dans l'inconscience et que je ne doives le porter.
Lorsque je fus certain que nous n'avions pas été suivi je me mis à installer un campement de fortune dans les ruines de ce qui fut un petit temple et j'entrepris de lui ôter son armure pour le soigner. Ce qui me surpris le plus ce fut la finesse de ses articulations. Malgré son jeune âge l'entrainement des chevaliers aidaient à développer une musculature athlétique. Les pièces d'armure tombaient les unes après les autres et j'entrepris de le soigner en pressant ses points vitaux et en le baignant dans mon cosmos.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Lun 11 Juil - 18:33

Citation :
- Tu veux traverser les Maisons du Zodiaque? C'est de la folie furieuse, ne sens-tu pas les cosmos qui en émanent? Et ne t'attends pas à ce que je te guide à travers le Sanctuaire maintenant.

J'avais très chaud et tout un coup la température descendit, je soupirais en prenant la réalité en compte, en effet si le sanctuaire était doté de ces berzerkers tout le long, il était impossible, même accompagné d'un goldsaint d'y monter. J'étais cependant une demoiselle de caractère et je savais ce que je voulais! Et j'arriverai à atteindre cette Sagittaire Némésis quoi qu'il m'en coûte!
Je laissais mes épaules retomber en fixant le sol d'un air mélancolique, j'étais presque sur que ce saint et moi aurions pu aller jusqu'au bout et atteindre au moins cette maison dangereuse sans en périr. Cependant avec un peu de réflexion, je m'étais surprise à penser que je ne le pouvais pas dans mon état, même si Poséidon m'avait redonné des forces et du courage pour continuer à me battre.

Serrant mes petits poings en regardant les trois berzerbers se mettre également en position de combat je lançais un dernier long regard vers le chevalier d'or qui était dans mon dos, je compris immédiatement qu'il me faisait confiance et ainsi, qu'il me confiant également sa vie comme je venais de lui confier la mienne.
Cette façon de combattre et de me donner confiance me remplissais d'une envie grandissante de sortir victorieuse de ce combat et j'attendais, les bras positionnés de façon à dessiner les quatre étoiles de ma constellation, que mon cosmos continue à brûler à la puissance la plus poussée que je pouvais lui donner.


Une jambe devant légèrement repliée, l'autre en garde, quelques secondes me fallut pour que la constellation de l'ours polaire agisse par elle-même, mon énergie cosmique brûlait de plus bel, scintillant comme la neige, puis au bout de quelques longues secondes pour lequel j'entendis le mot tapette traverser le mur du son, mes mouvements comme instinctifs se stoppèrent totalement.
Je...  Je ne pense pas avoir totalement conscience de ce que je faisais, mais j'avais une rage et envie de folle de déchiqueter et verser ma colère sur ces trois hommes.
Que faisaient-ils? la même chose, ils s'élançaient sur nous, sur moi pour nous attaquer de front.
Seulement j'étais le mur de givre qui servait de rempart, ahin, on ne touchait pas à ce Goldsaint!

Je me souvenais précisément de l'image et des mouvements dessinés par maître Isaak lorsqu'il lançait son diamant dust durant les peu d'heures d'entraînements que l'on avait ensemble, même si je mordais la poussière, il me semble qu'à cet instant, mon cosmos n'était pas si différent du sien, une couleur d'un blanc ressemblant à celui du diamant étincelait sur chaque parcelle de mon corps. Quant à mes poings, mes pieds et mes cheveux, une légère poussière de givre s'installait dessus, un léger duvet de neige en pleine saison d'été en Grèce, prenait possession de mon corps et petit à petit, mon cosmos montait en puissance, je n'étais pas loin du paroxysme, mais je sentais mon corps s'essouffler.
Tant de cosmos, tant de puissance... pour un corps qui n'est pas capable d'en assimiler autant, je comprenais pourquoi Isaak ne voulait pas que je m'entraîne au cosmos encore pour le moment, il fallait d'abord que je fasse des preuves matériels et corporels pour gagner en robustesse et en puissance.

Le givre sur mes poings se renforçait et avec une lenteur calculée, je passais ma jambe de garde, celle qui était derrière par devant la première, c'était là mon élan et dans la même continuité de mes mouvements, pensant toujours à la façon dont Isaak menait son attaque, je rassemblait mes bras au-dessus de moi, une poussière de diamant... Comme maître Kraken... Je puisais dans mes ressources, toute mon énergie cosmique puis abaissant rapidement mes bras vers les berzerkers qui couraient en notre direction, je m'exclamais d'un voix lugubre, lointaine et à peine audible, détachée et sans émotions:

"- Frozen Bite !"
Spoiler:
 

Rapidement la neige et les gelures sur mon corps se mirent à tournoyer autours de mes mains et mes bras, tournoyant à la façon d'une tempête miniature avant de littéralement exploser et laisser place à une énorme colonne d'eau. La puissance de cette colonne me fis reculer de quelques centimètres, je buttais légèrement contre le dos de mon allié du moment tandis que la puissance de cette colonne verticale stoppait totalement l'avancée des adversaires.
Quand toutes la neige eut disparut je restait encore un moment debout, hébétée, j'avais fais... ça? Soufflant comme un boeuf je mis un genou à terre avant de ... oui j'étais bien et j'allais dormir, c'était la dernière chose sur le moment à laquelle je pensais.

Mais apparemment le saint ne l'entendit pas de cette oreille et m'attrapant vulgairement comme un sac de patate sous son bras, il y a plus glamour quand même, oh! on partait loin du sanctuaire, j'eu pas le temps de savoir ou ni en combien de temps, je sombrais rapidement dans un sommeil bien lourds et récupérateur en me demandant si maître Isaak aurait été fier de moi.

-----------

J'avais mal partout, j'avais du mal à ouvrir les yeux, dalleur en fait je ne pouvais qu'en ouvrir un pour le moment, l'autre était obstrué par un truc qui me grattais horriblement, mettant ma main dessus, je pouvais sentir un bandage cacher mon oeil gauche. Je soupirais en essayant de m'étirer, sauf que, deuxième point, ça me grattais encore de partout, grognant je constatais qu'en fait j'étais saucissonnée par des bandages sur mes affaires d'entraînements déchirées
Si un spectre serait passé dans le coin pour me gracier, cela aurait sans nulle doute été grâce à mon physique de Momie non mais regardez-moi ça!

Me mettant un peu plus assise, je continuais à grogner, je n'avais pas besoin de bandages! en plus ils étaient moche et déjà imbibés de sang! Pour sur que la personne qui m'avait prodigués ces soins n'était pas infirmier!
Quand papa et maman étaient encore vivants, c'était moi qui m'occupait des blessés dans notre auberge, une petite pinte d'hydromel, de l'alcool fort pour les blessures, deux trois coups d'aiguilles et de fil et le tour en général était joué, même pour les chevalier d'Odin.
J'allais défaire le premier bandage au niveau de mon bras avant de tourner la tête vers... tiens? Le goldsaint?

Surprise j'affichais un petit sourire malicieux en plissant mon oeil, c'était donc à cause de lui tous ces bandages? Bon faute de moyens il avait peut être fait avec ce qu'il avait sous la main? Bref j'en avais pas la moindres idée... Et comment j'allais pouvoir retirer tous ces bandages sans qu'ils me dispute? Attendez là, c'est pas comme s'il s'agissait du pire chevalier des glaces qui allait me promettre de me créer un cercueil sur mesure si je les enlevaient! ...

" - Arigato! J'espère que vous aussi vous avez pu vous reposer. ... ... Au fait on est ou au juste là? ... Me dites pas qu'on est en DEHORS du sanctuaire...."

Mon sourire s'était transformé en une mine un peu boudeuse, ce lieu ne me disais absolument rien, pendant que j'essayais d'entretenir la conversation et d'attirer l'attention sur autre chose, j'enlevais progressivement mon bandage au bras...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Lun 11 Juil - 20:35

La gosse se réveillait. J'avais fais de mon mieux pour lui poser des bandages sans "heurter" sa féminité. Elle était peut-être jeune et menue mais elle n'est restait pas moins une jeune fille. Du haut de mes 20 ans je n'avais pas de problèmes à éliminer des ennemis par poignées mais j'avais une ou deux limites que je me refusais de dépasser.

A priori mes soins ne lui convenaient qu'à moitié mais elle était vivante. Ce qui m'étonna sur le moment c'est la confiance qu'elle démontrait envers moi. Si j'avais pu me tromper lourdement sur son identité vu le peu de souvenirs qui m'étaient revenu de mes vies passées et le fait que je n'avais croisé personne du Sanctuaire en arrivant à Rodorio normalement elle de son coté avait tout de suite du capter qui j'étais, ou du moins dans quel camp j'étais.

Elle me remercia de l'avoir veillé.

- De rien petite. Pour ce qui est de se reposer je pense que j'aviserai plus tard et... oui nous sommes hors du Sanctuaire. Vu ton état je n'ai pas jugé utile de nous enfoncer dans les lignes ennemies.

Sur le coup j'eu du mal à retenir un sourire tellement sa moue était comique. Une gamine de 6 ans n'aurait pas réagi autrement. C'est incroyable qu'elle soit une combattante de Poséidon.
Le fait de penser au souverain des mers m'aida à reprendre mon sérieux. Je savais peu de choses sur l'état actuel de la relation entre Athéna et Poséidon mais je sais qu'ils n'ont jamais été en très bons termes.

- J'apprécierais que tu me déclines ton identité et la raison pour laquelle tu te trouvais dans l'enceinte du Sanctuaire avec des hommes d'Arès.
Pour appuyer le sérieux de ma demande et lui signifier que je n'attendais pas comme réponse une moue de gamine je sorti discrètement une rose noire. Elle sait ce que je peux faire avec, ça la fera peut-être réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Lun 11 Juil - 23:13

Même si mes doigts enlevaient doucement le bandage fait maison, ma mine boudeuse et mon petit sourire en coin ne cessaient de regarder le goldsaint, il avait l'air amusé par la situation, bien qu'un peu gêné. Ce qui me paraissait drôle était en effet c'était qu'il ne m’appelait plus gamin et qu'enfin il ajoute la pointe de féminité à la fin de l'adjectif, ça pour le coup c'était vraiment plaisant!
Par contre qu'il n'ait pas non plus prit la peine de se reposer, ça, ça puait! soit qu'il n'en avait pas besoin ce qui n'était pas possible! C'était un humain après tout! Soit qu'il avait un énorme doute sur le danger qu'il y avait dans les environs et ça, je ne savais pas du tout comment le prendre, de ma moue de boudeuse, je passais à la mine de la gamine qui savait qu'elle allait se faire gronder.

