Derniers sujets
» Le crabe et la prêtresse [ Pv Hilda ]
par Hilda Mar 28 Mar - 12:59

» [FB] Le Soleil a Rendez-vous avec la Lune [PV Eden]
par Eden Mer 22 Mar - 9:37

» Catleya - "Dévorons nos ailes, nous nous échouerons dans ce bras d'Océan"
par Catleya Sam 18 Mar - 19:45

» Le règlement du forum (Obligatoire pour être validé)
par Catleya Ven 17 Mar - 23:10

Logo

Partagez | .
 

 [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sigmund
L'étalon blanc de Loki
L'étalon blanc de Loki
avatar


Messages : 232
Date d'inscription : 12/10/2015

Fiche de personnage
Niveau:
6/10  (6/10)
Expérience:
20/50  (20/50)
Faction: Asgard ( Loki )

MessageSujet: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Dim 7 Fév - 11:37

Le guerrier divin de Grani avait traversé les douze maisons de cet étrange Sanctuaire. Son esprit avait été aux aguets pendant tout ce trajet, car il avait bien senti l'hostilité des saints et du guerrier divin d'Odin. Ce n'était pas le fait qu'ils soient nombreux ou, pour une partie d'entre eux plus aguerris ou doués que lui qui le préoccupait, le destin d'un guerrier était de faire son devoir quelques soient les difficultés. A part le chevalier du Paon qui lui semblait être un guerrier classique, et peut-être aussi les nouveaux arrivants, ce Camus et ce Bora de Céphée, il n'aimait pas les autres guerriers : Kanon et Sköll. Surtout Kanon.

Il s'arrêta en cours de chemin au temple de la balance pour souffler un peu. Il sentait qu'en contrebas, l'invasion avait commencé. Depuis le début de son apprentissage, Sigmund avait appris à respecter son adversaire et à se respecter du même coup lui-même en tant que guerrier. Les combats devaient se faire à la loyale, d'homme à homme, c'était bon pour les charognards d'user de stratégies retorses. Les guerriers n'avaient pas besoin d'être cruels dans leurs paroles, il leur suffisait d'être justes. Les paroles de Hakon l'avaient outré. Comment celui-ci pouvait-il laisser entendre que si leurs nobles camarades, Syd de Mizar, Hagen de Merak, et Siegfried étaient morts, c'était leur faute et qu'en quelque sorte ils l'avaient mérité ? Dans une impulsion de rage, le guerrier de Grani abattit son poing contre une colonne qui se fissura sous l'impact. Il secoua la tête, une expression d'amertume et de résignation se formant sur son visage.

" Les temps changent. La noblesse de l'art de la guerre disparaît. Maintenant les guerriers ne se présentent plus de nom, les dieux accordent l'honneur de combattre pour eux à des filles d'aubergiste qui n'ont pas la moindre notion de ce qu'est la vie d'un combattant. Tout fout le camp ... "

" Et ça, c'est à cause des grecs ! Ce sont eux qui ont commencé à pervertir la guerre sainte ! "


Sigmund repensait à ce mystérieux spectre qui avait occis son double sans jamais se présenter en bonne et dûe forme et aussi à Yaphleen, cette malheureuse enfant que Poséidon avait embrigadée dans son armée. Le cas de cette dernière le peinait davantage qu'il le mettait en colère, mais que pouvait-il y faire ? Sa priorité était de combattre pour Loki, et il ne pouvait pas se permettre d'oeuvrer pour le sort d'une seule personne alors qu'un peuple entier, le peuple d'Asgard, attendait d'être vraiment pris en main par un dieu comme Loki, soucieux de son avenir. Son attention fut attirée par un nouveau coup d'éclat plus bas dans le Sanctuaire. Voilà, cela commençait.


Il se dépécha d'atteindre le  treizième édifice du faux sanctuaire. Dans la salle du trône du Grand Pope, il découvrit Loki. Il s'inclina devant lui, et fit de son mieux pour cacher son désarroi. Athéna en ces murs, aux côtés de son suzerain. La présence des armures d'or. Tout cela déchirait le guerrier de Grani de doutes et de questionnements.

" Seigneur Loki ... Je reviens des Enfers où un grand péril pour notre Terre a été écarté. Je viens prendre de nouveaux ordres. Cependant, je vous prie de bien vouloir m'éclairer : avez-vous décidé de vous allier avec Athéna ? Comment se fait-il qu'elle soit présente ici ? Je croyais qu'elle avait décidé de se sacrifier pour le monde, mais j'ai dû me tromper. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Dim 7 Fév - 13:45

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . .  »
Le temps
n'attend pas.


Lorsque Sigmund arriva en coup de vent dans le treizième temple, Loki était assis sur le trône du représentant d'Athéna. Il faisait une chaleur malsaine en ces lieux. En écoutant son guerrier divin, le dieu caressait machinalement la tête d'un gros serpent sur l'accoudoir de son siège. Les anneaux du reptile se perdaient dans l'ombre du trône, et la bête assoupie ne leva ses paupières que pour observer le guerrier de Grani de ses pupilles froides, d'un air paresseux. Loki ne prêtait qu'une attention distraite aux jérémiades du nouvel arrivant.

" Les apparences sont trompeuses, Sigmund, tu devrais commencer à le savoir. Je te sens angoissé et en proie au doute. Ne te tracasse donc pas, guerrier divin, j'ai la situation bien en main. Le royaume d'Asgard va ressortir plus fort de cette bataille, et de plus, les partisans d'Odin capituleront et nous cèderont le pouvoir. Débarrasser Asgard de ses faiblesses, n'est-ce pas ce que j'ai promis ? Quant à Athéna, je vais te la présenter. Peut-être seras-tu alors plus enclin à me faire confiance ... "

De derrière un rideau sortirent alors deux silhouettes, comme répondant à l'appel de Loki. Un guerrier divin s'avançait en poussant une prisonnière devant lui. Le guerrier avait un visage beau et régulier, une armure bleu et or, et une longue chevelure couleur neige. Il se dégageait de lui une aura mystique très affirmée. Devant lui, la captive qui avançait, ses longs cils baissés sur ses yeux bleux et les poings liés dans le dos, devait être vaguement familière pour Sigmund : il s'agissait ni plus ni moins que de la jeune suivante de Hilda, Lyfia.

Loki était ravi d'avoir pû mettre la main sur elle. Il s'en était fallut de peu qu'il soit obligé de se débrouiller sans cette utile petite marionnette. Kanon avait certes bien réussi à tirer toutes les informations que le dieu avait pû laisser dans l'esprit de cette jeune femme, et il avait sû s'attirer sa sympathie, mais voilà, il ne l'avait que trop bien fait. Lyfia qui aurait dû être mise en sécurité s'était ravisée au dernier moment. Ne pouvant se résigner à se dissimuler pendant que Kanon risquait sa vie, elle était sortie de sa cachette, et le partisan de Loki avait pû mettre la main sur elle avant de se téléporter avec elle auprès de son maître.

Loki éveilla sa puissance divine, et Lyfia fut secouée d'un tremblement. Ses yeux prirent une teinte mauve, cerclée d'argent, comme une éclipse solaire.


Son pendentif brillait à son cou, et son aura prenait une coloration douce et chaleureuse. Elle ressemblait à s'y méprendre à ...

" Athéna ... Ou plutôt à sa jumelle. C'est grâce à elle que j'ai fait venir les armures d'or en Asgard. Les armures n'auraient jamais obéi à quiconque d'autre. Il se trouve qu'Athéna a laissé un sceau à Asgard lors d'une guerre ancienne, sur un artefact d'une grande puissance. Grâce à Lyfia, j'ai pû m'en emparer dans la bibliothèque du palais de Polaris. L'arc de Pâris ! "

Le dieu avait relâché son emprise sur Lyfia dont l'aura redevint quelconque. Il sortit alors de derrière le trône un grand arc d'orichalque bleuté. Loki continua ses révélations en admirant l'équilibre de l'unique flèche finement ouvragée. Sa voix était toujours aussi calme et suave, et les guerriers divins l'écoutaient en toute confiance.

" Grâce à ce sceau, j'ai été capable de copier l'identité du cosmos d'Athéna pour me faire passer pour elle à travers Lyfia. Ainsi, les armures d'or sont venues soutenir l'arbre Yggdrasil pour l'empêcher de dépérir complètement suite aux évènements qui sont des conséquences de l'éclipse. "

" Cependant, les saints veulent récupérer leurs armures. Cela n'est pas souhaitable, et je craignais qu'on ne puisse rien y faire, sinon espérer que les armures seraient assez sages pour ne pas se laisser convaincre de repartir. J'ai été obligé de trouver un moyen de garder un lien avec celles qui sont déjà parties protéger leurs porteurs. Leurs âmes sont ici, ce qui n'est pas un compromis satisfaisant. "

" Mais maintenant ... cette jeune fille, Myrdhinn, m'a révélé par ses actions une information de la plus haute importance : le sang influence les armures. C'est ainsi qu'elle compte arracher l'armure du Bélier à la place qui doit être la sienne. Je ne laisserai pas une telle chose se produire.  "


Et Loki utilisa la pointe effilée de la flèche pour ouvrir une entaille à son pouce. L'ichor perla de la blessure et imprégna la pointe de l'arme qui se teinta de noir. Alors le dieu passa l'arc dans les mains du guerrier aux cheveux blancs qui libéra Lyfia en tranchant ses liens de son épée d'or pour lui tendre à son tour l'arc. Lyfia rentra la tête entre les épaules et eut un mouvement de recul vis-à-vis de l'arme comme s'il s'agissait d'un poison mortal, avant d'accepter de s'emparer.

Loki se plaça derrière la jeune femme et recommença le sort de possession qu'il avait déjà utilisé de nombreuses fois sur elle. Dans les maigres bras de Lyfia, une force divine afflua, et elle fut capable de bander l'arc sans peine. Loki sentait la résistance de la jeune servante. Il sentait sa souffrance intérieure, et s'amusait de la voir à sa mercie, dans les affres de la terreur et de l'impuissance. Il entreprit alors de lui faire éxécuter douze tirs. Chacun était dirigé vers une maison du faux sanctuaire. Lorsque ce fut fait, Loki relâcha une seconde fois son emprise et retourna s'asseoir sur son trône. Lyfia tomba à genoux au sol, épuisée. Elle avait presque perdu connaissance.

" Sigmund. Je te donne comme mission de cacher Lyfia à l'endroit où je t'enverrais. Empêche quiconque de s'approcher d'elle. Mes actes te paraîtront peut-être retors, mais sache que je n'ai pas d'autre choix face à nos ennemis. Puisses-tu comprendre et t'acquitter avec succès de ta mission, pour tes frères et pour Asgard ! "

Une aura pourpre enveloppa le guerrier divin de Grani et Lyfia, et ils furent happés par le néant. Loki resta un instant silencieux. L'arc de Pâris était censé ne pas rater sa cible. Or, il y avait eu une perturbation lorsqu'il avait pris le contrôle de Lyfia. La volonté de cette petite oie avait été suffisante pour le faire dévier infimement de ses cibles. Il n'avait pas réussi à atteindre toutes les armures en leur cœur. Est-ce que cela aurait une importance pour la suite des évènements ? On verrait bien.

