Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Destiny
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 19/08/2012
Age : 26
Localisation : rouen

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Divinité

MessageSujet: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Lun 1 Aoû - 2:36

En entrant sur ces mers gelées, connues pour son froid mordant et mortel vous pouvez dors et déjà sentir des effluves de cosmos, puissants, un parfum antique se dégageant avec volupté dans cette ambiance et ce décors immaculé.
La mer était d'une blancheur incomparable et la proue de vos navire pouvaient difficilement avancer sous l'épaisse couche de glace qui se créait à chaque instant, comme si un mal, une connaissance savait votre position et décidait dès vos premiers pas sur la mer gelée du Niflheim, de vous faire faire demie-tour face à l'épreuve neigeuse de la nature.

Mère nature elle même décide de se mêler de votre sort, au bout de quelques heures à peine après votre voyage, une pluie battante de grêlons gros comme des balles de tennis tombent sur vos bâtiments, pour les pauvres hommes essayant de déblayer la neige, se situant dehors, se recevoir un grêlon de cette taille les tuent sans qu'ils n'y comprennent la raison.

Un messager rentre dans votre cave, elle est froide, gelée, vos hommes ont les lèvres bleutés et grelottent, ils sont prêts à tout pour vous et vous ont même déjà offert leurs laines, leurs pulls et leurs couvertures afin que vous ne puissiez pas mourir de froid.
Vous les voyez, ils sont déterminés et prêt à en découdre, ils n'ont par la peur de mourir ni de souffrir, mais on l'angoisse persistante de vous décevoir.

Avançant péniblement dans la glace, vos bateaux vont bientôt arrivé à une distance ou il ne sera plus permit d'être visible.

C'est là que vos personnages interviennent, je vous laisse libre court à vos posts d'introduction et laisserais le joueur/Modérateur/PNJ Obscurdia s'occuper de vous.
Si un problème se manifeste n'hésites pas à me harceler Wink
Thétis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saintseiyagoldenhope.superforum.fr
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Lun 1 Aoû - 15:09

Spoiler:
 


De retour au Royaume du Nord... on pouvait dire que le changement de température avait été brutal. J'aurais pu utiliser les sandales d'Hermès pour arriver plus vite, mais à quoi cela aurait servi que je vienne seule ici? À rien. Au lieu de cela, j'avais pu embarquer sur un navire immense, bien plus grand que tous les bâtiments que j'avais pu diriger par le passé, et j'avais l'honneur également de voguer aux côtés d'un dieu, Hermès en personne.

J'avais revêtu mon armure, malgré tout, j'avais passé un épais manteau de fourrure par-dessus, car malgré l'habitude de ces températures et l'intensité de mon cosmos, je ne parvenais pas à supporter ce froid glacial... c'était à se demander si quelqu'un dans le coin ne cherchait pas à atteindre le zéro absolu dans ces contrées.

L'équipage se relayait, j'usais de mon cosmos pour réchauffer la cale autant que je le pouvais, ceux qui étaient dehors à déblayer devaient esquiver les grelons gros comme des boules de pétanque tout en permettant au navire d'avancer, et ceux dans la cale se réchauffaient en attendant avec la peur au ventre que ce soit leur tour de sortir pour braver les éléments.
Serrant le poing dans mes gants fourrés, je regardais l'horizon blanc comme neige, rien ne laissait présager qu'on approchait de notre destination dans un paysage pareil. Mon cosmos, grandement intensifié par Loki lui-même, me permettait de ne pas être congelée sur place, mes lèvres avaient tout de même une légère teinte violacée, mais je pouvais braver les éléments envers et contre tout.

Parfois, ma colère s'intensifiait et je m'avançais vers la proue du navire pour déclencher une tornade qui brisait la glace sur une large distance devant nous pour nous permettre d'avancer... puis je me tournais vers Hermès, le regard sombre

«N'y a t'il pas un moyen de protéger le navire de cette grêle? Il y a du sang partout...» la mort de ces hommes n'était pas tant mon problème, ce qui m'agaçait surtout c'est que plus il en mourrait et moins nous en aurions pour lutter à nos côtés. Je ne pouvais pas maintenir une température supportable en cale, assurer l'avancée du navire et aussi créer un champs de force autour de nous pour empêcher la grêle de tomber! D'autant que nous ne devions pas faire usage d'un cosmos intempestif pour ne pas être repéré, j'en usais que lorsqu'il y avait d'autres impulsions agressives de cosmos au loin pour me mêler à elles...

Mais là, il fallait faire quelque chose tout de même.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma
Tonton flingueur ♥
Tonton flingueur ♥
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 28/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
0/50  (0/50)
Faction:

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mer 3 Aoû - 11:53

La vie est préscieuse, les dieux n'en n'ont pas encore conscience, jusqu'à ce qu'ils soient en face de l'acte.
La danse est une guerre, le tout est de savoir ou mener son partenaire.


« Through The looking glass, i see your Heart, i see your soul, i see you. »
Depuis l'Alexandrie jusqu'à la mer de gèle, j'avais voyagé rapidement pour me retrouver sur le navire de tête, rencontrant de nouveau la capitaine Sivir, seule femme pouvant exercer le commandement d'autant d'hommes en ces mers glaciales.
Ma rencontre avec Artémis m'avait permit de l'inciter à se protéger et de se préparer à toutes les éventualités, elle faisait partit de l'avenir, nous ici présent sur ces bâtiments, du présent. Incertain et trouble, cependant je me jurais de tous mettre en œuvre pour contrer l'avancée de l'ennemi et protéger nos terres.

J'arrivais comme à mon habitude, mais cette fois avec ma kamui, protection divine créer avec les sept artéfact des donjons légendaires.
Mon armure luisait d'un éclat fin nuageux, dieux des voyages et des messagers j'avais acquis en conquérant le dernier donjon djinn un artefact curieux, pendant à mon cou.
Ce dernier me permettait d'assurer et de manipuler les courants aériens comme je le désirais, mon cosmos de base me permettait certes d'utiliser les vents comme moyen de transport, mais j'avouerai sans mal, que cet artefact, pendant à mon cou m'était également très utile.
Spoiler:
 

Je posais donc mon premier pied sur ce rafiot, l'air était froid et commençait à geler par la surface, les provisions et quantités d'eau que nous avions rassemblés.
Un léger sourire étiré sur mes lèvres, je me propulsais sur le mat de misaine, le plus haut de tous afin d'avoir une vue à peu prêt correcte et lointaine de l'horizon. Les heures passaient ainsi, ou je me faisait une joie de regarder, observer et songer à chaque déplacements de nos hommes, voyant tantôt sivir sortir, donner un ordre, redresser la barre du gouvernail, me lancer un regard pour vérifier que j'étais toujours là, pour repartir s'emmitoufler en cabine.

Puis au bout d'un long moment, des grêlons commençaient à tomber, je levais un sourcil en contemplant le ciel grisés par l'horreur de ce pays, les difficultés commençaient déjà à se manifester alors que nous n'avions même pas encore de vues sur la terre.
Je me surpris à songer que mes hommes dans les autres navires auraient également beaucoup de mal à éviter ces grêlons, aussi d'un souple coup de rein, je me retrouvais à planer au-dessus de tous les navires, faisant passer un message, incognito, sans utiliser mon cosmos. Mes messagers sentirent ma présence et sans peine, recevaient le message, le firent partager et plus aucun navire n'était habité par l'extérieur.

Cela dura deux minutes pour lesquels, mes derniers et dévoués messagers me prodiguèrent quelques cuirs et lainages en plus pour pas que la dame de Loki ne soit en péril.
Comme si j'allais laisser ces crétins de Némésis toucher à un seul cheveux de cette nouvelle protégée. Je n'avais rien dit à Loki ni promit, mais le fait qu'il me la laisse en gouverne signifiait bien qu'il faisait des efforts pour notre alliance.
Je ne pouvais donc pas faire comme si je n'avais pas deviné ses sous-entendu, et puis cette jeune femme était si charmante, je lui devais bien cela.

" d'Alexstrasza, n'as-tu point gardé ta cape, ces cent dernières années?"


La messagère fiévreuse aux allures draconique ( voir images du poste Razz ) me jeta une cape aux lueurs orangées dans la figure en riant, tandis que la pluie de grêlon s'intensifiait. Sans attendre plus longtemps, je mis la cape au-dessus de ma tête, tenant tout le bordel de cuirs et fourrures sous mon bras musclé avant d'embarquer sur notre navire, évidemment, il y avait déjà des morts et la grêle ne cessait pas.

" - Vous devriez à partir de maintenant faire taire votre cosmos dame Sivir. Nous arrivons prêts des cotes."


Avec une délissasses naturelle, je lui posais une large fourrure soyeuse, immaculée, lui collant parfaitement au teint, rajoutant la cape orangée sur son dos.
Artefact également obtenu il y a très longtemps, lors de l'entraînement de mon amie, Alexstrasza. Cette dernière était la messagère du feu secret, Messagère aux services d’Héphaïstos. Elle avait brodée cette cape dans le feu du volcan le plus ardent qui puisse exister, maîtrisant ainsi la chaleur et le corps des flammes pour faire en sorte que chaque fil de ce fin tissu puisse épouser parfaitement la surface d'un corps humain sans le calciner, provocant juste une douce chaleur agréable, tel un foyer lumineux.

Je regardais dalleur sans m'en lasser, les petites flammes écarlates danser sur les épaules et le poils blanc de la peau de bête de Sivir, je me retournais et lançais toutes les autres peaux et cuirs au reste de l'équipage qui s'était réfugié à l'intérieur.
Je reçus un grêlon sur le bras, je regardais mon sang couler, ce n'était rien comparé à ce qui allait suivre dans la bataille, j'aurais le temps de crier, de plaisir ou d'horreur plus tard.

" - J'ai demandé à tous les autres navires de cesser d'animer leur cosmos énergie et de se planquer. Seul les capitaines des navires et leurs suivant sont dehors, conduis-nous à la terre ferme et essaie d'éviter les rochers s'il te plais. Jusque là vous vous en êtes très bien sortie."


Impossible d'utiliser le cosmos, et le bateau ne pouvait pas avancer avec toute cette amas de neige, y avait-il une solution? Je réfléchissais, c'était risqué.

Je montais sur le coté du bateau, attrapant d'une de mes mains protégée par mon armure divine l'un des cordages pour attirer l'attention de Poséidon et Loki, leur envoyant un message télépathique.
Sur chaque navire y résidait un messager, ce dernier allait s'avancer vers les deux divinités pour leur demander non seulement de stopper le cosmos car la terre est bientôt accessible, mais également de faire en sorte que les marinas, les Ases ou qu'importe étaient-ils, puissent briser la glace depuis l'eau, il allait donc falloir nager sous cette eau glacée, et la percer pour continuer notre avancé.

Je me retournais vers sivir, mes lèvres s'étirèrent en douceur.
" - La prochaine fois que vous viendriez sur ces terres, vous n'aurez plus besoin de cet artéfact. En attendant, tâchez de les garder et d'en prendre soin. J'ai demandé à Poséidon et Loki d'envoyer des nageurs casser le gel depuis l’extérieur, à la nage. Il devient trop dangereux d'utiliser son cosmos, plus nous nous rapprochions et plus nous devons nous faire discret. "


Je m'approchais d'elle et remit la fourrure qui commençait à glisser, doucement sur ses épaules.
" - si vous avez besoin de quoi que ce soit capitaine, demandez-le moi."


Je fit demi-tour non sans lui adresser un léger clin d'oeil avant d'essayer de virer les cadavres par-dessus le pont, il fallait nettoyer tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Jeu 4 Aoû - 14:27

Activer son cosmos lorsque je pouvais me dissimuler avec celui des ennemis qui rôdaient partout autour, le désactiver quand je sentais qu'on me pistait. Grace aux nouveaux pouvoirs que Loki m'avait transmis, et la faculté nouvelle que j'avais de percevoir les esprits, je pouvais largement étendre mes capacités et ressentir les présences autour pour me fondre parmi elles...

Mais rapidement, même cette manœuvre devenait risquée, et Hermès finit par me recouvrir d'une cape après avoir cherché à protéger au mieux le navire des grêlons, me signifiant de taire totalement mon cosmos. Une pointe d'angoisse venait me tirailler l'estomac, mais j'approuvais d'un signe de tête tout en regardant la cape... elle était juste.. magnifique, et elle me protégeait parfaitement du froid sans que je n'ai plus besoin d'user de mon cosmos pour ça.


«Que dois-je faire de cet artéfact une fois que je n'en aurai plus besoin?» autant il me disait que je n'en aurais plus besoin la prochaine fois - j'espérais juste que ça ne sous-entendait pas que je serais morte - autant il ne me disait pas quoi en faire!
Toujours est-il que désormais, il fallait trouver un autre moyen d'avancer, je prenais la barre et je m'avançais avant de me tourner vers l'équipage


«Chaque plongeur ne devra pas rester plus de cinq minutes dans l'eau. Vous brisez la glace et vous remontez! Je me charge du reste!» le vent soufflait suffisamment pour ne pas avoir besoin qu'ils en fassent trop... les premiers se jetaient à la mer avec courage et détermination, il y eut une secousse et une crevasse se dessina... je donnais alors un violent coup avec la barre, faisant tourner le navire pour qu'il se fracasse partiellement sur la crevasse et permette ainsi d'agrandir la faille pour passer... le plongeur remonta, au bord de l'hypothermie, un marin le couvrait d'une épaisse peau de bête pendant qu'un autre plongeait à son tour, agrandissant la crevasse pour que je puisse passer alors que je profitais de la forme du navire, de la force du vent et de mon habileté à manier la barre pour avancer encore et encore en essayant aussi d'économiser les forces et les vies des marins.

J'avais l'impression que nous avancions bien plus vite que les autres navires, sans trop savoir pourquoi... puis la dernière crevasse finit par se fissurer de manière différente, nous étions arrivés à la côte...

«Préparez-vous à débarquer...» je fus la première à m'avancer, observant ces terres maculées de neige d'ordinaire, et où pourtant s'étendait devant moi des nuages de fumées provenant d'incendie et surement de massacres... le comité d'accueil risquait fort d'arriver sous peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Master
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 5
Localisation : Partout ou vous le souhaitez

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Dim 14 Aoû - 20:43



 
Belle de Mort

 
"Prélude "


Sur mon trône de glace, de sang et d'épées j’observais d'un oeil méticuleux et scrutateur ces envahisseurs. Une centaine de flottes dirons-nous pour seulement quatre d'intègres, prêts à me vouer un combat inégalable qui saurait m'être fatale.
Les lèvres bleutés tranchant avec mon teint pâle aussi gelé que ne l'était mon âme, s'étirait, sarcastique, sadique! Ils allaient comprendre Oh oui... Tu vas comprendre ton malheur, Héros!
Toi qui oses fouler cette terre profane, désormais portant l'heureux titre de mon nom!



Il est bizarre de ne sentir aucune forme d'hostilité depuis ce navire, il est pourtant le premier a pouvoir accoster. humm hum hum... AH AH ! Je vois biens cette bande de lâche m'envoyer encore et toujours leurs espions, Ishtar c'était cela? Ah Et cette Tête... Cadeau de mon valeureux sagittaire... DEBOUT VOUS AUTRES!

Me levant de mon trône se dressant à des kilomètres de votre arrivée, je descendais mon escaliers de givre pour avancer, laissant mes hommes scrupuleux et assassins, tous des vermines suicidaires et terroristes qui n'avaient qu'une envie, le sacrifice.

J'avançais moi-même vers la ville que j'avais dévasté et dont j'avais également relevé depuis la terre de leur cimetière. Des hommes, des femmes, tous les morts qui m'avaient encerclés dans ce cimetière silencieux furent ramenés à la vie, leur seul volonté exigeaient une douce vengeance, celle de faire souffrir tout autant qu'ils ont souffert pendant leurs derniers instants.

J'étais assez éloigné de mon trône, mais assez proche de vous pour que vous puissiez commencer à sentir la gangrène, l'immense pouvoir de mon cosmos, décuplé par ma Deuillegivre, mon artéfact, broyer vos sentiments d'espoirs et de victoire.
Seulement, vous n'étiez pas ma première préoccupation pour le moment, je lâchais mon cosmos en direction d'un autre bateau qui finissait malgré lui en pièce.
Quand à vous...

N'est-ce point assez amer? D'ainsi continuer l'aventure sans savoir dans quelle direction aller? Attendez mes mignons...
Je rangeais ma lame, me frottant les mains en prenant un regard presque obsessionnel, depuis mes gants rugissait férocement mon cosmos.