Mon front et la naissance de mes narines se plissèrent avant même qu'il n'ouvre la bouche, quelque chose clochait, pendant de longs moments j'étais presque sur d'avoir pu trouver un ami, même si nos camps étaient opposés et là, je me retrouvais face à quelqu'un qui tout au contraire se méfiait de moi. Alors certes nos deux camps étaient en guerre et se vouaient une haine sans précédent, Poséidon désirant ardemment de venger de sa défaite et de la mort de l'Atlantide. Mais cela était-il une raison valable pour virer de bord aussi rapidement? Cela m'estomaquais! Je trouvais cela puéril! J'espérais juste qu'il s'agissait là d'un moyen de se rassurer et non un véritable interrogatoire.

Je soupirai très très longuement et fort en le fixant d'un seul oeil unique, argenté. Une lueur espiègle et sauvage brillait dans ma prunelle, au moment même ou il m'avait posé la question il m'avait agacé et je me sentais comme impuissante je ne pouvais rien y faire. Absolument rien j'étais obligé de répondre. Sauf si...
Grognant en frappant le sol comme une gamine pourrie gâtée à qui l'on aurait refusé son jouet, rapidement j'exerçais quelques manœuvres sur les bandages avant de tous les défaire, il n'y avait plus de sang, quelques cicatrices demeuraient, sur ma peau blanche mais mon corps avait incroyablement tout effacé, la faculté d'encaisser.

M'arrêtant totalement dans mes gestes, je revenais sur mes dernières pensées, encaisser. Me tournais ma tête de nouveau vers le gold d'Athéna en observant ses bras et ses mains, voilées, peut être avait-il déjà trouvé quelque chose pour me faire parler? A en croire son visage et son expression ni sage, ni sereine... troublé, il devait cacher quelque chose.
Encaisser. J'étais blasée et sur le point de pleurer et chialer toute les larmes de mon corps, cependant je me repris très rapidement en main, il me fallait du sang froid! Après tout si j'avais désobéis à mon maître en venant au sanctuaire, je ne pouvais me plaindre qu'à moi!

Je grognais encore une fois, je ne voulais rien dire, absolument rien, sauf pour la raison pour laquelle je voulais aller dans le sanctuaire.

" - Je suis Yaphleen et je dois aller dans la maison du sagittaire au plus vite, c'est une question de vie ou de mort. "
je ne sais pas si sa curiosité était piquée à vive, néanmoins, me relevant en titubant un peu je m'époussetais, mon corps n'avait plus aucune gêne, c'était comme si j'avais eu un repos complet, c'était grisant. Je ne lui avais pas parlé de mon camps ce n'était pas utile dans les circonstances actuelles, vraiment pas et cela aurait été plus maléfique que bénéfique.

" - Je viens d'assez loin pour que tu n'aies plus à me voir demain, aussi écoute moi! Même si mes paroles importent peu, s'il te plais écoute moi! "

D'un geste vif j'arrachais le bandeau de mon oeil gauche, j'avais la vue floutée et je sentais comme une petite cicatrice sur ma paupière légèrement gonfflée, mais qu'importe! Je relançais un regard cette fois déterminé malgré mon impuissance.

" - Votre sagittaire est mort c'est une usurpatrice qui a prit sa place! Un Némésis! Un être abjecte qui cherche à tout prix à s'emparer de notre monde par la force pour le conquérir et en faire le leur! Beaucoup d'autres saint ont péris par leur faute et bien plus encore le seront! Ils sont la vraie menace, la menace pour laquelle j'ai désobéis à mon maître. Je sais que s'en est une, elle me l'a dit et m'a fait voir de quoi elle était capable..."

J’eus des frissons dans le dos rien qu'en y repensant, tous mes poils se levèrent et mes yeux commençaient à scintiller, tournant la tête de droite à gauche, je poussais littéralement le gold devant moi avec l'aide de mes deux petits bras pour aller chercher la sortie de ce taudis et retourner au point mort, au sanctuaire... dailleur s'il ne m'avais pas stoppé dans mon élan, je serais déjà en train de courir très rapidement vers le sanctuaire...

" - Je m'en fiche! J'irai seule! "






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mar 12 Juil - 13:56

La colère dans le regard de Yaphleen me surprit. Voir une personne d'apparence si frêle si pleine de rage et de détermination était toujours étonnant. Et elle voulait prendre le Sanctuaire d'assaut après l'avoir fuit dans un état pas possible? Sa détermination faisait plaisir à voir mais c'était ce qui allait la faire tuer. Mine de rien je m'étais pris d'affection pour elle et je m'en serais voulu de laisser du mal lui arriver.
Lorsqu'elle me poussa pour sortir des ruines, ou du moins tenter d'en sortir je l'agrippais par le bras pour la retenir. Ma poigne n'était pas faite pour lui faire mal mais juste pour la retenir sans qu'elle puisse se libérer. Sa réaction fut vive. Bloqué par ma poigne elle se retourna violemment et propulsa son autre poing vers mon visage. J'eus tout le loisir de voir son coup arriver. Même si sa vitesse était un brin plus rapide que le son il était toujours trop lent pour moi. D'autant plus que même si en apparence elle avait récupéré sa force n'était pas à son maximum au vue de sa prouesse du jour d'avant.
Son poing fut stoppé net par mon index, légèrement irradié par mon cosmos doré.

- Evites ça jeune Yaphleen... Tu n'es pas en état de traverser le Sanctuaire maintenant et encore moins de t'en prendre à un Chevalier d'Or. Tu n'es même pas capable de me porter le moindre coup alors que je n'ai cette armure que depuis quelques semaines.

Je laissais exploser le cosmos accumulé dans mon doigt pour la repousser tout en lâchant son poignet. Elle alla s'écraser lourdement contre une colonne en granit. Lorsqu'elle releva la tête son regard était emplit de rage. Ce n'était pas de la détermination en fait, c'était juste une obsession qui allait lui couter la vie.

Son écaille endommagée répondit à son appel et vint la recouvrir. Cette malheureuse armure n'allait pas pouvoir l'aider bien longtemps.

- Yaphleen !!! dis-je dépité de devoir envisager de recourir à la violence contre elle.

Son cosmos augmenta encore sensiblement. Autant prendre les devants. Plus vite qu'elle ne put le percevoir je me propulsais devant elle et posais mon index sur son front. Mon cosmos engloba sa tête et la rage disparut de son visage en un instant.

- Dors...

Son corps se laissa aller et ses cheveux soyeux vinrent se coller sur son visage lorsque je la pris dans mes bras pour aller la déposer sur sa couche. Elle était tellement jolie lorsque la rage et la haine n'avaient pas de prise sur elle. Je ne pu m'empêcher de regretter que les dieux nous aillent jouer ce mauvais tour de nous opposer dans leur guerre éternelle mais peut-être allais-je pouvoir changer ça.
Voir une gamine aussi jeune être tellement remplie de haine me mettait mal à l'aise, moi qui avais toujours eu une vie heureuse. Il fallait que je l'aide mais comment? Seule elle allait mourir et ça je ne le permettrais pas. Je m'étais interposé pour l'aider et je comptais bien assumer ce rôle de mon mieux. Il allait falloir que je parvienne à discuter avec elle mais ça promettait d'être compliqué.

Je posais à nouveau mon doigt sur son front.

- Yaphleen? Reveilles-toi... Nous devons parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mer 13 Juil - 10:03

Dans un élan mené par ma colère, je me retournai pour lui en foutre une, vraiment! Qu'est-ce qu'ils avaient tous à me stopper dans mon élan? J'avais le droit de me battre! J'en avais même le devoir! N'y avait-il donc personne au monde qui pouvait me comprendre? Je voulais a tous prix combattre pour défendre les êtres encore chers qui sont encore vivants en ce monde, ceux qui se comptent maintenant sur les doigts de ma main. Je serrais les dents et râlais en déployant mon cosmos, le faisant gronder, ma scale était d'accord avec moi et se parait d'un légère luminosité d'un blanc immaculé, tant et si bien que même si ce goldsaint m'avait arrêté deux fois, il avait pu sentir un léger courant glacé se répendre le long de son bras.

Je n'avais rien pu faire d'autre malheuresement, j'étais encore trop faible et pas assez entraînée pour me confronter à un adversaire de cette valeure, l'idée même de me battre contre lui me répugnait. Quand au fait qu'il n'avait cette armure depuis une semaine, je m'en moquais! Pour ma part cela faisait un mois que j'avais la mienne, sans maîtrise de cosmos, sans entraînement consquent, sans personne à par maître Isaac pour répondre à mes questions. Un Général absent et bien trop occupé par ses obligations pour me consacrer de son temps.

Et puis, ce Saint m'envoya tout simplement balader au loin contre la paroi rocheuse, j'étais si énervée que je ne pris même pas la peine de ployer mes jambes au contacte du rocher pour me repropulser, Je me laissais tout simplement encastrer contre le granite, les roches tombant sur mon armure.
J'encaissais.
Toujours aussi mauvaise, je grognais et pestai, avant de me remettre debout et d'appeler ma scale qui vint sur moi irrésistiblement, scintillante même si elle était endommagée, elle pouvait encore tolérer bien des choses. Tout comme moi.

Je lorgnais ce saint d'un regard mauvais, je m'apprêtais à me lancer de nouveau vers ce saint pour lui prouver que ma détermination à vaincre et à aller à la maison du sagittaire était bien plus grande que de penser à ma propre vie! Ma vie j'étais prête à la donner pour ceux qui me sont le plus cher en ce monde, un sacrifice utile mais bien vain si je continuai à rencontrer ce genre de personne qui barrai ma route.

