Derniers sujets
» Siegfried, le dragon à deux têtes
par Eden Mer 2 Aoû - 10:44

» Fiche de survie de Siegfried, guerrier divin de Dubhe (Alpha)
par Siegfried Lun 26 Juin - 13:44

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Siegfried Dim 25 Juin - 13:44

» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

Logo

Partagez | .
 

 [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kaio Poseidon
Divinité des Thons et des Morues
Divinité des Thons et des Morues
avatar


Messages : 189
Date d'inscription : 09/03/2016

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mar 4 Oct - 9:30

Le temps s'écoulait inlassablement, toujours au même rythme... Julian attendait la suite des réjouissances tout en conversant avec le divin qui hantait son âme.
Il pouvait le sentir au fond de lui, bouillonnant, prêt à exploser, à avaler son esprit et s'emparer de lui comme jadis.
Seigneur ! Me pardonnerez-vous ? Répéta Julian en boucle dans l'intention de s'évanouir en se sachant digne du roi.
Sa ferveur resta sans réponse pour l'instant. Les mains contre son coeur, le monarque entendait au loin des bruits, du désordre. Une bataille était sans doute en train de s'engager en compagnie d'Io et de l'asgardienne qu'il avait pu croiser sur le navire. Un fait que confirmait la réponse de Thétis, elle aussi avait ressenti la bataille à l'extérieur, il n'eut pas le temps de répondre...

Soudain, une voix rauque se fit entendre, encore un de ses fameux guerriers hideux. Restant sur ses gardes il retrouva la compagnie de sa Prêtresse à qui il adressa un sourire charmeur. Voilà le moment décisif. Le cavalier fut rejoint par quatre de ses compagnons.
Et ce fut avec la même violence que le duo firent une petite trotte, traversant le bastion jusqu'à arriver à une immense tour au milieu du domaine.
Ils furent balancer à l'intérieur sans peine. Observant l'endroit Poséidon voyait des cadavres au sol, des os, et une odeur pas fameuse.
Un des cavaliers était resté avec eux, et lui faisait vibrer son cosmos comme pour lancer un appel. La bête allait se pointer, cela ne faisait plus de doute.

A l'extérieur il y avait du bruit, encore et toujours. Mais le problème pour Thétis et lui se trouvait ici au milieu de cette tour, de ces cadavres de cette ambiance étrange.
La Prêtresse s'approcha de lui, lui montrant son envie d'en découdre de s'en sortir.
Même s'il ne montrait rien, Julian était motivé, certain d'y arriver, il ressentait vibrer le véritable dieu prêt à dégainer son énergie.
-" Thétis ! " Souffla-t-il en posant sa main sur l'épaule de cette dernière tout en gardant son regard sur le cavalier qui continuant son oeuvre et son rôle d'appât.
Il sentait bien que la dame était prête à se battre, à détruire l'inconscient qui commis la folie de toucher son dieu.
D'ailleurs, elle était sur ses gardes, le cosmos vibrant et éclairant fébrilement l'endroit. Il faisait plus de doute que la wyrm allait arriver. Le ciel marquait cette prédiction avec un léger souffle parvenant sur les têtes des deux prisonniers.

Dans un fracas faisant tomber des pierres, et de nombreux débris, l'oiseau se posa en haut en chantant une ode à la mort. Un terrible crie faisant mal aux tympans. Levant ses yeux au ciel sombre pour admirer la créature Julian serra le poing gauche, et leva le droit. Des éclairs frappèrent le sol, levant une légère pluie l'espace s'ouvrit à peine laissant un passage d'où sortit le trident du monarque. Un rayon lumineux frappa sa main et le dieu tenait son arme. Prêt comme sa Prêtresse à lutter !

L'arrivée de la wyrm créa une panique dans le bastion. Même si le sombre cavalier semblait lui offrir les deux prisonnier à manger, cette créature était capable de tout. Méfiant, Poséidon observait la bête, puis le cavalier. L'ambiance devenait encore plus électrique, encore plus pesante.
Les coups d'ailes de la wyrm soulevait une quantité impressionnante de sable et de poussière, Julian posa son bras devant ses yeux pour éviter l'aveuglement.
Il regarda en diagonal le cavalier, il semblait avoir du mal à soutenir la puissance de la terrible créature.
Tues-le ! Tues-le ! Lui chanta la voix du Monarque. Qu'il souffre ! Oui qu'il souffre ! Arrache lui le coeur ! Julian tremblait, frémissait, un mélange d'effroi et d'excitation. Son cosmos augmenta lentement.
-" Thétis... Battons-nous, détruisons ce cavalier, et cette wyrm de malheur et sortons de là... "
En parlant il fit apparaître une espèce de brume épaisse, une brume englobant une immense partie de la tour. De l'extérieur on pouvait même voir comme un dôme qui s'arrêtait aux pieds de la Wyrm.
-" Cet imbécile a trop marqué son cosmos, Thétis, même sans la vision tu devrais le trouver sur ta droite. Quant à moi, je vais lui donner le premier coup..." Murmura-t-il en profitant de la surprise qu'avait du causer son sort.
Cependant il fallait faire vite car les battements d'ailes de la wyrm allait obligatoirement dissiper la brume.
Alors rapidement, il envoya à une vitesse ahurissante son trident dans le genou droit du cavalier. Le trident revint sur au creux de sa main, la pointe ensanglanté.
Les yeux fermés, Julian vivait ses derniers moments, Thétis pouvait sentir Poséidon frétiller et s'éveiller.
-" Détruis-le ! Détruis ce cavalier avant que la brume ne se soit totalement évaporée. Je veux qu'il souffre qu'il t'implore de l'achever ! " Ordonna-t-il à Thétis alors que la brume se dissipait lentement et que la Wyrm dégageait la sensation inquiétant d'avoir faim !

Le dieu avait confiance en Thétis ! Une confiance aveugle ! Alors il ne prêta plus trop attention au cavalier, et son attention se glissa sur le monstre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mer 5 Oct - 9:41

Spoiler:
 

Tout s'était passé très vite. Le plan de Scylla était clair, il allait jouer son double Némésis, et j'allais être sa prisonnière. Non, je n'allais pas aimer ce qui allait suivre, mais je prenais une profonde inspiration avant de lui signaler qu'il pouvait y aller. La douleur fut fulgurante, je sentais les crocs, les dards, et toutes les autres saloperies de bestioles qui lacéraient ma chair! Cela se jouait à quelques millimètres pour que les points vitaux ne soient pas touchés, il fallait que ce soit crédible, et rapidement, la douleur fut telle que je perdais carrément conscience.

Il m'avait projetée au loin, j'avais à peine eu le temps de voir les environs. Une forteresse, une grande tour, mais surtout beaucoup d'hommes. Une part de moi craignait de ce qui pourrait m'arriver si je ne parvenais pas à garder les yeux ouverts. Mais en taisant mon cosmos, j'empêchais aussi mon corps de mieux encaisser, ça faisait un putain de mal de chien, et le poison de la guêpe me paralysait en prime.

Je sentais qu'on me traînait, pourtant je ne parvenais ni à bouger, ni à ouvrir les yeux... la bouche entrouverte, même le fait de respirer me brûlait les poumons, jusqu'à ce que je sente le cosmos de Scylla exploser. Pour sûr que celui là, même si je sais qu'il a agi ainsi pour nous donner un espoir de victoire, je te vais me lui décalquer ses dents sévère une fois que tout ça sera fini! Ruminant ma rage à l'idée d'être ainsi humiliée, je me redressais doucement lorsque je fus jetée sans ménagement dans un chariot.

Lorsque j'ouvris enfin les yeux, ce fut le cosmos écrasant de la Vierge qui m'empêcha de me redresser totalement, je m'écroulais sur moi-même, ma tête heurtant le sol du chariot alors qu'elle m'observait en pestant sur ceux de ma race...

«Chevaliers plaqués or... même pas foutu de battre des chevaliers de bronze... elle est belle l'armée d'Athéna...» rien que son cosmos me coupa le souffle! Je ne savais pas s'il en était de même du côté noir, mais ici, pour sûr que les chevaliers d'or n'avaient plus trop la réputation d'être des supers guerriers...

Elle s'apprêtait à me tuer, je ne portais même pas un regard sur Scylla pour savoir s'il allait m'aider, je concentrais mon cosmos - maintenant j'avais plus rien à perdre - afin d'user de mon pouvoir pour la priver d'un de ses sens... mais il se passa quelque chose, on venait de lui dire qu'il y avait un souci avec Thétis et Poséidon, je me redressais mais elle m'écrasait de son pied comme un insecte


«Pétasse...» alors que son serpent allait me bouffer, elle se désintéressait de moi, j'écoutais attentivement ce qu'il se passait.. une renégate chez les Némésis? Je me mettais à éclater de rire malgré la douleur que ça me provoquait dans les côtes «Ahahah... quand je disais que les chevaliers d'or étaient pitoyables.. même pas fichus de se battre dans le même camps!» j'allais dérouiller mais tant pis! C'était trop drôle! En tout cas, elle envoyait Scylla la tuer, pour sûr que ça nous arrangeait car ça pouvait nous faire une alliée supplémentaire! Et puis si c'était sa femme, il aurait prêt l'occasion de se faire plaisir tiens!

La Vierge me lança un regard noir mais laissait Scylla faire ce qu'il voulait de moi... c'était pas trop le plan, je comptais me rapprocher de la Wyrm pour la trucider, mais il fallait voir si Thétis et Poséidon de leur côté allaient s'en occuper... je me redressais quand même, croisant le regard meurtrier de la Vierge avec un sourire malgré la douleur presque insoutenable

«Oh oh? Tu me laisses le plaisir de trucider l'une des vôtres? C'est trop gentil!» fallait bien jouer le jeu hein? Si je voulais un tant soit peu rester en vie, fallait aussi jouer la comédie. Je me redressais sur les coudes, puis je roulais sur le côté en me relevant péniblement sur mes jambes. Une main sur les côtés, je devais en avoir quelques unes de cassées, mais peu importe, je ne pouvais m'empêcher de sourire face à la situation

«Bon, c'est par où pour tuer la biquette?» puis je me tournais vers Scylla et je lui collais un bon coup de poing dans la figure - notez que ça n'avait pas du lui faire grand chose vu mon état, mais c'était pour la forme «Toi le travelo, t'as pas intérêt à m'empoisonner encore si tu veux que je te laisse un morceau de ta femme à bouffer!» oh pour sûr que j'allais me prendre un sacré revers de la médaille, j'allais probablement voir trente-six chandelles aussi, mais ça faisait du bien quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Poupée Chucky de Poséidon
Poupée Chucky de Poséidon
avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 23/07/2016

Fiche de personnage
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
45/50  (45/50)
Faction: Poséidon

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mer 5 Oct - 14:13

Shaka partie avec ses sbires Sivir avait évacué sa frustration sur moi. Son coup au visage n'avait rien de réellement puissant et elle méritait d'avoir l'opportunité de décharger sa frustration sur quelque chose ou quelqu'un.

-"Tu as fini?"

Elle retira sa poing de ma joue et je tournais lentement le visage vers elle. Mon attaque leurre avait beau avoir été mesurée et chirurgicale elle était mal en point et malheureusement pour elle un poison reste un poison, il est impossible de le maîtriser une fois qu'il a trouvé une faille dans le corps de sa victime.

Sans lui laisser le temps de reculer je posais mon doigt sur sa poitrine et appuyait une série de point vitaux.

-"Voilà qui stoppera les effets du poison. Tu devrais commencer à récupérer toutes tes sensations d'ici quelques dizaines de minutes."

Me détournant d'elle je regardais dans la direction prise par Shaka et ses troupes. cette garce m'avait coupé l'herbe sous le pied en partant avec ses hommes mais au moins nous avions récolté des infos valables.

-"Cette Gold Saint du Capricorne pourrait être une bonne opportunité pour nous. Si elle est réellement traîtresse à leur cause ça peut jouer en notre faveur. Par contre si elle est l'ex de mon double elle ne risque pas d'être facile à manipuler."

Les évènements prenaient une tournure vraiment étrange avec ces Némésis mais je n'eu pas le temps de m'y attarder. Une immense cosmos se manifesta au loin. Le doute n'était pas permis il s'agissait d'un dieu...mon dieu... ce cosmos qui vibrait au loin était pur et puissant. Poséidon se réveillait et la Wyrm hurlait au loin, appâtée par ce festin offert sur un plateau. Un combat divin allait avoir lieu.

Sivir aussi avait du ressentir cette débauche de puissance car elle se tourna d'instinct vers la source du cosmos. Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait sentir un dieu.

-"On doit avancer, on peut soit chercher le Capricorne, soit tenter de rejoindre Poséidon bien que je pense que nous ne soyons qu'une gène dans son combat face à la Wyrm. Mais quelle que soit notre décision tu devras retirer ton armure."

Elle sembla vexée et interloquée mais je n'en avais rien à faire.

-"Un soldat qui se respecte ne laisserait pas à son prisonnier le plaisir de conserver ses armes et son armure. Si la Vierge nous voit ainsi nous ne pourrons pas la duper une seconde fois. Mets-toi bien en tête que tu es ma prisonnière."

Je ramassais une corde qui trainait et la lui lançait.

-"Et passe ça à tes poignets histoire de rajouter un peu de crédibilité."

Sivir voulu rétorquer quelque chose et je savais la sacrifice que je lui demandais de se défaire de l'armure divine que son dieu lui avait confié mais c'était nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Master
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 5
Localisation : Partout ou vous le souhaitez

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mer 5 Oct - 15:45

Io/Sivir

Ses doigts immaculés, froid et rigides caressent lentement la roche de la gargouille sur laquelle elle se tendait ainsi, immobile, discrète et totalement invisible aux yeux des mortels qui portant, regardaient vers elle, vers cette gargouille surmontée d'une belle épaisseur de neige.
En contre-bas, la tête de cette gargouille était coupée, nette une belle incision d'une précision chirurgicale l'avait tranchée, comme si quelqu'un en était le responsable.
Et pourtant il n'y avait personne autours de cette statue rocheuse, absolument rien.

Les deux gardes qui avaient réussis tant bien que mal à réunir les quelques cavaliers et soldats armés, des prisonniers de leurs propre bastion; Eurent un léger frisson de dégoût, cette terre gelée et les miracles blanc qu'ils voyaient leur rappelaient de trop leur propre miroir, leur région natale.
Il se regardèrent dans le blanc des yeux avant d'opiner du chef et retourner à leur occupation, récupérant leurs armes blanches insalubres baignés de sang et d'écumes.
La foule des hommes soldats commençait à rugir, la révolution était en marche, ils n'avaient tous que trop payés le prix du sang.