" Je n'ai qu'un désir..."

Je fis une dernière fois exploser mon cosmos et cette fois... Je sentais toute la haine et la colère exploser depuis le bout de mes griffes, ma kamui luisante d'un rayons de gangrène d'émeraude insalubre.
Je lâchais totalement mon explosion vers vous, un blizzard incroyable suivait l'apparition des grêlons, bientôt votre navire entier ne bougerait plus: Il ne servirait plus à rien. Vos hommes qui ne bougeaient plus, se stupéfiaient sur place.
Ce blizzard avait quelque chose de puissant, de glaciale, il frôlait le zéro absolu.



" C'est de vous voir ramper, bande d'insectes! Le plus rapide deviendra le plus lent de tous AHAHAH! Et maintenant mes chers sujets... "

Je me retournais vivement vers les guerriers divins que j'avais relevés depuis la mort elle-même, un sourire hypocrite et mesquin qui les firent abdiquer sans peine.



"Allez les accueillir comme il se doit... La reine de givre n'a qu'une parole! Faites-vous justice! Faites-les souffrir! Lentement... Je veux les entendre agonir depuis mon trône..."
 


Trois guerriers divin de l'ancien temps ( - à choisir ( + Hagen?) ) marchent et fondent vers vous, leurs armures sur le dos, ils vous acceuillent à bras ouvert, prêt à vous envoyer dans un enfer plus que pénible.
Leurs armures ont acceptés d'être portées une dernière fois afin de servir Odin, mais également la justice qui leur est la plus juste. La justice d'une vengeance épurée, désireuse de laver le déshonneur qu'ils ont subits face aux bronze d'Athéna.
Ils ont les crocs et dès que vous voulez dépasser la limite de votre navire congelé, ils vous attaquent. Leur puissance équivaut celle d'un god warrior.
( pour les vrai PNJ tel que siegfried ou Sid ect... pas de soucis, on a prévus le coup après l'évent )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma
Tonton flingueur ♥
Tonton flingueur ♥
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 28/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
0/50  (0/50)
Faction:

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 16 Aoû - 1:29

La vie est préscieuse, les dieux n'en n'ont pas encore conscience, jusqu'à ce qu'ils soient en face de l'acte.
La danse est une guerre, le tout est de savoir ou mener son partenaire.


« Through The looking glass, i see your Heart, i see your soul, i see you. »
Cet Artéfact? Je levais un sourcil visiblement interloqué, ce n'était pas un artéfact proprement parlé, c'était plus un gage, une cape ensorcelée qu'un artéfact. Cette cape n'avait rien de subliminale en soit ni de divin, le cosmos qui s'écoulait d'elle n'était que glyphe, non immersion divine. Penchant un peu la tete sur le coté, en la dévisageant, repoussant le dernier cadavre à la mer, je lui ajoutais presque machinalement:

" - Ce n'est pas un artéfact dame Sivir, mais une cape tissée et glyphée par une amie. Si vous ne la perdez pas au cours de cette bataille, vous pourrez le lui rendre je suppose? "


Me redressant j'observais derrière Sivir les autres navires, inquiet. Alexstrasza n'allait peut être pas avoir la chance d'amerrir, Elle s'était arrêtée et me faisait signe de continuer.
Je laissais bien sur Sivir commander nos hommes qui plongèrent et remontèrent tel une danse extravagante, prêts à mourir pour casser cette glace. Leur détermination n'avait que de succès l'arrivé rapide de notre flotte et j'en fus presque soulagé.

Je fus l'un des premiers à sauter par-dessus la rambarde à la façon d'un voyou, avec souplesse et habileté, rien n'a voir avec ce qu'un dieu pourrait faire. Je me tournais vers Sivir, lui tendais une main pur la faire descendre cette fois, elle, avec plus de douceur bien sur.
Cependant les rides sur mon front se froncèrent, j'avais comme un mauvais, très mauvais pressentiment, cet effet, ce cosmos... je savais qu'elle était forte, puissante habile et intelligente mais pas à ce point.

Je me courbais sous l'effet de son cosmos pointu, c'était comme si l'on m'avait donné un coup de poing redoutable dans le ventre, fermant les yeux, le teint pâle, je sentis on dos cogner contre la coque du navire tandis que je devais lutter contre le cosmos imprégné de gangrène de cette satanée Dame noire!
Je serrais les dents, son cosmos était une basse provocation, elle voulait savoir nos positions exactes! Elle voulais connaitre nos forces et nos effectifs!

M'arrachant un moment de ce cosmos gangréné qui mettait tous les hommes à terre, j'empoignais Férocement Sivir, la plaquant derrière moi, contre le navire et fit brûler mon cosmos bien plus hautement qu'elle afin de la camouffler.
Cette violence physique ne me ressemblait pas et elle du certainement être effrayée, non seulement par cette puissance mais également par mon attrait soudain de la plaquer contre le navire. Je ne l'avais pas fait brutalement, toujours avec des gestes las et tendre. Mais dans l'urgence et la précipitation, parfois le mal peut être rapidement fait.

Je la protégeais de toute ma carrure, forçant son corps et son cosmos à rester dans mon ombre, dos à elle je lui murmurais tout en serrant les dents:
" -  Taisez immédiatement vos cosmos! TOUS! Elle va connaître nos effectifs et nos positions! Tout de suite! Tenez bon!"


Il n'était pas facile de tenir mentalement face à autant de sentiments négatifs, de désespoir et de fragments chaotique. Mais lorsque l'on sait à qui l'on à a faire, les choses deviennent largement plus simple. Au bout d'un moment, son cosmos semblait se calmer, cependant devant nous une énorme tornades de poussière blanche se levait depuis l'horizon vers notre position.

J'écarquillais les yeux, un blizzard? D’où elle avait bien pu tirer ce pouvoir de la glace? Ce cosmos était bien celui d'Athéna Némésis, mais cette puissance et cette manière de commander les glaces... non.. NON!
A ce même moment, je tournais la tête pour remarquer que les marinas venaient de créer une diversion, sur eux étaient déversés les némésis archers mais également les spectres, leurs cosmos pourrissant se sentaient à des années lumières.
Je me retournais rapidement vers Sivir, inquiet et une étrange lueur brillante dans mes iris ambrés:
" - Surtout ne faites pas appel à votre cosmos ici, vos amis le feront pour vous. Et ne vous arrêtez sous aucun prétexte! Restez derrière moi si vous en ressentez le besoin. En avant les gars!"


Le souffle du blizzard m'arracha le dernier mort de la gorge et je dus plaquer une main sur mes yeux et derrière mon dos pour ne pas reculer et peut être, écraser Sivir. La violence et la puissance de ce givre, ce blizzard malfamé suffisait à me faire reculer, quel puissance! J'augmentais mon cosmos et de la même manière, le vent tournait à contre sens, en notre faveur.

Je me redressais en faisais brûler mon énergie au plus bas, repoussant les assauts des vents mortels, mais non le givre, nous pouvions avancer, à un rythme lent, mais moins paralysant que nos hommes.
histoire de garder le contact avec la demoiselle, de la faire se manifester dans la conscience et se réchauffer le corps et les cordes vocales, même si avec sa cape elle ne devait pas en avoir besoin, j'entrepris de lancer une conversation, le vent aurait pu emporter mes paroles, mais mon cosmos était assez fort pour contrer les vents houleux
" - Ainsi donc, d'ou venez vous? Orpheline? DEs amis d'ici? Cela fait combien de temps que vous êtes dans les rangs de sir Loki Dame sivir?"


Après quelques pas, qui furent aussi long qu'une éternité sur cette étendue blanche, un cosmos, plusieurs cosmos incisifs se firent entendre. Loin d'avoir l'esprit tranquille, je continuais de faire brûler mon cosmos et plus haut encore que Sivir s'il le fallait pour la cacher et la protéger d'elle: Athéna.


J'ai hésité à faire intervenir la marée descendante et les vagues d'intervention de Thétis sur al berge dans l'autre poste XD Mais je crois qu'on à déjà assez à combattre là, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 16 Aoû - 19:48

Artefact, glyphe, sérieusement, elle était où la différence? J'avais haussé un sourcil alors qu'il me proposait finalement de simplement remettre l'objet en question à son propriétaire, sauf que sérieusement, vu la tournure qu'allaient prendre les choses, c'était pas dit que la personne en question soit encore en vie après tout ça!

À force de manœuvres habiles et subtiles, j'avais pu faire avancer le navire jusqu'aux terres, usant de sa force et de sa forme pour traverser les failles gelées produites par nos soldats, jusqu'à ce qu'on mette pied à terre, et que les choses se compliquent sérieusement. Nous étions le premier navire à avoir pu approcher, une part de moi était assez fière dans la mesure où c'était un peu grace à mon talent de navigatrice qu'on avait pu arriver aussi loin, sauf que ce n'était pas au goût de tout le monde...

Une puissante bourrasque, gelée, sombre, terrifiante même, se jeta sur nous! J'avais usé d'un réflexe en projetant mes mains devant moi et créant un bouclier de vent inverse pour le contrer, avec le pouvoir de Loki, c'était presque facile, mais Hermès se jeta devant moi et je fus vite écrasée entre lui et le bateau derrière moi

«Bordel, vous foutez quoi???» il m'obligeait à taire mon cosmos? Il était sérieux là? Lorsqu'il parla de "elle", je réalisais que c'était toujours cette fameuse entité que je ne connaissais pas et dont il ne fallait pas prononcer le nom - du moins je supposais - et je serrais les dents d'un air mauvais en venait me plaquer complètement contre le dieu des voyageurs pour éviter qu'il n'ait trop à souffrir de ma protection

«Osez me dire que vous auriez fait un geste aussi con si j'avais été un homme...» j'avais presque envie de lui labourer le dos de mes ongles tellement j'étais furieuse! Si cette mission n'était pas aussi importante - et s'il n'avait pas été un dieu - je l'aurais surement fait, mais là, je serrais seulement les poings d'une rage sourde et les dents au point que ma mâchoire allait surement éclater

«Désolée pour le blasphème, mais vous êtes vraiment un abruti. Votre vie est plus importante que la mienne je vous signale! Avec le pouvoir de Loki, j'aurais pu contrer cette tempête sans problème! Si je claque, y'a au moins une dizaine de disciples un peu partout dans le monde qui pourraient prendre ma place, si vous claquez, faudra attendre la prochaine réincarnation!!» et c'est pas demain quoi..

Bref, de toute manière, je sentais qu'il allait me sortir un autre refrain, oui mais moi je suis un dieu, j'encaisse mieux, blablabla... mais au final, je savais qu'il avait ce foutu instinct de protection surtout parce que j'étais une femme, et la suite semblait presque le prouver. Alors qu'on galérait à avancer pour se rapprocher des troupes ennemies, voilà qu'il voulait jouer aux jeux des questions pour passer le temps?

«Non mais vous êtes sérieux là? Vous voulez mon tour de poitrine au passage ou vous l'avez deviné simplement en regardant? Vous trouvez vraiment que c'est le moment de parler de ça?» non mais c'est quoi ce mec? J'avais l'impression d'être en plein rêve, et en prime, il parlait d'un sujet qui ne me plaisait pas trop, à propos de mes parents «de toute manière, y'a rien à dire. Sauf que ça va faire bientôt un an que j'ai rejoint les rangs du Seigneur Loki, bien qu'il ne m'ait réellement attribué de missions que depuis un ou deux mois.» quoi que, je me rendais compte qu'il avait peut être fait exprès de me laisser vadrouiller en mer et d'être le maître du navire pirate à la place de Fritz pendant tout ce temps... il avait peut être besoin que je sois justement apte à guider un navire comme je l'ai fait aujourd'hui. De toute manière, s'il y a une chose que j'ai apprise de Loki, c'est qu'il a toujours une idée derrière la tête et des raisons bien précises d'agir, peu importe ce qu'il fait.

«Vous devriez économiser votre souffle.. on n'est plus seuls.» si nous on cachait notre cosmos, c'était pas le cas de ce qui approchait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagën
Ken le survivant
Ken le survivant
avatar


Messages : 305
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 28

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
28/50  (28/50)
Faction: Odin

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Sam 20 Aoû - 16:35

Loin était encore, ce temps des flocons dociles et naïfs, qui s'entouraient autours de mon poignet.
J'exultai un souffle rauque tandis que mes compagnons d'arme traquaient le vivant, quand à moi tout ce qui me restait de ce monde, de cette vie qui m'avait plongé dans l'abomination, c'était cette neige, omniprésente et brûlante, comme le sont les fragments perdus de ma mémoire douloureuse.
Un souvenir d'un parfum délicat, d'orchidée peut être, d'une chevelure blonde et d'un regard hostile, glacé, implorant tandis que je la feintais de ma fierté et de mon ignorance abondante.

Aujourd'hui était un jour comme celui où j'avais été connu pour tomber sans ne plus jamais me relever.
Je resserrai mon poing en écrasant solidement les flocons qui s'étaient incrustés sur mon armure flamboyante, fluide jusqu'à en devenir de simple gouttes d'eaux la neige s'évaporait autours de mon gant métallique. Je restais néanmoins dans les méandres de mes pensés: Flammes...

" - Hagën! On a trouvé la pistes de ces pourvoyeurs! Nous devons courir les cueillir avant que cette catin ne le fasse! Bouge-toi donc! Tu es un guerrier d'Asgard! autrefois le second d'Hilda de Polaris, que dirait Siegfried en te voyant ainsi regarder la neige comme un niais que tu es? "
" Ou... Oui Fenrir, j'arrive!"

Trois lignes droites et nettes s'affichaient sur mon nez, les plis d'un rictus qui affirmais mon mécontentement et les manières utilisés pour nous sacrifier au nom d'une cause, celle de la douce vengeance, brûlante. Elle ne nous avait rien dis, pas d'indication sur le temps qu'on avait pour arriver à notre but, seulement qu'une fois notre but et notre vengeance assouvie, sa malédiction n'en sera que levée.
J'en avais absolument rien à foutre de ces niaiseries, je ne connaissais pas cette femme qui se proclamait être La grande Athéna de la guerre: Celle que je connaissais avait un cosmos doux et soyeux, elle se battait pour la paix et la justice en ce monde et par cela, je vins à me demander dans quel subterfuge nous étiions tombés pour ainsi être recueillis depuis les méandres de Hell, cependant je du me hâter à rejoindre notre groupe.

Les loups de Fenrir eux-aussi avaient changés, ils étaient de chairs dépouillés, d'os surmontés par une puissance arcanique, leurs yeux luisaient d'une lueur d'un bleu gelé, turquoise arrogant, tout comme l'étaient les mien. Une légère brume bleuté s'élevait de leur corps puant, c'était à gerber! Fenrir lui était toujours aussi adorant et aimant de ces bestioles, je me demande comment il faisait. Enfin là n'était pas la question, mon casque me couvrait assez bien les yeux et les narines, je pouvais ainsi je pas trop sentir les flux nauséeux et vomitifs que ces chiens sauvages et morts dégageaient.

" - Puisque c'est comme ça, Hagën de Merak porteur de beta, je prends les devant! Je sens un cosmos très vif qui pourrait rapidement nous donner de l'honneur en le combattant! Je sens d'ici que la dame noire sera ravit qu'on lui rapporte sa tête! J'espère que tu seras assez rapide et vaillant pour ne pas me le laisser seul, je ne partagerais pas si tu arrives trop tard !"

Sur un rire des plus sinistres, il se mit à courir lui et sa petite meute de quelques loups dégueulasses vers l'inconnu au cosmos aussi puissant que ne l'était celui de notre dieu. notre déité... que faisait-il dalleur? Pourquoi je ne sentais pas sa présence? De nouveau les rides de la frustration barrèrent mon nez et c'est en serrant les dents et en rajustant mes poings que je m'arrêtais net, les jambes figées dans le sol, éclaboussant l'un des autres valeureux warrior qui s'était allié a la même cause que nous il y a trois ans maintenant.
Il s'arrêta et me lança de même un regard glacé du haut de ces trois mètres de haut, thor, l'implacable. A lui non-plus on ne lui avait pas demandé son avis pour revenir d'entre les vivants et par-dessus tout, ses yeux avaient cette lueur que seuls les meurtriers et les assassins pouvaient détenir.

Il me fit avoir froid dans le dos avec ce regard tant et si bien que je n'eu pas le choix que de l'écouter, sa voix caverneuse et gutturale me fit frissonner d'horreur, lui qui avait été si bon vivant, défendant la veuve et l'orphelin si doux et bons avec les autres; Pourquoi l'avoir ramené à la vie pour lui demander de vivre le contraire, pour tout ce qu'il avait été?