J'allais de nouveau tenter une percée pour ressortir mais il fut plus rapide que moi et je ne comprenais pas comment en si peu de temps il avait passé cette distance, j'eu à peine le temps de mettre un petit cri de surprise avant de... bas de voir le noir en fait, m'endormant comme une merde, je ne me souvenais de rien après cela.

Je repris doucement conscience encore une fois, les yeux clos, je l'avais de nouveau entendu. Sauf qu'au lieu de lui parler je ne pris même pas la peine d'ouvrir les yeux. Lâchant un énorme soupire, je lui tournais délibérément le dos en râlant.
Sérieux il croyais que j'allais lui pardonner?
" - Me ToUcHe PaS AvEc ToN DOiGt LAaAaA!!!"
Son doigt il pouvait aussi se le mettre ailleur

Rageant encore en serrant mes dents et mes poings énervée, je continuais à râler
" - Tu comprends rien! Jveux pas parler avec toi! T'es comme les autres! Hypocrite! J'espère bien qu'elle aura tous votre peau! De toute manière c'est dans ses plans, de tous vous tuer."

J'étais trop énervée pour comprendre le poids et la mesure de mes mots, mais c'est sur qu'il m'avait énervée, tout ce que j'avais en tête maintenant c'était d'aller taper sur cette Némésis pour ne pas qu'elle touche à mes collègues Marinas, et encore moins à ce saint, même si au fond il m'avait vraiment et profondément blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mer 13 Juil - 11:54

- Je n'ai pas dis que je n'allais pas t'aider mais il est inutile de mourir bêtement sans la moindre préparation. Toi comme moi n'avons nos armures que depuis peu de temps et la tienne est mal en point.

Je pris le temps de faire une pause pour voir si elle était réceptive. Elle me tournait toujours le dos, les épaules remontaient dans une posture boudeuse mais elle écoutait malgré tout.

- Si nous devons rentrer dans le sanctuaire il faut faire ça intelligemment.

A ces mots je sentis un petit sursaut en elle. Mes paroles commençaient à l'intéresser un peu plus maintenant que l'idée de rejoindre le sanctuaire avait été émise.

Yaphleen tourna légèrement la tête vers moi sans pour autant se retourner, genre je boude mais je t'écoute quand même on ne sait jamais que tu serais intéressant.

- Tu as vu les défenses qui étaient mises en place et tu as eu toutes les peines du monde à parvenir jusqu'au village. Je suppose que tu as une idée de la manière d'infiltrer le Sanctuaire maintenant que les troupes d'Arès tiennent les 12 Maisons? Et ne me dit pas de foncer dans le tas, ce serait suicidaire.

Elle tourna le visage et posa sa tête contre le sol, semblant perdue dans ses pensées à la recherche d'une solution viable sans pour autant la trouver pour le moment.

- Il faut quoi qu'il arrive que toi et ton armure soyez en état de vous battre. Si le saint du Sagittaire est une traitresse comme tu sembles le croire et qu'elle est toujours dans sa maison elle aura fort à faire avec les hommes d'Arès, tu ne penses pas? Elle est peut-être déjà morte à  l'heure qu'il est...

Sa posture et son cosmos me signifiait bien qu'elle n'était pas d'accord avec moi. Sa rage était tellement forte que n'importe qui pourrait la sentir de loin tant qu'elle ne se calmerait pas.

- J'aimerais prendre du repos avant qu'on ne passe à la suite. Prend le premier quart.

Sans lui demander son avis je posais ma main sur son épaule dénudée pour lui insuffler un peu de mon cosmos pour l'aider à guérir et surtout à se calmer. J'avais besoin qu'elle se calme. Son cosmos agressif allait finir par nous attirer des ennuis avant l'heure.

Je laissais mon armure quitter temporairement mon corps afin de prendre un position couchée un peu plus confortable. J'entendis Yaphleen souffler légèrement en se retournant pour se retrouver face à mon dos puis se lever pour aller se poster quelques pas plus loin, près de l'entrée.
Elle semblait faire preuve d'un minimum de bonne volonté finalement.
Je fermais les yeux tout en ne pouvant retenir un petit sourire. Cette fille a un bon fond mais elle est trop impatiente. A se demander si comme moi elle avait manqué de la présence d'un maître pour lui apprendre les rudiments. Moi au moins le sceau d'Athéna qui scellait mes souvenirs avait été brisés et ceux-ci me revenaient tout doucement. J'en venais même à me souvenir de ma Maison des Poissons, de mes champs de roses... Le sommeil me surprit dans mes pensées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Mer 13 Juil - 17:51

Avais-je seulement le choix de rester là à ne rien faire alors que Môssieur le chevalier d'or allait s'installer pour roupiller? Levant les yeux vers le plafond en soupirant bien fort pour lui montrer qu'il m'emmerdait, je me redirigeais vers la sortis donc pour faire mon permier tour de guet. Tout en continuant de râler, je me tournais pour vérifier qu'il se repose avant de totalement sortir de la grotte dans laquelle nous nous reposions. Le soleil était encore bien chaud et brillant dehors, ses rayons transperçaient la végétation de cette forêt et la chaleur m'était insupportable, j'étais une nordique non pas une méditerranéenne.

Soupirant, je restais ainsi à me cramer les fesses et ainsi faire le guet tout en marchant le long de l'entrée, en faisant les cent pas, je réfléchissais à toute vapeur.
Devais-je le laisser tranquille et poursuivre ma route seule vers le sanctuaire?
Ma vie et le peu d'entrainement que j'avais eu me servaient et m'avais appris que j'étais faite pour encaisser les coups et ce, bien plus que n'importe quel silver ou saint, j'avais une facilité de répondre et d'encaissement qui étaient assez surprenant aussi bien physiquement que moralement. Que cela soit avec ou sans mon armure dailleur, même si actullement je pense qu'une bonne attaque d'Obscurdia me ferait totalement ... Me tuerait totalement.

Il ne fallait pas la sous-estimer, je savais de quoi elle était capable et plus les secondes passaient et plus j'avais peur pour mes amis, mes collègues Marinas et pour Isaac, qu'elle ne l'eur enlève la vie. Il fallait cependant que l'autre gold se repose et cela me rendait folle, folle de rage.
Oui il avait le droit et devait se reposer, mais... Le temps... passait si vite!
Je me rappelais de l'entrée dans Rodorio, du fait qu'il y avait un tunnel creusé sous le sanctuaire que les saints avaient rebouchés, il suffisait de le déboucher en silence pour arriver au pied de la maison du bélier, mais après cela...

" - Mais Oui!"

Je frappais mon poing dans ma main, j'affichais de nouveau mon air déterminé et farouche, je retournai la tête vers l'intérieur de la grotte, visiblement l'autre chevalier dormait à point fermé, j'espérais bien qu'il se repose totalement pour être en forme, car la suite dfes évènements allait être... bouleversant.
Un énorme sourire parait mes lèvres rosées, je me souvenais avec précision de notre frappe stratégique dans le sanctuaire, le chef et général Salamandar accompagné de son escadron s'étaient occupés de l'illusion de nos troupes pendant que mon général et maître Isaac c'était débrouillé seul pour créer un véritable pont de glace qui sumplombait toutes les maisons du sanctuaire et ainsi, permettre à tous les marinas de saccager ou retourner toutes les maisons.

C'était l'occasion ! Il ne fallais pas trainer cependant car le pont de glace pouvait fondre en plein soleil... Quoi que !
Je réfléchissais, le zéro absolu... Non. Rien ne pouvait faire fondre le couffin de glace de mon maître, ni même ses créations en givres quand elles atteignaient le zéro absolu.
Et dire qu'il avait lui-même été le disciple d'un chevalier d'or. Lequel je n'en savais rien, mais je comprenais maintenant, plus que jamais, sa façon de toujours vouloir protéger le faible en se mettant à leur place. C'est ce que je faisais égalemen tà mon tour, inconsciemment.

A quelques mètres, le vol de corneilles en masse me fit froncer les sourcils et je courrus rapidement auprès de l'autre chevalier, mes bottes d'argent claquant dans la grotte pour l'y réveiller.
Je le poussais du bout de mon index en prenant un air quand meme boudeur, je ne le pardonnais toujours pas!

" - Hey! Chevalier! On a de la visite! Au passage je me rappelle d'un passage sous terrain pour arriver à la maison du bélier, et également peut être une option de facilité pour accéder à la tienne. Ca te tente?"

[hrp informations prises ici Embarassed http://saintseiyagoldenhope.superforum.fr/t240-event-saints-marinas-berz-nemesis ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Ven 15 Juil - 19:37

Lorsqu'elle déboula en trombe j'étais déjà réveillé. Il y avait de l'agitation à quelques centaines de mètres d'ici et vu les remous de cosmos je suis certain qu'il s'agit de soldats d'Arès tant ils sont discret.

- On bouge. Ton chemin est sûr? Personne d'autre ne connait ce passage?

Elle semblait certain d'elle. Cela valait peut-être la peine de tenter le coup. Ne disait-on pas que c'est dans l'oeil du cyclone que c'est le plus calme? Autant aller se cacher au plus près d'Arès. Avec un peu de chance j'aurai l'occasion de rejoindre la 12ème Maison et tenter de récupérer le poison de mes roses. C'était malheureusement un mal nécessaire pour un chevalier d'Or des Poissons.
Je tenterai par la même occasion d'éviter cette fameuse Némésis dont Yaphleen m'a parlé mais ce sera difficile de la berner.

Elle était surexcitée, le fait que je laisse sous-entendre qu'on pourrait mettre son idée en application l'avait mise dans un état à la limite de l'hystérie.

- Par contre niveau discrétion des armures brillantes ne sont pas une bonne idée, si on doit repasser aux environs de Rodorio on trouvera de quoi emballer nos pandora box.

L'idée n'eut pas l'air de la ravir mais il lui faudra composer avec.

- Si on doit suivre ton chemin ce sera à mes conditions. Pas d'armures si ce n'est pas nécessaire. Et si la situation l'exige il faudra malgré tout rester aussi discret que possible.