Arthure croisa ses bras fin, svelte en lançant un regard langoureux et bienfaisant en-dessous d'elle, la tête énorme de la gargouille était tombée sur un de ses congénères, némésis d'Argent qui avait voulut tuer d'un coup toute cette masse, cette foule dans l'unique but d'assouvir ses pulsions et ses vices.
Faisant une légère apparition, furtive et rapide, tandis qu'une jeune femme au premier rang regardait en sa direction, Arthur lui tendit un léger clin d'oeil avant de passer suavement son doigts au vernis aussi noir que les enfers sur sa bouche fine, promesse de silence et de complicité auquel plus bas, la jeune femme répondit par un sourire béat.
La Capricorne de la nuit disparut aussitôt de la gargouille, tandis que l'espoir chez ses personnes, bien qu'il fut vain jusqu'à maintenant, recommençait à prendre feu.

Depuis votre lieu d'exercice, Sivir et Io, vous entendez une foule en délire, une bonne cinquantaines de personnes, hommes et femmes, cavaliers sans chevaux et soldats armés, tentent de repousser les deux derniers Némésis qui leurs barraient la route.
Ces derniers leurs font subir des pressions mentales acerbes, dangereuses, parfois un homme tombe sans raison, la bouche ouverte, suffoquant, l'écume de sa bave s'entremêlant avec le liquide rouge de son cerveau retourné.

Soudain un des Némésis vous reçoit, il vous scrute d'un regard réprobateur avant  d'utiliser son cosmos sur vous.
Il s'agit d'une force qu'il vous est connut mais non acquise, celle de la télépathie, il utilise votre cerveau pour vous forcer à utiliser votre propre cosmos et les aider à tuer tous ces hommes comme s'il s'agissait d'un vulgaire abattoir.

Devant eux, une jeune femme lève une épée bâtarde en hurlant:
" - POUR LA SURVIE"
Elle s’apprête à vous transpercer le coeur mais aussi à décapiter les deux gardes dans un mouvement circulaire tant sa charge est puissante et portée par la férocité de sa haine, elle essaie, mais très rapidement, sans savoir pourquoi, elle s'arrête dans cet amas blanc de la neige.

Les flocon immaculés circulent autours de vous telle une danse macabre et morbide, le temps se joue de vous, tombant au ralentit, vous avez juste le temps d’apercevoir au travers de ce rideau de neige lugubre, une ombre.

Ce n'est pas une femme, mais bel et bien une ombre, le représentation d'une image féminine lorsqu'elle est exposée en plein soleil et cette dernière eut à peine le temps de tourner autours de la jeune femme chargeant, que son arme lourde tombe dans la neige, la jeune fille dans son élan trébuche face au manque de poids dans sa main et elle s'écroule comme un sac, avec lourdeur sur... Io.

Vous avez juste entendu un son très distinct, métallique mais raffiné, rien de plus.
Les deux Némésis, l'un cloué au sol et l'autre sont totalement dupés ils n'arrivent plus à contrôler leur cosmos ni leur emprise sur votre mentale, il se retournent vers l'apparition de l'ombre, mais elle a déjà disparut. Alors celui encore debout vous fait face et vous attaque!

- - Par les trombes de l'Océan! Je vais vous arracher la chair et les os, mécréaaaants! Par le Calmar géant!"

Rapidement de ses mains sortent huit tentacule aquatiques qui vont directement s'attaquer à vos chairs. si vous n'intervenez pas rapidement.
( Si Sivir est en danger de mort ou qu'elle manque d'être trop attaquée, une ombre viendra l'aider. Ombre cosmique, un brouillard noir à la forme féminine. Elle n'apparaît pas plus que 3 sec au même endroit)

Spoiler:
 


-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-

Elle était là, puissante de par sa taille et de l'énergie qu'elle dégageait, son coeur de glace et de cosmos battant au rythme d'un blizzard fulgurant qui approchait.
Se tenant tout en hauteur de cette tour d'argent, la magnifique Wyrm de glace vous observe tout en regardant, amusée visiblement vos méthodes puérils pour survivre aux attaques et renforcement de son cavalier de l'apocalypse.

Elle ne bouge pas, ses os, ses tendons et son cosmos sont unit telle l'une des plus belles statues présente en ce monde. Seul la fumée de son cosmos chatoyant se mouve au grès du vent qui se lèvre.
Dilatant ses naseaux, elle hume le parfum de la mort flagrante, recueillant le dernier soupir de son cavalier, celui que vous avez réussit à assassiner sous ses yeux. La méthode et les façons de vous y prendre ne l'intéresse guère, cette petite brume apaisait ses meurs mais non ses idées éclaircis par le seul mot de la vengeance.

Dépliant ses ailes lugubres, le Fléau juxtapose ses griffes autours d'elle et hurle, gronde et rugit férocement en votre direction, dans la tour les échos raisonnent et vous en êtes déstabilisés tant l’écho monte dans les tons. Sa gueule ouverte laisse passer son cosmos, il ne lui en aurait fallut que très, trop peu de temps avant qu'elle ne vous aspire l'âme.

Cependant elle s'arrête et d'un grondement qui signifie nettement " quoi?" elle tourne la tête plisse ses paupières, ouvre sa gueule mais un autre dragon, bleu cette fois lui fonce dessus.
C'est Hermès, sans chair ni tendons qui vient lui aussi réclamer sa vengeance, ses crocs s’enfoncent dans les os de la wyrm, un combat entre les deux titans s'engage.
Seulement vous n'êtes pas au bout de vos peines, Sans prendre garde, à s'il y avait de la vie ou non dans cette tour, le dragon bleu pousse la wyrm dans la tour, ce qui a pour effet de fragiliser cette dernière.
Je vous donne un tour RP pour vous évader de la tour, sans quoi les débris et un dragon tombera sur vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1513
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mer 5 Oct - 16:41

Cela faisait longtemps, si longtemps que la sirène n'avait pas sentit ce cosmos, que lorsque Poséidon se manifestait au travers de Julian, dans un premier temps elle en fut apeurée, d'une peur douce et inquiétante, rien de paralysante, cette crainte fondait en elle la marge du respect et elle se mettait la pression pour ne pas faillir.

Tournant ses iris de saphir vers Julian solo, elle se reprit à penser de faire souffrir ce cavalier? Alors que le trident venait d'achever le genou du cavalier et le précipiter au sol, c'était comme si Julian avait déjà fait tout le boulot à lui seul. Mais Thétis pouvait tellement faire mieux pour faire regretter à cet immondices ces actions!
Après tout, Poséidon l'avait envoyé chez les Némésis dans ce but, la souffrance et la torture était au moins une chose qu'elle savait maîtriser et devant sa divinité, elle n'aurait pas honte de montrer ce qu'elle avait apprit là-bas au risque de se faire appeler par tous les noms.
" - Très bien, il en sera fait selon vos ordres."

Siffla-t-elle entre ses dents, serrés dans sa mâchoire tandis que sans trop forcer sur son cosmos, une lueur orangée, tel un couché de soleil s'animait au bout de ses doigts.
Ses ongles exerçaient des arrondis autours de l'espace, de sa main irradiant cette douce lueur, vint finalement au bout de quelques secondes une lueur de gangrène, aux proportions malsaines et aux intentions bien plus obscènes qu'effrayantes: l'Orichalque Némésis.
Et pourtant le cosmos qu'employait Thétis n'était à peine plus puissant que celui d'un bronze, sans s'en empêcher elle ria, gloussant au nez du cavalier qui était dans un pieux état, tant et si bien ce que dernier tenta de lancer une attaque de cosmos sur Poséidon.

Au même moment l'homme fut recouvert par un mucus, une sorte de corail qui prenait des teintes merveilleusement rosées avant de se figer et de se resserrer tout autours du corps du malfrat, en créant la même réaction colorée que son cosmos, le corail devenant d'un vert noircis.
Finalement l'attaque sortant de ce cavalier ne sortait pas et pire que tout, l'armure, la cape et tout ce qui était de cosmos dans ce petit être disparaissait totalement, l'armure de l’apocalypse rejetait son porteur, faisait naître aux yeux de Poséidon et de Thétis un homme vieux, aigri, très faible et frêle, chevrotant et tremblant dans ce lieu enneigé.
Ses yeux livides fixaient béat Thétis et la roche verdatre qui n'avait fait qu'un avec son corps, il écarquillait ses paupières sans comprendre.
" - Un pauvre vers, un insecte aux yeux de mon dieu! humpf! Dégage! Tu n'es plus rien ici! Tous te renieront, tous t'écraseront, c'est ainsi que tu serviras ta déesse pieuse et menteuse! Part ou je t'infligerai plus que ce déshonneur."
L'homme se mit à chouiner, la Wyrm au-dessus à hurler et Thétis eut juste le temps de se mettre les mains sur les oreilles tant ce rugissement était terrible.

Les cadavres au sol se mirent à trembler face à la puissance de ce hurlement et les murs à se fissurer, la néréide lança un bref regard courroucé vers le cavalier de l'apocalypse, nu. Sans cosmos ni armure, son corps se mit à violemment percuter les rebords de la tour, cependant il avait réussit à ouvrir la porte avec une clef qu'il retrouva dans sa cape et en sortit, la tête ensanglantée.
* - quel batard, attend que je te retrouve!*

Il n'avait pas fermé l'entrée de la tour, cependant au moment ou la wyrm allait plonger sur eux et leur lancer un souffle de lumière, que thétis vit blanc, La sirène avait prit le bras de Julian pour l'inciter à sortir de la tour.
il ne fallait pas traîner puisque la tour était ouverte! Elle essayait de le forcer à sortir, cependant la volonté de combattre et tuer cette wyrm était bien présente dans son coeur et dans la volonté de son empereur. Elle se risqua de le tirer d'avantage en usant de son cosmos pour le diriger vers la sortie.

Cependant elle du lever la tête pour voir ce qui interpelait tant Poséidon que cela, il n'y avait plus un seul mais deux dragons, la wyrm et l'autre, bleuté mais dévorés par la gangrène Némésis, il ne lui restait plus que des os et des tendos à certains endroit. thétis ne reconnut pas Hermès, mais en vu de l'expression que prenait Poséidon, elle comprit que c'était une fatalité et que quelque chose de grave venait d'arriver.
Cependant quand le Dragon bleu attaqua la Wyrm, thétis écarquillait les yeux Et, prenant son courage à deux mains, poussa son empereur de la tour pour éviter que les roches lui tombent dessus.
Une désobéissance et peut être plus même, mais dans l'action, Thétis ne pouvait pas se permettre de rester ainsi les bras croisés.

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaio Poseidon
Divinité des Thons et des Morues
Divinité des Thons et des Morues
avatar


Messages : 189
Date d'inscription : 09/03/2016

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Ven 7 Oct - 10:01

L'effervescence s'intensifiait au fil du temps. Son plan fonctionnait. Un rictus heureux sans pour autant se montrer victorieux ornait son visage. Le plus compliqué était à venir, et sans l'aide de Poséidon il serait sans doute difficile de parvenir à ses fins.
Thétis s'occupait à merveille du cavalier, ce dernier ayant en vain essayer de lancer une attaque de cosmos sur le dieu.
En vain, car sa vision était incertaine, et le cosmos de Julian devenait de plus en plus puissant. Et surtout graçe à l'action de Thétis. Le cavalier fût dénué d'armure, et on ne voyait plus qu'un être ridé, tremblant ayant perdu toute son arrogance et toute sa puissance et plus que tout la rage de vaincre pour sa Déesse. La bataille de sa Prêtresse ne dura guère. Tristement. Oui il était triste d'assister à tant de faiblesse... A cet instant il regrettait presque de s'être rendu dans la grotte. Même si au fond, cela leur à permis d'arriver ici sans peine.

Voyez-vous Seigneur ?! N'ai-je guère fait honneur à votre splendeur ! Ce cavalier sombre magnifiquement. De l'autre côté du mur se trouve certainement les autres. Les pensées de Julian n'eurent pour échos qu'une lumière intense autour de lui, comme des réponses plaisantes venants du maître des Océans.
Cependant l'histoire ne s'arrêtait pas là, et le regard fixant le ciel, et le monstre, une pointe d'inquiétude gagna le dieu. L'hurlement sauvage de la wyrm l'obligea à boucher ses oreilles avec ses mains, et encore cela permis à peine de sauver ses tympans, car le bruit était fort.
Les murs tremblaient, les cadavres au sol dansaient, se brisaient parfois... Fronçant les sourcils, ne se souciant pas des pierres qui tombaient, une drôle de sensation le gagna... Pourquoi ce sentiment ? Se demandait-il en soufflant timidement et en remuant son bras devant lui pour avoir une meilleure visibilité.
Le dragon s'apprêtait à frapper, il venait d'ouvrir sa gueule, grand, on voyait ses crocs, la bave et au milieu une petite lueur blanchâtre comme une étoile.
Les deux autorités du Royaume sous-marin constataient parfaitement que l'attaque de la créature était imminente !

D'ailleurs Thétis s'approcha rapidement pour prendre le bras du dieu, exerçant une pression pour passer par la porte ouverte de l'autre côté. Il avait conscience de la situation. Pourtant, il ne pouvait plus bouger, elle usa même son cosmos.
-" C'est impossible... " Souffla-t-il au moment où la Wyrm fut frappé par un autre dragon, un dragon hideux, frappé par la gangrène des némésis, le bleu était fade. A certains endroits il n'y avait plus de chair et on voyait les os. Néanmoins, le pire était la personne qui se trouvait dessus, il ne pouvait voir si lui aussi fut atteint. Il gardait l'espoir que non, hélas, l'espoir était maigre.