Pour l'heure, il ne restait plus qu'à laisser faire, et à attendre. Mais Loki n'était pas un dieu qui aimait attendre les bras croisés. Aussi, lorsqu'il avait senti la présence de cette improbable visiteuse qu'il avait déjà vue à travers le regard de Sigmund lors de la bataille des Enfers, il l'avait laissée entrer en son domaine, guidant son chemin, dissipant sur le passage de la dame les illusions comme on écarte un labyrinthe de rideaux.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1512
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mar 9 Fév - 2:11

Feat Loki/Sigmund
« Le pouvoir est par nature, criminel »





Qu'est-ce que la volonté? Comment agir contre quelque chose que l'on souhaite ardemment corps, coeur et âme, contre un sentiment, une émotion et une façon d'être?
Torturée, l'enfant des étoiles laissait son destrier d'argent, un Akhal-Téké au délicieux nom de Crin-d'Ombre écarter la neige sous son passage, franchissant les couches les plus épaisses de neige afin d'avoir un matelas, certes gelé, mais suffisamment confortable pour les accueillir, lui et sa maîtresse si une chute venait à se présenter.
Sa robe argenté aux reflet de lune ainsi que sa crinière transpiraient la sueur à chacun de ses pas, faisant lentement fondre la neige au contact de son pelage duveteux, déterminé à avancer.

Vers où; quelle destination, l'animal n'en savait rien, il agissait d'instinct pour arriver le plus rapidement possible dans une étable ou une écurie chaude, de la paille, de l'avoine un bon seau d'eau ainsi qu'une couverture si possible.
Ni l'animal ni la maîtresse n'avaient jamais osés franchir les remparts d'Asgard, depuis sa plus tendre enfance jusqu'à cette époque Isis et les messagers furent toujours tournés vers les Olympiens, narcissique, égoïste, agissant par dépit dans un monde gouverné par le chaos humain. Et cela risquait à tout moment de se déchaîner et d'empirer si cette famille de déités Grecque ne trouvaient pas rapidement un compromis pour prôner une véritable démonstration de défense, face aux migrés de Némésis.

Soudainement, l'animal leva hautement une patte, à l'affut du moindres bruit, ses oreilles triangulaires se pointèrent tel des satellites au-dessus de sa petite tête fine, sa respiration s'accélérait, il hennissait une première fois d'excitation.

Isis était vêtue d'un gros pull duveteux à col roulé gris, un épais pantalon d'équitation noir, son armure par dessus son lot de vêtement chaud, elle suffoquait dans ces vêtements qui n'étaient même pas à elle. Un emprunt de passage dirons-nous.
Son armure englobait ses laines tandis qu'un manteau à capuchon, baignant entre des tons bleus ciel et doré l'enveloppait, tel une chrysalide au milieu de cet hiver éternel. Sous son casque d'oiseau, ses lèvres se tordirent, septique. .
Elle était au beau milieu d'une plaine enneigée et rien autours d'eux ne valait la peine qu'on s'arrête ainsi, en pleine marche. Elle talonna sa monture qui tressaillait cependant, sans bouger, la patte toujours levée en hennissant de plus bel, tel un chien de chasse ayant trouvé le chemin du gibier débusqué.

L'enfant des étoiles grognait et enfonça brutalement les talons de son armure de l'oiseau Rê dans les flans de Crin d'Ombre qui renâclait en plaquant brutalement ses oreilles contre son encolure avant de faire un bond d'au moins trois mètres de largeur avant de continuer un peu plus loin en galopant, fulminant de rage vers la destination qu'il voulait éviter.

En sortant de l'Atlantis, la jeune femme à la chevelure de nuit avait bien fait attention à ce que les Marinas ne perdent pas leur futur combat contre les Saints afin qu'ils en sortent victorieux et plus grands qu'ils ne l'eussent jamais été. Les Marinas avaient ce coté froid, distant mais d'une noblesse et d'une droiture sans faille, leur coeurs n'ont de limite que l'immensité de l'océan: Vaste, magnifique mais également abyssale et d'une dangerosité sans pareil.
Isis avait trouvé chez ces compagnons d'infortune une véritable raison de les aider, les protéger mais aussi de les aider dans le besoin.

Leur seul dévouement, loyauté et volonté était d'une noblesse si précieuse et rare, les saints d'Athéna n'avaient pas cette ardeur d'esprit ni cette façon si particulière, épurée, fragile mais également incisive et glaciale de gérer leurs affaires.
Les Saints étaient des brutes sans cervelles, ils n'avaient aucun goût pour l'éphémère, le fragile, s'il fallait taper sous ordre d'Athéna, ou parce que les humains, ces insectes insignifiants étaient en danger, ils le faisaient sans se poser de question.

Dans ses pensées, la jeune femme laissait son étalon se battre avec la poudreuse qui s’immisçait sur sa crinière, continuant de grogner et de renâcler en avançant à grandes enjambées. Plaçant une de ses mains gantées droit devant elle, Isis observait les flocons de neiges tomber sensuellement et délicatement sur la laine qui couvrait sa main.

Tout ce qui est fragile doit être protégé, selon les saints, mais pour Athéna, la seule chose véritable qui valait la peine d'être protégé, est la vie. Sottise pour Isis, car si une déesse de la guerre pouvait aussi bien faucher les âmes que les protéger, alors ou était le sens de ces actes?
Pour l'enfant des étoiles, la seule chose qui méritait réellement d'être protégé à tout prix, est... La mémoire. D'incroyables fragments magnifique, sublimes qui pouvaient s'effacer aussi bien avec le temps qu'avec la volonté, aussi éphémère qu'un phalène mais aussi puissant que le cosmos. C'était la mémoire et les souvenirs qui permettaient au monde de perdurer mais aussi de partager des histoires, d'un temps à un autre pour éviter de refaire les mêmes erreurs.
Avancer sans observer ses ennemis, les limiter et les sous-estimer est une erreur, que bien souvent les déités font, ne s’intéressant qu'à la vie des humains puisque limité sans jamais penser aux merveilleux souvenirs que l'on créer en partie grâce à eux, à nous. Hermès gagne le coeur des hommes en se laissant impressionner par leurs récits, leurs histoires et leur dévouement pour le magique, le rêve, c'est ainsi qu'il eut réussit à tirer le meilleur des Egyptien fut une époque, révolue.

Isis referma brutalement son gant de velours contre les quelques pétales de neige qui s'étaient formés dans le creux de sa main. La jeune femme avait autant de respect pour les humains que pour de quelconques animaux et s'il fallait en tuer par milliers pour créer des souvenirs afin que tous se souviennent des erreurs du passé, elle n'hésiterait pas. Parfois il faut savoir créer des guerres et ouvrir des stratégies militaire pour sortir un pays de sa torpeur politicienne. Sa dernière oeuvre, libérer l'Egypte et Esna sous le joug de la politique d'Athéna fut l'une de ses dernières boucheries et la Belle ne regrettait aucunement ses actes barbares, illogique, fous et complètement impartiales, tant bien même les humains Grec lui implorèrent pitiés, elle n'avait jamais sourcillé.

Encore aujourd'hui elle songeait à ce que le passé lui avait apporté et à ce que le future lui promettait, Elle ne remettait pas la parole de son dieu, Hermès en doute, cependant partir ainsi, aussi rapidement pour les Pays enneigés alors qu'ils avaient besoin d'elle en Atlantis, était quelque chose d'assez désagréable.
Pourvu que le dieu des voleurs et des voyageurs eut raison en l'envoyant auprès de Loki, Odin et Freiya afin de leur proposer une aide bienveillante et également connaître leur situation pour mieux les placer sur l'échiquier de la guerre.

Enfin, l'animal au pelage argenté entreprit de s'arrêter, fouettant l'air de sa queue, ses oreilles de nouveau pointées vers l'avant, cependant en silence, il battait le sol de son antérieur pour signaler qu'ils étaient arrivés. Sa longue crinière semblait briller sous les leurs d'un soleil radieux, tandis que sa croupe, toujours remplie de taches neigeuses finit par traverser la zone ensoleillée à son tour.
Isis levait un sourcil sous son casque d'oiseau faisant pivoter son animal en observant la scène, elle venait de rentrer dans une zone de lumière, de chaleur typique Grec alors qu'a à peine quelques centimètres de son nez, continuaient de tomber lentement les flocons gelés.

Cependant elle eut comme un mauvais pressentiment, même si la jeune fille suait sous ses vêtements par une telle chaleur, elle ne put réprimer un légère grognement animal venant du plus profond de sa gorge. Enfin après un long moment à se poser des questions sur cette étrangeté, cet évènement la fit penser à son frère, Eaque maître en l'art d'exercer des illusions. Comment ne pas penser à lui alors que le coeur même de la Belle ne pensait qu'à revoir son visage et sentir son délicat parfum dans ses bras?

Enfin, après avoir déduit par un quelconque raisonnement ce qui devait être un tour de passe-passe, elle fit galoper sa monture qui sous un bond en avant, heureux d'avoir retrouvé un semblant de soleil, se mit agréablement à foncer vers les douze temples du sanctuaire d'Athéna.
Sauf qu'encore une fois la jeune femme arrêtait net son animal qui la projeta contre son encolure face à cet arrêt totalement insoupçonné et brutale, le mord d'acier lui rentrant dans les gencives, il se cabra en se débattant de ses antérieur avant d'exercer plusieurs sauts de cabris afin de montrer son mécontentement.

La jeune femme lui fournis quelques délicates caresses pour s'excuser avant d'observer les douze temples du Zodiaque. Fulminante, enragée, haineuse et remplie d'une colère sans nom rien qu'à la vue de ce qui était le pire endroit au monde à ses yeux.
Lorsqu'elle sentit le cosmos d'Athéna se rependre dans l'air, elle serrait ses dents en écarquillant les yeux, feintant un demi-tour, sa monture suffocante, le mord dans la bouche, entre l'envie irrésistible de rester dans ce lieu chaud, et celui de partir pour éviter les coups de barres dans sa gueule béante, écumante.
* Comment Athéna peut être ici? Mon maître et dieu n'a pas encore totalement finit de la refaire renaître, qu'est-ce donc que ceci? Quel est de prodige maléfice?*

Elle devait en avoir le coeur net, alors elle arrêta toute pression inutile sur son animal, relâchant les rênes en se concentrant, son cosmos, d'un bleu profond où pouvait flotter quelques étoiles, entrait en fusion avec les lieux.
Levant une main, son cosmos dégageant un sentiment antique et mystique, Isis cherchait la provenance des cosmos en ce lieu, sa propre énergie cosmique réagissant à chaque fibre cosmique divine en faisant ruisseler une pluie d'étoile vers le cosmos de la divinité présente.
Faisant avancer son étalon vers la première maison du bélier dont les sabots claquèrent promptement et vaillamment contre les dalles blanches, le cosmos énergie étoilé, de la belle, trouvait enfin une réponse à ses questions, aussi, eut-elle honte de pénétrer dans l'immense demeure dédié à une divinité Nordique.
Honteuse et à la fois en colère, elle continuait de faire avancer sa monture dans le temple du bélier sans descendre de selle.
Le propriétaire des lieux, un certain Loki, qu'elle ne connaissait ni de Eve ni d'Adam était seigneur et maître des illusions, Isis se permit dans cette condition de pénétrer dans chacune des maisons jusqu'à la treizième, sur le dos d'un Crin-d'Ombre vaillant, attentif et sur le qui-vive.