" - Tu vas nous ralentir à cette cadence, maudit canasson! Avance! Avance dont! La reine noire ne veut que notre salut! Nous ne devons pas la décevoir, jamais!"

Décevoir la reine noire? c'était comme si quelqu'un le poussait à être quelqu'un d'autre, je ne comprenais pas, j'avais du mal à comprendre en quoi rester en retrait pour observer la stratégie des autres devenait un litige. Un malaise poussait en moi quand enfin, je la sentis au travers de mon cosmos et de mon âtre, mon corps trembla comme un damné, un cadavre de grand cru, souffrant. Elle me parlâ dans mes pensées et je crus que j'allais exploser.

J'haletai dans la neige, à quatre pattes, le corps tendu et tordu, Thor m'avait déjà précédé et s'avançait à grand pas vers le cosmos omniprésent et bon. Il avait le même regard que cet abruti de Fenrir et que ces loups, celui du tueur implacable, qui voulait a toux prix assouvir sa soif de vengeance.
Etais-je donc encore le seul à pouvoir reconnaître la bêtise de cette seconde vie et le seul à en payer le prix? Je râlais et abattais violemment mon poing sur ce sol qui se craqua sous ma poigne.

Nous avions déjà connus le déshonneur dans le passé, celui de ne point reconnaître la justice et la miséricorde, la bonté et la bienveillance à celui du mal de l'anneau de Nibelungen. Encore une fois, ils allaient le vivre, il en était hors de question, même dans cette mort, ils étaient mes frères d'armes, nous étiions morts dans la même galère et maintenant nous devons combattre ensemble.

La voix de la dame noire se fit de plus en plus incisive dans mon crâne, entre nausées et tremblements, je ne savais pas que faire, elle m'incitait à tuer à me venger, mais je ne pouvais m'y résoudre, à quoi servait d'avoir une vie entièrement tournée vers le tourment de la vengeance? A quoi bon d'une existence dans les remords et l'infamie? J'avais aimé autrefois et c'est avec ces mêmes pensées que je contrais cette télékinésie approximative.

Je brûlais mon cosmos tandis que je passais à coté d'une ville morte, en cendre, les morts étaient nombreux et le cosmos de cette personne... Une déité? se faisait ressentir tandis que les loups de Fenrir hurlaient à la mort et que Thor semblait jouir de son nouveau pouvoir dans un cri sans fin.
J'arrivais à peut prêt à canaliser les pensées de cette dame noire dans ma tete en me bornant à me remémorer des moments passés avec la princesse Flamme.

" - Fenrir! Thor! Arrêtez!"

Ils ne m'entendaient plus, leur cosmos et leurs énergies n'étaient plus le leur, la vengeance était ce qui les animaient, la dame noire les avaient totalement manipulée... Pourtant il devait y avoir une solution, je devais trouver une solution pour les tirer de ce cauchemar infini!
Mes frères...

Je brûlais mon cosmos pour éviter que l'un ne se fasse tuer, l'odeur immonde des cadavres de ces chiens dans la mort me fit pincer le nez et je me surpris à gueuler à l'insu de ces inconnus, d'une voix forte, féroce et arrogante à cause de l'intensité du combat et des sentiments qui se bousculaient:

" - Mais par l'amour d'Odin vous êtes complètement cons d'agir de la sorte! Plus il y aura de morts et plus la dame blanche les relèvera pour les utiliser. L'un après l'autre, vous serez sous son pouvoir, manipulé et corrompu comme ces deux-là! Ne les tuez surtout pas! THOR! REVIENS A LA RAION! FENRIR! RAPPELLES TES LOUPS PUANTS!"'

Je grinçais les dents pendant que je me tournais vers mes amis de longue date.
soudain, ce fut un long, terrible et pénible voyage, me forçant à mettre les mains sur ma tête, je criais de tout mon soul, sa voix lancinante me fendait le crâne et je ne pouvais plus contrôler mon cosmos, ce dernier explosais, se résorbait en même temps.
Mon énergie cosmique semblait s'être tue avant de définitivement lui appartenir, à elle, la dame noire: flambant, agressif, mes bras descendirent seuls de ma tête, se laissant tomber mollement contre mes flans, tandis qu'un sourire mesquin s'étirait sur mes lèvres, mes bras s'agitèrent en une posture d'attaque.
Je voyais tout ce que je faisais mais n'avait aucune emprise sur mon corps ni mon énergie. J'était une marionnette à disposition de sa majesté.

- ... Ne les rappelez-pas... Tuez LES! TUEZ LES TOUS! ILS NE DOIVENT PAS CONNAITRE VOS TOURMENTS, VOTRE DOUCE VENGANCE ! AH AH AH! TOUS DOIVENT ME SERVIR! TOUS!"


Ce n'était pas ma voix qui venait de sortir de ma bouche.
Ma langue claquant le dernier mot avec effroi, je venais de comprendre également que Thor avait été contrôlé par ce pouvoir.
Quelle puissance! Pouvoir contrôler trois macchabés en même temps, savoir les guider et utiliser leur cosmos tout en les envoyant sur des adversaires redoutables... Quel pouvoir!

Je ne voulais pas attaquer, mais je sentais cette effluve, cette douce chaleur exploser dans les veines, quand soudain, mes mains devinrent feu et je sentis ce feu brûler et crépiter...

" - DEGAGEEEEEEEEEEEEEEZZZ!"
C'était là ma voix, les prévenant d'une attaque imminente.
" * Non je ne veux pas, je DOIS lutter... je ne veux pas les tuer...*
* Tu es né pour me servir, comme tous ceux que je verrais au travers de tes yeux, Hagën de Merak ah ah ah... allez, crame moi tout ça, j'ai d'autres fronts qui nécessitent votre aide...*



" - GREAT ARDENT PRESSURE! "


Spoiler:
 
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma
Tonton flingueur ♥
Tonton flingueur ♥
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 28/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
0/50  (0/50)
Faction:

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Jeu 25 Aoû - 17:06

La vie est préscieuse, les dieux n'en n'ont pas encore conscience, jusqu'à ce qu'ils soient en face de l'acte.
La danse est une guerre, le tout est de savoir ou mener son partenaire.


« Through The looking glass, i see your Heart, i see your soul, i see you. »
Je venais magnifiquement de me faire recaler et envoyer paître par la jeune nordique, avant même de pouvoir justifier mes paroles et mes actes quelques peu subjectifs, il est vrai que je n'avais pas pris de gants avec elle, ce qui pouvait me porter préjudice.
J'avais juste pour mon compte, levé un sourcil fébrile, m'accusant de draguer ou je ne sais quoi avant de s'emporter d'une manière totalement injustifiée. Quel charmant caractère, vraiment!  
Connaissant ce type de paroles et de colère féminine qui pouvait éclater et s'éparpiller jusqu'en olympe, je décidais de garder le silence durant notre balade de santé, aux travers des steppes et falaises gelées du Niflheim.

Un peu plus loin si je me rappelais ce qu'il figurait sur ma carte en Egypte, s’ouvrait une sorte de petit village à peine plus grand qu'un quartier à vrai dire et si j'en croyais ce que j'en avais lu, les morts devraient recouvrir la zone.
Toujours silencieux, espérant que la tempête nommée Sivir ce soit calmée, J'en profitais pour m'accroupir et effleurer d'un index inquisiteur des traces encore fraîches sur le sol.

Elle affirmait ce que je redoutais, nous n’étions pas seuls, les traces sur le sol étaient net, ceux d'animaux à quatre pattes, des loups et quand leurs hurlements glaciales s'étendirent dans le vent, agitant un autre cosmos probablement d'Asgard; Mon sang ne fit qu'un tour.
Je fronçais les sourcils et distinguais très nettement une horde de loups ainsi qu'un guerrier divin foncer sur nous. S'il est très simple pour un dieu de connaitre ses ennemis et de les tuer d'un revers de main, je n'en fis rien de mon coté, je n'étais pas assoiffé de sang comme l'était mon frère Arès, la guerre et la victoire m'importaient peu.

En revanche la protection de cette Sivir, la promesse que j'avais tendu à Loki la concernant devait changer mon caractère et ce dernier devait contribuer à son humble protection: Rien à voir donc avec la protection masculine qu'elle devait s'imaginer.
Cependant je n'en disais rien et la laissait combattre les loups, une petite vingtaine? tout au plus? Tandis que je toisais le guerrier divin d'Odin d'un regard serein, pacifique.
Il n'avait pas l'air d'avoir de Saphir, ou était donc son honneur? Il paraissait aussi assoiffé à combattre et à chasser que ses loups et cela ne m'étonnais guère.

Le lançais également un regard derrière moi et un géant, un énorme homme d'au moins trois mètre avec également une armure divine se manifestait.
Je soupirai, je n'étais pas du genre à aimer combattre, mais la situation l'exigeait.
" - Vous aurez bien du mal à arrêter cette femme-là, bien plus que moi, messieurs. Rentrez voir votre maîtresse, ce n'est pas aujourd'hui que l'on sonnera L’hallali"


Aussi avant même qu'ils ne répliquent, j'avais levé mon épée en faisant brûler mon cosmos, instantanément mon armure prit vit, des écailles bleutés recouvraient mon corps et à mon armure du voyageur s'ajoutait également une queue d'écailles pointues poursuivant mes courbes dorsales et griffes à la cime de mes doigts.
levant mon épée Djinn vers le géant, un tourbillon d'éléments vint le cueillir avant de le soulever et de l’envoyer, K-O dans la neige.

Je me retournais, le coeur serré vers le dit Fenrir tandis qu'un troisième guerrier venait vers nous en hurlant, son cosmos avait quelque chose d’inhabituel et quand il se présenta, son ton, la façon dont il parlait et la voix qui l'avait possédé n'avait plus rien d'humain.
Écarquillant les yeux, Je me retournais, lui faisant dos, faisant apparaître les ailes daconique de mon armure, il en aurait fallut de peu!
Quand il lança son attaque du septième sens, j'en fis de même en brûlant le mien à son paroxysme tandis que mes ailes repliées, évitaient que le feu ne brûle sivir et les alentours.

Je sentais la colère du dragon Djinn m'assaillir de toute part, ce cosmos et ces manières étaient celles de la dame noire et aussi loin que je pouvais me souvenir, aucun de ses pouvoirs ne pouvaient lui permettre de disposer ainsi d'âmes et de morts aussi facilement.
Je serrais les dents, j'avais honte de reconnaître que cette déesse était bien plus forte que je ne l'aurais imaginé.
comment atteindre ce fantome qui siégeait au loin? Je levais mon épée et un courant ascendant vint stopper les flammes tandis que mes ailes éclatèrent le feu en milles morceaux, les stoppant totalement dans leur embrasement.
" - Il est temps, Sivir."


Sans lui lancer un regard, je lui rappelais qu'elle n'était ici que pour se faufiler au travers des camps pour trouver une solution et assassiner le mal à la source peut être? elle n'était pas ici pour combattre, mais pour servir de vision, elle allait devenir notre espoir.
" - Loki, Poséidon et moi-même t'avons donné un ordre, saisit cette opportunité, maintenant. A quelques pas tu trouveras un Village, je te conseille de ne pas trop t'y attarder."


Je changeais mon épée de main, avant de laisser le revers de la lame frôler mon visage, mes yeux se clorent tandis que mon cosmos s'embrasait à son maximum. Mon armure tremblait tandis que mon corps s'élançait, grandissait.
Peu de temps après, j'excellais la forme d'un dragon bleu, l'épée n'était que l'apparence de mes crocs, mes ailes énormes arriveraient sans peine à repousser toutes attaques physique. Je faisais sans doute trois fois la taille du géant nommé thor, mes quatre pattes griffues labouraient le sol, j'étais impatient de les étreindre dans ma colère ardente.
Elle n'avait pas à s'en faire.
" - partez, partez immédiatement Sivir, ou craignez ma colère."


Lui adressais-je dans un grognement sourds avant de rejeter ma tête écailleuse en arrière et de rugir bestialement sur Hagën et Fenrir, Mes ailes s'ouvrirent, si grande qu'elles craquèrent dans un bruit osseux. Combien de temps n'avais-je point utilisé cette forme salvatrice?
Il me tardait d'en découdre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Sam 27 Aoû - 9:28

Masquer mon cosmos, non mais vraiment, dans une situation pareille, c'était un peu comme disposer d'une bombe atomique et te demander de te battre avec un cure-dent. Fulminant ma frustration, je restais derrière Hermès le temps d'avancer. Je n'étais pas là pour me battre, je le savais bien. J'étais ici pour m'infiltrer, aller voir ce qui nous attendait vraiment et user des talents de messager d'Hermès pour transmettre les infos au gros des troupes pour nous mener à la victoire.

Mais ça n'empêchait pas que ça me faisait bien chier.

Surtout que là, la tempête semblait se calmer, mais plusieurs cosmos agressifs nous fonçaient dessus! Je passais ma tête par-dessous les épaules du dieu des voleurs pour voir ce qui approchait..

«C'est censé être des loups ça?» on aurait dit un peu ces loups zombies qu'on voit dans les jeux vidéos! Putrides, la chair qui pendouille et qui laisse des traces de sang dans la neige! Je me retournais pour voir un type gigantesque approcher! Je me retournais de manière à ce qu'Hermès et moi on se retrouve dos à dos

«J'ai le droit d'utiliser mon cosmos là? Car sérieux, me demandez pas de briser ce colosse en mille morceaux sans m'en servir hein?» et vu les paroles d'Hermès, j'avais visiblement le feu vert! Je plissais les yeux avant de donner un léger coup de rein qui eut pour effet de donner en fait un coup de fesses dans celles d'Hermès - oups? - et je pliais les genoux pour foncer vers le colosse, si en temps normal je ne pouvais pas utiliser mon cosmos, j'allais user d'une autre stratégie...

L'ennemi ne se fiait à l'heure actuelle qu'à ça, si je voulais pouvoir me faufiler par la suite, je devais donc afficher un cosmos différent du mien.. j'allais utiliser celui de Loki. J'intensifiais donc mon pouvoir au maximum, puisant dans l'énergie nouvelle que mon dieu m'a octroyé pour paraître beaucoup, beaucoup plus puissante que je ne pouvais l'être! Ainsi, j'espérais que l'ennemi chercherait par la suite à suivre un guerrier d'un niveau largement au-dessus du mien et me permettrait alors de me faufiler sans risque pour la suite de la mission.

Je bondissais au moment d'approcher du colosse et je lui jetais des fragments d'aigue-marine sur son armure en toc, il disposait d'une hache géante, mais sa taille me donnait en avantage, car il aurait du mal à m'atteindre moi qui étais petite... j'attrapais le manche de sa hache, pivotant souplement autour comme si je jouais sur des barres de gymnastique pour me retrouver perchée sur ses épaules


«Un guerrier divin? Je vous croyais tous clamsés vous!» gardant mon cosmos au plus haut pour continuer de créer l'illusion que je n'étais pas qu'un simple gardien d'argent, je serrais les poings et je frappais de toutes mes forces la pomme d'Adam de celui qui fut probablement Thor si je me fiais à ce qu'on m'a raconté d'eux! Il y eut un gargouillis, un crachat de sang alors que je descendais souplement tout en créant un puissant courant d'air autour de nous, la tempête s'intensifiait jusqu'à ce que je saute et que je fasse une roulade dans la neige, la tornade emportait le colosse mais il eut le temps de donner un violent coup de pied en tournant qui m'atteignit en plein dans le menton! Sur le coup, je vis quelques chandelles alors qu'il s'envolait vers d'autres cieux pour aller surement s'écraser dans l'eau plus loin, avec un peu de chance, il allait couler à pic...

Je secouais la tête, me tenant le menton qui était douloureux avant de sentir une cuisante chaleur... je me retournais pour voir un autre type en rouge et argent qui semblait d'une rage folle! Écarquillant les yeux, je voyais Hermès se tourner vers moi et déployer une armure impressionnante, des ailes de dragon apparaissaient.. ok respect. Il plongea son regard dans le mien avant de se retourner pour faire face au dernier venu, je supposais qu'il avait mis une rouste à l'autre avec ses loups...