Nos armures dans leurs boites nous prîmes un détour pour contourner Rodorio. Je la laissais quelques instants seule dans un sous-bois le temps d'aller chercher des tissus suffisamment grands pour masquer le métal brillant de nos box. Après quoi je la laissais passer devant, non pas envie mais par nécessité, mes souvenirs étant ce qu'ils sont elle est malheureusement la mieux placée pour nous guider jusqu'à ce fameux passage souterrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Ven 15 Juil - 21:11

J'arrivai donc prêt de ce goldsaint dont je ne savais toujours pas le nom, l'écoutant; mes yeux pétillaient à nouveau d'une joie sans précédent et je ne cachais pas non plus un sourire aussi étiré que véritable, ça y est on allait enfin pouvoir sortir de ce taudit et de ce cacher commes des voleurs!
J'allais lui sauter dessus à pied joint, seulement il fallait avant de sortir, trouver de quoi cacher nos armures. Je tordais la bouche dans tous les sens en réfléchissant, au bout de quelques minutes dehors, j'en vins à trouver du linge étendu dans le jardin d'une maison à moitié abandonnée.

Joignant les tissus fins, chaussette, slips et tout le reste, j'avais tant bien que mal réussis à totalement camouffler les deux armures. Mais pour moi, marcher sans ma scale m'était un peu étranger je me sentais comme nue. C'était une sensation si bizarre et légère que même en marchant je ne pouvais pas m'empêcher de m'arrêter pour tirer un peu sur mon top brun et essayer de cacher au mieux mon pantalon troué. Un peu comme si j'avais la sensation de ne rien porter. Cependant je restais aussi sage et discrète que possible, entre les ombres des arbres et des maisonnées bordant Rodorio; une vraie peluche !

Je me rappelais, me baissant parfois, frolant de mes doigts la piste encore fraîche de mes deux généraux mais aussi de mes amis marinas, la trace de leurs armures figuraient encore bien mollement sur le sol sec, nous étiions dans la bonne direction. De plus sur ces traces, personne n'avait semblé retrouvé ces traces fraîches.
A plusieurs intervalles, je cherchais un détail, une marque, une piste à suivre afin de retrouver le tunne qui nous permettrai de rentrer dans le sanctuaire, le chemin nous menait très rapidement à l'extrémité nord de Rodorio, un renfoncement entre des pierres et d'énormes rochers me fit tendre un léger sourire amusée, j'étais fière de moi!

J'avançais donc dans ce renforcement en dardant un regard malicieux, pour une fois que j'étais contente de servir à quelque chose!
" - Au fait, je ne vous ai pas demandé, mais c'est quoi votre mignon petit prénom?"

Il est vrai que je m'étais présentée, mais lui alors?
" - Et cette armure? Vous êtes lequel des douze? Ca fait vraiment qu'une semaine que vous avez cette armure? Vous avez fait comment pour l'avoir?"

Au bout de quelques mètres, les rochers devinrent plus pentus et coupant, de véritables silexes! Mais j'avais l'habitude, en Asgard l'on trouve les ravins les plus tranchants et la nature parait sans pitié; cette grotte ou j'étais passée n'était qu'un terrain de jeu pour moi, je marchais donc sans m'empêcher de sautiller comme une gamine, en silence bien entendu!
Puis, vint enfin le cul de sac, l'éboulement qui avait été provoqué par l'attaque certainement d'un saint pour défendre le sanctuaire. Dailleur, une poutre en marbre apparaissait sous les décombres, cette poutre appartenait-elle à la maison du bélier?

" - hummm... et en discrétion... Je suppose qu'on va devoir creuser à la main, c'est cela?"
Lui ajoutai-je avec un sourire angélique. Bien sur qu'il allait falloir utiliser le cosmos pour faire péter toutes cette caillasse! Mais dans ce cas... quel était le plan? Et si on allait discrètement capturer un Berzerker pour le forcer à utiliser Son cosmos ? Certes c'était une stratégie plutôt ... malsaine mais même Salamandar l'aurait utilisé. Vaut mieux un berz que nous!

" - J'ai une petite idée... mais je ne pense pas qu'elle va te plaire..."

Les mains derrière le dos, je faisais tourner mon buste de droite à gauche, j'étais si impatiente et tellement contente! Bon après je ne sais pas comment ce saint allait s'y prendre, mais s'il voulait une solution ou, on devait paraître presque invisible, vallait mieux utiliser les éléments autours de nous et s'adapter avec! Et là en locurence... Acheter ou kidnapper un petit berzerker pour dégager tout ça, nous serait bien utile...

" - Me regarde pas comme ça! Tu veux une solution pour passer incognito? Je pense vraiment que kidnapper un Berz et le forcer à ouvrir le passage est une solution viable! Et si jamais il nous casse les pieds, on n'aura qu'à le faire dormir, c'est tout!"

Ajoutais à voix basse, les mains sur les hanches, à la façon d'une mère qui gronde son enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 16 Juil - 12:01

L'attitude de Yaphleen me consternait littéralement. Elle était imprudente, toujours à vouloir agir avant de réfléchir et d'une humeur aussi changeante que le ressac des vagues. a en devenait exaspérant et je me demandais si nous enfoncer comme ça derrière les lignes ennemies avec un électron libre pareil n'allait pas nous apporter plus de problèmes que de solutions à terme.

Assis sur un rocher à proximité de l'éboulement je réfléchissais tant bien que mal à une solution pour libérer le passage sans attirer de gardes. Hors de question donc d'utiliser nos cosmos pour le moment et hors de question pour moi de me résoudre à prendre un Berzerker tout simplement parce que de un, il n'est pas dit qu'il se laissera prendre facilement, deux il refusera probablement de nous aider et si il le fait il fera son possible pour nous entuber en beauté et enfin de trois, un cosmos reste un cosmos. Dans une armée dirigée par le dieu de la guerre en personne j'ai du mal à envisager qu'un chef ne sache pas où se trouve chacun de ses hommes, ne serait-ce que pour éviter les tires au flan.

Je ne répondis pas à Yaphleen quand elle propose cette idée et je continuais donc à fixer les rochers. Si j'avais été un Saint des glaces il aurait probablement été possible de geler la pierre en limitant l'utilisation de cosmos mais dans le cas de Yaphleen je ne pense pas que sa maîtrise actuelle soit suffisante pour briser la roche tout en restant maître d'elle-même. Rajoutons à ça que nous ne savons pas l'état du passage au delà des premiers mètres. Si la chance nous sourit et que nous arrivons à dégager le passage nous serons peut-être bloqués un peu plus loin, ruinant nos efforts.
Ce passage me semblait de plus en plus hasardeux finalement, qu'est-ce qui m'avait poussé à accepter un pari aussi risqué avec un taux de réussite aussi bas?

Suite à mon refus silencieux Yaphleen boudait "comme à son habitude" dans un coin.

- Ton maître...

Ces mots la firent sursauter.

- Ne t'a-t-il pas appris les vertus de la patience?
Ma question se voulait la plus sincère possible, inutile de prendre le risque de la voir s'énerver encore une fois et nous faire repérer mais si on devait envisager la suite du combat ensemble il fallait impérativement que je sois au fait de ses capacités et de ses limites.

- Des souvenirs que j'ai de mes vies précédentes les anciens Gold du Verseau maîtrisaient leur cosmos au point de pouvoir stopper totalement les atomes sans les endommager. Là où d'autres les font exploser. C'est autrement plus difficile d'arriver à un niveau pareil car cela demande une patience infinie et un stoïcisme à toute épreuve.

Elle me regardait sans répondre, j'avais peut-être touché un point sensible... ou pas.
Yaphleen se leva et sorti, prétextant une ronde, alors que nous pouvions sentir arriver l'ennemi tant les cosmos des Berzerkers sont remuants.

Je la laissais seule quelques minutes afin de lui permettre de réfléchir. Dehors la nuit était tombée depuis un moment et les températures chutaient rapidement vu la proximité du littoral. Elle était là, appuyé nonchalamment contre la paroi de l'entrée de la grotte, les yeux perdus dans le vague. Etait-elle si absorbée par ses pensées qu'elle ne me sentit pas arriver ou se laissait-elle aller à un soupçon de confiance? Toujours est-il que lorsque je posais une étoffe sur ses épaules dénudées elle ne réagit pas et prit juste la peine d'agripper les bords du tissu pour ne pas qu'il tombe.
Me plaçant à coté d'elle je laissais mon regard porter vers l'horizon. L'odeur des brasiers de Rodorio nous arrivaient encore pas moment et de temps à autres un cri pour nous rappeler que nous n'avions pas encore échappé à l'horreur de cette situation. Je pris la peine de poser une main sur son épaule.

- Tu es jeune, tu apprendra. Mais reste seule maîtresse de ton destin, reste fidèle à ce que tu penses être juste. Et surtout... n'aie pas peur de revoir ton jugement si à un moment ce que tu pensais être juste ne te convient plus. D'autres l'ont fait avant toi, d'autres le feront après.

Je laissais ma main glisser de son épaule tout en me retournant pour retourner à l'intérieur pour réfléchir à notre problème. Pas de Berzerker, pas de froid intense... les solutions étaient limitées pour le moment mais j'avais confiance, nous finirions bien par trouver LA solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 16 Juil - 18:21

Les vertus de la patience? il était sérieux quand il disait ça? Il n'avait même pas daigné lever le petit doigt ni même me dire son nom ou son armure et monsieur désirait me faire une remarque sur ma patience en tournant sa question en mode " je fais semblant de faire passer ça pour une vraie question à défaut d'une remarque?". Alors oui j'étais encore plus furieuse et à ce compte, j'allais juste le laisser seul face au mur. Je voulais l'aider de base, mais force de constat qu('il n'était vraiment pas prêt à s'allier comme un vrai ami avec moi pour poutrer ce Némésis.
Alors oui c'est entièrement ma faute, je donne trop rapidement ma confiance aux inconnus, oui je suis naive, impulsive et impatiente, impertinente et tout ce qu'on voudra me juger. Mais au moins moi je fais des efforts pour aider les autres! Je ne suis pas choisie par Athéna pour cela mais par Poséidon.