Le dragon azur attaqua donc la wyrm, devant le regard des deux au sol, une bataille qui était une aubaine. Un regard furtif vers Thétis, il se laissa pousser et accompagna la poussette en accélerant le pas pour quitter la tour au milieu de la pluie de rochers.
-" Thétis.... Débuta le Monarque en traversant la porte pour échapper à la tour tout en protégeant à son tour la prêtresse. Ce dragon, c'est celui d'Hermès ! " Acheva-t-il en serrant les poings.
Il s'arrêtèrent contre un mur abîmé, un bref répit lui permettant de regarder au loin la bataille entre les deux dragons, et aussi de reprendre un peu de souffle.
-" Si Hermès est tombé, alors le danger est plus grand que prévu... Nous devons trouver leur Déesse au plus vite, nous n'avons plus le choix Thétis... " Lança-t-il en frappant le mur qui se fissura légèrement.
-" Ils vont tous payer ! "


La tour tomba en fumée à cet instant mais le combat n'était pas terminé. Il fallait maintenant poursuivre la traversé.
Des soldats s'approchaient des deux. Tenant pour certains des chaînes, des casques masquants leurs visages le tout enrobé d'une aura sombre. Des Némésis !
Il glissa son regard un peu plus loin, il ressentait les auras de Io et Sivir. Ils se battaient aussi. Et Thétis était là également, à côté de lui, il lui devait tellement, même si cette considération était futile pour Poséidon, pour Julian c'était tout le contraire.
L'un des soldats attaqua rapidement, et s'empala sur le trident du Monarque des Océans qui le laissa glisser au sol en soupirant.
Les autres hésitaient !
-" Thétis, connais-tu un remède contre cette gangrène ? Ou alors il n'y a plus d'espoir pour Hermès s'il s'avère vraiment touché ? " Demanda-t-il sobrement en connaissant la réponse, du moins il serait surpris du contraire...







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Ven 14 Oct - 8:33

Spoiler:
 

Nous étions en guerre. C'était davantage une évidence maintenant que nous étions rentrés dans le village de Nifflheim. Face à la Vierge, le corps encore paralysé par le poison, je n'avais d'autre choix que de suivre aveuglément le plan d'Io. Se faire passer pour son double était... dangereux. Encore plus maintenant que je voyais le chevalier d'or face à moi. Je ne sais pas à quoi ressemble le chevalier d'or de la Vierge de notre monde, mais je sais une chose: tous les chevaliers d'or sont des hommes. Enfin en tout cas, la précédente génération, je ne sais pas ce qu'il en est des nouveaux, mais voilà. Autrement dit, les deux chevaliers d'or de la Vierge entre ici et là bas n'ont pas la même apparence... comment se faisait-il que Scylla par contre était visiblement le même?

Soit la Vierge avait compris notre jeu et nous envoyait à une mort certaine en nous mentant délibérément, soit c'est juste que les autres chevaliers d'or ont clamsé de l'autre côté du miroir et que celle-ci est "juste" différente. En tout cas, quelque chose clochait et je n'aimais pas ça.

Elle s'éloignait et nous offrait soit-disant une opportunité. Je me tournais vers Scylla, surprise que lui n'ait pas fait le rapprochement alors qu'il me demande de virer ma robe et de m'attacher les poignets.

«T'es sérieux? T'as pas l'impression qu'il y a un truc qui cloche dans ton plan là? T'as vu sa tronche, tu crois vraiment que le chevalier de la Vierge de notre Monde est une femme comme ça? Même si du point de vue caractère il est tourné sous le signe du bien et des papillons roses?» je sifflais entre mes dents alors que je virais mon armure, celle-ci se retrouvant donc enfermée dans mon saphir autour de mon cou, j'allais me geler les miches pour sûr! Je m'attachais aussi par la même occasion «les chevaliers d'or sont pas des femmes chez nous! Là bas si... t'es même marié à l'une d'entre elles! Et comme par hasard, toi par contre, t'as visiblement la même apparence? TON écaille est portée par la même personne ici et là bas? Comme par hasard, LA TIENNE?»

Pitié, dites moi qu'il comprend que nos chances pour que ça arrive sont trop minimes pour que ce soit vrai!!
«Ne crois pas ce que dit cette Shaka... elle aussi porte le même nom que le chevalier d'or de la vierge mais elle lui ressemble pas! Elle t'a probablement percé à jour et nous envoie tout droit dans un piège avec cette Arthura!»

Serrant les dents, je me mettais quand même à le suivre. Nous nous rapprochions de la forteresse où la bataille faisait rage, des gens tombaient, des Némésis nous voyaient approcher, et nous attaquaient? Je pestais entre mes dents avant de sentir une invasion mentale

«Même pas en rêve mon coco!» avant même l'intervention de l'ombre noire, j'avais bloqué mon esprit... Loki me protégeait, personne ne pourrait me contrôler! Non mais oh! Puis il y eut l'ombre noire, des morts tombaient autour de nous, jusqu'à ce qu'un Némésis, visiblement un copain de Scylla vu le nom de son attaque, nous fonça dessus et déploya des tentacules! Avec les mains liées, je ne pouvais pas faire grand chose alors je tournais sur moi-même pour me retrouver dos à dos avec Scylla

«Et lui? Tu vas me dire qu'il ressemble à celui de ton royaume? J'ai le droit de remettre ma robe main...» il y eut un bruit déchirant... la tour proche de nous était en train de s'effondrer dans le combat opposant... Hermès? Il avait attaqué la Wyrm? Mon cœur manqua un battement, est-ce qu'en touchant son esprit j'avais réussi à le libérer de l'emprise d'Athéna? Même si son crâne ne m'avait semblé qu'une coquille vide, il avait réussi à reprendre un semblant de conscience? J'avais en moi une lueur d'espoir, mais pas le temps de m'en occuper... le marina qui s'en prenait à nous avait clairement l'intention de nous tuer...

L'un de ses tentacules jaillit devant moi et fonça pour viser mon cœur, j'avais ramené mes mains liées devant moi mais si je bougeais, c'est Scylla qui se prendrait l'attaque dans le dos puisque nous étions collés l'un à l'autre! Il y eut un éclat noir, une ombre passa près de moi, une silhouette féminine, qui trancha net le tentacule avant qu'il ne m'atteigne


«Je crois qu'on a un Ange Gardien...» mais c'est qui?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Poupée Chucky de Poséidon
Poupée Chucky de Poséidon
avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 23/07/2016

Fiche de personnage
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
45/50  (45/50)
Faction: Poséidon

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Lun 17 Oct - 14:34

C'était le bordel le plus complet. J'avais tout fait pour arriver au plus près de l'ennemi sans devoir prendre de risques inconsidérés. J'avoues que mettre Sivir dans cette position n'était pas ce à quoi je m'attendais. Ces Némésis sont tout sauf fiables.
Ces imbéciles qui nous attaquent sans sommations, à croire que nous n'avions dupé personne, la tour qui s'effondre en soulevant des nuages de poussières dans toutes les directions et Sivir, les bras attachés qui est la cible direct d'un ennemi.

Dos contre dos je sens clairement le cosmos du Némésis fondre sur elle. Tournant sur moi-même aussi vite que possible je tente de me placer entre elle et son assaillant pour lancer mon attaque.

- Call of the wild !!!

Je sais en lançant mon attaque que je suis en retard. Mes coups partent à la vitesse de la lumière, broyant et brisant sur place l'imbécile qui avait pris Sivir pour cible mais ses propres coups sont sur le point de la toucher lorsque qu'une ombre aussi rapide que mes poings tranche net la tentacule qui visait le cœur de la jeune asgardienne.

Un ange gardien? Oui probablement mais j'aimerais pouvoir mettre un visage sur ce sauveur. Dans ces contrées glacées qui était un ami et qui était un ennemi?

- Sauveur peut-être mais ces mecs n'étaient pas censé nous attaquer non plus.

Pour ce qui était de son armure je préférais ne plus lui dicter sa conduite. Mes tentatives d'éviter les combats restaient vaines, autant qu'elle décide pour elle-même ce qui était le mieux pour elle.

J'essayais de suivre l'ombre de notre sauveur des yeux.

- Qui que tu sois je te conseille de te montrer si tu ne veux pas que ça se termine mal pour toi !

J'avais pleinement conscience que parler de cette manière à qui que ce soit n'allait probablement pas m'attirer sa sympathie mais il était hors de question de laisser quelqu'un d'autre que moi prendre des risques.
Discrètement, ou du moins je le pensais, je repoussais Sivir derrière moi de la main tout en gardant un œil attentif sur notre sauveur.

- Reste en retrait Sivir, ce type n'est pas là pour rire. J'ai du mal à suivre sa vitesse et il n'a pas l'air de vouloir ralentir malgré qu'il n'y aie plus de menace directe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Master
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 5
Localisation : Partout ou vous le souhaitez

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mar 18 Oct - 21:54

La révolution est en marche, en vous voyant combattre les personnes qui les avaient capturés, hommes et femmes brandissent leurs armes, épées, lances, fourches vers votre direction en hurlant d'une rage unie. Reprenant courage et espoir, leurs hurlements s'élèvent dans les airs de telle façon qu'ils arrivent à recouvrir le bruit fracassant de la tour de guet.
La tour, en tombant au sol vous asperge d'une fumée noire putride, quand aux deux dragons, ils semblent se vouer un duel sans merci.

Chaque soldat vient fièrement  vous appuyer au combat contre le Némésis aux tentacules effroyable, quelques uns tombent mais ils finissent tous par se relever.
Parfois l'un vous fais le serment que cette guerre va bientôt arriver à son apogée, un autre vous cri qu'il est impossible de tuer les némésis sans sacrifice, mais qu'il est heureux de servir votre cause, quelqu'en soit les conséquences.

L'ombre du sauveur en écoutant les paroles de Io n'a pas l'air de réapparaître pour l'instant, entre la neige qui tombe drue, les rires sardonique et effroyable des némésis tués par les rebelles et les grognements effroyable des dragons nait un sentiment étrange, comme si quelque chose vous épie.
Sivir > Aidé du cosmos Divin de Loki et de ton sens féminin, tu te doute instinctivement que le fantome qui vous a aidé n'est pas chaotique ni bon. Grâce au cosmos divin, tu pourrais éventuellement pénétrer dans sa tête et connaître ses pensées dalleur, c'est limite si la "chose" en question ne t'y invite pas, tant tu sens quelque chose persister contre ton "mur" mental.
Spoiler:
 

Io > Le marinas de Poséidon se relève, un sourire béat sur ses lèvres, il hurle, hilare d'un rire grossier tout en te montrant de son gros droigt trapu. Il a survécut à ta terrible attaque, à ton broiement et pire encore, mais il se met encor eune fois difficilement debout et...
T'attaque à nouveau, sans répit, assassinant d'un mouvement circulaire les soldats qui tentaient vainement de se dresser contre lui pour le clouer une bonne fois au sol dans le but de te protéger.
" - Alors Comme cela, On veut se la jouer Salaud mon poto? J'en connais de divin, qui va êt' fier de toi ... AH AHah! "

Sans attendre plus longtemps, il feinte en ta direction, son poing et si longuement étiré qu'il aurait arraché ta mâchoire dans son élan, dalleurs tu remarque en feintant, que tu sens une coupure sur ton visage, comme une légère fissure. Tandis qu'il échoue lamentablement dans son assaut et s'écrase sur le sol, son gros nez renfrogné s'écrasant contre le sol, les rebelles autours de vous semblent s'être calmés. Quelques uns écarquillent les yeux et se préparent au combat, mais d'autre semblent un peu moins hostile.

" - Analyse ... "

Un voix robotique surgit du coté droit de Sivir.
son armure est noire, en carbone très certainement à en voir la qualité du matériel fluide mais résistant, curieusement son armure semble être futuriste, parfois des éclats de lumière rose arborent les épaules et les extrémités des parties d'armures à la façon d'un jet sanguin coronaire.
Ses épaulières sont divisées en trois parties, levées et divisées telle des griffes, agressives, mais ce qui interpelle le plus dans tout cela semble être l'épée d'un rose presque malsain tant il vibre d'énergie et de puissance cosmique dans sa main droite.
Sa main gauche? Elle la tient derrière elle, sur ses reins à la façon d'une épéiste.
Spoiler:
 

Elle fait la même taille que sivir, bien que ses jambes très longue et ses talons démontrent qu'elle est bien plus petite, mais de manière général, cette femme aux allures robotique ne montre pas d'hostilité envers vous ni qui que ce soit, elle n'a que son épée de levée. Un casque léger est volontairement rabattue de façon à ce que l'on ne voit ni ses yeux ni son nez, seulement sa bouche d'où sortent deux cicatrices parfaitement symétrique, descendant depuis la commissure de ses lèvres jusqu'à son menton.

" - Surprise, stupéfaction. Incompréhension? Oui. Je dois reconnaître et avouer que je le suis tout autant que vous. Haine, peine, angoisse? non... Erreur. Erreur sur le système, émotion non connue. "

Soudain venant de loin un grognement effrayant de rage et de colère vous interpèle.
Poséidon et Thétis, juste là ou vous vous tenez, à quelques pas de la tour, une immense patte de dragon d'os vous fauche. Le Fléau est encore vivante, énorme depuis ses cinq mètres de hauteur, la wyrm dresse son cou, prête à vous dévorer, jusqu'à ce qu'elle arrête son geste pour visiblement porter son attention ailleurs.

" - Danger imminent. Autorisation d'utiliser le cosmos sur la wyrm du fléau. Taux de cosmos supérieur à 99%. Nous sommes à deux pour cent de la faire exploser. "

Soudain elle tourne son regard caché sous son casque vers Sivir et baisse son épée, comme si elle venait de percuter ou saisir quelque chose chez cette femme.

" - Impatience, indiscipline et ténacité font du sexe féminin la meilleur dominance dans notre monde, je n'en suis point étonnée de le voir également dans ce monde *sourire étiré*. Après vous! "

Laissant respectueusement Sivir prendre de l'avant, Arthure la suis de très prêt, n'hésitant pas cependant à faire un croche pied ou à saloper la course de Io pour éviter qu'il ne dépasser Sivir en se jetant sur la wyrm.


-_-_-_-_-_-_-__-_-_-_-_-_-_-_-_-__-_- /Io/Sivir/Poséidon/ThétisArthure

La wyrm de givre se dresse depuis les débris et la poussière éclatés sur le sol, tout à son honneur, de puissance et de peur elle se dresse sur ses pattes arrière en hurlant de rage tandis que sa patte arrière aplatit le crâne du dragon bleu qui avait réussit à l'arrêter dans son utilisation cosmique mortelle.
Du sang et des restes, la carcasse craque sous la pression de sa poigne acerbe, finissant par exploser. Du grand Hermès, il ne reste maintenant plus que la dépouille de ce qui était un dieu, frémissante, pourrissante avant de ne plus donner aucun signe de vie.