Il était temps pour moi d'avancer, je jetais un regard sur le dernier arrivé, il paraissait différent des autres, comme s'il était possédé ou contrôlé. Pour quelqu'un comme moi qui commence à connaître les subtilités de l'esprit, je pouvais voir qu'il n'était pas seul dans sa tête. Je m'approchais d'Hermès, prête à faire ce qu'il demandait


«Celui-là, ne le tuez pas... il n'est pas maître de ses actes...» je prenais mon élan et je fonçais, comme il me le demandait... esquivant la tornade de feu que ce type avait créé, je déviais au dernier moment pour lui foncer dessus, profitant de la poudreuse qu'il avait soulevé pendant son attaque, je m'y étais fondue pour disparaître et réapparaître juste sous son nez, le temps de poser ma main sur son front afin de le plaquer au sol, juste le temps d'essayer de pénétrer son esprit une seconde et chasser l'ombre qui s'y trouvait

«Un guerrier se bat avec toute sa tête! Fais la dégager de là!» et je sautais pour poursuivre ma route. La puissance qui se trouvait là était trop puissante pour moi, je ne pouvais rien faire pour lui, ce n'était pas dit que Loki lui-même y puisse quelque chose. Si j'avais eu plus de temps, peut être que j'aurais pu essayer de pénétrer son esprit, avec les pouvoirs de Loki en moi, je devais pouvoir y arriver... mais je n'avais pas de temps. Je diminuais à nouveau mon cosmos à son minimum, laissant derrière moi la gardienne aux pouvoirs divins pour redevenir la simple gardienne de l'étoile de Ràn avec un cosmos bien faible, je n'étais normalement plus une menace à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryoma
Tonton flingueur ♥
Tonton flingueur ♥
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 28/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
0/50  (0/50)
Faction:

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 13 Sep - 16:31

Spoiler:
 
Lorsque l'un tombait, l'autre se relevait, comme hanté par sa propre vie, comme une musique vous hante, jouant toujours la même mélopée funeste et macabre.
Humectant mes crocs acérés, je déployais de nouveau mes ailes immenses en laissant Sivir partir, lui tournant le dos pour la protéger dans un ultime effort tandis que j'abattais l’appendice de ma queue aux milles nuances d'un bleuté mystique. Les loups qui se relevaient se recouchèrent ainsi, chûtant sous la glace à plusieurs mètres sous la stalactite de gorges profondes et dangereuses.
Leurs hurlements me firent grimacer pendant que je regardais le jeune garçon aux cheveux blond, visiblement possédé par l'entité innommable, mes babines calleuses se rétractèrent à la vue de ce cosmos qui grondait en lui, je la reconnaitrait entre milles.

Rejetant ma tête en arrière, je fis légèrement entendre mon mécontentement par un bruit gutturale provenant du fin fond de ma gorge, comme un chant très bas, rauque, un grondement aussi assourdissant, tel un bruit lugubre provenant du fin fond d'une grotte obscure.
Se servir ainsi d'hommes, de guerriers d'antan morts dignement au combat pour s'en servir comme marionnette, seul Hadès en était capable de nos jours ou alors une arme, un artefact bien précis...

Je retroussais mes babines en laissant voir une large rangée de mes crocs saillants, prêts à déchiqueter l'atteignable au fond de ma gorge luisante, une lumière aveuglante scindait ma gorge et explosait au bout de ma bouche, irrémédiablement, je tournais la tête pour décimer de nouveau ce guerrier fivin, Thor le géant, mit à terre il y a quelques secondes par cette combattante de charme, Sivir.
Comme si des morts peuvent réellement mourir... Heureusement qu'elle m'eut écouté et, soit partie avant qu'elle ne découvre qu'il n'existait pas de façon loyale et naturelle de tuer ces héros d'antan. Possédé par le cosmos et relevé par la pire déesse qui soit. Je la connaissais, elle ne lâchait rien ni personne, la mort est une sentence bien trop douce pour elle.

" - Je viens te chercher, Athéna."

L'homme en face de moi, son cosmos explosa tel un rire lugubre, d'un geste ravi de ma patte, je l’abattait sur sa tête, l'enroulant sous mon corps énorme de dragon bleu, l’assommant sans concession avant d'entendre son rire... ce rire particulier à gorge déployée.

* - Non mon cher voyageur hasardeux, C'est moi qui vient te chercher cette fois.*

Un ombre passa au-dessus de moi, Une wyrm de givre et d'os, combien Athéna en avait-elle réveillé? Une seule? Mais alors, était-ce une illusion? Grondant, plissant les sourcils, je fis battre mes ailes avant de m'élancer vers cet amas d'ossement, si haut dans le ciel que je pus aisément voir ce trône ainsi que les autres membres de l'équipe très distinctement. J'étais devant cette dragonne d'Ossement et d'arcane, elle claqua son bec entre ses crocs dénudés avant de ployer sèchement ses ailes, rassembler son cosmos et...

Je ne pus qu'écarquiller mes yeux et d'un geste instinctif, mettre l'un de mes pattes avant devant moi. Aucune défense, aucune offensive ne sortit de mon corps.
La Fléau fit entendre un énorme rire et hurlement, vainqueur de ce duel, avant de me foncer dessus et de voler, planer en direction des autres combattants...

Ma chute fut longue et douloureuse, chacune de mes écailles se putréfiaient comme une chair calcinée, je voyais mes pattes prendre une teinte noire, blanchie, ma chair se liquéfiait, ne faisant apparaître que mes os et mes tendons.
Un hurlement déchira le ciel, mais il ne fut jamais aussi douloureux que ce à quoi j'étais exposé.
Cette aube-là, un dieu mourut pour renaître d'os et de cosmos, une abomination parmi les divins, un monstre créer et préservé pour elle, Athéna Némésis.

* Tu es enfin mien, Hermès. trouve là ta petite protégée... trouve-là et apporte moi son corps que j'en fasse mon esclave comme tu es le mien, maintenant *

Sa voix, raisonnait dans chacun de mes ossements et au travers du cosmos blauté qui n'était plus le mien. Hermès n'étai tplu, à la place résidait un dragon bleuté, d'ossements qui allait traquer et tuer la moindres parcelle de cosmos.
cours Sivir.... cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mer 14 Sep - 8:27

Courir dans la neige sans dévoiler mon cosmos était plus difficile que je ne l'imaginais. Mais j'étais suffisamment entraînée désormais, et quelque part, j'avais toujours les pouvoirs de Loki. Ils avaient clairement décuplé mes forces, j'étais plus rapide, plus vive, plus agile... j'avais laissé derrière moi le guerrier divin maudit, espérant que mon intervention dans son esprit l'avait aidé à jarter l'autre connasse de sa tête... il était clair qu'il était manipulé et ne souhaitait pas combattre pour elle, je ne pouvais pas cracher sur un allié potentiel.

Une ombre se dessina devant moi et je plongeais à flanc de montagne dans la neige, me dissimulant sous un rocher couvert de givre. Mon regard se portait sur une créature titanesque, telle que l'on n'en voyait que dans les films ou dans les livres...

Un dragon. C'était une plaisanterie? Autant les créatures mythologies, Kraken et compagnie, je voulais bien le croire, mais jusqu'où pouvait aller le pouvoir des dieux?

Agrippée à mon rocher, j'avais une vue magnifique sur le spectacle terrifiant qui se déroulait dans le ciel, je vis le dragon Hermès s'élever et foncer droit vers son ennemi, une part de moi savait que je devais filer vers les remparts de la ville, mais je ne pouvais ignorer ce qu'il se passait au-dessus de moi, en particulier lorsque le dieu des voleurs commença à chuter...


«Non...» serrant les dents, je n'attendis pas qu'il tombe. Je prenais mon élan et je fonçais pour me diriger vers les remparts, telle était ma mission: le village de Nifflheim. Là bas, je devais y aider les civils probablement assiégés par les Némésis afin de nous constituer une nouvelle armée.

La terre trembla lorsqu'Hermès chuta dans la neige, je ne me retournais pas, continuant ma route, courant sans m'arrêter en fixant les remparts qui se rapprochaient de plus en plus. Il me faudrait probablement moins d'une heure pour les atteindre, si je n'étais pas interrompue.

Sauf qu'un cri déchirant retentit derrière moi, malgré ma course, je me retournais, la wyrm n'était plus là, elle devait s'être trouvée un autre jouet surement, et continuait sa course autour de son territoire, mais ce qui s'élevait dans le ciel me fit trébucher, je roulais dans la neige avant de me relever difficilement, le visage blême devant l'horreur qui s'élevait au loin...

Hermès... tels les loups putrides qui nous avaient affrontés plus tôt, il n'avait plus la même apparence... ses ailes étaient rongées par la mort, ses os apparaissaient par endroits, il ne ressemblait plus à rien

«Non, non non!» alors celle la, je ne m'y attendais pas! Et je ne ressentais même plus le cosmos de Loki.

J'étais désormais seule.

Frappant dans la neige, je l'entendis hurler et il semblait chercher quelque chose. Je prenais de la neige et je m'en couvrais les cheveux le plus possible, quelle idée d'être brune bordel! De là, je me dépêchais de courir, plus que jamais, je devais rejoindre les remparts! Je filais vers les arbres pour essayer de m'offrir un certain couvert, mais je ne pouvais camoufler mes traces!
Je me retournais, usant de mon cosmos à son minimum pour jeter des courants d'air derrière moi destinés à effacer mes traces... mon regard se portait aussi sur le guerrier divin que j'avais laissé derrière moi.

Plus que jamais, j'avais besoin d'un nouvel allié à présent. Mais je ne devais pas m'arrêter, autant à pied, Hermès est à une bonne demi-heure de moi, mais à vol de dragon, il pourrait me rattraper en une dizaine de minutes à peine. Une larme coula le long de ma joue avant que je ne tourne les talons et que je reprenne ma course. En longeant la montagne, je perdais du temps, mais au moins, j'étais à couvert... je devais faire un choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 20 Sep - 19:09

Le pendentif en forme de kraken entourant un ours hurleur battait lentement contre ma douce poitrine, cela faisait quelques jours que je m'étais remise en marche vers Asgard et le Nord, départ de ma vie et de tous les moments qui m'ont étés difficile à accepter. La mort de ma famille, le pillage de mon auberge, l'apprentissage du cosmos avec Sivir, comme avec Isaak, la découverte d'Yggdrasil avec Sigmund qui avait joué le role de grand frère pour moi. finalement je me laissais à penser que tout commence et tout finit à Asgard, un peu comme tous les chemins mènent à Rome.

J'étais sur l'une des falaises abruptes qui surplombaient un petit quart du continent, là où certains étaient venus avec leurs gros navires pour envoyer les canons contre la glace, j'étais venue à la nage, m'aidant de mes amis naturels pour avancer rapidement sur les terres malfaisantes d'Asgard.
Amis naturel? debout sur mes jambes, je caressais, distraite l'encolure d'une de mes nobles et grosses bêtes poilus, un ours de pas moins de deux mètres au garrot, ce dernier, silencieux scrutaient tout comme moi l'horizon à la recherche d'une âme ou d'un allier à aider.
Sur le dos de ma monture, j'avais pris soin d'ajouter de quoi tenir le voyage, un sac de couchage de secours, un dague Némésis volée à une assassine que j'avais moi-même pliée en deux avec l'aide d'un saint, quelques breloques, des objets de secours, des pansements, des baumes de soins à base d'algues. Des lunettes de vues, des gros manteaux hivernaux à fourrure de loups, des vêtements chauds et rembourrés, bref j'avais tout afin de braver le froid d'Asgard et retrouver et protéger les autres Marinas que je trouverais sur le chemin.

Distraitement je caressais mon pendentif offert par mon maître, un présent inestimable qu'il m'avait donné en secret et sans sa présence, signant le fait qu'il était encore vivant mais que je devais me débrouiller pour le retrouver.
Mon gants de fourrure s'emmêlait à la crinière et aux poils immaculés et abondants de mon animal, quand soudain, il bougeait et je fus également touché par un sentiment inquiet, quelque chose au loin dans cette neige bougeait, il y avait de la vie là-bas! Je devais y aller!

Je rangeais mon matériel, montais sur mon gros ours et décidais à lui faire prendre un petit galop, il se fondait dans la neige telle une grosse masse blanche, seul ses yeux et les miens, deux billes noires et bleus profond dévalaient les pentes neigeuses d'Asgard.
J'avais laissé mon sac et tout le blingbling de secours dans une grotte non-loin, sans feu ni quoi que ce soit histoire de passer vraiment inaperçus et toutes les nuits je cherchais une autre cachette, même si j'avoue que celle-ci donnait une vue superbe sur l'ensemble des évènements du coin.

J'arrivais prêt d'un corps ou d'un petit cratère, les formes des pas précipités et ceux de loups et d'autre splus grosses que je ne connaissaient pas me mirent en alerte, franchement, en Asgard il peut y avoir de toutes sortes de créatures, c'était pas le moment de savoir lesquels et à quel moment! Je me rappelle avoir croisé et combattus des fantômes, des spectres et plein d'autres trucs bizarres, alors des pattes de dragons, ça ne m'aurait pas surprise.

En revanche le corps à moitié engloutit et chaos dans la neige nécessitait un peu plus d'attention de ma part. Je creusait la glace qui s'était faite autours du corps, une très très trop faible énergie en ressortait, ce type portait une armure brisée et un peu rayée à quelques endroits, mais ça ne faisait rien.

Je sifflais mon nours polaire, il le prit dans sa gueule, je montais sur ses épaules et on rentrait directement à la base en faisant attention de mettre nos pattes là ou il fallait pour éviter que l'on se fasse prendre par les ennemis, à ce que j'ai vu, ils sont coriaces et sang pitié, comme l'était obscurdia. Une chance qu'avec tous les évènements, je connaisse notre ennemi.

Après une bonne demie-heure de marche, je réussis tant bien que mal à placer le jeune homme sur une couche de peaux et de poils, ma grosse peluche blanche l'aidait à conserver une bonne température et comme il ne fallait pas allumer de feu, c'était la seule chose qui pouvait le garder au chaud. Ca devait peut être puer un peu le poisson, mais il allait devoir s'y faire et ma peluche aussi!

de mon coté je préparait quelques poissons et fumé d'otarie ainsi que quelques viandes de grison pour lui redonner des forces, ne sait-on jamais s'il allait se réveiller un jour ou non.
En tout cas il n'allait pas tarder, parce que mon nours n'allait rester éternellement couché à le réchauffer... Et j'avais besoin de bouger et d'explorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagën
Ken le survivant
Ken le survivant
avatar


Messages : 305
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 28

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
28/50  (28/50)
Faction: Odin

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 20 Sep - 20:57

Sivir sans armure
A chaque problème réside une solution, l'énergie est la solution mené à tous problèmes, c'est également la fatalité du phénomène de cause à effet. Plus on met d'énergie à affronter un problème et plus ce dernier grossit. Moins on en a, et plus il se cumule, devenant une boule de neige. Voilà à quoi ma vie s'en tenait: Cela n'était qu'une vaste danse morbide, mon esprit tenu en joute par la mort tandis que le corps ne supportait plus cette relation de cause à effet.
J'avais trop dépensé d'énergie, d'espérance et de vie au dépend d'une cause qui n'en valait certainement pas la peine, mais quand je pense à ce que j'ai réalisé jusqu'à aujourd'hui, quand je pense à "elle", c'est comme si le chaos et la fatalité me rattrapais.
Je suis rien qu'un homme à ses pieds, un chevalier déchu pour ses ordre, un être vivants faible et las de vivre au dépend d'un spectre hantant jours après jours chacun de mes souvenirs.


Je me rappelle de cette voix dans ma tête qui raisonnait en écho dans ma parois de chair qui me sert encore de cerveau, cette voix puissante et raisonnante qui m'obligeait à cracher mes gerbes de violences et de vengeance, une douce vengeance brûlante sur mes comparses ainsi que sur des alliés. Je n'en pouvais plus de cette images qui tournait en rond dans ma tête, cette folie de croire et pouvoir être optimiste et de se relever à chaque fois, d'avoir la force non.
D'avoir l'impression et l'illusion d'avoir encore cette force qui pourrait nous aider à vaincre le mal. Mais il est trop enraciné, je ne peux me résoudre à l'hôter de moi, mais je ne peux pas non plus me résoudre à le garder cela ferait trop de mal aux autres.
Je me déteste, je déteste ce que je suis devenu, Hyoga rirait bien sur ma tombe, je ne suis ni plus ni moins maintenant qu'un laquais de souffrance dans les mains et entre les doigts de dame miséricorde, la souffrance n'est pas mon lot quotidien, mais elle le deviendra, tel est cette "justice" qui trompe les gens du bien.

Telle est notre justice, changé en une vengeance diforme, désobligeante, opprimante. Je jete rapidement un coup d'oeil sur mon passé, je regarde mon combat contre Hyoga et Flamme qui n'hésite pas à donner sa vie pour la mienne. Je me dis que rien n'aurait pu être comme avant, nous avions tous trois choisis nos voix respectives, celle de la chevalerie, toi de la bonté, lui de la protection et j'eu tords de répondre à l'appel d'un dieu absent, Odin n'est pas présent pour les forts, les faibles font sa peine il n'aura plus besoin de moi désormais.