Dalleur le fait qu'il ne veuille pas m'aider et reste là sans broncher, n'était-il pas un signe qu'il n'était pas lui même un véritable saint? Je fumais du cerveau tellement je m'imaginais des scénarios pas possible! Et si ce goldsaint déclinait son identité véritable pour se cacher et rejoindre Obscurdia parce qu'il était un Némésis? Et si j'avais fais tous ces efforts pour cela finalement?
Dans ma colère profonde, j'oubliais qu'on avait tout de même conbattus ensemble, mais un oubli est si vite arrivé quand on est fatigué, qu'on a le morale a zéro et que rien ne va plus.
Isaac allait me tuer!
Et puis les Berzerkers qui se ramenaient, cela n'allait pas faciliter nos taches.
Tant pis! J'avais trop le cerveau à chaud, je n'étais pas opérationnelle pour le moment, je lâchais donc mon armure au pied de ce mur et avec une allure fière et renfrognée, je sortais.

Je sortis donc en prétextant une ronde j'avais sentis ces cosmos et j'allais mais tellement leur rentrer dans le lard! Les faire venir ici pour qu'ils casse le mur pour ensuite leur casser la tête! Sérieusement, j'étais si énervée que j'aurais pu me faire la Némésis seule je crois! Et je sais que quand je suis énervée, quand je suis à bout de ma capacité d'encaisser, que je peux créer de véritables tempêtes de neiges.
Je ne peux pas arrêter les atomes en plein vol comme mon maître Isaac, créer des cercueils de glace, geler instantanément tout ce qui se trouve autours de moi, je ne peux pas non plus créer "l'hiver" sur une zone limitée quand je me concentre...

Mais au moins j'en ai conscience! Et peu de personne peuvent prétendre en avoir et je préfère connaître mes points faible et les exploiter plutôt que de connaître tous mes points forts et m'en vanter. Je suis comme ça, mes parents m'avaient éduquer de cette manière. Je suis rustre et solide comme un ours, mais il suffit de découvrir l'envers de l'ice-berg pour voir qu'au fond, je ne suis pas aussi maladroite et faible que j'en ai l'air.
Et comme je n'avais pas envie d'entrer en conflit, que je devais me focaliser sur mon seul objectif, mon seul moyen de pression était... bah de bouder.

La fraicheur du soir me faisait un bien fou! Dommage qu'il ne neige pas encore en Grèce. Dommage qu'il ne m'ait pas laissé seule, j'avais besoin de solitude pour tout extérioriser, j'avais pas besoin qu'il me suive. Je tournais littéralement la tête du coté opposé quand il vint près de moi. Oui je lui faisait toujours la gueule et je n'allais pas m'excuser tant qu'il n'allait pas cesser immédiatement de me prendre pour une gamine! J'ai treize ans, je suis une grande dame, moi d'abord!
Et pis genre qu'il se montrait galant d'un coup! Et il ne savait même pas viser! Je du rattraper le truc bizarre et tout doux qu'il m'avait mit sur les épaules pour ne pas qu'il tombe. il était sérieux là? il me l'avait juste foutu sur le dos comme un tapis sur un vulgaire canasson ou il me l'avait juste jeté dessus?

Puis un cri, une femme encore entrain de se débattre, toujours dans mes pensées, en train de chercher une solution, je sentis sa main chaude et qui se voulait réconfortante sur mon épaule. J'étais si énervée que j'étais à deux doigts de lui faire une figure de Judoka, pour le faire voler de l'autre coté, histoire qu'il comprenne qu'il me touche pas.
J'en était capable, je sentais ma rage s'épanouir le long de ma colonne vertébrale, s'exprimant une un milliers de poils relevés. J'étais l'ourse, tous poils tendus, hérissés, qui allait sans aucun doute mordre ou s'attaquer à un gros poisson.
J'en voulais pas à lui, mais à ces Berzerkers, aussi je croisais rapidement mes mains qui commençait à sérieusement prendre la température du gel, pour éviter de le toucher et lui faire du mal.

Puis après une énième leçon de morale qui fit révulser mes iris argentés, il partit, sa main et ses doigts fins finirent par glisser le long de mon épaule, je ne sais pas pourquoi, mais qu'il me quitte comme ça allait m'arracher un cri de douleur comme si on me séparait de... de quelqu'un que j'aimai très fort. Un lien s'était-il créée en si peu de temps entre ce goldsaint et moi? fichtre!
A peine sa main s’écartais que je l'attrapai au vol et la tirai doucement et tendrement vers le bas, j'avais mis mon visage et son expression dirigés vers le sol, ahin non je n'étais pas du tout fière de moi. Encore une fois je sentais mon visage m'empourprer, c'était désagréable!
Une main toute douce et chaude entre mes doigts gelés qui ne cessaient de refroidir à chaque seconde, mes yeux ne cessaient de les observer.
Levant mon nez pour regarder son visage, il aurait pu voir une expression mêlée entre la peur,  désarroi et l'embarras.

Je ne sais pas faire d'excuses et le temps que des mots sortent de ma gorge nouée, quelque chose d'incroyable se passait et mes yeux s’écarquillèrent si vite, mon visage prenant une expression plus indéterminée, je levais les yeux vers le ciel noircit de la Grèce.
De la neige! Et...

" - Ce Cosmos! ... "

Impossible! La femme arrêtait de d'hurler et on aurait dit que les Berzerkers ripostaient pour aller s'en prendre au sanctuaire même.
Le nez toujours levé, je lâchais la main de ce saint dorée pour attraper les légers flocons qui tendaient à se disperser tout autours de nous, Isaac? L'étrange goldsaint du Gel? Peu importait, de la neige en pleine Grèce! C'était dingue! dingue... mystérieux et magnifique à la fois.
Mon coeur battait si fort qu'il allait peut être sortir de ma poitrine!
C'était le moment ou jamais, quelque soit cette personne qui avait fait neigé, c'était arrivé pile au bon moment, et je n’allais pas m'en plaindre!

" - Il faut saisir cette occasion! Dépêchons nous!"

Rapidement, je sautais et courrais très rapidement dans la grotte, saisissant mon armure au passage, concentrant mon cosmos dans un poing, j'allais tenter ma chance pour créer une percée, plus de berzerkers pour le moment, la voix était libre, c'était le moment ou jamais!

hrp: j'ai demandé à Isaak-kun hrp s'il pouvait faire tomber de la neige dans son combat contre Camus, il m'a dit que ça allait se faire! Donc comme il y a deux chevaliers des glaces je préfère garder le flou pour le moment, on sait jamais si camus veut aussi faire neiger! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 16 Juil - 20:59

La situation me prit totalement au dépourvu. Je n'avais absolument pas prévu ce genre de situation. Non pas que je n'ai pas l'habitude de plaire, en général je n'ai jamais eu trop de difficulté à séduire même si je n'étais pas du genre à courir la gente féminine mais là, sur un champ de bataille avec cette jeune marina que je connaissais à peine... D'ailleurs j'étais persuadé qu'elle allait m'arracher les yeux si j'osais rajouter un mot du coup qu'elle s'agrippe à ma main de la sorte fut déstabilisant. L'instant parut durer une éternité. Je dois avouer que le contact n'était pas désagréable et que si ce cosmos n'était pas apparu subitement...

Il nous sortit instantanément de notre torpeur passagère. En quelques instant ce puissant cosmos s'étendit alentour et Yaphleen ne perdit pas une seconde. Lâchant ma main elle se précipita à l'intérieur de la grotte si vite que lorsque je la rejoignis son armure abîmée se posait sur elle. Son cosmos de glace si semblable à celui qui englobait le Sanctuaire était complètement caché. Elle pouvait s'en donner à cœur joie pour tenter de détruire le mur de granit. Elle n'attendit pas et enchaina les passes et les coups à une vitesse qui me sembla légèrement supérieure à ce qu'elle avait montré lors de notre premier combat. Soit elle s'améliorait sensiblement, soit elle alimentait son propre pouvoir grâce à ce cosmos si semblable au sien.
Ce regain d'énergie dura quelques secondes pendant lesquels je vis la précision de chacun de ses coups, martelant la roche à des points de fracture bien précis qui optimisaient chaque coup porté. Peu à peu le passage se dégagea et au travers du voile de poussière on pouvait distinguer un tunnel qui s'enfonçait profondément sous terre.

Lorsqu'elle interrompit ses rafales de coups, gardant le bras tendu devant elle, sa poitrine se soulevant au rythme de ses respirations, profondes et rendues difficiles par la crasse soulevée. Elle avait réussi, la chance était de notre coté et nous ne devions cette petite victoire qu'à sa seule spontanéité.

Lorsque la poussière fut retombée nous pûmes distinguer des flambeaux à intervalle régulier. Il nous suffirait de nous servir de cet éclairage de fortune et d'éviter de les allumer tous pour ne pas attirer l'attention du Berzerker trop curieux qui passerait à proximité.

Si seulement je disposais du sang des Poissons j'aurais pu parsemer le passage d'un tapis de rose empoisonnées... Posant un regard discret sur Yaphleen je revins sur cette idée, la malédiction des Poissons me condamnerait à la solitude, je le savais. Dès que j'aurai atteint la Maison qui m'était assignée ce sera du passé...

Je cachais mon inquiétude à Yaphleen derrière un masque de sourires. Elle était en pleine euphorie d'avoir réussi seule cet exploit, je n'allais pas lui gâcher ce moment de plaisir en exposant mes propres craintes.

A mon appel l'armure des Poissons vint me recouvrir. Nous étions hors de vue et nous allions nous enfoncer sous terre. Arès avait peut-être prévu un comité de réception, même si les informations de Yaphleen laissent à penser que Arès lui-même ne semble pas au courant de cette route souterraine.

Nos regards se croisèrent lorsque je me mis à sa hauteur à l'entrée du passage enfin dégagé. Nous nous fîmes un simple signe de tête qui nous servi de signal pour nous élancer.

Étonnamment le parcours fut plus calme que ce à quoi je m'attendais. Pas le moindre soldat à l'horizon jusqu'à la sortie du tunnel qui était resté cachée. Un véritable miracle.

De là où nous étions nous pouvions discerner le coin d'un temple. Je me pris à supposer qu'il s'agissait de la première Maison. Des cris et la lumière projetée par les torches nous confirmèrent qu'à partir d'ici il allait probablement falloir se battre.