Descendre de cheval aurait prouvé son respect, libre et pacifiste de discuter avec la déité des lieux, cependant elle n'y pensait pas une seule seconde. Elle ne connaissait pas ce Loki, cet Odin, cette Freiya et elle prit très mal le fait de voir les temples des saints devant elle alors qu'elle ne souhaitait justement que leurs têtes. C'était très mal venu, mais c'était aussi, un très mauvais choix de la part de la divinité présente de lui avoir montré cette illusion, même si au fur et à mesure, l’illusion des temples s’estompait pour montrer la magnificence de l'endroit, le mal était déjà fait, et Isis était déjà prête à passer à l'attaque verbalement.
Avec le temps, l'acharnement de son destrier à monter les marches mais aussi un peu de réflexion, la jeune fille se calmait, se laissant plutôt bercer par les balancements des sabots de Crin-d'Ombre sur chacune des dalles.
De plus, voir la disposition des Temples lui permettait de mieux connaître les saints, ses ennemis et d'élaborer un plan stratégique dans sa tête, à savoir: comment les Marinas allaient pouvoir frapper le vrai sanctuaire, avec force et puissance.

Sur le chemin, Isis avait sentit bon nombre de choses, de cosmos, changeant puis s'effaçant, mais aussi, elle avait remarqué qu'elle était transportée, amenée et même agréablement dirigée vers ce treizième temple. Doucement elle voyait les illusions tomber lentement tel un voile, lorsqu'un acte dans une scène de théate venait à trouver une fin.
Les temples prenaient plus l'apparence à d'édifices sacrés mais aussi d'anti-chambres aux couleurs du givre et de la roche, les apparences cachaient une vérité et une vie que la jeune fille prit plaisir à découvrir, insouciante, innocente.

Elle ne connaissait absolument rien de ces fresques nordique, de ces histoires, tout était à découvrir et à connaître, ses yeux s'agrandirent alors qu'elle stoppa son destrier devant une large peinture murale, observant les enluminures et les traits prononcés, parfait dans la roche. Un serpent, un arbre, des loups, des dragons, plusieurs animaux et des formes bien précises et prononcées.
" - Ni - Dog? Ni le doge? Nidog? Niddooogguueuuh? J'aurais vraiment du apprendre les écritures et le dialecte Nordique avant de venir ici! Ca aurait vraiment été plus simple pour tout le monde, n'est-ce pas Crin d'Ombre?"

L'animal n'avait toujours pas bougé, une oreille levée, l'autre plaquée, il était apparemment septique, étonné et à la fois interloqué d'être dans un lieu clos autre qu'une étable, aussi restait-il autant de marbre qu'il le pouvait, essayant de ressembler et de transparaître telle une magnifique statue d'argent devant le trône de l'empereur des illusions, essayant de tromper l'intrompable.
" " - Allo, Crin-d'Ombre? Ici Isis? Est-ce que tu me reçois?"

La jeune femme se pencha sur les oreilles de l'animal, de jouer avec lui en tordant les rênes entre ses doigts mais aussi de le caresser pour le faire réagir, mais rien fait ni à faire, l'étalon ne bougeait pas d'un poil, c'est à peine s'il semblait respirer, seul ses yeux expressifs semblaient montrer à quel point lui, était désolé d'être entré dans une demeure divine et encore plus, d'avoir ramené une maîtresse aussi débile avec lui. Si l'animal était doté d'une intelligence humaine, il se serait sans doute roulé aux pieds de la déité pour lui demander grâce, cependant comme il l'avait apprit en tant que poulain, il favorisait l'immobilité pour se cacher derrière son apparence.

Soudain Sous sa capuche et son casque-oiseau, Isis se sentie bête, très bête, elle avait déjà chaud sous ses pulls, mais la rougeur qui naissait sur ses joues à cause de la honte lui rongeait le foi. Elle plaqua violemment une de ses mains sur ce qui devait être son front sous son casque, un facepalm, en lâchant un magnifique " Oh merde..."
Lâchant ses rênes en cessant toute activité cosmique,faisant glisser sa capuche, ainsi que son casque devant elle, laissant tomber une grande cascade de ses cheveux bleus-nuits aux lueurs étoilés. Elle ébouriffa sa crinière en toussotant légèrement, visiblement très gênée, des rougeurs se parant sur tout son visage.
" - Désolée pour le tapage, dois-je mettre pied à terre et m'excuser ou bien..."

Son visage serein fit légèrement sauter un rictus moqueur, sous son oeil droit régnait toujours une belle balafre qui frémissait sous son expression, ses lèvres s'étirant timidement tandis qu'elle posa ses deux mains sur ses hanches en observant le guerrier aux cheveux blanc aux cotés de la déités. Y avait-il des gardes autours d'eux? Des guerriers? Même s'il y avait eut un dragon derrière elle, Isis ne l'aurait pas vu tellement elle avait été absorbée par la fresque et maintenant, toute attentive à cette nouvelle déité.
Sur le plan physique, il n'était pas trop mal, cela dit il n'était pas son type non plus, grand, mince, cheveux retenus par quelques breloques inutiles, un visage fin, perçant aux yeux aussi pétillant de malices que d'intelligence.
Isis se permit de lancer un regard amusé au reptile blottit sous le bras de la divinité, si celui -ci pouvait ronronner, Isis aurait été sur de l'entendre à des miles d'ici.
" -  ... Ou bien tout simplement vous perquisitionner savoir pourquoi le sanctuaire d'une déesse totalement inutile se tient sur vos terre? "

Fronçant les sourcils, elle se demandait ce qu'elle faisait ici devant une divinité pareil alors qu'il y a quelques minutes à peine elle était dans le grand nord à mener un combat rude contre le blizzard d'Asgard. Elle même avait du mal à s'en remettre et à s'adapter à ce brusque changement.
" - Isis No Rê, messager d'Hermès, dieu des voleurs et des voyageurs. Ce qui m'amène ici est de la pure curiosité, mon dieu pense que nous manquons cruellement de culture concernant le Grand Nord et Asgard et il trouve cela juste de m'envoyer en tant qu'émissaire pour combler nos lacunes. Tant que je serais ici pour apprendre, je saurais également servir de conseiller, de stratège mais aussi de protectrice. "

Isis donna une tape amicale sur l'encolure de son étalon qui avait l'air aussi sec et rigide qu'une statut d'acier, avant de poursuivre en mettant ses pieds à terre, faisant passer les brides par-dessus la tête de son animal sans aucun mal. Du haut de ses talons et de son armure voilée en partie avec son capuchon blanc et bleu, elle toisait littéralement les deux mètres.
" - Vous m'excuserez, mes attitudes ainsi que ma présentation lamentable pour un dieu de votre qualité, c'est une première pour moi sur ces terres, je ne m'attendais pas à me retrouver en Grèce en territoire ennemi si vous voyez ce que je veux dire"

Elle fit une légère courbette en levant un sourcil en observant encore une fois le guerrier aux cheveux blanc dressé à quelques mètres d'elle.
" - Enfin, à qui ai-je l'honneur? Un dieu manipulateur d'illusions comblant les rêves de noirceur d'Apophis, mais également à la raison aussi grande que ne l'est son pouvoir à en mesurer la tolérance aux humains. Cela n'est pas commun chez les dieux Grec, est-ce là une qualité reconnue chez tous les Ases, mes seigneurs?"

Sous sa tenu et ses vêtement chauds, Isis rougissait toujours de honte, cherchant désespérément un moyen de se raccrocher à sa fierté, son image et sa réputation allaient en prendre un méchant coup, ici en Asgard. Légèrement inquiète mais également stressée et excitée, elle plongeait son regard bleu étoilé dans les iris incandescent du dieu, sans crainte ni tourment.

Il fallait dire que depuis qu'elle était revenue des enfers, la jeune femme était entouré d'un nuage rose de rêverie, elle se sentait comme intouchable, là haut dans ses rêves cotonnés, la pluie des remarques et des problèmes s'écoulant autours de sa carapace naturelle en vain. Elle avait passé sa vie et son existence à prier l'impossible, et ce n'est que très récemment que l'impossible, le rêve mais aussi les souvenirs ont pus totalement la libérer d'un poids lourds, chargé depuis trop longtemps sur ses épaules.
C'est avec ce même léger regard emplis de rêveries et de victoire, d'une revanche sur sa vie, de détermination mais aussi d'une soif intarissable d'apprendre qu'elle toisait Le dieu Loki.
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Jeu 11 Fév - 0:21

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . .  »
Le temps
n'attend pas.


La voyageuse sur laquelle se concentrait Loki était portée par la volonté de deux dieux qui souhaitaient se rencontrer, l'un poussant, l'autre tirant sur le fil de son destin. Finalement, lorsque l'envoyée commença à traverser les illusions comme on traverse un écran de fumée, elle se laissa interpeler par les vestiges de l'ancienne cité. Ah, certes, Jötunheim était une ville qui restait fascinante malgré l'état de ruines et de déchéance dans laquelle elle se trouvait : ni les amas de neige qui couvraient les débris des merveilleuses architectures, ni les outrages du temps ne pouvaient faire entièrement disparaître sa splendeur.

Mais quoique l'intérêt de la visiteuse flattait son orgueil de créature nordique, le dieu des illusions s'impatienta et coupa court aux tentations touristiques de la belle en prenant possession de son cheval. Repoussant dans un coin la conscience de l'animal, il se glissa par l'esprit dans la peau de la monture, et d'un pas assez tranquille pour ne pas alarmer sa cavalière, prit le chemin de leur destination. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait goûté à cette sensation de marcher sur quatre sabots sonnant sur le pavé et une crinière caressant ses épaules au gré des vents. Ce n'était pas désagréable, même si le harnachement ne lui plaisait qu'à moitié. Lorsqu'ils arrivèrent, la confusion de la voyageuse se transforma en provocations teintées d'orgueil.

" Me perquisitionner ? Cela fait sans doute une dizaine de siècles que l'on ne m'avait pas fait de proposition aussi audacieuse ...  "

Une moue amusée se dessina sur les traits du dieu qui était en quelque sorte revenu à lui, sur son majestueux piédestal. Son ton était léger et badin, et l'on ne pouvait cerner s'il se moquait ou s'il essayait de mettre son hôte en confiance. A vrai dire, l'illusionniste ne le savait pas lui-même. Il était d'humeur sujette au changement, l'excitation de la bataille aidant. Il hésita un instant à révéler à l'imposante femme-oiseau qu'elle était arrivée en le tenant entre ses jambes, mais il renonça tant il trouvait que sa fierté à peine chatouillée était un spectacle divertissant.