Je pousse quelque chose de duveteux et lourds de mon bras, j'ai soudain très chaud, je ne comprends pas, selon mes derniers souvenirs j'aurais du être écrasé, émietté par le corps d'un dragon devenu fou, je ne me souviens pas très bien des détails, seul me revient le souvenir de la morsure de la neige et de la glace. J'étais faible, sans cosmos, sans vie, errant sous ces parcelles de glaces, attendant que la marionettiste revienne pour jouer de nouveau avec moi: jouet abîmé et cassé.

Au lieu de cela, je me retrouvais dans un endroit dont je ne saurais pas situer le lieu, avec des peaux de bêtes sur mon corps, même s'il est vrai que le froid mordait la chair, je pouvait simplement prendre sur moi, ces peaux étaient bien trop chaude pour moi et surtout, je n'osais le dire, mais l'odeur qui s'en dégageait était juste insoutenable.
Je lançais un regard, tentant de traverser les ténébres de cet endroit, une faible lumière surgissait depuis la sortie de cette grotte, il faisait encore jour en asgard, combien de temps suis-je ici dans ce lieu?

Je regarde autours de moi, je repose sur un ours géant, ce dernier semble assoupit, sa respiration est très longue et puissante, son souffle fait vibrer mes cheveux de blés, enfin quelque chose d'un peu moins hostile que ces Némésis dans cette contrée gelée. Cependant je me demande, quelle personne, ases ou animal ais pu me soutenir assez longtemps pour que je puisse me réveiller. Et surtout, pour avoir apprivoiser assez cette bête sauvage pour la laisser sous mon poids afin de me redonner assez de chaleur et de force durant ma période de convalescence. Sans doute une personne très pure et innocente, les ours et les animaux sentent la pureté chez les hommes et la respectent.

Je me rappelle de Flamme et sa soeur Hilda, souvent approchant biches et loups sauvages pour satisfaire leurs après-midi, bien vite au-delà de tous gestes chelavaleresque pour les protéger, je me rappelle bien vite qu'aucune créature dans ce monde ne les ai touchés, se laissant approcher comme agneau sous la main bienfaitrice de l'agneau.
Etais-je agneau?
J'étais surtout brisé de l'intérieur, déchu malgré moi, chaque parcelle de mon existance touchant un fond d'un précipide, abîme qui n'existait pas.
J'aurais pu être loup, ours, lion ou animal sauvage, il n'en était pas moins qu'aujourd'hui je n'était pas moins plus fragile encore qu'un oiseau blessé à même le sol et ma force résidait dans cette vérité: J'étais trop faible pour battre de l'aile, mais point assez mort pour me laisser tenter d'être achever par un prédateur, j'acceptais la main que l'on me tendais, mais avec méfiance.

sortant de ma rêverie en solitaire, je me penchais en avant en faisant tourner mes poignet de métal dans un bruit creux et bien précis d'une armure en bonne état, l'ours ronflait à poing fermé, nulle doute qu'il faisait confiance à celui qui l'avait laissé en ma compagnie, devrais-je faire autant? je ne suis pas un ours, mais un homme à la fierté et à l’orgueil blessé, je n'apprécie pas la situation même si pour une fois elle semble jouer en ma faveur, je bouillonne de colère et mon audace me pousse à repousser les peaux sur mon corps d'un geste vif et désinvolte de ma main. toutes expressions faciale dirigés par ma volonté de partir, quand soudain...

Je la vis, elle était petite, chétives, mais tellement simple à voir dans cet éclat de lumière qui la rendait inaccessible, une enfant, c'était une enfant et elle tenait des aliments aux mets et au parfum aussi frais que délicat, cela me chatouillait les narines, combien de temps n'ai-je point mangé? Cinq ans a peu prêt s'était passé entre mon combat avec Hyoga et ma renaissance par cette Athéna Némésis. Cinq ans donc que je n'avais pas satisfait le plaisir de manger, que cela soit du frais, du fumé ou qu'importe, mes envies et ma faim étaient là et je le sentais bien: Une crampe me pris à l'estomac et je du contenir mon ventre d'une main ferme pour ne pas avoir trop mal.

Je lui accordais une seconde attention, elle avait tout d'une jeune fille en pleine possession de ses forces et de sa vie, j'en fus jaloux l'espace d'un instant, me rappelant moi-même mon enfance de chevalier aux service de Flamme, la préservant et la gardant jalousement, dépendant toute ma vie à la protéger.
Et elle? Me protégearait-elle? Si petite et si frébrille? Le premier coup d'oeil me fis dire que non, mais cette insistance, cette pureté qui s'échappait d'elle, son regard plein de volonté, de détermination, d'amour mais de caractère me fis penser que je me trompais lourdement.

Siegfried n'aurait pas hésité une seule seconde à accorder sa vie même à ce genre de petite fille, Siegfried est mort par ma faute parce que je n'ai pas su le prévenir à temps ni le protéger. Siegfried, mon meilleur ami, où que tu sois, j'espère bien que tu échapperas aux griffes de ce monde noircit par la corruption et l'avarice du pouvoir.

Je soupirai, las de ce regard qu'elle me donnait, je n'étais pas un ours, je n'étais pas à prendre en pitié ni n'étais un ami, je n'étais pas non plus un ennemi pour le moment, jusqu'à ce que la Fléau de me reprenne sous son pouvoir. Si cette gamine savait tout ce que je suis et j'étais sans doute qu'elle en tremblerait mais là n'est pas la question. Je ne suis pas un homme malhonnête, j'étais et je suis toujours et resterait un chevalier.
Je regardais la jeune femme droit dans ses yeux en amande d'un bleu turquoise, presque la même nuance que les miens me dis-je, mais plus étincelant de vie et d'énergie, mes yeux s'arrêtèrent sur sa longue cicatrice ornant son oeil droit, son bandage sur son épaule me permirent de me rattraper sur mon jugement, à cheval sur la réalité et celle que je m'étais faite, je m'excusais intérieurement, cette gamine recelait de surprise et vue ses multiples cicatrices, cela ne faisait pas l'ombre d'un doute.

Je n'arrivais pas vraiment à distinguer son âge, mais elle était petite comparé à moi, aussi je ne pris pas la peine de me lever et préférais rester assis, lui permettant ainsi de poursuivre ses gestes sans se sentir trop petite à mon égard. Parfois les petits gens n'apprécient pas les grandes personnes et puis, je n'avais pas encore la force nécessaire de me lever.
J'observais un étrange pendentif sur sa poitrine, un bien étrange ornement avec un ours en constellation d'un monstre marin, était-elle une marinas?
A mon dernier souvenir, ils sont la cause de la perte de notre monde! Mai aujourd'hui régit une menace bien pire, je devais faire abstraction de mon envie de vengeance et au lieu de prendre sur moi, je me mis à sanglotter; repenser à flamme et tous ceux qui sont morts à cause des Marinas.
La chaleur de mes larmes étaient le résultat de la véracité de mes pensés et de mes propos qui partirent si loin depuis mes pensés qu'il s’attardèrent sur ma langue:
" - Nos ennemis d'hier sont devenus nos alliés le lendemain... Dans quel monde vie-t-on maintenant? Je ne pourrais jamais pardonné ce que Poséidon à fait à nos semblable, la plaie ouverte est encore trop fraîche. "

renfrognant mon nez en prenant un air mauvais, je poursuivis sur le même ton hagard et coléreux:
" - Hémorragie que vous avez causé à notre peuple régit de la mort de notre pays aujourd'hui, et ne le nie pas, marinas! L'objet que tu portes autours de ton cou est la preuve que tu acceptes ta place de bouchers parmis les grands stratèges de notre monde! "

Je repris un peu d'énergie, je me rappelais de nouveau chaque visage, chaque détails de ma guerre contre Poséidon. Cependant ma migraine lancinante me rappellais également que ce monde était de nouveau en guerre et que moi, Hägen, avait encore un role cruciale à jouer. Mais quel role peut-on avoir lorsque l'on est devenu un cheval battu pas les âges?
Je scrutais l'enfant devant moi, elle ne méritait pas autant de violence de ma part, ni même d'audace, cependant si Poséidon n'avait pas agit contre les miens fut une époque, j'aurais été plus à même d'accepter cette relation d'entre-aide entre cette jeune femme et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mar 20 Sep - 22:58

J'avais fais ce que je pouvais en mettant les condiments dans un petit bol adapté à mes déplacements, il ne me restais plus qu'a attendre que le chevalier que j'avais repêché dans la glace se réveille pour manger et reprendre des forces. Enfin je me retournais pour voir son état mais je vis par surprise qu'il était déjà réveillé, malgré ce caractère renfrogné et borné, il était vraiment un beau garçon! Je me surpris à le détailler comme il devait certainement le faire, cependant mon jugement s'arrêtait sur son armure et son visage, le reste étant voilé par des couleurs rouge et argentés qui faisait de lui un Protecteur des véritables dieux de cette terre. Enfin, je dis ça, mais bon, il y avait aussi Sivir qui portait une armure d'argent qui qui semblait bien plus à même de protéger Asgard que ce jeune homme là!

Il avait l'air un peu instable dans ses émotions, était-il perdu? si ça se trouve il était au même point que moi, ne semblant pas savoir à qui accorder sa confiance et à qui confier sa vie. L'expérience du combat nous amène à grandir si vite, en l'espace d'une poignée de mois je ne me rappelle pas m'être aussi posée qu'à cet instant.
C'est vrai, j'ai toujours la bougeotte et l'envie d'en découvre, mais après un combat comme j'en avais livré un, ma seule envie était de reposer mon esprit et de prendre les choses avec plus de reculs. il y a des choses plus difficiles à gérer et à encaisser que les actes du passé.

Je me surpris à rougir un moment quand il me fixait intensément, je tournais légèrement les yeux, mais pourquoi il me regardait comme ça? Je n'étais pas un Némésis! Va falloir te calmer mon garçon! Et c'est quoi cette façon de fixer ma poitrine? Pas que ça me gênait, il est plutôt mignon, mais quand même! zut!

enfin vint la phase d'approche ou il renfrogna son nez, comme énervé, en même temps la situation devait le dépasser, je l'avais recueillis dans la neige avec des traces de dragons autours de lui, mais qu'avait-il combattu bon sang?
Quand il parla, ce fut comme un coup de poignard dans l'eau, je ne me sentais pas concerné par son passé, certes je suis une marinas et je porte l'écaille de l'ours polaire, et alors? Tous les marinas ne sont pas mauvais, la preuve, ce diable de Kanon était l'ennemi de tous les camps maintenant il n'avait que ce qu'il méritait.

Quand à cet inconnu, sans ajouter quoi que ce soit, j'attendais qu'il finisse son discours, s'il savait ce que je lui réservais, il aurais vite changé d'humeur, après tout je ne suis pas née de la dernière pluie.
son regard était celui d'un homme mauvais qui était passé par toutes les couleurs de la vie, aussi bien les plus éclatantes que les plus sombre et en ce moment ce reproche qu'il m'adressait était particulièrement douloureux pour lui.
Moi je m'en fichais, je n'avais pas encore conscience du cosmos il y a cinq ans, je n'ai que treize ans et puis franchement... bon il commençait radicalement à m'énerver, j'ai fais tous les efforts du monde pour apprendre la patience, mais là, avec ce qu'il me mettait, ça n'en devenait que trop mauvais pour lui, à force d'être négatif, on reste négatif, un peu d'optimisme bon sang!

" - Et depuis toutes ces années tu n'as toujours pas pu te défoncer sur du Marinas? J'ai comme l'impression que t'as loupé ta vie mon grand.
Et ferme là, un peu! Je ne suis pas là pour te faire une leçon de morale okay? Je t'ai récupéré au bord de l'inconscience entouré de plusieurs traces suspectes, si je t'ai récupéré c'est sans aucune arrière pensée. Ce que ce Gros con de Kanon nous à fais à tous, on l'a mal vécus, tous. Mais ce qui se manifeste dehors est bien pire encore que ce qu'il s'est passé avec cet enfoiré.
"

Non mais! c'est pas parce qu'il est mignon que je dois me laisser faire! Et pour solde de tout comte, je lui lançais le bol de rafraîchissement aux pieds sans aucun respect, il voulait ressasser le passé? Pas de problème playboy, mais ne compte pas sur moi pour t'écouter sans rien faire! Je suis une jeune femme d'action et que tu le veuilles ou non, tu n'as pas assez de force pour le moment, pour partir d'ci.

" -" - Tu vas rester assis ici! Manger tout ton bol et prendre des forces... Et tu vas m'écouter! "

J'en avais un peu raz-le-bol que l'on se fiche de moi, aussi mon énervement commençait à se montrer sur mon visage de glace, mon énorme ours polaire qui lui servait de canapé du le sentir et se réveillait, il se penchais sur le coté et faillit renverser le jeune garçon, tournant son encolure poilu, inquiet, il me regarda avant de lancer un regard scrutateur sur le jeune blondinet, ses petits yeux noirs ne cessaient de le targuer.

" -" - Je te préviens, je ne suis pas patiente! Je ne suis peut être qu'une petite scale de l'ours polaire, mais j'ai déjà tenu au moins quinze goldsaints à bout de bras et pas moins de cinquante Némésis aussi énorme que cette grotte au respect! Donc m'emmerde pas! "

L'ours me lanca un regard bordé de reproche et gémit doucement pour attirer mon attention, je levais les yeux au ciel en passant une main, déconcertée, sur la partie rasée de mes cheveux, oui j'en faisais un peu de trop, mais je m'en fichais. Je baissais d'un ton, étant un peu moins agressive et un peu plus détendue, après tout il n'est jamais bon d'agresser un potentiel ami, surtout si ce dernier est fatigué et vient de subir un grave évènement.

" -" - Si tu ne me respectes pas, je ne le ferais pas non plus. J'ai pas envie de faire d'efforts pour des crétins qui ne le méritent pas, j'ai des amis à aller sauver et tu vas m'aider! oh que oui! Parce que maintenant TU as une dette envers moi! "

Ca avait marché pour Valérian du poisson doré alors peut être que ça marcherait pour cet inconnu? cette histoire de dette pour les chevaliers ça marchait à tous les coups, si l'homme est un Homme avec un grand "h" comme Honneur, ils n'hésitent pas à venir en aide aux plus démunis.
Lançant un regard incisif sur mon ours polaire, ce dernier soupira très fortement avant de se lever, il était l'heure pour lui de se dérouiller les pattes et d'aller chasser, à moi de tenir la garde cette fois, avec un léger sourire, innocent, je m'asseyais à coté du blondinet.

" -" - C'est mon tour de garde. Mais dis-moi, comment t'es arrivé ici? Toutes mes troupes sont arrivées par des navires, tu étais là depuis longtemps? Moi c'est Yaphleen. toi aussi tu as des proches qui sont éparpillés autours du palais de Polaris et qui ont besoin d'être sauvé? "

Avec une certaine habileté, je lui remettais une couverture de peau sur les épaules, la mienne me lançait toujours un peu et je fis une légère grimace en exerçant la traction pour monter le linge sur cet inconnu. Cependant je voyais bien qu'il n'avait pas bien chaud, peut être qu'en insistant un peu et en lui donnant un peu de temps, il finirait par être un peu plus gentil?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagën
Ken le survivant
Ken le survivant
avatar


Messages : 305
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 28

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
28/50  (28/50)
Faction: Odin

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mer 21 Sep - 15:14

Sivir sans armure Le passé est souverain de notre existence, sans souvenirs et fragments de mémoire, nous sommes vains. Des êtres vains sans volonté ni envie, de simple corps créer par un amour indécent, passionnel mais éphémères. Des corps sans vie. Ce genre de personne ne font qu'exister, moi je veux vivre. vivre comme je l'ai été, sentir la vie affluer au travers de mes muscles et de mon corps, sentir la vie souffler au travers de mon âme, je veux plus que jamais cesser d'exister pour vivre de nouveau.

Les yeux ronds, je regardais le bol tourner autours de lui-même avant de s'arrêter pile sur son pied, la viande et le met qui était posé à l'intérieur était encore intacte, quelques morceaux de riz s'étaient fait la mal, mais le plus important était encore à l'intérieur du bol. J'avais du mal à comprendre pourquoi ce geste désinvolte, je cherchais un prétexte, cette fille là à vraiment une trempe et un caractère d'enfer me dis-je. Finalement ne j'étais même pas au bout de mes peines, j'aurais préféré continuer à gir sans vie dans la neige que d'atterrir entre ses pattes.