Je me retournais vers Yaphleen qui s'était tenue légèrement en retrait pour me permettre de me glisser discrètement par l'ouverture afin d'inspecter les environs. Sa proximité me surprit.

- Tu ne m'as toujours pas dis ton nom...
Sa moue était clairement du reproche et son visage presque trop proche pour que la situation ne soit pas gênante. J'en vins à me demander si elle me faisait la tête depuis tout ce temps parce que j'avais oublié de lui dire mon nom. C'était puéril non? Et peut-être un peu malpoli de ma part.

- Valérian...

Je ne savais pas quoi ajouter. Vu son habitude à s'emporter j'étais honnêtement en train de me demander si ma réponse lui suffirait. Allait-elle s'offusquer parce que je ne présentais pas mon arbre généalogique? J'exagère bien sûr mais venant d'elle plus rien ne me surprendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Sam 16 Juil - 23:02

Je ne devais pas faillir, maître Isaac-sama était quelques part, ici dans ce sanctaire et la manifestation de cette neige en était la preuve vivante! Si peu de personne pouvait se venter d'atteindre le zéro absolu! Si peu d'élu!
Tout ce que j'étais capable de faire à ce moment était de me gonffler de courage et de détermination et profiter d'un très cours laps de temps offert par le créateur de cette neige pour faire diversion, pour casser cette caillasse! Ces rochers étaient si gros et si lourds qu'en les frappant pour la première fois de mon poing, j'ai cru que j'allais flancher.

Mais je devais réussir, et ma détermination mêlé à la sansation que mon véritable maître était encore vivant me donnait des ailes. Je me sentais capable d'accomplir ce miracle et de pulvériser ce mur de roches. A chaque coups que je portais, je sentais mon cosmos monter en flèche et j'en profitais pour me conscentrer et frapper.
Plus mon cosmos s'intensifiait et plus je voyais nettement les fissures d'atomes à l'instar de ce mur, mes poings plus dur et plus vifs frappaient exactement là ou il fallait et à défaut des trois premiers coups, le cinquième fit totalement tomber ce mur.
J'étais fatiguée mais non épuisée et un sourire empli de fierté parait mes lèvres tandis qu'après ce dur effort, je me sentais encore capable d'accomplir des prouesses.

Il n'était pas mort! Il était encore là! Et j'allais le trouver! Je le ramènerai par la peau de son slip de calamar géant en Atlantide s'il le fallait, il n'avait pas le droit de m'abandonner de la sorte!
Respirant calmement, je plissais les yeux pour vérifier une chose, en effet j'avais déjà emprunté ce couloir, un aller, pour me camouffler prêt des engins de sièges.
Et il me semblait qu'il n'y avait peu ou très peu de torches sur les murs, faute à l'appel d'air et certainement à leur utilité par les saints.
Là, les flambeaux étaient rassemblés régulièrement, preuve que d'autres étaient passés par ici pour ranger ce tunnel... la poisse! Cependant avec la neige et ce cosmos dehors, je pouvais encore espérer ne tomber sur personne pour le moment.

L'armure sur le dos j'avançais à grandes enjambées, arrachant une torche en main pour éclairer le passage et ainsi avec ma petite taille me faufiler là ou on voulait aller.
Il était possible d'aller directement à la maison du Taureau, aussi au lieu de continuer tout droit pour aller à celle du bélier, je feintais.
le pauvre goldsaint qui m'accompagnait allait être déçu certainement par cette manoeuvre, il n'avait pas l'air de connaitre son sanctuaire, ce qui était paradoxale puisque je connais mieux son sanctuaire que lui.

Après une courte bifurcation vers la droite, il suffisait d'avancer au bout du tunnel et ainsi, nous aurions du tomber immédiatement derrière la maison du taureau.
En effet, nous arrivions enfin vers la sortie et le coin de la maison tant attendue se fit apparante, cependant j'arrêtais là de sourire, j'avais encore une petite idée en tête et, me mettant en hauteur sur un cailloux, je m'arrêtais soudainement pour faire volte face devant le goldsaint qui me suivait. Ce n'était pas avec mon vulgaire mètre cinquante cinq que j'allais pouvoir le regarder dans les yeux, alors j'étais monté sur un rocher!
Il passa doucement la sortie et j'en profitais pour l'interpeler, collant littéralement mon visage contre le sien.

"- Tu ne m'as toujours pas dis ton nom..."

J'aurais très bien pu aussi le harceler, le pousser ou lui mettre ma torche sous la gorge pour qu'il me réponde, mais bon j'étais d'une assez bonne humeur, et même si sa tête avait l'air d'être ailleur, son regard expressif en disait long sur ses peines, je n'avais pas envie de me montrer de mauvais poil. Pas après ce que je venais d'apprendre. La neige continuait toujours de tomber à l'extérieur et même si des berzerkers étaient encore dans le coin, rien n'aurait pu entamer ma joie de vivre.

" - Valérian..."
Prononcai-je en répétant son prénom au bout de mes lèvres, c'était assez facile à retenir et à prononcer.
" - Je devrai m'en souvenir..."

Je descendais de mon rocher en lui lançant un petit sourire timide, enfin! Pas trop tôt! Je connaissais le nom de mon bienfaiteur, après plusieurs heures en sa compagnie.

" - Ah et... Merci de m'avoir sauvé la vie, si à l'avenir tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à me le faire savoir, j'ai une dette à vie envers toi. Et une dernière chose, tant qu'à faire..."

J'avançais de quelques pas, les Berzerkers et les torches avaient changés de sens, peut être aurions nous le temps de chercher ce fameux pont de glace? Il devrait être visible, puisqu'il est entretenu à des mètres de hauteur!

" - Arrête de me protéger pour rien! Je suis solide! J'ai obtenu la scale de l'ours polaire et suis sous les ordres du Kraken. Je t'assure sur je ne risque rien, j'ai une faculté d'encaisser les coups qui n'est pas commune donc vraiment! Si quelqu'un d'entre nous deux doit courir pour fuir, ça ne sera pas moi, okay?"

Au moins le dernier point allait peut être éclaircir sa vision des choses? Bon après il est vrai que je suis un peu tête brûlée et ai tendance à foncer dans le tas quand une opportunité s'ouvre à moi. Ou tout simplement... quand mes oreilles chauffent trop vite. Va falloir que j'apprenne un jour à me canaliser, mais pas aujourd'hui, nous étions en guerre et ce n'était pas le moment de m'entraîner.

Sortant littéralement de la grotte en éteignant la torche au sol, lâchant le bout de bois, je me faufilais entre les ombres et la fraîcheur des pins blanchis par la neige tout en observant si les berzerkers n'étaient pas dans le coin. Car même si le cosmos des chevaliers de glaces les avaient presque tous interpelés, il se pouvaient qu'l y ait certaines rondes de garde berz.

Je me tournais vers Valérian, j'espérais vraiment qu'il ne me fasse pas de coup tordu, il avait l'air tout peunaud, comme si quelque chose de négatif obstruait ses pensées. J'ai toujours eu l'habitude de connaitre les ressentis et les feeling des personnes qui m'entourent, ma maman m'avait apprit l'empathie. Ca m'avait permis parfois d'arrondir mes fins de mois quand un Guerrier d'Asgard n'avait pas le morale, je les repérais et je les écoutais des heures durants. Mais avec Valérian, ça avait l'air quand même massif.

N'arrivant pas à décliner mes iris d'argent de son visage, je me lançais donc,

" - Ca n'a pas l'air d'aller, quelque chose te tracasse? Me dis pas que ce sont ces berzerkers qui te font peur, dis?"

Et entre nous, un peu d'humour n'a jamais fais peur à personne. Je me montrai insitante mais non chiante, le poussant légèrement en employant un ton plus doux, je poursuivais:

" - Diiis? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 17 Juil - 10:13

Elle me fit sourire, j'avoues, mais il était hors de question de lui parler de la malédiction des Poissons. Je préférais donc lui mentir - avec un certain talent je pense - pour éluder les problèmes. Si d'aventure nous devions croiser cette Némésis du Sagittaire je n'aurais peut-être même pas besoin de lui en parler.

Au moment d'une halte de courte durée pendant laquelle nous nous étions caché derrière ce qui ressemblait à une maisonnette je pris le temps de lui répondre.

- Rien de grave, ne te tracasses pas, juste des souvenirs de mes anciennes vies qui ressurgissent par moments. Et le fait d'être au Sanctuaire ne fait qu'accentuer ça. J'ai beaucoup de souvenirs par ici.

Ce mensonge au final n'en était pas vraiment un. J'avais en effet des souvenirs qui affluaient par moment au point que ma concentration pouvait s'en trouver altérée mais je pense qu'elle ne s'était rendue compte de rien.

Je la repoussais délicatement en appuyant mon doigt sur son front tout en gardant ce sourire de façade plutôt convaincant.

- Faudra trouver un arrangement entre Poséidon et Athéna hein. Ça m’ennuierait de me retrouver face à toi vu que je commence à te supporter.

J'augmentais un peu la pression sur mon doigt pour la faire basculer en arrière jusqu'à ce qu'elle perde l'équilibre et atterrisse sur ses fesses. Si la présence des Berzerkers ne s'était pas faite sentir nous aurions probablement pu éclater de rire et cela nous aurait fait le plus grand bien avant ce qui risquait de nous tomber dessus.
Au lieu de ça nos visages se firent grave, nous étions au centre du Sanctuaire, en terrain ennemi et nous allions remonter les douze maisons par un chemin dont nous ignorions si il était en état et gardé par l'ennemi pour aller à la rencontre d'un autre ennemi qui - d'après les dires de Yaphleen - ne reculerait devant aucuns sacrifices pour nous combattre de la pire manière qui soit. Rajoutons à ça que je priais de la vaincre afin de pouvoir rejoindre ma maison pour tenter cette cérémonie du sang...sans savoir si elle me tuerait ou pas...

- Allez on y va.