La wyrm fulmine et finit par reporter son regard sur les trois héros au loin, elle grogne et fait exploser son cosmos avant de reporter son attention sur Poséidon et Thétis, un point de pression pour les enrager? Pourquoi pas? Elle les sent faible mais assez puissant pour rassasier sa faim!

Ses iris, deux globes turquoises rétrécissent en regardant Poséidon au travers de la poussière et de la neige qui semble tomber éternellement.
Ses crocs dénudés s'ouvrent, ses ailes énorme battent l'air de façon agressive, c'est alors qu'un vent violent, un blizzard nait, repoussant les attaques cosmique pas assez puissante. ( il faut au moins des capacités de types moyenne pour la toucher et la contrer )

son cosmos croit de façon apocalyptique, quand soudain, même au travers de votre âme vous pouvez sentir cette force briser vos volontés au moment ou les pensées divines et infernales interfèrent avec vos corps et vos pensées:
" Toute vie dois cesser.... Contemplez cette terre qui s'effondre devant vous... TUE-LES! TUE-LES TOUS!!!!"

> Le combat commence.<
Elle lève une patte d'os cosmique puissante et l'abat sur Poséidon pour commencer, afin de l'écraser et le broyer sous une poigne féroce, avant d'utiliser sa queue énorme, pointue et tranchante comme un rasoir pour tenter de décapiter Thétis tandis que sa gueule dangereuse, commence à créer une lumière bleuté puissante.
Dirigeant sa gueule pleine de souffre vers Io, le Fléau continue inexplicablement d'augmenter son cosmos en bougeant chacune de ses parcelle d'os, vos coups parfois raisonnent contre sa carcasse, inefficace.
La terre tremble, les ruines font des bonds dans cette neige aux teintes rouge et noires.
De leur cotés, les hommes soldats, la milice constitué d'une centaine de personne vous regardent, effarés. Peuvent-ils seulement vous aider?

>> C'est au tour de Poséidon, on zap le tour de Thétis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1513
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mer 19 Oct - 22:07

Reculant en écarquillant les yeux, Thétis soufflait très fort, les joues empourprées et sa main contre la poitrine, elle calmait son palpitant emballé, la situation était plus cocasse que ce qu'elle s'était imaginée, pire! La tour s'était effondrée et Julian eut a peine le temps de les isoler un peu plus loin de la tour afin d'éviter que les débris leur tombent dessus, qu'un autre danger les menaçait.
Fermant ses paupières, préférant ne pas en croire ses yeux, même le bruit violent des ruines se frappant violemment contre le sol et des corps des deux créatures mythologiques ne pouvaient lui faire oublier la raison de sa présence ici.

Elle fut brutalement confrontée à la réalité quand de nouveau une pierre ricochant contre les ruines de la tour vint lécher son bras dénudé et lui ouvrir une belle blessure poreuse.
Cependant des Némésis avaient bien perçus le petit jeu du Poséidon et finirent par l'encercler ainsi que Thétis, tremblante et épuisée.
Le combat qui venait de s'engager contre Poséidon et la petite dizaine d'homme fut très rapide et prompt, les techniques remarquables d'attaque et de parades du Poséidon endormit redonnèrent courage à la jeune sirène qui cependant ne put rien faire pour aider son monarque dans l'état actuel de la situation.

D'autant plus que lorsqu'il eut finit, le dernier cadavre hurlant de rire face à son agonie, Un autre bruit inquiétait Thétis, en effet, c'était le silence absolue.
Fronçant ses sourcils d'apparence dorée mais ternis par la poussière et la sueur, la jeune femme ne sut que tourner la tête en direction d'un bruit au loin, c'était le bruit d'une foule et au loin l'armure dorée de Io était repérable d'entre toutes.
Et à coté de Io, Thétis se jura d’apercevoir Sivir sans son armure, sans sa god robe... cela n'était pas possible! la protectrice ne se séparait jamais de sa protection divine et surtout pas dans un endroit tel que ce dernier regorgeant de dangers aussi mortel que...

Thétis n'eut pas le temps de sentir le dernier souffle d'Hermès au sol, ni d'entendre son crâne craquer sous la patte du Fléau, tout ce qu'elle pouvait voir à ce moment, puisqu'elle était de dos à au monstre, était le visage grave de ses amis et de la foule devant elle, à quelques mètres seulement d'elle.
quand elle tourna ses yeux se saphir ainsi que sa tête, au ralentit derrière elle, tout ce qu'elle put constater fut une énorme patte de griffes et d'horreur fondre sur Poséidon tandis que le cosmos du monstre, effroyable, la terrorisait.

Elle n'avait jamais sentie une telle puissance, démesurée! Apocalypse! quand la voix de la déesse Némésis lui parvint jusqu'à son coeur, tout son être entier fut prit d'une sensation de vertige, restant ainsi debout, les yeux écarquillés, Thétis observait le monstre déployer ses ailes pour envoyer un énorme blizzard en direction de ses deux amis. Face à cette raffale de sentiments, elle en restait impuissante. Mais quand le monstre eut finit son tour, thétis reprit courage en elle:
Sans détours, elle se précipitait sur Poséidon pour le protéger à nouveau de ces serres-rasoires, la terreur et l'apocalypse lui donnaient les ailes nécessaire pour s'envoler avec courage vers le danger et extirper la seule raison de vivre, sa seule raison d'exister, Poséidon.

Elle allait arriver à la griffe, ses doigts écartés et ses ongles auraient arrachés bien plus d'une peau morte sur l'énorme patte griffue de la wyrm de givre, mais c'était sans compter sur la queue de la wyrm, la coupant en plein élan, qui la projeta à des mètres plus loin.

Le souffle coupé, le fléau d'Athéna Némésis avait prit une longueur d'avance sur Thétis, feintant une riposte avant même qu'elle n'ait eut le temps d'arriver à temps pour Poséidon, en était-ce de même pour Io et Sivir? Et Poséidon?
La sirène avait réussit à bloquer la queue en se saisissant de l’appendice et de l'os gelé avec ses propres mains, la faisant certes reculer au loin, ses bottes traçant un sillon dans lequel elle s'était embourbée.

A bout de souffle, elle relachait la queue de la wyrm après avoir été promenée contre terre, ses jambes tremblaient sous l'effort, ses cheveux entremêlés étaient salis par la neige boueuse et le sang qui coulait maintenant de ses mains, deux belles entailles que la queue avait réussit à lui causer.
Ses mains lui piquaient autant que ses yeux tant la belle aurait aimé pleurer pour se libérer de ses émotions négatifs, mais sa fierté l'en empêchait.
Rapidement elle posa ses yeux bleus à l'éclat de l'océan sur son armure, elle était bien abimé mais réparable, quant à l'état de son corps, elle ne voulait pas y penser.

Se redressant, elle fit brûler son cosmos à son paroxysme, même plus que nécessaire, son sang, sa peau, ses cheveux et même son regard s'enflammèrent d'un brasier ardent, telle une flamme bleu, la prêtresse de l'empereur de l'océan répondait à l'appel de son écaille et de son dieu.
Elle ne se ferait pas avoir une seconde fois!
Un rapide coup d'oeil vers Sivir et Io lui permit de se rendre compte et l'état de la situation.*

" - Allez ma vieille c'est le moment de montrer ce que tu as appris là-bas...."

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaio Poseidon
Divinité des Thons et des Morues
Divinité des Thons et des Morues
avatar


Messages : 189
Date d'inscription : 09/03/2016

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Jeu 20 Oct - 9:45

Tout allait se jouer à présent. Il était interdit de perdre maintenant. Impossible. Hermès ? Comment est-ce possible ? Se disait Poséidon en serrant ses poings. Son regard se baissa lentement. Le Monarque n'avait guère d'attache avec la majorité des dieux, mais Hermès faisait sans doute partie de ceux ayant pu conquérir sa confiance.
Autour de son poing droit tourbillonna une étrange source d'énergie azur. Le bas de tunique se remua légèrement laissant apparaitre de temps en temps ses chaussures.

Il ne prêtait même plus attention aux choses qui l'entourait. Pas même l'apocalypse naissante de la puissance de la wyrm. Celui-ci étendait ses ailes, sortie ses griffes. Poséidon serra ses dents, fort, on pouvait voir sur son visage la crispation.
- Que se passe-t-il ! Susurra Julian, en se sentant s'évanouir. Serait-ce possible que...

Sa pensée était la bonne, Poséidon était en train de s'éveiller, sa colère le perdait et brisait le cycle prévu. Cependant, il fut sauvé par Thétis qui lui permis d'esquiver le coup de patte au prix d'un vol causé par la queue du monstre.
Les mains au sol, le monarque était essoufflé, sa respiration longue, Julian avait l'impression de s'étouffer, il toussait de plus en plus.
Plus il agonisait, plus son corps s'entoura d'une aura azuréenne intense parsemé de petits éclairs et d'une sorte de poussière d'étoiles s'envolant vers le ciel. On pouvait parfaitement ressentir petit à petit l'éclat divin.
Poséidon devait faire vite, il ne savait pas combien de temps allait tenir Thétis et Io, même s'ils étaient capable de vaincre la wyrm, l'état de fatigue était un handicap important.

Néanmoins cette vague d'énergie donnait aussi à ses serviteurs du courage, comme un remède aux souffrances passées. Leurs écailles se renforçaient aussi un peu, du moins, c'était l'impression donnée.
Les ongles du monarques rayèrent la neige au sol, avec nonchalance il se releva, balaya de son regard le chaos. Un véritable cauchemar.
Dire que le pire était encore à venir ! Pensa Julian. Julian fut surpris de penser....
- Je ne peux pas encore revenir complètement, mais j'ai pu avancer encore, ne gâche pas la source de puissance que je t'offre.
Ainsi ce n'était pas fini, il sentait en lui, en effet, une force nouvelle, il se sentait aussi mieux, plus fort. Comme si sa conscience se trouvait dans un état supérieur.

Cessant cette réflexion et après avoir passé sa main pour ôter la neige sur sa tunique, il remarqua au loin le combat, sa Prêtresse, Io, et Sivir. Il y avait aussi les soldats, eux aussi prêts à se battre. Levant son trident, les trois dents aiguisés voyaient naître sur leurs pointes une orbe minuscule. Elles gagnaient en diamètre.
La Wyrm ouvrit sa gueule, déterminée à lancer une attaque. Une lumière bleue se dessina. Poséidon savait bien qu'il était trop loin, alors il fit bâtir juste devant la créature, du moins devant sa gueule un immense et imposant bouclier de glace tout en la renforçant avec son cosmos en attendant de l'installer avant que la bête lance son offensive.
Puis pour finir il envoya un message télépathique à ses deux guerriers.
-" Préparez-vous ! " D'une façon net et précise, de toute façon il était inutile de se lancer dans un long discours, ils savaient comment ils devaient agir...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Ven 21 Oct - 9:36

Spoiler:
 


J'étais en train de me battre, limite à poil, face à une horde de fous furieux qui semblaient même pas savoir dans quel camps ils se battaient! Heureusement que Scylla assurait mes arrières, mais face au Némésis de Poséidon qui essayait de me transformer en passoire avec ses tentacules, même lui semblait avoir du mal! Il l'avait transpercé avec l'une de ses attaques, mais le tentacule avait tout de même manqué de m'avoir s'il n'y avait pas eu une intervention bizarre près de moi... un ange gardien? Lui ne le voyait pas comme ça. Il allait même la menacer à vrai dire

«Pas une bonne idée de menacer ceux qui nous aident, je trouve pas qu'on ait des masses d'alliés par ici!» j'eus alors le tournis, je ne savais pas pourquoi, mais la présence me semblait beaucoup plus forte d'un coup. Je ne la voyais pas, mais je la sentais, c'était limite si elle ne m'appelait pas? Je me tournais, j'avais l'impression de la voir, de la sentir, que mon esprit était irrémédiablement attiré vers elle.. oui, je percevais une femme et elle m'invitait presque à sonder son esprit.

Mais ce n'était pas un esprit ordinaire, au lieu de voir des images vaporeuses et floues comme ce que je pouvais ressentir d'ordinaire, j'avais l'impression de voir plutôt des couloirs avec des cases et des lumières, comme si je me trouvais dans un entrepôt plutôt.. c'était trop bizarre.

Il y eut une nouvelle explosion, les deux dragons qui se battaient semblaient en avoir fini, je vacillais en voyant Hermès à terre, immobile.

«Non...» je sentais la présence près de moi me retenir pour ne pas tomber, mais mon regard était figé sur le corps calciné du dragon autrefois si beau et majestueux. Une bouffée de colère s'emparait de moi, mon cosmos s'intensifiait de plus en plus alors que la Wyrm s'en prenait désormais à Thétis et Poséidon... j'écarquillais les yeux, mon saphir brilla et ma robe me recouvrit alors que je me redressais en fixant cette bête des enfers!

La présence à côté de moi prenait forme, elle était étrange, mais je sentais son soutien, sans vraiment m'en soucier. Je m'approchais, ignorant absolument tout autour de moi, Thétis luttait, mais cette bête, toute ma haine, toute ma rage était tournée vers elle à présent. Jamais je n'avais senti mon sang bouillir à ce poing, mon cosmos brûlait, s'intensifiait, une aura bleue m'entourait, une aura de mort et de destruction! Je ne suis peut être pas l'une des plus puissantes guerrières de Loki, mais sur l'instant, jamais je ne m'étais sentie aussi puissante. Mon esprit était vide, focalisé sur un point unique, ce dragon démoniaque qui allait payer pour le mal qu'il avait fait!

L'assassin près de moi semblait sentir ce que je faisais et intensifia aussi son cosmos comme pour m'accompagner, l'air autour de moi se mit à tourner, tourner de plus en plus vite en une véritable tempête, les gars qui luttaient autour de moi s'envolaient littéralement! D'ordinaire, ce n'est pas ma plus puissante attaque, mais avec mon cosmos poussé à un tel paroxysme, c'était une véritable tornade que je créais autour de moi!


«TU VAS DÉGAGER DE LÀ SALOPERIE!!!!» je n'étais pas la seule à vouloir protéger Thétis et les autres, Poséidon se préparait à nous protéger aussi de son mur de glace, mais je voyais la Wyrm ouvrir sa gueule, prête à nous engloutir dans un torrent de flammes, mais je lui envoyais ma tornade droit sur elle, soulevant nuage de poussière, de neige et corps aussi qui se retrouvaient envolés et projetés sur elle! Puis le mur de glace se dressa, emprisonnant la Wyrm au beau milieu de ma  tornade destinée à la broyer de toute part! J'étais encore furieuse, d'autant que je ne la voyais plus à cause du mur de glace dressé entre elle et moi! Je l'ignorais, mais l'espèce de cyborg à côté de moi m'avait soutenue en intensifiant aussi son cosmos pour rendre ma tornade encore plus puissante!