" Mettez-vous à l'aise et faites comme chez vous, Isis, messagère d'Hermès. Je ne voudrais pas que l'on dise partout en Grèce et dans le monde entier que Loki, dieu des Illusions, n'a que mépris et prétention par-devant ses invités. Et puisque vous me posez la question, oui, transformer et interprêter la réalité, faire vivre aux êtres des songes éveillés, tout cela est ma spécialité. Si vous voulez tout savoir, les illusions de ma cousine Freyja consistent davantage à troubler les sens des hommes, quant à mon frère Odin ... hé bien, il est tellement occupé à se faire des alliés que je crains qu'il ait lui-même oublié ce qu'il est capable de faire. "

Sorties de l'ombre, une table et une vaisselle d'argent, un pichet orfèvré des scènes de la prophétie du Ragnarök émergèrent à la vue de l'enfant des étoiles. Il n'y avait personne d'autre pourtant que le guerrier divin aux cheveux blancs et celui-ci n'avait pas bougé d'un cil. Pourtant, on aurait cru entendre dans l'obscurité le souffle rauque d'une pauvre âme à l'agonie, l'ombre de bras décharnés disposer avec une infinie et délicate discrétion ce raffraîchissement de courtoisie. D'ailleurs Loki ne fit que hocher de la tête lorsqu'il entendit les paroles de courtoisie d'Isis.

Elle se proposait comme son soutient, son conseil, certes. Il savait qu'elle avait de la valeur. Il suffisait de voir son aplomb, de sa démarche d'une arrogance qui caractérise les humains ambitieux. Quelque chose donnait cette force à cette femme, ce souffle puissant d'énergie, presque ce besoin de conquérir le monde. Un être cher pouvait en être à l'origine, un souvenir, ah, et presque toujours une blessure morale, cette épine dans la patte du lion qui le fait rugir plus férocement que les autres et lui permet d'obtenir la couronne des rois.

" Je ne vous éclairerais pas tout de suite en détail sur la présence de ce sanctuaire, mais apprenez que rien n'est en soi inutile en cet univers, très chère Isis. Pour peu qu'on ait un peu de folie en soi, on est capable de faire feu de tout bois ! Même d'une déesse amie d'un frère ingrat qui vous réduit au silence pendant des siècles.  "

Le ton badin du dieu s'était voilé d'une sourde rage vengeresse. Cela ne dura que l'espace d'un instant, une contrariété qu'il chassa d'un pincement de lèvres avant d'entreprendre de flatter à nouveau les écailles d'un noir onyx de son animal de compagnie. Qu'allait imaginer la femme-oiseau de ce qui se tramait dans les quartiers de Jörmungand à partir de cet indice ténu ? Il était curieux de l'apprendre.

" Cependant, quelque soit l'issue des entreprises présentes, il faut savoir envisager le futur. Alors, bienveillante conseillère, infatigable voyageuse, qu'en est-il de l'état du monde ? La menace du miroir est-elle écartée, ou faut-il prévoir après cette perturbation quelques remous qui en seraient plus ou moins l'indirecte conséquence ? "


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1512
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Ven 12 Fév - 1:47

Feat Loki/Sigmund
« Le pouvoir est par nature, criminel »



La jeune fille opina du chef lorsque le divin inconnu lui demandait de prendre place. Sans plus de certitudes envers la personne qui se tenait devant elle et parce que Isis n'avait jamais entendu parlé ni vu les dieux Nordique, qu'elle imaginait comme de grands barbares massifs, la jeune fille descendit de son destrier, mettant ainsi un pied a terre en passant les rênes de son grand étalon d'argent par dessus son encolure, sans plus de ménage.
Elle réfléchissait et écoutait soigneusement les palabres de l'inconnu devant elle, essayant tout de même de rattraper son image et sa réputation en prenant une stature droite de véritable représentant en mettant en avant bien sur sa taille imposante, sa droiture mais aussi son charisme, ses bottes d'or même cachée sous une épaisse cape écrus, montrait le galbe de ses jambes couverte d'un simple pantalon noir, ainsi qu'un corps voilé certes par les lourds vêtements chauds qu'elle portait.

Bien sur lorsque Loki commençait à discourir sur les capacités des illusions, la mère-oiseau ne put s'empêcher de s'accommoder d'un léger sourire sous son casque, pensant inévitablement à Eaque son frère, qui lui aussi était un maître et un seigneur en la matière des illusions. Cette petite pensée pour son frère lui piquait vigoureusement son coeur, elle dû dalleur porter son poing sur sa poitrine et y asséner un léger coup pour ne pas à devoir penser à ce dernier alors qu'elle était en train de faire son devoir de messager, de prêtresse.
Il lui manquait c'était un fait, mais elle ne pouvait se permettre de penser à lui alors que la situation l'exigeait, comment pouvait-on ne pas penser à lui lorsque l'on était aussi proche, par le biais des illusions et pourtant si loin en ces terres nordique?
Dégageant sa gorge en laissant un léger grognement s'échapper d'entre ses lèvres, elle chassa toutes images de ce dernier, son frère de sang, avant de mieux se porter vers les dernières palabres de la personne en face d'elle.

Elle baissa lentement son poing le long de ses courbes féminines et laissa son destrier sur place, non sans omettre d'encercler la bride autours des étriers pour ne pas qu'il se blesse.
Isis trouvait assez bizarre le fait que son étalon, de base farouche et de sang Egyptien se porte avec autant de sérénité et de tranquillité. Elle lui voua une petite tape affectueuse sur l'encolure avant d'avancer à quelques pas de ce qui ressemblait fortement un monarque couplé à un médecin d'un âge plutôt jeune.
S'arrêtant à quelques pas du guerriers au cheveux blanc, où elle pouvait à la limite, entendre son souffle saccadé et ses gémissements horripilants, elle lui lança un regard de glace, baignant entre une sensation glacée d'une mort certaine et d'un manque concret de respect.
Isis n'aimait pas que l'on intervienne dans un discours et encore moins que l'on gémisse de la sorte, évidemment elle songeait que cette homme était punit et que d'une manière ou d'une autre, l'homme tentait de lui parler et de communiquer avec elle.

Cependant la jeune femme ne lui prêtait pas plus d'attention, elle positionna ses jambes en garde militaire, parallèles et croisa ses bras, un léger tintement de métaux s'entrechoquant firent irruption dans cette immense salle. Elle ne fit plus aucun geste, buvant totalement les paroles de la personne devant elle en essayant d'y comprendre tous les sens, comme le dieu Poséidon le lui avait enseigné lors de cours sur les stratégies militaires.
Puis le choc survenait, elle remerciait Hermès d'avoir concocté un casque pouvant cacher son visage qui était devenu aussi rouge qu'une tomate bien mûre.
La honte, la colère mais aussi une légère sensation de malaise lui effleurait l'échine en caressant son dos d'une sueur glacée interminable.
Elle avait prit ce jeune homme, cette sorte d'aristocrate pour un humain des plus banales alors qu'il s'agissait du dieu Loki en lui même.
Prise d'un malaise, elle du déglutir plusieurs fois en clignant ses paupières brulantes avant de soupirer, un nuage de vapeur ocre s'élevant depuis son casque.
Sa respiration se faisait rapide et elle n'écoutait que le reste de la conversation qu'avec une oreille distraite. Elle s'en voulait véritablement! Comme quoi il ne fallait jamais se fier aux apparences.

Bien évidemment elle ne connaissait pas Freiya et c'est à peine si le nom d'Odin fit légèrement tilter une lueur d'intelligence dans son esprit, elle n'y connaissait rien à la mythologie nordique tant et si bien qu'elle préférait que la personne en face d'elle poursuive son discours avant qu'elle n'en tombe dans les pommes.
Comme si le dieu avait plus ou moins lu dans ses pensées, il amena quelques rafraîchissements depuis les ombres de sa tanière, seulement la jeune fille ne se permit pas cette fois de bouger et préférait acquiescer de la tête en observant cette table à l'argenterie chatoyante. Ses yeux contemplèrent le raffinement et la valeur de ces objets, mais de loin elle ne pouvait pas plus observer les détails de ces styles archaïque, vestiges de temps ancien.
Grognant intérieurement, elle se jura de voir cela de plus prêt une fois cet entretien achevée mais aussi, toutes les informations prodiguées.

Reportant son attention vers la charmante divinité, elle fronçait les sourcils d'un air visiblement gênée lorsque Loki parlait d'une déesse amie d'un frère ingrat qui vous réduit au silence pendant des siècles. Cette situation ressemblait fortement à celle d'Hermès, l'un des seuls frères Olympiens que la déesse Athéna avait mit totalement à l'écart vis à vit des autres divinités du panthéon Grecque. Elle se demandait, confuse si ces palabres le concernait lui, Loki, où elle tellement les mots furent vague dans son discours. Vagues mais aussi baignées d'un mystère des plus totales qui plurent à Isis qui n'en feignait pas l'indifférence bien au contraire.
Elle rassemblait les éléments d'un puzzle illusoire pour réussir à trouver les éléments manquant, mais toujours avec doigté et un regard subjectif afin de ne jamais tomber dans l'erreur. Bien sur, cette déesse amie, devait représenter Freiya, quant au frère ingrat, cela devait être Odin. Apparemment les Nordiques avaient les mêmes problèmes familiaux que les Grecques, ce pourquoi Isis commençait légèrement à être un peu plus à l'aise et moins stressée par l'intervention de cette divinité qu'était Loki.

Mais en quoi Odin était-il ingrat? et cette Freiya? Qu'étaient-ils vraiment? Qui était ce Loki, fallait-il s'y fier? Maître des illusions mais aussi des palabres, son comportement calme serein mais aussi joueur et stratège cachait visiblement quelque chose.
Et ces indices, ces temples non dissimulés, ce ton employé, légèrement sarcastique et nerveux dissimulé au travers de caresses tendre d'un compagnon au sang froid... Qu'est-ce qui rendait cette divinité si nerveuse? Qu'est-ce qui le poussait à avoir attiré Isis prêt de lui? Et surtout, pourquoi lui avoir permit de rester devant lui alors qu'elle aurait pu être un danger potentiel?

Trop de question dont elle n'avait pas de réponse, même en y réfléchissant, l'on ne peut avoir la prétention de connaître un homme ou un dieu s'il on n'a pas soit-même fait les démarches pour les connaître, il fallait le vivre pour le croire, il fallait essayer avec Loki pour voir véritablement ce qu'il cachait. Elle n'allait pas s'en méfier, cela serait purement un manque de respect flagrant et elle n'allait pas non plus lui faire front, ni à lui ni à sa famille divine, ce n'était pas ses affaires ni le pourquoi elle avait été envoyé ici, en Asgard.
Poussant un léger soupir, elle se surprit encore de penser à Eaque, elle aurait tellement aimé que son petit frère soit à ses coté pour qu'il puisse l'aider à affronter cette épreuve inconnu ensemble, qu'il puisse lui apprendre comment échapper aux filins soyeux d'une illusions parfaite.

Cependant cela n'était pas possible, livré à elle-même elle devait faire de son mieux pour ne pas tourner cette rencontre à une catastrophe. Déjà qu'il en eut fallut de peu pour ne pas traiter le dieu d'aristocrate un peu trop bavard, alors elle se devait de montrer toute sa bonne foi et ne surtout pas faire de faux pas.
L'enfant des étoiles ne se mettait pas la pression, elle allait rester elle-même comme elle l'eut toujours été, sereine, stratège, mais aussi incisive et rapide qu'un aigle en plein vol. Une fois que le monarque eut enfin parlé, elle siffla son animal qui vint a ses cotés et elle en profita pour ôter ses parures, ses vêtements et tout ce qui ne lui était point utile ici, laissant le superficiel dans les sacoches de voyages pour ne garder que le nécessaire.
Elle avait gardé de ce fait mes bottes dorée de son armure, son pull gris en coll roulé et ôta avec une extrême douceur et délicatesse son casque d'oiseau.