Attendez, je suis supposé être un chevalier de rang d'or d'Odin et je me fais maltraité de la sorte? ... Je n'ai vraiment plus une seule once d'honneur, je me sens comment dire, légèrement cassé, épuisé, je n'ai pas envie d'écouter cette jeune fille impulsive qui fait tout pour attirer mon attention. Je n'ai pas envie de la respecter parce qu'elle est marinas et que ses amis ont détruis ma vie, tout ce que j'avais et était.
Elle me parle d'un dénommé Kanon, je me rappelle surtout d'un Sorrento qui assassina Siegfried en l'emportant là-haut. Je me rappelle d'un certain Poséidon qui utilisa et manipulait Dame Hilda avec l'anneau de Nimbelüngen. Je me rappel très bien des moindres détails et des saints d'Athéna qui oeuvrent pour une paix qui existait bien avant leur arrivée.

Je n'apprécie pas le ton que la gamine emploie, mais j'aime son tempérament, sa trempe et son caractère, au moins elle ne va pas par quatre chemins, elle sait ce qu'elle veut, il ne lui manque plus que la persuasion. Cependant elle reste pour moi une ennemie avec un caractère aussi trempé que le mien et c'est la première fois depuis très longtemps que je tombe sur ce genre de personne. Je devrais peut être apprendre à la connaître et mettre mes différents avec Poséidon de coté, au moins le temps de cette guerre absurde.

Alors je l'écoute et essaie de ne pas rigoler mais cela devient aussi dur que de ne pas l'insulter en retour.
" - Quinze Gold? Cela se voit, il en faudrait au moins douze pour calmer tes hardeurs. "

Sérieusement, elle croyait vraiment que j'allais gober ce mensonge? En-a-t-elle vraiment vu ne serait-ce qu'un Goldsaint d'Athéna? Et concernant les némésis, je jette un coup d'oeil rapide vers son espèce d'animal domestique qui semblait déconcerté par les mots de la jeune fille.
Vraiment, si ce n'était pas de l’exagération, je me demandais vraiment si c'était possible d'être aussi incohérente et disproportionnée dans ses propos.
Je doute de la véracité de ses mots et de la tournure de ses phrases, je doute d'elle et de ce qu'elle m'a dit, c'est une ennemie qui me veut pour allier juste l'espace d'un temps, après qui sait ce qui se passera?

Je commençais à perdre également patience, cette petite gamine avait la langue décidément bien pendue et cela me donnait encore plus faim, mon ventre me fit mal en gargouillant, aussi je tendais la main vers son bol et le ramenait à mon nez, sentant les odeurs diverses de la nourriture avant de fermer les yeux avec volupté, c'était la première fois que je sentais un plat depuis très longtemps.
Sauf que au lieu de m’apprêter à le manger, j'ouvris rapidement les yeux et posais violemment le bol au sol, quitte à l’exploser, je m'en foutais.

" - Comment ça une dette envers TOI?"

Je fronçais le nez et la regardait d'un air menaçant tandis que l'ours partit chasser, je n'aime pas ce genre d'embrouilles vite fait bien fait, en général, ça pu.

" - Je ne t'ai jamais demandé quoi que ce soit, tu es venu me chercher parce que tu as besoin d'aide. Tu tournes les choses à ton avantage comme un marinas, un manipulateur, un traitre! Je n'ai pas besoin de toi. "

Je croisais les bras en faisant mine de jeun, le visage interdit.
Elle était sérieuse? Elle me forçait la main comme ça? Sans me demander mon avis? Elle allait le payer cher.

quand elle vint vers moi, je continuais de faire la tête, les bras bien croisés malgré tout et les yeux fixant la parois devant moi, fier et droit comme une montagne, je ne voulais pas l'aider, elle n'était pas mon amie et le fait qu'elle m’ait aidé, me nourrisse et me mettre une couverture sur l'épaule pour essayer de se montrer gentille n'allait pas l'aider.
En plus cette con venait de se faire mal à l'épaule, elle a un bandage, elle pense bien faire mais ne sait même pas s'occuper d'elle avant de s'occuper des autres.

* Mais quel boulet.*

Je lui lançais un regard agacé, je n'aime pas parler de ma vie, je le faisais fut un temps avec Flamme, la femme qui avait possédé mon coeur et mon âme durant toute ma vie de chevalier. Hors cette femme sut me trahir et depuis demeure une cicatrice dans mon âme qui demeurera à jamais ouverte. Mon coeur n'a plus de place pour la confiance envers les femmes, elles sont trop facilement corruptibles et émotionnelles. Les hommes sont pire, mais je risque moins de retomber dans le panneau.

J'avoue cependant que la chaleur de cette peau sur mes épaules me fit légèrement du bien et calmait lentement mais surement mes ardeurs, j'avais du mal à remercier quelqu'un que je détestais, mais j'espère bien qu'avec le temps les choses changeraient, cette gosse avait l'air de partir sur de bonnes intentions. Et l'aura blanche de pureté qui tournait autours d'elle indiquait nullement une hostilité venant de sa part.

* si jamais je retombe dans un de ces pièges à la con, je ne me le pardonnerai pas.*

Je regardais le bol, puis la jeune fille, le visage toujours affichant une expression figée et stricte, mes yeux bleu clair lançaient des éclairs, j'étais à la fois faché par mon passé et l'incompréhension.

" - Hägen de Merak. Tous mes proches sont morts lors de la guerre sainte, à cause de Poséidon, nous sommes tous morts en vain et sans honneurs."

Connaissait-elle cette histoire? Je pense que oui à en voir l'expression sur son visage, le mien devait être grave et strié par des tensions au niveaux de ma tempe.

" - C'est elle qui nous a retournés à la vie il n'y a pas moins de quelques heures, la reine Némésis... Je me demande à quoi elle pensait en faisant cela."

Non en fait je m'en fichais, je savais pourquoi elle nous avait choisit et pour quels desseins sombre. Autant dire que cela me déplaisais mais je n'en avais pas le choix. Je soupirais très fortement, je pouvais sentir comme une énorme boule ressurgir depuis le bas de mon ventre, ce n'était pas la faim, mais le désespoir et la crainte.
Je ne suis qu'une marionnette aux mains d'une déesse, un jouet qui risquait d'exploser à tout moment pour son petit plaisir, je ne sais pas du tout quand elle pourrait m'utiliser, ni même contre qui et cela m'angoissait.

Je ne pouvais me résoudre à dire cela à la jeune Yaphleen à coté de moi, cela serait trop de responsabilité pour elle et comme elle voulait se montrer apparemment volontaire et protectrice en ma personne, ce n'était pas le moment d'en rajouter une couche.
Elle était trop jeune pour connaître ces sombres desseins, trop fragile, trop émotionnelle, elle montait trop rapidement dans les tours. On ne peut se fier à une personne aussi impulsive et jeune à la fois. Elle me rappelait brutalement Seiya et Hyoga.

Je soupirais et la regardais dans le blanc des yeux, qu'avait-elle en tête? Un long silence s'installa entre nous et je le trouvais inapproprié pour cet instant, ma vérité l'avait-elle blessé? N'avait-elle pas affirmé avoir tenu cinquante ou cent Némésis au respect? qu'elle s'en tienne donc à cela et fasse comme si j'en était un après tout, je n'ai plus personne à servir, plus aucune divinité m’encombrera à l'avenir.
Je ne juge pas Odin sur son absence, mais sur sa présence, je ne juge pas cette enfant sur son physique, mais sur son caractère, Je suis un chevalier et je dois malgré tout continuer de l'être jusqu'au jour ou je gagnerai enfin le repos éternel.

Manquais-je à mon devoir en lui manquant de respect? J'avoue avoir encore du mal à la situer, entre l'ennemie de mon pire ennemie et la jeune fille gentille mais casse-burne je ne savais pas qu'en faire. Elle faisait tout pour être mon allié, mais pourquoi? Ces amis sont-ils si importants pour elle? A en voir son paquetage, elle devait en faire des allé et retours. Sans doute qu'elle voyageait aussi souvent que possible pour justement trouver des personnes à qui s'allier et aider ces si précieux amis?
J'aurais été à sa place, comment aurais-je agis? J'étais jeune et fringuant, sans doute aurais-je demandé à Siegfried directement de m'aider, le doyen de nos meilleurs chevaliers! Si j'étais seul, peut être qu'en effet, j'aurais agis comme elle, situation désespéré oblige, occasions et alliés désespérés.

Je soupirai profondément, en y réfléchissant, il est vrai que j'ai été très touché par les évènements et je l'étais encore, j'avais besoin de temps pour me remettre de mes émotions, en vrai j'étais aussi instable qu'une gonzesse et ça, c'est pas bon pour l'orgueil, la morale et la fierté.
Je levais une paupière et lançais un oeil un peu louche vers la demoiselle, à quoi pensait-elle? Elle avait l'air dans ses pensées.

J'ouvrais mon second oeil et m'asseyais droit sur mes fesses en la toisant un regard qui en disait long, j'essayais de trouver un peu de crédibilité et de fierté surtout, elle avait bien fais de me casser les burnes, sans le savoir elle venait de prouver que sa franchise et son impulsivité faisaient d'elle une personne entière, pure et innocente.

" - Tu me fais penser à un vieil ami que j'ai du combattre autrefois. J'espère que tu n'auras pas à me tuer comme il l'a fait, avec le caractère que tu te paies, je ne tiens pas cher de ma peau. "

Je l'invitais avec un léger sourire, sous mon bras pour la rassurer, cette enfant en avait certainement besoin. C'était une éveillée du cosmos, sans maître, sans parents ce pourquoi elle errait si jeune dehors à la recherche d'aide pour aller aider ses proches.
" - Et toi, expliques-moi comment tu es arrivé là. tu as un maître je présume? "

Lui demandais-je en fermant les yeux, essayant de trouver le repos du guerrier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Jeu 22 Sep - 8:29

Au premier abord, cet inconnu prit très mal le fait que je lui ai sauvé la vie et qu'il ait une dette envers moi, en même temps je ne lui avais pas laissé le choix, je pense que si je l'avais eu, il n'aurait été d'aucune utilité maintenant.
Son oeil sévère me fit légèrement peur et même si j'étais assise à coté de lui maintenant qu'il me fusillais d'un regard intransigeant, je me mis à trembler comme une feuille, quel autorité mais quel charme aussi... Je ne m'étais pas trouvé un spectre dénué de conviction, il semblait aussi fier qu'intouchable, j'avais encore confiance en moi quelques secondes avant qu'il n'ouvre sa bouche pour me remettre à ma place.

Zut, vraiment pour une fois que j'avais tout pour réussir à tenir tête à quelqu'un, voilà que je tombe sur plus autoritaire et caractériel que moi c'est bien ma veine... Ses yeux clairs me transperçèrent de part en part, la froideur de ses iris me fis radicalement penser à Isaak lorsqu'il me grondait, donc je rentrais sans le vouloir mon cou entre mes épaules en regardant le sol.
Isaak me manquait, Thétis me manquait, mes amis d'argent et de bronze aussi, je ne savais pas encore s'ils étaient vivant où non, s'ils avaient comme moi débarqué sur ces terres, caché dans les soutes des navires.

J'avais très envie de les retrouver mais seule c'était suicidaire, j'avoue que jouer le jeu de la fille autoritaire ça va bien cinq minutes, surtout quand on tombe sur un guerrier comme celui-là et qu'on mesure à peine un mètre cinquante pour un poids plume... Il y a rapidement de quoi m'envoyer boulet et voler vers d'autres cieux...

Quand il dévoilà son identité, je levais brutalement ma tête en faisant un bond en arrière qui me fit perdre l'équilibre, je faillis m'étrangler à ce seul nom.
Hägen? Le Hägen de Merak? Le seul porteur de Sleipnir? Le seul guerrier du nord pouvant maîtriser et le zéro absolu et une chaleur aussi élevé que celle d'un volcan? Non! NON! Je ne pouvais le croire impossible!
J'écarquillais les yeux en restant couché au sol bouche bée, les yeux totalement explosés face à cette découverte, le vrai Hägen était mort contre le disciple du maître des glaces Camus, un dénommé Hyoga qui était à la même école que maître isaak.
Avait-il un lien avec Isaak-sama? Mon dieu! Qu'on me retienne ou je vais tomber dans les pommes, j'avais en face de moi une légende vivante, la seule légende à laquelle je m'attachait quand j'étais encore une enfant de dix ans.

Je me rappelle encore...
Quand papa me lisait ces histoires de guerriers divins, porteur de saphir, de courage d'espoirs et de lumières sur nos terres glaciale dans laquelle nous vivions car même si je suis Marinas, je suis née ici, en Asgard.
Hägen était l'un de mes récits préférés avec celle de Siegfried et de Mime, des histoires d'amour, de courage et de sacrifice qui m'avait éduqué à l'envie de protéger et d'agir tout comme ces derniers! Je me demande pourquoi Ce fut Poséidon qui me choisissait et non Odin, j'avais tellement aimé ces histoires et ces héros qu'ils faisaient partie intégrante de mon éducation, pour cela je remerciais mon papa, qui lui aussi avait été un guerrier divin d'Asgard.
Cependant son armure fut cachée et il garda le secret là-dessus jusqu'à sa disparition totale, ce même jour, où il fut brûlé dans une maison avec maman et mes frères, soeurs et voyageurs dans notre auberge au sein d'un incendie terrible.

Me souvenir de tous cela me fis frissonner de terreur, moi qui avait le cuir solide, je pouvais ressentir le froid me picoter la peau, je venais de prendre conscience que depuis le départ, la seule chose qui me permettait de rester debout et de vaincre mes adversaires et surtout me montrer aussi résistante que les autres, fut justement cette éducation que mes parents m'ont offerte. Sans relache, ils m'avaient éduqué à devenir une sorte de chevalier qui s'assumait. Même si paradoxalement j'étais encore trop immature et jeune pour vraiment mettre la base en application, c'est à dire, la patience, la prise sur sois, le dont de sois, enfin tout ça quoi...

Je fermais ma bouche et laissait le courageux Hägen poursuivre ses raison d'être ici, oui il était mort ainsi, papa m'avait expliqué que pour l'amour de la petite soeur de la princesse hilda de Polaris, il s'était battu contre Hyoga du cygne dans un combat fratricide. Préférant ainsi appliquer à la lettre les codes de la chevalerie et du devoir plutôt que d'écouter son coeur.
Rien que pour cela, il méritait tout simplement que je lui fiche une paix royale, j'admirai trop ce personnage et ce qu'il m'avait inspiré pour l'embêter.

Le fait qu'il ait été sélectionné d'entre les morts pour revenir à la vie par une déesse Némésis, enfin une reine, donc logiquement une déesse, mais laquelle? Démontrait qu'il avait été plus fort que ses autres confrères pour ainsi pouvoir revenir à la vie et encore plus pour être doté de nouveau de son âme, de ses souvenirs et de tout ce qu'il avait de son vivants, sans nuls doutes que les autres n'avaient pas eus cette chance.
Parfois, refaire revenir des morts ça prend du temps et de l'énergie, c'est une chose très spéciale et morbide, cela me dégoutait, ce n'est pas une chose naturelle!

Mais pourquoi Hägen précisément? Qu'avait-il de plus que Siegfried ou Mime? Eux aussi ont étés sélectionnés? alors pourquoi? tant de questions qui me firent tellement réfléchir que je pris une position et une moue très sérieuse, moi même je n'en étais pas habituée.

Dalleur le chevalier Hägen du me sortir inopinément de ma rêverie en précisant que je lui faisait penser à un vieil ami... Merde quoi c'est la deuxième fois que l'on fait allusion à ce cygne à la con! La première fois je crois par Isaak avec ma posture du canard boiteux quand j'essayai d'imiter une aurora exécution et une seconde fois, au présent, en me parlant de sous-entendu. Mais je ne veux pas le tuer moi! Enfin j'y avais peut être songé une fois, en le laissant dans la neige avant de connaitre son identité, mais maintenant non!

j'avais maintenant des petites étoiles dans mes yeux humides, c'était une sacré personne, une légende parmi les légendes, le chevalier Hägen de Mérak. il était devant moi je pouvais même le toucher, j'en étais totalement folle, enfin, je n'osais pas le toucher en fait, j'étais tellement intimidée sur le coups, je ne savais plus trop quoi dire ou faire.