Ensembles, il fallait espérer qu'on ait réussi à broyer cette saleté!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Poupée Chucky de Poséidon
Poupée Chucky de Poséidon
avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 23/07/2016

Fiche de personnage
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
45/50  (45/50)
Faction: Poséidon

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Lun 24 Oct - 13:34

Le cosmos de Sivir gonflait au-delà de ce que son niveau habituel avait été jusque là. Cette fille était impressionnante de volonté. Par ma faute elle était privée de son armure et malgré tout elle ne lâchait rien.
Notre "saveur" est là aussi, une sorte de robot, mi-femme mi-machine déployant un cosmos doré impressionnant en soutien à l'attaque de Sivir. Si ces deux-là parviennent à infliger des dégâts à la Wyrm comme elles semblent vouloir le faire et que Poséidon parvient à nous protéger de ses attaques cela peut drastiquement changer le cours du combat contre Athéna.
Il est hors de question que je reste là, spectateur de leur tentative.

Galvanisé par leur propre cosmos je laisse le mien s'embraser, gronder et à la limite de l'explosion. Toute l'énergie que je suis capable de concentrer doit l'être dans un seul et unique but: vaincre à tout prix.

Un tourbillon se forme autour de Sivir et poussé par le cosmos de notre salvatrice robotique il se met à augmenter en force et en vitesse, balayant quelques soldats autour de nous aussi facilement que des fétus de paille, envoyant la neige et la cendre dans les airs.
Sivir semble tellement concentrée qu'elle réalise peut-être à peine le soutien dont elle bénéficie. Toujours est-il qu'elle a une véritable chance de réussite et que je vais l'aider.

Portant les bras en avant tout en lançant un cri de rage Sivir projeta son attaque droit sur la Wyrm. Cendres, neige, rocaille et corps furent propulsés sur la Wyrm. Profitant de la surprise de la bête je poussais mon propre cosmos dans ses derniers retranchements.

-"BIG TORNADO !!!

La double tornade que je venais de créer et de lancer se mit à tourner autour du tourbillon de Sivir. Les vents violents de mon attaque amplifiaient l'attaque déjà dévastatrice de l'Asgardienne. Mes tornades nourrissaient le vent du tourbillon de Sivir, le gonflant, augmentant sa vitesse et sa puissance tandis qu'elles en étaient drainées de leur énergie et qu'elles disparaissaient, mon cosmos couplé à celui de Sivir et de notre alliée du moment.

Son tourbillon énorme, dangereux et magnifique à la fois étaient veiné de décharges de cosmos blanc, doré et rosé. Cette attaque était littéralement envoutante et elle devait pouvoir rivaliser avec un Athéna Exclamation en terme de puissance.

Un genoux à terre, vidé par l'effort, je contemplais la magnificence de l'attaque tant que je le pouvais. Un instant après un énorme mur de glace se forma entre la Wyrm et nous. Un silence incroyable s'empara de l'espace autour de nous pendant une seconde avant que le Tourbillon de Sivir et la Wyrm se percutent.
Je fermais les yeux, priant Poséidon de nous accorder sa bénédiction. Nous devions impérativement réussir et affaiblir Athéna suffisamment pour que notre dieu puisse mettre un terme définitif à sa folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Master
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 5
Localisation : Partout ou vous le souhaitez

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Lun 24 Oct - 15:12

Alors que tous espoirs semblaient vains, arrachés de vos corps et de vos âmes par la simple présence de cette wyrm Du fléau, Sivir, Io, Poséidon et Thétis, vous avez réussis à vous lever au dernier sens cosmique, suprême. Celui auquel rien ne peut résister dans ce monde, pas même une divinité. Aidé et appuyé par un Poséidon encore trop absent malgré le courage de son enveloppe charnelle, vous réussissez l'exploit de refermer la gueule de la doublure de la déesse noire au moment ou ses flammes fatales allaient vomir sur vous, vous transformant inlassablement en poussière de diamant.

La Wyrm avait rajusté sa mâchoire en un rictus malfamé lorsque les corps et la boue lui avait été craché à la gueule, mais le temps qu'elle comprenne la supercherie et voit sur elle arriver très, trop rapidement les tornades comique, elle n'eut pas le temps de réagir.
Les naseaux dilatés, ses orbites turquoises grands ouverts et son ignoble mâchoire suspendue dans le vide crachèrent sa flemme incandescente sur sa propre identité.
Le monstre ballotté de la droite vers la gauche ne peut retenir un énième rugissement de colère, si terrible que le sol en tremblait, son cosmos ainsi que son attaque qu'elle se prenait en pleine face dévorait chacun de ses membres et de ses tendons.

Un véritable hurlement d'effroi transperçait le silence, au-delà du mur de glace.
Presque vaincue, le monstre de plusieurs mètres s'affaissait dans la glace, ses pattes s’agitant maladroitement dans le vide, souffrante, les iris révulsés, grondante dans sa haine concupiscente, elle se blâmait, fautive de n'avoir pu agir au moment opportun, une faute de débutant qui lui coûtait cher.

Alors qu'elle gémissait et se tortillait, cherchant le réconfort du froid et de la neige en se roulant au sol, chaque membre en proie à la douleur lancinante de sa flamme blanche, un cosmos épuré comme l'on peut rarement en voir, elle continuait encore et inlassablement de combattre le mal qui l'infestait, vous révélant malgré son pieux état, une combattante courageuse, téméraire prête à aller jusqu'au bout de ses convictions mortelles.


Puis après un long moment où elle continue d'agoniser, vous vous regardez, vous êtes épuisés.

Io, tu recouvres tes forces grâce au bracelet offert par Thétis. Tu n'as plus aucune blessure et ton cosmos est comme il a toujours été, tu irradies même d'une lueur de corail et tu ne peux t'empêcher de sentir le cosmos sensuel et chaleureux d'Amphitrite t'envelopper, une sorte de remerciement pour avoir aidé et protéger Poséidon.

Sivir, à ton tour tu ressens le cosmos de Loki au loin, une sorte d'appel, il te remercie également pour l’œuvre et le combat que tu viens de mener. Au niveau de ton corps et de ton âme, tu sens qu'il te demande de faire confiance à Poséidon pour la prochaine phase à venir et autours de chacune des parties ornant ton armure, tu ressens chacune de ses volontés. Il souhaite que tu bénéficies de la bénédiction de Poséidon et que tu le veuilles ou non, c'est le dernier ordre que tu recevras de sa part avant un long, très long moment. Ton instinct là dessus est infaillible.

Poséidon, en ressentant le cosmos d'Amphitrite entourer Io, tu te demandes déjà ce que fais cet artefact divin autours de son poignet, confus entre la colère et l'épuisement tu seras le seul juge et exécuteur pour l'avenir de la scale de Scylla. Le bracelet d'Amphitrite est une relique précieuse qui aurait du être cachée au fin fond de ton trésor, dans les abysses de l'Ether, personne pas même ses marinas n'ont le droit d'y mettre les pieds. ( RP fait avec Sivir et Thétis pour aller chercher cet artefact.)
Cependant au milieu de ce long silence pour lequel la Wyrm semble s'être calmée, tu sais et tu sens que ce combat n'était que le début, tu affutes tes sens et je te laisse poster la suite comme convenu.

De son coté, sous son armure de carbone aux airs robotique, la jeune Arthure du capricorne fait quelques pas en arrière, silencieusement en observant la scène avec objectivité: elle connait sa divinité et ses capacités. elle soupire en vous tournant le dos afin qu'elle ne vous dévoile pas son visage et regarde le ciel en ôtant son casque robotique pour mieux voir ce qu'elle a sous les yeux. Elle s'émerveille mais est confuse en même temps car de son monde, la beauté et l'espoir n'existent pas, elle reste ainsi à l'écart pendant de longues, très longue minutes à contempler le ciel.
Vous ne voyez qu'une touffe de cheveux noir, coupée en un carré plongeant, lui arrivant à peu prêt à mi-dos et deux mèches blanche se lever doucement dans le vent. Au dessus-de vous, l'air se bonifie, il n'y a plus cette gangrène cosmique, le ciel est d'un bleu magnifique et les étoiles brillent d'une véritable intensité, l'aurore boréale se dresse de toute ma splendeur en enflammant inlassablement le cosmos, la neige qui tombe continuellement autours de vous est synonyme de pureté, Asgard recouvre de nouveau ses forces.

Grognements.
Ce n'est pas la fin et bien avant de savourer ces premiers instants de paix et d'émotions, la Wyrm semble de nouveau vivre.
Faiblement mais surement elle rétracte ses griffes, mais ses ailes, imposantes vibrent dans l'obscurité, les membranes qui les composent se tendent et tel un claquement de fouet, elle vous fait comprendre qu'elle n'a pas dit son dernier mot.
Comme pourrait-elle? Elle la grande Déesse des Némésis, se faire ainsi avoir par un groupe aussi précaire que désordonné?
Ses immenses ailes s'agitent dans les airs et sa gueule claque dans le vide, cette fois elle se remet debout pour de bon ... mais vous contemplez avec horreur...

Qu'elle ne marche pas, elle a décidé de vous affronter en plein vol et de nouveau, son cosmos blanc s'intensifie, il n'est cependant pas aussi dangereux et fort que ce que vous avez connu quelques minutes plus tôt. Après tout, elle s'est prise d'elle-même sa propre capacité divine dans la tête grâce à vos attaques combinés: Mais elle ne refera pas deux fois la même erreur. La reine noire est rusée.

Alors sans perdre de temps, elle s'envole à plusieurs mètres au-dessus de vous et vous parle depuis le plus profond de vos âmes, d'une voix déchirante mais toujours autant bardé de colère et de haine, cependant au travers de sa voix, vous percevez cette émotion la plus perturbatrice et dangereuse qui soit: L'espoir.
" Toutes les réalités, toutes les dimensions me sont ouvertes !... Comment pouvez-vous espérer résister, devant un tel pouvoir ?! Comment osez-vous vous dresser devant Toute une armée, un monde dont le seul objectif semble être tourné vers la survie?"

Un dernier grognement puis ses ailes claquent dans le vide, elle rajuste sa prise dans le vent, ses pattes avant dessinent inlassablement des sphères dans le vide, ces sphères créeront, pendant votre tour, des boules de cosmos blanc, épurées qu'il vous faudra esquiver si vous ne voulez pas vous retrouver dans une autre dimention. ( en effet si ces boules vous touchent, vous pouvez vous retrouver projeté au fin-fond de la galaxie, comme sur le dos de la wyrm. à exploiter in RP)
Spoiler:
 

Bon jeu et que le meilleur gagne ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1513
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Mar 25 Oct - 12:47

Préparez-vous qu'il disait, Julian envoyer un messager télépathique à Io et Thétis? La jeune sirène confuse, affaiblie tenant ses deux mains devant ses yeux releva le menton en observant ses amis et la wyrm prête à les réduire à l'état de charpie. Thétis avait ses mains couvertes de sang, ses paumes avaient subit une ouverture si large qu'elle peinait à refermer ses poings de rage. Elle bouillonnait, opposant un regard fiévreux vers la wyrm de givre.

Il était hors de question qu'elle laisse faire ce monstre, Julian n'était pas à la hauteur pour vaincre à lui seul ce monstre, Poséidon avait peut être fait une intervention en lui laissant peut être le tiers de ses pouvoirs, cela n'était pas assez et la Néréide désespérait.
Toujours à l'opposé de Sivir, io et Julian après s'être faite renversée par la queue tranchante du Fléau, la prêtresse se remit péniblement sur ses aplombs en soupirant, ce combat était déjà trop long pour elle et sans le montrer, elle pensait déjà ne pas sortir vainqueur de ce combat, hésitante. La wyrm était de puissance divine et aucun de ses amis n'était capable de rivaliser avec une telle aisance en terme de puissance cosmique.

Elle se laissa subjuguer par la puissance de la Wyrm, mais les choses vinrent rapidement tourner en leur faveur, c'était sans compter l'attaque puissante et dévastatrice de son amie Sivir poussée par quelque chose d'extrêmement aiguisé à ses cotés qui vint pousser le flocon qui allait créer l'avalance.

Sans perdre une seconde, au moment ou Sivir s'était élancé et n'avait pas encore donné sa tornade, thétis avait lancé un bref coup d'oeil vers Io qui lui-même avait été subjugué par le courage de la jeune protectrice de Loki. Un gold des rangs de Poséidon qui admirait les qualités d'une silver d'un autre camps... En d'autres termes et dans un autre contextes, Thétis aurait rit au nez et à la barbe de Io, jamais il n'aurait fait ça dans le passé, ne serait-ce que par pure fierté.
Elle se laissa juste monter un léger et très timide sourire sur ses lèvres étirés quand elle le vit reprendre ses états d'âmes pour se focaliser de nouveau sur la Wyrm.

L'association réchauffait le coeur de la Néréide, qui au moment où le monstre subissait des dégâts important, exerçait la même technique que Julian à savoir dresser un mur.
Autant le mur de givre avait repoussé la Wyrm vers l'arrière, autant Thétis en créant son mur d'Orichalque la repoussait vers l'avant, le fléau était ainsi baladé de tous les cotés en s'écorchant chaque partie entre les roches et le givre aiguisé.

Un genou au sol, soufflante comme un boeuf, Thétis continuait de faire raisonner son cosmos aux reflets d'un aube chatoyant pour se soigner les mains qu'elle tenait fermement dans le froid mordant de la neige.
Déterminée elle ne quitta pas une seule seconde des yeux le spectacle effroyable du dragon d'os décharné, hurlante et suffocantes entre les deux tornades et les vagues de flammes, ses flammes... dévastatrices. Elle se délectait du plaisir simple et sadique de voir cette ennemie à terre souffrir et se retourner dans tous les sens, un léger sourire vint même teinter les lèvres pêchues de la jeune femme.

Ses mains ne saignant plus, elle posa un coude sur son genou levé en angle droit, l'autre au sol en appuis en soupirant, appréciant tout simplement l'odeur d'Asgard, non gangréné et toutes ces merveilles qui étaient enfin libérées du joug des Némésis.
Elle s'autorisait à nouveau de glisser un regard taquin vers Io, si si, elle l'avait vue relooker Sivir et il faisait genre de rien, elle faillit en éclater de rire pour si peu, jusqu'à ce qu'un grognement vienne de nouveau casser l'ambiance qui commençait à se manifester.