D'un bond nous sortîmes de notre cachette. Bondissant, courant, usant de toute notre force sans utiliser notre cosmos. Nos armures nous assistaient au mieux, rendant nos bonds plus faciles, nos courses plus rapides, tout en limitant les possibilités de détections.
Yaphleen me dépassa après seulement quelques secondes. Mon premier réflexe fût de vouloir reprendre la tête, mon armure était d'une classe supérieure à la sienne et en bien meilleur état surtout, mais elle connaissait le chemin à suivre pour nous mener à ce pont; du coup je préférais la laisser devant. Je pense avoir décelé un sourire sur son visage grave quand elle me vit ralentir pour me tenir en retrait mais je ne saurais le jurer.

Notre course fut rapide. Nous arrivions  en vue de la Maison...du taureau???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 17 Juil - 11:03

Des souvenirs? Un arrangement entre Poséidon et Athéna? Il me prenait vraiment pour une bêta! Et qui plus est il me mit un doigt sur le front, je ressemblait à quoi avec ça? Une licorne? tient? J'allais me moquer et lui faire la pire grimace au monde, je le voyais déjà partir à rigoler et j'allais également exploser de rire, si je en m'étais pas retenue je n'aurais pas donné cher de notre peau.
Dailleurs lui aussi raffermissait son visage, grave, à l'écoute des gardes berzerkers qui continuaient de faire la ronde malgré la neige qui s'intensifiait.

Valérian qui avait des cheveux aussi rougeoyant qu'une pierre précieuse, se retrouvait avec de la neige sur ses cheveux, autant dire que ça ne ressemblait à rien, ça me fit aussi légèrement pouffer de rire, il n'était pas fait pour les lieux de grands froid, je pouvais parier même mon armure sur ça!
Enfin il me poussa et je me retrouvais encore une fois sur les fesses, je me retenais encore une fois de rire, genre qu'il me supportais! Un goldsaint pareil aussi chochotte et perturbé! C'étais moi là qui le supportais! Bon en fait on se supportais l'un l'autre et ce n'était pas un problème pour moi si on devait se combattre un jour, au pire des cas je demanderai vite fait à mon maître de le geler le temps de fuir hein. Ou alors... J'apprendrais moi à le geler pour mieux lui fuir, ça pourrait être pratique! Bien plus que d'aller chouiner vers mon maître pour lui demander de faire le boulot à ma place.

Et puis ça me permettrai d'être un peu plus utile à la cause de Poséidon si je savais faire ça et peut être d'aider un peu plus de marinas et mes amis? C'était décidé, j'irai voir Isaac et ce satané et mystérieux saint des glaces un jour! Et je l'obligerai à m'apprendre à geler mes adversaires! Je me montrerai aussi chiante et collante que je pouvais l'être pour obtenir ce cours sur la glaciation! Même si ça pourrait me coûter énormément de temps.

Le poing fermé, déterminé, je sortis de ma rêverie en observant Valérian parler, donner le feu vert et courir vers le pont de glace, comme un demeuré. Mais il m’attendait pas?
Sans prendre le temps de m'épousseter les fesses je sautais également du buisson et rassemblait toutes mes forces pour lui courir après! Fichtre! Courir après un saint, c'était vraiment pas facile!
Déjà qu'il avait de plus grandes jambes que moi, mais petit à petit j'arrivais quand même à le dépasser, mes bottes glissaient sur la neige et me donnaient d'avantage de puissance et de vitesse et le dépasser ne fus pas aussi difficile au finale, si bien que je lui décrochais un petit sourire en coin pour le snober, sauf qu'il n'allait pas se laisser faire.

Il avait prit un peu d'élan, mais vraiment rien de bien énorme, quelques pas conduit sur cette neige semi épaisse me permis de reprendre le contrôle de la course et de largement le dépasser, à moins qu'il en ait fait exprès? Ouh le bougre!
Je lui tirais expressément la langue, grossièrement pour lui montrer mon mécontentement, genre! Oui bien sur que j'ai vue que tu en avais fais exprès! Mais c'est pas pour autant que je vais m'arrêter de courir, tiens!
Je rassemblais mes jambes sous mon corps et repartis encore plus vite à une allure encore plus rapide et endiablée, du coin de l'oeil je regardais la maison du taureau qui s'élevait, majestueuse devant le sanctuaire, à ses pied un feu de joie même minime était en train de mourir, des hommes en armures essayant tant bien que mal de le tenir en vie avec des brindilles.

Ils ne me percutaient pas et j'en profitais pour continuer, tête baissée à courir à une vitesse phénoménale vers l'endroit ou devait être le pont de glace et en effet ce dernier ne se fit pas attendre, puisqu'il se tenait tout juste devant nous, essoufflée je du tout de même ralentir, même si la neige jouait en ma faveur pour cette course presque olympique.
Je me retournais pour voir ou était mon ami, alors que je mis mon premier pied sur ce pont, j'en avais des frissons. Il n'avait pas bougé d'un seul centimètre, des rayures indiquaient que des inconnus avaient tentés de le casser et de le détruire, mais seulement des rayures!
C'était quand même un truc de fou!

" - Un jour, je ferais comme mon maître! Moi aussi je veux créer des choses aussi magnifique qu'éternelles! Regarde ça! Ce pont à même résisté à des centaines de coups! ... Il n'y a vraiment rien de plus sublime que d'atteindre le zéro absolut et de le maîtriser avec une telle perfection.  Ah et regardes les cotés!"

A chacun des coté de cet énorme édifice on aurait dit que des bras en glace se levaient de chaque maison pour laisser les envahisseurs venir à leur loisir depuis ce pont.

" - On aura aucun mal à se laisser glisser dans la maison du sagittaire ou dans la tienne avec ces bras de glace, vraiment... Il pense tellement à tout... il est si parfait... Il me fait tellement flipper!"

C'est clair que pour la précision chirurgicale et le fait de penser à tout, pour le coup, Isaac me faisait flipper! Enfin je n'oubliais pas non plus qu'il avait été l’apprenti d'un goldsaint avant de devenir un marinas. d'ou le fait qu'il était bon dans le fond et protecteur. Et non pas un véritable connard de bas étage comme ce Salamandar.

Je tournais littéralement la tête, on venait de siffler en notre direction et de... ah? les Berzerkers du petit feu nous avaient vus, j'avais pour ma part une véritable flem pour combattre, aussi en pressant Valérian, je le poussais vers le pont avec la force d'un ours, peut être allait-il y glisser comme sur un tobogan? Ca pouvait être très drole tient!

" - Au moins il peut se vanter d'avoir eu un saint comme maître, c'est pas tous les marinas qui peuvent affirmer ça... oh... non... Fonce!"

Pour ma part, je courrais comme une demeurée, le souffle cours essayant de toujours être derrière Valérian, c'était son sanctuaire, il savait mieux que moi ou était la maison du sagittaire! Et puis je pouvais aisément contrer les attaques qui arriverait dans son dos!
La neige... Plus on s'avançait vers les maison, et plus elle tombait drue, à en croire que la maison du verseau y était pour quelque chose!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 17 Juil - 14:50

J'avais du mal à mettre un pied devant l'autre. La petite chute de neige ressemblait de plus en plus à un blizzard. Les yeux plissés, la cape blanche de mon armure d'Or ramenée devant moi pour me protéger du vent je continuais d'avancer. Derrière moi Yaphleen venait de trucider littéralement une bande de Berzerkers qui avaient pris le pont de glace à notre suite. Elle semblait dans son élément et bien que le vent la poussait autant que moi son armure brisée la protégeait presque mieux dans ces conditions. Au moins je n'avais pas à m'en faire pour elle. Être entouré de neige et de glace semblant la mettre à l'aise. Nous continuâmes notre avancée pendant ce qui me parut des heures tant notre rythme s'était ralenti. Nous arrivions au-dessus de la maison du Lion. Nous allions devoir prendre bientôt une décision, descendre par je ne sais quel moyen pour rencontrer le Gold Saint du Sagittaire que Yaphleen me dépeignait comme un monstre ou continuer jusqu'à ma maison pour la Cérémonie du sang.

Je m'accroupis et invitait Yaphleen à me rejoindre sans ma cape afin de lui exposer nos choix, sans lui expliquer ce que je comptais faire dans ma maison.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Dim 17 Juil - 23:03

Et bim baf, dans les dents! Les trois berzouilles avaient eus leur compte et très rapidement leur corps furent camoufflés sous une neige drue, j'étais si contente qu'il neige et que le froid se manifeste!
Je me ressentais enfin revivre, je bénissais quelques secondes les deux maîtres du gel qui étaient actuellement au sanctuaire, puis rapidement fit volte-face pour rejoindre Valérian qui avait avancé tout de même un sacré bout de chemin. Au loin, je le reconnus grâce à ses cheveux rouge, une tache d'une rare intensité dans un tableau d'une blancheur impéccable.

Cependant avant d'arriver prêt de lui, quelque chose m'interpelait, mon cosmos se manifestait et j'avais un mal de chien à le faire taire, comme si le totem, l'ours qui vivait dans mon armure semblait manifester son mécontentement. Sauf que je maîtrisais à peine mon cosmos et qu'il éclata brusquement avant de se taire, brutalement.
Je regardais rapidement à droite puis à gauche... j'avais eue beaucoup de chance, personne ne s'était rendu compte de cette petite bourde, Valérian continuait à avancer malgré lui dans la rudesse de cet hiver prématuré et aucun berz n'était présent dans les allentours.

( passif de Yaphoune / En gros quand elle va pas bien, son armure invoque son totem.)
J'avouerai que j'étais un brin tendue, seule au milieu de cette neige, même si cela était mon élément, la solitude commençait un peu à me faire une énorme boule au ventre et voir ainsi le chevalier d'or s'éloigner me fis limite avoir une petite larme à l'oeil. Je n'aimait pas les grands silences et encore moins la solitude, je trouve qu'il s'agit de la pire punition que l'on pourrait me donner. Je n'aime pas être trop entourée mais j'aime avoir un peu de compagnie et le vent qui s'engouffrait dans mes oreilles me souflait des sons vraiment désagréables.

Puis Valérian même à plusieurs mètres se retournait pour m'inviter à avancer, se mettant même à ma taille, pas trop tôt!
Sauf que l'idée même de solitude m'avait littéralement paralysée sur place, les bras croisées, j'avançais tant bien que mal vers lui. Au bout de quelques secondes, j'avais à peine fait un mètre, j'étais encore loin de Valérian!