Posant toute son armure dans les sacs de la selle de son destrier, la jeune fille laissait sa longue crinière de nuit, d'un bleu cobalt aux reflets étoilés chuter en cascade le long de son corps jusqu'à ses hanches. Un visage légèrement halé encore légèrement rougit par la gêne et la honte, elle ne put cependant encore regarder Loki dans les yeux et préférait regarder le sol, en essayant de prendre un air plutôt serein.
Après mûres réflexions, le nom de Freiya lui revient en tête, sa mère était une Valkyrie morte il y a très longtemps néanmoins elle lui avait souvent comptés les exploits de cette déesse de la nature sauvage des grandes étendues immaculée d'Asgard, ces histoires refaisaient lentement surface à la façon d'une sérénade que l'on chante aux enfants les soirs avant de les coucher.
Enfin, le nom de Loki lui fit un léger écho dans son cerveau, un dieu manipulateur, stratégique, craint et hué de tous les Nordique pour ses mensonges, ses tromperies et ses actes loin d'être guerriers. Un traitre mais aussi un dieu avec de grandes ambitions et des rêves qui n'ont jamais pus voir le jour.

Loki et son histoire lui rappelait cruellement Hermès, tous deux étaient sur la même page d'ombre, oublié, craint mais aussi désignés comme le mouton noir de la famille. Beaucoup de préjugés, de bruits et d'écrits souvent injustifiés et injustes pour éviter l'attrait de problèmes et de guerres à leurs encontre. Guerre qui se créait, se préparaient lentement et sournoisement dans l'ombre d'un monde qui destinait à oublier les plus grand et magnifiques dieux de cette histoire.
Isis pensait sincèrement qu'il valait mieux laisser la chance aux divinités doués d'un sens intelligible de la stratégie pour mener la guerre, que plutôt d'un nombre incalculable de guerriers envoyés aux combats.

Tapant de nouveau sur l'encolure de Crin-D'Ombre, l'enfant des étoiles le congédia vers la porte du bâtiment en lui montrant d'un index levé le point où il allait devoir attendre. L'animal ne broncha pas et s'exécutait rapidement laissant sa jeune maîtresse se débrouiller avec les énigmes et les palabres de cette divinité merveilleuse.
Par où commencer... Elle posa lentement son genou sur le sol en fermant ses deux délicats et poursuivit sur un ton régulier mais stricte.
" - Loki, sachez que vos exploits et votre histoire que l'on m'a compté de vous, avant tout, ne seront d'aucune utilités sur ma personne.
Je compte mener notre entrevu avec autant de subjectivités que de richesses.
Seule devant vous, je ne serais aucunement être une menace pour votre majesté, je ferais preuve de bonne foi et de bienveillance à votre égard, tant que vous en feriez de même.
Maintenant que je suis certaines d'être devant une divinité d'exception et en qualité de représentante du dieu Hermès, des voleurs et des voyageurs, je me tiens naturellement à votre droite.
Pour commencer, le mur des lamentations situé en enfer a en effet, bel et bien explosé, de son énorme déflagration, périrent Athéna mais aussi Hadès. Sigmund chevalier de Grani, Pandore, représentante d'Hadès mais aussi No, Némésis de Méphistophélès ont en effet réussis à refermer ce miroir en faisant en sorte que ce dernier ne puisse plus jamais s'ouvrir. Cependant nombre de pertes sont à prévoir pour la suite.  "

Faisant une pause, la jeune femme humidifiait ses lèvres en y passant sa langue, puis poursuivit sur un ton toujours aussi calme.
" - En effet, même si nous avions réussis à refermer ce portail, cela ne nous a pas permis d'éviter aux Némésis de venir dans notre monde. Ces Némésis sont des Elus du cosmos comme vous, Athéna ou encore Sigmund, Pandore ou moi même, ils sont chaotique de nature et veulent conquérir notre monde au dépit du leur. Il n'y a aucun moyen de reconnaître un Némésis d'un véritable chevalier, sauf peut être dans son ... "

Elle leva justement la tête vers le gardien aux cheveux de neige en plissant légèrement ses yeux.
" - Comportement, lui même malsain, chaotique, voué et tourné vers le nihilisme.
A cela je réponds que la menace du miroir est écartée, mais non celui des Némésis, seigneur et maître Loki.
J'ai cependant appris récemment par le biais de ma propre divinité, Hermès, qu'il existerait un second portail menant au miroir, mais que celui-ci vieux et caché des esprits les plus curieux, ne risquait pas de s'ouvrir d'aussitôt.
Hermès souhaite également refaire revenir Athéna depuis ce monde Nihiliste, la mort d’où elle a été projeté, dans un but concret et stratégique de la laisser combattre les Némésis, afin que tous puissent la contre-attaquer de nouveau, une fois ces intrus chassés de nos terres.
Les spectres semblent ...  "

Elle soupira profondément, fermant ses yeux délicats en chassant Eaque de son esprit puis regarda de nouveau le sol, ses joues s'étaient légèrement empourprés.
" - Gouvernés par les dieux Thanatos et Hypnos, les deux frère infernaux auraient profités de la destruction de la divinité Hadès pour prendre sa place. Une rébellion est en cours entre les renégats, croyant sans relâche à la loyauté et la suprématie d'une divinité vaincue, et les spectres désirant suivre les dieux jumeaux afin de conquérir de nouveaux horizons.
Les Marinas ce sont consolidés avec le temps et reviennent en force dans l’optique agréable de profiter du tumulte entre chaque camps pour mieux prendre les forces de chaque camps à revers.
Poséidon est incarné mais reste invisible.
Je pourrais également vous parler du camps d'Artémis mais aussi du mien.
Cependant nous ne pouvons être sur d'aucun plans et être certain d'aucune clef donnée à l'avance.
Qui sait, peut être qu'Athéna, Poséidon ou Thanatos auraient pu être relayés par leur Némésis? Cela serait fort désagréable, mais non inévitable, encore un inconnu qui pèse son poids dans la balance de la divine stratégie.
"

Relevant doucement sa tête, ses yeux bleus légèrement voilés par ses longs cheveux, elle posa son coude sur son genou levé et darda Loki d'un regard entre la provocation et l'amusement, une lueur espiègle dansaient dans ses iris parsemés d'étoiles tandis qu'un léger sourire s'étirait sur ses lèvres.
" -
Passons à votre ... Perquisition... Si vous me le permettez.
J'ai comme l'impression que vous même, êtes en pleine guerre contre les saints du sanctuaire, en ce moment même.
Y a-il quoi que ce soit qui vous inquiète à leur sujet? Ou est-ce juste un sujet d'une profonde taquinerie envers ces guerriers sans gloire, ni honneur? Je suis à votre écoute, que se passe-t-il de si désastreux en votre terre sacrée pour que vous puissiez ainsi, utiliser des personnes ayant aussi peu d'amour propre, pour combler vos services, alors que vous me semblez bien plus intègre et stratégique que vous ne semblez l'être? "

Isis observait calmement la divinité devant elle avec un visage inspirant la sérénité mais aussi la confiance, non pas en elle, mais envers ce Loki. Une confiance toute donnée qu'elle espérait recevoir en retour afin de l'aider si elle en avait la compétence.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Dim 14 Fév - 22:57

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . .  »
Le temps
n'attend pas.


La femme-oiseau ne s'était pas précipitée pour répondre aux invitations du dieu pour se mettre à l'aise. Endurant avec patience les convenances du protocole, elle transpirait comme les voleurs que protégeait son dieu. Loki s'amusait de son malaise en songeant qu'on n'estimait jamais assez la chance qu'avaient ces sang bouillants comme Sigmund : grâce à leur héritage asgardien, ils pouvaient se promener en manches courtes qu'il neige ou qu'il vente. Ou peut-être cet avantage était-il dû aux cornflakes du petit déjeuner.

Cependant, elle avait fini par enlever le superflu de son équipement sur son cheval encore un peu étourdi de sa dernière mésaventure. Elle avait un visage d'autant plus charmant qu'il était confus et empourpré. Loki ne se donnait  même pas la peine de cacher ses regard intéressés sur sa silhouette bien dessinées et ses traits si fiers. L'illusionniste passa une main cajoleuse sur la tête de son serpent et s'apprêta à entendre les nouvelles qui lui venaient des quatre coins de la terre. Il hocha brièvement de la tête pour accepter à nouveau l'aide qu'Isis lui offrait.

" Votre impartialité à mon égard me touche, mais elle sera certainement mise à l'épreuve : les vainqueurs écrivent l'Histoire, et il y a bien longtemps que je n'ai pas pû prendre la plume pour écrire mon réquisitoire. Les calomnies contre moi sont aussi enracinées et envahissantes que le chiendent. Pour mon malheur, mes moyens d'action limités m'obligent à user de méthodes que le grand nombre juge infamantes. "

Le dieu ferma son doux regard noisette, comme s'il était résigné depuis longtemps à une cruelle fatalité.

" Mais comment pourrais-je agir autrement ? C'est mon frère Odin qui est installé depuis des siècles au pouvoir, c'est lui qui contracte les alliances, entasse le butin d'artefacts, augmente son pouvoir personnel et réduit au silence ses frères et ses soeurs. Je me souviens d'un temps où il me laissait parler. Ainsi, le jour où il fallut négocier âprement la construction des murailles d'Asgard. Il était aussi heureux que j'aie traité comme il se devait les nains insatiables d'or, afin de bénéficier de leurs talents de forgerons sans se faire dépouiller par eux. Et Ymir ? Qui d'autre que moi aurait pû trouver le moyen de nous débarasser de ce tyran terré dans sa forteresse ? Des services que j'ai rendu à ce royaume ne reste aucun souvenir, et les bonnes gens d'Asgard endormies par les discours de cet autoprocclamé "père de toutes choses" n'ont plus pour moi qu'accusations, condamnations, opprobes. "

Un mince sourire ironique se dessina sur ses lèvres en donnant le surnom que l'on donnait parfois à Odin, nom qui était assez ridicule quand on songeait qu'il était loin d'avoir donné naissance à tout ce qui se trouvait sur Terre. Loki se reprit cependant et mit un terme à ces lamentations hypocrites qu'il chassa d'un geste nonchalant de la main :

" Mais je sens en vous une personnalité fière et droite. Les ragots ne vous influenceront pas si facilement. Ma confiance vous est acquise. D'ailleurs, il serait insensé de refuser les services d'une aussi valeureuse et exquise personne. Vous avez encore plus d'allure que ce que j'ai pû constater par les yeux du guerrier divin de Grani ... Parlons plutôt de l'avenir : reprenez la parole, je vous prie. "

D'une voix dépassionnée et pressée d'accomplir sa mission, Isis relatait les faits sans chercher à cacher quoi que ce soit ou à orienter le jugement de son interlocuteur. Elle n'avait pas le temps de jouer aux finasseries de la diplomatie et d'ailleurs cela n'avait pas l'air d'être dans son tempérament. Et c'était presque dommage. Isis était un fier, fidèle, obéissant soldat d'Hermès. Pourquoi pas après tout, il fallait de tout pour faire un monde. De plus le choix était prudent, les humains puissants et ambitieux avaient parfois des initiatives très malheureuses pour leurs dieux, pensa Loki.