Laissant échapper un léger gémissement, Thétis leva brutalement ses mains vers le ciel et s'enveloppa d'une sphère protectrice aux mêmes lueurs que l'aurore, d'or et de rosée, son cosmos doux brillait autours de cette sphère tandis que l'ignoble bête se relevait en faisant claquer ses ailes majestueuses.

" - Seigneur Poséidon, je vous en pris, agissez dès maintenant.
Que nos ennemis tremblent en entendant votre nom,
qu'ils se donnent la mort en sentant votre puissance.
Votre Prêtresse vous supplie d'apparaître maintenant,
Afin que vous puissiez aider nos valeureux champions à vaincre cette ennemie effroyable!
"

Joignant ses mains, la jeune fille déploya son cosmos afin que Poséidon sente la détresse de ce moment effroyable et qu'il agisse par lui-même et non au travers d'un corps humain.
L'empereur des mers devait surgir, quoi qu'il lui en coûtait.
Pendant ce temps là, immobile dans sa prière, les sphères d'argent surgissaient de par en part, prêts à engloutir et envoyer les champions dans une autre dimension.

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaio Poseidon
Divinité des Thons et des Morues
Divinité des Thons et des Morues
avatar


Messages : 189
Date d'inscription : 09/03/2016

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Jeu 27 Oct - 18:07

L'explosion intense dura un long moment. Ils se battaient tous avec ardeur. La wyrm ne put que sombrer suite à la réplique des guerriers. Cela serait-il suffisant ? Julian savait que non. C'était même impossible. La lutte allait continuer. Plus rude que jamais. Plus sanglante surement. La fatigue ne fuyait guère le corps du Monarque.
Il avait conscience que sa puissance ne serait pas suffisante pour vaincre le dragon. Pourquoi Poséidon n'éclatait pas ? Julian ne le savait pas. Pourtant il avait tout essayé, tout fait. L'hurlement strident de son adversaire fut terrible. Le sol même s'ouvrait à certains endroits dérobant des cadavres.

Regardant ses mains, Julian suppliait Poséidon de l'aidait encore. Non, de s'éveiller totalement. Pourtant il gardait une certaine élégance dans son malheur. L'horreur se disait-il serait de voir les autres mourir par sa faute. Le dragon s'effondra. Tomba au sol, trembla, gesticulant de manière désordonnée. Cependant, son attention fut absorbé par une aura: " Cette aura, je n'ose y croire..." Une forte douleur dans la poitrine. Une plaie s'ouvrit dans sa carapace, le sang coulait... Les mains de Julian étaient toutes proches de déchirer sa peau. Puis l'artefact sur le poignet d'Io, son serviteur. Un trésor interdit, un trésor caché au fin fond de son royaume. La mâchoire serré, une espèce d'être sans forme pâle tourna autour de lui. Riant, moqueur...
-" Folle que tu es ! Ah Ah, Amphitrite ! Qu'as-tu fais ? Où es-tu ? " La voix de Poséidon raisonna dans la cervelle d'un Julian fébrile, appuyant son dos contre un pilier à peine suffisant pour. Le trident servant de canne.
-" Enfin... Enfin vous voilà Seigneur ! " Balbutia le réceptacle en regardant l'esprit divin. Une hallucination se mêlant à la réalité. Les murailles entourant l'âme supérieur au milieu de l'existence de Julian venaient de se briser. Il fallut à peine le souffle délicat de l'aura de son épouse pour parvenir à ce miracle.

A cela vin s'ajouter une lueur majestueuse. Une orbe doré qui illumina le domaine, rendant pâle les visages: C'était la prière de sa Prêtresse ! Cette femme avait atteint un tel degrés de fidélité que ses mots atteignaient le coeur du dieu des Océans.
-" C'est remarquable ! Voilà bien une digne représentante ! Il nous faudra l'honoré j'en fais le serment. " Assura Poséidon dont l'image disparue sobrement se mêlant à la prière de Thétis et dans un rayon de lumière puissant heurta la poitrine de Julian dont l'âme fut emporté dans un magnifique monde.
Les yeux se fermés, une aura azuréenne à laquelle se mélangea des éclairs encercla Poséidon. Une unique larme coula le long de sa joue, dans cette larme se trouvait l'ultime joie de Julian d'être parvenu jusqu'ici.
Sur le visage de Poséidon, un sourire mystérieux, dire qu'il était heureux serait vrai, dire qu'il était maléfique également !

Le combat n'était pas terminé non. Même s'il venait de s'éveiller, et qu'il était certain de pouvoir écraser ce monstre, la vaillance méritait récompense. Son poignet glissa lentement sur l'ongle centrale de son trident. Son sang coula, brillant, pur, d'un rouge comme jamais un mortel ne pourrait admirer. A l'aide de son cosmos, il créa une sphère de ce sang. Elle flottait dans le creux de sa main.
La wyrm, horrible dans son nouveau costume suite aux attaques des guerriers s'envola une nouvelle fois. Des boules de cosmos s'échappaient de ses griffes. Poséidon en évita une... Son geste fluide ne laissait aucun doute de son éveil total. La présence d'Amphitrite serait une affaire à ouvrir ensuite. Il irradiait. Un souffle amusé fit voler la sphère de sang en direction de Sivir se posant au dessus de sa tête. Une pluie fine suffit pour éveiller son armure. La magie opéra ensuite pour son guerrier.

Esquivant les boules de cosmos de la wyrm, le Monarque se dirigea vers Thétis. En chemin, un message lui parvint: Un mot d'Hermès. La boite à ses pieds contenait un oeuf. Devait-il lui faire confiance ?
Devant Thétis, Poséidon lui adressa la parole.
_" Thétis, ma Prêtresse... Souffla-t-il avec satisfaction comme pour la féliciter, louer sa fidélité ! Garde ceci veux-tu, c'est un ultime cadeau d'Hermès ! Il lui tendait l'oeuf, je vais m'occuper de ce monstre mais avant observons la puissance de mon sang sur les deux guerriers. " Il prit soin à ne pas se faire atteindre par une attaque, cependant, cette attente lui permettait de préparer sa terrible puissance. Bientôt ce dragon serait réduit en poussière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Ven 28 Oct - 8:13

Spoiler:
 

Que s'était-il passé? L'espace d'un instant, j'avais eu l'impression d'être déconnectée de la réalité, mon cosmos avait explosé, flamboyé, soutenu par une aura dorée et porté jusqu'à son paroxysme au point que je n'avais plus rien perçu d'autre que le cosmos à l'état pur. Le mur de glace s'était refermé derrière mon attaque, je n'avais même pas ressenti la puissance de Scylla qui avait combiné ses propres tornades à la mienne, créant un courant si puissant que le pouvoir de la Wyrm s'était retourné contre elle...

J'étais assise dans la neige, derrière moi, Arthura me tournait le dos et contemplait le ciel... moi-même je levais les yeux pour voir les étoiles et cet air qui paraissait enfin dégagé de toute sa nécrose et du mal qui le rongeait... j'étais à bout de force. Le mur de glace n'était plus, désintégré lors de l'attaque de la Wyrm, Io n'était pas loin, ça avait l'air terminé sur le moment, et pourtant... pas encore.

Une violente douleur vint me frapper en pleine poitrine, un message, un ressenti, à travers mon cosmos et mon esprit, je sentais Loki m'appeler... je fermais les yeux, contenant le douleur provoquée, et je pouvais ressentir comme un adieu, un ultime message? Je me mettais à trembler, une bouffée d'angoisse m'envahissait alors que la Wyrm recommençait à bouger. Les autres se mettaient déjà en mouvement, mais moi non, je demeurais immobile, assise dans la neige, la tête baissée. Mes cheveux couvraient mon visage et cachaient mes larmes, je tremblais d'une rage sourde, ignorant encore ce qu'il se passait autour de moi.

Faire confiance à Poséidon? Pourquoi? Qu'est-ce qu'il se passait? Pourquoi j'avais ce sentiment que Loki m'abandonnait? De tous ceux qui m'ont lâchée jusqu'à présent, j'avais toujours cru en lui, toujours porté une confiance aveugle et totale à son encontre en pensant que j'avais enfin trouvé celui qui la méritait... tout ça pour quoi? Pour qu'au premier combat, il m'abandonne lui aussi? J'avais mal, oui. Une profonde plaie au milieu de ma poitrine, comme si le néant tout entier m'engloutissait... mais dans les ténèbres, une lueur m'apparut, je levais les yeux, j'entendais la prière de Thétis, et j'admirais sa foi aveugle, son dévouement si profond et intense, et surtout... la réponse de son dieu.

Contrairement à Loki, Poséidon lui répondait, et agissait. Il venait de pleinement s'éveiller et son cosmos irradiait l'ensemble du village de Niflheim et surement même dans tout Asgard. Dans les airs, la Wyrm déployait ses ailes et commençait à cracher des bulles d'argent, j'ignorais ce qu'elles annonçaient, mais c'était de mauvaise augure, sauf que moi, je n'avais pas la force de me relever. Je perdais la foi. Je me mettais à hurler, le vent commença à tourbillonner autour de moi alors que je me recroquevillais sur moi-même, prise d'une rage sourde qui m'engloutissait dans le néant d'une colère sans nom et de la peine qui brisait mon cœur en des milliers de fragments d'étoile. Je refusais de continuer si c'était pour être encore abandonnée. Le vent s'intensifiait encore et encore autour de moi, mon cosmos brûlait, irradiait, j'avais même l'impression d'être entourée de flammes tellement la chaleur me consumait. Puis il y eut une pluie fine au-dessus de ma tête. Comme une pluie d'or, douce et bienveillante, le vent se calma. Je relevais la tête, ramenant une main sur ma joue pour toucher la pluie étrange qui m'avait couverte.

Du sang?

C'était comme se retrouver entourée d'une couverture chaude par temps de pluie. Mon armure dégageait une aura douce et chaleureuse, réconfortante et bienveillante. L'aura qui s'intensifiait m'était inconnue, je ne comprenais pas ce qu'il se passait, jusqu'à ce que la forme de ma robe commence à changer. D'ordinaire, elle ne couvrait pas la totalité de mon corps, me laissant vulnérable notamment au niveau des bras, des jambes et du ventre, mais là, la robe s'étendait parfaitement sur tout mon corps, les sandales d'Hermès semblaient fusionner avec l'ensemble, et d'immenses ailes apparurent dans mon dos. Je regardais mes mains, désormais parfaitement couvertes de ce qui ressemblait à une armure d'or, mais d'un niveau tellement plus au-dessus que j'avais l'impression de ne rien porter. Elle était légère, toutes mes douleurs semblaient envolées et pourtant, mon âme était encore déchirée.

Mais j'avais vu une voie.

Mon regard se porta encore sur Thétis, sa prière avait mené son dieu à s'éveiller totalement pour qu'il lutte à nos côtés. Sa foi avait accompli un miracle, et son dieu avait répondu. Qu'en était-il du mien? Est-ce parce que j'ai perdu la foi qu'il a décidé de me tourner le dos? Parce que j'ai lutté aux côtés des marinas de Poséidon? Mon esprit était encore perturbé, mais une boule d'argent me fonçait dessus et machinalement, j'avais créé un mur de vent qui la dévia et je fus moi-même surprise de l'aisance avec laquelle j'avais pu le faire


«Est-ce que... c'est donc ça, le pouvoir divin?» chaque mouvement, chaque geste était d'une simplicité enfantine, il me fallait un peu de temps pour m'y faire, sauf que ce temps, je ne l'avais pas... Je serrais le poing, reprenant peu à peu mes esprits, bien que mon visage portait encore les marques de mes larmes

«Loki... je ne sais pas pourquoi tu as choisi de me laisser entre les mains de Poséidon, mais prends garde à tes choix. Si tu m'abandonnes, je ne reviendrai pas.» s'il y avait bien une chose que je ne pouvais tolérer, c'était l'abandon. Le mensonge, la trahison, les coups bas, je pouvais encaisser, mais l'abandon... J'intensifiais mon cosmos, c'était juste extraordinaire, c'était comme si je sortais d'un repos de plusieurs semaines! Je me sentais plus légère qu'une plume, et je m'élançais dans les airs, les ailes dans mon dos combinées aux sandales d'Hermès me conféraient une grace et une rapidité telle que j'en avais le tournis! Je fonçais vers le dos de la Wyrm, profitant qu'elle soit occupée à balancer ses boules d'énergie, je me posais dessus avec un sourire malsain alors que mes mains se couvraient d'aigue-marine...

«C'est fini sale bête... tu ne peux plus rien contre nous...» je posais mes mains sur son dos, elle réalisa seulement à cet instant que j'étais sur elle et tourna sa tête immense et décharnée contre moi, mais il était trop tard... les fragments d'aigue-marine étaient en train de recouvrir son corps, lentement mais surement. Il faudrait plusieurs minutes surement pour la recouvrir entièrement, mais petit à petit, son corps se fragilisait, l'aigue-marine buvait son cosmos et la dévorait de l'intérieur, désormais, les attaques de mes nouveaux alliés allaient lui être particulièrement dévastatrices!

Elle cracha l'une de ses bulles d'argent, m'obligeant à prendre une impulsion et sauter pour l'éviter, la bulle passa en-dessous de moi, et j'avais désormais une magnifique vue de la zone de combat, je pouvais me mettre hors de portée dès que l'un de mes alliés se mettrait à attaquer sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Poupée Chucky de Poséidon
Poupée Chucky de Poséidon
avatar


Messages : 234
Date d'inscription : 23/07/2016

Fiche de personnage
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
45/50  (45/50)
Faction: Poséidon

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Sam 29 Oct - 15:24

Le choc est brutal, puissant et implacable. Les éléments déchainés par nos attaques combinées déchirent les chairs de la Wyrm maudite. L'immonde bête est aux abois et je dois avouer que j'y prend un certain plaisir. Qu'il est agréable de renouer avec le succès, de vaincre enfin un ennemi aussi imposant et impitoyable, de sentir la puissance enfin réveillée de ma divinité.