Mais je pus distinguer très rapidement et nettement une frayeur sur son visage, il avait l'air si avenant et gentil il y a quelques secondes, pourquoi ce revirement de situation?
Et d'un coup, au moment ou il allait ouvrir sa bouche, pour crier? Alerter?
Je me sentis littéralement voler!

Et je volais dans tous les sens du terme, le sol se dérobais sous mon petit corps tandis que derrière moi j'entendais comme un roulement tambouriner sans cesse le sol, j'avais les bras écartés et le visage à un mètre du sol, il se passait quoi?
Je tournais la tête derrière moi et à ma surprise, un énorme sourire de gamine me prit littéralement le visage:

" - KINDRED!"

Mon énorme ami, mon ours polaire! Mon nounours! Bon j'avais juste mon pantalon qui glissait entre ses crocs et il semblait tellement fou dans sa course qu'au moment de s'arrêter devant Valérian il faillit se vautrer ce bêta! Il s'arrêta pile au carré devant Valérian, comme un bon toutou qui ramenait sa baballe à son maître.
L'ours agitait son moignon qui lui servait de queue devant Valérian, même s'il était un ours d'une énorme corpulence, Kindred n'en était pas moins un ours adorable. Toujours dans l'air tenue par la gueule de mon totem, je regardais Valérian avec un grand sourire de gamine, lui montrant la "bête" avec mes deux pouces levés.

" - Valérian, je te présente Kindred, c'est mon totem Oh! Il n'est vraiment pas méchant et à la facheuse tendant à apparaitre et disparaitre dans les pires moments, mais il nous permettra d'éviter de nous épuiser trop vite dans la neige... Et à toi de ne pas mourir de froid. ... Dit King, tu peux me reposer tu sais?"
Sans demander son reste, l'animal me lâcha et j'atterrissais tête la première dans l'épaisse couche de neige aux pieds de Valérian, c'était vraiment une situation désespérée!
Je me relevais et m'époussetais avant de me mettre à coté de Valérian et même de mon mètre cinquante, l'interroger d'un regard océan profond et troublé.
Je pouvais voir qu'il avait un probleme, une angoisse, il n'avait vraiment pas l'air dans son assiette, il avait peut être une autre confession à avouer? Quelque chose de gros sur le coeur qu'il ne pouvait ou n'arrivais pas à sortir?

Je prenais encore une fois l'une de ses mains dans les miennes avec douceur et délicatesse, j'avais de la neige partout et ne paraissait peut être pas crédible, mais j'étais toujours aussi sincère!

" - Dis moi, tu as quelque chose à dire! Je le sens, ton coeur souffre! Il y a quelque chose qui te chagrine! Dis moi!
"

L'ours reniffla l'air et poussa un petut grognement, il avait l'air d'accord avec moi, mon visage prit de nouveau la moue d'une personne visiblement inquiéte, une bouille de crapaud mélangé à celui d'une peluche.

" - Dis! Si on doit faire demie-tour parce que tu ne sens pas combattre Obscurdia, Kindred est là pour qu'on fasse demi-tour, si tu as besoin qu'on fasse un détour par ton sanctuaire alors on y va! Mais ne me laisse pas dans l'incompréhension s'il te plais! Je n'aime pas quand mes amis souffrent sans que je ne puisse rien pour eux! "
J'agissais toujours par instinct et je crois bien que mon insctinct avait fait mouche cette fois avec l'une de mes suppositions! Quelque chose clochait et j'espérais vraiment que cet "ami" comme je l'avais nommé, même s'il était peut être un peu plus à mes yeux, soit franc avec moi.
Le vent soufflais un peu plus fort et l'ours énorme du se mettre dans le sens du vent pour pas que nous n'en prenions plein les dents.


[ hrp vala on a meme un moyen de transport maintenant ^o^ tu peux décider de monter sur Kiki pour aller ou tu veux, mon perso te suivra!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valérian
le poisson rouge de la cruche
le poisson rouge de la cruche
avatar


Messages : 179
Date d'inscription : 26/06/2016
Age : 37
Localisation : Belgique

Fiche de personnage
Niveau:
2/10  (2/10)
Expérience:
47/50  (47/50)
Faction: Athéna

MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   Lun 18 Juil - 8:25

L'énorme bête s'était arrêtée à quelques pas de lui, transportant Yaphleen dans sa gueule comme si il s'agissait de son jeune et lâcha son paquet sans prévenir. Elle atterrit la tête la première dans la neige et se releva en soufflant pour chasser les flocons qui lui étaient rentrés dans les narines. La situation aurait été risible si nous n'avions pas été en plein territoire ennemi.
Ma surprise était surtout due au fait qu'une bête de ce gabarit soit parvenue jusqu'ici sans avoir une troupe complète de Berzerkers aux fesses et déclencher toutes les alarmes du Sanctuaire au passage. Les animaux étaient fréquent dans les zones désolées du domaine d'Athéna mais pas les ours polaires.

Lorsque Yaphleen vint se poster à mes cotés je sentis son regard tracassé posé sur moi. Ses petits doigts froid se glissèrent entre les miens, me sortant de mes pensées. Sa rencontre avait été mon premier contact avec la chevalerie depuis mon réveil et le retour de parcelles de souvenirs de mes anciennes vies. c'est bête à dire mais je n'avais pas envie de perdre ça. Je me souvenais de la solitude que j'avais vécu après la mort de Rugonis. La même solitude qui avait poussé mon ancien Maître a s'éloigner de son frère Lugo et qui condamnait les Saints des Poissons à se retrouver seuls.
Comment pouvais-je lui expliquer que j'avais tout simplement peur? Que j'hésitais à abandonner cette vie qu'Athéna m'avait offerte en séparant mon âme?
Maintenant que j'étais "complet" j'avais honte d'avouer que la balance entre mon devoir et mes envies était en équilibre instable et qu'il ne faudrait pas grand chose pour qu'elle penche d'un coté ou de l'autre. Fallait-il aussi que je lui dise que je n'étais pas certain de la réussite de mon entreprise? La cérémonie du sang se passe généralement entre un Maître et son disciple. Dans mon cas précis il n'y avait plus de maître avec qui pratiquer l'échange. Il allait falloir que je rejoigne le jardin de roses et que je laisse faire la "nature" avec le risque que ce corps préservé des combats ne supporte pas le choc.

Elle me suppliait du regard de lui répondre mais j'avais déjà du mal à rassembler mes pensées, comment aurais-je pu verbaliser mes doutes.

- Ce n'est rien, lui dis-je, peut-être un brin de nostalgie de voir le Sanctuaire dans cet état. Les Marinas ont fait énormément de mal ici et les Berzerkers n'ont pas arrangé les choses.

Je regrettais tout de suite mes paroles. L'ayant à mes cotés depuis le début j'en étais venu à oublier de quelle faction elle venait. Pour moi elle était devenue une amie, entre le disciple et la confidente silencieuse. Sa présence et ses sautes d'humeurs me faisaient du bien.

- Désolé... Je ne voulais pas dire ça.

Elle ne parut étonnamment pas m'en vouloir et au contraire resserra sa prise sur ma main, probablement pour m'inciter à lui avouer mes tracas.
Comme j'en avais pris la mauvaise habitude je posais gentiment mon doigt sur son front , lui décochant un sourire aussi sincère que possible mais cette fois sans exercer de pression. C'était juste un signal pour lui dire qu'on devait y aller. Il était vraiment temps qu'on avance, le contact avec les Berzerkers que Yaphleen avait éliminé ne signifiait pas qu'il n'en viendrait pas d'autres. Ajoutons à ça la présence de l'ours qui allait attirer l'attention et la proximité avec les Maisons du Zodiaque que les troupes d'Arès avaient commencé à fortifier, il valait mieux prendre une décision rapide et continuer notre route sans attendre.

Je me remets à courir sans pousser pour voir si l'ours suivrait la cadence sans faire trembler toute la structure. Notre rythme était ralenti mais Yaphleen semblait beaucoup mieux depuis qu'il était apparu, presque sereine.
Nous dépassâmes les maisons les unes après les autres et le pont de glace que nous grimpions depuis le début commença à s'incliner pour redescendre en direction du temple du Grand Pope. Nous étions au-dessus de la Maison des Poissons, recouverte de neige comme le reste des environs. Plus bas le cosmos de glace qui irradiait le Sanctuaire faisait toujours son office et camouflerait encore Yaphleen.
D'un bond je m'installais sur le parapet du pont et je laissais mon regard plonger vers le toit de "mon" domaine. Je ne sentais pas de présence réellement dangereuse. Juste quelques Berzerkers qui patrouillaient sur les marches de devants et deux cosmos un peu plus puissants à l'intérieur. Ma tactique allait être simple, sécuriser ma maison le plus rapidement possible, effectuer la cérémonie du sang tel que je la pensais et redescendre aussi vite que possible en attaquant tous les Berzerkers que je croiserais par derrière. Je comptais sur l'effet de surprise pour éliminer un maximum d'ennemis en quittant les lieux.
Je tournais la tête à gauche vers la Maison du Verseau. Les cosmos qui en émanaient ne semblaient pas diminuer en intensité. Si je devais y arriver il faudra aussi que je compose avec eux.

Je me tournais à moitié pour voir Yaphleen penchée pour regarder en bas, imitée en cela par son ours.

- Ce que je dois faire ici il faut que je le fasse seul.

Sans lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit je fis un pas en avant pour me laisser tomber à l'arrière de la Maison des Poissons, en plein dans le champ de roses qui menait au palais du Pope. Ma cape blanche flottait dans mon sillage. De loin je devais ressembler à ces parachutistes dont la toile s'est mise en torche, claquant dans le vent. Regardant en l'air je vis Yaphleen un bras tendu vers moi dans une tentative touchante pour m'attraper. Si les dieux sont avec moi je la retrouverai vite.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour du Poisson d'Or.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour du Poisson d'Or.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Au Centre de la Grèce :: Le Sanctuaire des Saints :: • Le village Rodorio-