" Ces indétectables némésis. Le Balrog était en effet indistinct de son jumeau, de même que ceux qui sont sortis après lui du miroir, sinon qu'il était plus offensif et qu'il voulait détruire le pouvoir d'Hadès en la personne de Pandore afin de pouvoir organiser une invasion. A là conquête d'un nouveau monde, sans un regard en arrière pour les ruines qu'ils quittaient ... Individualistes, tournés vers la destruction, ne reculant pas devant la guerre tant elle semble être le lot commun pour les habitants de leur monde. Redoutables et Dangereux. Une menace qu'il faut éliminer. "

Le dieu s'était levé et marchait désormais dans la salle d'apparat, signe qu'il appliquait sa ruse à quelque dangereux dessein. Il se servait actuellement des saints d'Athéna, mais était-il si impossible de trouver et de s'allier ces némésis par un quelconque moyen ? La couleur de sa chevelure rousse flamboya à la lueur d'un brasero sur trépied. Il ne savait que deux choses. La première était que pour conquérir définitivement sa place sur Terre, un Némésis devait apparement tuer son double. La seconde, que le miroir avait un pouvoir d'attraction sur les êtres terrestre lorsque les Némésis s'approchaient de lui.  Hermès en savait davantage. Il avait même un plan pour utiliser Athéna dans sa lutte contre les Némésis.
Il cessa cependant ces spéculations en entendant Isis s'arrêter sur le chapitre des spectres. Cette femme avait des liens affectifs dans les rangs d'Hadès, cela se sentait. Son amitié avec Pandore n'avait pas échappé à Loki. Cette histoire de rébellion était intéressante, mais trop vague et éloignée de Loki pour qu'il sache par quel bout la prendre pour en tirer profit. La nouvelle que les marinas étaient à nouveau dans la course le surprit. Mais au fond, pouvait-on en attendre moins de Poseidon. Et l'éventualité qu'un dieu Némésis ne pouvait pas être écartée comme le faisait remarquer l'enfant des étoiles. Il y avait matière à réflexion. Mais comme le faisait remarquer à juste titre Isis, on n'en était pas là. D'ailleurs, elle demandait le paiement de ses informations. Elle y tenait à sa perquisition. Le dieu lui rendit son regard espiègle.

" Très bien, puisque je lis dans votre regard à quel point vous désirez cette explication ... "

" En réalité, les chevaliers d'Athéna sont venus m'apporter des problèmes. Une distorsion temporelle a plongé Asgard dans un retard par rapport aux évènements du monde extérieur, et nous sommes toujours dans l'ère de la menace de l'éclipse et du miroir qui ont déstabilisé Yggdrasil. Notre royaume qui dépend de la vie de l'arbre sacré est en grand péril, il n'a survécu que grâce au pouvoir des armures d'or. Selon un ancien traîté avec Athéna, Odin a reçu la promesse de recevoir ce soutient en cas de danger. J'ai pris l'initiative de les appeler. "

" Cependant, guidés par des mensonges et des ordres mal avisés, certains saints se sont mis en tête de les récupérer. Je ne sais pas si en vous disant qu'à leur tête se trouve l'ancien marina du dragon des mers et chevalier des gémeaux, Kanon, quelques idées de ce qui a pû se passer vous vient à l'esprit ? "


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1512
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mer 24 Fév - 15:06

Feat Loki/Sigmund
« Il faut vivre et non pas seulement exister."»



Les iris de la belle se floutèrent momentanément, se parant d'un voile opaque noircit par une envie soudaine de meurtre et de vengeance douce-amer.
Elle écoutait distraitement les dernières palabres de la divinité sans cacher la montée en puissance de sa colère acerbe et de sa haine enflammée dont les cendres tapis depuis longtemps par la responsabilité et le devoir de représentant, semblaient s'enflammer tel un braséro.
Une lueur espiègle dansaient dans ses iris bleu nacrés et tandis qu'elle baissait son regard vers le sol afin de ne pas importuner la divinité par son jugement terrible et ses sentiments belliqueux, elle réfléchissait à ce qu'elle pourrait faire d'utile.

Elle balança toute sa pression dans une infime poussée de cosmos qui s'expulsa de son corps sous l'apparence d'une légère poussière d'étoile, elle qui avait toujours eut tant de facilité à voiler ses émois, la jeune femme semblait avoir tout oublié sur le protocole divin.
Kanon.
L'enfant des étoiles tournait ce nom plusieurs fois dans sa bouche et son esprit afin de mieux mettre un visage sur ce nom, visage qu'elle n'avait jamais vu mais qu'elle connaissait, de cosmos, d'essence et de personnalité grâce à la lecture cosmique et galactique.
Son lien particulier avec le dieu Poséidon lui permit également de se rappeler de ce saint et de ces méfaits! Même s'il eut été jeune à cette époque, sa présence auprès du dieu Loki était à éviter à tous prix.

Peut être ce dernier songeait à intégrer les troupes du dieu pour mieux le duper ou encore, mieux intégrer les Ases pour les détruire de l'intérieur en passant par cet arbre monde?
Isis imaginait et concrétisait des suppositions dans son esprit tranchant, sa rancune se tarissait lentement et inexorablement au fur et à mesure qu'elle réfléchissait à une stratégie ou à quelque chose lui permettant de remuer le couteau dans la plaie des saints.
Par pure plaisir de les voir s'entre-tuer ou de les diviser.
Quelques longues minutes, le genou toujours au sol, sa seule compagnie fut la solitude et le silence religieux de ce lieu froid, lugubre mais mythique. Finalement son visage se détenait et elle poussa un long soupire agréable, fermant ses yeux en se délectant.
" Monseigneur, l'heure n'est pas aux plaintes, il est temps de trouver une solution. Se cacher ne vous attirera qu'angoisse et mauvaise augure, à court terme, il vous faudra soit engager vos pions pour la bataille..."

Elle glissa un regard noir vers le soldat droit debout à quelques mètres d'elle.
" - Soit exercer un repli stratégique pour revenir en force là où vos connaissances n'ont put vous amener à une premier victoire. Je sens et sais votre peine pour l'arbre monde, il faut trouver une autre stratégie afin de le soigner. Combien de temps vous reste-t-il? Connaissez-vous le mal qui habite cet arbre des légendes?"
Bien évidemment résidait également le problème de cette distorsion temporel, mais quel maléfice pouvait bien ensorceler de la sorte tout un peuple et un continent?
Fronçant les sourcils, Isis se leva également du haut de ses deux mètres et avec délicatesse et douceur entreprit de passer ses doigts le long de son col et de sa poitrine, sortant ainsi une petite chaînette autours de laquelle vibraient deux anneaux d'un noir d'encre profond.
Lors de son séjours chez les Marinas il y a bien longtemps, Poséidon lui avait fait dont de cet étrange présent -inestimable- aux yeux des mortels. Deux anneaux qui pouvaient s'y méprendre à deux alliances aussi sombre que ne pouvait l'être le coeur des Némésis, mais aussi brillant et lustrés qu'une perle. La jeune fille ôta sa chaînette d'argent de son cou et posa à plat dans sa main ce curieux artéfact afin que le seigneur et dieu Loki puisse juger de lui même ce curieux objet.

Aucune signification particulière, aucune gravure, seul résidait un noir chaotique et nihiliste semblant absorber toute luminosité et symbole d'espoir au simple contact de cette matière sublime, un exemple typique qu'il existait une forme d'objet capable de vivre sans les dépends de sa lumière paradoxale.
Isis s'approcha un peu plus de Loki, s'arrêtant à une distance respectable avant de laisser lentement brûler son énergie cosmique, sans grand intérêt, elle ne voulait ni affoler ni attaquer Loki, dalleur elle lui échangea un regard lucide et attendit.
Son cosmos brûlant, elle entreprit de sortir l'un des anneau de sa chaînette et de la mettre à son doigt.

Au contact même de cet artéfact, avant même que l'anneau ne soit totalement mit jusqu'à la cime de la phalange, le cosmos de la jeune représentante fut totalement annihilé, plus aucune trace d'énergie, de cosmos ni d'aura ne vint s'accorder sur la belle.
Instantanément, son armure quitta son corps svelte et vint s'écraser au sol dans un lourds bruit métallique. L'anneau d'Onyx caressait le doigts de ses reflet noirs, une légère inscription luisait sous cet artéfact au combien dangereux...
" - Kanon et sa troupe ne seront plus  un problème. L'Orichalque Némésis est d'une certaine manière bien plus corrosive et puissante que personne ne pourra jamais l'avouer. J'ai le don d'aspirer l'énergie cosmique et l'énergie vitale, cependant cet Anneau d'Orichalque permet également à celui qui s'en pare de redevenir totalement humain sans véritablement pouvoir atteindre le septième ni le huitième sens. A ce stade, l'armure du porteur ne peut même pas reconnaître son maître, puisque l'anneau confère également une malédiction capable de repousser l'attrait entre l'armure et le possesseur."

Légèrement, elle tourna sa main pour y faire figurer l'inscription: " Our Rain cry" l'autre bague cependant à coté dans l'autre main à plat désignait également l'écrit " Oceans still smiling", l'écriture semblait être légèrement plus vivante et bleuté malgré son absence d'énergie à capturer. Après quelques secondes, Isis poursuivit:
" - Les histoires sont parties intégrantes d'une vie, d'une légende ou d'une existence, qu'elles soient véritable ou fausses, elles finissent toutes par être oubliées si elle ne sont pas transmises. Ainsi mon dieu Hermès et messire Poséidon créèrent-ils la bibliothèque d'Alexandrie, afin qu'aucun récit ne soit perdus ou déformés. Je vous incite vivement à séjourner chez nous à Esna afin que vous puissiez rectifier les tords qu'ils vous ont étés commis.
J'aime les histoires, j'ai toujours été passionnés par les discours et les longues légendes! J'espère que je pourrais lire tous vos écrits avant la guerre contre ces Némésis!
L'histoire de ces bagues d'Orichalques valent la mienne: Poséidon a du traverser vents et portails, miroirs et dangers pour se les procurer et enfin me les céder contre mauvaise fortune et bon coeur. Il ne l'a pas fait contre sa volonté, mais comme symbole d'alliance et de fraternité avec nous, les messagers.

Fronçant légèrement les sourcils en soupirant, elle mordilla son index et se fit volontairement pleurer, recueillant sa première larme sur la bague nommé " Our Rain Cry", l'artéfact s'élargissait, la jeune fille en profita pour rapidement extraire son doigt de l'objet qui rétrécissait à nouveau à vue d'oeil, les remettant sur la chaînette d'argent, Isis lança cette fois un regard déterminé et froid vers Loki:
" - J'utiliserai ce second anneau pour Kanon afin qu'aucune divinité ne puisse plus jamais craindre sa fourbure, telle sera ma décision.  "
"

Le premier Anneau? Elle l'utiliserait soit pour elle même, sois pour ce danger qui avait ralentit le temps en Asgard.