Il aura fallu du temps pour que cette lopette de Julian Solo s'efface pour laisser la place au véritable Poséidon mais ça vaut le coup. Tandis que la bête agonise je sens un cosmos divin différent m'irradier. Son pouvoir inonde mon corps d'une chaleur incroyablement douce et tiède, presque maternelle. Je sens littéralement la fatigue quitter mes membres. Moi qui venait d'user de chaque parcelle de mon cosmos au point de mettre ma vie en péril je me sentais rempli d'une force et d'une vigueur toute nouvelle.
Seule mon armure ébréchée par la succession de combats intenses pouvait me trahir sur les épreuves traversées ces derniers jours.
Nous venions grâce à cette attaque combinée de porter un coup majeur à l'ennemi. Lui qui avait déferlé sur notre monde avec des plans de conquêtes était maintenant en bien moins bonne posture.
Autour de moi la neige et la sombre retombaient lentement, balancés par le vent marin qui soufflait sur la plaine. Sivir au sol, épuisée et notre sauveuse en armure noire, droite et impersonnelle, se trouvaient encore à mes cotés. Cela me rassurait de savoir Sivir saine et sauve. Je regrettais de lui avoir dis de retirer son armure mais j'étais soulagée qu'elle s'en soit sortie indemne malgré tout.
Quant à savoir pourquoi cette Némésis nous était venue en aide... c'était un autre problème auquel il conviendrait de trouver une réponse. Intérieurement je supposais que si dans ce monde tout le monde n'est pas nécessairement bienveillant l'inverse est possible de l'autre coté du miroir. La stature de cette guerrière me rappelait vaguement quelque chose mais je ne parvenais pas à définir quoi. Soit...
Portant à nouveau mon attention sur le champ de bataille je voyais enfin le dieu des mers que j'avais juré de servir. Il se tenait là, une aura divine et impériale autour de lui. Un peu plus loin se tenait Thétis, ma prêtresse... notre prêtresse. Celle qui avait été fidèle parmi les fidèles. La représentante de Poséidon à travers les 7 mers. Elle rayonnait d'un cosmos hypnotisant et multicolore comme les récifs de corail que la Sirène aimait utiliser contre ses ennemis mais avec cette pointe de divin qu'elle avait reçu de Poséidon en devenant son ambassadrice.
Encore maintenant dans cette position de dévotion elle avait permis à Poséidon de conclure la prise définitive de son âme éternelle sur ce corps de mortel. Sa prière avait touché l'âme même du maître des océans.

Le regard de Poséidon et son cosmos puissant qui se répandait en vagues d'énergie dans tout Asgard se posèrent sur moi. Me jugeait-il? Lui qui était le véritable seigneur des mers? Lui qui n'était plus la marionnette de ce serpent de Kanon, traître sous le masque du Dragon des Mers.
Instinctivement et malgré que nous soyons sur un champ de bataille je posais un genoux à terre. Je célébrais le retour de Poséidon. Les trois années d'exil prenaient enfin tout leur sens et je sentais que bien malgré moi des larmes de joie se mettaient à couler le long de mes joues, traçant deux sillons aléatoires dans la crasse et la poussière qui maculait mon visage tourné vers le sol.

Je pleurais, j'étais soulagé, mes blessures étaient soignées par la magie d'Amphitrite que je devais à Thétis, mon cosmos était resplendissant et nous venions de remporter une importante bataille.
J'allais relever la tête vers lui lorsque je sentis le cosmos de Poséidon me tomber dessus. Il était doux et bienveillant mais aussi puissant que cette vague qui vous fait perdre pied et vous retourne sans que vous puissiez y faire quoi que ce soit. Et c'était clairement ainsi que j'étais, retourné. Son incommensurable cosmos s'emparait de moi, de mon écaille et de mon âme. Me jugeait-il? Je n'en sais rien mais je ne crains pas son châtiment. Il est mon dieu et il est le seul apte à offrir clémence ou courroux.
Au lieu de ça sa force et celle du bracelet de Thétis se jumelèrent. Elles semblaient même communiquer au travers leurs cosmos respectifs. Puis le bracelet de Thétis se tut et il ne resta que la puissance écrasante de Poséidon.
Le dieu des mers resta ainsi pendant un moment et je n'osais relever la tête pour le regarder.
Alors que je m'attendais à ce qu'il s'occupe de sa Prêtresse en priorité je ressentis à nouveau son puissant cosmos. Cette fois-ci la nuance était légèrement différente, je n'étais pas embarqué par la vague de son cosmos mais porté par sa puissance. Simultanément une pluie s'abattit sur moi. L'étonnement me fit ouvrir les yeux. Un peu plus loin Sivir aussi était couverte d'une brume de sang mêlé de vermeille et d'or. Son armure, mais était-ce réellement son ancienne armure ou une autre, était majestueuse. La couleur plus intense, les formes plus grandes, royales et gravées d'ornements.
Mon écaille semblait s'abreuver au sang divin dans lequel elle baignait. Les coulées sanguines s'illuminèrent du cosmos divin et se fondirent dans la masse de mon Ecaille du Pacifique Sud. Je sentais l'armure s'abreuver, se nourrir, se transformer pour devenir autre chose. Plus qu'une simple Ecaille de Général. La transformation me poussait à faire gronder mon propre cosmos pour aider Scylla a opérer tous ces changements. L'Ecaille vibrait d'une vie nouvelle et d'un niveau tout autre que ce qu'elle avait été. Je me sentais capable de vaincre la Wyrm seul tant le cosmos de Scylla s'était renforcé grâce au sang divin de Poséidon.
De son coté Sivir jubilait, peut-être était-elle déboussolée par la puissance qui pulsait dans son armure mais elle mit en pratique ce qui n'avait fait que de me traverser l'esprit.
Elle se rua sur la Wyrm et usa d'un pouvoir que je ne lui connaissais pas pour immobiliser l'impressionnant monstre draconique. Peu à peu recouverte d'une couche de cristal bleuté il lui devint impossible de bouger, le moment idéal pour tester cette puissance offerte par Poséidon.

- Call of the wild !!!

Spoiler:
 



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Master
Maître du jeu et des Destins
Maître du jeu et des Destins
avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/07/2016
Age : 5
Localisation : Partout ou vous le souhaitez

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Dim 30 Oct - 21:02

Suite à l'attaque combiné de Sivir qui transforma le dragon en un monstre d'aigue-marine géant et du Général de Scylla, dont les monstres aquatique déchiquetèrent tous les os de la Wyrm, l'énorme et colossale dragon de givre fut projeté au loin contre le fort, son deuxième nid.
Elle n'eut pas le temps de grogner ni de faire valoir son rugissement de mécontentement que son corps lourds sous le poids des os et de l'étrange texture qui la recouvrait retombait lourdement sur la neige immaculée d'Asgard.

La bête tentait tant bien que mal de lever sa tête fétide, ses iris turquoise targuant des éclairs à qui le veut, ses pattes avant griffaient et cherchaient de quoi s'agripper pour se battre, encore et encore jusqu'à ce que la volonté l'éteigne, lentement et en silence.
Seul le bruit long et lugubre d'une respiration draconique semblait casser le silence. Alors le dragon d'os et de givre s’affaissait en tremblant, laissant entendre sa dernière respiration tremblante et royale tandis que son cosmos s'élevait droit vers le ciel, effleurant dans sa trajectoire l'une des plus belles étoiles polaires du grand Nord: Fafnir.

La tour en subissant l'effondrement de la Wyrm se fissurait et les cinquantaines d'hommes derrière vous, les fameux soldats levèrent en coeur leurs armes en faisant entendre leurs cris de victoire, d'épée, d'Hast, de hache ou encore de boucliers, les hommes frappaient leurs armes en coeur pour vous congratuler, bien sur cela vous fait chaud au coeur et les plus fidèles à la cause, des mages dotés de bâtons en forme de corbeaux n'hésitent pas à venir directement soigner chacun d'entre vous si ce n'est pour vous demander si malgré ce choc, vous tenez le coups.

Mais au moment ou enfin le combat semble s'être finit, le fléau mort et les hommes heureux de leur victoire et libre, quelque chose de suspect se dresse derrière vous, c'est la wyrm.

Vous ne pouvez vous en empêcher, mais vous semblez relativement désemparés du fait que ce vieux tas d'ossements était autrefois la carcasse du valeureux et puissant Fafnir, l'un des dragon les plus anciens et respectés. Vous songez également avec quelle facilité Hermès fut amené à la tombe de la même manière que Fafnir fut revenu à la vie, tout ceci vous tourmente. Les dieux jouent avec la vie d'autrui et semblent s'en satisfaire: De quoi les Olympiens en sont-ils différents?
Juger Poséidon pour ses actes est une chose, mais qu'est-ce qui ne vous dit pas qu'un jour, ce dieu puissant et cosmique ne se jouera pas de vous comme Cette Déesse, Athéna, déesse de la justice, s'est éprise à le faire?

Une lueur se divise au beau milieu du tas d'os, la fumée grisâtre et verdâtre de gangrène se dresse depuis cette carcasse putréfiée, mais au milieu de tout cet amas de fumée et de volute s'élève une forme, une étrange forme unique en son genre.
vous ouvrez votre bouche, béat, vos yeux s'écarquillent sous la surprise et la stupéfaction et sans le savoir, vous êtes amenés à désespérer, à douter de tout même de votre existence.

Io > sous tes airs de gros durs, au travers de cet halo de fumée, tu y vois ton propre reflet, un autre Io de Scylla, il porte presque le même physique que le tiens excepté qu'il arbore et semble mettre en valeur de nombreuses cicatrices, trophées maccabre de bons nombre de ses combats gagnés. Un sourire de travers, narquois et malsain, ses pupilles se referment lentement comme s'il s'avait déjà ce que tu pensais.
Il tend une main vers toi, ses doigts crépitent d'une énergie verte, malsaine et gangrénée.


Sivir > Alors que tu sembles enfin te repaitre de cette victoire et de faire la connaissance des guerriers, mages et soldats de Loki autours de toi ( bâton avec le corbeau ect) Tu te retournes soudainement et vivement vers le tas d'os de la wyrm. Ce Halo de fumée ne te dit rien qui en vaille la peine et pourtant tu ne peux que rester figée par ce que tu en voies. Au travers des volutes d'émeraude tu aperçois une femme, elle semble être aussi svelte et charnelle que tu ne l'es, elle ne porte pas les sandales d'Hermès... Mais dans sa main droite elle porte un couteau, une dague aux éclats rare d'un rubis étincelant. Elle te regarde d'un air froid, tranchant, ses yeux de givre ne cessent de te targuer, tu la dégouttes par sa ressemblance, vous portez exactement la même armure.
Elle tourne la tête derrière elle sans te regarder et tend une main vers toi, celle détenant la dague, mais repliée.

Poséidon > Le combat terminé, tu prends conscience que ton sang a aussi bien agit sur Io que sur Sivir, mais méritaient-ils tous les deux d'avoir reçut ce don? Ne t'es tu pas trop montré généreux? Cela en vaudrait-t-il la peine?
Toi aussi au moment ou tout le monde regarde la fumée, tu te sens un peu désarçonné, en tant que divin, tu te rends compte qu tu n'as jamais trouvé le monde ni les océans que tu diriges aussi petit, le cosmos qui émane fébrilement de cette fumée te fais avoir une remise en question sur ta volonté et tes attentes ici bas. Sur Athéna, Saori Kido mais également sur tes Scales et les Némésis. Ne serait-il pas mieux stratégiquement parlant d'aller envahir et drainer les forces némésis pour les allier à toi? Afin que cette fois non pas seulement les Océans, mes les deux mondes puissent s'asseoir sous ton empire?
Venant de la fumée, Tu ne vois pas cet "autre", tu les vois tous. Tu vois le Némésis de Sivir qui lui tend une main en regardant derrière elle, dégoutée. Tu vois Le Némésis de Scylla, dont les cicatrices usent son corps, prendre un air narquois et sadique, tendant une main vers ton propre général. Mais aussi du prêtre de cet autre monde, tu remarques que sa scale est celle du Léviathan et non de la sirène. Cela te permet de connaître les intentions de ton double et d'Athéna Némésis.
tu peux élaborer une stratégie à partir de cela et en discuter ou non avec tes propres troupes.

" - AH AH AH AHHH... comment pouvez-vous prétendez être victorieux, vous qui n'avez jamais connu la défaite? "

Soudain, l'image de vos Némésis deviennent floues, tout ce que vous pouvez voir après cet évènement bouleversant, est Arthure qui s'avance à coté de vous, sublimant le départ de son cher et tendre par un " Sombre crétin" approprié. Elle se place entre Sivir et Io, l'épée à l'horizontale, prête à feinter pour attaquer.

La fumée prend une teinte bleutée et un cosmos oppressant, froid vous fait reculer de quelques pas. Le Désespoir, la peur, la vengeance mais également la honte sont des sentiments que vous éprouvez tout à coup, sans comprendre le pourquoi du comment, vous n'éprouvez plus le besoin ni trouvez pourquoi combattre, vous fixez bêtement vos yeux vers cet amas de fumée jusqu'à ce qu'ELLE vienne se présenter à vous.

Spoiler:
 

Ses cheveux Lilas flottent en douceur dans la brise qui se soulève derrière cette illusion, ses lèvres pêchues s'étirent éternellement en un long et fin sourire rêveur, ses iris et ses pupilles aussi éclatantes que la plus pure des pierres de saphir vous fixe tour à tour, chacun et sans aucune retenue. Son teint est celui de la neige, froid, dur et d'une pâleur brillante dans l'excès, sa peau contraste merveilleusement bien avec son armure noire. A chacune de ses articulations -coudes/Genou- la belle a pour protection un crâne, vestige de guerre sans aucun doute, repeint en noir pour satisfaire ses sombres envies. Le reste de son corps et recouvert d'une fourrure argentée et noire, une lourde, très lourde cape noire s'agite frêlement derrière elle mais ce n'est pas ce qui retient le plus votre attention.

Elle fronce son petit nez, faisant apparaitre de son sourire fendu, deux fossettes légères et symétrique, une moue très charmante dont certains hommes ne peuvent se passer.
Vous l'entendrez presque ronronner depuis l'autre coté de cette fumée, mais la seule chose que vous entendrez sera un bruit légèrement aigüe, scintillant mais métallique.
L'arme au poing de la dame, une épée bâtarde imposante, vous appelle, ou plus précisément, appelle votre âme à la rédemption, au pardon, au salut. Il est difficile de l'expliquer, mais la vue même de cette épée artéfact vous donne à tous envie de la posséder, de l'avoir entre vos mains afin de devenir plus puissant et ainsi... vous permettre de devenir le maître absolu et incontesté de ce monde! Si ce n'est plus...