Le pire, quand il ouvrit un bras pour m'inviter, je ne savais pas trop quoi faire...
Déjà il me dispute pour me remettre à ma place, il laisse le bol de nourriture au sol, il me boude et là il m'invite à... un câlin amicale? En plus ce sourire fendant me fait tellement craquer... bon okay je n'ai que treize ans, j'ai les hormones en effervescence, je suis orpheline j'ai tout perdu et la seule personne qui compte pour moi est portée disparut.
Ca me fait une bonne raison pour profiter de ce moment intime avec cette légende vivante, non? Bon j'avoue j'abuse... Mais merde quoi! C'est pas tous les jours qu'on rencontre son idole!

Je le regardais également dans ses yeux cristallins, je me retenais pour larmoyer, acceptait-il de m'aider? il n'avait pas été très clair dans ses réponses, il avait peut-être besoin de réfléchir? Je n'en sais rien, je suis tellement intimidée par ce grand guerrier que je n'ose ni bouger ni parler, je suis paralysée sur place.
il lui aurait fallut insister un peu sur son bras pour que je vienne doucement m'y blottir.
A la façon d'un ourson polaire qui s'accroche au bras de sa mère, je collais mon flan et mon buste contre son grand corps massif, la vache que du muscle, que du bonheur! Oh maman....

il y avait juste un détail qui me chiffonnait, mais il fallait jouer franc-jeu et un petit coup d'oeil pour vérifier son état m'indiquait de le guerrier se sentait si bien ainsi, que rien n'aurait pu le déranger. C'était donc le moment de répondre à sa question avant de le laisser tranquille.

" - Mon maître... le général Isaak du Kraken est partit depuis bien longtemps de son coté, personne ne sait ce qu'il est devenu, il n'est plus un danger pour personne. Je ne ressens plus son cosmos et pourtant je le cherche encore... Je le cherche toujours..."

Je retenais un soupir d'aise, je ne pouvais me résoudre à montrer un quelconque mécontentement ou sentiment, même une émotion était prohibée, mais j'étais très, trop heureuse de partager ce moment intime avec lui, Hägen...
Je profitais d'être contre lui pour me coller un peu plus, mais pas trop, ma joue était contre sa poitrine, mon oreille contre son épaule, j'avais plié mes genoux sous mes fesses, mes genoux touchaient à peine ses cuisses, il était tellement grand et massif, j'étais une toute petite ourse, une crevette à coté... Et dire que je suis supposée être en pleine croissance, la bonne blague, je fais toujours un mètre cinquante depuis plusieurs mois et pas un centimètres de plus c'est frustrant...

J'étais si bien là, au chaud contre lui, je me sentais bizarrement en sécurité, ça fait si longtemps que je n'avais pas sentit cela, ce sentiment de réconfort. Même s'il ne m'avait pas donné son identité, son aura chatoyait et pendant qu'il se reposait à poing fermé, je posais et calais doucement mon menton sur ses jambes pour me rouler en boule, à cheval sur lui et les peaux, à la façon d'un chien de chasse veillant sur son maître.

Finalement le bienfait de son aura et la chaleur qui émanait naturellement de son corps me fit tellement du bien qu'au bout de quelques minutes, je m'endormis à mon tour. Transporté par des rêves à l'époque de la chevalerie, voyant et vivant les époques des guerriers divins tel que mon père mes les avaient comptés.

Je savais que cet instant était privilégié, aussi quand je du me réveillé, là en revanche je soupirais et baillais tellement fort que je m'en décrochais la mâchoire. J'étais si heureuse! J'avais encore ce sourire bêta digne d'une imbécile quand je me réveillais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagën
Ken le survivant
Ken le survivant
avatar


Messages : 305
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 28

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
28/50  (28/50)
Faction: Odin

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Jeu 22 Sep - 20:26

Sivir sans armure Que les angoisses de la mort paraissent lointaines lorsque le silence suit la courbe d'une respiration lente et régulière. Le repos du guerrier est tel que le corps se repose tandis que l'âme toujours aiguisée reste aux aguets afin de ne pas être surprit par le malin. Ce n'est pas l'oreille qui est tendue, ce n'est pas non plus l'oeil qui surveille, c'est l'âme, l’instinct et le cosmos qui vous entours perpétuellement telle la plus magnifique des planètes qui nous permettent de comprendre le monde et chaque être qui nous entours au moment où nos paupières se closent.

J'écoutais la jeune Yaphleen qui semblait légèrement surprise par ma non-mort et bien au-delà de toute espérance, semblait tout simplement subjuguée par ma présence. Je n'avais pas relevé sa façon de me regarder avec admiration et insistance, ni plus la façon avec laquelle elle avait changé sa façon d'être quand elle sut qui j'étais. Elle était une enfant avec certes beaucoup de talent, mais elle n'en restait pas moins une enfant de quelques années qui cherchait ses proches.

Une femme dans le corps d'un enfant, talentueuse mais désespérée à ce que son ton relevait quand elle me parlât de son maître, Isaak du Kraken, porté disparut. Je connait ce type pour ses exploits mais je l'ai jamais vu. Je sais que je serais un jour mené à le combattre tout simplement parce qu'il fait partit des survivants de cette guerre qui avait mené tous mes proches à la tombe.
Il est injuste qu'il soit encore vivant tout comme je le sois et d'apprendre qu'il est encore en vie quelque part alors qu'il ne semblerait n'être d'aucun danger. Si je suivais la bouche de cette fille ainsi que ses paroles, il n'était probablement pas en Asgard ni proche d'elle, pourquoi donc?

Pourquoi laisser une enfant aussi douée dans la nature, seule alors qu'un grand danger pesait dans ce continent? Ma foi si cela se trouve, la jeune fille ne lui avait pas non plus demandé son reste et vue son tempérament, une excursion curieuse sur nos terres au mauvais moment semblait être la réponse à sa présence ici sans cet Isaak.
Cependant le fait qu'il soit loin d'elle était un bon point, je n'aurais pu savoir que faire ni comment s'il s'était présenté. Peut être n'aurais-je point fais connaissance avec cette petite? Allez savoir.

Ma respiration fut longue et aussi douloureuse que mes pensées, mon corps s'était presque habitué à s'endormir pour se régénéré, la chaleur que je prodiguait n'avait rien de cosmique, j'ai toujours eu une peau chauffante, le fait de vivre dans ces contrées glaciales avait aidé mon corps à s'adapter et à s'élever naturellement à une température plus élevé que la moyenne des autres. Et puis mon entraînement d'arrache-pied dans le centre du volcan m'avait permis de chauffer naturellement mon cosmos et mon aura au contact de la chaleur.

Je pliais une jambe en émettant une longue respiration sans gêner l'enfant, elle devait être totalement crevée pour se laisser choir ainsi contre moi. Sa position ne me gênait nullement, bien que je sentais en elle une certaine appréciation de ce moment, je me demandais bien pourquoi, je n'ai absolument rien de spéciale. Sans doute mon aura lui permettait-elle de se sentir dans son confort?

Je levais ma main et lui caressais la cime de sa tête du bout de mes doigts, les yeux clos, je me rappel de sa chevelure immaculée comme la neige et plutôt assez longue, bien qu'un coté soit violemment rasé, coupé à l'arrache je dirais. Pourquoi s'était-elle infligé cela? Se raserle coté de la tête avait-elle une signification particulière? Je lui demanderais plus tard certainement à moins que cela ne recèle une réponse intime. Dans tous les cas je n'allais pas la déranger avec ce détail.

En revanche elle respirait très fort, un peu trop, une allure saccadée comme si elle affrontait quelque chose dans ses rêves; N'en a-t-elle donc jamais assez de combattre? Il faut savoir véritablement se reposer parfois, l'âme en a besoin. Elle agitait ses petites mains, je le sentais contre ma poitrine, sa position en chien de fusille me permettait de sentir les moindres mouvements, aussi je me doutais bien que malgré la qualité de son rêve elle ne se réveille avec une grosse tête dans le cul.

Je continuais de lui caresser la cime de la tête avec des gestes lents mais calculés histoire de lui signifier que j'étais toujours là. Quand je voulais retirer ma main c'était comme si elle plongeait en apné. J'en concluais que quelque chose n'allait pas, quelqu'un qu'elle avait apprécié était mort sous ses yeux, elle devait se montrer impuissante pour ainsi vouloir garder cet être proche d'elle. Pauvre enfant. Personne ne mérite la perte d'être cher, ni toi Yaphleen ni personne.

J'ouvrai doucement mes yeux, j'avais finis de récupérer mes forces et tournant ma tête vers l'entrée de ce lieu, je me disais que la nuit tombée il allait falloir marcher et passer à l'action. tôt ou tard les Némésis ou leurs chiens nous tomberaient dessus.
Je devais protéger cette gosse, je la connaissais à peine mais le peu que j'avais réussis à connaître d'elle, son prénom, sa provenance et ses craintes ne faisaient qu'accentuer mes envies de la garder prêt de moi.
Et puis la garder proche de moi me permettrai d'approcher le Kraken, elle semblait si déterminée à le retrouver...

J'esquissais un léger sourire, j'étais abominable et pensais toujours à une façon de me venger. Cette enfant n'avait peut être plus que lui au monde comme dose de bonheur et j'allais sans aucun doute me servir d'elle pour assouvir mes désirs de vengeance.
Ce n'était pas digne d'un chevalier, je refusais d'agir comme cela.
Je me surpris moi-même à penser comme Athéna noire et les Némésis, porté uniquement par des envies de meurtre et de vengeance. Je ne le devais pas.
Je ne tuerai pas cet Isaak, j'ai de l'estime pour Hyoga, j'apprécie cette enfant, je ne tuerai point son maître j'en faisais secrètement et silencieusement la promesse. Et je protégerai cet enfant de mon mieux, bien mieux que j'ai pu protéger ma princesse Flamme, que ce soit contre l'influence des autres, de ses proches ou de ses ennemis.

Une fois cela fait je redeviendrait sans aucun doute un véritable chevalier et ma peine serait purgée. Je ne veux pas agir comme un Némésis, j'ai déjà une conscience de ce que je suis, je n'ai pas besoin d'être hanté par une déité mauvaise pour prouver que je suis un homme fort.

Soudain je sentis la petite ourse bouger, sans la regarder, gardant un visage interdit, je glissais un oeil vers elle, elle semblait avoir bien dormis, elle avait un sourire presque irradiant j'esquissais un petit sourire très léger avant de la pousser comme une merde sur le coté pour me lever pendant qu'elle s'étirait.
Je ne suis pas un coussin ni un meuble et il se trouve que j'ai faim. Et quand j'ai la dalle je suis de très mauvais poil, j'enjambais les quelques mètres qui me séparait de dehors pour observer à quel endroit nous étions.

De mémoire, si elle n'était pas totalement corrompue, droit devant nous à plusieurs centaines de kilomètres se dressait la mer gelée et les falaises du Nifheim, c'était par ici que les bateaux de la jeune Yaphleen ont du débarquer, une longue fumée noirâtre s'élevait depuis l'horizon à des lieux de là ou on était.
Supposons, soit qu'il s'agissait d'un feu de camps auquel cas il a été totalement anihilé, soit qu'il s'agissait de Némésis. Dans tous les cas ils étaient bien trop loin pour sentir notre présence et cela me sciais à merveille.

Je me retournais dans l'entre, prenant le bol entre mes doigts, j'exerçai une légère pression sous la soucoupe, la soucoupe prit une violente teinte rougeâtre.
Je fronçais les sourcils, ma puissance cosmique s'était décuplée et je n'arrivais pas à calculer mon énergie et son flux au travers de mes mains.
Chose incroyable, aussi en soupirant, je posais le bol sur le sol en regardant ma main gauche, ce flux cosmique m'échappait, en même temps cela faisait bien longtemps que je n'avais pas utilisé quelques exercices cosmique, j'étais rouillé.

J'étendais mon bras droit devant moi et fit une légère poussée cosmique, très légère dessus, une gerbe enneigé en ressortit. bien.
J'étendais cette fois mon bras gauche prolongé par la tête chevaline de Sleipnir en me dirigeant vers le sol, encore une fois j'exerçais un légère poussée de mon énergie cosmique, cette fois une gerbe d'étincelle en sortit.

satisfait, je remarquais finalement que rien n'avais changé, je lançais un regard bref sur la jeune demoiselle, était-elle inquiète?

" - Ne vous en faites point. Personne ne viendra nous chercher ici. nous sommes suffisamment éloigné de Polaris et des cotes pour que l'on nous surprenne. "

Je m'asseyais de nouveau avant de prendre mon repas et cette fois, exercer une infime pression de mon bras, cette fois la chaleur se rependait directement le long de mes doigts jusqu'à la soupière ou une légère volute de fumée et l'odeur sublime de la viande se mélangeait entre ces parois humides.

Je mis ma main droite, froide de gel, sur l'objet remplis de mets différents, le bol n'était pas si chaud que cela, je le tendis alors vers la jeune dame.

" - Dame Yaphleen, après-vous. J'ai pris la décision de vous emmener proche du Niflheim, si votre grâce me le demande."

Oui je la vouvoyais, j'avais décidé de l'élever au même statut qu'une noble après tout je devais la protéger et la servir. Contre toute attente, la vouvoyer était la chose la plus naturelle que je me devais de faire. Cela s'appel le respect.
Je lui posais le bol fumant devant elle avant de me lever de nouveau pour récolter quelques morceaux de grisons, de mon coté je mangeais froid, j'avais eu cet habitude, me priver de luxe afin de pouvoir vivre dans toutes circonstances.
Enfin, après avoir mâchonné quelques morceaux qui avaient un goût de sel très prononcé, je la regardais d'un autre oeil.

Hyoga, Isaak et moi-même avions une chose en commun, nous avions le controle sur la glace. Hyoga le zéro absolu lors de certaines circonstances, moi de même, cet Isaak était la représentation du monstre Nordique glaciale. Cette fille étant son apprenti logiquement devrait pouvoir également utiliser son cosmos comme élément.
Et comme vu la puissance de ses alliés, maîtriser le cosmos et l'élément de la glace ne devrait pas être un probleme pour elle.

" - Dites moi, dame Yaphleen. Etes-vous aussi doué dans la maîtrise du cosmos et de votre élément de la glace que vous l'êtes dans la cuisine?"

Je la regardais en croisant les bras, les jambes légèrement écartés, elle semblait si jeune, si innocente, sait-elle au moins se servir de son cosmos? a quel degré? Elle m'a parlé de Némésis et de Goldsaints, a-t-elle seulement croisé et combattu le maître du zéro absolu, Camus? Je ne le pense pas, à vrai dire il me serait étonné que cette boule d'énergie ait réussis à s'attirer les faveurs de ce dernier si la rencontre avait eut lieu.

" - Pouvez-vous me montrer votre puissance cosmique afin que je sache à quel degré vous protéger. Je ne puis vous servir convenablement si je ne connais ni vos forces ni vos faiblesses."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yaphleen
Petit Pedobear de Poseidon
Petit Pedobear de Poseidon
avatar


Messages : 229
Date d'inscription : 15/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
7/10  (7/10)
Expérience:
5/50  (5/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Ven 23 Sep - 23:29

J'avais la bouche encore toute empâtée et les paupières boursouflées en m'étirant je frottais mes yeux, j'avais vraiment bien dormis, c'était vraiment rare que je dorme de la sorte en général j'étais toujours tiraillée par des cauchemars vraiment peu sympathique, entre la mort de mes proches, de l'auberge, ma dernière vision d'Isaak quand je l'avais ouvertement insulté puis la vision de certaines choses que mon esprit avait du mal à comprendre.
Enfin, cette fois j'avais vraiment vu et parcourus un rêve magnifique qui avait vraiment réussis à me donner le morale, résultat des courses: rien ni personne n'aurait pu m'attaquer mon mentale de fer, j'étais refaite!

Je m'asseyais et avec mes doigts entrelacés, caressais et brossais ma chevelure blanche comme la neige en observant Hägen sortir en concluant qu'il n'y avait pas de danger, toujours en train d'essayer de me faire une queue de cheval ou une tresse, je n'étais pas encore décidée en fait... je le regardais prendre le bol et d'un coups tous mes gestes furent stoppés net et j'écarquillais mes yeux argentés.

Le bol avait prit une violente teinte carmin, signifiant qu'elle avait surchauffée, Qu'essayait-il de faire? Ah! Il essayait de réguler la température de son cosmos pour chauffer la nourriture.
Oui enfin, si nous étiions loin des Némésis c'était une raison pour utiliser son cosmos pour les attirer hein. Enfin, je me décidais finalement à opter pour une tresse pendant qu'il contrôlait la fréquence de la chaleur et de son cosmos.