" - Enfin vous avez parlé d'une distorsion temporel... serait-il trop demandé de m'escorter à ce lieu pour que je puisse voir quel en est sa nature? Ou bien le mal en est-il tout autre? "

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mer 24 Fév - 22:10

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . . »
Le temps
n'attend pas.

Il y avait quelques noms qui parvenaient à enflammer les esprits, et celui de Kanon en faisait partie. Le dieu fourbe était cependant toujours étonné de voir avec quelle facilité il parvenait à susciter la colère grâce à de simples évocations, sans même avoir à forcer le trait. L'imagination pessimiste, les cicatrices indélébiles dans les mémoires travaillaient merveilleusement bien toutes seules, comme des grandes.

Loki voyait Isis prête à bondir à l'attaque de celui qu'elle considérait comme un ennemi de la paix, et il prit le parti de ne pas la retenir. Il faisait tacitement le pari qu'elle détestait trop les saints pour garder sa neutralité de jugement si d'aventure le Gémeaux tentait de lui dire la vérité à propos de ce qui se passait dans cette bataille. Celui qui avait trompé un dieu pour sa vengeance personnelle ne parviendrait certainement jamais à laver ses mains trempées de sang aux yeux de nombre de guerriers de ce monde, et cela malgré son engagement auprès d'Athéna contre l'éclipse de Hadès.

Isis parla. Cette femme d'action n'en pouvait plus d'attendre ici tandis que la bataille faisait rage plus bas. Elle avait pris sa résolution d'une voix amère et se préparait pour le départ au combat. Cependant elle devait régler quelques détails et le fit posément, comme l'exigeaient son rang et ses responsabilités.

" Le mal a effectivement un nom : Jormungandr. L'influence de l'éclipse ronge les entrailles du serpent-monde d'une faim insatiable, il va bientôt vouloir sortir de la dimension où il est exilé. Je pensais pouvoir calmer sa faim ou pouvoir le contrôler grâce aux armures d'or. Mais à cause de l'intervention des saints, cela ne sera plus possible désormais. "

Devant cette situation décrite avec tant de tragique, Isis se résolut à montrer l'un de ses trésor à Loki : deux anneaux d'aspect très simple et pourtant débordant de pouvoir. Loki regarda d'un air à la fois placide et intrigué les deux bijoux, masquant parfaitement son avidité d'en prendre possession pour s'amuser à répandre le chaos avec ces merveilleux joujoux.

" Ces anneaux ... Ils ont le pouvoir de brider le cosmos. "

Isis commença alors à lui préciser ce que le dieu commençait à deviner à la simple vue des artefacts. Il hocha lentement la tête lorsqu'elle l'invita à se rendre en Egypte. C'était bien son intention : les choses prenaient un tel tour que la fuite n'était plus une option. Pourtant, le dieu des illusions ne battrait pas en retraite sans avoir causé quelques méfaits avant de disparaître. Le ton grave d'Isis lorsqu'elle expliqua ce qu'elle avait l'intention de faire chatouilla agréablement les instincts de destruction du fauteur de chaos. La tragédie était en marche ... Et pourtant, lorsqu'il reprit la parole, il n'y avait aucune trace de ces sombres et malsains sentiments. Sa voix n'était que douceur et sagesse.

" J'ai mis du temps à comprendre, mais l'origine du trouble n'est pas dans le mal mais dans l'inconscience d'une enfant. C'est encore l'oeuvre de l'un des élus d'Athéna. Quelle imprudence de pousser des mortels à tant de puissance quand on ne sait pas les guider. Mais je suis en passe de régler le problème. Quel est la chose qui vous semble la plus importante, enfant des étoiles ? Apaiser les blessures du passé ou protéger les germes de l'avenir ? "

Le dieu laissa flotter cette question en suspens avant de confirmer ce qu'elle sous-entendait.

" La fin de cette bataille est proche, une issue favorable ne tient qu'à un fil. Puissiez-vous ne pas faire de sacrifice trop coûteux pour accomplir ce qui vous semble être juste, Isis. "

Ayant dit cela, il la salua, puis adressa un simple signe à son guerrier divin pour lui faire comprendre qu'il était temps de passer à l'attaque. Celui-ci sortit de son immobilité et après avoir sobrement salué la prêtresse et le dieu, s'élança dans les méandres des illusions. Loki retourna s'asseoir sur son trône pourpre sculpté d'arabesques végétales. Le serpent n'était plus visible. Le dieu se préparait à entrer en transe. Il savait qu'il pouvait compter sur ce guerrier divin. Fanatisé jusqu'au bout des ongles, celui-ci était prêt à sacrifier sans discuter tout ce qu'un guerrier peut avoir de plus précieux, pour la cause de son maître.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1512
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Dim 28 Fév - 21:37

Feat Loki/Sigmund
« Il faut vivre et non pas seulement exister."»



Je n'ai pas assez de souvenirs de ma mère malheureusement, ces cours moments de bonheur et de malheurs qui nous ont suivis pendant des années ne sont plus que poussières et cendres que j'essayais malgré tout de soulever avec toute la volonté que je possédais.
En regardant Loki, j'arrivais à expirer un souffle long et profond qui me permis de dépoussiérer l'une de ses nombreuses caisses de bois volumineuses qui pesaient lourds dans mon cerveau.
Pourquoi parlais-je de ma mère bien aimée, l'une des reines du Népal les plus magnifique qui soit alors que à tout inversement, j'étais très loin de ma demeure?

Parce que Dame Vanadis était une Valkyrie portant l'armure presque innommable de Valshamr, quelque chose apparemment en connotation avec le changement de peau, un manteau qui permet à celui qui le porte de se changer en oiseau et de voler d'un monde à l'autre, un manteau en plume de faucon... Isis se rappelait également brièvement de cette histoire amusante avec laquelle sa mère, s'ennuyant à mourir lors de ses jeunes années printanière et allant embêter un peu les Ases de tous types, tantôt en les transformant en oiseaux, tantôt en leur abaissant une capuche lorsqu'ils tiraient à l'arc ou bien, fonçaient vers les guerriers trop occupés à guerroyer pour leur voler objets brillants afin qu'ils puissent contempler le ciel et leur propre méfaits.
Dame Vanadis n'avait pas besoin de manteau pour se transformer, elle avait la capacité elle même de se métamorphoser en un bel oiseau et sa jeunesse ainsi que ses petits tours de passe-passe furent vite d'être mis en déroute lorsqu'elle rencontrait Ethon, l'Archange de l'impartialité et de l'acharnement, père d'Eaque et d'Isis.
Peut-être dans ses années folles remontant a il y a quand même quelques centaines d'années, Loki eut-il eut vent de Vanadis? Impossible d'en être sur et également impossible d'en dire quoi que ce soit: Se serait une grossière erreur de parler d'une vie privée et intime alors que la divinité était en pleine lutte stratégique contre les saints à l'heure actuelle.

Stoïque, Isis observait Loki utiliser l'art des palabres et des émotions pour essayer d'être des plus convaincant, mais ce qu'il ne saura probablement jamais, c'est que la jeune femme l'aidait en sachant véritablement qui était cette personne en face d'elle. Elle ne le sous-estimait pas et connaissait bien là les quelques bibles qui façonnaient son histoire, sa légende, ses meurtres mais aussi ses discordes et ses mensonges.
Peut être la soupçonnait-il? Ou non, ce pourquoi il continuait dans sa lancée de mots tous aussi illusoires les uns que les autres.
Le visage de sa mère lui revenait en mémoire, ses chants, ses lullabys contant les grandes légendes des temps passés, mais pourquoi à ce moment précis? Loki lui rappelait tellement ce changement de peau, ces illusions infantiles, ces histoires passionnantes, des duperies modestes et amusantes, qu'elle ne pouvait faire autrement que d'en faire le rapprochement.

Isis se tient soudainement sa tête dans une main et fit rapidement de ranger ses deux anneaux dans sa poche la plus proche de son coeur, une mauvaise migraine la saisissait doucement tant et si bien que la pauvre du se permettre d'inspirer et d'expirer bruyamment pour ne pas faillir, sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, elle entendit le battement formel et rapide de son palpitant dans sa poitrine, s'accélérant, s'emballant de façon à ce que son visage se pâlissent et que ses mains se refroidissent.
Les peintures et soieries qu'elle avait contemplé sur les murs reprirent leurs sens et tournoyèrent dans son esprit à une rapidité hallucinante, vertigineuse.
Elle ne bougeait pas mais tentait tant bien que mal de s'asseoir et s'agenouiller le plus platement au sol afin d'éviter une chute qui pourrait inutilement lui coûter la vie.

Sa poitrine lui faisait mal, son corps la faisait souffrir et une légère larme de sang sortait de sa bouche, traçant un chemin sinueux sur la commissure de ses lèvres normalement halé et maintenant plus pâle que prévu. Une violente contraction de son coeur lui fit prendre conscience qu'elle n'en avait certainement pas pour longtemps de vivre alors, que lui importait de tout donner au nom de Loki ou d'une autre divinité: Au moins elle n'aurait rien à se reprocher et aurait fait son boulot jusqu'au bout.
Tout comme ce guerrier qui était partit quelques minutes plus tôt en la saluant, salut qu'elle n'eut pas le temps de rendre compte rendu du bourdonnement et du vertige qui l'avait prit.
Il en était de même pour la divinité qui s'était assise dans son fauteuil, Isis ne s'en était pas non plus aperçu pour le moment, trop concentrée sur son palpitant qui battait beaucoup trop vite à son goût, beaucoup trop rapidement...
" - Attendez! ah.. humm... "

D'un revers de main elle essuya le sang de ses lèvres puis inspirait profondément, les yeux clos de façon a reprendre rapidement ses esprits. Le monde tournoyait autours d'elle d'une façon trop désagréable, elle sentait que d'un moment à un autre, son coeur allait peut être lâcher, mais qu'importe, avant de s'autoriser le repos chez son frère Eaque, elle irait jusqu'au bout de ses ambitions.
" - Je n'en ai cure, votre histoire, ma mère me l'eut compter quelques fois, cette épreuve je l'eus déjà passée maintes fois, je sais où je vais et comment porter nos ambitions à bien. Vous n'êtes pas si différent de mon dieu, Hermès, lui aussi évité, châtié, oublié et marqué pendant très longtemps de choses affreuses dont il ne méritait pas le titre. Grrr.."

Fronçant son nez ainsi que son front, elle passa son index et son majeur sur ses yeux en amandes, clos, les massant dans l'espoir de reprendre péniblement ses esprits.
" - En revanche, j'aimerai partir au plus vite rejoindre ce Kanon pour vous correspondre par la suite à Esna, j'espère que votre histoire se finira comme elle devrait l'être: En beauté. "

Se relevant cependant péniblement sans comprendre ce qu'il s'était passé, sa poitrine encore engourdit et son coeur encore légèrement sonné, elle attendit poliment qu'il la congédie avant de partir.

Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mer 2 Mar - 11:44

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . . »
Le temps
n'attend pas.