L’orgueil et l'attirance de cet objet vous fait oublier la réalité sinistre, il ne vous sera pas facile de l'obtenir, sa maîtresse est un challenge d'une toute autre catégorie comparé à ce qu'était la Wyrm et vous n'êtes pas seul à vouloir LA posséder.

Athéna Némésis Vous fixe intensément et fiévreusement dans vos iris, elle vous transmet ce message par télépathie :
" - Tu la veux n'est-ce pas? Ecoute son chant, le chant de Deuillegivre, sens son pouvoir et imagine tout absolument tout ce que tu pourrais faire avec une arme telle qu'elle. Viens me voir lorsque tu seras fin prêt à la recevoir."

Laissant un gémissement assez perturbateur survenir d'entre ses lèvres, ou plutôt, un soupir d'extase s'échapper de sa bouche fine et charnelle, elle lève son cosmos avant de dissiper le brouillard et vous laisser seuls avec vous-même.


Combat contre le Fléau terminé, bravo à vous.
Je vous laisse finir cette phase de RP convenu.
Vos personnage à partir de ce post jusqu'au prochain que je posterai, auront 2 jours pour se préparer à rejoindre le Palais de Polaris. Ces deux jours seront un moyen pour vous d'exploiter par FB les soldats, le continent, mais aussi de découvrir d'autres trésors et d'autres PNJ lors de quêtes ou de RP simple. ils serviront également in RP au repos de l'âme et du corps de vos personnages.
Lors du prochain RP, vous aurez automatiquement vos armures divines, il est meme plus que conseillé de les avoir si vous tenez à la vie ( n'est-ce pas, Poséidon en culotte courte?)
Je vous tiens au courant sur le topic dédicé au HRP de mon prochaîn post, merci à vous d'avoir joué le jeu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaio Poseidon
Divinité des Thons et des Morues
Divinité des Thons et des Morues
avatar


Messages : 189
Date d'inscription : 09/03/2016

Fiche de personnage
Niveau:
5/10  (5/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: marinas

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Jeu 3 Nov - 10:20

Le monstre agonisait, les attaques de Sivir et de Io venaient d'en finir. Impassible Poséidon observa l'âme prendre la direction du ciel. Il observa ensuite ses mains à l'éclat céleste avec un rictus amusé. Au milieu des cris de joies, de félicités, Poséidon savait que la bataille finale était proche. Son apparente nonchalance ne signifiait pas qu'il restait sur ses gardes.
-" Enfin ! Soupira-t-il, je suis enfin de retour, dans toute ma splendeur. Finalement, tout s'est déroulé comme convenu."

Un malaise gagna soudainement l'esprit jovial des troupes victorieuses. En effet, en se retournant, les ossements de la Wyrm se dressaient là. Poséidon eut un petit sourire agacé en se demandant combien de temps encore faudrait-il pour se débarrasser de cette créature ?
Squelette appartement autrefois à un valeureux Asgardien, victime du fléau des Némésis. Sortant des entrailles du monstre une drôle de fumée servait pour transmettre des images. Serrant le manche de son trident. Tout fut si simple jusqu'à présent. Et si Julian était trop prudent ? Se demandait Poséidon en regardant les armures divines des deux guerriers. Le méritaient-ils vraiment ?
N'auraient-ils pas vaincu sans ? Une réflexion sans réponse tant, il aimait à croire à la justice de ses choix pourtant il ne se quittait pas de la tête l'idée d'une trop grande générosité. En observant la fumée, cet autre monde...En y pensant il se disait que le monde était surement trop minuscule pour assouvir son ambition, et faire payer ainsi les blessures passées. Thétis et Io avaient tant fait en son absence qu'il méritait certainement bien plus que ça, Thétis était faite pour régner sur un monde entier.
Poséidon était maintenant convaincu de la nécessité de vaincre les némésis, mais pas seulement, non, il voulait désormais s'emparer de ce Royaume.
Cette envie de grandeur, du à un orgueil trop longtemps enfermé par la prudence de Julian s'empara de son coeur. Au sein de cette fumée, il y avait le Scylla Némésis qui essayait d'attirer Io, aussi celui concernant Sivir. L'affrontement semblait inévitable !
-" Soyez sur vos gardes !" Lança-t-il aux deux guerriers ainsi qu'à Thétis. Car en effet, en voyant le Prêtre il ne faisait guère de doute sur le destin. Dans un trait léger, il s'amusait du mauvais goût de posséder un Prêtre ainsi.
-" Préparer-vous à vous battre ! " Poursuivit Poséidon en serrant encore plus fort son trident et en fronçant encore plus ses sourcils. En effet l'idée de voir apparaître son double en plus d'Athéna Némésis ne l'enchantaient guère. La voix de l'Athéna de l'autre monde raisonna, faisant s'éveiller encore plus l'aura du Monarque des Océans.

Recula un peu en observant l'image de fumée se flouter devant eux, elle arriva. Enfin ! Poséidon n'avait qu'une espérance: Qu'elle soit à la hauteur de l'inquiétude d'Hermès. Elle possédait une épée digne de celle d'Hadès; voilà une belle récompense ! Imagina le roi en souriant.
Il écouta le message télépathique avec attention, un message qui venait à assouvir son désir de conquête. L'image se volatilisa...
-" Sivir, Io, Thétis, nous allons faire plus qu'abattre la Némésis, nous allons nous emparer en plus de cette épée, de son monde tout entier ! Débuta-il en marchant un peu pour voir au loin un morceau du Palais, nous devons venger Hermes, et ceux qui ont perdu la vie par sa faute, et les malheureux qui sont devenus ses pantins comme ce dragon ! " Des mots dit avec ardeur, et une force pleine de conviction.

Poséidon marchait usant le trident comme d'une canne, il observait les dégâts, les souffrances, souvent il voyait des mages en train de soigner certains soldats. Combien allaient pouvoir continuer ?
La route était longue jusqu'au Palais, et ce répit était bénéfique pour les guerriers.
-" Prenons la route au plus vite ! Sivir, je suis certain que Loki serait fier de toi, mon intention n'est pas de mettre en danger ton existence, le choix te revient de continuer avec nous !" Puis il se tourna vers Io.
-" Sur la route je souhaiterai que tu m'expliques les raisons de la présence de l'aura d'Amphitrite tout à l'heure."


Enfin, il arriva devant sa Prêtresse:-" Nous aurons besoin de toute ta puissance pour vaincre, ainsi que tes connaissances sur l'autre monde. J'espère que tu seras prête !" Une injonction prononcé avec douceur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
Tempête en décembre, t'en chie en Janvier.
avatar


Messages : 277
Date d'inscription : 17/02/2016

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
30/50  (30/50)
Faction: Loki

MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   Jeu 3 Nov - 18:49

Spoiler:
 

Cette puissance inimaginable semblait couler dans mes veines et me recouvrir comme une seconde peau! J'étais forte, bien plus forte que je n'aurais jamais pu l'imaginer! Mes mains sur le dos de la Wyrm libéraient de l'aigue-marine comme si ce n'était que de l'air que je brassais, recouvrant son dos, fragilisant chaque parcelle de son corps, busant son cosmos comme un enfant boirait son biberon, jusqu'à ce que je vois ces drôles de sphères argentées me foncer dessus et que je ne sois obligée de m'envoler.

Les ailes sur ma robe me donnaient une impression de légèreté au-delà de ce que les sandales d'Hermès pouvaient me procurer, j'étais un oiseau, ne faisant qu'un avec le vent, esquivant chaque attaque avec une aisance plus que naturelle au point que je n'avais même pas besoin de réfléchir pour agir... et je pus voir le spectacle magnifique de l'attaque de Scylla qui désintégrait une bonne foi pour toute, avec le pouvoir de Thétis et de Poséidon, cette saleté de dragon.

Je venais me poser en douceur pas très loin de Io, des guerriers de Loki venaient vers moi, chantant déjà mes louanges alors que j'affichais un sourire satisfait. La fatigue semblait s'être totalement envolée, mais je supposais qu'une fois mon armure revenue à la normale, il en serait autrement. Les mages de Loki s'approchaient et usaient de leur pouvoir pour me soigner, malgré tout, je sentais une petite parcelle en moi, une parcelle sombre et terrifiante qui n'allait probablement que grandir dans les jours à venir. Cette sensation d'adieu de la part de Loki.

Malgré moi, je tournais ma tête vers l'océan, les remparts de la ville m'empêchaient de le voir, mais je savais qu'il était là bas. Loki était censé être sur l'un des bateaux qui avait accostés, mais depuis un moment je n'avais plus la moindre sensation le concernant. À part son dernier message.
Mais les festivités furent de courte durée, les ossements de la Wyrm se remirent à bouger

«Bordel, elle va jamais crever?» d'un signe de la main, j'obligeais les civils à battre en retraite et s'éloigner, une épaisse fumée s'échappait du corps de la bête, et une silhouette apparut.. je fronçais le nez, voyant ce qui devait être mon double, peut être ma Némésis?

Un regard de haine se dessinait sur mon visage, comment était-elle dans l'autre monde? Plus belle que moi? Plus forte que moi? Est-ce que le Loki de son monde l'a abandonnée aussi? Elle avait une dague à la main, un magnifique rubis ornait le manche, et un frisson de jalousie me parcourut l'ensemble de la colonne vertébrale. Je baissais les yeux, j'avais les sandales d'Hermès, cadeau de Thétis, mon armure portait le sang de Poséidon, et elle... elle avait quelque chose qui appartenait à Loki? Oui, je me sentais bouffée par la jalousie et la haine, envers celle qui avait été vraiment choisie par son dieu là où j'avais l'impression qu'on me jetait vers un autre, comme un chien qu'on abandonne et qu'on refile au premier venu!

Je tremblais, je m'apprêtais à foncer vers elle pour lui voler cette dague qui devait m'appartenir lorsqu'Arthur intervint et se plaça près de moi. J'ignorais à qui était destinée son insulte, mais je ne comptais pas la laisser m'empêcher d'avoir mon bien!

«Pousse toi!!» mais je n'eus pas l'occasion d'aller chercher mon trésor, un cosmos puissant apparut là où se trouvaient mon ombre quelques secondes plus tôt, et désormais, l'Athéna noire nous faisait face, une épée magnifique à la main.

Même si elle était plus qu'attirante - l'épée hein? - je repensais encore à cette dague finement gravée et au rubis qui y était incrusté.. je tremblais un peu, ne répondant même pas à sa provocation. En fait, je tournais les talons et je commençais à m'en aller.. de toute manière, elle nous laissait un répit, une sorte de défi pour aller chercher son épée par nous-mêmes quand on serait prêts. Oh, on allait venir la chercher son épée, mais pour lui couper la tête avec!

Poséidon s'adressa à moi, je m'arrêtais alors qu'il mentionnait Loki, puis je me tournais partiellement vers lui, serrant les poings

«Fier de moi hein? Et où il est? C'est vous qui m'avez donné votre sang, pas lui. Dois-je être fière de mon dieu qui a fuit le combat?» cette boule au creux de mon ventre me faisait un mal de chien, je me tournais vers Poséidon et je mettais un genou à terre, avec un profond respect «Seigneur Poséidon, ce fut un honneur de combattre à vos côtés. Je vous remercie de la confiance que vous avez su porter en moi.»

Je restais quelques secondes avec ce genou à terre, puis je me relevais. Je lançais un regard triste à Thétis, mais je lui souriais quand même. Quant à Io.. ouais non lui par contre, je le zappais un peu, j'étais pas d'humeur. Même s'il avait été super balèze et qu'on avait fait une assez bonne équipe... non j'étais pas d'humeur.
Les guerriers de Loki me conduisirent vers un dortoir où je serais à même de me reposer. Je me trouvais une petite chambre où je pouvais être seule, je m'enfermais avant de m'asseoir sur le petit lit de camps, il n'y avait presque rien dans cette pièce à part un lit et un petit meuble où était posée une vasque censée accueillir de l'eau pour se débarbouiller. Je posais mes paumes sur mes yeux, éclatant en sanglots sous l'effet de la colère et de la fatigue, puis je m'allongeais sur le lit, m'enroulant dans la couverture miteuse pour continuer de déverser mon flot de larmes et de colère.

Les heures s'écoulèrent et quelqu'un vint frapper à la porte

«Foutez moi la paix. J'ai pas faim, ni soif.»
«Dame Sivir, j'ai un message de la part d'Hermès.»
je me figeais l'espace de quelques secondes, mes yeux étaient gonflés, mais j'avais cessé de pleurer depuis un moment. Je me levais d'un bond, allant ouvrir la porte pour trouver effectivement un type avec un paquet à la main. Il me le tendit, il y avait un mot...

« A toi ma chère Sivir, défendant au péril de ta vie tes convictions et ton Dieu Loki qui t'est si cher» en lisant ces mots, je devais contenir une certaine nausée, mais je continuais «reçois ce présent qui est un de mes derniers souvenir en ce monde. Prends en soin ! C'est un objet rare et précieux. Quittant ce monde je te le confie, je sais qu'il sera entre de bonnes mains.
-Hermès »


Mes mains tremblèrent un peu et si je n'avais pas épuisé toutes mes larmes, j'aurais surement pleuré à nouveau

«Sombre crétin...» je prenais une profonde inspiration et j'ouvrais le paquet... à l'intérieur se trouvait.. un œuf? Il était sérieux là? Le souvenir de sa dernière apparence me revenait en mémoire, il m'avait quand même pas filé un œuf de dragon ce con?

«C'est quoi ce truc?» je relisais le mot, ça ne me donnait pas plus d'indice que ça en fait.. je soupirais avant de le prendre et de me diriger de nouveau vers mon lit, je je posais délicatement au creux des couvertures, près de moi, et je m'enroulais à nouveau dans les couvertures.. ce n'était pas une bonne idée de le garder ici avec la guerre qui se préparait. J'allais surement demander à l'un des hommes de Loki de le ramener sur mon île, c'était là qu'il serait le plus en sécurité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Sang Pitié] Acte2 Sivir; Io; Poséidon; Thétis [ recoprise du bastion ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Poséidon, Dieu des Mers
» Poséidon, EX-Dieu des Océans
» Le Souffle de Poséidon : le naufrage
» Liste des dieux disponibles
» Poséidon, Seigneur des Mers et des Océans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Vallée enneigée :: • La mer gelée du Niflheim-