C'était vraiment dingue, il utilisait deux éléments avec une telle aisance et un tel contrôle, je ne savais même pas faire ça, entre la fumée, le feu, les flammes jusqu'au cendre il manipulait totalement les étincelles de son cosmos et il en était de même pour la glace, je n'en étais pas jalouse, loin de là. Avec du recul j'avais appris a accepter mes propres capacités et à les développer en voyageant et en rencontrant d'autres chevaliers pour m'aider. quand Isaak n'était pas là.

Puis il me posa le bol chaud, fumant, qu'est-ce que ça sentait bon! Devant mon nez, je lui pris avec un large sourire de reconnaissance avant de le regarder et l'écouter de A à Z.
Cependant j'ai faillis cracher ma soupe et mon bol quand il commença à me vouvoyer. Faut qu'il arrête! Ne connait-il donc pas la demie-mesure? Entre l’extrême haine et l’extrême respect?
Je lui lançais un regard assez perturbé quand il me demandait de quoi j'étais capable, franchement? De rien, j'encaissais, le cosmos je sais le prendre, le garder mais l'utiliser... bon j'avoue que ça joue vachement sur mes sentiments.
Seulement je n'avais pas le temps de finir ma soupe qu'il me demandait de lui montrer, et ma digestion? Bon..

Je le regardais, intriguée et impressionnée, il était capable de tellement de chose, d'empathie, de compréhension, d'intelligence, de maîtrise de lui et ... tellement de belles choses en fait qu'à coté j'avais l'impression d'être un boulet. Un énorme boulet de treize ans qui ne savait pas pourquoi elle était là en ce moment précis. Je soupirais donc en regardant mon bol, normalement pour moi, la nourriture passe avant tout, l'appel de la faim c'est sacré... Mais là il y avait une légende vivante qui me demandait, je n'allais donc pas refuser.

Je me levais donc, de mon super mètre cinquante cinq avant d'exercer quelques exercices pour échauffer mon corps, c'était très important pour moi de faire ceci. Entraîner mon corps me permettais d'éviter que mon givre ne me bloque, parfois l'utilisation de mon froid pouvait geler mes pieds et pour feinter un coups lors des combats j'étais bien embêté.
Je tirais mon gauche droit vers l'avant, j'eu un léger pincement au niveau de mon muscle, mais tout allait bien, en revanche mon autre bras, celui dans lequel logeait encore la blessure mortelle...

Je ne pouvais pas encore bouger mon épaule, faute de gémir et de faire une tête pas croyable, limitant une grimace pour ne pas hurler de douleur, je me mis finalement en place, les deux pieds au sol, bien portant avant d'enfin lever la tête et afficher un petit sourire, satisfait vers Hägen.
Je ne sais pas à quoi il pensait, mais j'avoue qu'étant plus grand que moi et surtout... plus fort, j'étais largement impressionnée par sa carrure.

Prenant tout mon contrôle en main, je fermais un poing, le serrant si fort contre ma poitrine que je sentais mon coeur battre plus vite. mon bras gauche pendais et mon bras droit était dirigé vers mon coeur tandis que je ployais mes jambes sur le sol, les paupières légèrement closes.
Mon cosmos ne venait pas, pour qu'il puisse venir, je devais encaisser ou songer ç quelque chose de terrible, une blessure, quelque chose qui me faisait mal. Et vue comment j'étais de très bonne humeur, je n'y arrivais pas tout de suite.

Je fronçais les sourcils en regardant mon bras gauche, sans vraiment le savoir, je l'avais mon point de pression! Mais oui!
Je redirigeais cette fois un regard farouche vers ce guerrier légendaire et un léger voile de neige s'installait confortablement autours de moi, léger... je ne contrôlais absolument pas sa puissance ni son flux et cela me fis peur.
Ma blessure... la chûte du sagittaire qui avait regardé Valérian avec tellement de haine... son rire gras et blessant, son arc bandé qu'elle appelait justice. La peur me prit aux tripes.
Mon cosmos s'éteignait totalement, puis je reculais, légèrement effrayée.

Je savais que je n'avais pas à avoir peur de Hägen... Mais j'avais peur de moi-même, je n'avais aucune maîtrise de ce que je faisais, aucune.

" - Non je ne peux pas... Pardon. Autant j'ai une possibilité d'encaisser qui va bien au-delà de toutes peine humaines, aussi bien morale que physique, mais le cosmos, je... ça me fait peur."

Au moins il était avertit.
Et puis quand je me rappelle qu'Isaak n'avait pas peur lui, d'utiliser sa glace pour me mettre dans un cercueil, ni que Camus pouvait transformer l'air ambiante en suspension de neige, le zéro absolu, je me disais que finalement j'étais très bien comme ça.
J'étais heureuse avec mes ours et de ma capacité d'encaisser.

au fond j'avais tellement honte de mon cosmos et de mes capacités, que la peur s'instillait partout dans mes membres et j'avais peut être réussis à attirer la curiosité ou la peine de Hägen, mais en tout cas je ne pouvais me résoudre à attaquer ou utiliser mon cosmos comme cela, contre quelqu'un que j'appréciais.

" - Et puis je ne peux pas utiliser tout mon potentiel en l'état actuel. Je suis désolée Hägen, mais il va falloir remédier à cela plus tard."

Je m’asseyais entourant mes genoux relevés avec mon bras droit, en fixant le sol d'un air penaud, j'avais en vrai trop mal à l'épaule en plus, tellement mal que j'avais décidé de ne plus bouger pour le moment, la douleur se répendait partout dans mon bas et dans ma main et c'était tellement lancinant... Je me demande encore pourquoi, alors que le général Sorrento m'avait guerrit la blessure, je ressentait encode ce mal.
Ah mais bien sur! Hägen avait peut être une réponse là-dessus!

" - Dites Hägen, je peux vous poser une question?"

Ouh moi aussi je commençais à le vouvoyer, et merde! Bon ce n'est pas grave, ça fait son charme quelque part. Je levais le bout de mon nez et posais mon menton sur mon bras recroquevillé en le regardant avec des yeux ronds comme des billes.

" - Vous vous y connaissez en combat némésis?
J'ose vous demander cela parce que depuis que j'ai combattue l'une des leurs... bah...
"

Je sentais le rouge me monter au niveau du nez, je me transformais littéralement en pivoine à la vapeur!

" - En fait je me suis prise une flèche avec un élan cosmique et puis du coup..."
Je n'arrive plus à bouger mon bras et que je ne sais pas comment traiter cela ni même mes généraux. bon peut être Isaak le pourrait en transformant mon bras en bras de glace... Mais sans façon je ne suis pas un robot. Et je ne projette pas de l'être.

Soudain, la nuit avait cédé le pas sur le petit matin et un hurlement lupin venait à nos oreilles, directement je fixais l'entrée de la grotte, j'avais en effet un peu peur de ce qui pouvait se ramener ici. Et pour solde de tous comptes... En essayant de me lever, mon bras avait décidé de ne plus répondre du tout, je n'aurais pas du essayé d'utiliser mon cosmos! J'aurais du attendre mon maître en Atlantide!

Après ces hurlements de loups, j'entendis un rugissement effroyable qui me fis glacer le sang, le rale d'un ours qui vient de se faire tuer. Je crispais mon visage, comme si j'avais ressentis les morsures à sa place, je n'aimais pas que l'on face du mal à mes amis...
La situation commençait à changer, je lançais un regard sur le chevalier du Nord, qu'allions-nous faire?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hagën
Ken le survivant
Ken le survivant
avatar


Messages : 305
Date d'inscription : 03/11/2015
Age : 28

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
28/50  (28/50)
Faction: Odin

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Sam 24 Sep - 18:56

Sivir sans armure Le pouvoir c'est de la connerie, la seule chose qui nous différencie tous, c'est la croyance. Croire en l'humanité, croire aux autres, croire en ses proches ou croire à dieu, qu'importe pourvue que ton âme, ton esprit et ton corps y croit et que ta volonté surpasse cette transcendance. Lors d'un combat il faut connaître et croire en ses capacités, qu'ils soient mille ou un, l'ennemi sera toujours une menace dès le moment où l'on ne sera pas assez fort pour se dire qu'on peut le vaincre. Ceci est la base de tout et lorsque le monde le comprendra, il n'en deviendra que meilleur.

J'étais resté en face de l'enfant, les bras croisé en train de regarder et d'observer l'évolution de son cosmos avec un réel intérêt. La petite tempête de neige avait fait son effet et pouvait la défendre contre des attaque physiques. Son gel était assez puissant je pense, pour stopper quelques frappes, quand à ses façons de bouger, cette fille était si énergique qu'elle ne risquait pas de se geler elle-même. C'était un bon début pour ce qu'elle se qualifiait.

Elle était loin d'être une débutante, elle savait ce qu'elle faisait même si elle ne maitrisait pas encore totalement son cosmos, mais la puissance du cosmos se valide et s'exploite avec l'expérience. Le reste, le combat, la défensive, elle avait l'air d'assurer.
Je me dis qu'elle a surement du en baver contre ses maîtres et ses ennemis multiples pour arriver à ce qu'elle sait et ce qu'elle est à son âge.
Enfin, je ne connais pas son âge, mais d'un regard, on peu l'estimer vers les quinze ans et à son âge, j'étais à peut prêt dans la même maîtrise du corps et de l'espace.

Je tournais l'échine en laissant cette enfant sur le sol, visiblement épuisée et blessée j'avais finis de voir ce que je voulais. Lui tournant délibérément le dos, me dirigeant vers l'entrée de la grotte, je jetais à nouveau un coup d'oeil dehors, scrutant cette étendue d'une blancheur infinie qui n'avait jamais connut de fin en Asgard. Quand les hurlements des loups mêlés du rugissement de l'ours finirent par s'estomper, un silence certain finit par se développer tout autours de nous, donnant encore plus de raison de s'inquiéter et de bouger de notre lieu de position que jamais.

Les chiens des Némésis ne me faisaient pas peur, pas moins que leurs loups ni leurs ours à vrai dire la seule peur que j'avais ici était peut être de nouveau recroiser l'un des fantomes de mon passé, je sais que cette renne noire pouvait les faire revenir depuis Hell. J'espérais qu'à part Fenrir, Thor et moi-même, aucun autre de mes amis d’antan n'eurent connus notre sort.

" -Si un tant sois peu qu'un cosmos Némésien vous ai touché, personne ne peut rien pour vous maintenant."

Je tournais mon visage serein, les bras croisés autours de ma poitrine en la fusillant d'un regard. Pourquoi continuait-elle de parler de ces Némésis? Je sais que nous sommes dans leur territoire en ce moment, cependant, se borner ainsi ne lui donnerait rien.
Je fronçais les sourcils et marchais lentement vers elle, elle s'était assise, attends gamine tu viens de dormir d'une traite au moins deux deux facile et tu veux me faire croire que t'es crevée?

Je m'agenouillais devant elle, mes yeux clairs regardaient son visage puis son épaule, quelque chose clochais et je devais savoir de quoi il en résultait.
Lentement mais avec une certaine précaution, le tendais les doigts longs vers son épaule et le bandage blanc, avec autant de douceur j’exerçais une légère pression sur le bandage avec mon autre main, délicatement j'enlevais le pansement.
Je lançais un regard inquiet mais également sévère vers cette enfant, elle semblait véritablement avoir mal, mais ne semblait pas le montrer d'une façon ou d'une autre, quel courage.

Je dépliais soigneusement la dernière étoffe et laissais un léger cri de surprise s'écraser dans ma gorge. Pas croyable! C'était pas croyable!
Un trou béant d'un noir de jais, un cratère s'était installé sur l'épaule de la jeune fille tant et si bien qu'autours de la plaie, plusieurs crevasses et lignes discontinues d'un violet écœurant entourait l'épaule en une sorte de chemin veineux.
Dans d'autres contexte, cela aurait pu représenter un petit soleil doté de milles rayons complexes, mais à ce stade, le soleil était noir et les rayons d'un violent franchement dégueux.

" - Nani... comment... comment tu... vous êtes vous retrouvé avec cela?"

J'écarquillais les yeux avant de reprendre mon calme.
Elle avait dit pouvoir encaisser mes coups bien plus que la moyenne, soit, cette blessure en était visiblement la preuve. Je continuais mon scan minutieux en palpant son bras au niveau de l'épaule toujours avec douceur et délicatesse, essayant de savoir si son bras était encore valide et surtout, se savoir jusqu'à où allait la douleur.

" - Inutile de s'attarder là-dessus. Nous allons tout de suite trouver votre maître ou un spécialiste de la glace pour arrêter la progression de ce mal, seul le zéro absolu ou un maître des soins pourrait résorber ta maladie. Je suis désolé je ne peux rien faire de plus pour vous, Yaphleen."

Mes doigts lâchaient sa peau blanche, son bras ballottant faiblement dans l'espace, presque sans vie, la pauvre gamine, rien que de penser à cette plaie me rendait fou de rage. Une rage que j'étouffais dans mon coeur, cette blessure était vraiment mal venue.
Juxtaposant mes deux mains au dessus de son épaule, je fixais mon cosmos à s'élever avec douceur, un froid givrant en surtit, rien à voir avec la chaleur qui était sortit pour faire cuire le bol ou ma chaleur corporel. Ce froid se voulait hostile et mauvais.

Au bout de quelques minutes une légère couche de glace s'était formée au-dessus de la plaie béante, cela tiendra le temps qu'il faudra pour que cette enfant trouve Isaak, Camus ou Hyoga malheureusement je ne connais pas encore le secret du zéro absolu. Je sais comment y parvenir mais manque encore un peu d'expérience pour y arriver. de plus, mes flammes ardents surpassent aisément n'importe quel froid, je n'ai pas besoin de contrôle sur le froid étant donné que je détient le secret de son contre.

L'épaule de la jeune fille était maintenant recouverte d'une fine couche de glace si fine mais si dur à percer qu'elle pouvait bouger son bras sans risquer de se faire mal. Nampèche, cette profondeur, quel arme, quel guerrier aurait pu tailler sa chair avec autant de précision?

" - Une bonne chose de faite. Si ton épaule récidive, n'hésite pas à me redemander de l'aide, je t'aiderai en conséquent. "

Je pris sa petite main blanche dans les miennes et la regardais dans le blanc de ses yeux pour qu'elle puisse voir que j'étais sincère, elle n'étais plus mon ennemie pour le moment et je trouvais mon utilité à ses cotés désormais. J'espérais juste qu'elle ne fasse pas de bêtises à mes cotés.

D'un geste simple de la main, je lui ébouriffais les cheveux avec un léger sourire, il était enfin temps de se lever pour aller au combat et aider ces amis!
J'étirai mes muscles dorsaux avant d'aller vers la sortie de la grosse et poser mon premier pas sur la neige, il faisait encore un peu nuit bien que les aurores boréales scindaient le ciel en milles zébrures magnifiques. Je levais les yeux au ciel en sifflant, c'était un spectacle magnifique mais bluffant.

" - Laisse les affaires ici, nous n'en aurons pas besoin, il est inutile de s'encombrer de détails de la sorte. si tu tiens vraiment à maîtriser le froid et le gel comme tes prédécesseurs, quitte donc ces vêtements qui t'enlaidissent. Et ton armure? Je t'attends."

Bon dieu qu'elle était lente, je sais que je n'étais pas malin de la presser de la sorte, je mettais mes bras en croix au-dessus de la tête comme pour détendre mes muscles et commençais à marcher en descendant la petite pente de neige qui nous permettait depuis la grotte de surplomber tout Asgard.
Niflheim, nous voilà!
J'affichais un petit sourire sadique en espérant bien casser quelques cul là-bas. Pardon, ce n'est pas digne d'un chevalier. Casser quelques gueules? têtes? Montrer exemple de la force d'Odin aux yeux des autres? ah non plus, dalleur il foutait quoi ce con pendant que son territoire et son peuple mourrait à cause des Némésis?
pff il faut vraiment tout faire sois-même dans ces contrées, en plus j'avais un boulet handicapé qui me suivait, vraiment heureusement que je suis un homme de challenge sinon je me serais déjà rendu depuis longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1513
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   Mer 28 Sep - 15:58

Hermès > 10xp
sivir > 15 xp
Hägen > 10xp ( malus de 5xp pour ton absence)
Yaphleen > 15 xp
( allez zou, direction Niflheim les amis ^^ )

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès   

Revenir en haut Aller en bas
 

Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Belle de Mort [Chapitre 1 reconquête de la mer] - Sivir - Hermès
» Dans le jardin, sur la belle pelouse
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Vallée enneigée :: • La mer gelée du Niflheim-