Isis était restée dans la salle du trône. Qu'attendait-elle du dieu mythomane qui se raccrochait désormais à cette éventualité ô combien fragile et illusoire qu'il pourrait tout de même mener son plan à bien, envers et contre tout ? Elle resta cependant et souffrait déjà dans sa chair du choix qu'elle avait fait, fidèle à son devoir. Le dieu l'écoutait comme dans un demi-sommeil. Heureusement, il pouvait compter sur le dévouement fanatique du guerrier divin qu'il avait choisi comme hôte pour continuer d'agir sans qu'il ait à contrôler chacun de ses faits et gestes, chacune de ses pensées.

Arès, ce nouvel invité surprise, lui avait presque fait oublier Kanon qui était la cause de cette intrusion sur son territoire. Lorsqu'il revint à lui, Loki se rendit compte de l'état d'Isis. Elle n'en avait plus pour très longtemps, et se trouvait prête à toutes les extrêmités pour terminer ce qu'elle avait commencé. Au-delà de la vie et de la mort, c'était une question d'ultime sens donné à une existence dont il était question.

Loki avait mieux observé le visage de l'enfant des étoiles, maintenant qu'il était dévoilé, que ce casque à bec s'en était écarté. Il avait vu ces yeux bleus intenses, des yeux qui avaient vu et lu des secrets aussi inombrables que les astres dans le ciel. Mais surtout, ce visage dans ses traits lui avait rappelé quelque chose. Et c'est alors qu'il était parvenu à le ressituer. La fille de Vanadis. Autant dire qu'elle faisait partie de la famille du nord.

Les paupières du dieu des illusions s'abaissèrent sur son regard noisette et l'ombrèrent d'une nouvelle profondeur. Leur nuance n'était plus le brun des brindilles ocres du printemps, mais le bistre capiteux des branches qui ont vu de nombreux hivers. D'un mouvement d'une simplicité épurée, il se leva et s'approcha d'Isis. Son pouce essuya consciencieusement le filet de sang qui courait autour du menton de la jeune femme.

" L'histoire se répète comme un cycle sans fin. La puissance et la volonté de briser cette prison circulaire est difficile à débusquer. Nous l'auront en cette ère ... "
Ayant dit ces mots, il ferma les yeux et inclina sa tête en avant. Il cherchait autant à convaincre Isis que lui-même. Puis, il lui adressa un regard d'adieu avant de retourner silencieusement se plonger dans sa transe qui le confrontait au dieu de la guerre.

****

La première fois qu'Arès frappa son hôte, il resta figé comme une statue de pierre, sous le choc de la sensation mortelle de la lance transperçant son guerrier divin. Il lui fallut quelques secondes pour se remettre, et son front se plissa en une ride de colère noire. La transe reprit, et le diable d'Asgard rit par la bouche d'Andreas avant de le quitter pour affronter plus efficacement cet Arès qui le narguait. Son retour brutal après le deuxième coup de lance le laissa tétanisé d'horreur.
L'esprit du dieu vagabondait dans un chaos infernal, incapable de prendre une direction cohérente. Seul le sentiment du danger imminent lui permit de réaliser cette simple action qui devait le tirer d'affaire : il rappela à lui son guerrier divin de Grani, hors des Enfers en bredouillant d'une voix chancelante.

" S ... Sigmund. L'arc, Lyfia, ramène-les auprès de moi. "
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hilda
Fondatrice/mamie-Nova
Fondatrice/mamie-Nova
avatar


Messages : 1512
Date d'inscription : 22/09/2015
Age : 26
Localisation : nowhere but home

Fiche de personnage
Niveau:
10/10  (10/10)
Expérience:
50/50  (50/50)
Faction: Marinas

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mer 13 Avr - 16:03

HRP: (oulà je n'avais pas vue que tu avais modifié ton post, je pensais qu'il était finis pardon )= j'ai honte! du coup si tu veux cloturer, n'hésites pas, je donnerai les points une fois que cela sera fait.
Encore pardon pour le retard! )

Feat Loki/Sigmund
« Il faut vivre et non pas seulement exister."»



Tant bien même la jeune femme se mourait dans ce corps prit d'assaut par des convulsions sanguinolente, son esprit et sa détermination ne failliraient pas, son corps pouvait bien tressaillir, vibrer, vomir, convulsif et en proie à d’innombrables sautes due à la maladie, jamais Isis ne ploierait. Elle avait bien trop de fierté pour se laisser ainsi tourmenter par la vivacité de la douleur qu'elle éprouvait.
Douleur qu'elle voulait estomper derrière un visage de marbre ou parfois ses lèvres tressaillaient tandis qu'elle ravalait sagement le sang qui lui montait le long de la gorge.
Un instant elle retenu son souffle, refusant que son corps soit de nouveau recouvert de ces spasmes, le temps que ce Loki lui ôte avec une délicatesse tendre et paternelle le sang qui coulait le long de la commissure de ses lèvres.

Isis en fut non seulement surprise, mais également apeurée par la telle proximité du dieu à son égard. souhaitant partir le plus vite possible pour ne pas devoir asperger le dieu à la toge immaculé de sang mortel et humain car pour certains de ces divinités cela pouvait être perçu comme une grossière erreur, un blasphème!
Fermant les yeux sous ce contact chaleureux et agréable, la prêtresse déglutissait violemment en se redressant de toute sa hauteur, essayant de respirer de nouveau, cependant l'odeur âpre et salé de son liquide vitale, omniprésent lui firent de nouveau tourner la tête.
Professionnellement elle tourna son visage vers son étalon agité, qui malgré tout, s'avançait au petit trot, ses petites oreilles légèrement en arrière, démontrant qu'il était peu vaillant et que lui aussi n'avait qu'une hâte, celle de repartir, loin.
" - Je vous remercie. Hermès sera rapidement prévenu, ainsi il vous créera une Odyssée sur mesure le temps de votre séjour. "

Fermant les yeux en s'inclinant, la prêtresse emmitouflait sa main dans la crinière de son étalon de tel sorte qu'il puisse la trainer et l'aider à marcher, ainsi si elle venait à s'écrouler, elle aurait toujours l'air de marcher aux coté de son destrier.
Avec des gestes lents et emprunte de légers spasmes, elle enfouit ses mains dans l'une des sacoches bordant sa selle et en sortit un papier ainsi qu'une plume sur lequel elle y écrivit quelques lettres en Arabe, quelques mots qui permettait à sa divinité de préparer quand il recevrait ce parchemin, l'arrivé du dieu Loki.

" - Je vous demanderai seulement d'envoyer cela à Hermès la veille de votre départ afin qu'il puisse préparer votre arrivé et savoir lui-même être présent au moment ou vous auriez la nécessité de séjourner à Esna. Un oiseau, qu'importe sera-t-il, réussira toujours par trouver le chemin. ahem... * s'éclaircit la gorge* Personnelle, je pense séjourner quelques temps ici le temps de mieux apprendre vos histoires, et puis j'y ai également une quête personnelle à mener comme vous devez en douter. Cela a été un honneur de vous rencontrer, Sire Loki. Puissiez vous trouver le repos mérité dans notre humble Odyssée d'Esna."

S'inclinant une nouvelle fois, la jeune prêtresse fit demi-tour , sa main dans le crin de son étalon et entreprit de sortir de ce bâtiment, cette illusion qui forçait à chaque seconde son cosmos à se manifester.
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

_________________


Cédez à l'appelle de la Sirène...
bibliothèque d'Isis
L'avantage d'être marinas xD =>
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loki
La vraie fourberie de Scapin
La vraie fourberie de Scapin
avatar


Messages : 303
Date d'inscription : 20/11/2015

Fiche de personnage
Niveau:
8/10  (8/10)
Expérience:
35/50  (35/50)
Faction: Ases de Loki

MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   Mer 11 Mai - 20:55

« Dream delivers us to dream, and there is no end to illusion. Life is like a train of moods like a string of beads, and, as we pass through them, they prove to be many-colored lenses which paint the world their own hue. . . .  »
Le temps
n'attend pas.

Lorsque Loki reprit tant bien que mal ses esprits après le coup de Arès, diminué dans ses pouvoirs, il avait repensé à cette échappatoire qu'Isis lui avait fournie. Avant son départ sur son magnifique cheval, Isis lui avait offert un parchemin, un sauf-conduit qui lui ouvrirait les portes du domaine de Hermès. Il avait donc fait disparaître l'écrit dans les replis de sa cape bleue pour la retrouver plus tard. Désormais, alors qu'il entendait les pas du Gardien d'Aldhibain, il ressortait la missive. Les questions de l'impatient guerrier de Grani fusèrent désagréablement à ses oreilles. Il essayait de réfléchir.

" Nous devons fuir, pour préparer une contre-attaque. Ce plan était risqué, mais il nous aurait épargné bien des peines s'il avait fonctionné. "

Bien entendu, Sigmund devait encore déverser des paroles remplies d'amertume. A bout de souffle, il ne restait à Aldhibain que la colère, cette chose qui le tenait en vie et l'égarait à la fois. Ennuyé, le dieu lui asséna sans pitié une nouvelle qui éteindrait son incontrôlable rage.

" Le problème de Kanon va être réglé. Isis a d'ores et déjà donné sa vie pour cela ... Il n'est plus question de vengeance désormais. Vouloir empêcher cela est aussi vain que de vouloir arrêter la course des astres ou de croire que l'on peut réécrire l'Histoire ... "

Sigmund eut un murmure étranglé. Le dieu, à travers les limbes de sa demi-conscience, observa de ses yeux violacés le visage de son vassal qui se défaisait. Avec une fascination malsaine, il surprenait des larmes que lui-même ne savait plus verser depuis des siècles. L'émotion ne devait pas empêcher Grani de faire son devoir de combattant. Aidé par celui-ci, Loki se releva et marcha, appuyé sur l'épaule du guerrier.

Lorsqu'ils sortirent du temple et qu'ils virent en contrebas le désastre qui avait détruit un peu plus la cité moribonde de Jötunheim, Loki se fit la réflexion que ce serait pourtant bien commode de pouvoir réécrire le cours du destin. Cette plaie béante n'allait pas aider sa cause. Il allait falloir attendre que l'oubli, causé par les nouveaux tourments que connaîtrait fatalement le peuple d'Asgard, farde cette cicatrice d'un voile de poussière.

L'Histoire. Cette notion si chère à la prêtresse des étoiles. S'il était un lieu où l'Histoire dormait, s'il était un endroit où l'on pouvait tenter de la réécrire, c'était sans doute à Esna. Les yeux violets du dieu se posèrent sur les vainqueurs de la bataille, qui avaient à peine le temps de savourer le répit du triomphe qu'ils devaient déjà penser à leurs prochaines tâches. Muettement il leur promis qu'ils se retrouveraient, avant de couvrir sa débâcle par la magie qu'il lui restait encore. Le dieu et son Gardien traversèrent les ruines, le premier épaulé par l'autre tandis qu'il les dissimulait sous un voile d'illusion, le second pleurant pour deux l'extinction d'une étoile au firmament des héros.
Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission armures d'or] Le palais du Pope ! (PV)
» [Mission armures d'Or] Armure du Verseau (PV Camus)
» [Mission armures d'or] Temple du Capricorne : l'autel de Jormungand ! (PV)
» [Mission armures d'or] En avant, chevaliers ! (PV)
» Les armures d'or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint Seiya Golden hopes :: Royaumes du Nord :: Ruines anciennes :: • Quartiers de Jörmungand-